Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 13:45

 

Le Parisien : le 30 octobre


L'association chargée de gérer les services de restauration du personnel municipal accuse un déficit de 605 000 €. La mairie pourrait devoir allouer une subvention exceptionnelle.


Encore un problème de gros sous à régler pour la mairie de Paris. Alors qu'Anne Hidalgo, la maire (PS), est en train de rechercher 400 M€ pour boucler son budget 2015, une nouvelle difficulté s'annonce dans les semaines à venir : les finances des cantines de la Ville.

L'association chargée de gérer les services de restauration, l'ASPP (Association d'action sociale en faveur du personnel de la Ville de Paris) accuse un déficit de 605 000 €. « Le directeur de l'association nous a assuré que si cela continuait, l'ASPP sera bientôt en en cessation de paiement ! » s'alarme-t-on du côté de la CGT.

L'association vit à 50 % des recettes des repas servis et 50 % de la subvention versée par la mairie de Paris. Mais la fréquentation des 17 cantines ouvertes aux fonctionnaires ne cesse de baisser. « Ils étaient 10 000 agents à profiter des cantines il y a quelques années. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 8 000 », souligne-t-on à l'Unsa (Union nationale des syndicats autonomes). Mais les charges de l'association, elles, ont parfois augmenté. « Nous avons dû faire des investissements supplémentaires pour rénover certains centres », explique le directeur de l'ASPP, Eric Robine.

Pour renflouer ses caisses, l'ASPP aurait besoin d'un coup de pouce de la mairie de Paris. « A l'heure où l'argent public devient rare, ça va être difficile », redoute le directeur de l'association. En attendant, toutes les solutions possibles pour renflouer les caisses sont recherchées. « Plusieurs pistes sont à l'étude, comme l'augmentation des tarifs (NDLR : actuellement entre 6 et 8 € selon les cantines) », concède le directeur de l'ASPP, « mais aucune décision n'est prise », ajoute Eric Robine.

Du côté de l'Unsa, on redoute aussi la fermeture des cantines les moins fréquentées. « C'est déjà ce qui a été fait il y a quelques années », rappelle Daniel Brobecker, représentant de l'Unsa.

Pour les organisations syndicales, il faudrait au contraire revoir l'organisation de la restauration. « S'il y a une baisse de fréquentation des cantines, c'est parce qu'il y a eu trop de fermetures de restaurants de proximité. Bon nombre d'agents n'ont désormais plus assez de temps pour rejoindre des cantines trop éloignées de leur lieu de travail », juge-t-on du côté de l'Unsa qui préférerait que la mairie adopte plutôt le régime des Tickets restaurants. « Il faudrait élargir la plage horaire pour permettre à davantage d'agents municipaux de bénéficier de ces restaurants », renchérit la CGT (elles sont toutefois déjà largement ouvertes de 11h15à 14h NdR).

A quelques semaines des élections syndicales, pas question de crisper le climat social. La mairie tient donc un discours rassurant. « Un audit financier de l'association a été demandé. Il est en cours. S'il s'avérait qu'il y a un gros problème de trésorerie, nous aiderons l'association avec une subvention exceptionnelle. Mais pas question de fermer des restaurants », assure-t-on à l'Hôtel de Ville.
 

Lire l’article du « Parisien »

 

 

 

                                             Les cantines de la Ville de Paris sont dans le rouge


                              46f863bfe0d28

                                                    -Tiens, voilà déjà un acompte !

 



                                 

 

Lire aussi

Paris : l’ASPP, l’association qui gère les cantines des personnels municipaux, accuse un déficit de plus de 600 000 euros.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

Pages