Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 14:37

 

Le Parisien : 27 décembre 2011

 

La bibliothèque Morland vit ses dernières heures.

 

La bibliothèque Morland ne passera pas l’hiver. Cet établissement de prêt situé au 8ème étage du centre administratif de la Ville de Paris (et réservé aux quelques 45 000 agents communaux) a fermé ses portes vendredi soir, le 23 décembre.

 

Elle rouvrira quelques heures par jour durant la première quinzaine de janvier mais seulement pour permettre la restitution des ouvrages empruntés. Puis la bibliothèque, qui abritait près de 14 000 livres et CD  ainsi qu’une salle de lecture, baissera définitivement le rideau. Les services de Christophe Girard, l’adjoint (PS) à la culture, dont dépendait la bibliothèque des communaux, justifient cette fermeture par la faible activité du site. Mais aussi par la recherche d’économies budgétaires auxquels tous les services municipaux doivent participer. Les arguments ont du mal à passer auprès des utilisateurs de la bibliothèque, qui n’apprécient guère ce triste « cadeau » de fin d’année.

 

« Sous prétexte de faire des économies de bouts de chandelle, on supprime un lieux, qui comptait tout de même un millier de lecteurs inscrits et qui réalisait près de 20 000 prêts par an », s’indigne une employée du site Morland qui fréquentait assidûment la bibliothèque.

 

Une pétition et une lettre ouverte.


« Ce projet, assez démotivant pour les personnels, va en plus à l’encontre de la politique de la municipalité pour la diffusion de la culture auprès du plus grand nombre », renchérit Ida Cohen, du syndicat  CGT, qui a beaucoup milité  pour éviter la fermeture.

 

Une pétition, signée par un millier d’agents et quelques personnalités du monde littéraire comme Didier Daeninckx, une lettre ouverte à Bertrand Delanoë et un comité technique paritaire consacré au sujet n’auront en tout cas pas permis de revenir sur le décision de fermeture.

 

«Les agents qui travaillent au centre Morland pourront se rendre à la bibliothèque Baudoyer, qui qui est vraiment tout proche (en réalité cette bibliothèque n’est pas vraiment «toute proche», car située à deux stations de métro. De plus elle n’ouvre qu’à partir de 13h. Enfin, les agents de Morland n’ont pas le droit réglementairement de s’éloigner de leur lieu de travail pendant leur pause-déjeuner –NdR-).

Le fonds documentaire de Morland sera transféré (une infirme partie seulement- NdR-)  dans d’autres établissements de la ville et les quatre bibliothécaires qui travaillaient sur le site seront réaffectés dans d’autres services», relativise-t-on à la mairie de Paris.


Benoit Hasse                           

                                                   le parisien 13

 


Partager cet article

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

christiane.mazens 30/12/2011 16:49

c'est dommage.
J'ai travaillé dans cette bibliothèque ; elle était atypique. c'est là où j'ai connu la plus grande adéquation entre le lecteur et la bibliothèque. Dans une telle structure, on peut acheter les
livres que veulent vraiement les lecteurs. Donc, économie. Impossible de délirer dans les commandes quand vous connaissez le lecteur, avec qui vous pouvez déjeuner à midi à la cantine.. quand vous
croisez les autres dans les couloirs.
La bibliothèque était fréquentée, comme aujourd'hui je pense, par beaucoup d'employées administratives qui empruntaient des livres pour meubler les longues heures qu'elles passaient dans les
transports en commun, étant la pluspart du temps logées en banlieu. Voilà un bienfait social qui ne sera plus assuré. Autre temps, autre moeurs...Il semble que les vertus sociales des bibliothèques
ne soient plus pris en compte. Pourtant les lecteurs, et les bibliothècaires vivent toujours dans l'esprit de ce contrat social. Manquerions-nous d'études sur le sujet ?
En tout cas pour Morland, c'est extrémement dommage.

sarkozy 29/12/2011 15:49

Le batiment de Morland sera très prochainement vendu à BNP Paribas et un groupe Hotelier. C'est pour cela que les services fermes les un après les autres. La mairie de Paris annonce la fermeture
pour des raisons budgétaires, c'est un mensonge.

Cordialement Nicolas Sarkozy

parisculturesociale 31/12/2011 17:43



En effet, cette possibillité avait été évoqué dans le premier article consacré à la fermeture de cette biliothèque. Pour relire l'article, cliquez là