Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 08:21

 

« On ne peut pas politiquement donner une prime aux agents des stades et des piscines alors que neuf mille agents de la ville travaillent le dimanche » a d’ailleurs déclaré Jean-François Martins, l’adjoint chargé des sports


« Il est hors de question de céder à des revendications catégorielles ! ». C’est la réponse faite publiquement par Jean-François Martins l’adjoint chargé des sports à la mairie de Paris aux personnels des équipements sportifs municipaux (stades, piscines..) …en grève depuis huit mois maintenant pour réclamer la revalorisation de la prime pour le travail du dimanche .


N’empêche que ce long mouvement social empoisonne très clairement le nouveau mandat de l’équipe d’Anne Hidalgo en place depuis les dernières municipales de mars. Alors que la mairie de Paris avait très clairement parié sur le pourrissement du mouvement, voilà que l’exécutif décide d’écrire aux deux milles agents concernés par la grève, lesquels ont reçu ce courrier directement à leur domicile. Une lettre signée rien moins que par deux adjoints aux maires, Jean-François Martins bien sûr mais aussi Emmanuel Grégoire, en charge, lui, des personnels. Début de panique du côté de l’Hôtel de Ville ? En tout cas, le geste est assez inhabituel (lire ici).

 

 

                                                                   Jean-François Martins  

       01.11-Jean-Francois-Martins-conseiller-de-Paris-MoDem-dans-    

                                 - Emmanuel fournit les enveloppes, moi je paye les timbres !    

 

                

Dans cette missive, la municipalité commence d’abord à sortir la brosse à reluire la chaussure à crampons. « Conscient de la large ouverture des équipements sportifs, 360 jours pas an sur des plages horaires particulièrement étendues, nous tenons à vous remercier pour la qualité de votre travail et pour le service rendu aux parisiens ». Toutefois, après cette formule de politesse nos élus d’expliquer aux grévistes pourquoi ils ne peuvent répondre à leur revendication arguant du fait que les agents municipaux qui travaillent le dimanche (culture, nettoiement, parcs et jardin, sports..) sont non seulement très nombreux, près de neuf mille, mais en plus ne touchent pas la même chose. Ça tombe bien, c’est justement le souhait des agents des équipements sportifs qui demandent à toucher la même prime que les bibliothécaires.


Sauf que de son côté, la Ville qui parle « de manque de lisibilité », veut plutôt aller « vers une harmonisation », c'est-à-dire la même prime dominicale pour tous, sans que l’on sache très bien si ce sera 44 euros (la prime que touchent actuellement les agents), de 100 euros celle obtenue par les bibliothécaires après douze semaines de grève en 2010 ou bien 180 euros, la revendication des grévistes et de la majorité des organisations syndicales présentes à la Ville de Paris ? A moins que ce ne soit tout simplement 60 euros selon plusieurs sources bien informées.


En tout cas, ce ne sera pas 180 euros. « Nous tenons à vous indiquer qu’aucun agent à la ville ne touche 180 euros » écrivent sans se démonter nos deux élus. Mieux, d’après Messieurs Martins et Grégoire, les grévistes de la DJS seraient même largement favorisés question pouvoir d’achat. « Si l’on prend en compte tous les éléments de rémunération pour une moyenne d’une dizaine de dimanches travaillés dans l’année, l’écart réel est de huit euros à votre bénéfice » osent même nos deux Géo Trouvetout. Bref les grévistes sont encore bien trop payés si l'on calculent les primes de ceux qui font huit dimanches dans l’année à 100 euros avec ceux qui en font plus d’une vingtaine à 44 euros. Il fallait oser non ?



      hidalgo-soutiens

                                    - J'oserais prendre comme adjoint non pas un mais deux Géo Trouvetout

           

 

Pas sûr que les grévistes soient convaincus par les calculs issus du « théorème de Martins » comme l’appellent désormais les syndicalistes du secteur. « Depuis le début, il n’y a aucun dialogue social, car aucune discussion n’est possible. Nous demandons pourtant la revalorisation d’une prime inchangée depuis quinze ans pour des agents qui travaillent dix heures consécutives, un week-end sur deux ; dans des conditions pénibles. Ils ne se rendent pas compte… » avait d’ailleurs déclaré au Parisien William Bouffet, délégué CGT.


Non, ils ne se rendent pas compte. C’est aussi l’avis des sportifs parisiens qui ne comprennent pas que la mairie n’entame pas des négociations pour sortir de ce très long conflit. « Nous souhaitons un dénouement rapide des négociations avec la mairie » a déclaré un représentant du CA Paris, un club de football désormais obligé de jouer ses matchs en grande banlieue et encore seulement « grâce à des amis » (lire ici). Pareil pour les rugbymen qui eux aussi déplorent le silence municipal : « malgré nos demande d’aide nous n’avons aucun écho de la mairie » déclare un dirigeant du SCUF dans la presse régionale (lire ici).


De son côté, la mairie n’a apporté comme réponse pour le moment que le prolongement (pour six mois) des abonnements pour les utilisateurs des piscines. La seule proposition de Jean-François Martins est d’ailleurs assez baroque : « Je vais essayer de prendre contact avec d’autres équipements ou communes pour relocaliser les rencontres des clubs qui me solliciterons » a-t-il piteusement déclaré au Parisien. Un engagement qui pourrait d’ailleurs occuper largement ses journées car des préavis sont posés jusqu’à la fin de l’année.




                                        Jean-François Martins a présenté son théorème à Anne Hidalgo

                ptitvelib2

                                                                             - Rah, t'as encore osé !

 


L’élu reconnaît d’ailleurs « être dans une impasse » et avoue : « C’est une grève catégorielle et on ne peut pas politiquement donner une prime aux agents des équipements sportifs alors que neuf mille agents de la ville travaillent le dimanche ». On l’a compris la mairie de Paris a peur de la contagion. En fait, pour la plupart des observateurs, la mairie est assise sur une bombe à retardement, c’est sans doute pourquoi elle renvoie la question pour 2015 en prenant pour excuse la tenue des élections professionnelles à la fin de l’année 2014.


Une attitude difficilement compréhensible de la part d’une municipalité classée à gauche pour Stéphane Gautherot, délégué CGT chez les maîtres-nageurs, lesquels ne participent pas directement au mouvement, mais soutiennent néanmoins leurs collègues agents techniques. « Ces agents ne touchent pas de gros salaires. Faire traîner ce conflit est inadmissible. Dans n'importe quelle entreprise, on discuterait. On aurait pu, par exemple, leur proposer une revalorisation de leurs carrières » a ainsi déploré le syndicaliste au quotidien Métro.

 

Publié également sur Miroir Social


 

 

                       Social: La mairie de Paris ouvrira-t-elle des négociations avec les grévistes ? 

        2014-01-28hidalgo

                               - Mais qui est le Géo Trouvetout qui a mis ça derrière moi ?

 


                       

 

 

Lire aussi

Piscines parisiennes : les raisons de l'interminable grève dominicale

Paris : il sera difficile d'aller à la piscine ou dans une stade le dimanche

Les stades et les piscines de la capitale resteront fermés chaque dimanche pour cause de grève au moins jusqu’à la fin de l’année.

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article

commentaires

Emmanuel Gaudez 28/03/2015 20:52

Cela devient intolérable cette grève perlée qui prive d'activité sportive les jeunes et dont les medias ne se font pas l"écho et qu'Anne Hildago laisse pourrir bien évidemment !

Camgus 08/04/2015 19:44

Oui en période pré-électorale le PS venant de prendre une sévère déculottée ne va pas en plus prêter le flanc à des attaques sur son absence de gestion de ce conflit qui dure depuis plus d'un an et s'amplifie...

Dominique Levasseur 07/01/2015 10:07

En tant qu'utilisatrice des équipements sportifs de la Ville de Paris, je trouve incompréhensible que les Parisiens soient privés de sport le dimanche depuis bientôt un an. Je déplore également le
manque d'information fourni aux usagers qui attendent d'un dimanche à l'autre de savoir si le stade ou la piscine sera ouvert. Je vous demande instamment de traiter ce conflit comme une priorité.

Camgus 02/12/2014 19:24

Les agents de la mairie de paris travaillant dans les stades, gymnases et piscines prennent en otage des gens qui inscrivent leurs enfants et eux memes à des clubs de sports en payant annuellement
redevance qui ensuite est versée a la mairie de paris. Ils se retrouvent portes closes comme au 292 rue Saint Charles ou au Gymnase des Cévennes dans le XVeme...Tout ça parce que ces "agents"
voyous prétendent recevoir 180 euros de prime le dimanche !! Alors qu'ils n'ont rien d'autre à faire que de jouer sur leur play station ouvrir la porte le matin et la fermer le soir !
Vous êtes des minables vous utilisez la force sur des innocents comme des laches que vous etes et vous ne méritez absolument pas de primes.
Votre salaire est bien trop suffisant pour ce que vous faites et vous pouvez même faire la gréve toute l'année on va faire ponctionner les desdits que vous causez aux inscrits de ces clubs et les
montants seront déduits de vos salaires ! Allez y ! Continuez !

Pages