Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 10:38

 

Livre Hebdo : Le 6 octobre 2014  

Les sapeurs-pompiers ont mis plus de deux heures pour venir à bout des flammes, ne parvenant pas à sauver la médiathèque  

Dans la nuit de dimanche à lundi, deux attaques à la voiture bélier ont été perpétrées contre la médiathèque et une école du quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes en région parisienne. Selon Le Parisien, les suspects ont ensuite incendié les voitures et les flammes se sont immédiatement propagées.

La médiathèque des Tarterêts, située rue Henri-Matisse, a été gravement endommagée malgré l'intervention des sapeurs-pompiers durant deux heures. Un groupe scolaire, inauguré en 2012, a été victime du même mode opératoire, même si les dégâts sont moins importants. La police confirme l'intention criminelle à l'encontre des deux établissements publics.

La médiathèque des Tarterêts proposait 18 000 livres et revues, ainsi que 2 500 CD. Corbeil-Essonnes compte deux autres médiathèques - Chantemerle et Monconseil.

 

Lire l’article de « Livre Hebdo »

 

 

              4191811_voiture-belier-corbeil.png

 

 

 

 

 

Lire aussi

A la BnF, même les décorations prennent l'eau

Bibliothèque Historique de Paris : des sanitaires victimes de fuites

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 11:46

 

Métro : Le 30 septembre 2014

 

Chaque dimanche, une grande partie des équipements sportifs de la capitale restent fermés à cause d'une grève débutée… Il y a sept mois. En cause : une prime dominicale dont certains agents demandent la revalorisation. En vain.

 

C'est un mouvement social exceptionnel par sa longueur. La grève des piscines et des gymnases parisiens a célébré le 23 septembre son septième mois d'existence. Chaque dimanche, prévient la Ville de Paris sur son site, près de la moitié des piscines et 20 % des équipements sportifs sont tout simplement fermés.


Et ce n'est pas près de s'arrêter : l'intersyndicale CGT-FO-Supap-FSU et SUD a décidé de prolonger le mouvement jusqu'à la fin de l'année. La principale revendication de ces adjoints techniques, personnels en charge de l'accueil, de la caisse ou encore de l'entretien dans les piscines : faire passer la prime dominicale de 44 euros… A 180 euros par dimanche travaillé.


Comment en sont-ils arrivés à demander une telle revalorisation ? En regardant simplement du côté de leurs collègues des bibliothèques municipales.  « Dans ces dernières, les agents touchent une prime de 100 euros pour 5 heures de travail le dimanche  », observe Stéphane Gautherot, délégué CGT chez les maîtres-nageurs, qui ne participent pas au mouvement bien qu'ils touchent la même prime.  « Eux, ils travaillent dix heures le dimanche  ». La logique syndicale est imparable.


Et elle risque de faire tache d'huile au sein des autres directions concernées par le travail dominical, soit 9.200 agents au total. Alors que les grévistes du dimanche souhaiteraient négocier directement avec la Ville, celle-ci temporise donc. A metronews, elle indique vouloir  « remettre à plat  » l'ensemble de ces primes et non les discuter séparément.


Pour Stéphane Gautherot, le mouvement des adjoints techniques est malgré tout  « justifié ». « Ces agents ne touchent pas de gros salaires. Faire traîner ce conflit est inadmissible. Dans n'importe quelle entreprise, on discuterait. On aurait pu, par exemple, leur proposer une revalorisation de leurs carrières ». Les agents de la Ville risquent d'être échaudés par un chantier concomitant. Anne Hidalgo s'était engagée durant les municipales à étendre les horaires de certains services publics. La question des primes ne devrait pas être réglée de sitôt.

 

Lire l'article de Métro



                                             Grève du dimanche: La mairie de Paris nage dans la semoule

              2219.jpg

                                                - Je comprends pas, j'e suis coincé !

 

 

 


 

 

Lire aussi

La mairie de Paris va tailler dans ses effectifs dès 2015 !

Les stades et les piscines de la capitale resteront fermés chaque dimanche pour cause de grève au moins jusqu’à la fin de l’année.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 11:45

 

Le Journal Du Dimanche : Le 28 septembre 2014

 

Depuis février, des agents municipaux des bassins et équipements sportifs parisiens font grève le dimanche pour obtenir une augmentation. Ils viennent de reconduire leur mouvement

 

Piquer une tête le dimanche à Paris? Difficile depuis février 2014, et le début d’une grève dominicale dans les piscines parisiennes. Un mouvement social mené par les agents municipaux de la Direction de la jeunesse et des sports, qui viennent de reconduire les grèves du dimanche jusqu’à la fin de l’année 2014… Pour l’instant. « S’il le faut, on continuera encore en 2015 », annonce William Bouffet, délégué syndical CGT.

 

Ces arrêts de travail touchent de nombreux bassins. « Ce sont des équipements très encadrés d’un point de vue réglementaire, il suffit parfois d’un agent en grève pour fermer l’établissement », explique Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris chargé des Sports. Les chiffres diffèrent : selon la mairie de Paris, 40 % des piscines sont fermées pour cause de grève chaque dimanche ; selon une association – Les Nageurs citoyens –, qui recense toutes les fermetures, ce serait plutôt 50 %, voire 70 %.

 

« Il y a deux phénomènes qui se conjuguent, la grève du dimanche et les fermetures liées à des travaux qui durent parfois depuis des années comme à Émile-Antoine, près de la tour Eiffel (pour cause de moisissures). Les piscines parisiennes (au nombre de 39) sont souvent vétustes et mal entretenues, déplore Emmanuel, le président de l’association. On a déjà connu une grève des maîtres nageurs qui a duré presque neuf mois en 2012-2013, et maintenant, voilà celle des agents ! »



                        Jean-François Martins (à gauche) l'adjoint au maire de Paris chargé des sports

          ptitvelib2

                                       - Tiens Jeff, voici un vélo en forme de bouée

                                     - Pas la peine, je pédale déjà dans la semoule !


 

L’intersyndicale CGT-FO-FSU-SUD demande que la prime pour travail du dimanche, actuellement de 44,80 €, passe à 180 €. Dans sa ligne de mire, l’indemnisation des bibliothécaires, qui avaient obtenu, après une grève de douze semaines en 2010, une hausse de leur indemnisation dominicale de 75 à 100€.

 

« Nous ne pouvons pas ouvrir une négociation spécifique pour la direction de la jeunesse et des sports, explique Jean-François Martins, des discussions doivent avoir lieu de manière globale en 2015 au sujet de l’amplitude d’ouverture des équipements, sportifs, culturels ». Le montant de la prime dominicale devrait concerner également les personnels de la voirie, de la propreté, des musées municipaux, des bibliothèques (quelques-unes ouvrent pour le moment le septième jour)…

 

La mairie, qui cherche actuellement à faire des économies budgétaires, ne semble pas vouloir ouvrir un régime spécial pour les agents des piscines. « On ne cédera pas, rétorque William Bouffet de la CGT. On nous demande d’attendre. Jusqu’à quand ? »

 

Le groupe UMP, présidé par Nathalie Kosciusko-Morizet, a déposé un vœu qui sera étudié lundi au Conseil de Paris afin de connaître les « mesures (en dehors des négociations avec les organisations syndicales) » qui seront mises en place par la mairie, « afin de permettre aux Parisiens d’exercer à nouveau leur activité sportive ».

 

Lire l'article du « Journal du Dimanche »


 

 

                           Dimanche : La mairie de Paris n'ouvrira pas de négociations avant 2015 (au moins)

 

                                  v-21-1097166-1202740020

                                                   - Y a plus qu'à aller se rhabiller

 

 


 

 

Lire aussi

Les stades et les piscines de la capitale resteront fermés chaque dimanche pour cause de grève au moins jusqu’à la fin de l’année.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 08:29

 

 

Un plan d’économie qui devrait entraîner la suppression d’un millier d’emplois


La maire de Paris prépare discrètement un plan de réduction de 2% de sa masse salariale, soit l’équivalent d’un millier d’agents selon les révélations de la Lettre A, un site spécialisé dans les arcanes de l’administration et généralement très bien informé.


L’information parait plus que crédible car la mairie de Paris a annoncé avant l’été un trou de 400 millions d’euros dans ses comptes et envisage pour le combler, outre l'augmentation des taxes et des tarifs municipaux, un plan d’économies assez inédit de 130 à 180 millions d’euros dans ses dépenses de fonctionnement 2015. Un chiffre annoncé par des élus de la majorité, notamment communistes et écologistes, après une réunion de travail menée par l'ensemble des services de la Ville.


« Le chiffre donné est pertinent » a d’ailleurs reconnu, au journal Métro, le premier adjoint (PS), Bruno Julliard qui a demandé aux différentes directions de la Ville de proposer un plan d’économies pour leur prochain budget.


« Les réunions se multiplient sur ce sujet à la mairie et les adjoints ont tous la main dans le cambouis pour traquer les réductions de dépenses », confirme d’ailleurs le même Bruno Julliard au journal 20 minutes. L’élu écarterait néanmoins l'hypothèse d'une baisse d'effectifs à la mairie de Paris, évoquant plutôt la rationalisation de l'administration et des baisses de dépenses sur certains postes.


 

                            zune historique 1975 03 10

                                            La Mairie de Paris doit encore boucher un trou


 


Pas de baisse d’effectifs alors ? A voir, car si dans un budget de fonctionnement on trouve les dépenses de bâtiments (entretien, éclairage, location..) ou d’achat de fournitures, difficile de faire émerger là les marges d’économies demandées par Anne Hidalgo. Désormais, dans l’entourage de la Maire de Paris on lorgne immanquablement là où se situe l’essentiel du budget c'est-à-dire vers les dépenses de personnels (2 milliard d’euros environ, chiffres 2012).


Ainsi, Bruno Julliard a lâché au journal Le Parisien : « Il est vrai que nous réfléchissons à des redéploiements, mais des redéploiements dans la haute administration et l’administration centrale ». Une assertion qui ne suffira pas non plus à atteindre son objectif de 130 millions.


 

         NKM-evoque-un-possible-conflit-d-interets-du-directeur-de-c

                                                       - Anne, on a un problème....



Car un plan d’économie était déjà en place, avant même ce trou budgétaire, selon la CGT qui avait révélée les premiers projets municipaux en mai dernier : « d’après de nombreuses sources, la Direction des Finances et la Direction des Ressources Humaines planchent sur une réduction de trente millions d’euros par an de charge de personnel d’ici la fin de la mandature. Cela correspond à plus d un millier d’agents en moins dans les cinq ans qui viennent. Un véritable pacte d’irresponsabilité ! » avait déclaré le syndicat dans un communiqué, sans être démentie par la Mairie de Paris.


Les chiffres annoncés par la CGT sont comparables à ceux cité par la lettre A. Des chiffres d’autant plus crédibles qu’ils ne représentent qu’un quart des objectifs à atteindre et peuvent donc être considérés comme des estimations assez basses, sauf qu'au lieu de trente millions de réduction sur une mandature de six ans, ce sera quarante millions sur la seule année 2015. Du brutal !


Cette austérité budgétaire devrait avoir pour conséquence la réduction, voire la fermeture de certains services. De quoi mettre à mal les projets de campagne d’Anne Hidalgo notamment l’extension des horaires des piscines ou des mairies ou bien l’ouverture le dimanche des bibliothèques. Du côté de l’Hôtel de Ville, certains annoncent déjà l’abandon de ces mesures d’autant que la question du travail du dimanche, notamment la prime accordée aux agents, empoisonne la ville de Paris depuis le début de l’année. Pas très fluctuat tout ça. Et même carrément mergitur !

 

Publié également sur  Miroir Social


 

 

                                            Le programme démagogique de la candidate est mis à mal

          Anne-Hidalgo

                                                                 - Vadé rétrou !

 

         

 

 

 

                                                     

Lire aussi

Anne Hidalgo la nouvelle Dame de Fer de Paris

Paris: Pas de piscine (et de stade) le dimanche jusqu'en septembre

Paris cherche 400 millions d'euros pour boucler son budget

Ouvrir les bibliothèques le dimanche à Paris coûterait plus de 5 millions d’euros

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 13:22

 

Blog UNSA Paris : Le 30 septembre 2014


Elle voudrait faire démarrer le travail de ses 5 500 éboueurs plus tard le matin afin de supprimer la prime dite de contrainte matinale.


Selon La Lettre A (publication confidentielle à accès payant), les conseillers d’Anne Hidalgo travailleraient actuellement « en toute discrétion » sur un projet de réduction de 2 % de la masse salariale de la Ville. Ce plan pourrait ainsi impacter entre 2 000 et 3 000 agents sur l’ensemble des effectifs de la Ville, soit une économie dans le budget de fonctionnement de plus de 70 millions d’euros alors que la Municipalité doit faire face à un trou de 400 millions dans son budget. La Mairie de Paris dément ces informations mais évoque une « mutualisation des fonctions support ».


Pour La Lettre A (numéro mis en ligne le 25 septembre), ces réductions dans les effectifs se feraient via le gel de certains concours de recrutement, le non-reconduction des CDD et le non-remplacement des départs à la retraite. D’autres pistes seraient à l’étude, notamment dans le domaine de la propreté. La Mairie de Paris voudrait ainsi faire démarrer le travail de ses 5 500 éboueurs plus tard le matin afin de supprimer la prime dite de contrainte matinale.


Cette lettre confidentielle affirme que les différentes Directions de la Ville « ont déjà été informées de cette prochaine réduction des effectifs » mais que « les syndicats n’ont pas encore été mis dans la confidence ». (Ndr : Tu m’étonnes).


Lire l’article du blog de l’UNSA des attachés parisiens.

 



                                     Sans primes : A Paris, les éboueurs devront commencer plus tard 

   hidalgo-soutiens

                                           - Je dis non à la France qui se lève tôt !

 


          

 

 

Lire aussi

La mairie de Paris va tailler dans ses effectifs dès 2015 !

Les stades et les piscines de la capitale resteront fermés chaque dimanche pour cause de grève au moins jusqu’à la fin de l’année.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 08:34

 

 

Le directeur général des services mis en cause pour son attitude « particulièrement agressive » et discriminante.


« Tyrannie », « racisme », « humiliations », c'est un bien triste tableau que dépeignent les employés de la mairie de XXème arrondissement de Paris au quotidien Métro. En cause : le directeur général des services, monsieur C., en poste depuis 2008 et accusé par les salariés de discriminations quotidiennes dont ils seraient victimes.


Dernier épisode en date : les agents ont été priés par une note officielle de ne plus « parler une langue étrangère» ni « entre eux, ni avec les usagers » au sein de la mairie qui emploi nombre d’agents originaires du Maghreb. « Aucune manifestation de communautarisme n'a lieu d'être dans la mairie » précise même la note de service.


« C’est vrai, la mairie est très cosmopolite, témoigne un agent polyvalent de la mairie du XXème arrondissement auprès du quotidien 20 Minutes. « Beaucoup de fonctionnaires de la mairie sont tunisiens, marocains, kabyles... Mais jamais nous n’avons parlé arabe avec les administrés ni entre nous.». N’empêche, le directeur administratif annonce qu'il « dispose dorénavant du pouvoir de mettre directement des blâmes ou des avertissements aux agents sans avoir à engager une procédure auprès des services centraux ». Ambiance.


 

                                     Frédérique Calandra, maire du XXe (au centre)

     2031-le-20e-inauguration-local-de-campagne-avec-anne-hidal

                                    - Bravo Frédérique, t'as trouvé un vrai p'tit chef !


 


De son côté la CGT des personnels administratifs de la Ville de Paris a dans une lettre ouverte à la maire de Paris, Anne Hidalgo dénoncé le caractère de cette note déclarant toutefois « ne pas être surprise par la méthode de monsieur C »., sachant qu'elle a déjà par le passé « jugé utile de saisir la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations) au sujet de ses méthodes de recrutement et de son comportement en général ». Un comportement guère en phase avec les valeurs prônées habituellement par la majorité municipale en place pourtant depuis treize ans, si l’on en croit les personnels.


« Le directeur a un problème avec les personnes d'origine étrangère », déclare ainsi l'agent au journal Métro et raconte comment ses collègues sont les victimes quotidiennes du « racisme » de ce directeur. « Lors des entretiens de recrutement, il nous demande si l'on pratique le ramadan, ce que l'on pense des gens qui mangent du porc », raconte ainsi le jeune homme. Le reste étant à l’avenant.


D’ailleurs la CGT n’est pas la seule organisation à s’élever contre les méthodes du directeur général des services du XXème. Dès son arrivée à la mairie, en 2008, le syndicat UNSA avait lui aussi tiré la sonnette d'alarme auprès de la maire d’arrondissement PS, Frédérique Calandra. « Management particulièrement agressif », « sanctions arbitraires à caractère discriminatoire », « mépris envers les agents », « langage irrévérencieux »... La liste dressée par l’UNSA fait donc écho à celle de la CGT.


 

         constance DECORDE-CIRIC-2

                                          Discrimination:  La Mairie aux abonnés absents



En tout cas l’affaire dépasse désormais les enceintes de la mairie. « C'est un secret de polichinelle, cet homme est un raciste notoire », a ainsi lâché dans la presse un responsable associatif local. Du côté des politiques, Danielle Simonnet, élue Front de Gauche du XXe arrondissement, confirme à son tour « avoir eu vent de plusieurs plaintes d'agents. Il faut que cela cesse et que les procédures, si elles sont engagées, aboutissent ».


Dans un mail envoyé en interne, la mairie du XXème a annoncé le départ de monsieur C., prévue pour début octobre. En fait le directeur va sévir  à la mairie du XIXème dans un arrondissement sociologiquement similaire à celui de son voisin. Une affaire dont se serait sûrement passé le maire de l'arrondissement, François Dagnault, ancien adjoint de Bertrand delanoë....en charge des personnels. Il sera en cela accompagné par les syndicats pour qui l'affaire est loin d’être réglée et pourrait faire mauvais genre dans les couloirs de l’Hôtel de Ville.

 

Publié également sur Miroir Social 

 

 


                                                           François Dagnaud et Anne Hidalgo

         6a0167644a19e4970b017c31dbcde5970b-800wi.jpg

                                                   - Anne, c'est quoi ce binz ?

 

 

 

 

 

Lire aussi

Paris : Nouvelle grève dans les mairies d’arrondissement le mardi 10 juin

Au musée Carnavalet, le chef brutal a été mis au placard

La mairie de Paris va tailler dans ses effectifs dès 2015 !

Paris : La Maire du XXème arrondissement menace journalistes et syndicalistes

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 16:15

    

De son côté la Mairie de Paris mise sur le pourrissement d’un conflit commencé …il y a sept mois


Le personnel des équipements sportifs de la capitale vient de reconduire la grève pour chaque dimanche. Les préavis déposés par les syndicats courent (au moins) jusqu’à la fin de l’année. Les grévistes réclament une prime de 180 euros au lieu des 42 euros accordés actuellement car ces agents de la Direction de la Jeunesse et des Sports (DJS) de la Ville de Paris qui travaillent en roulement, et sont appelés à travailler obligatoirement le dimanche, ne s’estiment pas rémunérés à la hauteur de cette contrainte.  

« Dans d’autres directions, certains agents perçoivent une prime de 100 euros » déclare ainsi l’intersyndicale (CGT, FO, Supap et Solidaires) en faisant référence à une prime arrachée par les bibliothécaires parisiens en 2010 après un conflit de plusieurs semaines. Une différence de traitement que pointent les syndicats qui demandent que la prime dominicale de la DJS soit au moins, alignée sur celle de leurs collègues de la culture.

En tout cas, le mouvement semble très suivi car chaque dimanche environ 50% des piscines et 20 % des équipements sportifs ferment leurs portes comme le reconnaît officiellement la municipalité sur son site. Mais c’est surtout le plus long conflit social qui est l’œuvre cette année à la Ville de Paris puisque il a commencé le ….23 février dernier !               

Pourtant, la Mairie de Paris avait déclaré publiquement au mois de mai au quotidien Le Parisien « tout mettre en œuvre pour résoudre ce conflit ». C’était alors bien avant l’été. Depuis, l’équipe d’Anne Hidalgo, de manière pas très fluctuat, parie sur un pourrissement du mouvement en ne faisant aucune proposition aux grévistes, annonçant même repousser la question… pour 2015. 

 

          2014-01-28hidalgo

                                       -  J'ai seulement dis j'entamerai, j'ai pas dis quand !

 

Officiellement, ce serait en raison des élections professionnelles prévues à la fin de l’année. Une façon de botter en touche qui a surpris jusqu'aux plus fins connaisseurs des questions sociales dans les couloirs de l’Hôtel de Ville car même les syndicats « modérés » qui ne participent pas au mouvement, réclament la même chose et plus encore. Bref, pour sortir de cette impasse la municipalité parisienne n’a plus qu’à passer ses dimanches à brûler des cierges à Notre–Dame dans l’espoir d’un miracle.

En effet, la question du travail du dimanche pourrait vite s’avérer explosive pour la nouvelle maire de Paris car les personnels du nettoiement, des musées ou des parcs et jardins pourraient eux aussi entrer dans la danse et demander la revalorisation de leur prime dominicale. L’ouverture d’autres bibliothèques le dimanche, inscrite dans les promesses de campagne d’Anne Hidalgo, pourrait d’ailleurs être l’étincelle qui manque à ce baril de poudre social puisque les agents concernés devraient en toute logique toucher 100 euros comme leurs collègues des bibliothèques qui ouvrent déjà le dimanche. De quoi radicaliser ceux qui se seront alors mis en grève depuis plus d'un an. A moins que…

Du côté de l’Hôtel de Ville, on réfléchit plutôt à une harmonisation vers le bas, avec une prime de 60 euros pour tous les agents qui travaillent le dimanche ainsi que l’avait révélé sur son blog le syndicat CGT culture. De quoi mettre à leur tour les bibliothèques en grève. On comprend pourquoi la Mairie de Paris a décidé mergitur qu’il était urgent d’attendre.

Publié également sur  Miroir Social

 

    En-2004-Anne-Hidalgo-avait-envisage-de-conduire-la-liste-PS.jpg

                                                     - Qu'est ce que tu penses de cette stratégie Bertrand ?

 

 

 

Lire aussi

Ils aimeraient ouvrir les musées sept jours sur sept (voire tard le soir)

Paris: Pas de piscine (et de stade) le dimanche jusqu'en septembre

Paris : Un préavis de grève a été déposé pour chaque dimanche jusqu’au 7 septembre pour les stades et les piscines de la capitale

La mairie de Paris face aux grèves en cascade

Paris : les personnels de la direction des sports en grève depuis fin février

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 15:42

 

« Les vieux de 27 à 87 ans » enfin à visage découvert.


Elle n'a que trois ans, mais c’est la revue qui monte. Qui ça ? Mais Schnock bien sûr. Ce bookmag devenu trimestriel semble désormais faire figure de référence pour parler « au présent de la pop-culture d’hier, au sens le plus large ». Mais qui sont-ils vraiment ceux qui se cachent sous le vocable « des vieux de 27 à 87 ans » ?


N’ont-ils pas d’ailleurs dépassé les 87 ans ? Où bien se feraient-ils bien plus jeunes qu’ils en ont l’air ? La seule occasion de voir qui sont vraiment les créateurs de cette revue originale est d’aller à la bibliothèque François Villon, située, Boulevard de la Villette du côté de Colonel Fabien dans le Xème arrondissement de Paris, juste en face d'ailleurs d’un monument très schnock des années soixante-dix.

 

L’événement aura lieu le jeudi 9 octobre à 19 heures et « les vieux de 27 à 87 ans » auront, pour une fois, la permission de sortie. Les jeunes seront néanmoins acceptés à l’entrée.

 

 

                               schnock11

                         - Les gars, vous avez vus le bâtiment qu'est en face ?

 


 

 

Lire aussi 

Hipgnosis à la bibliothèque André Malraux

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 10:37

 

Le Parisien : Le 6 septembre 2014


Près de dix mois après le début de la mobilisation, Bruno Julliard a reconnu que ce projet de fermeture avait « indubitablement suscité des inquiétudes »


Le pôle sourds de la bibliothèque Fessart (XIXe) ne fermera pas. Le premier adjoint (PS) de la maire de Paris, Bruno Julliard, également chargé de la culture, vient de le confirmer.


Officieusement « sur les rails » depuis janvier dernier, la fermeture de cet accueil spécialisé pour les sourds et les malentendants devait être compensée par l'ouverture de la nouvelle bibliothèque de la Canopée des Halles. « Mathématiquement seulement », contestait toutefois le syndicat CGT-Culture en rappelant que la bibliothèque Fessart offrait le seul pôle sourds de tout le nord-est parisien.


Près de dix mois après le début de la mobilisation, Bruno Julliard a reconnu que ce projet de fermeture avait « indubitablement suscité des inquiétudes » et s'est engagé, en séance publique au Conseil de Paris, « à ce que les activités à destination du public sourds à la bibliothèque Fessart soient maintenues ». Deux postes de bibliothécaires étaient aussi menacés par la fermeture.


Lire l’article du « Parisien »

 

 

                                            Bruno Julliard maintient finalement le pôle sourds de Fessart

              PHO46b94b48-f63b-11e3-9f5b-8f0c1aef2ecb-805x453

                                                                         - C'est bon vous avez gagné...

 

 

                        

 

 

Lire aussi

Bruno Julliard s’engage « à maintenir le pôle sourds » de la bibliothèque Fessart

Bibliothèque Fessart : les élus du XIXeme arrondissement de Paris souhaitent garder le pôle sourd

La bibliothèque Fessart (XIXe) risque de perdre son pôle d'accueil des sourds.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 08:34

 

Question(s) Sociale(s) : le 4 septembre 2014


Près de la moitié des salariés déclarent utiliser les nouvelles technologies à usage professionnel sur leur temps personnel


C'est un cri d'alarme qu'a lancé jeudi 4 septembre l'Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens CGT (Ugict-CGT) : le travail au noir explose chez les cadres. Selon Marie-José Kotlicki, secrétaire générale de l'Ugict-CGT, qui tenait une conférence de presse, « 75% des cadres et 39% des salariés déclarent utiliser les nouvelles technologies pour leur usage professionnel sur leur temps personnel. Ce travail réalisé à la maison ou dans les transports n'est en général ni reconnu ni comptabilisé, et dépasse très souvent les limites horaires imposées par la loi ». 

 

L'organisation de cadres va lancer une campagne sur le thème « halte au harcèlement numérique » et réclame, comme l'ont déjà fait l'Union confédérale des cadres de la CFDT et la CFE-CGC,  un « droit à la déconnexion ».  Pour Mme Kotlicki, « au lieu d'agiter des chiffons rouges en annonçant vouloir revenir sur les 35 heures, le gouvernement serait bien inspiré de s'intéresser au temps de travail qui ne cesse d'augmenter: les salariés travaillent en moyenne 39,5 heures par semaine, les cadres 44,1 heures ».

 

 

               kackqkyz.i2j.jpg



Dans son étude, qui se fonde notamment sur un sondage réalisé en mai qui avait fait ressortir le malaise des cadres, l'Ugict-CGT décrit précisément cette addiction forcée aux nouvelles technologies: « Seule une infime minorité de salariés est considérée officiellement comme télétravailleur, et bénéficie du cadre prévu par l'accord national interprofessionnel de 2005. Les technologies de l'information et de la communication (TIC) permettent une disponibilité permanente et sans limite et la frontière entre vie professionnelle et vie privée est beaucoup plus floue. Il s'agit d'une remise en cause du fondement du droit du travail qui garantit que le lien de subordination entre le salarié et l'employeur doit être temporaire et limité dans le temps » .

 

Les salariés « nomades » sont particulièrement exposés: les déplacements à titre professionnel, notamment lorsqu'ils nécessitent de « découcher » se traduisent par une augmentation du temps de travail non reconnu (travail dans les transports ou à l'hôtel par exemple), par des temps de repos inférieurs aux obligations légales et par une absence de protection des salariés en cas d'accident de travail ». Selon le syndicat, « 68% des cadres effectuent au moins un jour de déplacement par semaine et 41% deux jours ou plus par semaine » et « 70% des cadres affirment travailler pendant leurs trajets alors que le « nomadisme » ne bénéficie d'aucun encadrement ni définition juridique ».

 

 

                    3o0wldtb.a03.jpg

 


Dans une lettre à Michel Sapin, ministre des finances et des comptes publics, Mme Kotlicki demande que le Comité national de lutte contre la fraude, qu'il préside, fasse réaliser par les services de la sécurité sociale et la direction générale du travail « une étude pour quantifier le nombre d'heures de travail effectuées par les salariés en dehors de leur temps et de leur lieu de travail hors de tout cadre légal et ainsi évaluer le montant des cotisations non recouvrées et le nombre d'emplois qui pourraient être créés ». Pour l'Ugict-CGT, « ramener le temps de travail réel à 35 heures libérerait l'équivalent de 2,7 millions d'emplois ».


L'organisation des cadres cégétistes, dont la numéro deux, Sophie Binet, appartient au bureau confédéral de la CGT, réclame l'instauration d'une « négociation obligatoire dans chaque entreprise sur l'utilisation des outils numériques », avec une interdiction que la salarié puisse être « récepteur d'une sollicitation professionnelle durant ses temps de repos ».. et une augmentation de 11 à 13 heures de la durée minimale de repos quotidien. Elle veut aussi imposer une obligation de présenter chaque année au comité d'entreprise « une évaluation du temps de travail de l'ensemble des salariés par catégorie socio-professionnelle et secteur » (lire ici).

 

L'Ugict-CGT entend aussi faire basculer tous les télétravailleurs, y compris ceux qui sont en forfaits-jours, dans le cadre du télétravail pour qu'ils bénéficient des protections prévues par la loi. Enfin elle demande que le temps de transport, durant les déplacements professionnels, soit considéré comme du temps de travail. Bref le nouveau slogan de cette revendication partagée par plusieurs syndicats pourrait être: « Cadres, déconnectez-vous ! »


Lire l’article de Question(s) Sociale(s)

 

 

 

       wq0udskc.ygo.jpg

 

 

 

 

Lire aussi

François Rebsamen, le ministre du chômage, radié à son tour par la gauche

Risques Psycho Sociaux : Les sénateurs adoptent une résolution pour favoriser la reconnaissance des pathologies psychiques liées au travail

   

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages