Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 08:19

 

La tentative de fermeture avait suscité une forte inquiétude relayée par les élus du XIXème arrondissement. 


Le projet de la mairie de Paris était pourtant simple : le service d'accueil des sourds et malentendants de la bibliothèque Fessart, dans la rue du même nom (XIXe) devait fermer. Une fermeture « compensée », selon la mairie, par l'ouverture en 2015 d'un nouveau pôle dans la bibliothèque Canopée des Halles. Seulement, tout le monde ne l’entendait pas de cette oreille.


Relayant l’émotion des personnels, c’est d’abord le syndicat CGT des affaires cuturelels qui avait soulevé le lièvre en diffusant un communiqué intitulé « la mairie sourde au handicap ? ». « La suppression du pôle sourds serait ressentie comme une régression malgré la création de celui de la Canopée et le message envoyé à la communauté sourde serait, pour le moins, extrêmement négatif » pointait le syndicat. De son côté Bruno Julliard, l’adjoint chargé de la Culture avait dû déclarer au journal Le Parisien « qu’aucune décision ne sera prise avant l'ouverture du pôle de la Canopée ». N’empêche que les postes budgétaires permettant de maintenir un pôle sourds à Fessart étaient supprimés en catimini. Pas très fluctuat.


 

                                            Bruno Julliard a supprimé deux postes budgétaires à Fessart

        anne2-35005

                                      - J'en avais besoin pour les créer ailleurs !



Seulement, au tout début juillet le syndicat a reçu un soutien de poids comme le remarque Le Parisien (lire ici) puisque les élus du XIXème, sont, à leur tour, entrés dans la danse par le vote d'un vœu au conseil d’arrondissement. Pour eux, le pôle sourds de Fessart et non seulement  « indispensable et apprécié » mais également « le seul équipement accessible aux sourds de l'ensemble du nord-est parisien » et ont demandés logiquement à ce « que le pôle sourds de la bibliothèque Fessart soit maintenu dans ses murs ». Le vœu a également été présenté au Conseil de Paris qui l’a adopté à son tour (lire ici).


De son côté l’Association des Bibliothécaire Français (ABF), prenant le train en marche, envoyait une lettre à Bruno Julliard… le 10 juillet, soit une semaine après le vote des élus du XIXème arrondissement mais surtout six bons mois après le déclenchement de l’affaire. Mieux vaut tard que jamais.


Dans sa réponse, Bruno Julliard reste tout de même un peu gêné aux entournures : « la fermeture du pôle sourds a indubitablement suscité des inquiétudes parmi les personnels, inquiétudes relayées par les élus du XIXème arrondissement » constate le nouveau premier adjoint toujours en charge de la culture avouant ainsi qu'il n'avait pas prévu le coup. Il en tire d'ailleurs les conclusions qui s’imposent : « par conséquent, je me suis engagé en séance publique du conseil de Paris à ce que les activités à destination du public sourds à la bibliothèque Fessart soient maintenues ». Une déclaration on ne peut plus mergitur !


 

                                  Bruno Julliard s'engage à maintenir le pôle sourd de Fessard

            14.02-Bruno-Julliard-930620

                                                           - N'empêche, c'est dificile à avaler !

 


                             

 

Lire aussi

Bibliothèque Fessart (XIXe) : Les élus demandent le maintien du pôle sourd

Bibliothèque Fessart : les élus du XIXeme arrondissement de Paris souhaitent garder le pôle sourd

Paris : La Mairie de XIXème arrondissement veut une nouvelle médiathèque à la Place des Fêtes.

La bibliothèque Fessart (XIXe) risque de perdre son pôle d'accueil des sourds.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:07

 

Le Parisien : Le 26 août 2014


Un  « syndicat trublion » dénonce ni plus ni moins que des malfaçons

Les personnels municipaux des Directions de la voirie et de l'urbanisme ont-ils emménagé trop tôt, trop mal, dans le bel immeuble « T8 », ce bâtiment aux façades parcourues d'une résille de bois, reconnaissable entre tous à l'angle de l'avenue de France et de la rue Neuve-de-Tolbiac (XIIIe) ? Plusieurs mois après l'installation des services parisiens dans ces 20 000 m 2 signés de l'architecte en vogue Rudy Ricciotti, le syndicat CGT des services parisiens ne mâche pas ses critiques, pointant un catalogue plus ou moins avéré de bizarreries et défaillances.

Selon les responsables CGT des services concernés, l'enchaînement d'incidents et quelques désagréments provoqueraient un « ras-le-bol », d'où ce tir nourri en plein mois d'août, et plusieurs mois après l'emménagement. « Une collègue est restée bloquée dans un ascenseur, un soir durant trois heures sans que les agents de sécurité parviennent à ouvrir les portes », cite par exemple le syndicat, qui note aussi la longue panne de plusieurs portes automatiques. La CGT, qui soulève le risque d'une évacuation très compliquée en cas d'alerte incendie, réclame aujourd'hui « la réparation et la révision générale des portes automatiques et des ascenseurs ».

Autre grief du syndicat, précisément le système d'alerte incendie, « déclenché deux fois inopinément en une semaine et obligeant le personnel à évacuer pour rien », souligne un représentant. Quant à la modernité et la beauté des lieux, manifestement ses qualités ont fait long feu parmi les responsables syndicaux : locaux trop sombres et mal agencés ; signalétique déroutante ; gaines d'équipement à hauteur d'hommes ; climatisation défectueuse et, en conséquence, une multiplication de cas de rhino-pharyngites ; suroccupation des bureaux, trop petits pour deux grands services...
  

                                                      

                                                    T8 : Un héritage bien encombrant....             

                delanoe-et-hidalgo 4725441

                                                                        - Ah ben, merci du cadeau ! 

                                                     

Au regard de cet inventaire, la CGT dénonce ni plus ni moins que des malfaçons, et attaque bille en tête, sur son blog où le syndicat « exige de l'administration qu'elle procède sans délai à tous travaux adéquats pour mettre fin à ces désordres ».


A la mairie de Paris, l'on est rodé aux attaques acides du syndicat. Parfois à ses débordements, et cette nouvelle affaire n'y échappe pas : « Faux, faux, faux ! », répond la Ville à la plupart des griefs. « Tous les contrôles permettant d'ouvrir cet immeuble ont été dûment réalisés, et sa capacité d'accueil n'est même pas atteinte ! », s'étonne un porte-parole. Petite concession tout de même au syndicat trublion de la Ville : « C'est vrai qu'il y a quelques petits problèmes de confort, certaines salles pourraient être mieux agencées, d'autres sont un peu sombres, mais on y travaille. Un équipement aussi important implique toujours des petits réglages, par exemple la climatisation » (Depuis cet article, la CGT a révélé de nouveaux
incidents NdR)

Lire l’article du « Parisien »

 

                         A la mairie de Paris, l'on est (toujours pas) rodé aux attaques acides du syndicat

                    NKM-evoque-un-possible-conflit-d-interets-du-directeur-de-c.jpg

                                                       -  Bon, trouvez moi une idée pour les faire taire !

 

 

Lire aussi

Anne Hidalgo s’attaque à la commission du Vieux Paris

Anne Hidalgo la nouvelle Dame de Fer de Paris

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 09:00

 

Un site d'information dont les révélations ne sont pas de la petite bière


C’est un nouveau lièvre qu’a soulevé le site spécialisé dans l’actualité muséale et patrimoniale, Louvre Pour Tous, qui en dénonçant l’illégalité d’une bâche publicitaire vantant une marque de bière a perturbé jusqu’au sommet de l’état.


« De la Seine on ne voit qu’elle. Quai de Conti, à deux pas de l’Institut de France, la pub pour la bière Heineken s’étale sur 600m2 de la façade XVIIIème de l’hôtel de la Monnaie de Paris » révèle Louvre Pour Tous. Problème, la publicité pour l’alcool est strictement encadrée par la loi Evin qui ne la tolère que sur certains supports. Le site a donc soumis le cas au ministère de la Santé. La réponse de la Direction générale a été sans appel : « La publicité directe ou indirecte pour les boissons alcooliques est régie par l’article L3323-2 du Code de la santé publique. Tout ce qui n’est pas explicitement autorisé est interdit, ce qui est le cas des bâches de chantier. » Avec sa pub Heineken gigantesque, la Monnaie de Paris est de fait hors-la-loi ! 


De son côté la Monnaie de Paris a été obligée de se fendre en urgence d’un communiqué pour dire « qu’à sa connaissance, elle avait obtenu toutes les autorisations nécessaires ». Ceux qui ont accordé ces autorisations avaient sûrement dû mettre les bières au frais si l'on en croit le ministère de la Santé.


 

                              mdp_heineken_07fbd3b973.jpg

                        Pour contourner la loi Evin,  la Monnaie de Paris ne fait pas dans la petite bière

 


Une chose est sûre, le site Louvre Pour Tous est véritablement un empêcheur de tourner en rond dans le petit monde de nos élites culturelles car c'est ce même site qui avait démasqué « l'artiste » Ahae, mécène de plusieurs de nos grandes institutions culturelles (Le Louvre, Versailles...) qui lui avaient déroulé le tapis rouge et exposé ses photos d’amateur comme s’il était un grand artiste. Et Louvre Pour Tous de mettre les pieds dans le plat : « Mais qui est vraiment Ahae ? Et d’où vient son argent ? Nos grands patrons de musées se sont-ils seulement posés la question ? » Apparemment pas.


Car « l'artiste » s’appelle en réalité Yoo Byung-Eun et n' est autre qu'un homme d'affaire trouble doublé ..d'un prédicateur évangéliste cofondateur dans les années soixante d'un mouvement religieux considéré en Corée du Sud comme une secte. Côté casier judiciaire, en 1991, il a fait quatre ans de prison pour détournement des fonds financés par les membres de sa secte. Un profil qui fait mauvais genre lors d'un vernissage.


Depuis Ahae est devenu mondialement célèbre, non pour ses talents d'artiste mais comme propriétaire du ferry sud-coréen Sewol dont le naufrage en avril a fait près de trois cent morts. Puis deux mois plus tard, alors qu'il était en fuite, la police sud-coréenne a retrouvé son corps. Bref, du côté de nos élites culturelles, on aurait sûrement préféré mergitur ne jamais avoir croisé le personnage.


En tout cas l'épisode a laissé des traces dans le monde du mécénat culturel à tel point qu'au titre de « grand mécène » Ahae a eu le privilège.... d’avoir son nom gravé dans la pierre du Louvre ! Les dirigeants de la noble institution doivent maintenant s'en mordre les doigts. Parions fluctuat que Bernard Hasquenoph, le fondateur du site Louvre Pour Tous n'est pas prêt d'être dans les petits papiers du musée situé dans les jardins des tuileries. A moins de devenir son nouveau généreux donateur ? 


 

  ahae louvre

                             L'épisode Ahae a vraiment laissé des traces au musée du Louvre


 

 

 

Lire aussi

Quand Sony enterre le « rêve virtuel » de la mairie de Paris

Anne Hidalgo s’attaque à la commission du Vieux Paris


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 13:07

 

Arrêts Sur Images : Le 28 août 2014


Amours Torrides même ! Si ça continue sur cette lancée, le CSA va devoir envisager des logos d'interdiction aux moins de douze ans.


Valls et les patrons : comment rester indifférent à une si belle histoire, qui se noue sous nos yeux ? Ce « j'aime l'entreprise ». Cette standing ovation du MEDEF. Ces micros-trottoirs d'après-discours, dans les allées du rassemblement du MEDEF, sur le thème « alors, heureux ? » Heureux, ah oui, ils le sont. Ca fait du bien. Ils avaient besoin d'entendre ces mots. C'est un baume, un onguent. Valls et les patrons : torride ! S'ils continuent sur cette lancée, le CSA va devoir envisager des logos d'interdiction aux moins de douze ans.

 

Mais il faut les excuser. Oui, cet élan qui les pousse l'un vers l'autre est sauvage, animal, indécent. Mais sauvage d'avoir été si longtemps bridé, clandestin, d'avoir dû tenir compte des convenances, des conventions, et des frondeurs de toutes sortes. Ils se sont enfin trouvés. Ils vont pouvoir vivre pleinement leur histoire. On a déjà la bande-son.

 

 

 

                                                        Manuel Valls en pleine action avec le MEDEF

    valls.jpeg

                                                                                Interdit aux mineurs

 


Ce n'est pas Stéphane Richard qui va s'y opposer. Stéphane Richard est ce patron mis en examen pour escroquerie en bande organisée dans l'affaire Tapie. Il est interrogé sur France Inter, dans la nouvelle séquence de Léa Salamé (toujours pas de cerveaux malades dans la matinale d'Inter, mais les mis en examen ont le ticket d'entrée). Salamé rappelle qu'il est mis en examen, mais sans prononcer les mots « pour escroquerie en bande organisée ». Trop méchant, sans doute (une question d'auditeur sur le sujet avait été censurée lors de sa précédente visite mensuelle, en juillet).

 

Il faut dire que le client a les oreilles sensibles. Par exemple, il n'aime pas le mot « patron » :« le patronat, c'est une notion marxiste du passé ». Sur le thème de la reproduction des élites, Salamé le chatouille sur son amour du piano, point commun avec Emmanuel Macron. Richard, piqué : « Emmanuel Macron est issu d'une famille modeste ». Modeste ? Wikipedia nous apprend que Jean-Michel Macron est médecin professeur de neurologie au CHU d'Amiens, et responsable d'enseignement à la faculté de médecine de cette ville. C'est la conception de la « famille modeste », selon Stéphane Richard.

 

 

                                                                   Emmanuel Macron

      macron.jpg

                                                             - Tout chez moi respire la modestie !

 


Pendant ce temps, Libé se demande sur cinq pages si le gouvernement Valls est de droite. Grave question, qui pourrait nous occuper aussi longtemps que la controverse de Valladolid. Mitterrand, rappelle le journal, était de gauche (la retraite à 60 ans). Jospin déjà un peu moins, mais il a tout de même fait les 35 heures. Et Hollande ? Pas grand chose (et encore, Libé a bouclé avant le scoop de l'aube : dans une interview au Point, à la veille de sa nomination, Macron a proposé qu'on ouvre à toutes les entreprises des dérogations aux 35 heures).


Au total, sur les cinq pages de Libé, pas de réponse à la question.Si l'on comprend bien la synthèse embrouillée du patron Joffrin, le gouvernement n'est ni de gauche ni de droite, ça dépend d'où on le regarde.  Au passage,Libé propose son critère : les socialistes ont toujours eu « au moins l'idée de la transformation de la société ». Critère minimal, mais sujet à interprétations. On pourrait en imaginer un autre, qui vaut ce qu'il vaut, mais immédiatement lisible : la gauche, ce sont ceux qui parlent de patrons ; et la droite, ceux qui cherchent des synonymes.


Lire l’article de « Arrêts Sur Images »

 

 

 

         patron.jpg

 

 

 

 

Lire aussi

Louvre Pour Tous, ce site qui perturbe les autorités culturelles (et autres).

Le Gouvernement veux discrètement supprimer l’élection prud’homale

François Rebsamen, le ministre du chômage, radié à son tour par la gauche ?

 

 

                        

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Arrêt sur image
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 08:12

 

Métro : Le 13 août 2014

 

D'après Le Canard enchaîné, la Commission du Vieux Paris est au point mort depuis l'élection de la nouvelle maire de la capitale.

 

La Commission du Vieux Paris (CVP) n'est pas vraiment connue du grand public mais c'est pourtant entre ses mains que passent toutes les demandes de permis de démolir ou de construire de la capitale depuis 1897. Du moins c'était le cas jusqu'à l'élection d'Anne Hidalgo. Comme le révèle Le Canard enchaîné dans son édition du 13 août, la nouvelle maire n'a toujours pas renouvelé la composition de la Commission, soit 40 personnes qualifiées et 15 conseillers de Paris.

 

Conséquence de cette inaction, l'activité de la CVP se retrouve au point mort, ou presque, ce qui n'est pas le cas des permis de construire. Dans les faits, les employés de la Commission continuent à étudier les dossiers et à transmettre leurs observations à la mairie, mais ces dernières ne sont pas rendues publiques. Or ce qui fait l'influence de la Commission du Vieux Paris (même si son avis n'est que consultatif), c'est bien la publication de ses délibérations. Les associations de défense du patrimoine, comme Paris Historique, ont en effet pris l'habitude de s'appuyer sur les recommandations de la CVP pour contester tel ou tel projet.            

Cas emblématique de l'opposition entre la municipalité et la CVP : la Halle Freyssinet. L'ancien édile, Bertrand Delanoë n'avait pas tenu compte de l'avis de l'assemblée – composées de spécialistes de l'histoire et de l'architecture – qui lui conseillait de conserver intégralement l'ancien bâtiment ferroviaire et ses fines voûtes de béton. Le lieu sera finalement sauvé de justesse grâce au ministère de la Culture.

 

C'est bien pour s'enlever une épine du pied, et construire avec moins de contraintes, que la mairie entend limiter le rôle de la Commission, affirme Le Canard. Interrogé par l'hebdo satirique, Jean-Louis Missika, l'adjoint à l'urbanisme d'Anne Hidalgo, reconnaît que la maire souhaite « redéfinir les missions de la Commission », et sélectionner les affaires qui lui seraient soumises. L'adjoint admet aussi que la publication des recommandations pose problème : « [Les associations] se servaient de ces avis pour contester nos décisions devant les tribunaux ». Ce genre de tracas n'est, pour l'instant, plus d'actualité.

 

Lire l'article de « Métro »

 

 

              4396548_7_f8cc_anne-hidalgo-visite-le-chantier-des-halles_1.jpg

                                         - Bon, maintenant faut me bétonnez tout ça

 

 

 

Lire aussi

Anne Hidalgo la nouvelle Dame de Fer de Paris

Anne Hidalgo recase à la mairie d’anciens élus avec des salaires confortables

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 15:49

 

Libération : Le 19 août 2014

 

La nouvelle maire cherche à réformer la commission qui veille sur le patrimoine de la ville.

 

La maire de Paris entretient des relations difficiles avec les défenseurs du patrimoine. Le Canard enchaîné a révélé la semaine dernière qu’Anne Hidalgo, ancienne adjointe chargée de l’urbanisme et de l’architecture durant six ans, aurait l’intention de « faire un sort » à la commission du Vieux Paris.

 

Chargée de veiller sur le patrimoine historique depuis 1897, placée sous la présidence du maire, cette institution compte 55 membres, dont des élus, des directeurs des services de la ville et une trentaine d’experts, historiens, architectes, universitaires ou conservateurs, ainsi que des présidents d’association. Elle émet chaque mois un avis sur les demandes de démolition, pour préserver le patrimoine. Ces avis sont consultatifs mais fondés sur une expertise leur conférant un certain poids.

 

Historiquement, elle a joué un rôle essentiel dans la sauvegarde du Marais. C’est à elle qu’on doit le sauvetage du quartier Saint-Germain-des-Prés, à une époque où il était question de prolonger l’axe de la rue de Rennes jusqu’à la Seine. Traditionnellement, ses membres étaient nommés à vie pour éviter toute pression, une indépendance personnifiée par l’archéologue et historien Michel Fleury, présent à la commission pendant près de cinquante ans, jusqu’à sa mort en 2002. Depuis 2003, l’institution est renouvelée à chaque élection municipale. Mais depuis celle de mars, ses membres n’ont pas été désignés, et aucune réunion ne se tient.

 

Les adjoints à l’urbanisme, Jean-Louis Missika, et à la culture, Bruno Julliard, ont lâché le morceau au Canard : Anne Hidalgo voudrait « moderniser » et « redéfinir les missions de la commission », dont elle juge les avis trop « conservateurs ». Non sans de bonnes raisons… La commission s’oppose régulièrement à la destruction d’immeubles historiques.


 

           BrSUbDiIgAAUjMK-large

                   Hidalgo et Juilliard réfléchissent à l'avenir de la commission du vieux Paris


 

Plusieurs projets sensibles de démolition, totale ou partielle, ont recueilli un avis défavorable : la halle ferroviaire Freyssinet (finalement classée par le ministère de la Culture), les serres d’Auteuil, pour faire place au nouveau stade Roland-Garros - conflit qui a entraîné la démission de la secrétaire générale de la commission, Marie-Jeanne Dumont, qui n’a pas vraiment été remplacée depuis -, ou encore la poste du Louvre et la Samaritaine, destinées à devenir des hôtels de luxe.

 

Ces dernières années, les accrochages se sont par ailleurs multipliés entre mairie et associations du patrimoine, qui lui reprochent, outre la dégradation de l’état des églises, de sacrifier l’architecture ancienne, de la démolition du stade Jean-Bouin à celle de la piscine Molitor, remontée pour un établissement de luxe. Le chantier du cinéma Louxor les a aussi opposées.

 

A en croire le Canard enchaîné, Anne Hidalgo voudrait mettre un terme à une histoire de cent vingt ans en remaniant largement cette institution, mais aussi en sélectionnant elle-même les dossiers qui lui seraient soumis et en imposant le secret des débats. Jean-Louis Missika se plaint que les associations se servent de ses rapports motivés pour « contester les décisions de la municipalité devant les tribunaux ». Une référence aux récents déboires judiciaires dans le dossier de la Samaritaine, chantier au cœur de la capitale, dans lequel la ville s’est engagée au côté de LVMH.

 

Lire l'article de « Libération »

 



                              Missika (à gauche) et Hidalgo (au centre) cherchent à ensevellir le Vieux Paris

      12533d37

                             - Je vous préviens, il nous faudra acheter plus de béton !

 

 


 

 

Lire aussi

Anne Hidalgo s’attaque à la commission du Vieux Paris

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 08:23

 

La Gazette des Communes : Le 30 juillet 2014

 

Un rapport sénatorial tire les premiers enseignements de la loi sur la précarité des fonctionnaires

 

La loi du 12 mars 2012 relative à l’accès à l’emploi titulaire, dite loi Sauvadet, porte ses fruits, mais les résultats semblent insuffisants, selon un rapport du Sénat rendu public le 23 juillet.

 

En deux ans, 19 000 territoriaux ont bénéficié d’une transformation de leur contrat en CDI. 32 400 autres contractuels devraient prochainement jouir du même traitement, soit 10 000 environ en catégorie A, 9 000 en catégorie B et 12 500 « C », selon les informations des rapporteurs, Jacqueline Gourault (UDI-UC) et Philippe Kaltenbach (Socialistes et apparentés). Au total, 75 % des éligibles devraient être titularisés, dont 42 % dès la première année du plan.

 

« C’est peu », regrette la fédération CGT des services publics dans un communiqué du 25 juillet, qui estime en outre le nombre de territoriaux concernés par les titularisations non pas à 43 000, comme les sénateurs, mais à 225 000… Le syndicat dénonce aussi le fait qu’une « fraction importante de collectivités » n’applique pas la loi « Sauvadet.


 

     vlcsnap719656om2  



« Un nombre certain d’employeurs territoriaux n’ont toujours pas appliqué la loi : pas de recensement des agents éligibles ; pas de proposition de mise en CDI des agents concernés ; pas de proposition de plans de titularisation en CTP. Des procédures sont d’ailleurs en cours auprès des contrôles de légalité et des tribunaux administratifs ». « La loi est très diversement mise en oeuvre », reconnaissent dailleurs les Sénateurs, certaines collectivités n’ayant par exemple pas encore organisé de sélection professionnelle.


Le rapport note en outre plusieurs freins et critiques. Ainsi, les titularisations ont pu « susciter quelques tensions, notamment chez les lauréats des concours de droit commun, qui voient ces nouveaux arrivants par concours réservés d’un œil un peu critique, d’autant que cela n’est pas sans effet sur le système de l’avancement de grade », souligne Philippe Kaltenbach. Les sénateurs soulignent aussi le désintérêt de certains agents pour la titularisation, en raison principalement de la possible perte de revenu au moment de l’entrée dans les corps et cadres d’emplois.

 

Au final, la loi « devrait remplir les objectifs qui lui ont été assignés ». Mais « soyons lucides, tempèrent les sénateurs. Le stock de contractuels, conjoncturellement résorbé par cette loi, se reconstitue inéluctablement. » . La loi prévoyait certes des dispositions pour éviter que le stock d’emplois précaires ne se reconstitue, mais les résultats ne sont apparemment pas au rendez-vous.

 

Lire l'article de « La Gazette des Communes »


 

 

    395d87f4d07ba10053834afdfdaf40cc.jpg

                                     - Argh, le stock d’emplois précaires se reconstitue encore !

 

 

 

 

 

Lire aussi

Risques Psycho Sociaux : Les sénateurs adoptent une résolution pour favoriser la reconnaissance des pathologies psychiques liées au travail

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 08:18

 

ActuaLitté : Le 22 août 2014

 

Une fuite touchant au toit du bâtiment empêche le bon usage des WC dédiés aux usagers.

 

La Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP) doit faire face à des fuites qui viennent impacter l'usage des quatre WC dédiés aux usagers des lieux, rapporte la CGT Culture. Le problème viendrait d'une fuite touchant au toit du bâtiment.

 

Dans un premier temps, les quatre WC ont été condamnés, les lecteurs devant alors utiliser l'unique WC réservé au personnel de l'établissement. Mais, comme cet équipement  donne directement sur la salle de lecture, les désagréments sonores étaient multiples.

 

L'établissement a donc choisi de rouvrir les quatre WC sans attendre que les travaux de réparation du toit aient été effectués. Cette situation est viable tant que de nouvelles pluies ne s'abattent pas sur la capitale.

 

Ces problématiques sont d'autant plus curieuses que la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris a été labellisée « QualiParis » l'année dernière. L'établissement devrait donc répondre à un niveau de service important, ce qui ne semble pas encore être pleinement le cas.

 

Lire l'article de « ActuaLitté »


 

                            ufunk-selection-du-week-end-6-23

 

 

 

 

 

Lire aussi

Petit Palais: Quand les files d’attente virent aux insultes et à la gifle

La BnF-François Mitterrand de nouveau inondée.

Bruno Julliard s’engage « à maintenir le pôle sourds» de la bibliothèque Fessart

Paris : La médiathèque du carré Saint Lazare (Xe) n’ouvrira pas avant 2015

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 09:12

 

Le Parisien : Le 7 août 2014

 

Parallèlement, la CGT dénonce une baisse d'un quart d'heure de la durée des visites. De quoi relancer la polémique.

 

« Les tarifs ont été augmentés sur décision du conseil d'administration. » L'établissement public Paris-Musées en charge de la gestion des 14 musées municipaux de la capitale a confirmé hier en fin de journée la hausse du prix d'entrée des catacombes de Paris qui passe de 8 à 10 € par personne. Une information divulguée plus tôt dans l'après-midi par la CGT de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris sur son blog (lire ici).

Pour justifier cette hausse, Paris-Musées évoque le financement de la prochaine restauration de l'entrée et de la sortie des Catacombes en 2016. L'argument peine à convaincre la CGT qui met en avant le souci de rentabilité de l'établissement public. Parallèlement, le syndicat dénonce une baisse d'un quart d'heure de la durée des visites : d'une heure, elles passeraient à 45 minutes seulement. De quoi relancer la polémique.

 

« Je ne sais pas où la CGT est allée chercher cette baisse d'un quart d'heure », s'interroge une des responsables de Paris-Musées. « En 2016, pendant les travaux, il y aura des couloirs en moins dans les galeries, mais le contenu des visites restera le même. Il n'y a aucune corrélation entre la hausse du prix et une prétendue réduction du temps de visite. » Sur le site Internet des Catacombes, la durée mentionnée est pourtant bien de 45 minutes. « Il ne s'agit que d'une indication, les gens peuvent rester 30 minutes ou une heure s'ils le souhaitent », rétorque-t-on sur place.

 

Dernier point sur lequel s'opposent Paris-Musées et la CGT : l'extension jusqu'à 20 heures au lieu de 17 heures des horaires de visite des catacombes à partir de septembre. « 300 000 personnes visitent chaque année le site, pour un temps d'attente moyen de 3 h 30. Nous espérons ainsi réduire cette durée et répondre aux attentes du public », se défend Paris-Musées. Pour le syndicat, la mesure ne sera pas efficace. « Le public arrivant tard attendra tout autant que celui qui arrive tôt [...] mais cela permettra de faire rentrer de l'argent dans les caisses. »

 

Lire l'article du « Parisien »


 

                                         Catacombes de Paris : Maxi prix, mais il fait le minimum

         -JamieF-DE-__Catacombs-1-.jpg

                                      - T'as vu chéri, franchement c'est abusé !

                                - Ouais, en plus ils ont réduit la durée de la visite


 

 

 

Lire aussi

Hausse des tarifs pour les catacombes : les syndicats estiment que l’augmentation n’est pas justifiée.

Louvre Pour Tous, ce site qui perturbe les autorités culturelles (et autres).

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 17:04

 

Aucun n'ayant jugé bon de faire le déplacement, envoyant juste une vidéo de quelques minutes, « même pas sous-titrée », relève un bibliothécaire.

Le maire de Lyon, Gérard Collomb avait pourtant tout fait pour que le congrès de l'association mondiale des bibliothécaires qui se tient cette année dans la capitale des Gaules, ne soit pas perturbé. Il est vrai que la mairie de Lyon n'était pas passée loin d'une situation plutôt gênante puisque les bibliothécaires de la ville menaçaient de faire grève pendant toute la durée de l'événement.


Les professionnels dénonçaient des conditions de travail dégradées, et promettaient des actions au cours du congrès. C'est pour éviter le couac que la mairie s’était engagée dans un protocole d'accord à mettre en place une équipe volante chargée de remplacer les absences de courte durée, à investir « plusieurs centaines de milliers d’euros » pour développer l’offre et l’équipement informatique et à recruter du personnel supplémentaire dans trois établissements (lire ici). 

Toutefois, le vent de révolte a quand même soufflé entre Rhône et Saône (Lyon est la ville des canuts, ne l’oublions pas) mais il est venu de là où on ne l’attendait pas. Les congressistes, à défaut de s’intéresser au climat social très dégradé des bibliothèques de France et de Navarre, ont en effet reçu un camouflet des plus hautes autorités de l’Etat, avec l’absence de leurs ministres de tutelle au raout de l’IFLA et ont lancé une pétition pour le faire savoir.

 

                                             Lyon: Un vent de révolte souffle sur Aurélie Filippetti

                     Aurelie-Filippetti

                                                                      - Parce que je le vaux bien...

 

Car, comme le souligne Livre Hebdo, « cela faisait vingt-cinq ans que le congrès de l’association internationale de bibliothécaires ne s’était pas tenu en France. Or, pour l’inauguration de sa 80e édition, à Lyon, dimanche 17 août, les 4 000 congressistes venus du monde entier ont eu « la stupéfaction » de constater que leurs ministres de tutelle, Aurélie Filippetti pour la culture, Benoît Hamon pour l’éducation et Geneviève Fioraso pour l’enseignement supérieur, n’ont pas jugé bon de faire le déplacement, envoyant chacun une vidéo de quelques minutes, « même pas sous-titrée », relève un bibliothécaire.

Les signataires terminant leur intervention par : « C’est animés d’un sentiment du devoir que nous vous faisons connaître la façon dont vos prestations ont été reçues, alors que, Mmes et M. les ministres, vous aviez décrété 2014 « année des bibliothèques » : quelle crédibilité cette déclaration d’intention peut-elle avoir quand elle est si manifestement peu mise en acte » Aux vues des politiques menées, on ne pouvait mieux dire…

Un écho au ras-le-bol général des bibliothécaires qui pour protester contre les déclarations démagogiques de quelques un à ouvrir le dimanche ou le soir n’ont pas manqué de rappeler au contraire le manque de moyens pour assurer les missions auprès du public dans de bonnes conditions à travers l’appel « ouvrons mieux les bibliothèques » (lire ici). 

 

                                                     Fausses notes pour la ministre au congrès de l'IFLA

              462064-hollande-s-spokesperson-vallaud-belkacem-and-french-

                                  - Heureusement qu'il n'y a pas de sous-titre sinon ça faisait karaoké..

 

   

Lire aussi

La Ville de Lyon et la CGT signent un protocole pour éviter la grève pendant le congrès de l'IFLA , l'association mondiale des bibliothécairesOuvrir mieux avant d’ouvrir plus : Quelques arguments essentiels

Une bibliothécaire lyonnaise nous explique pourquoi elle signe l’appel « Ouvrons mieux les bibliothèques ».Ouverture du dimanche : Une pétition qui a « beaucoup énervé » parmi les personnels des bibliothèques

Bibliothèques: ouvrir mieux avant d'ouvrir plus, disent les professionnels

 

 
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

Pages