Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 17:22

 

Alternatives Economiques : Le 9 Août 2013

Les syndicats n’y sont pour rien, car le propriétaire des lieux est la Ville de Paris

Les Bourses du travail sont les locaux affectés aux organisations syndicales. On pourrait penser que celles-ci sont exemplaires dans les relations de travail, et le respect du droit du travail. Pourtant, des salariés travaillant à l’accueil de la Bourse du travail de Paris viennent d’obtenir la condamnation de leur employeur.

A la décharge des organisations syndicales, leur employeur est la ville de Paris, propriétaire des lieux qui assure l’accueil dans ce bâtiment. La CGT Culture de la ville de Paris communique largement sur cette victoire dans son blog en mettant en évidence la paradoxe ” Le comble, c’est que ces personnes en Contrat Aidé étaient employées pour travailler à l’accueil…. de la Bourse du Travail (propriété de la Ville de Paris), au cœur même du bastion des conquêtes sociales ! ”

Au delà de cet aspect symbolique, il faut retenir la motivation de cette décsion de requalification en CDI des CAE, si on en croît a CGT. Ce serait par le non respect de l’obligation de formation pour chaque contrat, le renouvellement étant considéré comme un contrat distinct. Cette interprétation doit faire l’objet de la plus grande vigilance de la part des employeurs de salariés en CUI-CAE s’ils veulent éviter le risque d’une condamnation.

Lire l’article de « Alternatives Economiques »

 

                                         La Ville de Paris a confondu Bourse du travail et Bourse de Paris

             4198991-quand-la-bourse-de-paris-n-etait-pas-pilotee-par-le.jpg

                                                            Bon, faut me balancer tout ces contrats à la Corbeille !

 

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris se fait (encore) taper sur les doigts par le tribunal des Prud’hommes

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

Pages