Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 09:23

 

Un choix bizarre pour des bêtes qui n’aiment rien tant que la chaleur et l’humidité !

Il se pourrait qu’à la bibliothèque Glacière dans le XIIIe arrondissement de Paris on exige de nouveau la carte d’inscription avant de pouvoir entrer.

Depuis le mois de février de nouveaux usagers ont fait leur apparition. On les trouve nichés dans les rayonnages, sur les fauteuils des salles de lectures ou encore à la banque de prêt. Il arrive même parfois qu’on les retrouve sur les claviers des ordinateurs mis à la disposition du public.

D’après les personnels, c’est une véritable colonie de blattes (appelés aussi cafards ou cancrelats pour les connaisseurs) qui a envahi la bibliothèque depuis huit mois. Parfois pour le plus grand plaisir des lecteurs quand quelques unes d’entre elles viennent leur caresser les jambes. Hum, hum...                                  

Les services d’hygiène de la Ville de Paris sont pourtant intervenus plusieurs fois mais la bête est solide. Et l’air a beau être saturé d’insecticide, les cafards sont toujours dans une position des plus fluctuat. Il faut dire que ces animaux ont de quoi se nourrir car un marché d’alimentation est installé deux fois par semaine devant la bibliothèque, laissant toujours des résidus de nourriture sur le trottoir. Suffisant pour pouvoir tenir.

Alors, pour éradiquer l’invasion, faudra-t-il fermer temporairement l’établissement du quartier de la Glacière ? La balle est dans le camp de la Mairie de Paris qui semble y réfléchir.  En tout cas, l’ironie pour ces insectes qui aiment tant la chaleur et l’humidité, c’est d’avoir choisi cette bibliothèque. Du pur mergitur ! Elle mériterait d’être rebaptisée tiens (lire ici).  

 

                                   La bibliothèque Glacière arrivera-t-elle à éradiquer les blattes ?

     287 001

                                         -   Oui, mais d'abord la Ville de Paris doit arrêter de blablater !

 

 

Lire aussi

Pour Bertrand Delanoë, « travailler en bibliothèque, c’est pas la mine » !

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

commentaires