Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 14:04

 

Pas grave, on en apprend quand même de bien bonnes

 

Nous étions en 2014 et l’affaire Cahuzac étant passée par là, tous les élus siégeant au Conseil de Paris avaient alors dû signer, la main sur le cœur, une charte de déontologie dans laquelle ils s’engageaient à rendre publique, entre autre, leur déclaration de patrimoine. 

 

Dix huit mois plus tard, seuls 55 des 163 conseillers de Paris ont accepté qu’elle soit publiée, selon un décompte effectué par Le Parisien. C'est vraiment pas beaucoup. Parmi les récalcitrants, on trouve l’immense majorité des maires d’arrondissement (droite, gauche et écolo confondus) qui doivent visiblement avoir de nombreux biens à cacher. Dans cette liste, on compte même cinq adjoints d’Anne Hidalgo dont l’inénarrable Jean-Louis Missika, l’adjoint en charge de l’urbanisme. Ce dernier ne voulait peut être pas détailler ses multiples participations dans les nombreux conseils d'administration qui en font un élu qui « aime vraiment l’entreprise » (lire ici) ! Le petit cachotier.

 

Malgré tout, en fouillant dans les déclarations des élus postées sur le site de la ville, on en apprend quand même de bien bonnes. Notamment concernant les deux élus qui ont eu successivement la charge de la culture à Paris. Et attention c’est du lourd.

 

Ainsi pour l’actuel détenteur de la Charge, Bruno Julliard nous apprenons tout simplement que ce dernier…. n’a jamais exercé de boulot avant d’être élu. Sauf un vague job de conseiller auprès du ministre de l’éducation, socialiste comme lui, donc ça compte pas. C’est même lui qui le dit en indiquant à la rubrique profession : néant (lire ici). Du coup, et c’est on ne peut plus normal, il n’a pas de patrimoine et peut donc se permettre de le déclarer là aussi comme « néant » (lire là). De quoi aviver les critiques sur le parcours de l'ancien syndicaliste étudiant devenu directement apparatchick…

 

Christophe Girard, son prédécesseur, lui se garde bien de dévoiler son patrimoine. On l’imagine toutefois assez bien garni car il se vante de posséder un vignoble (lire ici). Par contre côté activité professionnelle on frise presque l’apoplexie. Si notre Gigi l’amoroso, devenu depuis maire du IVe arrondisement, confesse être un jeune retraité de chez LVMH il n’en reste pas moins très actif puisque, à en croire sa déclaration, il exerce rien moins que la profession de « cinéaste », « metteur en scène de théatre » et  même « intermittent du spectacle » (lire ici). Chapeau l’artiste ! On n’en attendait pas moins de celui qui revendique comme principale bilan de son action à la culture dans la capitale la mise en place de ce grand happening qu'est Nuit Blanche.

 

 

    Culture d'entreprise : Anne Hidalgo entourée de Missika, Julliard et Girard

Ces petits cachotiers qui siègent à l’Hôtel de Ville de Paris

     - Je vous présente un ami du CAC 40, un ancien étudiant et un intermitent du spectacle.

                        - Euh Anne, n'oublie pas qu'il y a aussi un agriculteur-vigneron !

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

commentaires