Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 15:23

 

Le Parisien : Le 26 novembre 2014

 

« On est dans la démesure », estiment certains membres de la commission exécutive du syndicat

 

Après les (très chers) travaux d'un appartement de fonction, la rénovation du bureau de Thierry Lepaon pourrait bien mettre de nouveau dans l'embarras le secrétaire général de la CGT.  Selon le Canard enchaîné de ce mercredi, la CGT a dépensé 62 000 euros pour rénover ce bureau au siège de la centrale à Montreuil (Seine-Saint-Denis), près de Paris.

L'hebdomadaire satirique a reproduit l'extrait d'un devis pour ces travaux d'aménagement réalisés au début de l'année. Montant total : 62 179,44 euros. Selon le Canard, le bureau de plus de « 50 mètres carrés » a été entièrement rénové, notamment le parquet, le mobilier, l'électricité.
Réunie mardi au siège de la centrale, la Commission exécutive de la CGT a, selon une source interne, « été informée du montant de ces travaux » à la suite des révélations du Canard enchaîné. « On est dans la démesure », a estimé cette source. Selon elle, en guise d'explication, Thierry Lepaon a souligné que « pendant 15 ans, il n'y avait pas eu de travaux dans ce bureau ».  


Dénonçant une « prétendue révélation » de l'hebdomadaire, la CGT a indiqué pour sa part qu'elle conduisait « chaque année, un programme de travaux d'entretien, de rénovation, de modification et de mise aux normes des bâtiments ». La « Commission financière de contrôle, élue par le congrès des syndicats de la CGT (...) s'emploie actuellement à faire toute la lumière sur les dysfonctionnements concernant le montant et l'engagement des dépenses de la confédération », a ajouté la Confédération.

Mardi soir, la confédération a également dénoncé « l'image que le Canard enchaîné essaie d'entretenir par ses "révélations" », affirmant « s 'engager chaque jour pour défendre les intérêts du monde du travail ». Lors d'une interview le 19 octobre sur France 5, Thierry Lepaon avait souligné qu'après son élection à la tête de la confédération en mars 2013, il avait « vécu pendant presque un an dans les meubles de Bernard Thibault », son prédécesseur. Ensuite, « on a refait pratiquement tout dans ce bureau », avait-il dit.

 

Lire l'article du « Parisien »

 

                            18427122.jpg


 

 

Lire aussi

La « mauvaise passe » de la CGT s’annonce durable

Affaire Lepaon : La CGT peine à sortir de la « crise de l'appartement »

Affaire Lepaon : La CGT ne sait vraiment plus où elle habite !

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

Pages