Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 14:29

 

Il fallait au moins ça pour que la mairie de Paris de Paris vende son âme aux diables qui bien que numériques n’en sont pas moins capitalistes

 

Suite au scandale de la location des Catacombes de Paris pour une vulgaire opération publicitaire au profit de la société Airbnb, l’équipe d’Anne Hidalgo a été contrainte de proposer qu’une charte encadrant le recours au mécénat ou à la privatisation temporaire de son patrimoine « soit présentée et discutée » lors d’une prochaine séance du Conseil de Paris. Il faut dire que les élus de la Capitale avaient dénoncé dans la presse une décision « arbitraire et opaque » et avaient jugé « anormal » que cette location ait été décidée « sans discussion et sans vote préalable ».

 

Toutefois, si le Conseil de Paris a été squeezé pour cette location, que dire du Conseil d’Administration de Paris-Musées, l’établissement public en charge des musées municipaux de la capitale et des Catacombes, lequel a lui été carrément enfoui six pieds sous terre avant d’être jeté directement dans l’ossuaire municipal situé à Denfert-Rochereau (XIVe).

 

En effet, alors que l’accord entre la mairie de Paris et Airbnb pour cette privatisation nocturne avait été dévoilée dès le 7 octobre par la Tribune de l’Art, le conseil d’administration de l'établissement public n’a été convoqué…. que dix jours plus tard. Et encore probablement suite aux protestations qui venaient aussi bien de la majorité que de l’opposition municipale. Alors que d’aucuns croyaient que cette institution composée d’élus et de personnalités « qualifiées » avait pour but de décider des grandes orientations stratégiques des musées municipaux parisiens, l’épisode Airbnb a mis en lumière qu’elle n’était finalement qu’une simple chambre d’enregistrement. 

 

Un sort funeste qui n’a pas été du goût de tous les participants. « Ce vote est une mauvaise plaisanterie, on nous demande de nous prononcer sur un dossier déjà plié depuis des semaines. Je voterai contre cette décision arbitraire et opaque » avait ainsi déclaré dans un communiqué, Sandrine Mées, Conseillère de Paris représentant les écologistes au Conseil d’administration de Paris-Musées. Mais plus que le lieu, c’est le prix qui interroge les Verts parisiens. « 350.000 euros, c’est trop peu, estime David Belliard, coprésident du groupe au journal 20 Minutes. Ce n’est pas tant la somme qu’il faut regarder mais à qui on la demande. Airbnb est une entreprise qui pratique l’optimisation fiscale et qui paie très peu d’impôts en France. L’opération nous laisse perplexe, mais quitte à la faire, la ville de Paris aurait dû demander bien plus ». D'autant que Airbnb devrait engranger quelque 900 millions de dollars de chiffre d’affaires cette année. Une pudeur municipale pour ne pas effrayer les morts sans doute.

 

Si bien que la CGT Culture de la Ville de Paris a émis, elle aussi, une hypothèse. Et le syndicat de s’interroger ainsi sur les relations de la Ville avec Airbnb, cette société qui met en ligne des annonces de location d’appartements et qui pendant un temps était accusé par la mairie non seulement de vider la capitale de ses habitants au profit des touristes mais aussi de retirer du marché locatif de nombreux appartements. Mais les relations semblent s’être apaisées. « Cela tient peut-être au fait qu’Airbnb a choisi Paris pour y tenir, en novembre prochain, son événement annuel, un raout qui devrait attirer plus de 6 000 participants », notait, acide, la CGT sur son site (lire ici).

 

Finalement cette histoire de Catacombes révèle au monde des vivants le visage de la majorité socialiste qui est aux affaires à la mairie de Paris : celui de vendre son âme aux diables qui bien que numériques n’en sont pas moins capitalistes.

 

 

Anne HIdalgo et Bruno Julliard devant le cadavre du Conseil d'Administration de Paris-musées

Affaire Catacombes-Airbnb : Le conseil d’administration de Paris-Musées n’a pas fait de vieux os

  - Je crois qu'il reste encore de la place du côté de Denfert-Rochereau

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

commentaires

Pages