Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 08:49

 

Dans la capitale, maintenant même les poètes ont disparu !

 

La culture, si elle n’est pas bling-bling, est décidément bien malmenée en ce moment à Paris. On connaissait les difficultés rencontrées par les bibliothèques municipales - budget, horaires, effectifs - suffisement décrites ici pour que ce soit utile d’y revenir, ou bien la situation des conservatoirres municipaux. Il y a quelques jours c’était la Maison de l’Europe et d’Orient, librairie spécialisée dans les cultures d’Europe de l’Est, du Caucase et de l’Asie Centrale qui était sur le point de mettre la clé sous la porte avec les abandons successifs des pouvoirs publics, dont la Mairie de Paris. Aujourd'hui, c’est un appel à l’aide qui est lancé par le fondateur du festival Poètes à Paris.

    

Ce festival crée il y a sept ans est lui aussi en péril faute d’aide du ministère de la Culture et maintenant de la Mairie de Paris. Le festival, programmé pour le mois d’octobre, n'avait pourtant besoin que d'une subvention de cinq mille euros pour continuer d'exister. Encore trop pour la municipalité, sans doute. Il est vrai qu’à Paris les crédits affectés à la culture, plusieurs dizaines de millions d’euros sont déjà mangés par les projets les plus couteux – CentQuatre, Gaité Lyrique, Théâtre du Rond-point…. Alors à Paris, même les poètes auront bientôt disparu ? C’est semble-t-il les craintes du fondateur de Poètes à Paris, Yvan Tetelbom, à travers la tribune que nous publions ici.                                        


                il-est-mort-le-poete.jpg

    

            

Créateurs, artistes, relevons la tête avec fierté !

 

Par Yvan Tetelbom, créateur du festival « Poètes à Paris »

 

J’ai fondé et dirige depuis sept ans, une association Poètes à Paris qui bénéficiait de quelques subventions du ministère de la culture (DRAC) et de la mairie de Paris (DAC) jusqu’en 2012. Seule, la région Ile de France s’opposait sans explications, à ce projet. 

 

Ces subventions dont le total cumulé ne dépassait pas les cinq mille euros me permettaient de faire vivre un événement unique à Paris dont la nature est de faire émerger, découvrir, promouvoir le poète vivant et son langage, à travers des rencontres culturelles et artistiques qui draine un public d’environ mille à mille cinq cent personnes.

 

Cette année, toutes mes demandes ont essuyé un refus malgré mes lettres recommandées réitérées au maire de Paris, à son adjoint à la culture, et mes appels téléphoniques incessants à leurs conseillers ou aux responsables en charge des affaires culturelles dans les différents ministères suivis parfois de rendez vous où j'ai exprimé mes attentes, mes espoirs avec force de conviction argumentée.


 DSC01459  DSC01536

                   Un évenement unique à Paris qui draine un public d’environ 1000 à 1500 personnes

 

 

Mais ces responsables ou plutôt ces robots sans âme ni sentiments de toute évidence formatés par leurs écoles, vous répondent avec un sourire figé, prennent des notes, le regard posé sur leurs feuillets, mais la décision est déjà prise en plus haut lieu.

 

Devant cet abandon « politique » de toutes ambitions culturelles au sommet de l’état, le créateur culturel, l’artiste, c’est à dire celui qui ose, crie, accuse, espère, aime, s’indigne, se révolte, est aujourd’hui démuni, comme livré à lui même entre renoncement et engagement impérieux de poursuivre sa démarche dont il sait qu’elle est nécessaire pas seulement à lui même mais aux autres, à la jeunesse surtout.

 

J’appelle tous les créateurs, les artistes, dont les projets tel le mien, sont désormais malmenés, voire assassinés par l’état, à s’organiser, à relever la tête avec fierté, à faire front commun pour enrayer cette destruction programmée du bien culturel, témoin d’un héritage commun, source de représentation qu’une société a d’elle même, vecteur de cohésion sociale sans lequel un pays mais surtout la France, n’aurait plus d’avenir.

 

Pour tout savoir sur le festival Poètes à Paris, lire ici

 

 

                                              Alors à Paris, même les poètes auront bientôt disparu ?


                              mission-9---L-ame-des-poetes.jpg

                                                   Ah, Paname, c'était toute une époque !

 

 

 

Lire aussi

Paris : La librairie de la Maison d’Europe et d’Orient mettra-t-elle la clé sous la porte ?

Les habitants du quartier des Halles réclament une bibliothèque pour les enfants !

Paris : Grève très suivie dans les conservatoires municipaux

Social: Le travail de nuit étalé au grand jour !

Une bibliothécaire lyonnaise nous explique pourquoi elle signe l’appel « Ouvrons mieux les bibliothèques ».

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Tribune libre
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 12:05

 

Miroir Social : le 1er juillet 2013

 

La Ville de Paris se mobilise pour la vaccination contre la maladie du rat 

 

Par Anne le Strat, adjointe au Maire de Paris chargée de l'assainissement

 

La Mairie de Paris ne l’avait pas vue venir ! Suite à une curieuse décision du Tribunal Administratif mettant fin à la vaccination obligatoire contre la leptospirose (aussi appelée maladie du rat) des égoutiers parisiens, la polémique n’a cessé de rebondir, l’affaire étant même remontée jusqu’à l’Elysée !

 

Articles de presse, menace de grève des agents concernés, un Comité Hygiène et Sécurité (CHS) mouvementé où l’adjointe en charge des égouts parisiens, Anne Le Strat, était accusée par la CGT de les avoir insultés, qui à son tour s’en est défendue, bref cette histoire n’a pas manqué de faire des remous.

 

Alors que la Mairie de Paris a renoncé pour le moment à faire voter une délibération traduisant la décision du tribunal, voici, par la voie officielle d'Anne Le Strat, l’élue municipale en charge de l’assainissement, un article publié sur le site « Miroir Social » qui pourrait clôre (provisoirement ?) ce chapitre sur la question importante de santé au travail. En voici donc l’intégralité.

 


                                                                Anne Le Strat publie un tribune sur Miroir Social


                    L512xH341 jpg Anne-Le-Strat-74af2

                                                    "  Vous voyez, je reste pas les bras croisés !   "


 

Les égouts de la Ville de Paris, qui datent du XIXème siècle, sont des ouvrages visitables, ce qui facilite leur inspection et leur entretien. En revanche, cela suppose que les égoutiers, qui travaillent dans ce milieu insalubre et dangereux, soient parfaitement protégés. Aussi, pour la municipalité parisienne, la prévention contre la leptospirose ou « maladie du rat » constitue un enjeu majeur.

 

La vaccination du personnel a d’ailleurs montré son efficacité puisqu’aucun cas de leptospirose n’a été recensé depuis la mise en place (en 1976) de la vaccination systématique des égoutiers et des autres agents intervenant dans les égouts municipaux.

 

En décembre 2012, le tribunal administratif a jugé que le Conseil de Paris n'était pas compétent pour imposer cette vaccination qui n'est pas obligatoire. En conséquence, la Ville de Paris se voit dans la nécessité légale d’appliquer l’avis du Conseil supérieur d'hygiène public de France, établi le 18 mars 2005, qui ne fait que recommander cette vaccination.


 

                                vaccin-copie-1.jpg

                                      Leptospirose: La Mairie de Paris estime de son devoir de se faire vacciner ! 


 

Pour autant, la collectivité parisienne estime qu’il est de son devoir de vivement encourager l’ensemble du personnel intervenant en égout à se faire vacciner. C’est en ce sens que le maire de Paris a saisi la Ministre des Affaires sociales et de la Santé pour l’alerter sur la spécificité du réseau d’assainissement parisien et le niveau élevé d’exposition des égoutiers à cette maladie aux conséquences graves, afin qu’elle puisse examiner la possibilité d’inscrire la vaccination contre la leptospirose parmi celles obligatoires pour le métier d’égoutier, au moins pour les égoutiers parisiens.

 

Si la législation reste inchangée, la Ville de Paris entend poursuivre l’application de dispositions pour assurer le droit à la vaccination des égoutiers.

 

Au moment de la visite de recrutement au service de médecine statutaire, les agents continueront d’être informés oralement et par écrit des risques infectieux pour lesquels une vaccination est obligatoire ou recommandée. Ils seront ainsi sensibilisés au fait que les différentes instances de la Ville de Paris, et notamment la Direction de la propreté et de l’eau, agissant comme responsable de la prévention des risques professionnels, considèrent que la vaccination contre la leptospirose, recommandée par le ministère chargé de la santé pour les égoutiers, constitue un des éléments de prévention contre cette maladie et qu’elle est hautement recommandée chez les égoutiers et les autres agents de la ville travaillant dans les égouts.

 

La vaccination contre la leptospirose pourra se faire dans un des services de vaccination de la ville et à ses frais.


                                                 

                                                          Une vaccination au frais de la Mairie de Paris 

 

                                    1294844204_diphtheria_vaccination_poster.jpg

                                                           Maladie du rat:  Immunisation is the safeguard !


 

La santé et la sécurité des égoutiers sont une priorité de la Ville de Paris qui met en œuvre une politique globale en ce sens. Celle-ci s’appuie notamment sur le recours à des équipements de protection individuelle permettant d’éviter tout contact des muqueuses (yeux, bouche, nez) et de toute lésion de la peau (égratignure, plaie) avec l’eau ou les urines d’animaux contaminés, voire les animaux eux-mêmes, le renforcement de la formation des agents et le suivi de consignes précises selon les activités à accomplir et les lieux d’intervention, une meilleure ventilation des égouts et le désencombrement de la galerie technique. Toute évolution de ces dispositions est réfléchie collectivement par le biais des commissions paritaires et par des évaluations des égoutiers eux-mêmes.

 

La municipalité a également pour ambition de mettre en place une gestion à la fois moderne et sécurisée du réseau d’assainissement, qui limiterait finalement l’exposition aux risques de l’ensemble du personnel.

 

Dans cet esprit, elle vient de décider de doter le service de l’assainissement parisien d’un outil cartographique en 3D sur la totalité du réseau. Il permettra d’assurer une meilleure préparation des interventions en égout, voire d’en limiter le nombre et la durée.

 

La ville estime en effet qu’aucune possibilité ne doit être négligée pour préserver la santé et la sécurité de ses agents.

 

Lire l’article de « Miroir Social »

 

 

           Leptospirose: Paris va-t-elle mettre le paquet sur l'équipement de protection individuelle ? 


            RAINBOW-Difficult-To-Cure-CD-BRAND-NEW-Ritchie.jpg

                                                                      "  Bah, on attend de voir ! "  

 

 

Lire aussi

Santé : La maladie du rat fait une nouvelle victime à la Mairie de Paris

Santé au travail : Une drôle de mélodie en sous-sol à la Ville de Paris !

Santé: Les égoutiers de Paris à la merci de la leptospirose

La Mairie de Paris veut supprimer la vaccination obligatoire pour les égoutiers !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 10:08

 

Livre Hebdo : Le 21 juin

 

Un mouvement très suivie, avec près de huit cents grévistes selon les syndicats

 

A l'appel de l'intersyndicale CGT-FSU-SUD, la Bibliothèque nationale de France subissait ce 21 juin un mouvement social.

 

Selon la BnF, la Bibliothèque de recherche du site François-Mitterrand restait ouverte, hormis les salles K, L et M. La communication des documents s'annonçait perturbée, « faute de personnels suffisants ». La Bibliothèque d'étude n'a fermé que les salles G et H. Sur le site Richelieu, la communication est perturbée dans la salle de lecture des départements des Manuscrits et des Arts du spectacle, qui fermera exceptionnellement à 17h.

 

Les personnels de la BnF présents à l'assemblée générale mardi 18 juin ont voté à une écrasante majorité l'appel à la grève. Un mouvement social très suivi avec près de huit cents grévistes selon des sources syndicales.

 

Selon le communiqué de l'intersyndicale, « les personnels en grève se sont réunis pour montrer leur refus des réductions tous azimuts menées par la Direction de l'établissement et les tutelles ».

 

Un tract et une pétition sont distribués aux usagers. L'intersyndicale interpelle notamment les lecteurs sur des coupes budgétaires qui remettent en cause les missions fondamentales de l'établissement, ayant pour conséquences directes la dégradation de l'accueil et des services, ainsi que l'aggravation des conditions de travail des agents.

 

Lire l’article de « Livre Hebdo »

 


                                                                  Social: Le temps est à l'orage à la BnF

       2013-polygraphik-bnf-01

                                                              BnF: A l'Ouest aussi c'est pas l'Eden !

 

 

 

La pétition lancée par l'intersyndicale

Le tract distribué par l'intersyndicale

 

Lire aussi

Grève à la Bibliothèque Nationale-François Mitterrand contre l’austérité budgétaire !

Culture : L’appel du fondateur du festival « Poètes à Paris »

Grève à la bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 11:02

 

Le règlement n’était pas à l’amiable !


Cela devait être un modèle de dialogue social. Il y a en tout cas du retard à l’allumage à en croire les représentants des personnels de « Paris-Musées », l’établissement public qui regroupe depuis le début de l’année l’ensemble des musées municipaux parisiens.


Alors que les représentants du personnel venaient d’être fraichement élus suivant un scrutin inédit pour la collectivité parisienne, la direction de l’établissement public décidait de convoquer seulement quelques jours après (onze jours pour être précis) un Comité Technique (CT) où siègent six élus côté syndical et trois cadres supérieur côté administration, plus une élue parisienne.

Une hâte qui a conduit la majorité des représentants du personnel – CFDT, CFTC, CGT, FO et Unsa - à boycotter cette instance, a-t-on appris de source syndicale. Une des raisons portait notamment sur l’absence de concertation sur le règlement intérieur à même de poser les bases de relations équilibrées entre partenaires sociaux.

« L’administration souhaitait clairement décider seule d’un règlement intérieur rédigé sans concertation avec les membres  élus de l’instance. » ont affirmé en chœur les cinq organisations syndicales

« Inutile de préciser que l’absence d’un règlement intérieur concerté est, pour vos représentants, la porte ouverte à toutes les dérives administratives et reflète clairement une absence de dialogue social »  a d’ailleurs précisé la CGT des Affaires Culturelles sur son site.

 

                                           Dialogue social: Pour les syndicats, rien ne va plus !

                                      rien ne va plus belgian

                                 " Nous ne laisserons pas l'administration nous jouer la sérénade ! "

 

En tout cas, cet épisode a mis à jour les premières difficultés que vont connaître les représentant des personnels des musées parisiens, car de son côté le syndicat Supap-FSU a rompu, seul, l’unité syndicale en voulant siéger coûte que coûte lors ce premier Comité Technique

Une attitude qui n’a pas fait, loin de là, l’unanimité. « Il nous semble incompréhensible que la représentante du Supap ait siégé seule avec l’Administration » a d’ailleurs déclaré le Syndicat Force Ouvrière dans un communiqué.

Une posture qui n’a pas été, non plus, du goût de la CGT qui précise que le Supap a  « pourtant été sollicité pour participer à ce boycott » mais « que ce syndicat a préféré jouer sa propre carte en lisant une déclaration clairement hostile aux choix des autres représentants. » 

En tout cas, faute du quorum nécessaire, le Comité Technique de Paris-Musées a été reporté à la rentrée. Avec un cadre « fixé par consensus » réclament les syndicats. Le règlement intérieur devra donc être rédigé à l’amiable.

Publié également sur "Miroir Social"


                                  Paris-Musées: Entre le Supap et les autres syndicats, rien ne vas plus !

                                  Closer-William---Kate-rien-ne-va-plus

                                                   " Gosh, la Reine-Mère a encore joué sa carte ! "

 

Lire aussi

Elections professionnelles : Les musées parisiens ont désigné leurs représentants

La CGT et la CFDT enterrent la hache de guerre !

La Ville de Paris demande à « Paris-Musées » de régler les retards de salaires

Le loyer du musée du Grand Palais jamais encaissé par la Mairie de Paris !

AFP : Un agent blessé par la chute d'une porte au Musée d'art moderne à Paris

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 08:51

 

Une librairie indépendante se met en grève pour dénoncer son abandon par les pouvoirs publics.


C’est probablement une première ! La librairie parisienne spécialisée dans les cultures d’Europe de l’est et d’Asie centrale va se mettre en grève toute la journée, ce vendredi 28 juin, pour dénoncer le manque de soutien des pouvoirs publics, a-t-on appris par communiqué. Un désengagement qui pourrait conduire l'établissement culturel à cesser toute activité.


Pourtant la Maison d’Europe et d’Orient (MEO) située dans le XIIeme arrondissement est probablement un lieu unique en France, mais « La baisse généralisée des subventions publiques sape inexorablement l’économie de la maison » affirment les responsables de la librairie.


La maison d’Europe et d’Orient dont l’existence tient à un fil depuis plusieurs années craint que l’abandon progressif de ses différents partenaires - Mairie de Paris, Région Ile de France ou Ministère de la culture - ne l’oblige à mettre définitivement la clé sous la porte.

 

                                           La Maison d'Europe et d'Orient victime de baisse budgétaire

             89d16706efd1ccaf9b85cbba99edf7d83e14f8f7

                                   Austérité: La librairie pourra bientôt consacrer une exposition à la Grèce !

 

« Notre budget, de 358.000 euros en 2009, est estimé cette année à 233.000 euros. C’est insuffisant pour maintenir le minimum d’activité de la maison » ne  manque d'ailleurs pas de rappeler la librairie. Avec une baisse de 35% sur trois ans, difficile en effet de faire face. Une véritable austérité à la grecque.

Une situation  tellement tendue que la Maison d’Europe et d’Orient se retrouve désormais au bord de la cessation de paiement car « les dettes sociales s’accumulent, le bail arrive à échéance, les huissiers de l’URSSAF et de la Régie Immobilière Ville de Paris (RIVP) sont en embuscade » rajoute-t-elle dans son appel à l'aide.

La situation de la librairie dédiée aux cultures orientales a pourtant de quoi étonner, car normalement la Mairie de Paris devait prendre à bras le corps la situation précaire des librairies indépendantes de la Capitale. C’était même, semble-t-il  une priorité, car voilà peu, Bertrand Delanoë a missionné rien moins que le Directeur des Affaires Culturelles, François Brouat,  pour une « mission de réflexion sur les librairies indépendantes ». On y est pile-poil !

Certain avait parlé d’une mise au placard pour l’ancien haut fonctionnaire. C’est désormais l’occasion pour lui d’en sortir.

 

                                    Placard:  François Brouat va-t-il sauver les librairies indépendantes ?

                    Francois Brouat parle web

                                                            " Ah, ça c'est une mission pile-poil pour moi ! "

 

 

 

Lire aussi

Le Directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris quitte ses fonctions !

L'avenir incertain des bibliothèques parisiennes

Grève à la Bibliothèque Nationale-François Mitterrand contre l’austérité budgétaire !

Les habitants du quartier des Halles réclament une bibliothèque pour les enfants !

Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 09:31

 

Anne Le Strat, la présidente du Comité Hygiène et Sécurité des égouts parisiens, atteinte du syndrome de Michel Audiard.

Décidément la polémique sur la fin de l’obligation de vaccination des égoutiers contre leptospirose, appelée aussi « Maladie du rat » n’en finit pas de rebondir.

Après une menace de grève des égoutiers parisiens, l’affaire était même remontée jusqu’à l’Elysée, le sujet de leptospirose se retrouvait à l’ordre du jour du Comité Hygiène et Sécurité (CHS) de la direction en charge des égouts municipaux parisiens présidé par Anne Le Strat, adjointe au maire, chargée entre autres de l’assainissement. Un CHS qui s’est plutôt mal passé si l’on en croit la CGT des égoutiers.

« Lors d’échanges avec votre représentante, alors que nous argumentions sur l’absolue nécessité de vacciner les égoutiers, car dans le cas contraire leur vie en dépendrait, nous nous sommes vus insultés, il n’y a pas d’autre mot, par Mme Anne Le Strat » écrit la CGT dans une lettre ouverte à Bertrand Delanoë, le Maire de Paris.

Il faut dire qu’à l’occasion de cette réunion, l’adjointe au Maire, droite dans ses bottes d’égoutier, s’est fendue d’une saillie digne de Michel Audiard lorsque les représentants du personnel lui demandèrent de maintenir la vaccination obligatoire avant de descendre dans les entrailles de la Capitale.

« Vous prenez vraiment les gens pour des cons » rétorqua en effet la présidente à une assistance médusée. Sentant venir la boulette, Anne Le Strat demanda que son cri du cœur ne soit pas inscrit au PV officiel de la séance. Il est vrai que si l’on en croit le syndicat « certains représentants de l’administration se sont même sentis mal à l’aise vue l’expression de leur visage une fois cette phrase prononcée.»

 

                                                         Anne Le Strat sort les griffes en plein CHS      

                   2495167-3509979

                                                              " Non mais, vous me prenez pour qui ? " 

 

De son côté, la CGT, a qui on ne fait pas pendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, exigea que « cette remarque insultante et diffamante soit inscrite au PV du C.H.S. » ce qui fut fait semble-t-il.

Cet épisode n’est, semble-t-il, pas une première, car selon les syndicats Mme Le Strat serait souvent « péremptoire, cassante et autoritaireJusqu’à présent nous nous étions cantonnés à passer outre les attitudes monarchiques et absolues de Mme Le Strat. Mais cette fois nous ne pouvons accepter cette provocation injurieuse à notre égard. »

Outre le langage fleuri que semble apprécier l’élue, c’est sur le fond que la CGT voulait surtout interpeller le maire de Paris : « Mme Le Strat ne doit pas vraiment maitriser ce dossier qui aura pour conséquence de faire réapparaitre la leptospirose au sein du corps des égoutiers

Quand au reste, la CGT demande à Bertrand Delanoë de bien vouloir rappeler à son adjointe « que les règles les plus élémentaires de politesse et de correction doivent s’appliquer aux représentants du personnel que nous sommes. » 

Pour faire avancer la cause de la politesse auprès de son adjointe, le Maire de Paris devra donc être obligé de faire appel comme expert qualifié au prochain CHS de le Direction de l’Assainissement à Nadine de Rothschild, pas moins.

 

Publié également sur " Miroir Social "




                                             Anne Le Strat, héritière de Michel Audiard ?

                          51OVgkCmgPL.jpg

       -  Mmm, les règles élémentaires de politesse ne doivent-elle pas s’appliquer ?     

                                        -  Ah si, et de correction aussi !            

 

 

Lire aussi

Santé: Les égoutiers de Paris à la merci de la leptospirose

Paris : Les égoutiers ne seront plus obligés de se faire vacciner.

La Mairie de Paris veut supprimer la vaccination obligatoire pour les égoutiers !

Santé au travail : Une drôle de mélodie en sous-sol à la Ville de Paris !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 08:42

 

Enfin, si le logiciel municipal de gestion de paye le permet !


"Cette mesure est injuste, inutile et inefficace. Elle est humiliante pour les agents. Le gouvernement proposera de l'abroger par la prochaine loi de Finances" avait déclaré en début d’année la ministre de la fonction publique, Marylise Lebranchu pour justifier la fin de la journée de carence pour les fonctionnaires en cas d'arrêt maladie. Cette mesure qui ne se traduira toutefois qu’en 2014 était surtout venue compenser le fait qu’il n’y aurait pas en 2013 d’augmentation du point d’indice, gelé, de façon inédite, depuis 2010


C’est donc avec une certaine surprise que les syndicats de la Ville de Paris ont appris que l’équipe dirigée par Bertrand Delanoë allait, pour une fois, devancer le Gouvernement en ayant fait voter en avril par le Conseil de Paris la suppression du jour de carence pour les personnels municipaux.


Toutefois en regardant les considérants de ce vote on y trouve des argumentaires plutôt croquignolets. Ainsi, la municipalité s’appuie pour justifier la suppression de ce jour de carence sur le fait qu’elle l’a mis en place…après le gouvernement. Véridique ! Il est en effet écrit texto dans la délibération municipale « qu’elle n’a mise en place cette mesure applicable au 1er janvier 2012, qu’en septembre 2012 ».  Une tentative de justification assez fluctuat, non ?

 

Mieux, elle rajoute comme autre argumentaire pour justifier la suppression du jour de carence « l’attention que la collectivité porte aux conditions d’emploi de ses agents » ce qui ne l’a pas empêché de leur retirer un jour de paye dès le premier jour d’arrêt maladie.

 

Mais alors pourquoi faut-il attendre septembre pour mettre en place ce vote des élus parisiens qui date du mois d’avril ? Alors là, la Mairie sort sa botte de Nevers en justifiant « les délais incompressibles pour remodifier le système d’information de paye ». Cinq mois pour modifier un logiciel de paye ?  Du pur mergitur  ! A croire que les informaticiens de la Ville de Paris sont tous tombés malades !  Espérons pour eux qu'on ne leur retira pas le jour de carence. En tout cas, c'est toujours ça de gagné pour la Municipalité.


Ce qui est certain, c’est que dans cette affaire la Mairie de Paris n’a jamais été très claire, c'est le moins qu'on puisse dire. Si elle a appliqué avec retard la suppression de la journée de carence c’était pour ne pas avoir à appliquer une mesure.... du Gouvernement Sarkosy, mesure  qu’elle s’est pourtant empressée de mettre en œuvre une fois le nouveau gouvernement élu. Comprenne qui pourra.


Il aura donc fallu l’initiative d’une ministre pour que l’équipe de Bertrand Delanoë puisse retrouver «  toute l’attention que la collectivité porte aux conditions d’emploi de ses agents ». Bref niveau politique sociale, à Paris c’est toujours la carence.

 

Publié également sur " Miroir Social "


 

                                 Social:  La Mairie de Paris se cache toujours derrière le Gouvernement

                  6093146061_34f67db053_z.jpg

                                             " Quand même Anne,  le coup du logiciel, chapeau ! "

 

 

Lire aussi

Arrêt maladie : Vers l’abrogation du jour de carence pour les fonctionnaires

Jour de carence: Il fallait bien que le gouvernement lâche quelque chose !

Assurance Maladie: Des cartes Vitales....Dévitalisées !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 16:19

 

Les héritiers de François Mitterrand sont décidément sans pitié pour l’oeuvre laissé par Tonton


Après les orages de ces derniers jours, de fortes turbulences sociales ont secoué ce vendredi la Bibliothèque Nationale de France- François Mitterrand (BnF) dans le XIIIe arrondissement de Paris. A tel point que la communication de document en rez-de-jardin à été annulée faute de personnels suffisant.


C’est la conséquence de la grève lancée par l’intersyndicale - CGT, FSU et Sud - afin de dénoncer la réduction des budgets et des effectifs, ainsi « que les graves conséquences que cela entrainerait selon eux sur le fonctionnement de la bibliothèque ». Elle en appelle d’ailleurs aux usagers en lançant une pétition « pour refuser  cette politique désastreuse soumise au seul argument budgétaire »


Il faut dire qu’il y a de quoi s’alarmer, car les syndicats pointent « une diminution historique du budget de la culture » qui se traduit par une baisse de subvention de plus de cinq millions d’euros pour l’année 2013, plus un surgel de crédits. « Un niveau à la baisse jamais atteint » remarquent les personnels.


D’autant qu’à cela, il faut ajouter les onze millions d’économies qui doivent être trouvé pour les trois prochaines années, ordre du ministère de tutelle dirigé par Aurélie Filippetti. Conséquence, « les suppressions de postes se poursuivent, remplacé partiellement par des contrats précaires de courte durée » dénonce l’intersyndicale !


Pour pallier à cette rigueur budgétaire la direction de la BnF est priée de se montrer inventive. Ses premières trouvailles ont été de réduire les horaires d’accès de certaines salles, voire mieux, de supprimer le vestiaire du hall Ouest, pour le remplacer par des consignes automatiques. Comme dans un paquebot ivre ?

 


                                                         La BnF-François Mitterrand, un paquebot ivre

                                 titanic-white-star-line-poster-gary-perron.jpg

                                              Il y a même des consignes automatiques !

 

 

Toutefois cela ne semble pas suffire à rassurer Bercy, car le président de la BnF, Bruno Racine, doit trouver pour son troisième mandat d’autres sources de revenus. La direction a commencé son office en cédant des espaces supplémentaires à la société MK2. « Une redevance ridiculement faible eu égard au sacrifice consenti » précisent néanmoins les syndicats.


Mieux la BnF en est arrivé à supprimer habilement l’accès aux œuvres tombées dans le domaine public mais dont l’accès dans sa forme numérisé…. sera de nouveaux payant ! Ingénieux, n'est ce pas ? En tout cas une astuce « qui permettra à ces sociétés privées de dégager des bénéfices avec la commercialisation de collections publiques. » d’après les personnels.


Enfin comme si cela ne suffisait pas, l’institution en est réduite à vendre les bijoux de famille avec la cession de l’immeuble Louvois, site du département musique, faute de budgets suffisants pour sa réhabilitation. Vu que celui-ci est situé au cœur de Paris, dans le IIe arrondissement, une bonne opération immobilière est sans doute à prévoir dans la colonne des recettes.


Alors la BnF symbole d’un état en crise, où parmi d’autre, les mesures d’austérité touchent durement le secteur culturel ? Les héritiers de François Mitterrand sont décidément sans pitié pour l’oeuvre laissé par Tonton.

 

Publié également sur "Miroir Social "

 

 

                                                  Culture: Les héritiers de François Mitterrand lui tourne le dos

               602149_10200653829740514_1893132129_n.jpg

                                                               " A mon avis, ils vont droit dans le mur ! "

 

 

Lire aussi

BnF : 2013 sera « l’année du commencement de la fin » !

BNF : Une commission d’enquête contestée par les syndicats !

BNF : des relations conflictuelles entre le personnel et la direction.

Licenciement abusif : La BnF désavouée par le Tribunal Administratif !

François Hollande rend visite à une BnF en plein chantier !

Livre Hebdo : La BnF perturbée par un mouvement social

 

                                         

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 16:13

 

 

France-3 Rhône-Alpes : Le 20 juin 2013

 

Les bibliothécaires réclament des moyens humains et un outil informatique performant

 

Ce jeudi matin, 20 juin, les lyonnais ont trouvé les portes de la grande bibliothèque Part-Dieu (Lyon 3e) closes.

 

L'accueil dans les quinze bibliothèques de la ville risque d'être perturbé aujourd'hui. En cause: une grève des personnels des bibliothèques de Lyon à l'appel des syndicats SUD et CGT.

 

Des personnels qui affirment ne plus avoir « les moyens d'assurer leurs missions auprès du public dans de bonnes conditions ». Les bibliothécaires réclament notamment des moyens humains (remplacement des départs en retraite et créations de postes supplémentaires), ainsi qu'un outil informatique performant. 

 

Autre motif de mécontentement, le conseil municipal a voté l’installation d’automates de prêt et de retour dans toutes les bibliothèques de Lyon, y compris celle de la Part-Dieu.

 

Voir ici le reportage de France 3 Rhône-Alpes


 

                                                                           Gérard Collomb, Maire de Lyon

              c3bfe8c46fb20589df0433fd6200292d_h.jpg                 

 

 

 

 

 

Lire aussi

Vers une automatisation des bibliothèques de Lyon

Grève à la bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux

L'avenir incertain des bibliothèques parisiennes

Rennes : La majorité des bibliothèques touchée par le mouvement de grève !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 09:41

   

Et sont inquiets des menaces qui pèsent sur la bibliothèque Louvre !

Les habitants du quartier des Halles dans le centre de Paris aimeraient bien savoir quand et comment ils retrouveront leur bibliothèque.

Réunis au sein de l’Association Accomplir, ils avaient écrit au mois de novembre de l’année dernière à Anne Hidalgo pour connaitre les contours du futur projet (dit "canopée") qui sera installé dans un Forum rénové à grand frais. Anne Hidalgo, probablement très occupée par sa candidature à la Mairie de Paris n’a semble-t-il pas daigné répondre.

Dans leur lettre, les riverains s’inquiétaient notamment de la place réservée aux enfants dans ce nouveau concept de bibliothèque, dédié à une hypothétique Génération Y, avec la mise en place, entre autre, de « collections d’actualité ». Malgré l’absence de réponse municipale, les futurs usagers ne désarment pas.

Dans leur dernière livraison, l’association réclame toujours « de la concertation ». Elle aimerait rencontrer Bruno Julliard, l’adjoint chargé de la Culture (qui sera peut être plus disponible qu’Anne hidalgo), notamment  pour réaffirmer leur volonté « de retrouver au minimum le même volume de livres pour les enfants que dans l’ancienne bibliothèque La Fontaine » (détruite justement pour permettre la construction de la fameuse canopée, cet ouvrage très controversé).


                             Anne Hidalgo était trop occupée pour répondre aux riverains

                       311199 10151129857239597 1352739139 n

                                                 " J'attendais de poser la première pierre de la Canopée ! "

 

Car en plus du type de collections proposées, les riverains s’inquiètent de savoir si les enfants auront droit à « un environnement approprié, un havre de paix loin du bruit et de l’agitation ». Une demande non dénuée de sens puisque la Mairie de Paris aurait la brillante idée de faire cohabiter des espaces froids et espaces chauds. « Ce qui peut faire craindre qu’il y ai du bruit partout » relève avec acuité l’association qui pour bien enfoncer les boules-quiés auprès de la municipalité rappelle « que même les cyber-cafés sont des lieux relativement tranquilles ». Une comparaison on ne peut plus fluctuat ! 

Autre source d’inquiétude des habitants : les rumeurs persistantes de fermeture de la bibliothèque Louvre située dans la mairie du Ier arrondissement. Rumeurs non dénuées de fondement si l’on en croit l’administration qui a fait la boulette d’envoyer il y a quelques semaines à tous les bibliothécaires parisiens un mail qui ne leur était pas destiné. Celui-ci révelait que « La fermeture de Louvre, après l’ouverture de la Canopée, n’a pas été actée mais reste probable. Il ne faut pas trop insister sur le projet d’établissement et indiquer que le poste de responsable est susceptible d’être transféré à la Canopée. »  Du pur mergitur !

Pas étonnant donc que l’association souhaite désormais « interroger au plus vite Bruno Julliard sur ces questions ». On devrait donc bientôt en savoir plus.

 

                          Bruno Julliard répondra-t-il aux questions de l'association Accomplir ?

                 14.02-Bruno-Julliard-930620

                                     " Faudrait pas qu'elles me restent en travers de la gorge "

 

 

 

Lire aussi

Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

Paris : La librairie de la Maison d’Europe et d’Orient va-t-elle mettre la clé sous la porte ?


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

Pages