Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 16:50

 

Le Parisien : Le 25 octobre 2012

 

Vingt et un employés des piscines municipales ont déclaré une maladie professionnelle due aux chloramines , confirme la Mairie de Paris.

 

Des maîtres nageurs malades. « 25 à 30% des maîtres nageurs souffrent d'insuffisances respiratoires », révèle le docteur Claude Danglot, également ingénieur hydrologue et ancien patron du labo d'eau de Paris (ex-Crecep).

 

« Au cours des dix dernières années, 21 maîtres nageurs ont déclaré une maladie professionnelle due aux chloramines », confirme Jean VuilIermoz, l'adjoint (PC) au maire de Paris chargé des sports. Ces substances volatiles résultent des émanations de chlore mélangées aux matières organiques et notamment à l'azote provenant de la dégradation de la peau, de la salive et de l'urine.Elles peuvent déclencher des inflammations des voies aériennes.

 

« En Allemagne, la quantité de chlore dans l'eau des bassins est deux fois moins importante qu'en France parce que les utilisateurs respectent quelques principes élémentaires, ce qui n'est pas malheureusement pas le cas dans notre pays », regrette l'élu.

 

De nouveaux traitements expérimentés. Pour limiter l'usage du chlore, la capitale expérimente aussi des traitements à l'ozone. Ce système est utilisé dans quatre piscines: Joséphine- Baker (XIIIe), Pailleron (XIXe), Keller (XVe), Nakache (XXe). La filtration au charbon actif a, elle, été mise en œuvre dans sept piscines. Enfin, le traitement par électrolyse au sel sera expérimenté à Beaujon (VIlle) dont l'ouverture est prévue l'an prochain.

 

« Ces systèmes alternatifs limitent l'usage du chlore mais ne le supprime pas », insiste Jean Vuillermoz. Les ventilations ont également été rénovées pour faire reculer les risques sanitaires.

 

Des mesures jugées encore insuffisantes par l'ancien patron du Crecep, Claude Danglot. « La Ville de Paris doit former ses personnels, ce qui éviterait des erreurs de dosage », préconise-t-il.

 

 

                         High-n-Dry-Def-Leppard.png

                                Ohhh, l y a vraiment trop de chlore dans les piscines parisiennes !

 

 

 

Lire aussi

A Paris, les égouts c’est vraiment pas le paradis !

Piscines: la grève des maîtres nageurs se poursuit !

De plus en plus de syndicats saisissent les CHS pour connaître l’impact des ondes sur la santé

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 09:25

 

01. Net : Le 5 octobre 2012

 

La société Thales va mettre en place un système de surveillance à la Mairie de Paris. Les bibliothèques seront sur la liste !

 

La société de sécurité Thales a été retenu pour fournir et installer des systèmes destinés à assurer la sûreté des sites dont la Mairie de Paris a la charge : écoles, bibliothèques, espaces verts, centres sportifs, musées, sites administratifs, etc.

 

Géré par le Direction de la prévention et de la protection (DDP), ce projet a pour objectifs, entre autres, la protection des personnes et des biens, la lutte contre les incivilités, la sécurisation d’événements municipaux, etc.

 

La mission de Thales est de fournir et d'intégrer des sous-systèmes tels que la vidéoprotection, le contrôle d’accès, les systèmes anti-intrusions, l’interphonie, la gestion des visiteurs, etc.

 

Chaque sous-système sera livré avec son logiciel de supervision, qui sera intégré à son tour dans un système de gestion vidéo général, également fourni par Thales.

 

Tous ces équipements seront installés avec l’aide de Revolux, filiale de Spie. Ce contrat est d’une durée d’un an et renouvelable trois fois. Son montant n'a pas été publié.

 

Thales est bien connu des services parisiens. En 2008, la société a équipé l’Hôtel de Ville de Paris d’un système de sûreté. En 2006, elle avait livré les cartes professionnelles des agents de la Mairie de Paris permettant, entre autres, l’accès aux locaux administratifs.

 

Lire l’article de « 01.Net »

 

 

 

                                       conversation

                              " C'est bon, maintenant on va pouvoir aussi contrôler les bibliothécaires"

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 16:53

 

Le quartier des éditeurs et des écrivains était privé de livres depuis quatre mois !

 

Fermée pour travaux depuis la fin du mois de juin, la bibliothèque André Malraux, située dans un quartier où habitent bon nombre d'hommes de lettres (au carrefour de Montparnasse, de Saint Germain des Prés, du Luxembourg et  de l'hôtel "Lutétia") rouvre ses portes aujourd’hui.

 

Située dans l'ancien bâtiment du Crédit Municipal du VIème arrondissement (ma Tante), la bibliothèque André Malraux était restée close pendant quatre mois pour travaux. Il fallait refaire une partie des sols qui avait subit l'usure du temps depuis l'arrivée des rayonnages il y a plus de trente ans.

 

La peinture a également été refaite pendant les travaux.

 

Les lecteurs attendaient, semble-t-il, avec impatience la réouverture de la seule bibliothèque de l'arrondissement également une des plus grandes et des mieux pourvues du réseau parisien.

                            

 

                                   malraux400.jpg

                                                           André Malraux attend les lecteurs à bras ouverts !

                                      

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 16:24

 

Le Parisien : le 20 octobre 2012

 

Sous les pavés, l'amiante.

 

Des analyses ont révélé des taux d'amiante jusqu'à soixante fois supérieurs aux normes autorisées dans les égouts parisiens. Des mesures qui inquiètent le personnel communal.

 

Branle-bas de combat dans les égouts parisiens. La mairie vient de découvrir la présence « à des taux significatifs » d'amiante sur des canalisations souterraines, dans le Ille et le XIVe arrondissement. Conséquence : une partie des travaux réalisés par les 250 égoutiers municipaux a été suspendue jusqu'à nouvel ordre. Même consigne pour les prestataires privés intervenant sur le réseau d'eau potable.

 

Selon la CFDT, qui a révélé l'affaire hier, les taux relevés par le laboratoire d'études des particules inhalées sont « 20 à 60 fois supérieurs aux valeurs limites d'exposition professionnelle ».

 

L'amiante, matériau cancérigène dont l'usage est interdit en France depuis 1997, a été découvert sur du brai de houille. Ce résidu pâteux, obtenu à partir de goudron, était autrefois utilisé pour protéger les canalisations. D'après la mairie, il aurait été posé dans les années 1950. De l'amiante, matériau cancérigène dont l'usage est interdit en France depuis 1997, a été découvert sur le brai de houille qui protège certaines canalisations d'eau potable.  

                                        les egouts de paris

                                                         Visiblement, ils ont aussi trouvé de l'amiante

 

 

Combien de canalisations sont recouvertes de la fibre cancérigène? « Malheureusement, nous ne disposons pas de plan de réseau nous indiquant ce genre d'information. Pour le savoir, il faudrait faire des prélèvements sur les 2400 km de galeries que compte Paris, ce qui s'annonce très difficile », souligne Anne Le Strat, adjointe (PS) au maire de Paris, chargée de l'assainissement.

 

Seule certitude : « L'eau potable n'est pas contaminée », indique l'élue, en se voulant rassurante. Toujours selon la mairie, l'amiante ne serait pas volatil. « Ce n'est qu'en meulant ou en utilisant une masse que des taux 20 à 60 fois supérieurs à la limite sont constatés », souligne Anne Le Strat.  

                                                   

Des déclarations qui laissent sceptiques les égoutiers. « Ce sont les résultats du laboratoire de la Ville. Il faudrait une expertise indépendante », estime un employé municipal qui tient à conserver l'anonymat.

 

Myriam Alleaume, de la CFDT, est tout aussi dubitative. « Si des travaux d'entretien ont été effectués dans les égouts, combien de temps les particules vont-elles rester dans l'air? L'étude ne le dit pas. Pourquoi alors laisser des agents continuer de descendre dans les galeries? »

 

La Ville promet de nouvelles mesures de protection pour son personnel.

 

Egoutier, un métier à haut risque « L'amiante n'est sans doute pas le problème majeur des égoutiers, mais il constitue un risque supplémentaire », commente Claude Danglot. Ce médecin, également ingénieur hydrologue, a dirigé pendant près de trente ans le laboratoire d'analyses d'eau de Paris.

 

« L'air que respirent les égoutiers est vicié, souligne-t-il. Il y a par exemple de l'hydrogène sulfuré qui peut entraîner de graves maladies, notamment des cirrhoses. »

 

Autre risque important la contamination par le virus de l'hépatite E, que l'on trouve dans les matières fécales des rats et qui peut dégénérer en cancer du foie. Selon une étude réalisée de 2004 à 2009 par l'Inserm et le service de médecine du travail de la mairie de Paris, l'espérance de vie d'un égoutier est inférieure de sept ans à celle d'un ouvrier et de dix-sept ans par rapport à celle d'un cadre.

 

 

                                 928922112009-003-

                                                                               Et en plus c'est payant !

 

 

 

 

Lire aussi

20 Minutes : A Paris pour les égoutiers, c’est toujours pas le paradis !

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 13:59

 

ActuaLitté : le 16 octobre 2012

 

Une tentative de suicide centralise les tensions à la Bibliothèque Nationale de France

 

La tentative de suicide le 17 septembre 2012 d'un agent de la BnF, monté sur le toit du site Richelieu, n'en finit pas de faire des remous au sein de l'établissement public de lecture. Des tensions, constatées en interne, restent aujourd'hui très vives entre le personnel et la direction.

 

Malgré les premiers échanges avec la direction, à la suite de cet incident qui, fort heureusement, s'est bien terminé, la FSU dénonce un climat persistant de mal-être au sein de la BnF, accusant notamment le président Bruno Racine d'en être en partie responsable.

 

La FSU vient de diffuser un communiqué pour expliquer le geste de cette personne. 

 

« Ce n'est pas sous le coup d'une colère soudaine qu'Olivier V., secrétaire du CHSCT de l'établissement public, est monté sur le toit, mais à l'issue d'une longue suite d'humiliations, de dénigrements, d'exclusions et de mises en cause aussi systématiques qu'arbitraires : en deux années, qui pour lui ont été un enfer, il a été dépossédé de son travail et progressivement relégué dans ce que l'on nomme communément « un placard ». Il avait tenu, avant son geste, à résumer cela dans un tract nommé « J'accuse » publié sur le forum intranet de la BnF. »

 

Le syndicat explique également qu'une réunion exceptionnelle s'est tenue, avec la constitution d'une commission d'enquête interne, décidée par la direction générale. Or, « force est de constater que, malgré les engagements de l'administration quant à la constitution d'une instance indépendante, la composition de la délégation proposée par la direction ne répond pas aux conditions d'objectivité minimales que nous sommes en droit d'attendre au regard de la gravité des faits survenus », déplore le syndicat. 

 

Le président Racine a été saisi, mais le syndicat demande qu'aucun « règlement par l'oubli », aucune « amnésie administrative » ne soient tolérés.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »    

                                         

      bnf2                                          Les relations restent conflictuelles à la BnF !

 

 

   

Lire aussi

BnF : Un syndicaliste tente de se suicider pour dénoncer ses conditions de travail !

Livre Hebdo : Tentative de suicide à la BnF !

 

                             

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 10:03

 

Le Parisien : Le 11 octobre 2012.

Pour la CGT, les bibliothèques parisiennes « sont étranglées par l’austérité » !

Le nouveau directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris, en a-t-il trop dit ?

En déclarant il y a deux semaines lors d'une rencontre avec les syndicats, que se posait « sérieusement la pertinence de maintenir les petites bibliothèques de quartier », accessoirement qualifiées de « vieillottes et pas adaptées », François Brouat, qui a rendez-vous à nouveau demain matin avec les syndicats, a mis le feu aux poudres.

Dénombrant au moins « cinquante postes vacants qui commencent à perturber sérieusement le fonctionnement normal d'une partie des soixante bibliothèques municipales ", Bertrand Pieri, délégué CGT, dresse ce constat sans appel: « Les bibliothèques parisiennes, et singulièrement les petites structures indispensables pour la lecture de proximité, sont étranglées par l’austérité budgétaire.»

Président du groupe communiste au Conseil de Paris, lan Brossat a adressé samedi un courrier à Bruno Julliard, adjoint (PS) à la culture.

Une lettre très argumentée dans laquelle l'élu du XVIIIe écrit: « Je m'inquiète avec les personnels des bibliothèques de la pérennité des petites structures de proximité.»

Tout en se félicitant de la création au printemps prochain de la médiathèque Vaclav-Havel dans la ZAC Pajol (XVIIIe), lan Brossat poursuit: « Il ne faudrait pas que cette ouverture conduise à la fermeture des bibliothèques Maurice-Genevoix (XVIIIe) et Hergé (XIXe) situées à proximité. »

Et de conclure: « Les Parisiens tiennent à ces structures de quartier à taille humaine. Conviviales, elles sont idéales pour les familles et les personnes âgées. »

Lire l’article du « Parisien » 

 

                Bertrand Delanoë interpelle son adjoint à la culture !                   

20080128PHOWWW00145

    - " Fais attention Bruno, ton directeur parle un peu trop ! "

  - " Bien patron ! Anne et moi on va s'en occuper ! "

 

 

 

Lire aussi

ActuaLitté : La Ville de Paris envisage de fermer ses petites bibliothèques

Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 09:18

 

ActuaLitté : Le 4 octobre 2012

 

L’avenir des bibliothèques à Paris, c’est la langue municipale qui est double ou qui a fourché ?

 

En dépit du fait que l'adjoint à la culture Bruno Julliard avait annoncé en septembre qu'il n'était pas question de fermer les établissements culturels de proximité, le nouveau directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris a contredit cette position. 

 

François Brouat, au cours d'une rencontre avec les organisations syndicales, a confié étudier actuellement la question du maintien des petites bibliothèques de la capitale. La mairie semble se concentrer sur le développement des nouveaux équipements, rapporte le blog du Syndicat CGT de la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris.

 

Alors que le service public fait face à la baisse des budgets culturels, François Brouat a mis les pieds dans le plat : « Il y a débat entre petites et grandes bibliothèques, à mener notamment avec les personnels. [...] des bibliothèques sont vieillottes et pas adaptées. [...] se pose sérieusement la pertinence de maintenir ces petites bibliothèques de quartier. »

 

Contacté par Actualitté, Bertrand Pieri de la CGT a déclaré : « Les propos ont été tenus par le directeur des affaires culturelles en personne. Il y a aujourd'hui soixante bibliothèques dans Paris, ils veulent ouvrir de nouvelles structures, il y a les restrictions budgétaires, et un dilemme auquel ils doivent faire face. Nous avons pu constater des signes avant-coureurs très nets, comme les difficultés de la bibliothèque du Château d'Eau, dans le 10e arrondissement.»

 

La Mairie de Paris, visiblement affairée à préparer le prochain conseil municipal n'a pas répondu aux demandes de précisions.

 

En février dernier, la Mairie de Paris avait de toute manière décidé de multiples coupes dans les budgets des établissements de la capitale. Les coupes drastiques relevées par les syndicalistes de la Direction des Affaires Culturelles s'expliqueraient par les travaux « de construction ou d'aménagement » de trois établissements (Hôpital St Lazare, Porte Montmartre et Zac Pajol) qui « mangent une partie de ce budget (680 000 euros). » 

 

Faux ! clamait alors la CGT, qui précisait que la subsistance de ces trois établissements très gourmands est en fait prélevée directement sur les budgets de fonctionnement des autres bibliothèques, et non sur les budgets d'investissement. À la mairie, on précise que « les 680k€ en fonctionnement » sont alloués « pour les acquisitions dans le cadre de leur préfiguration », et sont donc bien distincts d'un budget d'investissement, de plusieurs millions € comme le souligne l'administration. 

 

Du côté du syndicat, « on admire l'artifice comptable » d'une communication très virtuose... (voir notre actualitté)

 

Lire l’article de « ActuaLitté »


 

                                           Fermetures de bibliothèques: Bruno Julliard dans la tourmente !

                  5362031358 5797234e81

                                                - " Alors Bruno, double langage ou pas ? "

                                        - " Mhmm, je penche plutôt pour une fourchitude ! "

 

 

 

 

Lire aussi

Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

Fermeture de la bibliothèque Goutte d’Or : Le Maire du 18ème, Daniel Vaillant, est très mécontent !

ActuaLitté : Pendant que les bibliothèques ferment, les amis de Christophe Girard pensent à leur cagnotte !

ActuaLitté: La Ville de Paris justifie les coupes budgétaires dans ses bibliothèques



Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 10:01

 

Le secrétaire du CHSCT de la BnF accuse la direction de le « placardiser » depuis deux ans !

 

Un syndicaliste, par ailleurs secrétaire du Comité Hygiène et Sécurité et des Conditions de Travail (CHS-CT) de la Bibliothèque Nationale de France (BnF), a tenté de se suicider pour protester contre ses conditions de travail, a-t-on appris par un communiqué publié par le site « Bibliothèque en lutte »

 

Dans une lettre envoyée le matin même, le syndicaliste accuse la direction « de (le) laisser mourir à petit feu, sans jamais le dire, en (le) laissant depuis deux ans dans un placard à ne rien faire. »

 

«J’accuse la BnF, quoiqu’elle puisse s’en défendre, d’avoir sans jamais le dire, fait en sorte de me pousser dans une impasse, non pas en prétexte des mes (in)capacités professionnelles, mais en raison de mon engagement syndical et activités au CHSCT » attaque le syndicaliste.

 

Les faits se sont déroulés il y trois semaines sur le toit du site de Richelieu (Paris,IVe).

 

« Alertés, les pompiers parviennent, avant qu’il ne commette son geste, à entrer en contact avec lui, à discuter et parlementer une heure durant et l’un d’eux le rattrapera in extremis alors qu’il basculait dans le vide » précise « bibliothèque en lutte »

 

Dans sa lettre à la direction, le syndicaliste affilié à la FSU, précise que « depuis 2005 et l’affaire de l’amiante à Versailles/Tolbiac, puis du pyralène à Richelieu, des incidents à répétition sur le chantier de rénovation, jusqu’à aujourd’hui avec la pollution au plomb -y compris dans la zone 2 en activité- mon action semble avoir été par trop dérangeante, jusqu’à avoir suscité une prise à partie en séance par la Présidente du CHS-CT. »

 

De son côté la section FSU de la BnF dénonce l’attitude de la direction. « Nous ferons tout, pour que jamais plus une telle chose n’arrive. Ce n’a pas été apparemment la voie empruntée par la Direction actuelle de la BnF. Deux jours après le drame, aucune mesure, contrairement à ce qu’exige la loi, n’avait été prise pour accompagner psychologiquement les acteurs et spectateurs de la scène ».

 

Surtout le syndicat pointe la communication de la direction. « Elle a publié sur l’intranet de la BnF, un communiqué d’une langue de bois que n’auraient certes pas reniée les plus zélés parmi les bureaucrates de feu la RDA ».

 

Une communication pour le moins maladroite qui n’aurait pas eu l’effet espéré selon les personnels. « Ecoeurés autant qu’indignés par cette prose orwellienne, les membres de la section FSU, appuyés par l’entièreté des organisations syndicales de l’établissement et de très nombreux agents scandalisés, ont aussitôt exigé que soit publié un nouveau communiqué «  Ce qui, devant l’émotion suscité, fut fait sans délai par le président de la BnF, Bruno Racine.

 

« En présence de la directrice générale, j’ai confirmé l’engagement pris par celle-ci d’ouvrir très rapidement un chantier sur la prévention, l’identification, le traitement et le suivi des situations de souffrance »  affirme dans un communiqué, Bruno Racine, recadrant ainsi une direction visiblement défaillante dans le domaine de la santé au travail.

 

Mais pour les syndicats « c’est bien tout un univers délibéré de manque de travail (ou de trop-plein de travail), d’instabilité, d’absence totale de perspective professionnelle, de déconsidération, de passe-droit et d’oubli permanent du sens des missions et de la fonction publique, que l’on a vu se mettre en place depuis une dizaine d’années » qui amène à ce genre de situation.

 

« l’omniprésence de la communication et de l’argent (création de la Filiale) et les réductions d’effectifs à marche forcée institués par les différents pouvoirs,, tout cela ressort en creux dans le geste d’Olivier V. » conclut amèrement « Bibliothèque en Lutte ».

 

Publié également sur "Miroir Social"


 

                                   j_accuse_1938-0.jpg

 

 

 

Lire aussi

Licenciement abusif : La BnF désavouée par le Tribunal Administratif !

François Hollande rend visite à une BnF en plein chantier !

Bientôt moins de livres en bibliothèques ?

Social : Licenciement abusif à la BnF-François Mitterrand


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 09:28

 

Le Parisien : Le 9 octobre 2012

 

Grève dans les piscines parisiennes : Un conflit qui s’enlise depuis cinq mois !

 

Le conflit dans les piscines parisiennes s'enlise. La poursuite de la grève a été votée à une quasi-unanimité hier matin lors de l'assemblée générale organisée par l'intersyndicale FO-CGT et à laquelle ont participé 126 maîtres nageurs sur les 300 en poste.

                 

Les Parisiens matinaux désireux de faire quelques longueurs avant de se rendre à leur bureau risquent de ne pas pouvoir piquer de tête dans le grand bain, faute de surveillance des bassins. Le mouvement pourrait également toucher les scolaires, relativement épargnés depuis le 22 mai, date du début du conflit.

 

Depuis lors, le mouvement est suivi « par 50 à 60% des maîtres nageurs» selon la CGT, à raison d'une heure par jour voir davantage ...

 

«Nous avons obtenu des promesses orales mais très peu d'engagements écrits, s'indigne Ida Cohen, secrétaire générale du syndicat cadre CGT à la Ville de Paris. La mairie s'est bornée à nous demander de suspendre notre grève en attendant les discussions qui auront lieu en décembre autour de l'aménagement des rythmes scolaires. »

 

Les maîtres nageurs réclament, entre autres, .une évolution de carrière accompagnée d'une augmentation de salaire et des primes supplémentaires. Ils refusent également d'être cantonnés à un rôle de surveillance des bassins et souhaitent prendre en charge la totalité des cours de natation des scolaires. Aujourd'hui, ils en assurent 50%, le reste étant confié aux professeurs de la Ville de Paris.

 

En 2002, le conflit des maîtres nageurs avait duré quatorze mois, provoquant de grosses perturbations dans les piscines. Un compromis sera-t-il trouvé pour éviter qu'un mouvement de cette ampleur ne se reproduise?

 

D'autres discussions devraient intervenir dans les prochains jours.

 

Lire l’article du « Parisien »

 

 

                                    Piscines parisiennes: Le conflit s'enlise !

           28305621

                             "  Argh ! Cinq mois d'attente, ça sent le coup de soleil tout ça ! "

 

 

 

Lire aussi

Le Parisien : La fin de la grève dans les piscines municipales se profile 

Métro: Les Maîtres-nageurs bloquent les piscines parisiennes ! 

France 3 : Les piscines parisiennes sont fermées pendant une heure, le matin. 

Plouf ! La piscine des Halles fermée à la suite de chutes de béton ! 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 09:00

 

Livre Hebdo : Le 8 octobre 2012

 

Poussé au désespoir, un syndicaliste accuse la direction de la Bibliothèque Nationale de France !

 

Suite au geste désespéré d'un agent de la BNF monté sur le toit du site Richelieu le 17 septembre dernier et indigné par la première réaction de la direction, le syndicat FSU obtient que le président Bruno Racine publie un nouveau communiqué.

 

Le 17 septembre dernier, un agent de la BNF est monté vers midi sur un toit du site de Richelieu afin de tenter de mettre fin à ses jours.

Alertés, les pompiers ont réussi à parlementer avec lui et le rattraper in extremis alors qu'il basculait dans le vide.

Olivier V., membre de la section syndicale FSU et secrétaire du CHSCT de la BNF avait publié le matin même un texte intitulé J'accuse par Olivier V. mettant en cause très durement la direction et lui reprochant de l'avoir pourchassé administrativement et placardisé.

Très touchés et indignés par un premier communiqué  estimé « langue de bois » de la direction, les membres du syndicat FSU ont été reçus le 24 septembre par le président Bruno Racine qui a publié un nouveau communiqué .

Dans ce texte, le président de la BNF exprime son émotion et s'engage à « ouvrir très rapidement un chantier sur la prévention, l'identification, le traitement et le suivi de situations de souffrance au travail. »

De son côté la FSU dénonce « au delà du cas d'Olivier, tout un univers délibéré de manque de travail (ou de trop-plein de travail), d'instabilité, d'absence totale de perspective professionnelle, de déconsidération, de passe-droit et d'oubli permanent du sens des missions de la fonction publique que l'on a vu se mettre en place depuis une dizaine d'années avec une accentuation très nette depuis cinq ans. »

 

Lire l'article de "Livre Hebdo"

 

 

                                                      img0612

 

 

 

Lire aussi

BnF : Un syndicaliste tente de se suicider pour dénoncer ses conditions de travail !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages