Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:01

 

Livre Hebdo : Le 21 mars 2013

 

La CGT alerte la ville de Paris sur les vols de DVD dans les bibliothèques de la capitale et met en cause le système de puces RFID.

 

Clignancourt (XVIIIe), Chaptal (IXe, Villon (Xe)... les bibliothèques de la ville de Paris constatent depuis plusieurs semaines une recrudescence de vols de DVD.

 

«Les bibliothécaires ont régulièrement la surprise de retrouver des centaines de boîtiers vides dans leurs rayonnages», dit un communiqué de la CGT-Culture-DAC-Ville de Paris. (Lire ici)

 

Le syndicat met en cause le système de puces RFID dont sont équipés les DVD et qui permettrait aux voleurs de passer le portique antivol avec les DVD sans que celui-ci ne se déclenche.

 

20% environ des bibliothèques de la ville sont équipées aujourd’hui avec cette technologie qui coexiste, parfois dans la même bibliothèque, avec le système antivols classique basé sur les code-barres.

 

«Ce fait divers, commente un syndicaliste, est aussi pour nous l’occasion d’alerter une nouvelle fois l’administration sur cette nouvelle technologie qui n’a pas que des vertus. Nous demandons depuis longtemps une évaluation de la RFID.»

 

Lire l’article de « Livre Hebdo »


 

                  dm2

 

 

Lire aussi

Vols de DVD en série dans les bibliothèques parisiennes

La RFID dans les bibliothèques à Paris : Quel bilan pour quelles idées ?

La RFID dans les bibliothèques : Une technologie qui pose des questions d'ordre sanitaire, éthique et écologique.

La bibliothèque de la Cité des Sciences bientôt transformée en centre d’apprentissage pour les 14-25 ans

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 09:04

 

Pour l’éthique ce n’est ni le ticket chic ni le ticket choc !

 

C’était un superbe coup médiatique mais finalement peut être pas très éthique au niveau syndical.

 

Le 13 mars dernier, le syndicat CFDT a distribué des milliers de tracts aux usagers du métro parisien afin de les alerter sur la pollution aux particules fines. Une opération guère au goût du syndicat Sud-RATP qui a dénoncé dans un communiqué la récupération de leur travail syndical.

 

« Alors que le 13 mars 2013, le journal « Le Parisien » » traite d’un article intitulé « Alerte aux particules fines dans le métro » au nom d’une prétendue action initiée par la CFDT, SUD RATP s’interroge sur la diffusion d’une information orchestrée par une organisation syndicale qui a perdu toute représentativité dans les sous sols du Métro Parisien. » a réagi le syndicat Sud dès le lendemain dans un communiqué envoyé à la presse intitulé pollution ou récupération dans les tunnels de la RATP ?


                      114258620

                              Pour l’éthique syndicale c’est ni le ticket chic ni le ticket choc !


 

On peut comprendre la colère du syndicat qui semble avoir été à l’origine de cette affaire de pollution aux particules fines dans les couloirs du métro en ayant lancé un droit d’alerte sur le sujet…un mois avant !

 

Mieux, le syndicat avait même demandé et obtenu dans la foulée la tenue d’un CHSCT extraordinaire sur cette question et sollicité l’aide comme experts des associations Respire et France Nature Environnement. Cette réunion avait mis en lumière les niveaux très élevés de particules fines ainsi que l'on noté les participants.

 

« L’association Respire a été sollicitée par les représentants du personnel de la RATP (section métro) pour prendre part à une réunion extraordinaire du CHSCT. Cette réunion extraordinaire a été demandée par les élus du syndicat SUD-RATP. Il a été constaté qu’en certains points du métro les concentrations en particules fines sont 7,5 fois plus élevées qu’à l’extérieur » peut-on d’ailleurs lire sur le site de l’association Respire (lire ici).


Alors comment la CFDT absente de ce CHSCT a-t-elle pu monter une opération sur la pollution aux particules fines dans le métro quelques semaines plus tard ? Et sans y associer le syndicat Sud ? Décryptage

 

C’est là qu’entre en scène l’association France Nature Environnement dont le rôle est des plus troubles. Cette dernière présente lors les débats aurait-elle alerté la centrale de François Chérèque et décidé de monter une opération exclusive avec elle ?

 

C’est ce que soupçonne clairement Sud-RATP : « notre syndicat n’a pas vocation à mener des enquêtes sur les appartenances syndicales ou politiques des experts conviés aux séances de travail, mais il apparaît clairement que France Nature Environnement a passé un partenariat avec la CFDT, et que le travail initié par SUD RATP a très bien été récupéré. »

 

Les soupçons de Sud ont de quoi être étayés, car en réalité, c’est plus que « clairement » qu’un partenariat s’est noué entre France Nature Environnement et la CFDT, c’est même officiel depuis la fin de l’année 2009 ainsi que l’on peut le lire sur le site de l’association.


 

                                      GYGyC

                                                                      La CFDT s'est fait pincer par Sud


 

Mais ce qui enrage le syndicat c’est qu’il avait, avec l’association Respire, contacté les médias dès 19 février sans résultat, d’où leur colère de voir le sujet récupéré  par d’autres à peine un mois plus tard.

 

En tout cas si niveau médiatique c’était plutôt choc pour la CFDT, niveau éthique c’était pas le ticket chic. De son côté l’association écologiste n’aura pas aidé à protéger l’environnement syndical à la RATP

 

« Conscients que les médias, tout comme notre organisation syndicale, puissent être facilement victimes de manipulations, nous restons à la disposition des journalistes pour intervenir, au nom de SUD RATP, au sujet des microparticules dans l’air du métro. » Concluent néanmoins le syndicat

 

Dans le tunnel du métro, au niveau syndical c’est désormais le choc des particules et celles-ci n’ont plus rien d’élémentaire !

 

Publié aussi sur " Miroir Social "

 


                                       Ethique: La CFDT et FNE risquent un contrôle des billets

                               1982-RATP-Carte-Orange.jpg

                                                      Au dela de cette limite votre ticket n'est plus valable

 

 

 

Lire aussi

Santé : Un syndicat alerte sur les particules fines dans le métro

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !

Livre Hebdo : On vole des DVD dans les bibliothèques parisiennes

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 10:03

 

Un projet ludique qui exclurait même une partie de la Génération Y !


La culture semble décidément une notion hors d’atteinte pour le grand public si l’on en croit les projets que nous concoctent nos décideurs. Après la Mairie de Paris et son projet de bibliothèque à l’usage quasi exclusif de la génération Y, un lieu de vie avec des collections plus ludiques (lire ici), c’est maintenant au tour de la bibliothèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie (BSI) d’expérimenter la fin de la bibliothèque pour tous.


Après la naissance d’un nouvel établissement public, Universcience, fruit du regroupement de la Cité des Sciences (Parc de la Villette) et du Palais de la Découverte, la bibliothèque du site va maintenant devoir s’ouvrir à l’univers du ludique en se transformant en Learning Center (sic) qui aura droit lui aussi à son Forum et ses collections d’actualités.


 

                   $T2eC16FHJGYE9nooiJw6BP8eJH4Umg~~60 12

                                                        .....  Universcience



S’appuyant sur le rapport d’une mission d’inspection diligentée par le ministère, la direction veut transformer coûte que coûte la bibliothèque en centre d’apprentissage. En centre de passage plutôt, à lire le rapport.


Un projet qui, si il était mené à son terme, signifierait «  l’abandon de la plus grande partie des missions de la bibliothèque des sciences et de l’industrie, seule bibliothèque scientifique de prêt en lecture publique dans le paysage parisien, au profit exclusif d’un centre d’apprentissage (Learning Center) destiné aux 14-25 ans. » précisent les personnels de la bibliothèque de la Cité des Sciences et du Centre de documentation du Palais de la Découverte qui en appellent désormais à la Ministre de la Culture, Aurelie Filippetti.


D’ailleurs le rapport de l’Inspection, co-écrit par Yves Alix, vieille connaissance des bibliothèques parisiennes et Paul Tolila n’y va pas de main morte et préconise rien moins que « la fermeture de la bibliothèque pour une durée significative » le temps de mettre en place le fameux Center.


 

                                                         Bientôt un Center pour les 14-25 ans à la Villette ?

                lego eighties

                                                           Un inspecteur en pleine démonstration

 


C’est pourquoi, les personnels de la bibliothèque ont décidé d’écrire à la Ministre pour dénoncer la brutalité du projet : « Le projet présenté sommairement par la direction d’Universcience annonce un passage brutal d’une bibliothèque de vulgarisation scientifique et technique d’envergure nationale à un centre d’apprentissage pour les 14-25 ans du nord-est parisien. »


Une transformation qui est aussi en « totale contradiction avec la nécessité d’inscrire la refondation de la bibliothèque dans la politique de lecture publique ambitieuse soutenue par le Ministère» ne manquent pas de noter les bibliothécaires.


En totale contradiction également avec un autre rapport signé d’un des inspecteurs, Yves Alix, et intitulé « les bibliothèques et l’accès des séniors »  qui n’hésitait pas à déclamer que «  la faible présence des séniors n’est pas une fatalité » !


Et les auteurs de la lettre d’enfoncer le clou : « Au sein d’un établissement public destiné à promouvoir la culture scientifique et technique au niveau national et international, finalité réaffirmée dans le Projet d’établissement et dans le Projet scientifique et culturel d’Universcience , que signifierait l’absence d’un centre de ressources et de lecture publique, en complémentarité de l’offre muséographique et de médiation, à même de restituer aux citoyens toute la complexité des enjeux sociétaux liés aux sciences et aux techniques ? " 


 

                    fp1

                                                     Une inspection ébahit devant un vrai Learning Center



Et si ce projet n’était qu’une manière habile de supprimer définitivement la bibliothèque ? Cette dernière, victime de coupes budgétaires continuelles, a même vu ses moyens baisser cette année de….50% ! Une baisse qui a même ému jusqu’à….. la dite  Inspection : « Nous déplorons l’absence d’ambition d’Universcience pour la bibliothèque, celle-ci se traduisant en premier lieu par des budgets en diminution constante jugés « indignes » d’un établissement national (cf. rapport d’inspection p.16-17.» comme le rappelle finement les employés de la BSI dans la lettre adressée à Mme Filippetti.


Dans un contexte d’austérité auquel n’échappent plus les services publics, la bibliothèque est de trop, car il est clair que le centre de ressource accaparerait, c’est bien le mot, l’essentiel des ressources.


Les personnels de la BSI, toutefois, ne désarment pas, car après avoir mis en ligne une pétition pour défendre l'avenir de la bibliothèques (lire ici), ils ont même réussit à approcher François Hollande, en visite présidentielle surprise il y a quelques jours sur le site de la Villette. Lui aussi a eu droit à sa missive. Il aura ainsi pu lire la demande des bibliothécaires de « réaffirmer la mission de service public et de lecture publique de la Bibliothèque des sciences et de l’industrie au sein de l’établissement, et d’intervenir auprès de la direction d’Universcience pour que le projet à venir respecte ces fondamentaux. »


D’ailleurs une question se pose pour ce Learning center : pourquoi serait-il seulement destiné au 14-25 ans ? Car avec de un tel critère, une partie même de la fameuse génération Y (qui va jusqu’à 35 ans pour le moment) en serait exclue !


Fichtre, et ça les partisans de la fin de la bibliothèque pour tous ne l’avaient pas prévu.

 


                                                       Une partie de la génération Y exclue du Center ?

                  lego1

                                     " Papa, maman, allez ailleurs c'est plus de votre âge ! "


 

 

Lire aussi: Paris: Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 17:50

 

La Croix : Le 14 mars 2013

 

La CFDT a distribué, mercredi 13 mars, 100 000 tracts aux usagers du métro parisien afin de les alerter sur la pollution aux particules fines.

 

Les particules fines peuvent provoquer des maladies cardio-vasculaires ou respiratoires en cas d’exposition trop importante.

 

D’où la mobilisation, mercredi 13 mars, de la CFDT-Transports Environnement. Le syndicat a fait effectuer des analyses qui ont confirmé la mauvaise qualité de l’air souterrain. Il a envoyé une lettre au gouvernement.

 

Des seuils largement dépassés  Dans le métro, le seuil de particules fines autorisé est dépassé quotidiennement. Alors que l’Union européenne recommande, dans un décret paru le 21 octobre 2010, une dose maximale de 50 microgrammes/m3 , celle relevée dans le métro oscille en moyenne entre 100 et 200 microgrammes/m3 . Les deux « pics » se situant entre 8 heures et 11 heures du matin, et entre 17 heures et 19 heures le soir, lorsque les rames de métro sont les plus nombreuses.

 

En moyenne, un usager passe deux heures par jour dans les souterrains du métro et un salarié y reste parfois plus de huit heures par jour. « Si on prend la norme de l’Union européenne, un usager n’aurait pas le droit d’utiliser les transports souterrains plus d’un mois et demi par an », souligne Fabian Tosolini, secrétaire fédéral de la CFDT-Transports Environnement.


 

                                       chirac-ratp-web.gif

                                                  Des seuils largement dépassés

 

 

Le freinage et la ventilation mis en cause  Comment expliquer la présence de tels taux de particules ? La première cause est le système de freinage des rames. Lorsqu’un wagon freine, il « meule » les rails de façon à ce qu’il n’y ait pas de crissement. Ce faisant, il soulève les particules fines qui sont dans les rails.

 

La seconde cause se trouve dans le système de ventilation et de climatisation des souterrains, trop souvent insuffisants, d’après la CFDT-Transports Environnement.

 

La France n’est pas le plus mauvais élève en matière de particules fines. Dans les souterrains de Rome (Italie), on relève quotidiennement des taux de 407 microgrammes/m3 et à Londres (Angleterre), ceux-ci dépassent régulièrement les 795 microgrammes/m3 .


 

                   mitterand.jpg

                                                             Le freinage et la ventilation mis en cause


 

Des conséquences pour la santé  L’impact sur la santé des particules fines en atmosphère confinée et souterraine n’a pas été précisément évalué. « Les médecins parlent notamment d’un risque de développer des maladies cardio-vasculaires et respiratoires si l’exposition est très importante.

 

Mais celui-ci varie en fonction l’état de santé initial du salarié ou de l’usager. Une personne ayant des problèmes respiratoires prend un risque utilisant le métro alors qu’une personne en bonne santé n’aura aucun problème », assure Fabian Tosolini, secrétaire fédéral de la CFDT-Transports Environnement.


 

                 giscard

                                                  Des conséquences pour la santé

 


La colère des syndicats  Mercredi 13 mars au matin, le syndicat a effectué une opération coup-de-poing dans deux grandes stations parisiennes en distribuant 100 000 tracts aux usagers. Sa principale revendication est l’harmonisation des seuils de particules fines autorisés pour les usagers et les salariés. « Alors que le seuil pour les usagers est de 50 microgrammes/m3, le code du travail le fixe à 5 000 microgrammes/m3 pour les salariés. Nous sommes des personnes comme les autres, nous voulons avoir le même seuil », poursuit Fabian Tosolini.

 

La CFDT-Transports Environnement se dit consciente des efforts fournis par les directions de la SNCF et de la RATP, mais estime ces actions insuffisantes. Le syndicat a donc envoyé en décembre 2012 une lettre au ministre des transports, restée jusqu’alors sans réponse.

 

Elle n’exclut pas d’autres actions, notamment pour alerter sur la situation des chauffeurs de bus et de tramways, également soumis aux particules fines émises par les gaz d’échappement. 

 

Lire l’article de « La Croix »



                                                            Le métro: son grand air, ses particules fines...

                     ticket-chic-ticket-choc.jpg

                                                  "  Pour faire du sport, y a pas mieux "

 

 

 

 

Lire aussi

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !

Particules fines : Le syndicat Sud-RATP dénonce la récupération de la CFDT

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 10:00

 

Frigide Barjot sera la vedette du prochain Salon du Livre et avec la SNCF c’est possible !

 

En dépit des difficultés à décrypter le maquis tarifaire de la Société Nationale des Chemins de Fer Français (SNCF) c’est un sacré scoop que vient de dévoiler le site d’information culturelle « ActuaLitté » en révélant que les amis de Frigide Barjot vont venir manifester le 24 mars au frais de la SNCF !

« Comme on le sait, la SNCF et le Salon du Livre ont mis en place un partenariat, permettant aux personnes qui souhaitent monter sur Paris, de pouvoir le faire dans des conditions financières avantageuses.  À une petite nuance près : cette promotion s'inscrit dans le cadre du Salon du livre... et vient de se voir détourner par La Manif Pour Tous »  nous révèle « ActuaLitté ». (Lire ici)

Car, pour s'assurer qu'un maximum d'opposants au mariage pour tous se retrouve sur Paris, « La Manif Pour Tous »  propose de profiter de la réduction de 50 %, « L'occasion pour vous, manifestants, de profiter de cette offre pour venir ! », peut-on lire sur leur site

Et oui, vous ne le saviez peut être pas, mais cette année la SNCF offre une tarification spéciale aux amoureux du livre et de la lecture qui se rendent à la Porte de Versailles.

 

                                     AFFICHE-BONS-SNCF

 

Des réductions pour les utilisateurs de train oui, mais par pour les chômeurs. Car toujours selon le site d’actualité culturelle, cette annonce intervient quasi-simultanément avec un autre événement : l'absence de réduction pour les demandeurs d'emploi. « À ce titre, le Salon s'était déjà exprimé, en expliquant que la gratuité était assurée pour les moins de 18 ans et les étudiants de moins de 26 ans, mais que les chômeurs ne disposaient pas de tarif particulier. » ne manque pas de préciser « ActuaLitté »

En tout cas le Salon du livre risque de battre tous les records d’affluence cette année, car pour bénéficier des réductions ferroviaires il faut présenter un billet d’entrée au salon, une astuce qui n’a pas échappé aux amis de Frigide Barjot. « Pour justifier de votre réduction, vous devez présenter, au retour dans le train, le billet d'entrée au salon comme coupon justificatif conjointement avec le billet de train SNCF » précisent les opposants au mariage gay. Alors, maintenant  le « Salon pour tous » ?

En fait pour gruger la SNCF, c’est assez facile il suffit d’envoyer quelqu’un Porte de Versailles pour récupérer les tickets (gagnants) comme sur les champs de courses.

Suite aux révélations de « ActuaLitté » Le Salon du livre de Paris a été contraint de diffuser dans l’urgence un communiqué de presse, pour dénoncer l'appel lancé par La Manif pour tous. « Les organisateurs du Salon du livre de Paris dénoncent publiquement l'appel de certains groupes sur les réseaux sociaux à utiliser de manière frauduleuse et à des fins politiques les réductions prévues par la SNCF pour le Salon du livre. »      

En tout cas comme il sera très difficile à la SNCF de savoir si les manifestants sont bien allés humer l’air du parc des expositions,  le coup est jouable. A moins de mettre en place une parade qui empêche le quidam de ramasser les billets d'entrée jetés par terre ?

Reste plus qu’à envoyer les contrôleurs.

 

 

                                      Les manifestants (pour tous) arriveront-ils à gruger la SNCF ?

                          --KGrHqF--hsE3ZTzdOS9BOKb-FKpN---_12.jpg

                                                " Contrôle des billets d'entrée s'il vous plaît ! "

 

 

Lire aussi

Extinction des feux dans les bibliothèques parisiennes

La bibliothèque de la Cité des Sciences bientôt transformée en centre d’apprentissage pour les 14-25 ans

Bibliothèque : Bruno Julliard marque la rupture avec Christophe Girard !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 08:45

 

En fait ce sera plutôt en 2015 !

Celà sera une première. Bientôt toute la fonction publique (Etat, Hospitalière et Territoriale) va désigner en même temps ses représentants, conséquence de la loi du 10 juillet 2012, relative au dialogue social harmonisant à quatre ans la durée des mandats des instances des personnels.

Après une première étape en octobre 2011 qui a vu des élections dans la fonction publique de l’Etat et de l’Hospitalière, le prochain scrutin prévu pour 2014 y inclura, cette fois, la fonction publique territoriale (Communes, Régions, Départements…).

A la Mairie de Paris, en tout cas il était temps, car il y a bien longtemps que les agents n'ont pas vus une urne pour désigner leurs représentants, les dernières élections professionnelles s'étant tenues... en décembre 2008 ! (Lire ici)

Alors 2014 ? Pas si vite. Selon le courrier que la ministre de la fonction publique, Maryse Lebranchu, a envoyé aux organisations syndicales le scrutin ne sera pas organisé avant.... le milieu du mois de décembre 2014.

« Les échanges avec les différents partenaires ont permis de constater un consensus pour la période de la première quinzaine de décembre » écrit la ministre.

Autant dire qu’avec des élections programmées juste avant les fêtes de noël, le nouveau paysage syndical dans la fonction publique ne sera pas visible avant 2015.

« Des élections d’une ampleur inédite et déterminante pour la représentativité syndicale » conclut pourtant Mme Lebranchu dans sa lettre.

Publié également sur " Miroir Social "

  

                                       Maryse Lebranchu met en place le calendrier électoral             marylise-lebranchu-avant-son-intervention-au-palais-de-la-m.JPG

                                                                                " Hé, mollo les gars ! "

 

 

Lire aussi

Arrêt maladie : Vers l’abrogation du jour de carence pour les fonctionnaires

Social : Elections des représentants des personnels.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 12:00

 

Les sans-abri de la bibliothèque de Pompidou au cœur d’une enquête


Le Parisien : Le 2 mars 2013

 

Nabil vient quasiment tous les jours à la bibliothèque du Centre Pompidou (BPI). Il n’est pourtant ni chercheur ni étudiant : il est SDF. Ses nuits, il les passe dans les bus de la RATP et, la journée, il se réfugie ici. « J’aime lire, ça m’occupe un peu l’esprit », confie cet ancien commercial de 34 ans, qui a sombré après avoir perdu sa fille et sa femme dans un accident.

 

Depuis le début de la vague de froid, les SDF sont particulièrement nombreux dans cette bibliothèque libre d’accès, ouverte jusque tard dans la soirée. « De temps en temps, il y a de nouvelles têtes, mais c’est très rare. A 99%, ce sont toujours les mêmes », observe un agent de sécurité, posté en face du coin télé, où une partie de ces précaires passent leurs après-midi, casques sur la tête, à regarder les chaînes du monde entier.

 

Le phénomène n’est pas nouveau, mais il a pris une telle ampleur que l’établissement a commandé une étude à deux sociologues, Camila Giorgetti et Serge Paugam. Leur enquête sera publiée le 27 mars*.

 

Dans ces allées fréquentées quotidiennement par plus de 5000 personnes, dont 65% d’étudiants, on distingue assez facilement les SDF à leurs vêtements élimés et aux cabas qu’ils traînent derrière eux.

 

« Il y a aussi beaucoup de personnes fragiles qui font tout pour passer pour des usagers comme les autres », souligne Serge Paugam. Les plus en difficulté s’endorment parfois un livre ou un journal à la main, voire s’allongent à même la moquette, aux confins des rayons, épuisés par une nuit peu réparatrice dans la rue ou un foyer.

 

                                                   aqualung-front1

 

Une cohabitation compliquée.  La cohabitation avec le public « traditionnel » n’est pas toujours simple. Au deuxième, dans l’espace où l’on peut voir des films ou écouter de la musique, isolés dans de petits box, le personnel essaie de ne pas « placer les gens les uns à côté des autres afin d’éviter les frictions », confie une vacataire. « J’ai un peu honte de le dire mais, la semaine dernière j’ai reconnu un clochard du quartier qui utilisait un casque audio et je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux problèmes d’hygiène que cela pose », lâche une habituée.

 

« Tant qu’ils ne font pas de bruit, moi, ça ne me dérange pas », balaie Arthur, 20 ans, en licence d’histoire. « Il y a parfois des problèmes d’ébriété qui nous obligent à raccompagner certains vers la sortie, mais c’est très rare. Ces personnes sont globalement respectueuses du règlement intérieur, souvent bien plus que les étudiants », assure le même agent de sécurité.

 

A ces SDF s’est aussi ajoutée une population tout aussi précaire de réfugiés, principalement afghans, qui viennent en groupe. Au point qu’un accueil spécifique, confié à France Terre d’asile, a fini par ouvrir au rez-de-chaussée. « Vous voyez tous ces gens qui attendent pour utiliser Internet, eh bien, ils sont iraniens », indique Saleh, un employé de l’association. Tous ne sont pas là pour tuer le temps au chaud. Loin de là. « J’apprends le français pour ensuite trouver un travail », explique un Afghan de 25 ans, qui vient d’obtenir le statut de réfugié.

 

* « Des pauvres à la bibliothèque. Enquête au Centre Pompidou », de Serge Paugam et Camila Giorgetti, PUF. 208 p., 22 €.

 

Lire l’article du « Parisien »

 

 

                                                     aqualung22.jpg

 

 

 

Lire aussi

Extinction des feux dans les bibliothèques parisiennes

ActuaLitté : Bibliothèque du Forum des Halles : un espace pensé pour qui ?

Le Parisien : A Paris, l’avenir des bibliothèques de quartier en question !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 15:46

 

Le Parisien : Le 8 mars 2013

 

La CGT demande « un petit geste de compensation » sous la forme d’intérêts !

 

La menace de grève dans les quatorze musées municipaux s’éloigne depuis que Bruno Julliard, adjoint à la culture, a annoncé à la CGT qu’il avait demandé à l’Etablissement public, « Paris Musées » de régler à la fin mars les primes du dimanche et les heures supplémentaires non payées depuis trois mois.

 

Cinq cent salariés sont concernés pour une somme moyenne de deux cent euros.

 

Dans l’attente du paiement, la CGT des Affaires Culturelles demande à la Ville « un petit geste de compensation qui pourrait prendre la forme du versement des intérêts sur trois mois calculés sur la base du taux du livret A »

 

A suivre….

 

Lire l’article du « Parisien »




 

                                                   Le trésorier de "Paris-Musées" fait marcher la calculette

                             Caisse d Epargne Banques P1250852 300x300

                                 " Bon alors, deux cents euros sur trois mois à 2,25% ça fait.... "

 

 

 

 

Lire aussi

Le Parisien : Risque de grève dans les musées de la Ville de Paris

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 12:44

 

Arrêt Sur Image : Le 8 mars 2013

Comme un suicide à la Poste

On sait qu'elle s'appelait Pauline. Elle avait 21 ans. Elle était factrice en CDD en Haute-Loire, à Monistrol sur Loire. Et le 15 février, on l'a retrouvée pendue chez ses parents. Voilà ce que l'on sait.

Est-elle "une suicidée de La Poste", inaugurant un feuilleton qui pourrait prendre le relais des suicides à France Télécom ? Libé n'en dit pas beaucoup plus: "La veille de sa mort, la Poste venait de lui signer un nouveau CDD. Sa première journée avait été difficile. Le matin du drame, elle prend son poste à 6 h 30. Un cadre, voyant son état de fatigue, la renvoie chez elle. A 8 h 30, ses parents la découvrent à son domicile, pendue".

Etrange. Pourquoi se suicider, alors qu'on vient de décrocher un nouveau CDD ?

                                  storm-thorgerson-L-5-copie-1

On en apprend davantage à la lecture de L'Huma. On venait de confier à Pauline une tournée difficile, dans une région montagneuse et enneigée. La veille de son suicide, elle n'a pas pu achever sa tournée, en dépit de onze heures de travail. Elle arrive tôt le matin. Elle a du courrier en retard. Elle n'a pas dormi de la nuit. Son chef, la voyant épuisée, lui "propose" de rentrer chez elle. Elle se pend quelques heures plus tard.

Quelques détails supplémentaires encore dans le quotidien régional, Le Progrès (édition locale). On y apprend qu'elle a dû écouler le retard de courrier laissé par son prédecesseur, un autre CDD, parti en arrêt maladie. La direction assure que « la salariée avait accepté les heures supplémentaires pour écouler un surcroît de volume. Des heures qui ont été prises en compte financièrement. »

                                    storm-thorgerson-L-16

Voilà ce que disent les articles, pas davantage. Evidemment, il y a tout le cadre, qu'on reconstitue mentalement. La tournée maudite, sur des départementales enneigées, que la direction refile à de jeunes CDD, sur fond de suppressions de postes. Mais pour en savoir davantage, il faudrait aller sur place, enquêter. Il faudrait la parcourir, cette tournée du secteur de Saint-Just-Malmont, que la direction, si l'on comprend bien, suppose qu'un facteur sachant facter peut effectuer en cinq heures.

Près d'un mois après le suicide, aucun journaliste n'a encore vraiment enquêté sur ses circonstances précises. L'article du Progrès, daté du 7 mars, semble être le premier consacré à l'affaire, trois semaines après le suicide. On a beaucoup moins enquêté sur le suicide de Pauline, par exemple, que sur les circonstances dans lesquelles Nicolas Sarkozy a dit à Valeurs Actuelles qu'il était prêt à se dévouer pour le bien de la patrie. L'a-t-il dit en demandant qu'on le répète ? En demandant qu'on ne le répète pas, mais en espérant qu'on le répète ? Ou l'inverse ? Voilà un vrai sujet d'enquête, garanti sans routes enneigées de Haute-Loire.

                                    storm-thorgerson-L-10

«Il n’y a pas d’éléments permettant d’établir la responsabilité de l’entreprise. Ce sont des drames personnels et familiaux, où la dimension du travail est inexistante ou marginale» a déclaré le président de La Poste, Jean-Paul Bailly, le 28 février, à propos du suicide de Pauline, et de trois autres suicides récents, au cours d'un conseil d'administration. Disons plutôt: "aurait" déclaré.

Ces phrases, si elles ont été entendues par des syndicalistes, ont ensuite été adoucies, à coups de "souvent", dans le compte-rendu écrit du CA, comme le précise Libé, qui conclut: "la direction contestait hier ce récit" (des syndicalistes). On la comprend.

                                                  storm-thorgerson-L-6

                                                   

 

Lire aussi

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !

Le Monde : Souffrance au travail au Musée Guimet

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Arrêt sur image
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 16:15

 

Le Parisien : Le 7 mars 2012

 

Après avoir défilé contre la réforme du marché du travail, FO a annoncé hier qu’il signait l’accord de compétitivité chez Renault. Une étrange volte-face.

 

Rififi chez FO. Mardi, Jean-Claude Mailly et des milliers de militants défilaient au côté de la CGT contre le projet de loi « scélérat » sur la sécurisation de l’emploi. Hier, coup de théâtre et virage à 180 degrés… le syndicat FO de Renault a annoncé qu’il paraphera l’accord compétitivité chez le constructeur.

 

« A FO, on est des habitués des grands écarts, mais là, les salariés ne vont plus rien y comprendre! » grommelle l’un des responsables de FO-Renault, hostile à cette signature.

 

Un étrange court-circuitage sur lequel Jean-Claude Mailly a dû s’expliquer. Ce type d’accord au sein d’une entreprise, a-t-il fait valoir, « existe depuis tout le temps ». Il a souligné que, dans le cadre de l’accord chez Renault, « des garanties » ont été obtenues, notamment : il n’y a « pas de baisse de salaires », seulement un gel « sur un an ».

 

« Ça n’a rien à voir avec l’accord du 11 janvier 2013, s’est-il évertué à répéter sans parvenir à cacher son embarras. Tant que le projet de loi n’est pas adopté, « je n’ai jamais dit qu’on ne signerait pas ce type d’accord ! » s’est-il défendu.

 


 

                   tumblr mdo76zWYEz1r6nltco1 1280

                                             Je n’ai jamais dit qu’on ne signerait pas ce type d’accord !"


 


« Ça a été houleux dans les usines », lâche l’un des responsables de FO-Renault, persuadé que la Fédération de la métallurgie (opposée à la ligne Mailly) a eu le dernier mot. « Montebourg a aussi pesé lourd », sous-entend-il.

 

Dans les 15 sites du groupe, FO a consulté ses adhérents : 58% ont voté pour, 29% contre et 13% se sont abstenus. « Il vaut mieux prendre le risque d’un avenir que de ne pas avoir d’avenir du tout », a expliqué Laurent Smolnik, délégué central FO. Même si ce plan prévoit une saignée dans les effectifs, le texte permet « d’avoir une vision de l’activité sur nos sites jusqu’à 2016, voire 2020 pour Douai », a-t-il estimé.

 

Quelques jours avant, la CFE-CGC avait déjà donné son feu vert. La CFDT et la CGT ne se sont pas encore prononcées.

 

Mais Renault peut maintenant se passer d’eux. FO et la CGC représentant 30% des voix requises, l’accord est sûr d’être validé. Signature prévue autour du 12 mars.

 

Lire l’article du « Parisien »


 

                                                          Flexisécurité: Force Ouvrière fait le grand écart

                 470355e597cf5.jpg

                                       " C'est beaucoup de boulot, mais on y est arrivé ! "

 

 

 


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages