Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 16:10

 

La mairie de Paris, sans rire, leur a répliqué « qu’il n’y a pas eu d’uniformes visés » par les terroristes

 

Les attentats qui ont frappé durement le territoire remettent à l'ordre du jour la création d’une police municipale à Paris. Une mesure pour le moment impossible en raison du statut juridique de la capitale qui en fait un cas unique pour une collectivité locale. En effet, la ville de Paris, longtemps administrée par l’État et qui n’a retrouvé un maire de plein exercice qu’en 1977, est la seule commune de France qui n’a pas de pouvoir de police au sens large sur son espace public puisque toujours sous l’autorité du Préfet du même nom. Le débat a néamoins été relancé récemment par le Sénat et sous une forme un peu différente par Anne Hidalgo.

 

Il existe toutefois dans la capitale une sorte de police municipale mais qui ne veut pas dire son nom : la Direction de la Protection et de la Prévention (DPP). Crée sous Chirac et jamais remise en cause par ses successeurs, que ce soit Jean Tiberi, Bertrand Delanoë ou Anne Hidalgo, la  DPP est en charge de la sécurité des bâtiments municipaux (mairies d’arrondissement, écoles, crèches, équipements sportif ou culturel…). Des agents qui se retrouvent en première ligne dans le contexte actuel et dans des conditions très dangeureuses si l'on en croit les syndicats du secteur.

 

« La Maire de Paris ne donne pas les moyens aux inspecteurs de sécurité de protéger les personnes » ont ainsi affirmé dans un communiqué commun la CGT, la CFTC et l’UCP (lire ici). Pour les syndicats, les agents « doivent désormais sécuriser les écoles, se montrer afin de rassurer les parents d’élèves par leur présence. Mais cette dissuasion a bien ses limites et s’avère sans effets car ils ne sont pas armés ». Une demande d’armement faite par des organisations qui affirment faire « remonter la volonté de la majorité des personnels » auprès de l’adjointe au maire en charge de la sécurité, Colombe Brossel.

 

Une perspective pour le moment refusée avec force par la mairie de Paris qui en réponse a utilisé une formule on ne peut plus maladroite : « il n’y a pas eu d’uniformes visés, cette fois-ci » par les terroristes. La municipalité faisant sans doute référence au fait que les cent vingt neuf victimes des attentats du 13 janvier étaient toutes en civil. Toutefois, la Ville, visiblement pas en panne de créativité à l’égard de ses agents en charge de la sécurité, s’est dite « favorable au port apparent des gilets pare-balles ». Avec ou sans uniformes ?

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

              Colombe Brossel avec un ancien ministre de l'intérieur (période Jospin)

Paris : les agents municipaux en charge de la sécurité demandent à être armés pour faire face aux menaces d’attentats

                                - Pas de doute, le port est bien apparent

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article

commentaires

Pages