Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 14:30

banniere vague vide

  Social nec mergitur : le social ne coulera pas !

 

Bienvenue sur le site d’informations sociales, syndicales et culturelles à la Ville de Paris.

 

L’actualité syndicale ou des conflits sociaux à la Mairie de Paris vous intéressent ? Ce site tentera de présenter l’actualité à travers des dépêches, articles, liens Internet… Vous y trouverez aussi bien des revues de presse (revues de presse), les annonces de grêve et de mouvements sociaux à la Ville de Paris et parfois ailleurs (actualité sociale).

 

Vous pourrez lire également l’actualité culturelle à la Ville de Paris (musées, bibliothèques…), ou celle qui rentre en résonance ailleurs (BnF, musées nationaux ou étrangers). Ces informations sont rassemblées dans la rubrique culture nec mergitur. Quand à l'actualité sociale des bibliothèques municipales de France et de Navarre (Angers, Lyon, Nantes, Rouen, Le Havre, Rennes, Toulouse...) elle est si foisonante qu'elle a une rubrique spécifique BM nec mergitur.

 

Le social, c’est aussi la santé au travail, dont certains thèmes (ondes électromagnétiques, amiante…) ont fait l’actualité à la Ville de Paris. Pour cela la rubrique santé, c’est HS est faite pour vous.

 

Bien entendu, ce blog accueillera des contributions sur tous ces thèmes dans la rubrique tribune libre. Pour celles consacrées au fonctionnement des bibliothèques, la rubrique Bibliothéconomiquement Vôtre vous sera reservé. Envoyez nous vos suggestions à socialnecmergitur@yahoo.fr

 

N'hésitez pas à vous abonner à notre liste de diffusion pour recevoir nos articles dès leur parution (tout en bas, à droite, à la rubrique "newsletter")


banniere vague vide

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Qui sommes nous
commenter cet article
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 12:23

 

BnF: Un massacre à la tronçonneuse.... silencieuse !

 

  C'est une élimination silencieuse et non méditatisée. Des dizaines de milliers de livres de la Bibliothèque- François Mitterrand vont être jetés à la poubelle. Voir sur: link

 

Il est vrai que la BnF s'est déjà distingué en lançant le 21 juin 2011 l'opération "Shake ton booty ! ". Voir sur: link

 

Cette institution n'est donc plus sous la tutelle du Ministère de la Culture, mais sous celui de la Cul-ture !

 

                                                  imagesCASTGMN1

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 12:52

 

Social-fonction-publique-syndicats

Droits et moyens syndicaux dans la Fonction publique en discussion

PARIS, 20 juillet 2011 (AFP) –

Le ministre de la Fonction publique François Sauvadet souhaite ouvrir à la mi-septembre des négociations sur les droits et moyens syndicaux dans la Fonction publique afin d'aboutir à un accord avant les élections professionnelles du 20 octobre, a-t-on appris mercredi auprès du ministère.


"Nous sommes dans une phase de post-concertation mais le chemin de la négociation sera très difficile", a-t-on indiqué au cabinet du ministre.


Depuis les accords de Bercy de 2008 sur la rénovation du dialogue social, le ministère et les organisations syndicales sont en discussion sur ce sujet.

 

La nécessité de simplifier le cadre juridique sur les droits et moyens syndicaux pour aboutir à plus de transparence est globalement acceptée par les syndicats dans la mesure où les moyens (financiers, techniques et humains) mis à leur disposition sont maintenus.


Ce qui va changer, la clé de répartition en fonction des sièges et des voix obtenus, divise en revanche les syndicats. Y aura-t-il un socle minimal (de 10 à 20%) accordé à toutes les organisations syndicales ou un seul principe, pas de siège pas de droits ? Ce sera le principal objet des négociations à venir.

 

Selon une estimation établie en 2010 à partir d'un rapport de quatre inspections générales de la Fonction publique dans deux départements (Loiret, Rhône), les moyens accordés aux syndicats sont estimés à 250 euros par an et par agent, soit 1,3 milliard d'euros pour les trois fonctions publiques (Etat, hôpitaux, collectivités territoriales).


Ce rapport note néanmoins une sous-consommation des trois types d'autorisations spéciales d'absence (ASA) pour les syndicalistes, souvent compensée par des décharges d'activité de service (DAS). Il propose donc de simplifier et d'unifier les dispositifs avec l'obligation pour les syndicats de faire un bilan annuel des moyens alloués. Il propose aussi une valorisation des acquis de l'expérience pour les représentants syndicaux qui perdraient leur mandat.

 

Les élections professionnelles du 20 octobre ne concerneront que deux  fonctions publiques (Etat et hospitalière). La fonction publique territoriale ne sera soumise aux nouvelles règles qu'en 2014, date à laquelle les élections professionnelles auront lieu dans les trois fonctions publiques en même temps.

 

 

                                              afp

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 13:40

 

Delanoë promet une continuité de l'effort en faveur de la culture en 2012

                  

PARIS, 18 juil 2011 (AFP) –

 

Le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) a promis lundi une "continuité de l'effort" de la ville en faveur de la culture dans le cadre de la préparation du budget municipal 2012.

  

Le budget 2012 dans le domaine culturel "se situera dans la continuité de l'effort constant de la Ville depuis 2001 pour développer la création artistique et l'accès de tous à la culture", écrit dans un communiqué M. Delanoë.

 "Il s'attachera à ne pas remettre en cause la dynamique des festivals et établissements culturels qui font la richesse de la culture à Paris", souligne M. Delanoë, assurant qu'il veillera à ce que ce budget soit "déterminé de façon particulièrement rigoureuse".

 

Le maire de Paris réagissait à un article du Monde faisant état d'une "note confidentielle" de son adjoint chargé de la culture, Christophe Girard (PS), dans le cadre traditionnel des discussions budgétaires. Selon le quotidien, l'élu préconise de "nouvelles recettes" et fait des "propositions d'économies".

 

Parmi celles-ci figurent la disparition d'un festival de jazz, les Arènes du Jazz (280.000 euros de dépenses pour 40.000 euros de recettes), la suppression de la subvention versée au Théâtre Paris-Villette (915.000 euros), l'arrêt du soutien aux concours internationaux de musique classique et au Centre national des variétés (200.000 euros chacun).

 

Au nombre des recettes envisagées, M. Girard propose une nouvelle hausse des tarifs dans les conservatoires pour les tranches supérieures, ou la collecte de dons dans les musées nationaux.

M. Delanoë rappelle que la préparation du budget s'effectue cette année "dans un contexte particulièrement contraint: la mise en place au niveau national de nouveaux dispositifs de péréquation et le désengagement de l'Etat, notamment dans le domaine social".

  

"Pour autant, rien ne saurait remettre en cause nos priorités que sont la solidarité et la dynamique de Paris", souligne-t-il. "La culture contribue pleinement à ces ambitions".

 

 "Comme tous les ans, la préparation du budget de la Ville fait l'objet de nombreuses discussions, (..) chacun étant libre d'exprimer son point de vue, afin de construire un budget équilibré et dynamique", relève-t-il aussi.

Les orientations budgétaires pour 2012 seront publiées en octobre.

 

                             1445506 3 e787 bertrand-delanoe-reagit-dans-un-communique

 

 

 

Voici  l'article du journal "Le Monde".

 

Paris envisage de tailler dans les dépenses culturelles 

 

L'édition du festival Les Arènes du jazz, qui commence jeudi 21 juillet, sera-t-elle la dernière ? C'est en tout cas le souhait de Christophe Girard, adjoint au maire de Paris, chargé de la culture. Dans une note confidentielle que Le Monde s'est procurée, l'élu adresse au maire, Bertrand Delanoë, des pistes de "nouvelles recettes" et des "propositions d'économies", parmi lesquelles la disparition de la manifestation estivale installée dans les arènes de Montmartre.

 

Ces recommandations interviennent dans le cadre traditionnel des discussions budgétaires. Sauf que, cette année, la situation est particulièrement tendue. L'augmentation des dépenses sociales et la péréquation régionale imposent, selon la direction des finances, des économies. Elle a donc réclamé au printemps une baisse du budget de la culture dans la capitale de 121 millions à 117 millions d'euros. Demande jugée inacceptable par la direction des affaires culturelles et l'adjoint chargé de la culture. Mais, pour preuve de bonne volonté, Christophe Girard a toutefois adressé au maire une série de propositions.

 

La disparition des Arènes du jazz en fait partie. L'élu dénonce le "coût considérable" de la manifestation : 280 000 euros de dépenses pour six concerts et seulement 40 000 euros de recettes, soit "115 euros par spectateur", souligne l'élu. "A titre de comparaison, le festival Esprit jazz à Saint-Germain, subventionné par la Ville à hauteur de 24 000 euros seulement, présente une trentaine de concerts sur quinze jours."

 

Arrêt de subventions . L'adjoint recommande aussi la suppression de la subvention de 915 000 euros versée au Théâtre Paris-Villette. Programmation saluée par les professionnels, mais pas toujours suivie par le public : l'établissement subit un lourd déficit, et la banque lui a refusé un emprunt. M. Girard propose donc de "rendre" le théâtre au parc de La Villette ou à l'Etat.

 

Pêle-mêle, d'autres économies sont envisagées : l'adossement de l'opération Paris en toutes lettres au 104 (100 000 euros), celui de Paris cinéma au Forum des images (100 000 euros), l'arrêt du soutien aux concours internationaux de musique classique (200 000 euros), la suppression du soutien au Centre national des variétés (200 000 euros).

  

Autre piste : installer le Théâtre de la Marionnette (aujourd'hui nomade) au Théâtre Mouffetard. Deux structures subventionnées n'en faisant plus qu'une, l'économie serait de 300 000 à 400 000 euros. D'autres structures (Halle Saint-Pierre, Musée en herbe, Musique sacrée à Notre-Dame, Musique nouvelle en liberté, Association de soutien au théâtre privé...) pourraient voir leurs subventions baisser de 10 % dans les trois ans. Côté investissement, Christophe Girard propose de reporter les travaux du Théâtre du Rond-Point, du nouveau conservatoire du 17e arrondissement et de la médiathèque Saint-Lazare. Enfin, "au moins" 700 000 euros d'économies seraient opérées sur le coût des travaux du Louxor, ancien cinéma du quartier Barbès.

 

Le plan ne se contente pas d'économiser. De nouvelles recettes sont prévues. Alors qu'une hausse importante des tarifs sera déjà appliquée dans les conservatoires à la rentrée 2011, l'élu en réclame une seconde en 2013, pour les tranches supérieures. Il propose aussi la collecte de dons dans les musées municipaux, comme à la Tate Gallery de Londres ou au Metropolitan Museum de New York. Les visiteurs qui profitent de la gratuité des collections permanentes seraient invités à faire une donation de soutien et 700 000 euros pourraient ainsi être récoltés. M. Girard entend aussi augmenter la redevance de l'Espace Pierre Cardin. Au lieu de 350 000 euros, le couturier devrait en verser 600 000.

 

Autant de propositions qui promettent de faire des remous. Ainsi Emmanuel Dechartre, patron des Arènes du jazz et ami de Bertrand Delanoë, n'envisage pas l'arrêt d'une manifestation "pleine tous les soirs et saluée en première page des plus grands journaux". Pour Christophe Girard, ces recommandations "correspondent à des choix politiques" qu'il est prêt à assumer. Le maire, et lui seul, tranchera à l'automne.

 

Nathaniel Hercberg


                                                le monde 2[1]

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 10:30

 

Le Parisien: Lundi 18 juillet 2011

 

Remède de cheval pour la culture  

 

 Comme tous les ans avant la préparation du budget annuel de la Ville, qui sera voté en octobre pour l'année 2012, les services de la mairie sont chargés de préparer une note sur les demandes de dépenses, mais aussi les propositions d'économie. Et à la direction de la culture, c'est un véritable remède de cheval qui est envisagé! Dans une note interne, la directrice des affaires culturelles propose carrément la fermeture de deux théâtres (le Vingtième Théâtre et le Théâtre 14), l'arrêt des bourses pour les artistes et surtout l'arrêt du festival littéraire Paris en toutes lettres, un événement phare voulu personnellement par Bertrand Delanoë.

 

Consciente de l'impact de ces propositions, la directrice précise d'emblée que ces pistes, « compte tenu de leur dimension symbolique forte, supposent nécessairement un arbitrage politique ». Christophe Girard, adjoint (PS) en charge de la culture, confirme: «Effectivement, ce sont les élus et le maire qui décident, et je peux déjà vous dire une chose: on ne reprendra aucune de ces propositions! Pour Paris en toutes lettres, pas question de l'arrêter, mais peut-être faudra-t-il revoir la formule. Quant aux théâtres, il y a des efforts à faire en général, c'est vrai, mais on n'en fermera aucun. Certains comme Paris-Villette coûtent cher à la collectivité, il faut réfléchir à leur fonctionnement. La politique, c'est faire des choix, et nous en ferons pour participer à l'effort d'économie, mais avec toujours en tête nos priorités: l'émergence des nouveaux talents. » S.R.


 

                                                        le parisien 12

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 12:33

 

Le musée Carnavalet... à moitié fermé !

 

Quelques articles de "La tribune de l'art" sur la politique culturelle et patrimoniale de la Ville de Paris.

 

Un article sur le musée Carnavalet qui est...à moitié fermé. Lire sur: link

 

L'interview d'une conférencière des musées parisiens. Lire sur: link 

 

Un article sur la Maison de Balzac. Lire sur: link

 

Et enfin un article sur le bilan de la politique patrimoniale de la Mairie parisienne.

Lire sur: link

                                            carnavalet

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 11:10

 

Travail du dimanche : La droite parisienne contre les « repères traditionnels » !

 

Le groupe UMP au Conseil de Paris a mis au vote, au mois de juillet, un vœu demandant « que la Ville de Paris généralise l’ouverture de ses 60 bibliothèques au dimanche et élargisse tous les horaires d’ouverture vers le soir ».


Parmi les arguments développés par la droite parisienne, le fait « que les rythmes de vie vont contre les repères traditionnels et doivent redéfinir  les frontières classiques entre le week-end end et la semaine, le jour et la nuit ». Voir ici le voeu de l'UMP  

 

C’est donc officiel ! La droite et l’UMP militent désormais pour l’abandon des « repères traditionnels » et au passage jettent aux orties les structures familiales ! Tout fout le camp !


Ce texte inspiré par Thierry Coudert, Conseiller du 17ème arrondissement et ardent défenseur d’une ouverture la nuit des commerces et des services publics, a été repoussé, fort heureusement, par  la majorité du Conseil de Paris.

 

Il se murmure pourtant qu’au sein de la gauche parisienne, certains n’étaient pas insensibles à cette thématique et même partisans du soutient de cette proposition.


Les réalités budgétaires (créations de plusieurs dizaines de postes de titulaires, de centaines d’emplois étudiant et la généralisation d’une prime du dimanche) ont calmé les ardeurs de nos « modernistes». Il est vrai que dans l’entourage du Maire, on avait de la mémoire: « on a eu plusieurs semaines de grèves pour 3 bibliothèques qui ouvrent le dimanche, ça suffit comme ça!  ». Humm! C’est pas faux ! 

 

                                1977rpr.jpg     


                                                            

 Au secours, la droite revient !*    Quant à Thierry Coudert, c’est un récidiviste qui avait déjà déposé, lors d'un précédent Conseil de Paris, un vœu demandant l’ouverture le soir de tous les musées parisiens (pour le dimanche, c'était déjà fait) et déclarait dans Le Monde en janvier 2011 « Dans la capitale, après 17 heures, musées, bibliothèques, piscines ferment les uns après les autres pour être bouclés à 18 heures ». 

 

Les personnels des bibliothèques apprécieront, eux qui terminent chaque soir à 19 heures. Quant aux piscines, elles font toutes des nocturnes jusqu’à 22 heures plusieurs fois par semaine. Il semble que M. Coudert soit mal informé.

 

Il est vrai que celui ci comparaît les services de la Mairie de Paris à ceux d’une administration soviétique (quelle horreur !) en déclarant toujours dans le journal du soir « Les parisiens sont obligés de caler leurs loisirs sur les horaires d’une administration immobile depuis 50 ans » (!)  

 

 Il faut pourtant signaler à l’élu du 17ème arrondissement, pour les bibliothèques parisiennes du moins, que celles ci ont les amplitudes horaires parmi les plus larges ….. de tout le territoire national !


Il est vrai qu’en matière de mauvaise gestion administrative, M. Coudert sait de quoi il parle, car il était le directeur général de l’agence sanitaire qui a commandé et acheté les vaccins contre la grippe A en 2009. A la suite de cet épisode resté fameux dans la mémoire nationale, des millions de doses ont été jetées à la poubelle!  

  

A lire aussi un très bon article sur le mélange des genres dans le domaine culturel. Un passage est consacré au même M. Coudert.

 


 

Voir aussi :  La droite parisienne se mélange les pinceaux !

 

 

 * Célèbre slogan d'une campagne d'affichage politique au milieu des années 80         

                            

                                       images

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Tribune libre
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 10:57

 

Le Parisien : 11 juillet 2011

 

La Ville de Paris épinglée par l’inspection du travail

 

Malaise à l'Atelier parisien d'urbanisme de la Ville de Paris. L'association dont le conseil d'administration est présidé par Anne Hidalgo, la première adjointe (PS) de Bertrand Delanoë, est dans la ligne de mire de l'inspection du travail. Celle-ci a déposé deux plaintes au tribunal de police à l'encontre de l'Apur et de son directeur, Francis Rol-Tanguy. L'une pour « travail dissimulé » et l'autre sur les horaires de travail quotidiens. C'est le suicide d'une salariée il y a un an qui a tout déclenché. Dans la lettre qu'elle avait laissée avant son geste fatal, cette personne faisait référence à sa difficulté au travail. Lors du conseil d'administration qui s'était tenu après le drame, le personnel avait alors évoqué un « climat socialement lourd » et parlait même de « souffrance au sein de l'entreprise ».

 

Après enquête, l'inspection du travail a pointé du doigt les nombreuses heures supplémentaires non payées. Le Conseil de Paris doit d'ailleurs voter aujourd'hui une dotation supplémentaire de 300000 € afin que l'Apur règle cette note. « Trois cent mille euros, c'est 6% de la masse salariale au budget 2011 », relève-t-on en interne à l'Apur. Le directeur de l'Apur, Francis Rol-Tanguy, s'étonne que l'affaire éclate aujourd'hui. « Les heures supplémentaires existent depuis l'accord sur les 35 heures signé en 1999 sous Tiberi.

 

En douze ans, l'Apur n'avait fait l'objet d'aucune sommation, et les syndicats eux-mêmes n'avaient rien dit », relève le directeur. « Il y a eu certes un événement grave mais, en même temps, je n'ai pas le sentiment que les choses soient beaucoup plus dramatiques qu'ailleurs. Le nombre d'heures accumulées en 2010 ne représente l'équivalent que de 3 temps plein sur 85 salariés », poursuit le directeur.

 

« Etre épinglé pour travail dissimulé, pour une mairie de gauche, c'est assez embarrassant. Madame Hidalgo, en tant qu'ancienne inspectrice du travail, devrait pourtant être sensible à ce genre de sujet », tacle le conseiller de Paris (Nouveau Centre) et membre du conseil d'administration de l'Apur, Jérôme Dubus.

 

Si les procédures lancées par l'inspection pour infractions au Code du travail aboutissent, l'Apur et son directeur pourraient être passibles d'amendes allant jusqu'à 120000 €.  

 

Lire l'article du "Parisien"

 

                                                   le parisien 13

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 13:30

 

ActuaLitté: 18 juin 2011

Grève surprise, à la bibliothèque Yourcenar ! 

Ras-le-bol collectif... 

Inutile de vous rendre à la bibliothèque Marguerite Yourcenar, située dans le XVe arrondissement, demain. Celle-ci sera en grève, un moyen pour les personnels d'« exprimer leur ras-le-bol ».

Victimes d'une vague de départ, l’équipe se retrouve à 39 personnes au lieu d’un effectif officiel de 45 personnes. Le dimanche, les effectifs disponibles ne sont plus que de 8 au lieu de 9.

Les plannings sont chargés, les agents sont épuisés et inquiets face à la baisse continue des effectifs alors que la fréquentation est en nette augmentation.

Malgré leur investissement dans les animations proposées par la Mairie de Paris ou la Mairie du XVe, les personnels se retrouvent de moins en moins pour assurer ces missions.

Confrontés à cette dégradation des conditions de travail et surtout le manque de reconnaissance de la Ville de Paris, les bibliothécaires seront en grève spontanée demain.

La médiathèque Yourcenar sera donc normalement fermée au public ce dimanche 19 juin.

Lire sur: link

                                        PHOTOS-BATIMENTS 0705

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Actualité sociale
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 13:17

 

ActuaLitté: 10 juin 2011

 Trop d'ordinateurs dans les bibliothèques 

 …..Et pas assez de livres jeunesse 

Julia Donalsdson, auteure jeunesse élue au poste de Poet Laureate en Angleterre - un statut de créateur au service de Sa Majesté - a, pour sa première grande intervention, évoqué la présence d'ordinateurs dans les bibliothèques. La sur-présence, de fait.

L'auteure a bénéficié d'une résidence à Easterhouse, à Glasgow, durant trois années. Et durant cette période, en fréquentant la bibliothèque, elle a constaté une présence accrue d'ordinateurs. « J'avais à l'esprit qu'il était honteux que tant d'ordinateurs soient présents dans les bibliothèques - les adultes ne les utilisent que pour jouer aux cartes, les adolescents pour des recherches sur des sites [douteux], il m'a semblé que c'était une erreur.

 

Et d'estimer qu'il serait plus intéressant que les établissements puissent faire intervenir des spécialistes de l'écriture pour les enfants.

Julia Donaldson apprécierait « de voir plus d'investissements réalisés dans le stock de livres jeunesse, même au détriment de la section adulte ». Dans une époque où les bibliothèques ferment, où les librairies indépendantes se raréfient dans l'ensemble du pays, toutes ces questions résonnent évidemment avec force.

« Avec les bibliothèques, vous avez la connaissance des bibliothécaires pour vous orienter. Elles sont de grandes banques pour les livres, et une excellente manière d'explorer un catalogue de livres dont vous ne saviez rien. »

Souhaitant que la situation actuelle s'inverse et que les coupures de budgets s'arrêtent, Mme Donaldson compte faire plusieurs interventions en Écosse. « Au cours des deux prochaines années, j'espère trouver toutes les chances d'être une porte-parole et un défenseur des livres pour enfants et de la lecture. »

 

Lire sur: link


 

                              3640692218_5bc95445a8.jpg

 

                                            


Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

Pages