Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 08:41

 

                                                          metro 3

 

L’impact des ondes électromagnétiques sur la santé des salariés continue d’opposer syndicats et employeurs. Souvenons-nous des débats engagés à la Mairie de Paris après le déploiement des bornes Wifi dans les bibliothèques municipales. Une "Conférence de Citoyens" organisée pour l’occasion avait d’ailleurs recommandé de limiter au maximum l’exposition aux champs électromagnétiques dans les bâtiments publics.Cette recommandation est toutefois restée lettre morte jusqu’à présent.

 

Aujourd’hui, la confrontation a lieu à  la RATP. La régie des transports parisiens et les partenaires sociaux ne sont pas d’accord sur le seuil limite d’exposition. " les normes sont dépassées et présentent un risque sanitaire" estime le syndicat SUD, soutenu par l'association "Robin des toits" dans un communiqué commun. Il est vrai que les normes officielles sont désormais tellement obsolètes qu'elles ont été remises en cause par le Parlement Européen

 

Le syndicat SUD a donc tenté de procéder à des relevés du rayonnement du champ électromagnétique par un organisme indépendant, dans les stations du métro parisien. Celui-ci s'est vu interdire l'accès par la direction. La demande d’expertise du syndicat est contestée par la RATP qui a saisi le Tribunal de Grande Instance a-t-on appris dans le même communiqué.

 

Les salariés de la RATP sont pourtant particulièrement exposés aux ondes électromagnétiques depuis plusieurs années maintenant. Il y eu d’abord l’installation massive de mini-antennes relais dans les tunnels et les stations du métro parisien pour permettre à tous les usagers de pouvoir téléphoner sans entrave. C’est maintenant  le développement des technologies 3 G, avec l’installation d’’antennes plus puissantes qui est remis en cause par les représentants des personnels au Comité Hygiène et Sécurité. Les personnels de la RATP demandent à leur employeur d’appliquer le principe de précaution d’autant plus qu’ils travaillent en sous-sol, et que les conducteurs de rame ne peuvent échapper à ce véritable brouillard électromagnétique, eux dont les cabines font littéralement office de « cage de faraday ». Cette demande est pourtant rejetée par la RATP.

 

 

                                                       metro 4

 

  En quelques années la connaissance scientifiques sur la question a cependant beaucoup évolué : Le phénomène de syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques qui est la marque des personnes qui se déclarent éléctrosensibles a été reconnu par l’Agence de Sécurité Sanitaire (ANSES). Celle-ci recommande de réduire fortement l’exposition du public. Quand à l’OMS, il  a classé l’année dernière les ondes comme potentiellement cancérigènes

 

Les risques sur la santé liés aux technologies émergentes sont désormais bien intégrés par une opinion publique de plus en plus sensible aux questions d’environnement. Il est donc logique que les syndicats s’en emparent à leur tour.

 

La RATP et le syndicat SUD se retrouvent devant le tribunal ce 24 janvier* pour autoriser ou non la venue des experts réclamés par le syndicat. Ce n'est probablement que la première étape d'un long combat. On n’a en tout cas pas fini de voir les représentants des personnels s’emparer de cette question de santé au travail. 

 

Publié également sur "Miroir Social"


 

                                               metro 5

 

                                                         

 

 

*Dernière minute: Le jugement du Tribunal de Grande Instance sera finalement rendu le 7 février at-on appris dans un nouveau communiqué. La RATP a adopté une curieuse position lors de l'audience, affirmant "qu'en l'absence de risque avéré", des "mesures indépendantes n'ont pas lieu d'être". L'entreprise publique déclare également "que par conséquent, le principe de précaution n'a pas à s'appliquer". CQFD ! Le paradoxe, toutefois, est que la RATP affirme dans le même temps appliquer ce même principe, car ayant effectué elle même ses propres mesures il y a trois ans ! Comprenne donc qui pourra. Esperons que les juges s'y retrouveront. Rappellons que cette demande d'expertise du syndicat SUD a été faite en bonne et due forme lors d'un Comité Hygiène et Sécurité de la régie (autonome?) des transports parisiens.

 


 

                                                             metro, 6

 

 

Lire aussi:

Wifi : Les syndicats de la BnF sont tous sur la même longueur d'onde !

Le Wi-fi débranché à la bibliothèque Chaptal

Wifi: La "Conférence Citoyenne" recommande la prudence

AFP: Le Wifi suscite l'inquiétude

Partager cet article

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article

commentaires

Pages