Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 17:08

 

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a indiqué qu'elle devait trouver 400 millions d'euros pour équilibrer le budget parisien.

 

Une équation de plus en plus difficile pour Anne Hidalgo. La maire de Paris s'était engagée comme candidate à ne pas augmenter les impôts. Confrontée aujourd'hui à la baisse annoncée des dotations de l'Etat pour l'année 2014, elle doit donc trouver cette année de nouvelles recettes miracles pour boucler son budget.

 

Reconnaissant elle-même que cette équation est « compliquée », Anne Hidalgo a indiqué lundi, en marge du Conseil de Paris, qu'il faudrait « trouver 400 millions d'euros pour équilibrer le budget 2014 ». Selon l'édile socialiste, les comptes de la Ville de Paris subissent une baisse des dotations de l'Etat d'un montant équivalent à 200 millions d'euros. Ça n’explique qu’en partie le trou car il y a encore les deux cents autres millions manquant.

 

Pour renflouer ses comptes la municipalité chercherait à dégager des économies substantielles en rationalisant le fonctionnement de son administration. Parmi les réformes à venir, la fusion entre la Ville de Paris et le département de Paris, ce dernier regroupant 5.000 agents. Une autre piste : La suppression du nombre d’agents municipaux à l’issue de la mandature, un millier selon la CGT pour un gain de 30 millions (lire ici), mais ça risque de ne pas suffire.

 

Anne Hidalgo a beau marteler sur tous les toits qu’elle veut étendre les horaires des équipements municipaux comme les mairies ou les bibliothèques, mais pour tenir sa « promesse » elle devra augmenter fortement les impôts.

 

Toutefois, la nouvelle maire de Paris répète à l’envie qu'il est hors de question d'envisager une hausse supplémentaire de la fiscalité. Mais si elle ne revoit pas ses ambitions (à la baisse), la mandature pourrait alors vite tourner mergitur, notamment sur plan social. 

 

Publié également sur Miroir Social


 

                508158895217

                                         Anne Hidalgo s'apprête à revoir ses ambitions

 

 

 

 

 

Lire aussi

Bibliothèques: Les (maigres) propositions d’Hidalgo et NKM passées au crible.

Grève dans les bibliothèques parisiennes : Une journée particulière.

Les bibliothécaires du monde entier doivent se retrouver à Lyon au mois d’août

Conservatoires de la Ville de Paris : 910 places, 360 000 appels et un standard qui saute


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 18:03

 

Le Parisien : Le 18 juin 2014

 

Il ne siégeait pas sur les bancs de l’hémicycle parce qu’il était en pleine séance de gymnastique dans un club du IVe.

 

Les élus parisiens férus de réseaux sociaux, et plus particulièrement de Twitter, vont peut-être refréner leur enthousiasme.

 

Hier matin, alors que la séance du Conseil de Paris était bien engagée, des twittos ont révélé que Bruno Julliard, le premier adjoint (PS) d’Anne Hidalgo ne siégeait pas sur les bancs de l’hémicycle parce qu’il était en pleine séance de gymnastique dans un club du IVe.

 

Le groupe UMP s’est empressé de relayer l’information. Bruno Julliard, d’ordinaire très prolixe sur Twitter, n’a pas riposté.

 

Lire l’article du « Parisien »

 

 

             114828211.jpg       

 

 

 

Lire aussi

Anne Hidalgo recase à la mairie d’anciens élus avec des salaires confortables

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 13:09

 

20 Minutes : Le 17 juin 2014

Plusieurs établissements devraient être totalement ou partiellement fermés…

Jeudi sera une nouvelle journée de grève dans les crèches parisiennes. La CGT Petite Enfance, mais aussi la CFTC et Supap-FSU, appellent le personnel des établissements d’accueil de la petite enfance à débrayer et à se rassembler à 9h30 devant la mairie de Paris. Deux journées d’action ont déjà eu lieu les 3 et 12 juin. «15% des agents des crèches de Paris s’étaient mis en grève», indique Emmanuelle Lavandier, de la CGT Petite Enfance. Elle n’en n’espère pas moins ce jeudi. Des crèches devraient donc être totalement ou partiellement fermées sur la journée.

Les syndicats protestent contre le manque d’effectif et la dégradation des conditions de travail. «Nous demandons un recrutement massif et la mise en place d’un vrai corps de remplaçants, explique Emmanuelle Lavandier, de la CGT Petite Enfance. Nous demandons à rencontrer Anne Hidalgo, la maire de Paris, ou Dominique Versini, son adjointe chargée de la petite enfance.»

Lire l’article de « 20 Minutes » 

 

              2014-01-28hidalgo

 

 

 Lire aussi

Grève dans les bibliothèques parisiennes : Une journée particulière.  

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 13:26

 

Métro : Le 16 juin 2014

Des milliers de parents ont tenté, en vain, d'inscrire leur enfant aux conservatoires municipaux. Face au grand nombre d'appels, le standard a explosé !

Le 39 75 noyé sous les appels. La plateforme téléphonique de la Mairie de Paris a en effet explosé jeudi 12 juin, alors qu'avait lieu la session d’inscription pour les conservatoires municipaux.

« Au départ, la Mairie de Paris a voulu innover en créant une plateforme téléphonique (le 3975) permettant aux Parisiens d'inscrire leur enfant pour leur première année de conservatoire. Mais, comme souvent, la réalisation était sous-dimensionnée », critique la CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris dans un communiqué. Selon le syndicat, les quelque soixante téléopérateurs du 39 75 auraient reçu environ « 360 000 appels » sur la journée. « Plus de 7000 demandes d’inscription à enregistrer pour une seule personne, on comprend que le système ait fini par exploser », ironise la CGT.

Un couple passe 250 appels  Christelle, mère de trois enfants, raconte ainsi ses déboires. « Avec Benoît, mon mari, nous avons appelé au moins 250 fois le numéro de fixe qui était donné et qui était celui du conservatoire du VIIe. Après être tombés sur un répondeur nous disant de patienter dix minutes, nous avons fini par avoir quelqu'un. Cette personne nous a expliqué que nous étions non pas au conservatoire, mais à un standard destiné à toute la capitale ».

Cette mère de famille regrette le temps où les choses étaient simples et où on allait déposer son dossier au conservatoire. « Mon plus jeune enfant est sur liste d'attente. Je ne suis pas sûre qu'il ait une place. Encore, j'ai eu de la chance, j'ai eu quelqu'un au bout du fil. Beaucoup n'ont pas été dans ma situation », confie-t-elle.

 

                      115493154 

 

Depuis ce couac, la Ville de Paris a envoyé un mail aux parents qui n'ont pu effectuer leur demande. Sur son site Paris.fr, elle indiquait que « face à ces dysfonctionnements, la journée d’inscription dans les conservatoires du mardi 17 juin, consacrée à la première année de 1er cycle musique (CE1) et aux grands débutants, est reportée. Un nouveau calendrier va vous être proposé. Merci de vous renseigner sur cette page dès le lundi 16 juin à 18 heures afin d’en prendre connaissance. Les dates d’inscription pour la danse seront également modifiées et présentées sur ce même calendrier. »

« Jeudi, c'était vraiment l'horreur »  Les opérateurs du 39 75 attendaient eux aussi les consignes ce lundi après-midi. « On appréhende un peu, car jeudi, c'était vraiment l'horreur », confiait l'un d'entre eux lundi, préférant garder l'anonymat.

Selon les chiffres de la Ville de Paris, 19.000 jeunes sont inscrits aux conservatoires municipaux, bénéficiant ainsi de l'enseignement d'une discipline artistique à un prix très avantageux. Toutefois, certains arrondissements n'en disposent toujours pas : les IIe, IIIe et IVe arrondissements.

Lire l’article de « Métro »

 

                                     le-grand-bazar-affiche hd

 

 

Lire aussi

Grève dans les bibliothèques parisiennes : Une journée particulière.

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 09:28

 

Non seulement de nombreux établissements étaient fermés mais les bibliothécaires ont également envahi le séminaire des cadres qui se tenait à la médiathèque Duras.

 

Ils l’avaient promis, ils l’ont fait ! Les responsables des bibliothèques parisiennes ont majoritairement boycotté, ce vendredi 13 juin le séminaire des cadres organisé à la médiathèque Marguerite Duras (XXe) et présidé par Noël Corbin, le nouveau directeur des affaires culturelles arrivé il y a tout juste dix jour ! 


Alors qu’une majorité des chefs d’établissement étaient dehors participant à la manifestation appelée par l’intersyndicale* avec les personnels de toutes les bibliothèques de la capitale, d’autres ne sont tout simplement pas venus. Quand au séminaire proprement dit, une chose est sûre, il ne s’est pas déroulé selon l’ordre du jour prévu. « Une vraie fronde » d'après les syndicats (lire ici).

 

Ce fut vraiment une journée particulière car ce séminaire des cadres a non seulement commencé très en retard devant une salle vide, mais il a été ensuite envahi par les nombreux grévistes pour finalement se transformer en une AG improvisée où les bibliothécaires présents ont interpellé directement le directeur pendant plus d’une heure et demie. Pas de doute pour la direction des affaires culturelles on était bien un Vendredi 13 ! Une journée particulièrement mergitur qui, sans doute, restera dans les mémoires de l'administration.


 

 

   14410075852 5d56a99c5c z

                      Vendredi 13: une journée particulière pour la direction des affaires culturelles


 

Parmi les thèmes abordés, citons pêle-mêle la baisse du nombre d’agents, une cinquantaine de postes supprimés au cours des cinq dernières années, la fermeture de plusieurs sections discothèques, la perspective de suppression des pôles pour les personnes malentendantes et la réduction de l’activité du Service du document et des échanges qui remplit différentes missions mutualisées pour l’ensemble du réseau, sans compter des méthodes de management brutales. Un climat alourdi par la perspective des ouvertures dominicales. N’en jetez plus !

 

Preuve du succès de cette mobilisation, la Mairie de Paris n’a pas, contrairement à son habitude, rendu public le taux de grévistes. Il est vrai que, selon de nombreuses sources, celui-ci était très élevé, ceci explique sans doute cela. Par ailleurs, presque la moitié des établissements a fermé totalement ou partiellement.

 

« J’entends votre inquiétude et je prends acte de son importance », a répondu aux manifestants Noël Corbin. « Je souhaite organiser avec les cadres des séances de travail en petits groupes afin de parler de la manière dont ils perçoivent l’administration. Il n’est pas possible que la majorité des directeurs se sentent pris dans une logique de management pyramidale ». 

 

Signe de l’urgence, le directeur a également prévu d’avancer les réunions programmées en bilatérale avec chacune des organisations syndicales représentatives à la direction des affaires culturelles avant de faire ses premières propositions, sans doute à la rentrée. D’autres sont attendues pour la fin de l’année.

 

Publié également sur Miroir Social


 

                               arton965

 


 

* Une intersyndicale composée par la CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP et l’UNSA

 


 

Lire aussi

Les bibliothécaires parisiens étaient en grève ce vendredi pour de meilleures conditions de travail

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 07:51

 

Le nouveau Directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, Noël Corbin va devoir gérer le dossier en bon funambule.

Ce devait être un simple séminaire réunissant les chefs d’établissements parisiens. Ce fut surtout une belle occasion, à l’appel de l’intersyndicale, de mobiliser les agents des bibliothèques parisiennes pour faire entendre leur contestation. 

Moins de moyens pour plus de services, équation impossible ? Contestation contre « des baisses continues de moyens depuis quelques années dans les bibliothèques municipales parisiennes, à savoir baisse des effectifs, et baisse des budgets. En conséquence, les bibliothèques parisiennes réduisent leurs horaires d’ouverture », témoigne Bertrand Pieri de la CGT culture.

Inquiétude légitime d’autant que les promesses de campagne électorale d’Anne Hidalgo réservent leur lot d’incertitudes. « Anne Hidalgo veut ouvrir le dimanche 10 bibliothèques d’ici la mi-mandature, et ensuite une grande bibliothèque soit par arrondissement, soit par grand bassin de population. Comment va-t-elle faire si elle veut continuer à comprimer les moyens », interroge le même syndicaliste (voir à ce sujet la lettre de mission adressée par Anne Hidalgo à son adjoint à la culture Bruno Julliard).

En plus du rassemblement sur le parvis de la médiathèque, les syndicats ont appelé à boycotter le séminaire et à l’occuper. Ambiance tendue à l’intérieur de l’amphithéâtre siège du séminaire. 


                                    14410075852 5d56a99c5c z

 

Le nouveau directeur des affaires culturelles en mode démineur  Noël Corbin, nommé il y a une dizaine de jours directeur des affaires culturelles de Paris, qui présidait l’assemblée, a tenté de déminer le terrain.

« Il n’y a pas de plan caché », a-t-il déclaré. »Je sens qu’il y a une défiance, je la note, je la vois, j’en prends acte par l’importance du boycott. Et donc je veux restaurer la confiance ». Environ trois quart des chefs d’établissement ont boycotté le séminaire selon les syndicats.

Au sujet des menaces de fermeture des sections discothèque de certaines bibliothèques, « Je gèle toute fermeture de postes », a-t-il assuré.

Des petites bibliothèques de quartiers vont-elles fermer ? « Là encore il n’y a pas de plan caché », a répondu le directeur des affaires culturelles.

Enfin, sur les menaces de transfert au niveau des bibliothèques du Service de Documentation et d’Echange (SDE), « je vais aller voir les agents, discuter avec eux, discuter de ce qu’ils font, de comment ils voient depuis quelques années l’évolution de leurs métiers, et ensuite resituer le SDE dans le réseau global des bibliothèques », a expliqué Noël Corbin. Avant de conclure : « il n’y a pas de projet à ce stade sur le SDE ».

Ce coup de pression syndical à l’égard de l’administration parisienne va-t-il inciter Anne Hidalgo à revoir sa copie ? Noël Corbin va devoir gérer le dossier en bon funambule.

Lire l’article de « 75020.fr »

 

                                      acrobate

 

 

Lire aussi

Grève dans les bibliothèques parisiennes : Une journée particulière.

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 10:35

 

Le Parisien : Le 14 juin 2014

 

Et ils ont investi la salle où avait lieu un séminaire de cadres, à la bibliothèque Marguerite Duras.

 

Ils l'avaient dit, ils l'ont fait : hier vendredi, près de 200 employés des bibliothèques municipales (sur 700 pouvant être présents ce jour là NdR) ont investi la salle où avait lieu un séminaire de cadres, à la bibliothèque Marguerite Duras (XXe).

 

Les personnels sont mobilisés pour dénoncer le manque d’effectifs dans les équipements parisiens, la dégradation de leurs conditions de travail et du dialogue social. Il y a aussi l’inquiétude liée au projet d’ouverture dominicale.

 

Le nouveau directeur des affaires culturelles, Noël Corbin, a commencé à rencontrer les syndicats pour des négociations.

 

Lire l’article du « Parisien »

 

 

               10441416 646702835411836 2531611370771157386 n

                             Paris: les bibliothécaires ont manifesté devant la médiathque Duras

 

 

 

Lire aussi

Livre Hebdo: Forte mobilisation des bibliothécaires parisiens

Les bibliothécaires parisiens étaient en grève ce vendredi pour de meilleures conditions de travail

Grève dans les bibliothèques parisiennes : Une journée particulière.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 08:37

 

Livre Hebdo : Le 13 juin 2014

 

A l’appel de l’intersyndicale, Ils ont manifesté devant la bibliothèque Marguerite Duras (XXe) avant d’investir le séminaire des cadres

 

L’appel à la grève dans les bibliothèques parisiennes pour le 13 juin lancé par l’intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP, UNSA) a été largement suivi. Signe de l’ampleur du malaise, c’est la première fois que l’ensemble des syndicats représentés parmi les agents des bibliothèques de la capitale, y compris l’Union des cadres de Paris, s’unissaient pour déclencher un mouvement social.

 

Plusieurs bibliothèques sont restées fermées et plus d’une centaine d’agents, dont un certain nombre de conservateurs des bibliothèques, se sont retrouvés pour manifester devant la bibliothèque Marguerite-Duras dans le XXe arrondissement.

 

Les manifestants ont ensuite investi dans le calme le séminaire des cadres des bibliothèques qui s’y déroulait pour exprimer leurs inquiétudes devant la baisse du nombre d’agents, une cinquantaine de postes supprimés au cours des cinq dernières années, la fermeture de plusieurs sections discothèques, la perspective de suppression des pôles pour les personnes malentendantes et la réduction de l’activité du Service du document et des échanges, qui remplit différentes missions mutualisées pour l’ensemble du réseau, des méthodes de management brutales.

« J’entends votre inquiétude et je prends acte de son importance, a répondu aux manifestants le tout nouveau directeur des affaires culturelles, Noël Corbin, qui participait au séminaire. Je souhaite organiser avec les cadres des séances de travail en petits groupes afin de parler de la manière dont ils perçoivent l’administration. Il n’est pas possible que la majorité des directeurs se sentent pris dans une logique de management pyramidale ». 

 

Lire l’article de « Livre Hebdo »

 

 

                manif_bib_paris_14_dion.jpg

 

 

 

Lire aussi

Les bibliothécaires parisiens étaient en grève ce vendredi pour de meilleures conditions de travail

Grève dans les bibliothèques parisiennes : Une journée particulière.


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 16:22

 

De leur côté les chefs d’établissement ont majoritairement boycottés le séminaire des cadres.

 

L'intersyndicale avait fait passer le mot, et le message a circulé jusque dans les rangs des chefs d'établissements : l'organisation d'un séminaire avec l'administration parisienne des bibliothèques fut l'occasion d'ajouter quelques sujets au programme. Notamment les conditions de travail, impactées par des réductions d'effectifs, ou encore un dialogue social au point mort avec la Direction des Ressources Humaines de la Mairie de Paris.

 

Dès 9 heures, les bibliothécaires mobilisés se retrouvaient devant la bibliothèque Marguerite Duras (XXe), précédés par un comité d'accueil sympathique, une dizaine de CRS et quelques représentants des Renseignements Généraux. Un mouvement social similaire avait déjà eu lieu il y a quelques mois, mais les bibliothécaires comptaient cette fois sur l'appui de leurs collègues conservateurs, mais également de chefs d'établissement, sensibilisés aux questions de souffrance au travail.

 

Tout le réseau semble par ailleurs touché : les petits établissements de quartier font l'objet d'une surveillance accrue de l'administration, qui évalue les résultats. La bibliothèque Fessard, dans le XIXe arrondissement, a ainsi son pôle Sourd fermé, au profit de la prochaine bibliothèque de la Canopée : « En soit, que la Canopée dispose d'un pôle Sourd est une très bonne nouvelle, mais Fessard ne devait pas perdre son pôle pour autant, surtout quand les chiffres progressent », témoigne une bibliothécaire.


 

    14224789599 7ea1838604 z

        Dès 9 heures, les bibliothécaires mobilisés se retrouvaient devant la bibliothèque Marguerite Duras


 

« Les petites discothèques, elles, sont fermées les unes après les autres, alors que les médiathèques ne doivent pas se détourner de la musique », explique l'un des bibliothécaires de Marguerite Yourcenar. Deux rapports successifs ont été communiqués à la Mairie de Paris, à deux ans d'intervalle : ils recommandaient la gratuité pour le prêt des CD (actuellement payant), ou bien l'instauration d'un forfait global de 10 € pour tous types d'emprunt (alors que les livres sont actuellement gratuits). Néanmoins, la Mairie de Paris vient de commander un audit privé, assuré par la SARL Multimédia, Son, Audiovisuel et Informatique (MSAI), pour près de 15.000 €...

 

Un dialogue social changé en maltraitance. Devant la médiathèque Marguerite Duras, l'agacement face aux méthodes de la Direction des Ressources Humaines est palpable, malgré la volonté de dialogue de Noël Corbin, directeur des Affaires Culturelles récemment nommé. « Le bureau des bibliothèques se livre à une véritable maltraitance des personnels. douze responsables d'établissements sont suivis par un psychologue, l'une d'entre eux a la mâchoire bloquée en réaction au stress et à la pression », explique une gréviste.

 

Par ailleurs, l'avenir de Service du Document et des Échanges (SDE) préoccupe également : celui-ci se charge du « traitement physique et intellectuel des documents, avec les opérations de catalogage, d'exemplérisation ou de pelliculage, tout en faisant office de réserve pour les documents anciens ». Ce poste central, sorte de service technique des bibs, fournit également les cartes de lecteurs ou les antivols, et organise les commandes.


 

             artworks-000082256727-uozrko-t500x500

                   Grève des bibliothèques parisiennes: les manifestants envahissent le séminaire


 

Sa fermeture serait à l'étude, avec un report de la charge de travail sur chaque établissement, individuellement. Les membres de ce service dénoncent un « manque de respect total pour les métiers en bibliothèque, du relieur au conservateur », et pointent également « un pilonnage intensif, notamment des fonds de discothèques fermés, depuis plusieurs semaines ». Si cette prérogative du SDE est « nécessaire », elle atteint des niveaux inquiétants, y compris sur des documents neufs. Le prochain Conseil de Paris abordera les questions des effectifs et de l'avenir du CD en bibliothèques, portées par deux voeux des élus du Front de Gauche et du groupe communiste, présents lors de la mobilisation.

 

Le séminaire des chefs d'établissements, aux abonnés absents.  Les bibliothécaires en grève attendaient la tenue du séminaire des chefs d'établissements, avec la présentation de la feuille de route pour l'année, afin de porter leur revendication à l'administration des bibliothèques.

 

Si la salle de la médiathèque Marguerite Duras était quasiment vide, suite au boycott du séminaire par les chefs d'établissements eux-mêmes elle s’est ensuite remplie de manière spectaculaire quand les es manifestant ont ensuite envahit les lieux. Un séminaire un brin surréaliste dans lequel l’intersyndicale (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP et UNSA) a pu s'exprimer, notamment devant Noël Corbin, directeur des Affaires Culturelles. Les échanges sont disponibles ici.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »


 

      

                    L'administration fait face aux manifestants à l'intérieur de l'auditorim de Duras    

             14410075852 5d56a99c5c z

                                                 - Hmm, ce séminaire est vraiment un brin surréaliste !

 


 

 

Lire aussi

Appel à la grève le 13 juin dans les bibliothèques parisiennes

Livre Hebdo: Forte mobilisation des bibliothécaires parisiens

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 17:54

 

Livre Hebdo : Le 11 juin 2014

L’intersyndicale a déposé un préavis et appelle les agents à manifester devant la bibliothèque Marguerite Duras (XXe), où doit se dérouler un séminaire des directeurs d’établissement.

Après une rencontre qu’ils ont jugée infructueuse avec le nouveau directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris, Noël Corbin, mardi 10 juin, les syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUPAP, UCP, UNSA) ont déposé un préavis de grève des personnels des bibliothèques municipales pour le vendredi 13 juin (lire ici).
 
L’intersyndicale appelle les agents à manifester à partir de 9 heures du matin devant la bibliothèque Marguerite Duras, dans le 20e arrondissement de Paris, où se déroulera ce même jour un séminaire rassemblant les cadres des bibliothèques parisiennes. L’Union des cadres de Paris (UCP) a, par ailleurs, appelé au boycott de ce séminaire.
 
Les syndicats veulent alerter leurs tutelles sur le fait que « Les baisses continuelles de moyens, effectifs, budget, conduisent non seulement à une dégradation des conditions de travail mais également à une dégradation sans précédent du service public, illustrée notamment par des réductions des horaires d’ouverture ».

Une situation paradoxale alors que la nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo, a confirmé sa volonté de redéployer les horaires d’ouverture des bibliothèques, en précisant que « l’adaptation de nos services publics aux rythmes de vie des Parisiens est un enjeu fondamental ». Cette refonte prévoit notamment l’ouverture le dimanche d’un certain nombre d’établissements –une dizaine d’ici 2017, et au moins une par « grand arrondissement » avant 2020.
 
« Dans les conditions actuelles, la Ville de Paris n’a pas les moyens d’ouvrir le dimanche », estime un représentant syndical.

Lire l’article de « Livre Hebdo 

 

           ob 8bd23e hollande-parapluie

                       Bibliothèques : Pour Anne Hidalgo et  Bruno Julliard (derrière) le temps est à l'orage

 

 

Lire aussi

Grève des bibliothèques parisiennes le 13 juin

Paris : Grève dans les bibliothèques le 13 juin

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article