Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 09:42

 

Derrière les injonctions idéologiques d'ouverture maximale, aucune réflexion de fond n'est menée par nos tutelles politiques sur les enjeux de la lecture publique et le rôle de la bibliothèque dans la cité. 

 

 

Les bibliothèques municipales de France et de Navarre ne sont pas au mieux : sous-effectif, désorganisation du travail, action culturelle réduite à de l'événementiel, politique documentaire qui tourne à vide, conditions matérielles en décrépitude… c’est par ces maux que les bibliothécaires décrivent leur quotidien sans être entendus par les élus et leur administration. Une crise existentielle partagée visiblement par toute la profession, quelque soit la taille ou la couleur politique de leur commune d'exercice.

 

On ne compte plus les fermetures de petites bibliothèques ou celles contraintes de réduire leurs horaires d’ouverture faute de moyens. Une véritable fronde est à l’œuvre dans tout le pays depuis plusieurs années dans de nombreuses communes ou communautés d'agglomération que ce soit à Angers, Auch, Bordeaux, Brest, Caen, Clermont, Chelles, Le Havre, Levallois, Lyon, Marseille, Metz, Montigny-les-Bretonneux, Nantes, Rennes, Rouen, Saint Herblain, Saint-Malo ou encore Saint Quentin-en-Yvelines sans même parler du réseau parisien (lire ici). 

 

Les Bibliothèques Universitaires (BU) gérées par l’État ne se portent guère mieux elles non plus. Tout comme la BnF (Bibliothèque Nationale de France) laquelle, en plus des suppressions de postes, est victime depuis plusieurs années d’une marchandisation qui se fait au détriment des collections et des services.

 

C'est donc dans ce contexte de crise (existentielle ?) qu'intervient la nouvelle lubie des pouvoirs publics de vouloir « ouvrir plus » le soir ou le dimanche « sans moyens ». Il faut dire que les élites politiques, toujours plus démagogiques dans ce cas, n’ont plus qu’un crédo : ouvrir davantage les bibliothèques ! Et peu importe les objectifs et les conditions de ces extensions d’horaire. Car ouvrir plus, toujours plus, place désormais les bibliothécaires sous le coup d'injonctions multiples et contradictoires surtout dans un contexte où les dotations financières (de l’État, des départements ou des communes) sont en baisse constante et certaine. D'ailleurs, les professionnels concernés le répètent à l'envi...

 

« Ouvrir davantage les bibliothèques avec des moyens, des professionnels et de réelles compensations pour les personnels : pourquoi pas ? Mais avec des personnels non qualifiés, des services dégradés et des espaces restreints, c’est NON ! » déclarent les personnels de toutes les bibliothèques universitaires à leur ministre de tutelle, Najat Vallaut-Belkacem. « il n'est pas envisageable que les ouvertures du dimanche s'effectuent au détriment de la qualité du service public rendu aux Parisiens, ni dans les bibliothèques concernées, ni dans les autres bibliothèques du réseau » affirment de leur côté les bibliothécaires de la Ville de Paris à Bruno Julliard, l'adjoint en charge de la culture (lire ici).

 

Face à cette volonté des politiques de les précariser davantage, les bibliothèques doivent désormais se mettre debout car plus que les extensions d'horaires, les véritables enjeux sont ailleurs... S'ouvrir largement au numérique est un enjeu de taille. Mais comment faire dans un contexte de rigidité budgétaire où les investissements se réduisent comme peau de chagrin ? Comment faire des bibliothèques des lieux de vie, là où l'automatisation prend le pas sur les contacts humains ?

 

#deboutlesbibs : face à des politiques qui les précarisent davantage les bibliothèques doivent désormais se mettre debout

Et comment accueillir plus largement les publics alors que les politiques budgétaires actuelles conduisent toujours à supprimer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, et qui plus est, de plus en plus vieux et en mauvaise santé ?

Ou encore comment préparer et accueillir des animations, des partenaires, des associations, accueillir les enfants en périscolaire… si les moyens diminuent ?

 

Les besoins et les enjeux sont là. Les bibliothécaires n'en peuvent plus car la précarisation des agents de la Fonction Publique est une réalité qui s'est affirmée durant ces dernières années :

  • Recours massif aux contrats à durée déterminée (mais qui sont renouvelés tous les ans),

  • « Embauche » de contrats aidés,

  • Recours au service civique,

  • Accueil des travaux d'intérêt généraux (TIG)

  • Multiplication des stages de réinsertion à l'emploi (sans aucune perspective d'embauche)

Mais les conséquences de la crise de 2008 se sont réellement fait sentir depuis deux ou trois ans dans les bibliothèques où quasiment l'ensemble des recrutements a été gelé. Pourtant, de plus en plus de jeunes étudiants en métiers du livre sortent diplômés, solidement qui plus est, de DUT, de MASTER... Des compétences rendues inutiles faute de trouver un emploi dans les bibliothèques. A tel point d'ailleurs que dans beaucoup de petites médiathèques (point lecture) on trouve désormais énormement de bénévoles, qui même s'ils sont de bonne volonté, ne sont pas des professionnels. N'est ce pas là le signe d'une véritable déconsidération du métier de bibliothécaires de la part de nombreux élus ?

 

Retrouver le sens… du service public ! Car c'est bien de cela qu'il s'agit : les bibliothèques, comme l'ensemble de l'administration publique et des grandes entreprises, ont subi le tournant du big data et de la statistique de plein fouet : des cadres passent leur temps les yeux rivés sur d'immenses et pléthoriques tableurs, à la recherche d'une vérité qu'un passage en salle leur permettrait de mieux appréhender. Cette confiance aveugle dans le pouvoir du chiffre, loin de conforter le rôle et les missions de la bibliothèque, produit dans la profession et dans le public l'effet inverse : une froideur mathématique, un appauvrissement culturel et une rigidité gestionnaire très éloignés du troisième lieu.

 

Le mouvement contre la loi travail, auquel les bibliothécaires participent massivement depuis le début, l'espace de réflexion créé par la #nuitdebout et la #bibliodebout, la préparation du congrès de l'ABF en juin 2016, sont des opportunités pour la profession de rappeler son rôle et sa force dans le contexte actuel. #deboutlesbibs.

 

Ce texte est disponible sur change.org. Pour le signer cliquez là

 

Premier signataires : Nicolas Sautel-Caillé (BM-Colomiers, Haute-Garonne), Hélène Gonzalez (BM-Paris), Sylvie Mascaro (BM-Aigueperse, Puy-de-Dôme), Antoine Meylan (BU-Pau, Pyrénées Atlantiques) Gilles Meyer (BnF), Stéphane Thuault (BU-Paris3), Bertrand Pieri (BM-Paris), Marianne Prevost (BU-Grenoble, Isère), Juliette Robain (Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris), Dominique Susini (BM-Marseille, Bouche-du-Rhône), Gildo Vieira (BM-Plaine-Commune, Seine-Saint-Denis), Patrick Simonetti (BU-Pau, Pyrénées Atlantiques), Solveig Langen (BU-Paris-Sorbonne), Serge Huteau (BU-Limousin), Marc Morvan (Bibliothèque Museum, Paris), SUD Culture Solidaires (Section de la Bibliothèque Nationale de France), Ferc-Sup CGT (Coordination des syndicats CGT de l'Enseignement Supérieur de la Fédération de l'éducation, de la recherche et de la Culture)
 

 

Pour figurer parmi les premiers signataires écrire à socialnecmergitur@yahoo.fr
 

 

 

#deboutlesbibs : face à des politiques qui les précarisent davantage les bibliothèques doivent désormais se mettre debout
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 18:17

 

ActuaLitté : le 12 mai 2016

 

À Paris, l’annonce de l’ouverture le dimanche envisagée pour sept bibliothèques du réseau d’ici 2019 a provoqué un important mouvement social. Dans un contexte « de réductions de postes et de budget », les propositions de l’administration ont froissé les personnels

 

Une centaine de personnes s'est retrouvée ce jeudi 12 mai dans la cour de l’hôtel d’Albret (IVe arrondissement de Paris) qui abrite les services de la direction des Affaires culturelles. La mobilisation avait été organisée au cours d’une assemblée générale à la Bourse du Travail, et la motivation des uns et des autres n’a pas fléchi. L’intersyndicale (SUPAP/FSU, CGT, UCP, FO, UNSA, qui représentent plus de 80 % des personnels de la Direction des Affaires culturelles) était réunie, à l’exception de la CFDT, qui a choisi de se retirer.

 

La position commune reste « contre l’ouverture le dimanche dans les conditions proposées par la Mairie ». quatre établissements sur les sept qui doivent ouvrir le dimanche ont rédigé une lettre ouverte à l’attention de la Direction des Affaires Culturelles (celle d’Edmond Rostand, par exemple) et Parmentier et Melville vont eux aussi envoyer leur missive. « Les positions au sein des établissements sont assez nuancées », reconnaît l’intersyndicale, « mais les lettres sont représentatives de ce qui s’est dégagé majoritairement dans ces établissements ». Les revendications en fin de courrier, elles, sont communes.

 

Si les conditions d’ouverture proposées par la mairie sont déjà problématiques, la SUPAP/FSU s’oppose « aux ouvertures du dimanche, même dans d’autres conditions qui entraîneraient par exemple la création de postes dans des bibliothèques qui ouvriraient le dimanche, et qui aurait pour corollaire la suppression de postes dans d’autres bibliothèques le long de la semaine, ou d’établissements, ou de sections. » À ce titre, la fermeture envisagée de la bibliothèque Château d’Eau a été évoquée.

 

Dans un contexte tendu pour les budgets et les effectifs, la volonté d’ouverture le dimanche de la mairie semble incongrue pour les syndicats. La CGT décrit ainsi la situation de la bibliothèque Germaine Tillion, « catastrophique » : « Il y a deux longues maladies, un départ en retraite déjà effectif, un qui part en détachement, deux autres qui vont partir à la retraite l’année prochaine. Ils étaient 32, ils passent à 27 et ils vont finir à 21, en ouvrant un jour supplémentaire. Il faudra que l’administration nous explique comment cela est possible, à moins de cumuler les emplois étudiants à temps très partiels payés 400 €/mois et de réintroduire le CPE ! »

 

 

                         2016 : Bruno Julliard tourle dos à ses idéaux de jeunesse

Le dimanche reste problématique entre les bibliothécaires et la Mairie de Paris

 

Outre les questions d’effectifs et de primes, les personnels évoquent un manque de préparation et d’anticipation de la mairie. « L’administration semble oublier toute l’organisation nécessaire avec un jour supplémentaire d’ouverture : les bureaux et les espaces de travail seraient insuffisants avec du personnel supplémentaire, la cuisine ne suffirait plus, ce qui nécessiterait des tickets restaurant, sans oublier un budget d’acquisition qu'il faudrait plus conséquent, si les prêts augmentent. Et ce budget, ça fait cinq ans que je le vois baisser. »

 

La question de la maintenance informatique est aussi évoquée : une bibliothécaire au sein d’un établissement qui ouvre le dimanche explique que les problèmes techniques ont toujours été résolus à l’aide des techniciens d’astreinte. Mais le doute est permis : une telle efficacité sera-t-elle toujours de mise si le nombre d’établissements ouverts le dimanche augmente ?

 

Inutile de souligner que les personnels craignent que les créations et suppressions de postes ou les ajouts d’équipements ne deviennent des variables d’ajustement : « Nous avons obtenu des automates de prêt, car certains collègues avaient mal au bras à force d’effectuer les gestes répétitifs. Sauf que le dernier départ en retraite n’a pas été remplacé, et on a un peu l’impression que c’est la contrepartie des automates », témoigne une bibliothécaire. A priori, le volontariat pour travailler le dimanche, première solution envisagée par la mairie, serait remplacé par un système de quotas, qui soulève d’autres questions : « Certains collègues habitent à Lille ou Orléans. Comment vont-ils faire, avec des transports réduits ? »

 

Après les annonces de la mairie, effectuées de l’avis de tous sans concertation préalable, certains personnels sont dépourvus : « Est-ce que les établissements doivent ouvrir quand même, en vertu du maintien du service public ? Mais, d’un autre côté, est-il honnête d’ouvrir si c’est pour proposer un service de mauvaise qualité ? » Les questions restent nombreuses, d’autant plus que les demandes des publics concernent aussi des ouvertures les lundis ou plus tard les soirs : avec ces éléments, l’ouverture le dimanche ressemble à une façade politique et idéologique pour beaucoup.

 

 

 

                                                       La culture selon la mairie de Paris

Le dimanche reste problématique entre les bibliothécaires et la Mairie de Paris

 

Le syndicat UCP remarque d’ailleurs que de nombreuses bibliothèques étaient auparavant ouvertes « de 10h à 19h du mardi au samedi, sauf le jeudi matin pour les achats de livres, avec des nocturnes jusqu’à 22 heures pour certains établissements. Aujourd’hui, les gens se ruent le dimanche, mais c’est surtout parce que l’ouverture en semaine n’est pas suffisante. »

 

À Yourcenar, une des premières bibliothèques parisiennes à ouvrir le dimanche, « nous avons réussi à négocier le fait que l’on n’ouvre pas sans personnel suffisant. Après plusieurs fermetures les dimanches pour cause de personnel insuffisant, nous avons obtenu gain de cause. Évidemment, le public réagissait mal, mais nous étions là pour tracter et expliquer. »

 

Une délégation, comportant une personne de chaque bibliothèque et les représentants syndicaux, a été reçue par Noël Corbin, directeur des Affaires culturelles de la Ville de Paris. Noël Corbin, de son côté, a signalé qu'il rencontrerait les directeur des 7 établissements concernés par l'ouverture le dimanche, et que l'administration étudierait la faisabilité de l'ouverture pour Picpus. Il a par ailleurs proposé la mise en place d'une charte pour préciser ce à quoi s'engageait l'administration.

 

L'intersyndicale demandera de son côté un bilan social sur l'ouverture du dimanche, dans les établissements concernés sur les sept dernières années. L'idée étant d'examiner les différents points polémiques, du nombre de fermetures de bibliothèques pour cause de sous-effectifs au turnover dans les établissements, en passant par le respect des éléments de la délibération.

 

Cette dernière constitue le texte de loi municipal qui donne lieu à un arrêté municipal en bout de parcours législatif : celle concernant le travail du dimanche date de 2002, et la Mairie de Paris compte y ajouter les sept établissements envisagés. Cette modification de la délibération doit être présentée lors du comité technique du 28 juin prochain : les personnels, jugeant que la mairie « n'est pas prête », ont demandé à celle-ci d'y renoncer, sans succès.

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

 

 

             Conflit social dans les bibluiothèques parisiennes : Bruno Julliard cherche sa voie

Le dimanche reste problématique entre les bibliothécaires et la Mairie de Paris

                                        - C'est bizarre Myriam, je ne vois que mon doigt !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 17:28

 

Livres-Hebdo : le 12 mai 2016

 

Plusieurs mouvements de grève ébranlent ces jours-ci les bibliothèques du territoire pour protester contre l’ouverture le dimanche, la précarité et les budgets trop faibles

 

Ouverture dominicale, contraction des budgets, précarité des vacataires... les bibliothèques se mobilisent un peu partout en France au mois de mai. Après la BNF, où les personnels ont protesté contre la précarité le 7 mai, et la médiathèque de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), habituellement ouverte le dimanche mais fermée le 8 mai pour dénoncer les mauvaises conditions de travail, c’est au tour des bibliothèques municipales de Toulouse et de Paris de se mobiliser contre l’ouverture le dimanche.

 

Des perturbations sont annoncées dans le réseau toulousain jeudi 12 mai, tandis que les personnels des bibliothèques parisiennes se sont retrouvés, à l’appel des syndicats, pour manifester au siège de la Direction des affaires culturelles de la Ville dans la matinée.

 

Plusieurs lettres ouvertes ont été adressées ces derniers jours à Bruno Julliard, premier adjoint au maire de Paris chargé de la culture. Les agents de la bibliothèque Germaine-Tillion (Paris XVIe) dénoncent notamment « le changement de cycle de travail engendré par un jour supplémentaire d’ouverture de la bibliothèque » qui « entraînerait une dégradation des conditions de travail, des risques sanitaires et réduirait sensiblement la qualité du service public rendu aux usagers (personnel non qualifié, sélection et valorisation des collections, animations et accueil des classes, orientation et renseignements des lecteurs) ».

 

Cette lettre fait suite à celles envoyées par les agents des médiathèques Edmond-Rostand (XVIIe), Aimé-Césaire (XIVee) et Hélène-Berr (XIIe), qui ont aussi interpellé Bruno Julliard en arguant « qu'on ne peut pas demander à une équipe investie, volontaire et compétente, d’accepter passivement la dégradation de son travail et de sa vie personnelle, pour une ouverture qui n’attire même pas de nouveau public ».

 

Un autre mouvement social est annoncé samedi 14 mai à la BNF pour réclamer le passage en CDI des vacataires qui le souhaitent. Tensions encore à Aubagne (Bouches-du-Rhône), où l’intersyndicale CGT/CGT-ICTAM/FSU a déposé un préavis de grève pour le mardi 17 mai, afin de réclamer une revalorisation du budget de la médiathèque municipale. Les personnels y dénoncent une dotation de « 5 000 euros en 2015 et en 2016 pour les acquisitions » soit « 0,10 euro par habitant quand les préconisations sont de 2 euros ». Pour faire écho à cette actualité, une pétition #deboutlesbibs initiés par des bibliothécaires de l'ensemble de l'Hexagone a ainsi été mise en ligne pour alimenter les débats à l'occasion du prochain congrès de l'ABF (lire ici)

 

 Lire l'article de Livre-Hebdo

 

 

                             Les bibliothèques de France et de Navarre sont vraiment sous tension

Tensions en bibliothèques (sur l'ensemble du territoire hexagonal)
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse Actualité sociale
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 16:45

 

Archimag : le 12 mai 2016

 

Ils qualifient de « provocation » la volonté de la municipalité parisienne d'ouvrir sept nouvelles bibliothèques le dimanche, dans des conditions qu'ils jugent « déplorables »

 

A ce jour, sur les soixante bibliothèques que compte la ville de Paris, seules cinq ouvrent le dimanche (Marguerite-Duras, Marguerite-Yourcenar, Françoise-Sagan, François-Truffaut et La Fontaine). La mairie de Paris a annoncé vouloir en ouvrir sept nouvelles d'ici 2019, sans créer les postes nécessaires et « sans concertation aucune », selon la CGT Culture.

 

Se disant peu voire pas du tout informés de ces nouvelles mesures et montrant du doigt une absence criante de moyens alloués à ce projet, les personnels de bibliothèques parisiennes ont appelé à manifester leur opposition ce jeudi 12 mai au matin dans la cour de l'Hôtel d'Albret, dans le IVème arrondissement, au siège de la Direction des Affaires Culturelles. 

 

Une pétition, adressée à Bruno Julliard, Premier Adjoint à la culture à la Mairie de Paris, a été mise en ligne sur le site Change.org. Celle-ci dénonce la situation « catastrophique » des bibliothèques municipales parisiennes, qualifiées « d'exangues »en raison des réductions de personnel liées aux restrictions budgétaires qui leur sont imposées. Elles seraient régulièrement contraintes de réduire leurs horaires d'ouverture en semaine ou même de fermer brutalement leurs portes par manque d'effectifs. 

 

« Il n'est pas envisageable que les ouvertures du dimanche s'effectuent au détriment de la qualité du service public rendu aux Parisiens, ni dans les bibliothèques concernées, ni dans les autres bibliothèques du réseau, explique la pétition qui, à ce jour, compte 436 soutiens sur les 500 attendus ; Dans les conditions qu’on nous impose, les bibliothécaires parisiens (soutenus par toutes les organisations syndicales de la Direction des Affaires Culturelles)  refusent toute nouvelle ouverture le dimanche ! »

 

Lire l'article de Archimag

 

 

      Ouverture du dimanche : les bibliothécaires parisiens envoi Bruno Julliard se rhabiller

Les bibliothécaires parisiens manifestent contre l'ouverture le dimanche de nouveaux établissements
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse Actualité sociale
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 14:51

 

Le Parisien : le 12 mai 2016

 

Mais la mairie de Paris ne prévoit aucune création de poste. « Dans ces conditions, les bibliothécaires parisiens refusent toute nouvelle ouverture le dimanche » affirment les syndicats

 

Pour réclamer les moyens nécessaires à l’ouverture des bibliothèques parisiennes le dimanche, les syndicats appellent les bibliothécaires à manifester ce jeudi matin devant l’hôtel d’Albret (IVe), siège de la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris.

 

Aujourd’hui, seules cinq bibliothèques sur soixante (Marguerite-Duras, Marguerite-Yourcenar, Françoise-Sagan, François-Truffaut et La Fontaine) sont ouvertes le dimanche. La mairie prévoit d’en ouvrir sept autres d’ici à 2020 (Parmentier, Hélène-Berr, Melville, Aimé-Césaire, Germaine-Tillion, Edmond-Rostand et Robert-Sabatier) mais sans création de poste. « Dans ces conditions, les bibliothécaires parisiens refusent toute nouvelle ouverture le dimanche », indique Bertrand Pieri, représentant CGT du personnel.

 

Pour preuve, les équipes des bibliothèques Hélène-Berr (XIIe), Germaine-Tillion (XVIe), Aimé-Césaire (XIVe) et Edmond-Rostand (XVIIe) ont rédigé, chacune à leur tour, une lettre ouverte en ce sens à Bruno Julliard, le premier adjoint au maire de Paris en charge de la culture (lire ici).

 

 

Lire l'article du Parisien

 

 

           Ouverture des bibliothèques parisiennes le dimanche : Bruno Julliard dans la nasse

Paris : manifestation contre l'ouverture le dimanche de sept nouvelles bibliothèques
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse Actualité sociale
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 16:34

 

Au delà du symbole, si les bibliothécaires de la cité malouine ont déclenché ce mouvement social c'est aussi pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail les empêchant de mener à bien leurs missions

 

La médiathèque de Saint-Malo (Ile-et-Vilaine),habituellement ouverte le dimanche, est restée fermée au public le 8 mai pour cause de grève du personnel selon une information du journal Ouest-France.

 

Si les syndicats ont appelé à la grève c'est que ce dimanche n'était pas un dimanche comme les autres car en plus celui-ci était férié pour cause de 8 mai, date commémorative de la signature de l'armistice qui mit fin à la seconde guerre mondiale. A noter que dans de nombreuses communes qui ouvrent leurs établissements le dimanche, ceux-ci restent néanmoins fermés quand ce dimanche tombe justement un jour férié.

 

Au delà du symbole, si les bibliothécaires de la cité malouine ont déclenché ce mouvement social c'est aussi pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail les empêchant de mener à bien leurs missions. Et ces derniers de déclarer à Ouest-France « qu'ouvrir plus n'est pas synonyme d'un meilleur service public car l'effectif de 31 personnes (dont deux administratifs, quatre emplois précaires, deux remplaçants, et deux temps partiels) n'est pas suffisant, par exemple pour proposer une réservation de documents, d'accueil et d'animations de groupes.. ». Encore la preuve du mauvais état dans lesquel se trouvent les établissements de lecture publique dans l’hexagone (lire ici).

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

                     La médiathèque de Saint-Malo est restée vide le dimanche 8 mai, double jour férié

Saint-Malo. La médiathèque fermée pour cause de grève le dimanche 8 mai, double jour férié
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale BM nec mergitur
commenter cet article
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 11:47

 

France 3 – Ile-de-France : le 7 mai 2016

 

Il n'y avait pas de distribution des ouvrages ce samedi 7 mai, à la bibliothèque François Mitterrand. Les salariés qui en ont habituellement la charge, pour beaucoup en emploi précaire, étaient en grève pour réclamer un sort un peu plus équitable

 

La toute nouvelle présidente de la grande bibliothèque de France François Mitterrand, Laurence Engel, nommée il y a seulement quelques jours, a déjà de quoi s'occuper. Ce samedi 7 mai, les salariés précaires de l'établissement, très nombreux contrairement à ce que l'on croit souvent dans le premier établissement du ministère de la culture, voulaient attirer l'attention sur leur situation très instable.

 

Et parce que le public ne les voit jamais vraiment, ils avaient stoppé la distribution des ouvrages par une grève pour tenter de s'en rendre visible. Ils réclament un peu moins de précarité, un peu plus de stabilité dans leurs conditions d'emploi.

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse Actualité sociale
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 13:51

 

Des objectifs plutôt modestes pour Laurence Engel puisque ces simples mesures de gauche sont justement celles revendiquées sur tous les plateaux par un ami personnel de la nouvelle présidente

 

A peine nommée, la nouvelle présidente de la Bibliothèque Nationale de France (BnF), Laurence Engel, va essuyer son premier mouvement social. En effet, l’intersyndicale CGT, FSU et SUD a déposé un préavis de grève pour le samedi 7 mai à destination de l’ensemble des agents, titulaires et vacataires, pour dénoncer « la précarité et le manque d'effectif » (lire ici).

 

« Le sous-effectif est criant à la BnF » affirment les syndicats qui ont comptabilisé près de trois cent suppressions de postes sur ces sept dernières années. Pour faire tourner la boutique, notamment le soir et le week-end, l’établissement culturel doit donc faire appel à des vacataires. Des personnels très précaires qui « stagnent depuis des années sur des temps partiels avec des salaires très bas (650 euros pour 80 h par mois). Pourtant nombre d’entre eux et elles ont une forte ancienneté : parfois jusqu’à dix ans ! » constate l’intersyndicale.

 

La BnF pourrait pourtant leur proposer une amélioration puisque le ministère de la Culture encourage à faire passer les vacataires à 110 h par mois (maximum légal pour ce type de contrat). Une mesure demandée justement par les syndicats. Alors, l’ancienne directrice de cabinet de la ministre, du temps d’Aurélie Filippetti, va-t-elle être moins-disante que ce que suggère le Gouvernement ?

 

A Laurence Engel de préciser sa position aux partenaires sociaux puisqu’elle doit obligatoirement les rencontrer dans le cadre de leur préavis de grève. Un préavis dans lequel les syndicats réclament « l’embauche en CDI de tous les vacataires, l’ouverture de droits égaux avec les titulaires, l’arrêt des suppressions de postes et la hausse des budgets ». Des objectifs plutôt modestes pour Laurence Engel puisque ces simples mesures (de gauche) sont justement celles revendiquées sur tous les plateaux par un ami personnel de la nouvelle présidente. Un ami que vous aurez sûrement reconnu puisque ce n’est autre que ce chantre du progressisme et de la culture qu’est Jean-Michel Ribes.

 

Egalement publié sur Miroir Social

 

 

                 Laurence Engel va-t-elle reprendre les revendications de son ami Jean-Michel ?

BnF : les syndicats appellent à la grève pour demander l’embauche en CDI de tous les vacataires et l’arrêt des suppressions de postes

- Hé, ho Laurence pense à ma réputation d'homme de gauche et de cireur de pompes du pouvoir socialiste

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 17:49

 

Deux appels distincts ont ainsi été lancés sur Internet par des personnels des bibliothèques universitaires et ceux des équipements de lecture publique de la Ville de Paris

 

Ils ne se sont pourtant pas concertés, mais dans ce cas précis, les rayonnages se sont rencontrés, car c'est de concert que les personnels des bibliothèques universitaires et ceux des établissements municipaux de la capitale contestent les lubies des pouvoirs publics de vouloir ouvrir plus le soir ou le dimanche « sans moyens ». Il faut dire que les élites politiques, toujours plus démagogiques dans ce cas, n’ont plus qu’un crédo : ouvrir davantage les bibliothèques ! Et peut importe les objectifs et les conditions de ces extensions d’horaire. Une perspective largement contestée par les professionnels.

 

Ainsi du côté des bibliothèques universitaires, les agents interpellent vivement Najat Vallaut-Belkacem, la ministre de l’Éducation, après son annonce d’ouvrir leurs établissements le week-end et en soirée (lire ici). « Ouvrir davantage les bibliothèques universitaires avec des moyens, des professionnels et de réelles compensations pour les personnels : pourquoi pas ? Mais avec des personnels non qualifiés, des services dégradés et des espaces restreints, c’est NON ! » ont ainsi déclaré plusieurs centaines de bibliothécaires dans une pétition mise ligne (lire ici).

 

Un camouflet pour la ministre car les agents ne sont pourtant pas forcément opposés à des extensions d’horaires. « Nous aurions même pu y être favorables, avec les moyens correspondants, dans les établissements ou les sections où, dans un constat partagé avec les représentants des personnels, il aurait été évident que cela répondait à un besoin social. Mais nous refusons toute extension des horaires d’ouverture dans le cadre que vous nous proposez, avec des moniteurs étudiants, non qualifiés, jetables et corvéables à merci, des services dégradés et/ou des espaces restreints. Ce n’est pas notre conception des missions de service public des bibliothèques universitaires ». Dur pour l'ancienne porte parole de Ségolène Royal.

 

Et les personnels de renvoyer Najat Vallaud-Belkacem dans ses cordes : « Madame la Ministre, si vous voulez réellement améliorer les services offerts par les BU, augmentez d’abord les financements pour porter l’offre documentaire au niveau des standards internationaux ; et si vous considérez que, pour répondre à leurs missions, les bibliothèques universitaires doivent ouvrir davantage, créez les postes de titulaires nécessaires, abondez les budgets en conséquence et proposez aux personnels des compensations attractives ». Comme ce n'est pas le cas, on peut donc dire que les signataires sont on ne peut plus cruels envers leur ministre de tutelle, laquelle affirme pourtant urbi et orbi appartenir au camp progressiste.

 

 

Pour ouvrir plus les BU, la ministre ne propose que des services dégradés et des espaces restreints

Les projets « d'ouvrir plus » les bibliothèques ne passent pas chez les professionnels

 - Oui, mais façon progressiste avec des moniteurs étudiants, non qualifiés, jetables et corvéables à merci

 

 

Une critique qui ne s’applique pas qu’au gouvernement puique c’est également ce que disent les agents des bibliothèques municipales parisiennes après les annonces faites dans la presse par Bruno Julliard, l’adjoint en charge de la culture à Paris d’ouvrir sept nouvelles bibliothèques le dimanche (lire ici). Mais là aussi ces extensions se feront sans moyens supplémentaires en tout cas, semble-t-il, sans recrutements de personnels titulaires (lire ici).

 

Une véritable provocation selon les bibliothécaires parisiens qui rappellent que la situation est actuellement « catastrophique ». « Les restrictions budgétaires en vigueur depuis plusieurs années ont eu pour conséquence la diminution importante de personnels dans les bibliothèques municipales de la capitale. De fait, les établissements exsangues sont contraints à réduire leurs horaires d’ouverture en semaine quand ils ne sont pas carrément fermés brutalement » ont ils ainsi affirmé dans un texte publié sur le site change.org. On est effectivement loin d’avoir les conditions pour ouvrir plus. 

 

Il faut dire que pour le moment l'adjoint à la culture table sur des ouvertures avec seulement une majorité d’étudiants à temps très partiel. Un étrange retournement de l'histoire quand on sait que le même Bruno Julliard ne doit son parcours politique qu'au fait d'avoir manifesté contre le Contrat Première Embauche (CPE) en 2005. Certains esprits taquins ont même décidé de lancer sur Twitter le hashtag #ledimanchecestCPE « pour lui rappeler ses idéaux de jeunesse » (lire ici). Du pur mergitur !

 

En tout cas les agents préviennent d'ors et déjà le premier adjoint d'Anne Hidalgo : « il n'est pas envisageable que les ouvertures du dimanche s'effectuent au détriment de la qualité du service public rendu aux Parisiens, ni dans les bibliothèques concernées, ni dans les autres bibliothèques du réseau. Dans les conditions qu’on nous impose, les bibliothécaires parisiens, soutenus par toutes les organisations syndicales de la Direction des Affaires Culturelles, refusent toute nouvelle ouverture le dimanche ! » (lire ici).

 

Un défi de taille pour l’ancien syndicaliste étudiant qui va probablement devoir négocier s’il veut sortir de cette impasse. En cas d’échec, il pourrait bien se coltiner un conflit social, et pas un petit, selon les spécialistes qui connaissent bien l’histoire sociale des bibliothèques de la capitale. En effet, en 2010 un mouvement similaire avait duré pas moins de douze semaines au bout desquelles la mairie de Paris avait finalement été contrainte de proposer un protocole d’accord pour sortir de cette crise (lire ici).

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

            Bruno Julilard va-t-il humer de nouveau le parfum des mouvements sociaux ?

Les projets « d'ouvrir plus » les bibliothèques ne passent pas chez les professionnels

                        - Grrrr, en plus les revendication me rappellent mes idéaux de jeunesse !

Repost 0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 15:33

 

Livres-Hebdo : le 2 mai 2016

 

Suite à l’annonce par la maire de Paris de l'ouverture de sept bibliothèques supplémentaire le dimanche, les personnels dénoncent « la focalisation sur ce jour là, ainsi que l’absence de moyens »

 

L’intersyndicale (CGT, FO, SUPAP, UCP et UNSA) appelle les personnels des bibliothèques municipales parisiennes à un rassemblement jeudi 12 mai à l’Hôtel d’Albret, le siège de la Direction des affaires culturelles de la capitale.

 

Début avril, la maire de Paris, Anne Hidalgo, avait annoncé son intention d’ouvrir sept bibliothèques supplémentaires le dimanche, au cours des années à venir, en complément des cinq établissements qui pratiquent déjà l’ouverture dominicale.

 

Cette annonce avait suscité de vives réactions de la part des syndicats et d’un partie des personnels. Environ 130 personnes, selon les syndicats, s’étaient rassemblés en assemblée générale jeudi 21 avril. Ils avaient dénoncé « une situation catastrophique. Les restrictions budgétaires en vigueur depuis plusieurs années ont eu pour conséquence la diminution importante de personnel dans les bibliothèques municipales de la capitale. Les établissements exsangues sont contraints à réduire leurs horaires d’ouverture en semaine quand ils ne sont pas carrément fermés brutalement ».

 

Personnels et syndicats affirment qu’ils ne sont pas opposés à l’extension des horaires d’ouverture, mais que « la focalisation sur le dimanche ainsi que l’absence de moyens mis en œuvre sont inacceptables ». Et « inacceptables » cela devrait rester vu que pour le moment la mairie de Paris projette ses futures ouvertures dominicales sans personnels titulaires supplémentaires....

 

Lire l'article de Livres-Hebdo

 

 

Bibliothèques : Anne Hidalgo annonce sept nouvelles ouvertures le dimanche sans discussion

Les bibliothécaires parisiens mobilisés le 12 mai à l'Hôtel d'Albret contre de nouvelles ouvertures le dimanche

                                                       - Qui n'ose rien, n'as rien !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse Actualité sociale
commenter cet article