Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 12:27

 

France-Musique : le 26 juin 2016

 

Évoqué lors du dernier conseil de Paris, un rapport de l'Inspection générale recommande de limiter les cours individuels dans les conservatoires afin d'éviter les situations présentant un risque d'infraction sexuelle sur les mineurs. Un texte qui provoque la colère des enseignants

 

Alors que ce rapport de l'Inspection générale date de 2015, on peut se demander pourquoi il ne fait parler de lui que maintenant tant son contenu paraît curieux. Intitulé « Mission de prévention, de signalement et de traitement des risques d'infraction sexuelle sur des mineurs par des agents de la Ville et du département », ce rapport commandé par la Maire de Paris, Anne Hidalgo en novembre 2014 propose des pistes pour « établir rapidement une procédure unique au sein de la Ville tant pour prévenir ces signalements que pour faire face à ces situations ». Cette requête s'appuie sur la suspicion d'une trentaine d'abus sexuels sur mineurs par des agents des différentes directions de la ville de Paris. Principalement à la Direction des affaires scolaires mais aussi à la Direction des affaires culturelles, l'entité qui chapeaute les conservatoires.

 

Le rapport pointe le manque de procédure claire dans le traitement de ces situations et propose une série de recommandations. Pour ce qui concerne l'enseignement en conservatoire, les cours individuels sont considérés comme « porteurs de risque de dérapages importants qui s'inscrit dans la durée, de rapports de proximité et de séduction et d'un contexte musical marqué par une banalisation des relations sexuelles et amoureuses entre maître et élève ».

 

Le rapport précise que cette « banalisation » fait référence aux « relations entretenues par d'illustres musiciens ou musiciennes » et va même plus loin en citant le nom d'une célèbre pianiste et de son professeur. La version du rapport disponible à cette adresse a été modifiée ce mercredi 25 mai depuis en enlevant les noms des principaux intéressés, une capture d'écran est malgré tout disponible dans cet article du Lab Europe 1.

 

 

Un rapport recommande la suppression des cours individuels en conservatoire pour risques d'abus sexuels

.

 

Une description des conservatoires qui est loin de plaire aux professeurs. Marc Morel, le président de l'Association des professeurs des conservatoires parisiens estime que le « corps enseignant se sent directement touché par ce texte et par la manière dont il est formulé.Tout le monde trouve cela absurde d'être accusé en tant que professeur de musique, de pédophile potentiel, cela est impensable ». Marc Morel annonce son intention de prendre contact avec la ville « très prochainement  » pour demander un rendez-vous. La situation sera également débattue le 6 juin prochain lors d'une assemblée générale.

 

Même son de cloche à l'Aneda (l'Association nationale des enseignants de disciplines artistiques) dont le président François Frémeau explique que « ce qui a surtout choqué les professeurs de musique, c'est que le cours individuel soit assimilé à une situation de séduction. Qu'est-ce que cela veut dire ? Que nous, enseignants, nous nous rendons en classe non pas pour enseigner la musique mais pour séduire nos élèves ? C'est un procès d'intention de la profession, d'autant plus que le rapport n'avance aucun chiffre ni aucune statistique ». François Frémeau précise que les élèves se retrouvent rarement seuls face à un professeur : « il y souvent un autre élève, un parent ou un autre enseignant présent en cours ». L'Aneda prépare actuellement un courrier qui sera envoyé à la Mairie et précise qu'elle bénéficie du soutien des parents d’élèves qui se mobilisent également.

 

Le rapport de l'Inspection générale recommande également d'adapter les locaux des conservatoires afin que chaque salle soit dotée d'une vitre, voire de parois entièrement transparentes. Une préconisation avec laquelle est d'accord Marc Morel, mais il estime qu'un tel réaménagement nécessite un investissement. « Dans le contexte actuel, je doute que cela soit à l'ordre du jour », regrette le président de l'Association des professeurs des conservatoires parisiens. Dans le conservatoire du XVe arrondissement où il travaille depuis cinq ans, trois professeurs de pianos partis à la retraite n'ont toujours pas été remplacés. « Cette volonté de supprimer les cours individuels au profit des cours collectifs pour des raisons de pédophilie, est encore un prétexte de plus pour les décisionnaires de rentabiliser davantage l’enseignement musical. Leur logique est purement économique. Rentrer plus de monde pour le moindre frais, sans aucune réflexion pédagogique », assène Marc Morel. 

 

 

                    Pour supprimer les cours individuel, la mairie de Paris joue du pipeau

Un rapport recommande la suppression des cours individuels en conservatoire pour risques d'abus sexuels

                                        - Ouch, j'ai l'impression que ça joue vraiment faux...

 

 

Cette question du risque présenté par les cours individuels et de leur éventuelle suppression peut également être perçue comme une technique politique. Un point de vue partagé par Thierry Hodent,  élu Les Républicains, délégué aux affaires scolaires, aux affaires internationales et à la culture du VIIe arrondissement de Paris. Il voit dans cette recommandation une technique politique pour réduire les coûts. Le 16 mai dernier lors du conseil de Paris, Thierry Hodent a interpellé Bruno Julliard, premier adjoint à la Maire de Paris en charge de la culture sur sa crainte de voir disparaître les cours individuels en conservatoire. Une crainte d'autant plus justifiée que la mairie a récemment voté la suppression des cours individuels dans les centres d'animations de la ville.  

 

Un discours que la mairie de Paris refuse d'entendre. Ce rapport ne sert uniquement qu'à rappeler une règle simple : « toute intervention entre un adulte et un enfant doit être encadrée, avec dès que possible plusieurs personnes présentes ». Pas question de supprimer les cours individuels pour la mairie qui estime avoir conscience de « l'importance d'avoir des cours avec un seul élève ». 

 

Autre point soulevé par le rapport, la tenue des stages d'été organisés par des professeurs en conservatoire mais en dehors du cadre de l'établissement. Pour l'Inspection générale, ces stages sont des « temps propices aux rapports de séduction entre maître et élève, à la promiscuité et aux soirées en présence de drogues et d'alcool ; les élèves mineurs étant accueillis avec des élèves majeurs ». Le rapport recommande alors aux élèves de « ne pas y participer à partir du moment où l'organisateur est le professeur habituel de l'élève ». Un point qui ne devrait pas calmer la colère des enseignants.

 

Lire l’article de France-Musique

 

 

 

 

Suppression des cours individuels dans les conservatoires : la mairie de Paris sort le bazooka

Un rapport recommande la suppression des cours individuels en conservatoire pour risques d'abus sexuels

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires