Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 12:16

 

« Il faut que vous sachiez que la Ville de Paris a joué délibérément le pourrissement » ont-ils déclaré à propos de la grève qui dure depuis un an dans les équipements sportifs municipaux.

 

Les personnels de la Direction de la Jeunesse et des Sports de la Ville de Paris sont en grève depuis plus d’un an désormais pour la revalorisation de leur prime dominicale et force est de constater que du côté de l’équipe d’Anne Hidalgo ça commence à être panique à bord.

 

Pourtant l’exécutif parisien aura tout tenté. D’abord le mépris en ne recevant pas les grévistes. Ensuite botter en touche, la ville renvoyant toute discussion après les élections professionnelles (programmées plusieurs mois après) avec la promesse d’ouvrir des négociations « sur l’harmonisation des primes » très différentes selon les directions qui composent l’administration parisienne (lire ici). Finalement n'en tenant plus, elle a fini par vouloir affecter dans les établissements des « volontaires » en lieu et place des agents grévistes. On se croirait presque revenu au temps du CNPF.

 

Enfin dernier coup bas asséné en direction des personnels, l'adjoint (PS) chargé des ressources humaines, Emmanuel Grégoire, déclarait ainsi au « Parisien » qu'entre les agents des équipements sportifs et les bibliothécaires « le niveau de qualification n'était pas le même » (lire ici) pour justifier les différences de primes entre ces deux catégories (les bibliothécaires touchent 100 euros contre 45 euros pour les agents des équipements sportifs municipaux). Cette parole d'énarque, tendance Macron, n'a, on s'en doute, guère été appréciée par les intéressés. « C'est du mépris ! A la DJS il y a des agents de catégorie C qui ont un niveau bac + 2, bac + 3 et bac + 4 » on répliqués les syndicats (lire ici).

 

 

Le CNPF salue la qualité du dialogue social mené à la Ville de Paris

Grève du dimanche : Les syndicats dénoncent les « mensonges » d’Anne Hidalgo dans une lettre ouverte aux parisiens

- Le petit Emmanuel est variment un bon petit gars !

 

 

Seulement voilà, la « mauvaise gestion de ce conflit » dénoncée par l’UMP commence à se voir jusque dans les rangs de la majorité puisque les élus communistes du Conseil de Paris demandent à la Maire d’ouvrir des négociations sans tarder (lire ici). De leur côté, les syndicats (CGT, FO, Supap et Solidaires) ont décidé de dénoncer les mensonges de la Ville dans une lettre ouverte aux parisiens.

 

Il est vrai que la municipalité n’a pas hésité à noyer la vérité dans les profondeurs des bassins en diffusant un communiqué dénonçant la prise d’otage des sportifs du dimanche par les grévistes (lire ici). Un chef d’œuvre de communication politique, digne du CIO période Saramanch qui n’a toutefois pas été du goût des syndicats lesquels ont décidé de renvoyer la mairie directement dans ses cordes.

 

« Chaque week-end, vous êtes directement impactés par la grève des personnels ouvriers  des stades, gymnases et piscines de la Mairie de Paris. Nous réclamons une revalorisation de leur prime dominicale. Cette grève dure depuis plus d’un an. Il faut que vous sachiez que la Ville de Paris a joué délibérément le pourrissement » contre attaque ainsi l’intersyndicale dans sa lettre aux parisiens. « Dans une relation normale grévistes/employeur, ce conflit aurait trouvé une solution en quelques semaines ! » continuent les grévistes dans la foulée. Pas faux.

 

Au lieu de ça, la mairie préfère jouer le catenaccio social en clamant que « les grévistes ne seraient qu’une poignée non représentative ». Une « poignée » qui suffit toutefois à fermer la moitié des piscines et le tiers des stades et gymnases chaque dimanche comme le reconnaît elle même la municipalité. Comme dirait Fernand Raynaud, « y a comme un défaut ». Et puis, comme elle ne manque pas de le rappeler l’intersyndicale représentent  90% des agents du service des sports d'après les élections professionnelles du 4 décembre dernier… . Cruel !

 

 

DJS:  Les grévistes représentent 90% des voix

Grève du dimanche : Les syndicats dénoncent les « mensonges » d’Anne Hidalgo dans une lettre ouverte aux parisiens

- Rrrr, élections, pièges à con !

 

Mieux, selon la mairie, décidément pas très fair play, les grévistes seraient dans l’illégalité en pratiquant une grève perlée et de surcroît en «  refusant la négociation ». Malheureusement, pour les syndicats, là aussi, la réalité est toute autre car non seulement « cette grève non perlée, en absolue conformité avec le  droit, dure depuis 12 mois (février 2014) mais, ce n'est qu’en janvier 2015 (soit onze mois après son commencement) que la Ville de Paris accepte une première négociation ! » pointent les représentants des personnels. « Jusque-là, la Maire de Paris n'avait pas jugé opportun de donner mandat à ses élus pour négocier,  préférant jouer le pourrissement du conflit, méprisant ses personnels mais aussi ses usagers ! ». Match nul, balle au centre !

 

Une chose est sûre cependant, le mouvement est loin de s’essouffler. Le conflit pourrait même se durcir car les agents de maîtrise du secteur qui n’étaient pour le moment pas concernés par le mouvement pourraient à leur tour entrer sur le terrain. Ces derniers n’ont guère apprécié les pressions exercées par la mairie et sa volonté de faire remplacer les grévistes par des personnels plus ou moins volontaires. Et, oui, quand on veut jouer le hors jeu, il faut que la défense soit toujours bien alignée.

 

Et les syndicats de poser cette question : « Qui, en réalité, prend les usagers des équipements sportifs en otage ? » (lire ici). A voir les différentes réactions sur la gestion de ce conflit par l’équipe d’Anne Hidalgo, on a une petite idée. Les semaines à venir vont être sportives.

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

Paris: le dialogue social en pleine noyade

Grève du dimanche : Les syndicats dénoncent les « mensonges » d’Anne Hidalgo dans une lettre ouverte aux parisiens

- Je crois que suis en train de couler, envoyez moi une bouée 

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article

commentaires

Pages