Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 17:37

 

Livres-Hebdo : le 18 juin 2015

 

Les syndicats CGT et FSU ont appelé les agents du réseau de lecture publique de Clermont Communauté à cesser le travail vendredi 19 juin.  Ils réclament des moyens supplémentaires pour la mise en place des nouveaux horaires d’ouverture prévus à partir du 1er septembre.

 

Les bibliothèques de Clermont Communauté seront touchées par un mouvement de personnel vendredi 19 juin. Les syndicats CGT et FSU ont en effet déposé un préavis de grève reconductible pour les agents des 17 bibliothèques de Clermont Communauté qui regroupe 21 communes. 
 
Les syndicats réclament des moyens supplémentaires pour la mise en place des nouveaux horaires d’ouverture qui seront soumis au vote du conseil communautaire vendredi 19 juin et qui devraient être effectif à compter du 1er septembre.
 
« Nous sommes favorables à une augmentation des horaires d’ouverture des bibliothèques, sous réserve que celle-ci se fasse avec des moyens humains suffisants pour préserver la qualité du service public et les conditions de travail des agents »,
affirme le tract signé par les deux syndicats.
 
La nouvelle grille horaire, qui a fait l’objet d’un long travail et de plusieurs négociations depuis deux ans, prévoit notamment une ouverture jusqu’à 19 h pour toutes les bibliothèques du réseau et une augmentation parfois importante de l’amplitude d’ouverture. La bibliothèque du centre-ville de Clermont-Ferrand devrait ainsi passer de 28 heures à 45 heures d’ouverture hebdomadaire du mardi au samedi. Cela nécessite une réorganisation importante du travail dans laquelle les agents passeront au moins 50 % de leur temps de travail en service public.
 
L’ouverture jusqu’à 19h et un planning horaire de travail qui pourra changer toutes les cinq semaines font particulièrement tiquer les syndicats. « Cela constitue pour les agents une contrainte qui aura un impact important sur leur vie privée », dénonce, Nicole Sininge, déléguée CGT.

 

Lire l’article de « Livres Hebdo »

 

 

 

        Olivier Bianchi, président (PS) de Clermont Communauté

Préavis de grève pour les bibliothèques de la communauté de Clermont-Ferrand
Préavis de grève pour les bibliothèques de la communauté de Clermont-Ferrand

          - Fouchtra !  Me voilà avec un mouvement chochial chur les bras  !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse BM nec mergitur
commenter cet article
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:26

 

Livres-Hebdo : le 17 juin 2014

 

Les bibliothécaires du réseau brestois, inquiets du manque de moyens prévus par la mairie pour le fonctionnement de la future grande médiathèque des Capucins, signent une lettre ouverte.

 

Alors que la gestion de la future médiathèque des Capucins, dont l'ouverture est prévue à Brest pour le mois de juin 2016, provoque de nombreuses réactions de la part des professionnels brestois, ces derniers signent une lettre ouverte, adressée aux élus.


Dans celle-ci, disponible en document lié à gauche de l'article, le personnel des bibliothèques brestoises exprime une nouvelle fois son inquiétude, et indique ne pas être entendu « depuis de trop nombreuses semaines ».  Par cette lettre, les bibliothécaires veulent éclaircir leurs dires et « rétablir quelques vérités sur les points de désaccord au sujet des Capucins et du réseau des bibliothèques ».

Sont ainsi abordés : le problème du manque de moyens humains et de créations de nouveaux postes pour le bon fonctionnement de la future médiathèque, l'amplitude des horaires d'ouvertures, le financement, ou encore les nouveaux équipements prévus aux Capucins.

Les agents des bibliothèques brestoises, réunis en intersyndicale, concluent : « nous demandons à la municipalité de nous donner les moyens nécessaires, avec des agents statutaires en nombre suffisant, pour ouvrir dans de bonnes conditions pour les personnels et les publics » (
lire ici).

 

Lire l’article de « Livres-Hebdo

 

 

 

Les bibliothécaires envoient une lettre ouverte au maire de Brest

Colère de Brest : La lettre ouverte des bibliothécaires aux élus

- Et en plus, c'est en recommandé !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse BM nec mergitur
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 15:34

 

Il est vrai que sur cette question des extensions d’horaires, les élus de tous bords font œuvre de démagogie sans limite alors que dans le même temps ils baissent drastiquement les budgets de fonctionnement de leurs bibliothèques

 

L'ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti, députée de la Moselle et conseillère municipale à Metz, a déclaré au micro de France Inter que la loi Macron est « dangereuse pour les salariés » notamment son volet sur l’extension du travail du dimanche.  

 

De son côté le site « ActuaLitté.com » rappelle qu'Aurélie Filippetti avait été interpelée sur la question de l'ouverture des bibliothèques au cours de son mandat de ministre : la pétition de Bibliothèques Sans Frontières, notamment, pour « ouvrir plus les bibliothèques » avait relancé le débat. Si la profession n'est absolument pas contre un meilleur service aux usagers, les budgets et effectifs en constante réduction font tache » remarque cruellement le site spécialisé dans l’univers du livre et de l’édition. 

 

En février dernier, Aurélie Filippetti avait même  proposé un amendement à la loi Macron, pour inciter les municipalités à discuter de l'ouverture des bibliothèques le dimanche lorsqu'elles abordent celle des magasins.

 

Mais, là aussi, la proposition coince, et certains directeurs de bibliothèques ont témoigné lors du congrès annuel de l'Association des Bibliothécaires de France : « Motiver les personnels à travailler les dimanches pour 0,74 € supplémentaires, c'est assez difficile. On laisse les directeurs d'établissement face à cet état de fait, il faut que ce soit gagnant/gagnant pour tout le monde », expliquait ainsi l'un d'entre eux.

 

Il faut dire que les élus de tout bords sont sur cette question des extensions d’horaires font œuvre de démagogie sans limite alors que dans le même temps ils baissent drastiquement les budgets de fonctionnement de leurs bibliothèques à l’instar…. d’Aurélie Filippetti elle-même  dans sa bonne ville de Metz (lire ici). Il semble que la schizophrénie en politique soit vraiment une maladie incurable. 

 

Un mal qui devrait également toucher Fleur Pellerin et la sénatrice socialiste Sylvie Robert, laquelle a été chargée par la ministre de la culture de remettre prochainement un rapport sur la question de l’ouverture des bibliothèques le dimanche au mois de juillet prochain.

 

 

  Aurélie Fillippetti et le maire de Metz, Dominique Gros

Aurélie Filippetti en pleine schizophrénie sur l’ouverture du dimanche (dans les bibliothèques)

   - Pleure pas Aurélie, en plus d'être schizo tu pourrais aussi être au parti socialiste

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 13:51

 

Archimag : le 15 juin 2015

 

Plus de 700 personnes ont participé au 61ème Congrès des Bibliothécaires de France organisé cette année à Strasbourg. Comment faire fonctionner des établissements avec un budget revu à la baisse ?

 

Bibliothèques incompréhensibles, tensions avec les usagers, restrictions budgétaires, souffrance au travail... Le 61ème congrès de l'Association des Bibliothèques de France (ABF) n'a pas hésité à mettre les pieds dans le plat et à pointer ce qui ne tourne pas rond dans les bibliothèques et les médiathèques. Plus de 700 personnes ont fait le déplacement à Strasbourg et livré des témoignages qu'il faut entendre. Une directrice de médiathèque du Val de Marne : « lorsque la nouvelle bibliothèque a ouvert ses portes, une partie de la population pensait qu'il s'agissait d'un centre commercial ! ». Une autre bibliothécaire (alsacienne) : « alors que depuis dix ans, notre attention s'est recentrée sur l'usager, la bibliothèque est devenue infréquentable pour nombre de citoyens qui ne comprennent pas les mots « cote », « OPAC » ou  « document »...

 

C'est peu dire que les bibliothèques sont en tension. « Les relations entre les bibliothécaires et les élus sont un sujet inépuisable de discussion et le ressenti de ces relations est majoritairement négatif du côté des bibliothécaires » rappelle Dominique Lahary, ancien vice-président de l'ABF. L'élu peut se prévaloir de la légitimité du suffrage universel et, à ce titre, il décide. « Or, les dernières élections municipales de 2014 ont vu arriver de nouveaux élus qui méconnaissent le monde des bibliothèques. Les bibliothécaires doivent alors mettre en avant leurs compétences professionnelles et apporter aux élus des éléments d'information utiles à la prise de décision. Ils doivent travailler en mode pro-actif » estime Carol Knoll, auteur de « Fonctionnaires, et alors ? » (Éditions Eyrolles). Mais dans la réalité, les choses ne sont pas aussi claires et les directeurs d'établissement doivent composer avec des élus intrusifs ou, ce qui n'est guère mieux, avec des élus adeptes du laisser-aller. 

 

Et lorsque la parole est aux élus, les bibliothécaires ne sourient plus. Pour Marie-Paule Lehmann, vice-présidente de territoire au Conseil départemental du Bas-Rhin, l'avenir n'est guère réjouissant : « les collectivités sont confrontées à crise très profonde de leurs finances et à une baisse des dotations de l'État. Elles doivent donc faire des choix douloureux et le secteur culturel va en faire les frais. Malheureusement, les bibliothèques risquent d'être les fusibles ». Ce sombre présage ne décourage cependant pas Anne-Marie Bock, directrice de la Bibliothèque départementale du bas-Rhin : « l'élu est souvent seul et notre travail consiste de plus en plus à lui apporter des conseils. Il faut toujours être dans la proposition et bien choisir le moment pour parler aux élus ».

 

Les tensions se manifestent également dans le travail quotidien des bibliothécaires lorsqu'ils doivent gérer des contentieux entre usagers. Certains établissements sont même confrontés à des situations inédites comme à Calais ou des dizaines de migrants ont investi la bibliothèque municipale pour utiliser les toilettes et recharger leurs téléphones. Résultat : des crispations avec les usagers traditionnels, des ordinateurs professionnels débranchés, des rixes entre migrants... et une fermeture de plusieurs jours.

 

Lire l’aricle de « Archimag »

 

 

Les bibliothèques seront-elles les « fusibles » de la crise économique ?
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse BM nec mergitur
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 18:18

 

Livres-Hebdo : Le 12 juin

 

La médiathèque levaloisienne Gabriel Péri, a annoncé sa fermeture pour le 30 juin prochain. Une fermeture précipitée car cette annonce se fait juste trois semaines avant de baisser le rideau.

 

L’annonce est aussi surprenante qu’inattendue. « La fermeture de la médiathèque Péri sera effective le 30 juin », écrivent sur Facebook les responsables de cette médiathèque, située rue Gabriel-Péri à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine.Une fermeture on ne peut plus précipitée semble-t-il car cette annonce se fait juste trois semaines avant de baisser le rideau.

 

La ville de Levallois-Perret, l'une des communes les plus riches mais aussi les plus endettées de France, ne comptera ainsi, avec la fermeture de la médiathèque Péri, plus que deux équipements de lecture publique. En l’espace de huit ans, c’est la troisième bibliothèque qui ferme à Levallois, contre une seule ouverture.
 
Si la mairie met en avant une bibliothèque « totalement obsolète » et une réhabilitation qui serait trop coûteuse, des voix, comme celle du
blog social et culturel de la ville de Paris, s’étonnent et indiquent que cette même bibliothèque de 800 m2 avait été entièrement rénovée en 1991. On évoque aussi les problèmes de budget de la mairie dirigée par Patrick Balkany, alors même que le mois dernier, la dette de la ville était évaluée à plus de 720 millions d’euros.
 
Une
pétition en ligne, adressée à Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret, a déjà réuni, en deux jours, 700 signatures. Les usagers de la médiathèque Péri et les professionnels du livre et de la lecture se disent « profondément choqués et opposés à la fermeture de ce service de proximité » et parlent « d’une disparition des collections au profit du tout numérique » qui aurait pour effet de « détériorer le lien social ».

 

Lire l'article de « Livres-Hebdo »

 

 

                                                              A Levallois il ne va plus rester que deux bibliothèques

Levallois-Perret : la médiathèque Gabriel Péri ferme ses portes inopinément.

                                                                                                    - Une chacun !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse BM nec mergitur
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 11:06

 

Une affaire qui tombe bien mal pour la ministre Fleur Pellerin, la sénatrice Sylvie Robert et tous les thuriféraires du dimanche

 

C’est une annonce qui a pris les habitants de Levallois-Perret par surprise : « la fermeture de la médiathèque Gabriel Péri sera effective le 30 juin ». Pourtant, on ne peut pas dire qu’il y a trop de bibliothèques dans cette ville parmi les plus riches du monde, car elle n’abrite que trois équipements de lecture publique. En huit ans, deux avaient déjà été fermés, mais pour le couple Baljkani qui dirige la ville depuis trente ans, faut croire qu'il y en avait encore une de trop.

 

Une bibliothèque qui tomberait en ruine si l’on en croit les déclarations de la mairie sur sa page Facebook « La médiathèque Gabriel Péri souffre des maux inhérents à son âge. La structure du bâtiment qui l'abrite, comme son aménagement intérieur, sont désormais totalement obsolètes, tant en termes de respect des normes réglementaires qu'en ce qui concerne la qualité de l'accueil des lecteurs. Il s'agirait ici d'entreprendre une réhabilitation intégrale des lieux, plus proche de la reconstruction que d'un simple réaménagement ».

 

Étonnant, car cette même bibliothèque de 800 m2 a été entièrement rénovée en 1991 ! Certes, cela fait plus de vingt ans mais c’est un laps de temps considéré comme très récent dans le monde du bâtiment. Ou bien cet équipement municipal aurait-il été mal « rénové » ? On n’ose le croire tant la municipalité, spécialiste si l’en est, des programmes immobiliers, est passée maitre dans l’art de la construction.

 

 

Levallois : Balkany veut encore fermer une bibliothèque pour boucler son budget

   Bibliothèque mal rénovée: les Balkany se sont-il fait rouler dans la farine ?

 

 

En réalité, l’explication serait plus prosaïque. Malgré ou à cause des vacances municipales à Marrakech ou de la célèbre Villa Pamplemousse, à Levallois-Perret les caisses municipales sont vides. Cependant, les Balkany tiennent, urbi et orbi, à maintenir ouverte le dimanche la médiathèque Gustave Eiffel inaugurée il y a trois ans.

 

Mais ouvrir cet équipement semble coûter aussi cher qu’une villégiature aux Antilles, si l'on en croit les explications municipales. « La Ville a été à l'écoute des Levalloisiens en matière d’accès à la culture puisqu'un grand nombre d'entre eux ont fait part de leur souhait de voir les horaires d'ouverture des médiathèques élargis en incluant toujours le dimanche. Ces mesures nécessitent cependant des besoins non négligeables en personnel, ce qui représente un coût conséquent. » Voilà qui est clair. Et pour cela, il faut sacrifier la médiathèque Gabriel Péri.

 

Mais voilà, malgré les arguties de la municipalité, les Levalloisiens ne sont pas d’accord avec cette décision, d’autant qu’elle semble avoir été décidée dans le secret le plus total. C’est pourquoi les usagers de la médiathèque Gabriel Péri ou de nombreux professionnels du livre ont décidé de riposter en lançant une pétition citoyenne. « Nous sommes profondément choqués et opposés à la fermeture de ce service de proximité, situé en centre ville, qui accueille un large public, de la petite enfance aux séniors affirment ces citoyens pas encore balkanisés. « C'est la troisième bibliothèque fermée en huit ans pour une seule ouverture. Nous sommes inquiets de la dégradation du service public et de la place accordée à la culture dans notre ville. La disparition des collections au profit du tout numérique vers lequel vous tendez, ne peut que détériorer le lien social » concluent les signataires (la pétition est ici).

 

On le voit, ouvrir coûte que coûte le dimanche ne peut qu’amener à la disparition des bibliothèques. Reste à savoir si cela figurera dans le rapport que Fleur Pellerin, la ministre de la culture a commandé à la Sénatrice Sylvie Robert sur « l’adaptation des horaires d’ouverture des bibliothèques aux rythmes des usagers ». En tout cas l'affaire de Levalois tombe bien mal pour tous les thuriféraires du dimanche. 

 

 

Ouvertue du dimanche :  Les Balkany flinguent les projets de Fleur Pellerin

Levallois : Balkany veut encore fermer une bibliothèque pour boucler son budget

                          -  Et crois moi, c'est pas des tendres

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur BM nec mergitur
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 13:21

 

Livres-Hebdo : le 11 juin 2014

 

Les professionnels s'inquiètent du manque de moyens prévus par la mairie pour le fonctionnement de la future médiathèque des Capucins

 

Débrayage, tracts, rencontres avec la population brestoise, pétition, ou encore page Facebook, les bibliothécaires brestois, soutenus par une intersyndicale regroupant la CGT, la CFDT, FO et l'Unsa, multiplient les actions pour faire entendre leurs revendications à propos de la future médiathèque du quartier des Capucins.

Les professionnels s'inquiètent en effet du manque de moyens prévus par la mairie de Brest pour le fonctionnement du nouvel équipement, dont l'ouverture est prévue pour le mois de juin 2016. Alors que la municipalité prévoit une trentaine d'emplois à temps plein pour faire vivre la médiathèque, et dont  5 seraient un transfert des autres bibliothèques du réseau, les syndicats assurent qu'il en faudrait au minimum 44. Le manque de qualification du personnel pour utiliser les nouveaux équipements, notamment numériques, est également pointé du doigt.

« Quant au redéploiement d'agents, il est inacceptable, car il fragiliserait les autres équipements et mettrait en danger les actions menées depuis plusieurs années en direction de divers publics », indiquait, le 29 avril dernier dans les colonnes du 
Télégramme, Erwan Rivoalen, délégué CGT. 

 

Cette « médiathèque du XXIe siècle, équipement moderne, ambitieux et pluriel », comme la défend la municipalité, a en effet de quoi impressionner : 23,6 millions d'investissement, 6500m2 de surface utile, 12000 documents en accès libre, et environ 500000 visiteurs annuels attendus dès son ouverture, prévue pour dans un an. Deux bâtiments du réseau actuel seraient en outre fermés définitivement. 

 

« Les discussions avec les élus sont au point mort. Nos revendications ne sont simplement pas écoutées, mais l'ensemble du personnel reste plus que jamais mobilisé », explique à Livres Hebdo Gwenael Stang, assistant de conservation à l'actuelle bibliothèque Neptune, dont la fermeture est d'ores et déjà programmée au 4 juillet prochain.

La municipalité brestoise, évoquant un
« devoir de réserve », n'a quant à elle pas souhaité s'exprimer sur le sujet. 

 

Lire l’article de Livres- Hebdo

 

 

 

            Hôtel de Ville de Brest : La mairie brandit le droit de réserve

La colère gronde chez les bibliothécaires brestois

                 - C'est notre Grand Timonier qui nous a demandé de nous taire...

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse BM nec mergitur
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 15:10

 

La Montagne : le 9 juin 2015

 

Les limites ont été atteintes pour les bibliothécaires de l’agglomération auvergnate

 

Un service public de qualité est une vertu « régalienne » qu'il incombe à chaque collectivité locale d'assurer au mieux des intérêts des citoyens. Elle a cependant ses limites, à commencer par celles acceptables par les personnels chargés de l'assurer. C'est manifestement parce que celles-ci ont été atteintes – au moins aux dires des syndicats CGT et FSU des agents du réseau de la lecture publique – qu'un préavis de grève de 24 heures reconductible a été déposé pour le vendredi 19 juin dans toutes les médiathèques de Clermont Communauté.

 

Au chapitre de l'achoppement, la volonté de la direction de Clermont Co d'harmoniser les horaires d'ouverture des bibliothèques de l'agglomération pour septembre. « Cet objectif de généralisation de l'ouverture de toutes les bibliothèques jusqu'à 19 heures et le samedi, toute la journée, se traduit concrètement par un élargissement considérable des horaires d'ouverture de toutes les bibliothèques… Mais à moyens humains constants ! », relèvent les syndicats qui estiment la situation inacceptable en l'état. « Dans un contexte déjà difficile de sous-effectif et de dégradation des conditions de travail pour les agents du réseau, il est inconcevable d'entreprendre cette réforme sans renforts d'effectifs. »

 

Pour autant, ils se déclarent favorables à un égal accès à la culture pour tous et l'ensemble des agents rejoint volontiers l'idée d'une augmentation des horaires d'ouverture des bibliothèques, « mais sous réserve que celle-ci se fasse avec des moyens humains suffisants pour préserver tant la qualité du service public que les conditions de travail des agents. » (lire ici).

 

L'intersyndicale CGT- FSU demande donc l'ouverture de réelles négociations relatives aux conditions de travail et, dans l'attente de celles-ci, appelle les agents à cesser le travail vendredi 19 juin, jour de réunion du Conseil communautaire. À moins qu'un accord ne soit trouvé lors de la réunion technique prévue le 10 juin.

 

Lire l’article de « La Montagne »

 

 

 

          A Clermont,  les bibliothècaires auvergnats sont sur un volcan

Clermont Communauté : Préavis de grève dans les médiathèques
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse BM nec mergitur
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 12:14

 

Livres Hebdo : le 8 juin 2015

 

La grève dans le réseau de lecture publique de la Ville de Paris samedi 6 juin a été largement suivie.

 

Entre 300 et 400 agents des bibliothèques municipales parisiennes ont répondu samedi 6 juin à l’appel à la grève lancée par l’intersyndicale (CGT, FO, Supap FSU, UNSA et UCP). Plusieurs établissements, parmi lesquels les bibliothèques André-Malraux, Aimé-Césaire, Jean-Pierre-Melville, sont restés fermés toute la journée, tandis que d’autres ont fermé pendant quelques heures. Plus d’une centaine de grévistes se sont réunis à 10 h devant la bibliothèque Françoise-Sagan, dans le Xe arrondissement de la capitale.

 

Le mouvement a été déclenché par l’annonce du départ de la directrice de la bibliothèque André-Malraux, dans le VIe arrondissement de Paris. Son départ – en congé parental – a pour origine des problèmes de relations avec le maire de l’arrondissement, Jean-Pierre Lecoq. Ce dernier entravant continuellement le bon fonctionnement de l'établissement a notamment en refusant à de nombreuses reprises de mettre à disposition de la bibliothèque les salles de réunion présentes dans le bâtiment qui abrite la bibliothèque et plusieurs autres services administratifs.

 

Contrairement à certains services tels que les crèches, dont la gestion est déconcentrée, les bibliothèques municipales parisiennes et leurs personnels sont gérés de manière centralisée par la direction des affaires culturelles (DAC) de la Ville de Paris.

 

« La plupart du temps, les relations entre les directeurs d’établissement et les maires d’arrondissement sont excellentes, tient à rappeler Noël Corbin, directeur de la DAC, lors de son entretien avec Livres Hebdo. Il faut tirer les leçons de cet incident et mettre en place des garde-fous pour éviter qu’une situation ne se dégrade. Je souhaite que les différents échelons hiérarchiques de la DAC soient plus présents et plus réactifs afin que les directeurs de bibliothèque ne se sentent pas seuls en cas de difficulté ».

 

Le prochain directeur de la bibliothèque André-Malraux, qui devrait être nommé à la rentrée, recevra une lettre de mission très détaillée,  qui pourra servir de référence dans ses échanges avec le maire de l’arrondissement. A l’avenir, conséquence de l’actuel conflit, tous les nouveaux responsables d’établissement recevront une telle lettre. « Il est important qu’un directeur sache clairement ce qu’on attend de lui, souligne Noël Corbin. Par ailleurs, je rencontre chaque année les maires d’arrondissement pour connaître leurs besoins et leurs attentes ».

 

La question des relations entre bibliothèques et mairies d’arrondissement sera à l’ordre du jour du séminaire des chefs d’établissement du réseau de lecture publique parisien qui se tiendra le 18 juin prochain.

 

Lire l’article de « Livres Hebdo »

 

 

                                                                             Jean-Pierre fait Lecoq devant NKM

Plus de 300 bibliothécaires parisiens ont fait grève le 6 juin
Plus de 300 bibliothécaires parisiens ont fait grève le 6 juin

                                                              - T'as vu Nathalie le bordel que j'ai foutu cette semaine ?

                                                               - Mouais, mais là y a pas loin du lecoq à l'âne !                             

Repost 0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 17:15

 

ActuaLitté : le 6 juin 2014

 

La semaine dernière, le personnel de la bibliothèque André Malraux (VIe) apprenait le départ de leur directrice suite à de mauvaises relations de travail avec le maire d'arrondissement 

 

Le préavis de grève avait été déposé rapidement, mais les personnels ont répondu présents. 300 à 400 personnes du réseau des bibliothèques et médiathèques parisiennes se sont mis en grève en soutien à la directrice de la bibliothèque André Malraux (Paris VIe), qui a quitté son poste suite à de mauvaises relations de travail avec le maire de l'arrondissement, Jean-Pierre Lecoq (Les Républicains)

 

François Villon (Xe), Colette Vivier (XVIIe), Place des fêtes (XIXe), Clignancourt (XVIIIe), Hergé (XIXe), Claude Lévi-Strauss (XIXe), Edmond Rostand (XVIIe), Aimé Césaire (XIVe), Glacière (XIIIe), Hélène Berr (XIIe), Melville (XIIIe), Yourcenar (XVe), Vaclav Havel (XVIIIIe)... Autant d'établissements représentés ce matin à la mobilisation, devant la flambant neuve médiathèque Françoise Sagan (Xe) : certaines bibliothèques étaient fermées la matinée, d'autres l'après-midi, certaines une heure... La mobilisation a pris des dimensions diverses, mais le réseau a répondu présent à l'appel de la majorité des syndicats (Force Ouvrière, Supap-FSU, UCP, UNSA et CGT).

 

La semaine dernière, le personnel de la bibliothèque André Malraux (VIe) apprenait le départ leur directrice, suite à de mauvaises relations de travail avec le maire d'arrondissement Jean-Pierre Lecoq (lire ici la lettre de l'équipe). « Les relations n'étaient déjà pas très bonnes avec la précédente directrice, aujourd'hui disparu », nous confie un bibliothécaire d'André Malraux. « Mais elles se sont dégradées depuis : Par exemple quand notre directrice demandait l'ouverture de salles pour nos animations, elle lui était systématiquement refusée par le maire, sans explications. », déplore un gréviste.

 

Le maire d'arrondissement aurait également réclamé les statistiques de l'établissement, afin de procéder à des comparaisons et à des bilans de performance. Nous avons tenté à plusieurs reprises de joindre M. Lecoq, sans succès.

 

 

 

                                       Jean-Pierre Lecoq, maire du VIe, a refusé de répondre à ActuaLitté.com

Paris : 300 à 400 bibliothécaires en grève le samedi 6 juin
Paris : 300 à 400 bibliothécaires en grève le samedi 6 juin

                                                                                                         - Oumpf

 

 

Les personnels des bibliothèques ont reçu un soutien affiché de Bruno Julliard, Premier Adjoint à la Maire de Paris chargé de la culture, et de Noël Corbin, directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris (DAC). Le cabinet de Bruno Julliard nous avait déjà confirmé que des rappels à l'ordre avaient été effectués. Les bibliothèques du réseau parisien ne font en effet pas partie des services déconcentrés (comme les crèches, par exemple), et les maires d'arrondissement ne sont donc pas leurs supérieurs hiérarchiques. Les responsables de la DAC au plus haut niveau la Ville qualifié le travail de la directrice d'André Malraux d'« irréprochable ».

 

Le nouveau responsable de l'établissement recevra une lettre de cadrage très claire, pour lui rappeler ses droits dans sa relation avec le maire d'arrondissement, lettre qui « pourrait être utilisée » dans les établissements de tous les autres arrondissements L'administration a par ailleurs reconnu des « dysfonctionnements », à l'origine de cette situation de crise. Dans tous les cas, l'interlocuteur des maires d'arrondissement, pour les bibliothèques, reste la Direction des Affaires culturelles. Le directeur de cette dernière, Noël Corbin, a rencontré les personnels d'André Malraux hier, en les assurant de son soutien.

 

Les services informatiques du réseau parisien étaient, eux aussi, présents : « Les budgets, les moyens humains, on retrouve les mêmes soucis et les mêmes envies de rendre un bon service au public chez nous. Il ne faut pas faire de distinction : nous sommes nous aussi des bibliothécaires, et nous soutenons nos collègues au quotidien. Le réseau des bibliothèques, c'est un tout. »

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

 

                                              Paris:même le service informatique des bibliothèques était en grève

Paris : 300 à 400 bibliothécaires en grève le samedi 6 juin
Paris : 300 à 400 bibliothécaires en grève le samedi 6 juin

                                            - Pas de doute, sans passer du lecoq à l'âne, le réseau c'est un tout

Repost 0

Pages