Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 16:50

 

Cette lubie d’Anne Hidalgo et de son équipe d’ouvrir plus longtemps des équipements municipaux en pleine austérité budgétaire a même amené quelqu’un à comparer Paris à « une famille surendettée qui voudrait encore acheter à crédit un écran plasma ». Pas très flucuat !

 

Malgré les vacances scolaires, la Bourse (du Travail) était presque pleine ce jeudi 21 avril, à l’appel des syndicats - CFDT, CGT, Supap, UCP et UNSA - pour dénoncer les projets de la Mairie de Paris d’ouvrir prochainement sept nouvelles bibliothèques le dimanche. Il est vrai que la municipalité ne propose aucune création de poste pour ces extensions, ce qui pour les bibliothécaires de la capitale, qui déjà n'en peuvent plus, constitue une « véritable provocation ». C'est que les restrictions budgétaires en vigueur depuis plusieurs années ont eu pour conséquence la diminution importante de personnel dans les bibliothèques municipales de la capitale. « De fait, les établissements exsangues sont contraints à réduire leurs horaires d’ouverture en semaine quand ils ne sont pas carrément fermés brutalement, comme la bibliothèque de Château d'Eau (Xe) ! » pointent ainsi les syndicats (lire ici).

 

Selon le site ActuaLitté, dont un des journalistes était présent à cette assemblée générale, les personnels sont, dans les conditions actuelles proposées par la mairie, « totalement opposés à toute nouvelle ouverture le dimanche ». Notamment ceux de la bibliothèque Hélène Berr, rue de Picpus dans le XIIe, laquelle doit en principe être la première à essuyer les plâtres d’ici la fin de l’année. Une opposition des plus argumentée si l'en en croit la lettre ouverte qu'ils ont envoyé à Bruno Julliard, l'adjoint en charge de la culture à Paris (lire ici). Cette lubie d’Anne Hidalgo et de son équipe d’ouvrir plus longtemps des équipements municipaux en pleine austérité budgétaire a même amené un bibliothécaire à comparer la ville de Paris « à une famille surendettée qui voudrait encore acheter à crédit un écran plasma ». Pas très flucuat ! Et même carément mergitur.

 

D’ailleurs, les personnels d’Hélène Berr ont été très clairs : « nos calculs sont a minima, si on  n’a pas les quinze créations de poste, il sera impossible d’ouvrir le dimanche. Et même avec ça, les conditions de travail risquent d’êtres horribles ce jour là » rapporte ActuaLitté. Et les bibliothécaires de la rue de Picpus de prévenir Bruno Julliard : « nous ferons blocage, sachez-le ». Une déclaration applaudie par toute la salle et qui devrait ravir l’ancien syndicaliste étudiant.

 

Prochain rendez-vous fixé par l’intersyndicale : une grande manifestation dans la cour de l’Hôtel d’Albret (IVe), le siège de la Direction des Affaires Culturelle, le mardi 12 mai. A deux jours près on tombait sur une date symbolique pour l’exécutif parisien, n’est ce pas ? O tempora… Une première étape puisque les syndicats, outre une pétition mise en ligne, comptent proposer d’autres actions pour les mois de mai et juin avec l’espoir de contraindre la Ville de Paris à ouvrir des discussions.

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

 

Ouverture du dimanche à Paris : comme des surendettés qui veulent encore un écran plasma

Paris : les bibliothécaires se déclarent « totalement opposés à toute nouvelle ouverture le dimanche »

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article

commentaires

Pages