Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 16:13

 

Près de soixante mille euros de mobilier grand luxe pour une utilisation de quelques jours par an

 

Ce n’est visiblement pas la crise pour tout le monde à la Bibliothèque Nationale de France (BnF). Bien que le climat social soit explosif avec les baisses drastiques de crédits depuis plusieurs années, du côté de sa nouvelle directrice, Laurence Engel, en revanche on ne regarde pas à la dépense si l’on en croit les révélations de la CGT.

 

« Une dépense démesurée » pour le syndicat qui dénonce l’acquisition par la direction de l’établissement public d’une table et d’une trentaine de chaises pour la somme rondelette.... de près de soixante mille euros ! Un achat haut de gamme qui ne servira même pas au confort des chercheurs ou du public lambda. Pas plus qu'aux agents d'ailleurs, puisque ce mobilier grand luxe est uniquement destiné à la salle où se tient le …Conseil d’administration ! Si l’on se base sur un prix de dix mille euros pour la table de trente places, un montant déjà considérable, ça nous fait donc une chaise à environ mille cinq cent euros ! Plutôt cher pour du mobilier qui ne servira que quelques jours par an.

 

Évidemment cette gabegie n'est pas du goût des personnels. « Cette dépense dans un contexte de restriction pour les missions et les personnels de la Bibliothèque nationale est insupportable. » dénonce ainsi la CGT de la BnF dans un communiqué et « appelle la direction de l’établissement à faire preuve de retenue et de discernement, il en va de sa légitimité et de sa crédibilité » (lire ici).

 

Une crédibilité déjà entamée, car ce n'est pas la première fois pour Laurence Engel. Mais qui surtout devrait savoir que ce type de comportement est ravageur dans le contexte actuel, comme l’avait illustré les déboires... de son propre mari, Aquilino Morel ! Pour rappel, ce dernier était passé à la postérité pour une histoire de cirage de chaussure de luxe au sein même de l’Élysée lorsqu'il officiait en tant que conseiller du Président Hollande (lire ici). Un épisode qui illustrait les mœurs de cette caste que certains appellent « les petit marquis de la République ».

 

Une habitude familiale peut être car Laurence Engel avait elle aussi été épinglée pour son goût du faste lorsque elle avait fêté son départ de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris pour rejoindre le ministère de la culture en 2012. Un grand moment de privilège et de connivence au frais du contribuable qui là aussi avait choqué les personnels (lire ici). Et voilà que quatre ans après à la BnF elle fait de nouveau table rase du passé. Mais cette fois elle y aura rajouté des chaises.

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

        Dépenses grand luxe à la BnF : Laurence Engel est-telle déconnectée de la réalité ?

BnF : Laurence Engel fait une « Aquilino Morelle »

               - C'est pas de ma faute, j'suis entourée toute la journée de cireurs de pompes...

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article

commentaires

Direction de la BnF 12/10/2016 15:27

La BnF précise que cette commande faramineuse a été passée par l’ancien président, Bruno Racine et non l’actuelle occupante du poste, Laurence Engel, nommée en avril dernier.

Pages