Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 10:35

 

Le Parisien : Le 14 juin 2014

 

Et ils ont investi la salle où avait lieu un séminaire de cadres, à la bibliothèque Marguerite Duras.

 

Ils l'avaient dit, ils l'ont fait : hier vendredi, près de 200 employés des bibliothèques municipales (sur 700 pouvant être présents ce jour là NdR) ont investi la salle où avait lieu un séminaire de cadres, à la bibliothèque Marguerite Duras (XXe).

 

Les personnels sont mobilisés pour dénoncer le manque d’effectifs dans les équipements parisiens, la dégradation de leurs conditions de travail et du dialogue social. Il y a aussi l’inquiétude liée au projet d’ouverture dominicale.

 

Le nouveau directeur des affaires culturelles, Noël Corbin, a commencé à rencontrer les syndicats pour des négociations.

 

Lire l’article du « Parisien »

 

 

               10441416 646702835411836 2531611370771157386 n

                             Paris: les bibliothécaires ont manifesté devant la médiathque Duras

 

 

 

Lire aussi

Livre Hebdo: Forte mobilisation des bibliothécaires parisiens

Les bibliothécaires parisiens étaient en grève ce vendredi pour de meilleures conditions de travail

Grève dans les bibliothèques parisiennes : Une journée particulière.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 08:37

 

Livre Hebdo : Le 13 juin 2014

 

A l’appel de l’intersyndicale, Ils ont manifesté devant la bibliothèque Marguerite Duras (XXe) avant d’investir le séminaire des cadres

 

L’appel à la grève dans les bibliothèques parisiennes pour le 13 juin lancé par l’intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP, UNSA) a été largement suivi. Signe de l’ampleur du malaise, c’est la première fois que l’ensemble des syndicats représentés parmi les agents des bibliothèques de la capitale, y compris l’Union des cadres de Paris, s’unissaient pour déclencher un mouvement social.

 

Plusieurs bibliothèques sont restées fermées et plus d’une centaine d’agents, dont un certain nombre de conservateurs des bibliothèques, se sont retrouvés pour manifester devant la bibliothèque Marguerite-Duras dans le XXe arrondissement.

 

Les manifestants ont ensuite investi dans le calme le séminaire des cadres des bibliothèques qui s’y déroulait pour exprimer leurs inquiétudes devant la baisse du nombre d’agents, une cinquantaine de postes supprimés au cours des cinq dernières années, la fermeture de plusieurs sections discothèques, la perspective de suppression des pôles pour les personnes malentendantes et la réduction de l’activité du Service du document et des échanges, qui remplit différentes missions mutualisées pour l’ensemble du réseau, des méthodes de management brutales.

« J’entends votre inquiétude et je prends acte de son importance, a répondu aux manifestants le tout nouveau directeur des affaires culturelles, Noël Corbin, qui participait au séminaire. Je souhaite organiser avec les cadres des séances de travail en petits groupes afin de parler de la manière dont ils perçoivent l’administration. Il n’est pas possible que la majorité des directeurs se sentent pris dans une logique de management pyramidale ». 

 

Lire l’article de « Livre Hebdo »

 

 

                manif_bib_paris_14_dion.jpg

 

 

 

Lire aussi

Les bibliothécaires parisiens étaient en grève ce vendredi pour de meilleures conditions de travail

Grève dans les bibliothèques parisiennes : Une journée particulière.


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 16:22

 

De leur côté les chefs d’établissement ont majoritairement boycottés le séminaire des cadres.

 

L'intersyndicale avait fait passer le mot, et le message a circulé jusque dans les rangs des chefs d'établissements : l'organisation d'un séminaire avec l'administration parisienne des bibliothèques fut l'occasion d'ajouter quelques sujets au programme. Notamment les conditions de travail, impactées par des réductions d'effectifs, ou encore un dialogue social au point mort avec la Direction des Ressources Humaines de la Mairie de Paris.

 

Dès 9 heures, les bibliothécaires mobilisés se retrouvaient devant la bibliothèque Marguerite Duras (XXe), précédés par un comité d'accueil sympathique, une dizaine de CRS et quelques représentants des Renseignements Généraux. Un mouvement social similaire avait déjà eu lieu il y a quelques mois, mais les bibliothécaires comptaient cette fois sur l'appui de leurs collègues conservateurs, mais également de chefs d'établissement, sensibilisés aux questions de souffrance au travail.

 

Tout le réseau semble par ailleurs touché : les petits établissements de quartier font l'objet d'une surveillance accrue de l'administration, qui évalue les résultats. La bibliothèque Fessard, dans le XIXe arrondissement, a ainsi son pôle Sourd fermé, au profit de la prochaine bibliothèque de la Canopée : « En soit, que la Canopée dispose d'un pôle Sourd est une très bonne nouvelle, mais Fessard ne devait pas perdre son pôle pour autant, surtout quand les chiffres progressent », témoigne une bibliothécaire.


 

    14224789599 7ea1838604 z

        Dès 9 heures, les bibliothécaires mobilisés se retrouvaient devant la bibliothèque Marguerite Duras


 

« Les petites discothèques, elles, sont fermées les unes après les autres, alors que les médiathèques ne doivent pas se détourner de la musique », explique l'un des bibliothécaires de Marguerite Yourcenar. Deux rapports successifs ont été communiqués à la Mairie de Paris, à deux ans d'intervalle : ils recommandaient la gratuité pour le prêt des CD (actuellement payant), ou bien l'instauration d'un forfait global de 10 € pour tous types d'emprunt (alors que les livres sont actuellement gratuits). Néanmoins, la Mairie de Paris vient de commander un audit privé, assuré par la SARL Multimédia, Son, Audiovisuel et Informatique (MSAI), pour près de 15.000 €...

 

Un dialogue social changé en maltraitance. Devant la médiathèque Marguerite Duras, l'agacement face aux méthodes de la Direction des Ressources Humaines est palpable, malgré la volonté de dialogue de Noël Corbin, directeur des Affaires Culturelles récemment nommé. « Le bureau des bibliothèques se livre à une véritable maltraitance des personnels. douze responsables d'établissements sont suivis par un psychologue, l'une d'entre eux a la mâchoire bloquée en réaction au stress et à la pression », explique une gréviste.

 

Par ailleurs, l'avenir de Service du Document et des Échanges (SDE) préoccupe également : celui-ci se charge du « traitement physique et intellectuel des documents, avec les opérations de catalogage, d'exemplérisation ou de pelliculage, tout en faisant office de réserve pour les documents anciens ». Ce poste central, sorte de service technique des bibs, fournit également les cartes de lecteurs ou les antivols, et organise les commandes.


 

             artworks-000082256727-uozrko-t500x500

                   Grève des bibliothèques parisiennes: les manifestants envahissent le séminaire


 

Sa fermeture serait à l'étude, avec un report de la charge de travail sur chaque établissement, individuellement. Les membres de ce service dénoncent un « manque de respect total pour les métiers en bibliothèque, du relieur au conservateur », et pointent également « un pilonnage intensif, notamment des fonds de discothèques fermés, depuis plusieurs semaines ». Si cette prérogative du SDE est « nécessaire », elle atteint des niveaux inquiétants, y compris sur des documents neufs. Le prochain Conseil de Paris abordera les questions des effectifs et de l'avenir du CD en bibliothèques, portées par deux voeux des élus du Front de Gauche et du groupe communiste, présents lors de la mobilisation.

 

Le séminaire des chefs d'établissements, aux abonnés absents.  Les bibliothécaires en grève attendaient la tenue du séminaire des chefs d'établissements, avec la présentation de la feuille de route pour l'année, afin de porter leur revendication à l'administration des bibliothèques.

 

Si la salle de la médiathèque Marguerite Duras était quasiment vide, suite au boycott du séminaire par les chefs d'établissements eux-mêmes elle s’est ensuite remplie de manière spectaculaire quand les es manifestant ont ensuite envahit les lieux. Un séminaire un brin surréaliste dans lequel l’intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP et UNSA) a pu s'exprimer, notamment devant Noël Corbin, directeur des Affaires Culturelles. Les échanges sont disponibles ici.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »


 

      

                    L'administration fait face aux manifestants à l'intérieur de l'auditorim de Duras    

             14410075852 5d56a99c5c z

                                                 - Hmm, ce séminaire est vraiment un brin surréaliste !

 


 

 

Lire aussi

Appel à la grève le 13 juin dans les bibliothèques parisiennes

Livre Hebdo: Forte mobilisation des bibliothécaires parisiens

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 17:54

 

Livre Hebdo : Le 11 juin 2014

L’intersyndicale a déposé un préavis et appelle les agents à manifester devant la bibliothèque Marguerite Duras (XXe), où doit se dérouler un séminaire des directeurs d’établissement.

Après une rencontre qu’ils ont jugée infructueuse avec le nouveau directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris, Noël Corbin, mardi 10 juin, les syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP, UNSA) ont déposé un préavis de grève des personnels des bibliothèques municipales pour le vendredi 13 juin (lire ici).
 
L’intersyndicale appelle les agents à manifester à partir de 9 heures du matin devant la bibliothèque Marguerite Duras, dans le 20e arrondissement de Paris, où se déroulera ce même jour un séminaire rassemblant les cadres des bibliothèques parisiennes. L’Union des cadres de Paris (UCP) a, par ailleurs, appelé au boycott de ce séminaire.
 
Les syndicats veulent alerter leurs tutelles sur le fait que « Les baisses continuelles de moyens, effectifs, budget, conduisent non seulement à une dégradation des conditions de travail mais également à une dégradation sans précédent du service public, illustrée notamment par des réductions des horaires d’ouverture ».

Une situation paradoxale alors que la nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo, a confirmé sa volonté de redéployer les horaires d’ouverture des bibliothèques, en précisant que « l’adaptation de nos services publics aux rythmes de vie des Parisiens est un enjeu fondamental ». Cette refonte prévoit notamment l’ouverture le dimanche d’un certain nombre d’établissements –une dizaine d’ici 2017, et au moins une par « grand arrondissement » avant 2020.
 
« Dans les conditions actuelles, la Ville de Paris n’a pas les moyens d’ouvrir le dimanche », estime un représentant syndical.

Lire l’article de « Livre Hebdo 

 

           ob 8bd23e hollande-parapluie

                       Bibliothèques : Pour Anne Hidalgo et  Bruno Julliard (derrière) le temps est à l'orage

 

 

Lire aussi

Grève des bibliothèques parisiennes le 13 juin

Paris : Grève dans les bibliothèques le 13 juin

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 08:56

 

C’est Bruno Julliard qui devrait en prendre la présidence à moins que…

 

Les élections municipales sont passées, une nouvelle équipe s’est installée à la Mairie. Conséquence: un nouveau conseil d’administration vient d’être nommé pour « Paris-Musées », l’établissement public en charge des musées municipaux de la Capitale comme nous l’apprend une délibération en date du 3 juin 2014.

 

Ce conseil d’administration dont la désignation est aussi opaque que dans les musées nationaux (lire ici) est composé de neuf conseillers de Paris et de quatre personnalités qualifiées

 

Pour les Conseillers de Paris, sur les neuf représentants, huit intègrent pour la première fois le conseil d’administration. Le seul sortant est bien sûr l’inoxydable Christophe Girard, actuel maire du IVème (élu de justesse) et ancien adjoint à la Culture. Il sera accompagné pour la première fois de son successeur Bruno Julliard.

 

Pour les autres lauréats, notons que le XVIIIe arrondissement est particulièrement bien représenté avec Afaf Gabelotaud (PS), Sandrine Mees (EELV) et Fadila Méhal (Modem). Autre arrondissement présent en force, le XVIe avec Bernard Gaudillere (PS) et Céline Boulay-Esperonnier (UMP). Reste deux dernières nominations qui risquent par contre de ne pas passer inaperçues.

 

Tout d’abord François –David Cravenne élu UMP (XVe), certes fils de George Cravenne, mais surtout connu pour être un sorte de gourou de la com politique avec son cabinet de conseil et de « gestion de réputation », RLD Partners. Ce conseiller en communication de plusieurs ministres du gouvernement Sarkozy est spécialiste des propos off qu'il sert avec délectation aux journalistes selon le site Acteur Public.

 

Mais c’est surtout l’arrivée de Catherine Vieu-Charier (PCF) au sein de Paris-Musée qui pourrait défrayer la chronique car celle-ci est surtout connue pour occuper un logement de fonction dans une école dont elle n'est plus directrice depuis 10 ans (lire ici). Fallait quand même oser.


 

    hidalgo-soutiens

                                                                   -  Plus c'est gros, plus ça passe !

 


Côté « personnalités qualifiées » pas de changement puisque Martin Béthenod, directeur du Palazzo Grassi à Venise, Jean-François Chougnet, directeur de Marseille-Provence 2013, Gaïta Leboissetier, directrice adjointe chargée des études à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts et Antoinette Le Normand-Romain, directrice générale de l'Institut National d'Histoire de l'Art ont tous été reconduits.

 

Le conseil d’administration de Paris-Musées « fixe  notamment des objectifs de bonne gestion des moyens humains et financiers. Pour chacun de ces objectifs, des indicateurs de performance sont établis.» rappelle la délibération. Ce qui explique sans doute les très mauvaises conditions de travail des musées parisiens qui se sont encore aggravées depuis le passage à l’établissement public, selon les syndicats.


La première décision de ce nouveau conseil d’administration sera de désigner en son sein son nouveau président. Parmi eux, Bruno Julliard, non seulement premier adjoint d’Anne d’Hidalgo mais également en charge de la culture et du patrimoine (et des mairies d’arrondissement) part grand favori. A moins que Christophe Girard ?

 

Du côté de l’Hôtel de Ville, le créateur de Nuit Blanche ne cache plus son envie de rejouer un rôle de premier plan dans le domaine culturel à Paris.


 

                               christophe-girard01

                                       Christophe Girard affiche toujours ses ambitions

 

 

 

 

 

 

Lire aussi

Laurence Engel quitte le ministère de la Culture

Noël Corbin, nouveau directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

Anne Hidalgo recase à la mairie d’anciens élus avec des salaires confortables

 

                           

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 08:29

 

Les missions sont tellement floues que même le syndicat des administrateurs de la Ville porte plainte !

 

Anne Hidalgo, fraichement élue à la Mairie de Paris était pourtant on ne peut plus claire avec son adjoint en charge des personnels. « Dans un contexte budgétaire difficile, la maîtrise de la masse salariale et des emplois est un enjeu prioritaire pour l’ensemble de la mandature. » prècise Anne Hidalgo à Emmanuel Grégoire son nouvel adjoint.

 

Un crédo à géométrie variable semble-t-il car à peine les élections municipales passées, d'anciens élus de la majorité ont bénéficié de favoritisme pour se recaser au sein de la mairie de Paris C'est en tout cas ce que révèle Le Parisien, dans son édition du mercredi 04 juin. Selon le quotidien, le communiste Pierre Mansat, les écologistes Sylvain Garrel et Fabienne Giboudeaux ainsi que le socialiste Romain Levy ont tous intégré l'administration de la capitale.

 

Ainsi pour la première fois, un ancien adjoint de M. Delanoë, Pierre Mansat (PCF), a été nommé discrètement, durant le weekend de l’ascension, inspecteur général au Bulletin Municipal Officiel (BMO), l'un des postes les mieux rémunérés de la collectivité. Pendant la campagne des municipales, il avait été écarté de la liste de gauche dans le XXe arrondissement, mais s'était vu promettre par Mme Hidalgo qu'il continuerait d'être la cheville ouvrière du Grand Paris.  Promesse tenue donc. D’autant que sa nomination est plus qu’un lot de consolation car son salaire d'inspecteur – entre 7 000 et 8 000 euros net par mois – est « élevé » et bien supérieur à ses anciennes indemnités d'adjoint (environ 4 500 euros net).

 

Autre adjoint de l'ancien maire, Romain Lévy a, lui, été nommé par Mme Hidalgo « collaborateur de cabinet » auprès d'elle et de Patrick Klugman, adjoint aux relations internationales. Battu aux municipales dans le VIe, M. Lévy était devenu simple conseiller d'arrondissement, ce qui ne donne droit qu'à environ 200 euros mensuels, mandat dont il avait démissionné en avril. « On s'est dit qu'il avait en tête de trouver un poste mieux payé » grince un élu parisien au journal Le Monde.


 

                   conferencepresseahgrandparis

                                       - Je m'engage à ne laisser personne au bord du chemin  !


 

Sylvain Garel était lui le Coprésident du groupe écologiste au Conseil de Paris et ne s'était pas représenté en mars dans le XVIIIe. Depuis, il est devenu chargé de mission à la direction générale aux relations internationales, et s'occupe de la lutte contre le sida en Afrique « J'ai initié les actions de la ville dans ce domaine », affirme M. Garel, soulignant que le poste qu'il occupe « était vacant » et que son contrat « est de six mois ». Et après ? « Après je ne sais pas » affirme-t-il, inquiet, au « Parisien ». Espérons pour lui que la Mairie de Paris lui évite des démarches douloureuses auprès de la DRH pour faire valoir ses droits au chômage (lire ici).

 

Adjointe aux espaces verts de M. Delanoë, Fabienne Giboudeaux n'était pas candidate à un troisième mandat dans le XXe. Mais cette élue écologiste reste à la mairie où elle est chargée d'une « nouvelle mission », consacrée à la « ville intelligente ». « C'était ce job ou le chômage. Tous les élus ne peuvent pas être des fonctionnaires » s'insurge-t-elle. « J'ai cherché dans d'autres collectivités qu'à Paris mais les places sont chères après la Bérézina des municipales » se justifie-t-elle auprès du journal « Le Monde ». En tout cas Fabienne Giboudeau peut déjà disposer d’un bureau même si elle … n’a pas encore de fonction précise ! « Ma fonction sera déterminée dans le courant du mois de juin » a répondu brièvement l’ancienne élue au « Parisien » sans se rendre compte de l'énormité de ses propos.

 

En tout cas ces nominations ne devraient pas fluidifier des relations sociales déjà tendues avec les syndicats alors que les contestations se multiplient dans les crèches, les musées, les mairies d’arrondissement ou les bibliothèques pour réclamer les effectifs nécessaires à la bonne marche du service public.

 

Au plus haut niveau de l’administration parisienne, ces décisions provoquent même quelques crispations d’autant qu’elles interviennent après une autre nomination polémique : celle d’un ancien conseiller politique de Delanoë, François Esperet nommé administrateur de la ville, un poste là aussi pourvu d’un gros salaire et réservé aux élèves sortis de l’ENA. Pour preuve, même le syndicat des administrateurs de la Ville pourtant habituellement assez discret va déposer un recours contre cette embauche. C’est pas très fluctuat ! Et même carrément mergitur.

 

Publié également sur Miroir Social


 

 

                        Turf


 

 

 


 

 

Lire aussi

Paris : Nouvelle grève dans les mairies d’arrondissement le mardi 10 juin

Grève des bibliothèques parisiennes le 13 juin

Les crèches parisiennes en grève le mardi 3 juin

Douzième semaine de grève dans les piscines parisiennes

La Ville de Paris vient de nommer un nouveau Conseil d’Administration pour l’établissement public « Paris-Musées »

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 19:20

 

C’est la troisième fois cette année 


Carine Petit, la nouvelle maire du XIVème arrondissement, va se retrouver à nouveau avec du monde sous ses fenêtres ce mardi 10 juin car les agents de toutes les mairies d’arrondissement doivent venir y manifester à l’appel des syndicats CGT et Force Ouvrière (lire ici)

 

Les personnels de ces mairies sont visiblement inquiets des projets de la nouvelle équipe dirigée par Anne Hidalgo notamment les fusions de service, extension des horaires d’ouverture vers le soir ou le déploiement de nouveaux télé-service tels qu’annoncé dans la lettre de mission qu’elle a adressée à Bruno Julliard, son premier adjoint, qui en plus de la Culture est aussi en charge des mairies d’arrondissement.

 

Les syndicats revendiquent, outre la création de postes d’agents titulaire, l’octroi d’une prime de 100€ mensuel et l’arrêt de la polyvalence et des fusions de services.

 

 Mais plus que tout, la CGT et Force Ouvrière attendent de la mairie de Paris « la prise en compte de l’avis des agents dans les choix d’organisation afin d’assurer un meilleur service public dans le respect des droits des agents quel que soit la taille de la mairie »

 

Mais signe d’un climat social particulièrement dégradé dans la capitale, ce même jour le centre d’appel municipal, le 3975, sera lui aussi en grève et ce pour la …cinquième fois cette année. Les parisiens qui voudront savoir si leur mairie est fermée, devraient voir leur appel sonner dans le vide. Il y a des jours comme ça.

 

Publié également sur " Miroir Social "


 

               6392

 


 

 

 

Lire aussi

Le centre d’appel de la mairie de Paris en grève le 15 mai

Paris : les mairies d’arrondissement touchées par un mouvement de grève le 5 mai

Anne Hidalgo recase à la mairie d’anciens élus avec des salaires confortables

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 12:13

 

Question(s) sociale(s) : Le 28 mai 2014

 

Le vote en faveur du Front national a gagné du terrain dans tous les syndicats

 

C'est une enquête en forme de cri d'alarme pour les syndicats. Selon un sondage de l'IFOP, réalisé le 25 mai auprès d'un échantillon de 3 373 personnes, et publié par L'Humanité du 28 mai, le vote en faveur du Front national aux élections européennes a gagné du terrain dans tous les syndicats, par rapport à l’élection présidentielle de 2012.

 

Le premier constat est relativement rassurant pour les centrales : si 30 % des salariés ont voté pour le FN (64 % se sont abstenus), ils sont 25 % chez les salariés proches d'un syndicat contre 34 % pour ceux qui n'affichent aucune proximité syndicale. Mais dans le détail, les choses se gâtent : l'extrême droite a recueilli 33 % chez les salariés proches de FO, 29% chez les sympathisants d'un autre syndicat (CFTC, CFE-CGC ou UNSA), 22 % chez ceux de la CGT, 17 % chez ceux de la CFDT et —plus surprenant encore — 27 % chez les sympathisants de Solidaires, syndicat plutôt proche de l'extrême gauche et du Front de gauche.

 

A la CGT, qui a lancé, en janvier, une campagne commune avec la FSU et Solidaires, contre les idées du Front national, le vote lepéniste progresse : il est passé de 16 % à la présidentielle de 2012 à 22 %, une hausse de six points. A la CGT, on ne cache pas une réelle inquiétude en notant que, « même si ce n'est pas une surprise, on ne peut se satisfaire du score du vote FN ».

 

Lire l’article de Question(s) sociale(s)

 

 

                     lepaon


 

 

Lire aussi

Elections professionnelles à la Ville de Paris, nouveau mode de scrutin, nouvelle représentativité syndicale ?

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 12:32

 

Le Parisien: Le 4 juin 2014

 

Les syndicats appellent à manifester devant la médiathèque Duras où soit se tenir un séminaire des cadres

 

Débuts difficiles pour le nouveau directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris, Noël Corbin. Il devait participer hier à son premier comité technique, mais la réunion a été reportée après un appel au boycott des syndicats. Le haut fonctionnaire a notamment essuyé l’accueil glacial de la CGT Culture (lire ici).

 

L’organisation dénonce depuis plusieurs mois le sous-effectif et les coupes claires dans les budgets des bibliothèques parisiennes. Un préavis de grève a par ailleurs été déposé pour le 13 juin, jour d’un séminaire des cadres des bibliothèques municipales, organisé à la médiathèque Marguerite Duras (XXe). Les syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP, UNSA) ont prévu de se rendre sur place pour manifester.

                         

Lire l’article du « Parisien »


 

 

                                      Les syndicats vont, eux aussi, se rendre au séminaire

                                    895880716

 

                                                - Appelez-moi le directeur !

 

 

 

 

Lire aussi

Grève des bibliothèques parisiennes le 13 juin

Noël Corbin, nouveau directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 12:02

 

ActuaLitté : Le 3 juin 2014


Noël Corbin, le nouveau directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris a été « bizuté » par les syndicats


Officiellement nommé hier après-midi directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, Noël Corbin n'a pas été ménagé pour autant. Le blog CGT culture rapporte que l'énarque à vu sa première réunion, boycottée par les syndicats et reportée, juste avant de recevoir un préavis de grève des bibliothèques prévu pour le 13 juin…


« Ça s'appelle commencer sous de mauvais auspices », commente le blog. Effectivement. Ce qui devait être son premier Comité technique de la direction des Affaires culturelles a donc été reporté par le président de la séance, Bruno Julliard. Les syndicats se plaignent notamment du manque d'effectif nécessaire au bon fonctionnement des établissements. 


Mais faire annuler la première réunion du nouveau directeur n'aura pas suffi aux syndicats à exprimer leur mécontentement. Continuant sur la lancée, l'intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP et UNSA) a déposé dans la matinée un préavis de grève comprenant toutes les bibliothèques de Paris. Annoncé pour le 13 juin, il se double d'un appel à manifestation devant la bibliothèque Marguerite Duras (XXe) à 9h -  lieu où doit se tenir un séminaire des cadres des bibliothèques municipales de la capitale. 


La prochaine rencontre entre Noël Corbin et le personnel des bibliothèques pourrait donc avoir lieu dans dix jours, et prévoit d'être autrement mouvementée. Le nouveau directeur parviendra-t-il à honorer la tradition et à se présenter aux cadres dépendant de sa fonction ?


Lire l’article de « ActuaLitté »

 

 

                                        360x480 202732

 

                            

   

 

Lire aussi

Métro : La grogne monte chez les bibliothécaires parisiens

Noël Corbin, nouveau directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages