Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 08:09

 

Après la médiathèque Françoise Sagan, c’est au tour de la bibliothèque Chaptal de voir ses collections de DVD disparaître. Un épisode qui remet une nouvelle fois en cause la technologie RFID

 

« Nous constatons à nouveau depuis quelques semaines des vols de DVD à la bibliothèque Chaptal. En effet, plusieurs boitiers de DVD ont été retrouvés vide en rayon, comme cela avait été le cas il y a quelques années  ». C’est par cette affichette qu'ont été cueillis les usagers de cette bibliothèque située dans le quartier de la Nouvelle Athènes dans le IXeme arrondissement de Paris. Des actes de malveillance qui coûtent cher à l’établissement. D’autant plus que les achats des DVD par les bibliothèques municipales ne correspondent pas au prix public des titres acquis, mais sont bien plus onéreux en raison du droit de prêt.

 

Avant l’été une autre bibliothèque parisienne avait, elle aussi, été victime d'une succession de vols dans ses rayons. « Nous déplorons de nombreux vols de DVD depuis l'ouverture de l’établissement » alertait alors la médiathèque Françoise Sagan située elle dans le quartier de la gare de l'Est (Xe). Il est vrai que le phénomène avait de quoi surprendre plus d’un observateur car l’établissement avait été inauguré à peine un mois auparavant. Evidemment les documents subtilisés n'ont pas été remplacés faute de budget. « Nous ne serons pas en mesure de les racheter » précise d'ailleurs la direction de la bibliothèque. Laquelle concluait dans une supplique aux usagers « soyez vigilants, aidez-nous à protéger vos collections » (lire ici).

 

Toutefois ces séries de vols n'ont pas vraiment surpris les spécialistes car les objets volés étaient équipés de puces RFID. Et si les DVD n’ont pas sonné aux portiques antivol c'est que les malfaiteurs connaissaient bien les failles de sécurité de cette technologie. Des failles pourtant connues de la Ville de Paris car dans un passé récent de nombreuses bibliothèques dont entre autres Robert Sabatier (XVIIIe), François Villon (Xe) ou Levi-Strauss (XIXe) avaient subi la même mésaventure que Françoise Sagan et Chaptal (lire ici).

 

« Effectivement, il existe un certain nombre de techniques qui permettent de contourner les protections RFID, qui sont apposées sur les boîtiers, mais aussi sur les CD et DVD que ces derniers contiennent » confirmait ainsi au site ActuaLitté,  Alexandre Walker, le directeur général de Bibliotheca, le prestataire technique choisi pour certains établissements par la Ville de Paris. « Une des solutions serait d’adjoindre à la sécurité RFID des boîtiers sécurisés, qui pourraient être déverrouillés sur l’automate de prêt, une fois l’enregistrement effectué », expliquait alors Alexandre Walker « mais cela génère bien entendu des coûts supplémentaires pour l’établissement, il faudra donc calculer le ratio entre le préjudice subi et le coût de cette sécurité » (lire ici).

 

Il existe toutefois une solution qui ne coûte rien et, de plus, techniquement très facile à mettre en place : le prêt indirect. L’usager choisit les documents disponibles en rayon, des documents qui ne sont autres que des boitiers vides, et va ensuite demander le DVD (ou le CD) directement auprès du bibliothécaire. La solution semble avoir déjà les faveurs de la bibliothèque Chaptal qui envisage « de bloquer l’accès direct à (ses) collections » comme on peut le lire sur l'affichette.

 

Paris : encore une bibliothèque victime de vols en série !

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article

commentaires

Hugo 15/09/2015 17:07

"Transformers" : c'est vraiment la bibliothèque pour tous...
Sinon, plus sérieusement, oui, il ne faut laisser en rayon que des boîtes vides, c'est ce que font les boutiques qui vendent des jeux vidéos.

Pages