Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 18:19

 

ActuaLitté : Le 2 Juin 2014

 

Et encore, tout reste à négocier.

 

Reconduit comme adjoint à la culture du maire de Paris, Bruno Julliard a reçu les sept organisations syndicales représentatives de la Direction des Affaires Culturelles. Et dans sa ligne de mire se trouve l'élargissement des plages d'ouverture au public des lieux culturels.

 

L'affaire apparaît cependant bien complexe, notamment dans les bibliothèques parisiennes où les moyens humains et matériels font déjà souvent défaut pour assurer un fonctionnement normal en semaine. Alors, pour ce qui est d'une ouverture le dimanche, un long chemin reste à parcourir.

 

L'une des idées directrices de la nouvelle maire c'est d'organiser « En matière de lecture publique, la refonte des horaires d'ouverture des bibliothèques ». Cette réorganisation « devra être menée en cohérence avec celle des musées et des équipements sportifs », rapporte la CGT Culture.

 

La volonté de la mairie parisienne et donc de Bruno Julliard, c'est qu' « à mi mandat, l'objectif de 10 bibliothèques de prêt ouvertes le dimanche devra être atteint. A l'horizon 2020, je souhaite qu'une bibliothèque par grand arrondissement soit ouverte le dimanche », a-t-il précisé.

 

Mais, pour arriver à cela, il faudrait disposer d'un personnel suffisant tout en arrivant à trouver un accord sur la prime dominicale, très variable d'un service à l'autre. Les syndicats demandent 180 euros alors que la mairie tablerait plus sur 60 euros…

 

Lire l’article de « ActuaLitté »




                                                    Prime du dimanche: Jusqu'où ira Bruno Julliard ?

 

              14.02-Bruno-Julliard-930620

                          - J'espère que cette histoire ne va pas me rester en travers de la gorge

 


 

 

Lire aussi

Paris : Grève dans les bibliothèques le 13 juin

Grève des bibliothèques parisiennes le 13 juin

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 08:08

 

Le syndicat CGT Petite enfance dénonce le manque de personnel, la surcharge de travail et le remplissage des établissements de la petite enfance de la capitale.

 

« La création immédiate de postes supplémentaires » dans les 450 établissements parisien concernés, « le respect des missions, un corps de remplacement volontaire dans des règles respectueuses des agents »... Voilà les principales revendications de la CGT de la petite enfance dans une lettre ouvertes aux parents (lire ici), laquelle a déposé un préavis de grève pour le mardi 3 juin 2014 dans les crèches de la capitale.

                       

« Les Personnels des établissements d'accueil n'en peuvent plus » selon le syndicat, qui dénonce la surcharge de travail des salariés, le fait qu'ils soient ballotés d'établissements en établissements, avec des amplitudes horaires trop larges... Avec pour résultat du stress, de la fatigue, des arrêts maladie à répétition...

 

A cela s'ajouterait, toujours selon le syndicat, un « remplissage » des établissements qui ne permettrait pas de garantir « un accueil bienveillant pour chaque jeune enfant ». « Trop, c'est trop ! », scande la CGT, qui appelle à un rassemblement le mardi 3 juin à partir de 10h sur le parvis de l'Hôtel de Ville. 

 

Publié également sur Miroir Social


 

             2014-01-28hidalgo.jpg

 

 

 

 

Lire aussi

Douzième semaine de grève dans les piscines parisiennes

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 17:01

 

Un énarque spécialiste des finances plutôt que de la culture

 

Le départ soudain pour Matignon de Régine Hatchondo a laissé vacant le fauteuil de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris. On connaît désormais son successeur, il s’agit de Noël Corbin. Une information lâchée par Bruno Julliard, l’adjoint chargé de la culture lors d’une rencontre avec les syndicats et qui sera officialisé dans les prochains jours.

 

Le nouveau directeur connaît un peu la maison. Il avait occupé (brièvement) des fonctions de sous-directeur en remplacement de Laurence Pascalis, exilée alors à l’inspection générale de la ville de Paris. Il revient donc en ayant pris du galon.

 

Toutefois, Noël Corbin a plus un profil de gestionnaire que de spécialiste de la culture. Formé sur les bancs de l’ENA, cet ancien attaché d’administration centrale est d’abord affecté au ministère de l’Économie en 2003. Il passera plus tard à la direction du budget. Ce n’est qu’ensuite qu’il posera ses guêtres au musée du Louvre et au ministère de la Culture avant de revenir à la mairie de Paris.

 

La première tâche du nouveau directeur des affaires culturelles sera …de dégoter un bureau ! En effet, depuis peu l’Hôtel d’Albret, le siège de la direction, a reçu une personnalité illustre, rien moins que Bertrand Delanoë qui y occupe un bureau, une affaire qui avait d’ailleurs fait polémique (lire ici)

 

Pour le reste, Noël Corbin devra surtout se former en vitesse sur les questions des personnels car le climat social est très dégradé dans les équipements culturels qui relèvent de sa direction. Selon plusieurs sources, il ne devrait d’ailleurs pas tarder à faire connaissances avec les syndicats, dès le milieu du mois de juin.



 

                        Noël Corbin devra s'occuper rapidement des questions de personnels


                                carac image1 1

 

                                    - Mais avant je dois d'abord me trouver un bureau !

 

 

 

 

Lire aussi

Ouvrir les bibliothèques le dimanche à Paris coûterait plus de 5 millions d’euros

Bibliothèques : La Mairie de Paris aimerait fermer ses espaces discothèques

Municipales : les bibliothécaires s'invitent dans la campagne et appellent à la grève le 13 mars

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 08:38

 

La Mairie de Paris avait pourtant promis « vouloir tout mettre en œuvre pour résoudre ce conflit ».

 

Le conflit a commencé le 23 février. Trois mois plus tard, il ne semble toujours pas être résolu et ce week-end les parisiens risquent de trouver, de nouveaux, portes closes dans la plupart des 39 centres nautiques de la capitale.

 

Les agents techniques des piscines municipales, soutenus par les maîtres-nageurs, sont en grève pour obtenir une revalorisation de la prime dominicale (lire ici)

 

Dans Le Parisien daté du 10 mai, la mairie de Paris assurait pourtant, malgré ces longues semaines de grève, « tout mettre en œuvre pour résoudre ce conflit ».C’était il y a trois semaines. Depuis, l’équipe d’Anne Hidalgo qui parie sans doute sur un pourrissement du mouvement n’a toujours fait aucune proposition aux grévistes.

 

En attendant, les parisiens, qui voudront se baigner, devront patienter encore quelques temps, car le conflit est appelé à durer !

 

Publié également sur  Miroir Social


 

             2613727-3687743

                                                 - Bon dans ce cas, je pars à Bizerte

 

 

 

 

 

Lire aussi

Paris : La grève continue dans les piscines, les stades et les gymnases pour cause de prime du dimanche.

Les crèches parisiennes en grève le mardi 3 juin

                               

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 08:29

 

ActuaLitté : le 16 mai 2014

Alors que de tous côtés les établissements parisiens souffrent d'un manque de moyens

Ouvrir une bibliothèque à Paris dans chaque arrondissement tous les dimanches était une des propositions de campagne de la maire socialiste Anne Hidalgo. L'institut Montaigne et le quotidien Les échos ont fait le calcul du coût de cette mesure. Selon eux, on en serait à 3,2 millions d'euros par an. 

Alors que de tous côtés les établissements parisiens souffrent d'un manque de moyens, il paraitrait absurde d'organiser une ouverture le dimanche. Mieux vaudrait en effet affecter une telle somme, si elle était disponible, à l'amélioration du service existant. 

C'est l'angle d'attaque choisi par la CGT qui proposerait, pour ouvrir le dimanche, que l'on soit déjà sur un service satisfaisant, en termes de moyens, pour bien fonctionner le reste de la semaine. Et, selon le syndicat, dans ce cadre, en comptabilisant aussi une ouverture le dimanche, on serait plus proche de 5,5 millions par an de surcoût par rapport à aujourd'hui.  

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

                  dis15630

 

Lire aussi

Paris : La grève continue dans les piscines, les stades et les gymnases pour cause de prime du dimanche.

Bibliothèques : La Mairie de Paris aimerait fermer ses espaces discothèques

Bibliothèques: Les (maigres) propositions d’Hidalgo et NKM passées au crible.

Métro : La grogne monte chez les bibliothécaires parisiens

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 13:27

 

Marseille Actualité : Le 15 mai 2014

A Marseille, FO c’est le syndicat qu’il vous faut (mais parfois, ça marche pas toujours) !

D'ordinaire, les bibliothèques offrent un cadre feutré propice à la lecture et aux études. À Marseille, ce calme apparent cache une tension permanente entre les représentants de Force ouvrière et les agents qui dénoncent leur mainmise sur le service.

Dernier épisode en date de ce bras-de-fer au long cours, le 14 mai, le tribunal administratif a rendu public son jugement annulant la procédure de nomination de Patrick Casse au grade de conservateur territorial de bibliothèque. Ou plus exactement « la décision par laquelle le maire de la commune de Marseille a arrêté le tableau d’avancement » à ce grade. Formellement, la promotion n'est pas encore annulée mais l'arrêté officialisant cette promotion fait également l'objet d'un recours encore à l'instruction.

Pour sa nomination, Patrick Casse a été choisi dans une longue liste... où seul son nom apparaissait. Or, l'actuel directeur du département Lettres et Arts est également le principal délégué et élu FO du service. Ses détracteurs l'accusent de s'ériger en véritable directeur occulte de l'Alcazar, le vaisseau amiral des bibliothèques marseillaises. Deux anciennes collègues de Patrick Casse, qui auraient pu prétendre à cette promotion, Muriel Gallon et Elsa Noble ont donc saisi le tribunal administratif pour dénoncer la manière dont l'ancien directeur du département musique avait été promu à ce grade.


                                        953174808

 

« À l'époque, en décembre 2010, nous étions plus d'une vingtaine d'agents au sein du service des bibliothèques à pouvoir prétendre à cette promotion dont moi-même et ma collègue Elsa Noble », estime Muriel Gallon. « Or, la Ville avait cru bon de ne proposer que la candidature de Patrick Casse sur la liste d'aptitude qui doit être visée pour avis par la commission administrative paritaire, la CAP ». Cette instance consultative où siègent des représentants des salariés et des élus est consultée pour l'ensemble des promotions internes des collectivités locales. Dans le cas présent, c'est le collège des cadres qui était saisi pour avis. Les propositions issues de cette CAP sont ensuite quasiment systématiquement entérinées en l'état par le maire.

« Non seulement, monsieur Casse était le seul candidat mais il a également siégé au cours de la CAP [comme élu FO, ndlr] qui examinait sa promotion », reprend Muriel Gallo. Sur sa présence lors de l'examen de sa propre promotion, l’explication de Monsieur Casse est plus malaisée. « Si je suis resté en commission, c'est que ce n'est pas mon cas personnel qui était examiné. En CAP, contrairement à ce qui se passe dans d'autres collectivités, nous ne citons pas les noms des gens concernés, sinon je serais sorti ». Certes, mais Patrick Casse reconnaît par ailleurs qu'il avait connaissance de la liste d'aptitude puisqu'elle lui avait été « transmise une semaine avant ». Il savait donc que ce jour-là, elle ne comportait qu'un seul nom, le sien. A Marseille, FO c’est vraiment le syndicat qu’il vous faut !

Lire l’article de « Marsactu »

 

                     976262695 L

 

Lire aussi

L'ombre du syndicat Force Ouvrière sur le Parti Socialiste à Marseille

D’ex-salariés des bibliothèques de Marseille interpellent des candidats aux municipales

La double billetterie des musées de Marseille jugée en correctionnelle

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 11:39

 

La Gazette des communes : Le 20 mai 2014

 

Dans le viseur, le montant de la prime dominicale pour les agents qui travaillent le dimanche dans les gymnases, piscines, stades et autres bains-douches municipaux

 

Le mouvement de protestation au sujet du montant de la prime pour les agents de la Direction de la jeunesse et des sports qui travaillent le dimanche, qui a débuté le 23 février 2014, continue. L’ouverture de négociations pour tous les agents concernés par le travail dominical est prévue pour juin, assure la Mairie de Paris.

 

A l’origine de la grogne, le montant de la prime dominicale pour les agents qui travaillent le dimanche dans les gymnases, piscines, stades et autres bains-douches municipaux. Cette prime est actuellement de 44,79 euros par dimanche (un ou deux dimanches travaillés par mois, les adjoints techniques travaillant en roulement). Une intersyndicale CGT, FO, SUD et SUPAP-FSU a été constituée pour réclamer 180 euros. « Nos collègues des bibliothèques perçoivent 100 euros pour cinq heures de travail. Et ce depuis fin 2010. Nous travaillons 10 heures le dimanche », explique Thierry Hubswerlin, responsable de la section sport à la CGT.

 

Négociations en juin.  A la Mairie de Paris, on assure vouloir traiter le sujet « de manière globale » et aller vers une harmonisation. En effet, de nombreux agents travaillent le dimanche (maîtres-nageurs, adjoints techniques du service propreté, des parcs et jardins, agents de surveillance des musées, du service de protection de la ville de Paris).

 

« Les discussions, qui ont déjà commencé, doivent s’intensifier dans le cadre de l’agenda social qui va s’ouvrir en juin avec les syndicats et les directions concernées », explique-t-on au service de presse de la mairie. « Un événement qui nous avait déjà plus ou moins été promis il y a deux ans, au moment où les bibliothécaires ont obtenu la revalorisation de leur prime  », relativise Thierry Hubswerlin.

 

Harmonisation par le bas ?  Sur son blog, le syndicat CGT culture de la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris exprime d’ailleurs aussi son inquiétude. Il relate une rumeur d’harmonisation vers le bas, avec une prime de 60 euros pour tous les agents qui travaillent le dimanche.  Quoi qu’il en soit, le mouvement de la direction de la jeunesse et des sports dure. Le taux de grévistes est toujours d’environ 50 % chaque dimanche. « Nous tenons bon. On verra bien ce qui se passera en juin », explique Xavier Monrose, représentant FO.

 

Lire l’article de « La Gazette des Communes »

 

 

            bondimanche.gif.jpg

 

 

 


 

Lire aussi

Douzième semaine de grève dans les piscines parisiennes

Ouvrir les bibliothèques le dimanche à Paris coûterait plus de 5 millions d’euros

Grève dans les établissements sportifs parisiens: « Le mouvement pourrait encore s'étendre »

Paris : La grève continue dans les piscines, les stades et les gymnases pour cause de prime du dimanche.

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 15:50

 

Ça tombe bien, Il y a justement un grand bureau de libre depuis le départ pour Matignon de son ancienne directrice

L’attribution par la mairie de Paris d’un bureau et d’une secrétaire à Bertrand Delanoë (lire ici)  était une affaire qui tombait plutôt mal en ces périodes de restructurions budgétaires, mais l’épisode prend un tour des plus inattendus.

Alors que certains membres de la majorité municipale semblaient, parait-il, plutôt gênés aux entournures sur le fait d’attribuer des moyens à quelqu’un dépourvu de toute fonction à l’Hôtel de Ville, les élus écologistes, plus vraiment embêtés, vont finalement bien voter la délibération proposée par Anne Hidalgo. La nouvelle mandature ne s’annonce pas très fluctuat.

Mais si l’ancien maire de Paris aura bien son bureau (avec secrétaire), ce ne sera forcément là où on le croyait. On imaginait que le seul lieu susceptible de l’accueillir ne pouvait être que l’Hôtel de Ville mais si l’on en croit l’annonce faite par Le Parisien, Bertrand Delanoë ne promènera plus sa silhouette dans les couloirs de la mairie.

Car désormais notre retraité de la vie politique passera l’essentiel de son activité …à l’Hôtel d’Albret (lire ici). Ce superbe hôtel particulier, situé rue des Francs Bourgois dans le quartier du Marais, n’est autre que le siège de la Direction des Affaires Culturelles. Ça tombe bien car il y a justement un grand bureau de libre depuis le départ pour Matignon de son ancienne directrice (lire ici), laquelle n'a toujours pas été remplacée.

Alors Bertrand Delanoë futur directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris ? Ce serait du pur mergitur ! 


                                   Bertrand Delanoë promenera désormais sa silhouette à l'Hôtel d'Albret

             delanoe-aide-paris-migrants-tunisiens.jpg

                                                               - En tout cas, on est bien installé !

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris veut octroyer quelques privilèges à Bertrand Delanoë avec bureau et secrétaire !

Ouvrir les bibliothèques le dimanche à Paris coûterait plus de 5 millions d’euros

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 13:15

 

Une information qui tombe plutôt mal au moment où Anne Hidalgo compte supprimer plus d’un millier de postes de fonctionnaire d’ici la fin de la mandature

Il a quitté la mairie de Paris depuis plus d’un mois maintenant mais les privilèges qu’on veut lui octroyer devraient animer les débats du prochain Conseil de Paris. Dans une délibération la mairie de Paris souhaite en effet mettre à la disposition de Bertrand Delanoë, un bureau et une secrétaire en fonction de la « place particulière » (sic) qu’il occupe (lire ici). Dur, dur en ces périodes de restrictions budgétaires.

Pour tenter d’amadouer la droite, l’équipe d’Anne Hidalgo propose dans la délibération que ce dispositif s’applique aux trois anciens maires de Paris. Jacques Chirac et Jean Tiberi. Ils ont  pourtant quitté leur fauteuil de premier édile …il y a dix neuf et  treize ans respectivement.

Interrogé sur le sujet par Le Parisien, Jean Tibéri s’empresse d’ailleurs de préciser : « Moi, je n’ai fait aucune demande en ce sens. ». Une réponse pas très fluctuat qui casse un tantinet cette manœuvre municipale. De son côté Jacques Chirac n’aurait pas non plus fait de « demande en ce sens » d’après Bernadette.

 

                20071218PHOWWW00133

                                                                     - T'es sûr, tu veux pas un bureau ?

 

Enfin à la question faut-il mettre du personnel (et des moyens) à disposition des ex-maires de Paris les membres de la majorité municipale, les élus écologistes et les communistes seraient très embêtés sur le sujet. On le serait à moins.

En tout cas, les Parisiens sont carrément contre car pour 88,9% d’entre eux, d’après un sondage publié par le journal Le Parisien, ils trouvent « anormal qu’un bureau soit attribué à Delanoë alors qu’il ne possède plus aucun mandat » (lire ici).

Une chose est sûre, ce genre d’information, terrible sur le plan symbolique, ne devrait pas apaiser des relations sociales déjà tendues au sein de la municipalité parisienne, car pendant que la mairie offre des moyens à ses amis elle compte aussi (et surtout) supprimer plus d’un millier de postes de fonctionnaire d’ici la fin de la mandature d’après des informations révélées par la CGT (lire ici). Et là c’est carrément mergitur !

 

                  sem11novf-Z21-Anne-Hidalgo-Bertrand-Delanoe-PS-Paris.jpg

                                                               - Mince, je crois qu'on a fait une connerie

 

 

Lire aussi

Grève dans les établissements sportifs parisiens: « Le mouvement pourrait encore s'étendre »

Anne Hidalgo veut restructurer l’administration parisienne

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 09:02

 

Au  3975, les relations sociales sonnent dans le vide !

 

Les Parisiens qui tenteront d’appeler le 15 mai le centre d’information de la Ville de Paris, le 3975 ou le standard de leur mairie d’arrondissement risquent fort de voir leur appel ne pas aboutir. Ce jour là les agents de cette plateforme téléphonique municipale seront en grève à l’appel des syndicats CGT et Force Ouvrière pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail et réclamer l’obtention d’une prime.

 

Les agents de ce service mis en place en septembre 2000 ont normalement pour mission de répondre aux questions les plus diverses des usagers parisiens qui composent le 3975. Ce sont eux aussi qui répondent quand les mêmes pensent appeler leur mairie d’arrondissement. Et oui même à la Ville de Paris on croit appeler un service public de proximité et on tombe sur un « call center » comme dans n’importe quelle société de service après-vente à distance. Du pur mergitur.

 

A l’origine, le 3975 n’était qu’un simple service d’information, mais il s’est transformé au fil du temps en un service de réclamation chargé de gérer les déficiences des directions qui gèrent crèches, mairies, piscines ou bibliothèques. Sauf que selon les syndicats les agents du 3975 ne peuvent plus, faute de moyens humains, faire face aux réclamations des usagers.  

 

 

                                           Les centres d'appel de la mairie de Paris seront en grève le 15 mai  

 

                      295684 299960366799864 556913366 n

                                                                  -  Mince, ça sonne dans le vide !

 

 

Il faut dire qu’à Paris, les erreurs de facturation pour la cantine ou les centres de loisir par exemple ne sont pas rares depuis l’arrivée d’un nouveau logiciel il y a trois ans. Résultat : comme avec votre opérateur c’est sur ces téléconseillers municipaux que l’on passe ses nerfs faute d’interlocuteur du côté des services comptables.

 

« Ils sont en première ligne pour répondre aux usagers souvent furieux mais ils n’ont pas d’autres possibilités que de les renvoyer vers des démarches par internet. Pour la Ville, les professionnels de l’accueil téléphonique sont juste un écran supplémentaire mis entre l’usager et l’administration compétente pour gérer sa réclamation » ou plutôt pour ne pas la gérer observe ainsi la CGT des personnels administratifs dans un communiqué publié sur leur site.

 

Et le syndicat de surenchérir : « face à la colère légitime des parisiens, les agents du 3975 se sentent impuissants et ils demandent que les réclamations soient prises en charge et réglées dans les directions d’origine. Ce sont elles qui seules connaissent les tenants et les aboutissants des difficultés posées par les réorganisations successives ou les nouveaux services proposés aux Parisiens. » Une réflexion des plus fluctuat.

 

En tout cas, une chose est sûre, les relations sociales dans ce service du 3975 ont l’air de vraiment sonner dans le vide car c’est la quatrième fois cette année que les agents se mettent en grève. A croire que la plateforme téléphonique municipale a été délocalisée dans un de ces pays qui ignore le droit du travail. 

 

Publié également sur Miroir Social

 


 

                       voip for call-centers

                                                 Au 3975 les relations sociales sonnent vraiment dans le vide

 

 

 

 

Lire aussi

Paris : les mairies d’arrondissement touchées par un mouvement de grève le 5 mai

Anne Hidalgo veut restructurer l’administration parisienne

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article

Pages