Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2005 5 18 /03 /mars /2005 14:45

 

Le Parisien : 18 mars 2005

 

Amiante : La BNF recherche ses magasiniers

 

Le vent de mobilisation antiamiante qui semble s'emparer de tous les grands établissements publics depuis quelques jours n'épargne pas la Bibliothèque nationale de France. On y a aussi parlé amiante hier, au cours d'un comité d'hygiène et de sécurité (CHS-CT) qui devait de toute façon se tenir et où il était déjà prévu d'évoquer le sujet, avant l'« affaire Montparnasse ». Il n'empêche : la BNF est à la recherche de près de 120 de ses magasiniers, qui ont travaillé sur le site aujourd'hui abandonné de l'un de ses magasins, dans les Yvelines.

 

Au moins, 120 personnes concernées Dans l'annexe de Mont-Bauron, sur le site des Petites Ecuries, à Versailles, ils ont sans doute été plus que 120, à travailler depuis les années 1950. L'amiante étant alors le matériau antifeu par excellence, et, s'agissant de protéger des ouvrages, les locaux en étaient truffés. « Longtemps l'administration s'est contentée de nous fournir des analyses d'air indiquant moins de 5 fibres par litre d'air » (NDLR, le seuil fixé par la réglementation, au-dessus duquel les travaux s'imposent en urgence), raconte un représentant syndical. Jusqu'à ce que les magasins déménagent en 1997, qu'il soit question du devenir du site délaissé par les bouquins et les magasiniers au profit des tours de Tolbiac... et que la facture des travaux nécessaires présentée en conseil d'administration après 2002 prouve ce que le personnel soupçonnait : s'il faut désamianter, c'est qu'il y avait de l'amiante ! Comme l'administration n'en informait toujours pas le personnel concerné, les syndicats intervenaient. Au printemps dernier, l'un d'eux, la FSU, a mis en avant une jurisprudence récente du Conseil d'Etat : même l'Etat doit informer ses employés quand ils ont été en contact avec de la poussière d'amiante.

 

La BNF a donc mis en place un groupe de travail, chargé de retrouver et lister ses anciens magasiniers. Certains travaillent aujourd'hui à Tolbiac. Mais d'autres ont pris leur retraite, quitté le métier, et même la fonction publique. Sans compter les intérimaires... A la BNF François-Mitterrand, les grandes tours, quoique construites depuis dix ans à peine, contiennent elles aussi un peu d'amiante. Rien d'alarmant cependant selon les syndicats : deux endroits dans des zones techniques sont a priori identifiés et régulièrement vérifiés. Le site de Richelieu (II e ), où se trouvent toutes les collections spécialisées et qui doit à terme héberger l'Institut national d'histoire de l'art, la bibliothèque d'art et d'archéologie risque en revanche de poser problème : des arbitrages financiers seraient en cours pour financer le désamiantage avant travaux du site (un atelier de restauration notamment), historique et classé.

 

Le Parisien

 

Voir aussi sur: link

 

 

                                     247738 la-bibliotheque-nationale-de-france-bnf-le-2-juillet

 

Partager cet article

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article

commentaires

Pages