Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 13:51

 

Archimag : le 15 juin 2015

 

Plus de 700 personnes ont participé au 61ème Congrès des Bibliothécaires de France organisé cette année à Strasbourg. Comment faire fonctionner des établissements avec un budget revu à la baisse ?

 

Bibliothèques incompréhensibles, tensions avec les usagers, restrictions budgétaires, souffrance au travail... Le 61ème congrès de l'Association des Bibliothèques de France (ABF) n'a pas hésité à mettre les pieds dans le plat et à pointer ce qui ne tourne pas rond dans les bibliothèques et les médiathèques. Plus de 700 personnes ont fait le déplacement à Strasbourg et livré des témoignages qu'il faut entendre. Une directrice de médiathèque du Val de Marne : « lorsque la nouvelle bibliothèque a ouvert ses portes, une partie de la population pensait qu'il s'agissait d'un centre commercial ! ». Une autre bibliothécaire (alsacienne) : « alors que depuis dix ans, notre attention s'est recentrée sur l'usager, la bibliothèque est devenue infréquentable pour nombre de citoyens qui ne comprennent pas les mots « cote », « OPAC » ou  « document »...

 

C'est peu dire que les bibliothèques sont en tension. « Les relations entre les bibliothécaires et les élus sont un sujet inépuisable de discussion et le ressenti de ces relations est majoritairement négatif du côté des bibliothécaires » rappelle Dominique Lahary, ancien vice-président de l'ABF. L'élu peut se prévaloir de la légitimité du suffrage universel et, à ce titre, il décide. « Or, les dernières élections municipales de 2014 ont vu arriver de nouveaux élus qui méconnaissent le monde des bibliothèques. Les bibliothécaires doivent alors mettre en avant leurs compétences professionnelles et apporter aux élus des éléments d'information utiles à la prise de décision. Ils doivent travailler en mode pro-actif » estime Carol Knoll, auteur de « Fonctionnaires, et alors ? » (Éditions Eyrolles). Mais dans la réalité, les choses ne sont pas aussi claires et les directeurs d'établissement doivent composer avec des élus intrusifs ou, ce qui n'est guère mieux, avec des élus adeptes du laisser-aller. 

 

Et lorsque la parole est aux élus, les bibliothécaires ne sourient plus. Pour Marie-Paule Lehmann, vice-présidente de territoire au Conseil départemental du Bas-Rhin, l'avenir n'est guère réjouissant : « les collectivités sont confrontées à crise très profonde de leurs finances et à une baisse des dotations de l'État. Elles doivent donc faire des choix douloureux et le secteur culturel va en faire les frais. Malheureusement, les bibliothèques risquent d'être les fusibles ». Ce sombre présage ne décourage cependant pas Anne-Marie Bock, directrice de la Bibliothèque départementale du bas-Rhin : « l'élu est souvent seul et notre travail consiste de plus en plus à lui apporter des conseils. Il faut toujours être dans la proposition et bien choisir le moment pour parler aux élus ».

 

Les tensions se manifestent également dans le travail quotidien des bibliothécaires lorsqu'ils doivent gérer des contentieux entre usagers. Certains établissements sont même confrontés à des situations inédites comme à Calais ou des dizaines de migrants ont investi la bibliothèque municipale pour utiliser les toilettes et recharger leurs téléphones. Résultat : des crispations avec les usagers traditionnels, des ordinateurs professionnels débranchés, des rixes entre migrants... et une fermeture de plusieurs jours.

 

Lire l’aricle de « Archimag »

 

 

Les bibliothèques seront-elles les « fusibles » de la crise économique ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse BM nec mergitur
commenter cet article

commentaires