Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 12:24

 

Métro : Le 12 mars 2014

 

Les bibliothécaires de la Ville de Paris seront en grève jeudi 13 mars et samedi 15 mars. Ils protestent notamment contre les suppressions de postes et les conséquences pour les usagers.

 

Des horaires réduits, des discothèques fermées, des postes supprimés… Rien ne va plus dans les bibliothèques parisiennes à en croire la CGT-Culture. Pour protester contre les mesures d'économie de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, les syndicats CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP et UNSA annoncent cette semaine deux journées de grève.

 

Jeudi 13 mars d'abord, les bibliothécaires manifesteront à 10 heures dans la cour de l’Hôtel d’Albret, siège de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris situé en plein cœur du marais. Deux jours plus tard, samedi, 15 mars ensuite, partir de 13 heures, les bibliothécaires quitteront leur poste de travail pour distribuer une lettre aux usagers expliquant leur différend avec la Ville.

 

Effectifs insuffisants  Ainsi, selon la CGT, il y aurait « actuellement 80 postes vacants dans les bibliothèques municipales parisiennes, dont 50 vont être définitivement supprimés ». « Nous sommes environ un millier de bibliothécaires, 50 postes supprimés, c'est beaucoup. C'est l'équivalent de quatre petites bibliothèques de quartier, précise Bertrand Pieri, de la CGT culture. L'incidence directe de ces suppressions est la réduction des horaires d'ouverture, comme à Clignancourt (18e), Europe (8e), ou Brochant (17e) où les bibliothèques sont désormais plusieurs matinées par semaine ou encore la fermeture de discothèques comme celle de Glacière, Europe et bientôt Italie ». La CGT rappelle en outre que plusieurs bibliothèques ont déjà fermé comme celles de Sully Morland (4e), L'Ile Saint-Louis (4e) ou La Fontaine (1er) et ajoute que celles de Château d'eau (10e) et du Louvre (1er) seraient menacées.



                                                  Paris: Quelle bibliothèque de quartier va bientôt fermer ?

           anne2-35005

                                 - On s'en fout, on va créer un poste d'adjoint à la nuit !


 

« Les deux favorites pour les municipales dans la capitale, NKM et Hidalgo, ont évoqué une extension des horaires le soir et le dimanche. Nous ne sommes pas forcément contre, s'il y a des primes et qu'il y a une demande. Mais comment, alors que l'heure est aux économies, la prochaine maire va financer tout cela ? Comment les bibliothèques peuvent-elles ouvrir plus avec des personnels en moins ? » s'interrogent les syndicats qui attendent des réponses concrètes des candidates avant le premier tour des élections.

 

Un scrutin important  Contactée par téléphone sur ce mouvement annoncé, la Ville de Paris s'est refusé à parler de suppression de postes préférant les mots de « redéploiement d'effectifs ». « Des postes vacants de fait ne sont pas des postes supprimés, indiquait-on à la mairie de Paris ce mardi. Aujourd'hui, il n'y a pas de postes en moins. Après les élections, on ne peut pas prédire de ce qu'il va se passer ». 

 

Pour les personnels de la Ville de Paris, bibliothécaires et autres, le calendrier électoral est en effet important. Pour eux c'est sûr, leur avenir est d'ores et déjà aux mains du successeur de Bertrand Delanoë. 

 

Lire l’article de « Métro »      



 

                      Des postes vacants ne sont pas des postes supprimés déclare la mairie de Paris


        1520-anne-hidalgo-met-le-turbo-parismatch.com

                                                           - Et c'est à ça qu'on me reconnait !

                                    


  

 

Lire aussi

Bibliothèques: Les (maigres) propositions d’Hidalgo et NKM passées au crible.         

Anne Hidalgo aimerait un maire-adjoint….. en charge de la nuit !     

Bibliothèques : Un drôle de tango à Paris

Ouverture du dimanche : Une pétition qui a « beaucoup énervé » parmi les personnels des bibliothèques

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires