Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:38

 

Pourtant même un député UMP estime que le burn-out devrait être reconnu comme maladie professionnelle.


L’affaire a fait la une du Parisien. Les arrêts de travail pour cause de risque psycho-sociaux (RPS) font l’objet de conflits de plus en plus répétés entres employeurs et médecins. Plus de trois millions de salariés sont pourtant exposés « à un risque élevé de burn-out » alerte une récente étude du cabinet Technologia. N'empêche les pathologies psychiques liées au travail ne sont pas reconnues comme une maladie professionnelle. Un état dans lequel s’engouffrent les entreprises (publiques et privées d’ailleurs).


Il est vrai, que dans le cas contraire, la facture pourrait être salée, mais le patronat « préfère rejeter la faute sur les salariés » déclare Martine Keyser du syndicat CFE-CGC au Parisien. Pour preuve, un nombre croissant d’employeurs… attaque les médecins qui auraient eu l’audace d’établir un certificat médical faisant le lien entre l’état psychique d’un patient et ses conditions de travail. Ainsi une dizaine de médecins, un record, font aujourd’hui l’objet de plainte devant le conseil de l’ordre. Un phénomène pour le moins alarmant.


 

               3rzvcn2n joy



Car syndicats et médecins du travail sont désormais unanimes : la reconnaissance des RPS en maladie professionnelle est une priorité. Un courrier a d’ailleurs été adressé en ce sens à la ministre de la santé, Marisol Touraine.  Un soutien à cette reconnaissance qui peut d’ailleurs venir  parfois là où on ne l’attend pas.

 

Ainsi Jen-Frédéric Poisson député UMP des Yvelines estime que le burn-out devrait être reconnu comme maladie professionnelle.  Le parlementaire, qui a il est vrai signé un rapport sur les risques psycho-sociaux en 2011 (lire ici), n’hésite pas à déclarer, toujours au Parisien : « certaines organisations sont devenues de véritables machines à broyer. En France cela se double d’un problème de formation. Les employeurs envoient au feu des jeunes cadres mal préparés qui se retrouvent en situation de faire de la casse humaine. Aujourd'hui, les salariés tirent la sonnette d'alarme ».


Et le députer UMP d’ajouter : « Il est impératif de mieux former salariés, syndicats et patrons. Je milite pour que le burn-out soit reconnu comme maladie professionnelle ». Un véritable défi pour le Gouvernement Hollande.

 

Publié également sur "Miroir Social"



 

               3360480 Your-Codename-is-Milo---Ign

 

 

 

 

lire aussi

Santé au travail: Le «burn-out» guette plus de 3 millions de Français.

La souffrance au travail, un mal oublié par les politiques


Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article

commentaires

faidi 20/03/2014 14:59

c'est un scandale.!!

Pages