Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 20:34

 

Un dispositif qui semble tout à fait légal puisque aucun préfet n’a remis en cause ces décisions !

 

C’est une info qui est tombée en ce début de semaine : la Ville de Besançon (Doubs), dirigée depuis les dernières élections municipales par une maire écologiste, vient à son tour de rejoindre la liste des communes qui ont décidé de renoncer à contrôler les mineurs via le passe sanitaire, afin que ces derniers puissent accéder à une bibliothèque. Une liste qui ne fait que s’allonger si l’on en croit le site Bibsanspass qui a recensé toutes les communes qui, elles aussi, refusent d’appliquer la mise en place du passe sanitaire dans les bibliothèques pour les usagers mineurs. Et ceci en toute légalité. Au dernier décompte, il y a déjà près d’une soixantaine de communes de toutes tailles et de tout bord politique situées et dans plus d’une une vingtaine de départements dans tout le pays selon ce site qui compile toute l'actualité sur ce sujet (voir ici).

 

Tout est parti d’une mobilisation inédite dans les bibliothèques de France et de Navarre pour protester contre la mise en place du passe sanitaire afin de pouvoir accéder à leurs établissements (lire ici). C’est ainsi qu’à la suite de ce mouvement, une dizaine de communes ont décidé de pas appliquer cette mesure pour ce qui concerne les usagers de douze à dix-sept ans, une tranche d’âge qui y était soumise à partir de début octobre. Des communes qui, comme des judoka, se sont appuyées sur les inconséquences de la loi qui permettait une exception faite aux « personnes accédant à ces établissements pour des motifs professionnels ou à des fins de recherche ». Elles ont donc décidé que ce cas de figure s’appliquait aussi aux mineurs de plus de douze ans puisqu'ils sont « soit tenu d’être scolarisé » soit « légalement droit à la formation ».

 

Bien vue ! D'autant plus bien vue que cela a laissé sans voix les autorités préfectorales représentant l’État dans les territoires lesquels n'ont rien trouvé à redire à cette acrobatie juridique. Une approbation confirmée lors d’une réunion entre l’association France urbaine (représentante de deux mille communes) et le cabinet du ministère de la Cohésion des territoires, qui aurait déclaré que « la jurisprudence grenobloise est acceptée par l’État comme une tolérance non écrite », rapporte l’association à Livres-Hebdo. Jusqu’à maintenant certaines communes, dont la Ville de Paris, se retranchaient derrière « la loi » pour imposer le passe sanitaire dans les bibliothèques alors qu’ils exprimaient politiquement « leur désaccord », tenant là un rôle un peu faux cul. Un argument qui désormais ne tient donc plus.

 

Une qui pourrait être bien embêtée est d’ailleurs Anne Hidalgo, qui, en tant que candidate à la prochaine présidentielle, clamait à hue et surtout à dia que « l’éducation était sa priorité » mais imposant tout de même aux bibliothécaires parisiens d’interdire l’accès aux mineurs de plus de douze ans dépourvus de sésame sanitaire. Une chose est sûre : ce sont bien les provinciaux qui, sur ce sujet, ont non seulement été à l’avant-garde mais ont aussi fait preuve de courage et de justice pour paraphraser le slogan de campagne de la candidate socialiste. Pas très fluctat. Et même carrément mergitur !

 

 

 

 

          Accueil des mineurs dans les bibliothèques : Anne Hidalgo fera-telle preuve de courage et de justice ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Une nouvelles mobilisation nationale (la troisième) est annoncée le 10 novembre pour exiger que le pass soit levé à l'entrée des bibliothèques, lieux essentiels, tout comme le pass a été levé par le Ministre de l'Economie dans les centres commerciaux fin août au motif qu'ils étaient essentiels pour les personnes qui y faisaient leurs courses. Les bibliothèques sont essentielles pour les personnes n'ayant pas les moyens de s'acheter des ouvrages, des magazines, essentielles pour les personnes sans accès internet, sans ordinateur, essentielles pour les personnes ne pouvant pas travailler ou faire leurs devoirs chez elles. Elles font en outre partie des services municipaux et sont le "bien commun". #bibpourtous #culturepourtous
Répondre

Pages