Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 14:45

 

20 minutes : le 12 mai 2014

Les agents de la Direction de la Jeunesse et des Sports de la ville réclament 180 euros de prime par dimanche travaillé...

« C’est fermé? » Ils sont nombreux à se casser le nez, ce dimanche matin, devant les portes closes de la piscine Armand Massard (15e). Et tous ne le prennent pas forcément avec le sourire. « Vous ne pourriez pas faire ça un autre jour ? », se désole une nageuse frustrée. « Le dimanche c’est le seul moment où on peut venir.».

Sauf que, tous les dimanches depuis le 2 mars, un mouvement de grève touche les 450 équipements sportifs de la ville de Paris. Stades, gymnases, piscines… « L’idée est d’avoir un maximum de sites fermés », détaille un gréviste. Côté piscine, sur les 38 que compte la ville, 17 avaient tiré le rideau ce matin. Alors forcément, « un très large public est privé de ses activités sportives dominicales », reconnaissaient les grévistes. « C’est donc logique que certains râlent. On se met à leur place.»

Soutenu par une intersyndicale CGT, FO, Sud et Supap, leur mouvement vise à obtenir, pour les agents de la Direction de la Jeunesse et des Sports impactés, une prime de 180 € par dimanche travaillé.

Car les grévistes présents ce matin devant l’établissement pointent « une disparité de traitement entre les 8.500 agents des différents services de la ville ». Ainsi, ceux des parcs et jardins toucheraient une prime de 43 € par dimanche travaillé, quand ceux des médiathèques ne percevraient que 100 € pour 5 heures de travail. Et à la direction de la Jeunesse et des sports, « on ne touche que 44 € de prime, mais pour 10 heures de présence ». 

 

                                               A Paris, les piscines sont fermées tout les dimanches

                                          v-21-1097166-1202740020-copie-1.jpg

                                                       - Ah ! Ben  alors  y a plus qu'à aller se rhabiller !

 

Face à cette « inéquité », et pour exprimer leurs revendications, les grévistes attendent maintenant d’être reçus par la DRH de la ville. « On nous avait promis un rendez-vous en avril, mais depuis, c’est le silence radio ».

Contactée par 20 Minutes, la Mairie de Paris assure qu’Anne Hidalgo a reçu l’ensemble des syndicats, lors de la première semaine de son mandat et que « le travail du dimanche y a été abordé ».

« Consciente du problème », la mairie dit vouloir apporter une « réponse globale pour une meilleure harmonisation de l'indemnisation des agents ». Une réponse qui pourrait se dessiner à partir de juin, dans le cadre de l’ouverture de l’agenda social, sans que l’enveloppe budgétaire nécessaire n’ait été chiffrée, précise-t-on du coté de la municipalité.

Quant aux grévistes, ils avancent le chiffre de 13 millions d’euros, qui permettrait selon eux de financer leur demande. Méfiants quant à l'«harmonisation» promise par Anne Hidalgo, « qui pourrait se faire sur la fourchette basse », ils préviennent: « Le mouvement pourrait encore s’étendre.»

Un éventuel blocage, pendant les épreuves du baccalauréat, pourrait ainsi être discuté lors de la prochaine assemblée générale du 30 mai. Mais « on n’est pas des voyous », assurent-ils: « On veut juste être entendus.» En attendant, la grève est d’ores et déjà reconduite pour le 18 mai.

Lire l’article de « 20 minutes » 

 

                    1339069330_extras_mosaico_noticia_2_g_0.jpg

                                              La mairie de Paris pourrait chuter sur le travail du dimanche

 

Lire aussi

Paris : La grève continue dans les piscines, les stades et les gymnases pour cause de prime du dimanche.

   

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

Pages