Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 16:11

 

On peut même parler d’une véritable déclaration d’amour.

 

Que ce soit en province ou à Paris, les bibliothécaires se sentent bien mal considérés, notamment par les pouvoirs publics (lire ici). Ils devraient donc apprécier cet article de Marie Lebert, journaliste au site ActuaLitté, qui leur rend un hommage appuyé. Plus qu’un hommage, on peut même parler d’une véritable déclaration d’amour. Morceaux choisis.

 

« Bien que très sinon trop discret, le/la bibliothécaire a un rôle charnière dans le monde du livre, preuve que les vrais héros des temps modernes sont rarement ceux que l'on croit. En cette fin d'année, il est temps de lui rendre un hommage mérité.

 

Depuis la Révolution française, date de création des premières bibliothèques municipales (avec les livres confisqués à la noblesse et au clergé), le bibliothécaire s'échine comme il peut, avec beaucoup de conviction et très peu de moyens, dans toutes sortes de bibliothèques aussi bien générales que spécialisées.

 

Signe qu'elle colle à son époque, l'image de la bibliothèque évolue elle aussi. Souvent rebaptisée médiathèque, la bibliothèque contemporaine comprend non seulement une salle de référence et un service de prêt, mais aussi une discothèque, une vidéothèque, une artothèque, une salle d'exposition….

 

 

                                                          Un hommage appuyé aux bibliothécaires

        les-hommes-du-president-bo-derek

                                                                               - Je vous aime


 

L'ebook se met toutefois à souffler en tempête sur le livre imprimé au risque de provoquer un tsunami dans un modèle économique ayant plus de cinq siècles alors que ce dernier rejeton n'a que quelques années. Alors le bibliothécaire, tel David contre Goliath, emploie toute son énergie à cimenter le monde du livre en rassemblant autour de lui les autres corps de métiers : l'auteur, l'éditeur, le libraire, le diffuseur, le distributeur, l'imprimeur, le traducteur, l'illustrateur, le photographe, le relieur, etc., et bien sûr le lecteur. L'important est l'œuvre, rappelle-t-il sans relâche, et non le support. Aimer, c'est regarder dans la même direction. 

 

Grâce aux efforts surhumains du bibliothécaire pour poursuivre envers et contre tout l'œuvre de Gutenberg sans voir imploser la grande famille du livre, tout le monde cohabite désormais en paix lors du Salon du Livre annuel (à Paris et ailleurs), et les tablettes font bon ménage avec le livre imprimé (mais espèrent toujours le supplanter). 

 

En plus de ses tâches habituelles (achat, inventaire, catalogage, indexation, rangement, prêt, réponse aux questions, et j'en passe), le bibliothécaire gère maintenant des blogs et des wikis tout en alimentant de manière continue ses multiples comptes sur des sites sociaux, sans oublier son mur Facebook et son fil Twitter. Certains deviendraient fous à faire autant de choses à la fois. Mais, à force de volonté personnelle doublée de séances de relaxation, le bibliothécaire a appris depuis longtemps à gérer son stress, tout en luttant au sein de son syndicat pour que les heures supplémentaires soient optionnelles, et payées le triple. 

 

 

                             Le bibliothécaire gère maintenant des blogs, son wiki, son fil twitter ...

                                 b93a0d3fc898c063ec734bc8ea342fd7

                                                         - M'en fous, du moment qu'on m'aime !

 

 

Le bibliothécaire était déjà là pour mettre de l'ordre dans ce que Gutenberg et ses successeurs imprimaient. Le bibliothécaire était encore là pour organiser les premières bibliothèques municipales. Le bibliothécaire était toujours là pour promouvoir la lecture publique auprès de générations de petits et grands lecteurs. 

 

Maintenant le bibliothécaire gère non seulement du papier, mais aussi des disquettes, des CD, des CD-Rom, des DVD, des pages web, des fichiers texte, des fichiers audio et vidéo, des ebooks et moult autres documents numériques, tout en checkant ses mails et ses tweets et en répondant aux commentaires qui fusent sous le dernier post de son blog.

Vu le nombre de documents et la multiplicité des supports, la tâche devient de plus en plus rude. Mais, depuis cinq siècles que le bibliothécaire est d'attaque sur tous les fronts, un pari de plus (et un salaire en conséquence) ne lui fait pas peur. »

 

Lire l’intégral de l’article de Marie Lebert sur « ActuaLitté »

  

 

 

                                    Une véritable déclaration d'amour aux bibliothécaires

                              6a00e55378e889883401156fb5b1fd970c-800wi

                                                              - Embrasse moi, idiot !

 

 

 

Lire aussi

Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?  

Bibliothèques : Les (maigres) propositions d’Hidalgo et NKM passés au crible.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 15:07

banniere vague vide 

 

 

 

                                Social Nec Mergitur vous souhaite un joyeux Noël

 

                          _livres.jpg

 

 

 

 

 

banniere vague vide

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Qui sommes nous
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 13:07

 

ActuaLitté : Le 20 décembre 2013

Le pire, c'est qu'une telle proposition pourrait être retenue par les deux candidates à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet et Anne Hidalgo. 

Devant les difficultés croissantes rencontrées par les bibliothèques parisiennes, la CGT Culture, qui ne cesse de tirer la sonnette d'alarme, surtout en cette période électorale, fait une proposition digne de remédier à la situation actuelle. Et le pire, c'est qu'une telle proposition pourrait être retenue par les deux candidates à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet et Anne Hidalgo. 

Il s'agirait d'introduire du collaboratif dans le fonctionnement des bibliothèques publiques. Contre quelques heures de travail bénévoles mensuelles dans les établissements parisiens, les lecteurs pourraient emprunter des livres gratuitement. Ce serait aussi une piste à étudier pour permettre le remboursement des amendes !

Et, dans un tel cadre, plus de problèmes d'effectifs !

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

 

                           Vont-elles introduire du collaboratif dans les bibliothèques parisiennes?

        Nouvelle image

                                     -  Anne, crois moi c'est un concept d'avenir !

                - Je te crois Nathalie, c'est même de l'audace dans un temps d'avance !

 

 

 

Lire aussi

Les mesures phares d’Anne Hidalgo pour les bibliothèques parisiennes

Paris : Nathalie Kosciusko-Morizet veut des horaires élargis pour les bibliothèques

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

Un hommage appuyé au bibliothécaire, ce héros des temps modernes

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 08:58

 

Métro : Le 12 décembre 2013

 

« C’est un des moyens pour les hommes de garder le pouvoir » selon un spécialiste.

 

Etes-vous atteint de présentéisme ? Les symptômes sont faciles à reconnaître : vous restez tard au travail le soir, vous regardez vos mails professionnels le week-end, ou vous répondez aux sollicitations de votre entreprise en dehors des heures de travail...

 

Si c'est le cas, c'est normal : les Français sont champions dans le domaine. Par souci d'être bien vu de leur direction, ou par peur de perdre leur place, ils sont en effet très nombreux à privilégier leur travail au détriment de leur vie privée.

 

Car en France, contrairement à beaucoup de pays étrangers, être encore à son poste à 19 ou 20 heures est perçu comme un signe de forte implication dans sa mission. Un phénomène qui s'est aujourd'hui généralisé dans l'Hexagone, touchant l'ensemble du monde du travail. « Ce fléau, je l'appelle le management de la montre, explique à metronews le président de l'Observatoire de l'équilibre des temps et de la parentalité en entreprise (OPE), Jérôme Ballarin. Il ne regarde que l'heure et pas l'efficacité du salarié ».


 

                           9782226095527

                                       -  Et voilà ce que ça donne de rester tard au bureau

 

 

 

« Le présentéisme coûte plus cher que l'absentéisme »  Pourtant, le présentéisme, loin d'être louable, ferait en fait des ravages. « Aujourd'hui, on chiffre à environ 3 milliards d'euros par an le coût net du stress et de la fatigue au travail et donc du présentéisme. C'est plus que l'absentéisme, souligne l'expert. Or il est prouvé que les salariés épanouis dans leur vie privée sont plus concentrés et créatifs », ajoute-t-il.

 

Partant de ce principe, le ministère du Droit des Femmes a mandaté l'Observatoire de la Parentalité en Entreprise, une association qui lutte pour l'amélioration de l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle des salariés. Sa mission : convaincre les entreprises de signer la charte du ministère, prévoyant « 15 engagements pour l'équilibre des temps de vie ».                                

 

Plus de mails le week-end  Plus de réunions avant 9h et après 18h, plus de mails envoyés en dehors des heures de travail, plus de sollicitations les week-ends et pendant les jours de congés : ces quelques engagements concrets, seize grosses entreprises les ont pris depuis octobre, dont cinq nouvelles cette semaine, parmi lesquelles Coca-Cola, BNP-Paribas ou encore Casino. Pas de promesses en l'air : la charte doit être signée par tous les membres du comité exécutif ou du comité de direction de l'entreprise.

 

Piloté par le ministère du Droit des femmes, ce programme n'en est pas moins adressé à tous les salariés. En optimisant le temps de travail, le gouvernement espère ainsi favoriser la parité et l'équilibre familial. Il est en effet toujours bon de rappeler que d'après de récentes études, les femmes effectuent encore 80% des tâches domestiques et familiales. « Le présentéisme est un moyen pour les hommes de garder le pouvoir. 80% des tâches éducatives et domestiques sont encore réalisées par les femmes donc ce sont plutôt les hommes qui restent tard au travail. » selon Denis Moneuse, chercheur à institut des Administration des Entreprises (IAE) qui dépend de la Sorbonne.

 

Lire l’article de « Métro »

 

 

                      we-want-sex-equality-L-0vXeXt.jpeg

                         - Bon les gars, faites pas semblant et dépèchez vous de rentrer !

 

 

 

 

                   

Lire aussi

Jean-Claude Mailly et le syndicat Force Ouvrière ne réclament plus la retraite à 60 ans.     

Un syndicat dénonce la façon dont la Mairie de Paris recrute un de ses DRH.                      

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 15:40

 

Les Echos : Le 5 décembre 2013

La candidate UMP à la mairie de Paris, souhaite que les équipements publics soient ouverts « plus tard et plus longtemps ». Une mesure coûteuse. Décryptage.

Après avoir plaidé pour l’ouverture dominicale des commerces , Nathalie Kosciusko-Morizet enfourche un second cheval de bataille, guère éloigné du premier: l’extension des horaires d’ouverture des équipements publics.

La candidate UMP à la mairie de Paris en 2014 a proposé ce mardi, lors de la présentation de «sept progrès majeurs» , d’engager «une révolution des services publics»: «étendre les horaires d’ouverture des crèches» «faire rouler le métro jusqu’à 2heures du matin et toute la nuit le week-end à terme», instaurer une «vraie nocturne» jusqu’à 21heures dans les mairies d’arrondissement, ouvrir davantage les magasins le soir et le dimanche, ainsi qu’«une bibliothèque deux soirs par semaine jusqu’à 21heures et au moins une piscine jusqu’à 22heures» dans chaque arrondissement.

Une série de mesures qui colle à la fois à l’idée qu’elle se fait de Paris («ville monde») et de son rôle de maire («celui qui facilite la vie des Parisiens, pas celui qui la contraint»). 

 

                                                          Mais où NKM va-t-elle chercher tout ça ?

           4861343299128

                                                           -  J'ai vu ça sur une devanture de restaurant !

 

Cette révolution des horaires, séduisante sur le papier, est-elle réalisable? Depuis 2001, Paris a déjà, par l’entregent de son «bureau des temps», engagé cette réflexion, et si Bertrand Delanoë, s’est toujours montré inflexible sur le travail dominical, il avait, lors de la campagne des municipales de 2008 proposé «d’amplifier les horaires des équipements». Mais sur ce point, son bilan reste modeste, hormis quelques piscines et stades ouverts le soir et quelques permanences jusqu’à 19h30 dans les mairies et bibliothèques (sauf que certaines bibliothèques font nocturne jusqu'à 20h ou 22h NdR).

«Il est difficile et coûteux de faire travailler les agents parisiens en horaires décalés parce que beaucoup ne vivent pas dans la capitale», reconnaît un cadre de la ville. Conscient d’être en terrain sensible, l’entourage de NKM balise le terrain: elle a vu des syndicats, réfléchit à réserver plus de logements sociaux aux agents municipaux.

Elle sait surtout qu’il faudra délier les cordons de la bourse: la mesure coûterait plus de 500 millions d’euros sur six ans, dont plus de 350 pour la seule ouverture nocturne du métro. Indéniablement, le dossier le plus sensible est celui des transports, qui sont, en Ile-de-France, davantage gérés au niveau régional que municipal.

La candidate UMP a toutefois un allié inattendu dans cette partie: en 2010, pendant la campagne des régionales, le socialiste Jean-Paul Huchon avait déjà proposé que le métro circule toute la nuit le week-end.

Lire l’article des « Echos »

 

                                         NKM veut faire de Paris "une ville monde" ouverte tard le soir

                      MG 6985NKM12-800x533

                                                           - Ah, mais je ne fais que repêter ce qu'on me dit !

 

Lire aussi

Bibliothèques: Les (maigres) propositions d’Hidalgo et NKM passées au crible.

Bibliothèques : Ouvrir plus ou ouvrir mieux ?

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:17

 

ActuaLitté : Le 5 décembre 2013

Continuer sur ce principe ne sera pas longtemps tenable.

C'est à l'occasion du dernier Comité Technique de la Direction des Affaires Culturelles présidé par Bruno Julliard, adjoint à la culture de la Mairie de Paris, que la CGT a enfin pu y voir un peu plus clair sur l'évolution des effectifs dans les bibliothèques parisiennes.

Et, sous la mandature qui se terminera en mars, il apparaîtrait une diminution de 40 postes, même si les effectifs globaux sont à la hausse.

Si la Mairie parle d'augmentation, c'est tout simplement parce qu'elle ne prend pas en compte les ouvertures de nouveaux établissements : Vaclav Havel (XVIIIe), Marguerite Duras ou encore Louise Michel (XXe) ! 

Or, il a bien fallu des effectifs supplémentaires pour faire fonctionner ces bibliothèques mais au final, les créations de postes ne couvrent pas l'ensemble des nouveaux besoins. Résultat, on pioche dans les bibliothèques existantes pour assurer l'accueil dans les nouvelles.

Alors qu'une baisse supplémentaire de 40 postes était proposée au sein du dernier Comité Technique, il est apparu clairement que continuer sur ce principe ne serait pas longtemps tenable.

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

                     40 postes ont été piochés dans les bibliothèques parisiennes, 40 autres sont programmés

                    6189932495 788d92dec8 b

                                         - Dis moi Jean-Paul, ça fait combien  moins 40,  plus moins 40 ?                           

                      -  Alors là mon petit Bruno si tu mélanges les plus et les moins, ça va plus être tenable !

 

 

Lire aussi

Pour Bertrand Delanoë, « travailler en bibliothèque, c’est pas la mine » !

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

Vagues de protestation dans les bibliothèques municipales

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 15:08

 

Le Monde : Le 17 décembre 2013

 

La CGT avait fait de leur cas une bataille emblématique de la défense des libertés syndicales et d'expression

 

Le tribunal correctionnel de Roanne (Loire) a relaxé mardi 17 décembre les cinq militants de la CGT qui étaient poursuivis pour avoir refusé un prélèvement ADN, estimant que ce prélèvement n'avait en réalité pas lieu d'être. A l'audience le 5 novembre, le parquet avait requis un mois de prison avec sursis à l'encontre des cinq prévenus, quatre hommes et une femme, fonctionnaires de la défense et agents hospitaliers.

 

En novembre 2012, ils avaient été reconnus coupables par la cour d'appel de Lyon de « dégradations en réunion », mais dispensés de peine, pour avoir inscrit des tags sur un mur en marge d'une manifestation contre la réforme des retraites en 2010.

 

Ils avaient notamment écrit « casse-toi pov'con », deux ans après que Nicolas Sarkozy, alors président de la République, eut lancé cette même invective à un visiteur du Salon de l'agriculture qui refusait de lui serrer la main. Ils avaient cependant été convoqués par la police et la gendarmerie pour être inscrits au fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg), ce qu'ils ont refusé en mai, récoltant ainsi un nouveau procès.



                                        Les syndicalistes avaient écrit sur un mur « casse-toi pov'con »

           Videos-les-bains-de-foule-mouvementes-de-Nicolas-Sarkozy_w6.jpg

                                            -  Comment ça casse-toi ? Viens ici l'écrire !


 

Le tribunal de Roanne a estimé qu'un prélèvement ADN ne pouvait concerner que des personnes condamnées, alors que les cinq prévenus avaient été dispensés de peine. Le parquet général n'aurait donc pas dû requérir ce prélèvement et la justice ne pouvait donc pas leur reprocher de l'avoir refusé, selon le jugement. Le tribunal a également considéré que les gardes à vue du mois de mai étaient irrégulières. Les cinq syndicalistes encouraient un an de prison et 15 000 euros d'amende.

 

Le secrétaire général de l'union locale CGT du Roannais, Serge Lenoir, s'est félicité de ce jugement marquant, selon lui, « la victoire du raisonnable contre l'absurdité ». « La lutte menée par nos cinq camarades est aussi celle de tous les militants traînés devant les tribunaux », a-t-il réagi, alors que plus de 300 personnes, selon la police, s'étaient rassemblées dans le calme devant le palais de justice de Roanne au moment du délibéré pour soutenir les prévenus.

 

La CGT avait fait de leur cas une bataille emblématique de la défense des libertés syndicales et d'expression, qu'elle juge menacées par la « pénalisation » des mouvements sociaux. Le jour du procès, plusieurs milliers de militants CGT étaient venus de toute la France à Roanne pour les soutenir et réclamer une loi d'amnistie sociale.


 

                                                 Contrôle ADN:   La CGT est venue soutenir ses militants

      sarkozy-thibault 223

            - Bon Bernard, quand t'auras fini j'aurais besoin de ton verre pour faire un prélèvement !

 


 

Lors de ce rassemblement, le secrétaire général de la CGT, Thierry Le Paon, avait dénoncé « l'acharnement judiciaire » contre les cinq syndicalistes et reproché au gouvernement d'avoir « refusé le vote d'une loi d'amnistie sociale », un « signe désastreux envoyé au monde du travail par la nouvelle majorité ».

 

Cette proposition de loi déposée par le Front de gauche a été adoptée par le Sénat en février, avant d'être enterrée via son renvoi en commission à l'Assemblée nationale en mai. La CGT continue de l'exiger, ainsi qu'une loi qui instituerait « des droits nouveaux protégeant les militants syndicaux et progressistes qui agissent dans le cadre d'une action collective ».

 

Plusieurs militants syndicaux ont déjà été condamnés pour avoir refusé des prélèvements ADN. C'est le cas notamment du délégué CGT du fabricant de pneumatiques Continental Xavier Mathieu, qui s'était vu infliger en appel, en février 2012, une amende de 1 200 euros. Peine confirmée par la Cour de cassation en mars.

 

Lire l’article du « Monde »



 

                              affiche.jpg

 

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris condamnée pour absence de local syndical

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 12:12

 

La médiathèque Jean-Pierre Melville a été fermée à cause d’une panne de chauffage

 

Le personnel de la bibliothèque Jean-Pierre Melville, rue Nationale (XIIIe), a exercé son droit de retrait jeudi en fin d’après midi en raison d’une panne de chauffage. « Il ne faisait que 12 degrés dans les salles de lecture » selon un communiqué de la CGT Culture.

 

La bibliothèque est restée fermée hier vendredi, mais a rouvert ce samedi après une première réparation. Les techniciens doivent néanmoins revenir mardi « pour consolider le système ». Espérons qu’il ne fasse pas trop froid d’ici là.

 

Le problème de chauffage est un mal récurent pour de nombreuses bibliothèques municipales parisiennes car lors de la dernière vague de froid qui s’est abattue sur la capitale, c’était près d’une dizaine de bibliothèques qui avaient dû fermer coup sur coup (lire ici).

 

La Mairie de Paris n’a plus qu’à prier pour que la météo reste clémente.


 

 

                           m%E9nag%E8re


 


 

Le Parisien: Vague de froid sur les bibliothèques parisiennes

ActuaLitté: Le froid à Paris contraint des bibliothèques à fermer leurs portes

Les bibliothèques parisiennes victimes du refroidissement climatique

Paris : La bibliothèque Clignancourt fermée à cause du froid

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 08:28

 

Le Parisien : Le 10 décembre 2013

L’arrêt du Tribunal Administratif est sans équivoque et la municipalité doit même verser une indemnité

La ville de Paris a été condamnée le 21 novembre par le tribunal administratif pour non respect du droit syndical, décision notifiée la semaine dernière à la CGT.

Logés jusqu’à présent au centre Morland (IVe), les services administratifs de la direction de l’urbanisme et de la direction de la voierie vont être transférés fin juin au 121, avenue de France (XIIIe).

Seule ombre au tableau : flambant neuf, le nouvel immeuble de sept étages doté d’une terrasse, est dépourvue de local syndical, alors que la loi l’exige, en vertu du décret du 28 mai 1982. 

Ayant choisi de porter l’affaire en justice plutôt que d’octroyer l’espace syndical requis, la, Mairie de Paris a perdu. L’arrêt du Tribunal Administratif est sans équivoque : « il est enjoint au maire de Paris de prévoir pour la mise à disposition des l’union syndicale CGT des fonctionnaires et salariés des services territoriaux de Paris, un local syndical au sein du bâtiment ». (Lire ici)

La municipalité a en outre été condamnée à verser une petite indemnité au « syndicat CGT des cadres et techniciens des services publics parisien »

Lire l’article du « Parisien »

 

                  9.jpg

 

 

Lire aussi

Un syndicat dénonce la façon dont la Mairie de Paris recrute un de ses DRH.

La Mairie de Paris se fait (encore) taper sur les doigts par le tribunal des Prud’hommes

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 13:40

 

Le Point : Le 5 décembre 2013


Selon le site d'information Mediapart, cinq adjoints du maire de Paris occupent des logements sociaux dans la capitale !


Ils bénéficient de loyers deux, voire trois à quatre fois inférieurs aux prix du marché, mais assument. Comme le révèle Mediapart, cinq adjoints de Bertrand Delanoë logent dans des logements sociaux en plein coeur de la capitale. Rien d'illégal à cela, comme le remarque le site, qui précise qu'ils ont obtenu ces logements avant l'élection de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris, en 2001.


Jean Vuillermoz (PCF), adjoint aux sports, Liliane Capelle (PS) en charge des seniors, Pierre Mansat (PCF) chargé de "Paris-Métropole", Claudine Bouygues (PS), adjointe aux droits de l'homme, ou encore Didier Guillot (PS), responsable la vie étudiante, "tous expliquent qu'ils répondaient aux critères d'entrée, et qu'ils n'ont à ce titre bénéficié d'aucun privilège", précise Mediapart.


Pour un appartement de 53 m2, Jean Vuillermoz s'acquitte ainsi d'un loyer de moins de 300 euros par mois (hors charges) dans un immeuble situé près du métro Saint-Fargeau, dans le 19e arrondissement. De son côté, Pierre Mansat occupe un 75m2 dans le 12e pour la somme de 1 100 euros. Des prix bien plus avantageux que ceux du privé.


Mediapart cite enfin le cas de Catherine Vieu-Charier, adjointe (PCF) chargée de la mémoire et du monde combattant, qui jouit d'un logement de fonction dans une école maternelle dont elle n'est plus directrice depuis 2002. Après les révélations du Lab en novembre sur les logements sociaux occupés par deux de ses têtes de liste, Nathalie Kosciusko-Morizet avait promis que si elle devenait maire de Paris, aucun conseiller de la ville n'occuperait plus de logement social.


Anne Hidalgo s'est montrée plus circonspecte sur la question, souhaitant "créer une commission indépendante, avec des magistrats ou d'anciens magistrats, qui prendra au cas par cas des avis auxquels elle se pliera ", précise Mediapart.


Lire l’article du « Point »

 

 

 

                                       HLM: Un nouveau scandale à la mairie de Paris ?

 

                media_xl_3848541.jpg

      

                                                    - Ah, bienvenue au club !

 

 

                              

 

 

Lire aussi

Un syndicat dénonce la façon dont la Mairie de Paris recrute un de ses DRH.

Véronique Bédague, secrétaire générale de la Mairie de Paris, prendrait la tête de l’Agence des investissements français à l’étranger.

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages