Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 14:55

 

Libération : le 7 février 201

 

L'intersyndicale des bibliothécaires parisiens, remontés contre le travail du dimanche et le manque d'effectifs, avait une nouvelle fois appelé à la grève les 4 et 5 février. Une nouvelle mobilisation est prévue le 12 février.

 

Sous un ciel pluvieux, une trentaine de manifestants s'étaient réunis samedi 4 février devant la médiathèque Hélène-Berr (Paris XIIe). C'était le deuxième mouvement de grève des bibliothécaires parisiens après celui du 17 décembre. Car les bibliothécaires ne décolèrent pas. Le lendemain, les grévistes du samedi étaient relayés par ceux des bibliothèques ouvrant le dimanche – dont Hélène-Berr. Parmi les griefs, le travail dominical occupe en effet une bonne place. Si le mouvement n’est pas hostile au travail du dimanche en tant que tel, il juge problématique les conditions dans lesquelles il s’effectue.

 

 « Nous avons trois revendications, explique Bertrand Piéri, syndicaliste de la CGT Culture. Une revendication globale sur les effectifs et les conditions de travail; une seconde sur le rattrapage des primes de la filière culturelle, les plus basses de la Mairie de Paris; et enfin une troisième qui réclame des effectifs corrects pour la bibliothèque Hélène-Berr qui ouvre le dimanche ». L’établissement est en effet ouvert le dimanche depuis le 22 janvier 2017. Les négociations avec la municipalité n’aboutissent pas, comme le déplore Virgine Drucker, bibliothécaire et syndicaliste de la SUPAP [syndicat parisien dépendant de la FSU, ndlr] : « La mairie de Paris nous dit que c’est donnant-donnant, mais c’est un rapport de force systématique […] Elle ne nous a rien promis, a dit être ouverte à la discussion, mais les quatre-cinq réunions qu’on a eues avec elle n’ont pas abouti ». De surcroît, les syndicats estiment que le montant des primes des bibliothécaires ont quarante ans de retard sur les autres.

 

L’entourage de Bruno Julliard, adjoint d’Anne Hidalgo à la Culture, affirme que « la Ville de Paris a choisi de revaloriser le régime indemnitaire [les primes, ndlr] des bibliothécaires » sans pour autant donner de chiffres précis. « Dans ma catégorie, on a des primes annuelles de 3 300 € et les agents des finances ont de 10 000 € à 15 000 € », détaille Virgine Drucker. La féminisation du métier justifie ce retard, selon elle : « Culture, livres, intérêts et femmes, pas besoin de paye puisque les maris avaient la paye ! […] Les femmes ont aussi besoin d’autre chose que d’argent de poche ». Ceci-dit le métier devient de plus en plus masculin.

 

Les manifestants déplorent aussi le manque de personnel, qui a notamment entraîné la fermeture de petites bibliothèques. « Les effectifs ont été calculés très juste pour les nouvelles bibliothèques ouvertes d’emblée le dimanche », regrette Isabelle Beheran, bibliothécaire dans le Ve arrondissement. « Avec deux personnes par étage, on ne peut pas voir quand il y a un problème », estime Christine Huvé, qui travaille à celle de l’Hôtel-de-Ville. Un problème que la Mairie de Paris ne prend pas assez au sérieux, selon Bertrand Piéri : «Il n’y a pas de proposition pour les effectifs, mais ils nous ont laissé entendre qu’ils étaient ouverts à la création de postes. Mais ce n’est pas chiffré, ni écrit.» Le recours important aux étudiants vacataires, rémunérés à bas coûts, est également mis à l'index. «La médiathèque est ubérisée ».

 

Le mouvement, globalement favorable au travail du dimanche, s’interroge tout de même sur sa pertinence. Virgine Drucker, qui travaille un dimanche sur cinq, conteste: « J’ai peut-être remarqué un peu plus de familles, mais les statistiques ne sont pas établies […] Dans ma bibliothèque, on a beaucoup de gens qui n’ont pas de travail et qui viennent tous les jours. Dimanche ou pas dimanche, ils sont là ». Christine Huvé préconise une ouverture le lundi, plus pratique pour les lecteurs : « Je suis dans une des rares bibliothèques ouvertes le lundi, vous ne pouvez pas savoir le nombre de gens qui viennent en disant "Vous êtes les seuls ouverts le lundi, qu’est-ce que c’est bien !" ». L’impact sur la vie sociale des bibliothécaires s’en ressent : « Il y a beaucoup de collègues qui habitent en grande banlieue et qui, pour venir travailler cinq heures le dimanche, rencontrent de difficultés avec trois ou quatre heures de transport. Sans compter tous ceux qui ont besoin de faire garder leurs enfants au tarif de 150 € de baby-sitting alors que la prime est de 100€ » Interrogée par Libération, la Mairie de Paris, elle, ne compte pas revenir sur son « plan ambitieux d’ouverture des bibliothèques le dimanche ». L'intersyndicale a lancé un nouvel appel à la grève pour le 12 février.

 

Lire l’article de Libération

 

 

Bibliothèques : Les appels à la grève se succèdent depuis la nomination,d'un ancien révolutionnaire étudiant

Les bibliothécaires de Paris continuent leur mouvement de grève

              - J'ai confiance en toi petit, je sais que quand tu sera aux responsabilités ce sera la révolution permanente

                                                 - Je te jure Bernard, je ne te décevrais pas, promis !

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale Revue de presse
commenter cet article

commentaires

Pages