Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 18:22

 

Le Parisien : le 8 juin 2016

 

La CGT réagit à un rapport de la Ville qui préconise la suppression des cours de musique individuels dans les conservatoires pour limiter les risques d'agressions

 

Supprimer les cours de musique individuels dans les conservatoires municipaux, pour limiter les risques d’agressions sexuelles ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet argument (d’autres, différents, sont par ailleurs évoqués) ne passe pas chez les enseignants. Dans le collimateur du millier de professeurs qui officient dans les conservatoires un rapport de l’inspection générale de la Ville datant de juin 2015, que nous nous sommes procurés, qui sera débattu en séance du Conseil de Paris, à partir du 13 juin, sur la réforme des cours de musique.

 

Intitulé « Mission de prévention, de signalement et de traitement des risques d’infraction sexuelle sur des mineurs par des agents de la Ville », le rapport décline, sur 78 pages, étude de terrain et préconisations. Celles qui concernent les conservatoires ont fait bondir les professionnels du secteur. On peut notamment y lire qu’il convient de limiter les cours individuels « porteurs de risque de dérapages importants, du fait […] de rapports de proximité et de séduction, et d’un contexte musical marqué par la banalisation des relations sexuelles entre maître et élève ». Quant à l’encadrement des stages d’été proposés aux élèves de conservatoires ils « constituent, détaillent les auteurs, des lieux à haut risque […] propices aux rapports de séduction […] à la promiscuité et aux soirées en présence de drogues et d’alcool ».

 

Le protocole, pionnier en France, signé au printemps dernier par le parquet et la Ville, est censé offrir les moyens de briser l’omerta, après une inquiétante série d’agressions commises sur des enfants depuis plus d’un an, impliquant, notamment des animateurs de centres de loisirs, des agents de la mairie, mais aussi un professeur de musique des conservatoires, révoqué pour avoir entretenu durant deux ans une liaison avec une élève mineure.

 

« Les nouvelles modalités permettront de protéger immédiatement et au mieux les enfants et leurs familles, souligne la Ville. Et d’offrir plus de transparence ». Elles n’en heurtent pas moins les professeurs et leurs représentants syndicaux. « Le parti pris affiché dans ce rapport est parfaitement injurieux, s’agace un professeur d’orgue et d’accompagnement au piano. Les rédacteurs de ce texte ignorent semble-t-il tout des pratiques pédagogiques, par préceptorat, qui sont celles des conservatoires. Elles ne correspondent pas aux méthodes en cours dans l’Éducation nationale, mais elles permettent une grande souplesse, l’adaptation au projet individuel de chaque élève. Et c’est beaucoup plus efficace que des cours magistraux ! »

 

Outre une lettre adressée par la présidente du groupe LR, Nathalie Kosciusko-Morizet, à la maire de Paris, les élus de l’opposition déposeront un vœu demandant à Anne Hidalgo de prendre « une position claire, pour s’opposer aus recommandations du rapport » et faire supprimer celles « qui amalgament les enseignants à des pédophiles potentiels ». La CGT de la Direction des affaires culturelles (DAC), quant à elle, n’a pas de mots assez durs pour qualifier les termes du rapport « au titre volontairement racoleur ». « Les enseignants sont humiliés, outragés, diffamés, écœurés, trahis, égrène le syndicat. Ce sont des centaines de professeurs qui sont accusés… Et s’il s’agissait plutôt d’une réduction de budget qui ne veut pas dire son nom ? » (lire ici)

 

Lire l'article du Parisien

 

 

                   Sexe dans les conservatoires : pour ou contre (le rapport municipal) ?

Accusé d’abus sexuels, les professeurs des conservatoires parisiens se sentent « humiliés »

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

Pages