Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 17:23

 

AFP : Le 6 novembre 2014

Thierry Lepaon a menacé de demander le départ de membres du bureau confédéral qui n'adhèreraient pas à sa gouvernance

La CGT peine à sortir de la crise dans laquelle l'a plongée l'affaire de l'appartement de son numéro un Thierry Lepaon, et la réunion du CCN, le parlement de la centrale, se poursuivait mercredi pour trouver une issue, dans un climat « délétère ».

En ouvrant mardi la réunion du Comité central national (CCN, qui regroupe les numéros un des fédérations et des unions départementales), M. Lepaon avait reconnu que la rénovation à grands frais de son appartement de fonction à Vincennes, près de Paris, était une « faute », l'imputant à l'administrateur-trésorier Eric Lafont.

Mercredi, il a enfoncé le clou jugeant « choquant » le montant des travaux dans un appartement de location, 105.000 euros pour 79 mètres carrés. « Je comprends que les syndicats de la CGT, que les salariés soient choqués », a-t-il dit sur RMC/BFM-TV.

Mais il a rejeté les nouvelles révélations du Canard Enchaîné selon lesquelles ce logement avait été déjà rénové. « Il fallait vraiment refaire des travaux importants, de sécurité, de volets », a-t-il dit, tout en faisant reposer une nouvelle fois la « faute » sur l'administrateur qui a accepté une rénovation coûteuse.

Les traits tirés, M. Lepaon, qui s'est dit « affecté » par cette affaire, a demandé « une enquête » en interne sur « la nature et le montant des travaux ». Mais sa tentative mardi devant le CCN d'éteindre l'incendie en proposant de réformer le fonctionnement interne n'a pas convaincu.

 

                      lepaon

                                        La tentative de Lepaon d'éteindre l'incendie n'a pas convaincu.

 

Après une première journée houleuse, le CCN poursuivait mercredi ses débats, l'objectif de la direction étant de parvenir à une déclaration du CCN sur ce sujet. L'affaire de l'appartement a révélé au grand jour les tensions qui ébranle la centrale depuis la crise de succession de Bernard Thibault en 2012 et que M. Lepaon, élu en mars 2013, n'a visiblement pas réussi à apaiser.

Mardi en termes voilés, il a menacé de demander le départ de membres du bureau confédéral (exécutif de dix membres) qui n'adhèreraient pas à sa gouvernance, une allusion qui semble viser Eric Aubin, ancien candidat à la succession, et d'autres membres du bureau qui lui sont proches.

Mercredi matin, M. Lepaon a lancé une nouvelle charge contre « quelques-uns qui jouent » à le décrédibiliser.  « C'est un climat dangereux et délétère », a-t-il prévenu.

Des voix se lèvent pour critiquer la gouvernance de Thierry Lepaon au moment où la CGT connaît des difficultés: ses récents appels à la mobilisation ont été peu entendus, ses résultats électoraux dans certains bastions comme EdF ou la SNCF ne sont pas bons et sa tentative de rapprochement avec la CFDT a fait chou blanc.

« Quand il ne maîtrise plus la situation, il va au plus facile, ce sont des appels à des mobilisations même s'il sait qu'on va échouer », lui reproche un cadre. Les journées d'action de la CGT- notamment les 26 juin et 16 octobre - ont été peu suivies et l'appel à la grève mardi dans les transports est passé quasi inaperçu, suscitant peu de perturbations.

Lire la dépêche de « l’AFP »

 

                    Contrat-unique-Lepaon-CGT-ferme-totalement-la-porte article

                                              - Je veux faire le vide, comme dans les poches de la CGT

 

 

Lire aussi

Affaire Lepaon : La CGT ne sait vraiment plus où elle habite !  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

Pages