Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 10:08

 

AFP : Le 3 septembre 2012

 

« Mais il faudra être réaliste », prévient déjà la ministre de la fonction publique, Marylise Lebranchu !

 

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a annoncé mardi l'ouverture début octobre d'une discussion avec les syndicats sur les carrières et les rémunérations des fonctionnaires, tout en prévenant qu'"il faudra être réaliste".

 

"Nous ouvrons dès le début du mois d'octobre une concertation sur les carrières, les parcours professionnels et les rémunérations", a indiqué la ministre à l'issue d'une rencontre avec les organisations syndicales au palais d'Iéna à Paris, soulignant "une attente forte" des 5,3 millions d'agents dans ce domaine.

 

"Si nous n'étions pas en crise d'une gravité exceptionnelle, on parlerait de marges de manoeuvre, cela ne veut pas dire qu'on ne peut rien faire", a-t-elle ajouté devant la presse.

 

Elle a indiqué que la "préoccupation (du gouvernement) est celle de la justice et de l'équité, notamment en faveur des revenus les plus modestes de la fonction publique". "Aucun sujet n'est tabou, mais il faudra être réaliste", a-t-elle dit.

 

Selon Mme Lebranchu, "dans l'enveloppe que nous avons, nous pouvons avancer sur des sujets" qui préoccupent les agents (formation, égalité hommes-femmes...). "Tout n'est pas simplement affaire de demande de point d'indice", a-t-elle dit.

 

"Les syndicats sont aussi réalistes que nous sommes sérieux", a assuré Mme Lebranchu. Mais à la sortie de la réunion, plusieurs syndicats comme FO, la FSU, l'Unsa ou la CFE-CGC ont exprimé leur déception, car ils comptaient sur des "mesures concrètes" plus rapides.

 

Le point d'indice, qui sert de base au calcul des salaires, n'a pas été revalorisé depuis 2010, au grand dam des syndicats, pour lesquels c'est la seule mesure juste, car touchant tous les fonctionnaires.

 

Marylise Lebranchu a également annoncé une deuxième concertation à partir du 15 octobre sur le bilan de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) dont la mesure phare est le non-remplacement d'un fonctionnaire partant à la retraite sur deux.

 

 

                 marylse-lebranchu-herite-du-ministere-de-la-reforme-de_7699.jpg

                                     - " T'inquiètes pas Valérie, on sera réalistes ! "

                                                                   - " Oh, j'étais pas inquiète ! "

 

 

 

 

 

Lire aussi 

AFP : Le ministère présente sa réforme des moyens syndicaux

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 16:40

 

L’appel lancé par les syndicats contre l’élargissement des horaires a été entendu !

 

Les bibliothèques de la Ville de Rennes étaient en grève le samedi 1er septembre à l’appel des syndicats CFDT et CGT. Sur les onze établissements, sept (au moins) étaient touchés par ce mouvement de grève avec des fermetures partielles ou totales.

 

« La bibliothèque Champs-Manceaux est fermée aujourd'hui. La bibliothèque Lucien Rose sera fermée de 14h30 à 18h. Les bibliothèques Longs-Champs, Maurepas, Bourg-l'Evesque, La Bellangerais et Villejean seront fermées de 17h à 18h » annonce sur son portail la Ville de Rennes qui officialise ainsi le succès de ce mouvement. Elle oublie de préciser, à l'heure où nous écrivons ces lignes, que les syndicats appelaient à un rassemblement à 18h devant la bibliothèque du Triangle, soit un huitième établissement.

 

Ce conflit qui dure depuis plusieurs mois oppose les syndicats à la Mairie de Rennes qui veut à tout prix modifier les horaires d'ouverture des bibliothèques municipales. La Mairie de Rennes s’appuie sur une étude de son « bureau des temps » pour justifier sa décision.

 

« Il y a eu deux ans de discussions, de concertation, de négociations et de concessions. Dans ces conditions,  il n'y aura pas de reprise des discussions » déclare d’ailleurs droite dans ses bottes « Rennes Métropole » la structure présidée par le Maire Socialiste de Rennes, Daniel Delaveau.

 

Faux déclare pour sa part la CGT. « Lors de l'unique rencontre avec l'élu à la Culture, à la question des syndicats "êtes-vous d'accord pour engager une négociation?", la réponse a été : Non". Face à ce soit disant dialogue social, la bonne volonté du personnel a atteint ses limites. » remarque avec dépit l’organisation syndicale.

 

Pour la CGT, la « consultation » avec les élus rennais s’est résumée à «convoquer le personnel à des réunions et ne tenir aucun compte de leurs remarques, puis de diffuser des comptes rendus dans lesquels personne ne se reconnaît ? ». Cela fait donc au moins une pratique commune avec la Mairie de Paris.

 

« Et puis il y a quelques années, les élus ont décidé de fermer les bibliothèques le jeudi pour ne pas avoir à créer les postes nécessaires au bon fonctionnement. » poursuit perfidement le syndicat breton qui pointe également la fermeture de deux bibliothèques à la même époque. C'est ce qu'on appelle sûrement une politique culturelle ambitieuse au son du biniou ou façon galette-saucisse, mais les avis sont partagés !

 

Après cette grève, qui semble donc un succès, la CGT et la CFDT appellent les bibliothécaires rennais à une Assemblée Générale le 6 septembre pour décider des suites à donner au mouvement.

 

D’ar c’hentañ gwel ! (A prochaine !)

 

Publié également sur "Miroir Social" 

 

 

 

                                                 arton161

                                                                           D’ar c’hentañ gwel !

 

 

Lire aussi

ActuaLitté : Grève des employés des bibliothèques de Rennes

Rennes. Grève dans les bibliothèques, le 1er septembre !

Rennes : Préavis de grève dans les bibliothèques à l'appel des syndicats CGT et CFDT !

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:42

 

Le Journal des Arts : le 29 aout 2012

 

Christophe Leribault nommé à la tête du Petit Palais

 

Christophe Leribault vient d’être nommé directeur du Petit Palais. Il succède à Gilles Chazal, et prendra ses fonctions en novembre 2012

 

Christophe Leribault (48 ans) est l’actuel directeur du Musée Eugène Delacroix, qu’il a rejoint en 2007. Il est également adjoint au directeur du département des Arts graphiques au Musée du Louvre depuis 2006, en charge de l’école française du XVIIIe siècle. Il était précédemment conservateur chargé des peintures et des dessins au Musée Carnavalet (1990-2006) et connait donc bien les musées de la Ville de Paris.

Christophe Leribault a publié en 2002 aux éditions Arthéna (où il est également directeur de publication) sa thèse sur le peintre Jean-François de Troy. Il a été commissaire de nombreuses expositions : « l’Antiquité rêvée », « Delacroix et la photographie » ou plus récemment « Fantin-Latour, Manet, Baudelaire - L’Hommage à Delacroix ».

Son prédécesseur, Gilles Chazal, est à la tête du musée depuis 1998. Sous sa direction de grands travaux de rénovation ont eu lieu de 2000 à 2005.

 

Lire l’article du « Journal des Arts »

 

 

                             Leribault.jpg

                               " Je sais pas pourquoi, mais je sens qu'on m'observe "

 

 

Lire aussi

Anne hidalgo nommée présidente des musées parisiens !

Paris : Bruno Julliard, nouvel adjoint chargé de la Culture.

Ministère de la Culture: Laurence Engel, nouvelle directrice du cabinet d'Aurélie Filippetti

Un nouveau Directeur des Affaires Culturelles à la Mairie de Paris

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 13:22

 

ActuaLitté : Le 30 Août 2012

 

Horaires, ô désespoir,

 

Les syndicats CGT et CFDT des bibliothèques de la Ville de Rennes ont lancé un appel à la grève, pour la journée du 1er septembre. Un mouvement social qui s'inscrit dans un conflit qui depuis plusieurs mois les oppose à la volonté d'élargir les horaires d'ouverture des établissements. 

 

Dans les faits, les bibliothèques aurait à ouvrir une journée supplémentaire, le lundi, mais également prolonger de 30 minutes à une heure pour la journée du samedi, leurs horaires d'accès. La ville souhaite mettre en place une campagne d'information, soulignent les syndicats.

 

« Les organisations syndicales et le personnel ne sont pas contre une évolution des horaires, ayant fait des propositions dans ce sens. Le projet actuel fait peser de nouvelles contraintes importantes sur le personnel sans compensations et remet en question la qualité du Service Public sans résoudre le problème de la précarité », précisent-ils dans un communiqué. 

  

De 17 h à 18 h , le 1er septembre, un rassemblement est prévu devant la bibliothèque du Triangle, donnant l'occasion à la diffusion d'une pétition, pour réclamer que les négociations reprennent avec la ville.

 

Manifestement, de nombreux usagers apporteraient leur soutien à cette mobilisation. Les syndicats soulignent d'ailleurs une « démarche pour garantir nos conditions de travail, lutter contre la précarité de plus de 20% des employés et maintenir la qualité du Service Public ». Une négociation que les pouvoirs publics refuseraient aux syndicats, ajoutent-ils.

 

 

                          827320823_904b6c0bda.jpg

                                                        Roazon by noz, kenavo  

 

  

La ville de Rennes nous a contactés pour apporter quelques éléments concrets. Dans un communiqué du mois de juin, Rennes Métropole évoquait en effet une « harmonisation des horaires d'ouverture », pour l'ensemble des établissements.  La mise en place de cette nouvelle grille horaire se fonde sur les résultats d'une enquête menée en 2010 auprès des habitants par les bibliothèques de Rennes, avec l'appui du Bureau des Temps de la Ville.

 

Les demandes les plus fréquemment exprimées avaient été les suivantes : une fermeture plus tardive le samedi, une ouverture le lundi, une meilleure accessibilité l'été et davantage de lisibilité dans des grilles horaires jugées trop disparates. Afin de mener à bien le projet de refonte des horaires, la Ville de Rennes a travaillé étroitement avec les bibliothécaires et les organisations syndicales, en portant une attention particulière aux conditions de travail des agents. Quatre postes ont notamment été créés pour accompagner la mise en place de la nouvelle grille.

 

Les évolutions apportées par les nouveaux horaires :

- une seule grille horaire commune aux onze bibliothèques (exception faite du lundi),

- l'ouverture des onze bibliothèques tous les samedis jusqu'à 18 h (l'été compris),

- l'ouverture le lundi après-midi de la bibliothèque Triangle.

 

En pratique :

Lundi : de 14 h 30 à 18 h 30 (uniquement pour la bibliothèque Triangle).

Mardi et vendredi : de 14 h 30 à 18 h 30.

Mercredi : de 10 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h 30.

Samedi : de 10 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h.

 

Avec la Bibliothèque de Rennes Métropole, aux Champs libres, les Rennais auront désormais chaque jour une bibliothèque à leur disposition, du lundi au dimanche.

 

Sollicitée par ActuaLitté, Rennes Métropole assure : « La position des élus de la Ville de Rennes (il s'agit de bibliothèques municipales) est la suivante : il y a eu deux ans de discussions, de concertation, de négociations et de concessions. Dans ces conditions,  il n'y aura pas de reprise des discussions.

 

Quant aux créations de postes, il s'agit d'un effort particulièrement significatif adapté aux besoins générés par la nouvelle grille horaire. Quelle autre ville peut être citée pour ce type de décision dans les derniers mois ? Ces postes vont très concrètement permettre de renforcer les équipes de plusieurs bibliothèques. »

 

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

 

                                                    L'Hôtel de Ville de Rennes

                    20070610202750 mairie-recadre

                                                      Roazon by noz, daouvet 

 

 

 

   

Lire aussi

Rennes. Grève dans les bibliothèques, le 1er septembre ! 

Rennes : Préavis de grève dans les bibliothèques à l'appel des syndicats CGT et CFDT ! 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:04

 

Ouest France : Le 25 août 2012

 

Les syndicats CFDT et CGT dénoncent l'élargissement des horaires d’ouverture.

 

Les syndicats CFDT et CGT ont déposé un préavis de grève pour les agents des bibliothèques de Rennes le samedi 1er septembre 2012. Des débrayages sont à prévoir dans toutes les annexes de quartier. Un rassemblement sera organisé devant la bibliothèque du Triangle de 17 h à 18 h. Les agents feront signer une pétition. Ils exigent la réouverture de négociations avec l’administration et les élus.

 

Conflit depuis plusieurs mois. Depuis plusieurs mois, les syndicats CFDT et CGT dénoncent notamment la politique d’élargissement des horaires d’ouverture menée par la Ville de Rennes. Dès le 1er septembre, une bibliothèque devrait ouvrir le lundi et l’accès aux établissements pourrait se prolonger de 30 minutes à une heure le samedi après-midi.

 

« Les organisations syndicales et le personnel ne sont pas contre une évolution des horaires, ayant fait des propositions dans ce sens, assurent les syndicats dans un communiqué (lire ici). Mais le projet actuel fait peser de nouvelles contraintes importantes sur le personnel sans compensations et remet en question la qualité du service public sans résoudre le problème de la précarité. »

 

Alors que la Ville assure avoir consulté pendant plus de deux ans les bibliothécaires et les organisations syndicales, en étant particulièrement attentifs aux conditions de travail des agents, les syndicats assurent qu’ils se voient « refuser le principe élémentaire de la négociation avec leur employeur ».

 

Lire l’article de "Ouest France" 

 

Pour lire l'histoire des bibliothèques municipales de Rennes, cliquez là 

                                          

        bf671261ea

                                              Rennes: La bibliothèque Borderie  (depuis 1960)

 

 

 

Lire aussi

Livre Hebdo : Rennes, préavis de grève dans les bibliothèques    

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 15:14

 

Livre Hebdo : Le 27 Août 2012 

 

Les syndicats s’opposent au « passage en force » du Maire de Rennes sur les nouveaux horaires d’ouverture.

 

Les syndicats CFDT et CGT prévoient une journée d’action samedi 1er septembre, date de mise en place des nouveaux horaires décidés par la Ville.

 

Samedi 1er septembre, les agents des bibliothèques de Rennes sont appelés à faire grève «surtout entre 17h et 18h» indique le site de la CGT, qui a déposé un préavis.

Des débrayages sont à prévoir dans toutes les annexes de quartier et un rassemblement sera organisé devant la bibliothèque du Triangle dès 17h.

Les revendications sont les mêmes que lors des grèves des 27 et 30 juin: l’opposition au «passage en force» de la politique d’élargissement des horaires d’ouverture menée par la ville de Rennes: dès le 1er septembre, l’accès aux établissements le samedi pourrait se prolonger de 30 minutes à une heure l’après-midi, et une structure devrait ouvrir le lundi.

«Les usagers nous soutiennent très largement dans notre démarche pour garantir nos conditions de travail, lutter contre la précarité de plus de 20% des employés et maintenir la qualité du service public», précise la CGT qui prévoit de faire signer une pétition pour la réouverture de la négociation avec l’administration et les élus.

Après cette nouvelle journée de mobilisation, une assemblée générale intersyndicale est prévue le 6 septembre.

 

Lire l'article de "Livre Hebdo"

 

 

                                      rueducine_com-l-epreuve-de-force-1977.jpg

                                        Actuellement dans toutes les bonnes salles rennaises

 

 

 

 

Lire aussi

Rennes. Grève dans les bibliothèques, le 1er septembre !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 09:00

 

ActuaLitté : Le 9 août 2012

 

Mais à Paris, elles sont toujours inutiles pour les inventaires !

 

La technologie RFID (Radio Frequency IDentification), adoptée pour le prêt en bibliothèque, continue de trouver des adeptes après son lancement à Paris en 2008. Bien que son efficacité ait été alors largement remise en doute à l'époque par les bibliothécaires parisiens (notre actualitté), la puce électronique permettant de faciliter le prêt, l'inventaire et la gestion des ouvrages, semblerait connaître de meilleurs auspices.

 

Les puces électroniques RFID sont une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés « radio-étiquettes » que l'on applique sur les ouvrages dans le cadre des bibliothèques. Mais la révolution annoncée par cette nouvelle technologie en avait finalement déçu plus d'un, tant le système semblait gêner la gestion des ouvrages plus que de la faciliter, arrivant à un moment de crise où tous les fonctionnaires n'étaient pas forcément remplacés. Vue d'un mauvais œil, perçue comme un moyen de prendre le pas sur le personnel, la RFID en bibliothèque a connue des heures sombres.

 

Pourtant, le concept est aujourd'hui de plus en plus intégré à la société et semble bien fonctionner. En temps qu'usager de la bibliothèque Marguerite Yourcenar dans le 15e, à Paris, les bornes de prêt automatisé ne présentent pas de dysfonctionnements majeurs à ce jour et les modalités restent très simple : présenter sa carte d'abonné puis son livre dans le carré indiqué, l'ouvrage est immédiatement scanné et ajouté à votre carte, avec une possibilité d'annulation. Fini les longues files d'attentes. Evidemment, un contact avec le personnel se perd lors de l'opération mécanique, mais ceux-ci restent toujours présents (et normalement davantage) pour une quelconque demande d'information.

 

Alors, où en est désormais la RFID ?

 

Plus vraiment de nouvelles de la technologie « moderne » si avancée sur les sites qui débattaient alors de son efficacité. Néanmoins, on remarque qu'elle continue d'être choisie :

 

A partir de la rentrée de septembre, les entrées et les sorties de documents, à la bibliothèque de Saint-Omer, seront confiées à ce système de puces électroniques. La récente rénovation de la Bibliothèque Universitaire de Droit-Lettres, sur Saint-Martin-d'Hères, mène une petite avancée technologique : « une puce RFID a été implantée dans tous les ouvrages, permettant ainsi de simplifier les opérations de prêt ».

 

                                   DSCF9578

 

Commentaire de Social Nec Mergitur :  A noter toutefois, qu’à Paris du moins, les inventaires ne sont en rien « facilités » par cette technologie, car les documents équipés de puce RFID sont toujours identifiés un à un par lecture de chaque code-barre.  Et oui, dans les bibliothèques parisiennes les documents sont équipés à la fois de puces RFID et ….de codes-barres ! Belle avancée technologique (et budgétaire) n'est ce pas ?


Pour ce qui est en revanche de l’organisation du travail (double équipement), ce n’est pas non plus un progrès. « Si l’on prend la chaîne du livre depuis son acquisition jusqu’au désherbage on se rend compte que la RFID ne fait qu’ajouter une ou plusieurs opérations là où elle nous est présentée comme la possibilité de dégager du temps pour renseigner les lecteurs. » écrivions nous dans notre article bilan.


D’un point de vue environnemental ce n’est guère mieux « Contrairement aux codes-barres qui sont quasiment inusables, les puces sont très fragiles : au moindre pli, le signal est rompu. Les puces pour CD et DVD ont durée de vie très faible, de l’ordre de 3 à 5 ans maximum.  Enfin, le recyclage de ces éléments métallique et toxique (présence d’un circuit intégré) n’a jamais été pensé mais il est évident qu’une puce est beaucoup plus nocive qu’un simple autocollant imprimé. »

 

Lire l’article de « ActualIité »

 

 

                             codebarre3 jpg

                             Paris: Malgré la RFID, le code-barre se fraye toujours un chemin !

 

 

Lire aussi

La RFID dans les bibliothèques : Une technologie qui pose des questions d'ordre sanitaire, éthique et écologique.

Des puces RFID pour surveiller les enfants d'une crèche parisienne

La RFID dans les bibliothèques à Paris : Quel bilan pour quelles idées ?

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 09:58

 

Mais attention, au rez-de-chaussée seulement !

 

Incroyable, mais vrai ! Après deux ans d’attente, la façade de la bibliothèque Jean-Pierre Melville, rue Nationale dans le 13ème arrondissement, a été nettoyée dans l’urgence par la Mairie de Paris.

 

En effet, dès le lendemain de la publication de notre article sur l’état de saleté des vitres du bâtiment (lire ici), la Mairie de Paris a envoyé Illico presto une équipe de nettoyage sous les yeux éberlués du personnel et des usagers. Il est vrai que cela faisait deux ans qu’ils attendaient cela !

 

Cette action municipale avait probablement pour but d’éviter que la nouvelle ne se propage à la vitesse d’une peau de chamois. Trop tard ! Un usager interloqué par la saleté a photographié la scène. 


 

                                         3472339679 91a8b5eb5d

                                    La Mairie de Paris à la vitesse d'une peau de chamoix !


 

 « Une information, plus un démenti, ça fait deux informations" disait pourtant Pierre Lazareff, le légendaire patron du journal France Soir .

 

La Ville de Paris voulant probablement rester à flot pour ne pas sombrer a donc eu, dans ce cas, une attitude des plus fluctuat !

 

Mais pas de précipitation toutefois, car les vitres de la médiathèque Jean Pierre Melville n’ont été nettoyées….qu’au rez-de-chaussée du bâtiment, les trois autres étages restant toujours aussi sales !

 

Selon nos informations cette situation devrait durer encore un petit moment car, inconvénient majeur de ces constructions en verre, il faut procéder au nettoyage de la façade avec l’aide obligatoire d’une nacelle.

 

Oui mais, problème, et de taille, les pitons et les attaches du bâtiment ne sont plus aux normes de sécurité. L’occasion, alors, pour la Mairie de Paris d’apporter un démenti ?

 

Et là, pour le coup ce serait un petit peu mergitur !


 

                                                            Pierre Lazareff

                                             4214-1

                                                       " Hé coco ,ça fait même deux infomations, là ! "

 

 

 

Lire aussi

La bibliothèque Jean-Pierre Melville (XIIIème) prend la poussière !


 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 15:51

 

Métro : le 23 août 2012

 

Les données de près de soixante mille Parisiens potentiellement piratées !

 

Le Canard Enchaîné a révélé hier que l'un des sites de la mairie de Paris avait été piraté la semaine dernière. Les deux hackers auraient accédé aux données personnelles de 58 599 Parisiens. La Ville rétorque qu'aucune donnée confidentielle n'est partie dans la nature.

 

Le 16 août, le site 'paris.plan.fr' qui permet de consulter et de s'inscrire aux activités de la ville (Pass Jeunes, jeux concours), a été piraté depuis l'Algérie par deux hackers.

 

Selon Le Canard Enchainé, ils ont réussi à percer une faille du système informatique et se sont emparés des données personnelles, (identité, adresse électronique, numéro de téléphone, mot de passe) des 58 599 usagers inscrits sur le site.

 

 

                                              mattel-aquarius-pub

                                                   A la Ville de Paris, l'informatique c'est vraiment façile !

 

 

Des informations "non confidentielles" selon la mairie. D'après l'hebdomadaire, la Ville aurait tenté dans un premier temps "camoufler l'incident" et n'a pas alerté tout de suite ses internautes (Ndr: C'est pourtant pas le genre de la maison) !. Elle a tout d'abord mis son site Internet en quarantaine en diffusant ce message : "Le site 'plan.paris.fr' est hélas indisponible. Il se refait une beauté, caché dans les laboratoires techniques pour quelques semaines". Ce n'est qu'après plusieurs coups de fil du journal, le 20 août que l'Hôtel de Ville a prévenu les internautes de cette fuite, comme l'exige une ordonnance d'août 2011 en cas d'intrusion dans des données informatiques.

 

"Nous n'avons pas attendu l'appel du Canard Enchaîné pour réagir, rétorque t-on à la Ville de Paris. Il était nécessaire de relever les niveaux de sécurité et de cryptage avant d'avertir nos inscrits qu'ils devaient changer leur mot de passe." Une intrusion "bénigne" selon la mairie de Paris car elle n'a "potentiellement concerné que des adresses mail qui ne contenaient aucune information confidentielle". "Ce site était le plus ancien que nous avions développé, conclut la Ville de Paris. Il n'y a aujourd'hui plus de faille." (NdR: Comme dans les bibliothèques alors ? Lire là)

 

 

                                     66079-sophos-rapport-malwares.jpg

                                          C'est bon, on a pénetré le système de la Ville de Paris

 

 

"On compte une centaine d'intrusions par jour".  Selon, Jérémie Zimmermann, ingénieur-consultant en technologies collaboratives, "la plupart des entreprises et services publics n'ont pas connaissance de la loi Informatique et Libertés qui stipule qu'il faut alerter "par tout moyens" les usagers victimes d'intrusion". D'après le spécialiste, "on compte une centaine d'intrusions par jour et la politique de sécurité des données personnelles est loin d'être prise au sérieux".

 

Pas assez vigilants, les utilisateurs sont aussi fautifs. "90 % de la population utilise le même mot de passe sur différents sites, poursuit Jérémie Zimmermann, ce qui facilite l'intrusion permanente des robots sur les réseaux informatiques". La collecte d'adresses mails peut servir à de nombreuses pratiques : Spam, usurpation d'identité, services d'envoi de mails depuis la Chine...

 

Lire l’article de « Métro »   

 

 

 

                                                tektro4051pub

                                         La Mairie de Paris n'avait pas encore changé de fournisseur

                                                     

 

 

Lire aussi

La société « Orange » s’incruste en douce dans une bibliothèque parisienne !

Le Parisien : Les bibliothèques de la Ville de Paris connaissent des bugs à répétition

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 17:04

 

La Mairie de Paris négligerait elle l’entretien de ses bibliothèques ?

 

Les usagers qui se rendent à la médiathèque Jean-Pierre Melville, rue Nationale dans le 13ème arrondissement, marquent désormais un temps d’arrêt devant le bâtiment.

 

Celui-ci est il toujours ouvert au public ? Au vu de l’état de la façade, certains pourraient en douter. Celle-ci est tellement recouverte de poussières et de saletés que la bibliothèque semble à l’abandon, à l’image de ces boutiques fermées pour cause de faillite, il n’y a qu’ à voir la photographie envoyée la semaine dernière par un lecteur interloqué.

 

 

                                                 La Bibliothèque Melville, le jeudi 16 août 2012

                  melville

                                      Même les passants sont interloqués !

 

 

D’après nos informations, cela ferait plus de deux ans que la façade n’a pas été nettoyée ! On connaît les difficultés pour une municipalité d’assurer un suivi de l’état de ses bâtiments, mais tout de même.

 

La Ville de Paris négligerait-elle l’entretien de ses bibliothèques ? Il n’y a pas que l’état de la bibliothèque Melville pour le laisser penser. La bibliothèque de la Place d’Italie située dans le même arrondissement, connaît elle aussi des défauts d’entretien.

 

Depuis plusieurs années, la section jeunesse de la bibliothèque est victime d’infiltration et d’inondation. L’écoulement d’une eau brunâtre après chaque intempérie oblige les bibliothécaires à recouvrir les bacs des livres destinés aux enfants de sacs poubelle. L’immeuble où est logée la bibliothèque appartenant à l’OPAC, l’office HLM de la Ville de Paris, toutes les parties se renvoient la balle.

 

Bon, pour le moment on est en période de canicule, donc tout va bien, prions pour qu’il n’y ait pas d’orage imprévu, même si d’après nos informations la Mission Hygiène et Sécurité de la direction des Affaires Culturelles, saisie par une représentante du personnel se pencherait enfin sur la question.

 

 

                                  $(KGrHqIOKpkE6,zH+!DeBOpYTvFJ3!~~60 35

                                  La Mairie de Paris se penche (enfin) sur la question !

 

 

Les mésaventures survenues ces derniers temps dans les bibliothèques parisiennes ne plaident pas pour la Mairie de Paris : Pannes informatiques, problèmes de température ou travaux sans cesse repoussés à la bibliothèque Goutte-d’Or (XVIIIe) (obligeant celle-ci à rester fermée deux ans), le fonctionnement des établissements culturels municipaux est visiblement perturbé.

 

La Mairie de Paris semble en tout cas mettre plus d’énergie à nouer des partenariats commerciaux et faire entrer de la publicité déguisée dans ses bibliothèques (objet d’un prochain article) plutôt que de veiller à l’entretien de celles-ci.

 

A ben, ça c’est du propre !!!

 

 

                                1mp68

                                             " je crois que vous avez besoin d'aide, mes amis ! "

 

 

 

Lire aussi

Il gèle en enfer.

Yourcenar: La Mairie de Paris doit faire appel aux experts du GIEC!

Les bibliothèques parisiennes privées de livres au mois de décembre

La bibliothèque Clignancourt (18ème arrondissement de Paris) fermée pour cause de sous-effectif !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

Pages