Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 14:22

 

Social : Un syndicat annonce la gratuité des piscines parisiennes.

 

Ces derniers week-ends, l’événement a fait des heureux parmi les nageurs parisiens, car plusieurs piscines étaient ouvertes gratuitement au public d’après un communiqué du syndicat CFTC de la Mairie de Paris.  Bref, c’etait « Paris-Plages » avant l’heure.

 

Attention cependant, nul effet d'une bonté soudaine de la Ville de Paris, ni même d'un effet inattendu du passage à l’heure d’été mais tout simplement …..L’absence de caissiers qui n’étaient pas remplacés ces jours là faute d’effectifs suffisants selon la CFTC !  « Non seulement l’entrée était gratuite mais les cours d’aquagym étaient également offert » affirme le syndicat chrétien qui aurait pu rajouter qu'il il faisait aussi un temps magnifique. Au vu de la météo qui s'annonce radieuse le week-end prochain, les parisiens devraient donc continuer à booster la fréqentation des piscines municipales à peu de frais.

 

« Bel exemple de gestion comptable ! Il serait tout de même plus social et logique d’engager du personnel supplémentaire pour les remplacements et ainsi renflouer les caisses ! La Mairie de Paris ne perdrait pas d’argent et gagnerait même de quoi recruter ! » Conclut dans une logique comptable imparable la CFTC qui ne manque pas de souligner le mauvais état des piscines parisiennes qui iraient « à vau l’eau » selon elle. Donc si on comprend bien ce serait carrément fluctuat !

 

Un élu avait déclaré un jour dans un trait d’humour : « Autolib existe déjà, ça s’appelle des taxis ». Pour le  paraphraser on peut rajouter « Paris-Plage existe déjà, ça s’appelle des piscines » et là pour le Maire de Paris c’est complètement mergitur.

 

 

                                           La piscine Molitor  (Paris, 16ème arrondissement)

                                          molitor

                                              C'est poutant vrai qu'il n'y a plus de caissiers  !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 16:41

 

Métro : le 23 mars 2012

 

Les précaires de la Mairie de Paris descendent dans la rue

 

Environ 300 agents de la Mairie de Paris se sont réunis sur le parvis de l'Hôtel de Ville pour dénoncer la précarité de leurs statuts

 

"Nous on est les invisibles, on est seulement des petites mains". A 54 ans, ça fait 23 ans que Lorraine travaille dans les cantines des écoles de la Mairie de Paris. Elle est désormais en CDI, mais pas titularisée "Je gagne 1300€ nets par mois, alors qu'un titulaire gagne 200€ de plus". Alors hier, comme 300 autres agents de la mairie, tous secteurs confondus, se sont réunis sur le parvis de l'Hôtel de Ville, pour réclamer leur titularisation.

 

Cantines, administrations, animations, selon la CGT, ils sont 20 000 "précaires" à travailler pour la Mairie. Certains sont en CDD, d'autres travaillent à temps partiel, d'autres encore, en CDI, attendent leur titularisation depuis plusieurs années.

 

"Il faut distinguer les non-titulaires, qui représentent 9% de nos effectifs, et les vacataires qui sont des besoins ponctuels", explique Maïté Errecart, adjointe au Maire de Paris, chargée des ressources humaines. Une diversité de situations qui oblige à les résoudre au cas par cas. "Nous avons déjà titularisé 5 000 personnes en dix ans et nous allons continuer à faire passer le plus de CDD en CDI. Mais les situations sont très différentes. Le personnel des cantines, par exemple, dépend des mairies d'arrondissement et pas directement de l'Hôtel de Ville".

 

Une réponse qui ne convainc qu'à moitié Aminatou, 26 ans. Son troisième CDD au bureau du RSA du Xve arrondissement s'achève en mai prochain. Si elle veut intégrer l'administration, elle doit passer des concours. "Je trouve ça inadmissible que la seule réponse que l'on nous fasse est de passer un concours. Je suis compétente. J'ai même des lettres de recommandation de ma hiérarchie". De nouvelles mobilisations sont prévues le 5 et 6 avril prochains.

 

Lire l'article de "Métro"

 

                                vacataires

 

 

Lire aussi

Le Parisien: Les précaires manifestent à Paris. Maité Errecart reste "droite dans ses escarpins" !

Social : Les précaires de la Mairie de Paris se manifestent !

ActuaLitté: A Paris, la « génération de précaires » veut son mouvement du 22 mars

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 16:09

 

Le Parisien: le 22 mars 2012

 

Les précaires manifestent sous les fenêtres de Delanoë

 

Agents des cantines, des écoles, des conservatoires, des musées ... Selon la CGT, ils seraient 20 000 non-titulaires parisiens à travailler pour la mairie de Paris.

 

Alors qu'une loi visant à réduire la précarité dans la fonction publique vient d'être appliquée, la CGT appelle les précaires de la Ville à manifester ce matin à 11h30 sur la place de l'Hôtel de Ville pour demander leur titularisation.

 

« Il s'agit là de vacataires. Ce ne sont pas des postes compris dans la loi. Quelques-uns verront leur poste transformé en CDI, mais pas tous », avertit Maïté Errecart, adjointe aux ressources humaines.

 

L'élue doit prochainement présenter aux syndicats un plan de transformation de CDD en CDI.



                                                                                   Marie Thérese Errecart

                                          errecart 1

                                                    "Attention je vous avertis, pas tous ! "

 

 

 

ActuaLitté: A Paris, la « génération de précaires » veut son mouvement du 22 mars

Social : Les précaires de la Mairie de Paris se manifestent !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 09:20

 

D’abord dans les musées ce week end, puis le 22 mars à l’Hôtel de Ville .

 

Les précaires de la Mairie de Paris ne devraient pas êtres invisibles dans les jours qui viennent.


Dès ce week-end des actions sont prévues à l’appel du syndicat CFDT. D’abord au musée Victor Hugo (4è) et aux Catacombes (14è) ce samedi 17 mars. Le lendemain, dimanche 18, c’est le musée du Petit Palais (8è) qui devrait faire l’objet de toutes les attentions de la CFDT, d’après un communiqué rendu public hier auprès des personnels des Affaires Culturelles.

 

Le syndicat réclame la contractualisation vacataires des musées, un statut plus protégé, dans le futur Etablissement Public (EPA) qui doit absorber tous les musées parisiens le 1er janvier 2013. Le préavis de ce week-end serait « susceptible d’être reconduit » selon la CFDT.

 

                                             précaires 3

                                   Les Catacombes, le modèle de la politique sociale parisienne ?

 

La semaine prochaine, c’est les précaires de toute la Ville de Paris cette fois qui vont se manifester à l’appel de la CGT. Le premier syndicat parisien appelle les agents non titulaires à investir le parvis de l’Hôtel de Ville le 22 mars pour demander à Bertrand Delanoë d’appliquer la nouvelle loi sur la déprécarisation adoptée il y a quelques semaines. Dix huit milles d’entre eux en seraient exclus d’après la CGT.

 

Le 22 mars apparaît là comme un clin d’œil de l’histoire, puisque cette date est considérée par les historiens comme le début des événements de Mai 68 qui ont marqué la France il y a plus de quarante ans. Sachant qu’un des acteurs de cette époque, Alain Geismar, est désormais le président des œuvres sociales de la Mairie de Paris, il ne serait guère étonnant de le voir au milieu des manifestants et fêter comme il se doit cet anniversaire ?

 

Publié également dans "Miroir Social" 

  


                                        Alain Geismar (à droite) à jussieu en 1968 (pas loin de l'Hôtel de Ville)

                                        prédcaires 2

                                                      1968 -2012, même combat ?

 

 

Lire aussi:

ActuaLitté: A Paris, la « génération de précaires » veut son mouvement du 22 mars

Le Parisien : Alain Geismar reprend du service à l'Agospap

Musées de la Ville de Paris : Delanoë a tranché !


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 15:34

 

Elle confirme, malgré tout, « quelques problèmes » !

 

Notre blog avait pointé dans deux articles, « Les bibliothèques de la Ville de Paris tournent au ralenti » et « Infor, c’est plus fort que toi », les problèmes informatiques qui perturbaient le fonctionnement des bibliothèques parisiennes. La société Infor qui fournit le logiciel des bibliothèques parisiennes « v.smart » s’estimant mise en cause a souhaité exercer son droit de réponse. Le voici dans son intégralité.                                          

 

« En complément à l’article paru le 20 février où il était fait état de dysfonctionnements informatiques dans les bibliothèques de Paris, la société « Infor » a demandé un droit de réponse afin d’éclaircir certains points. « Infor » ne veut pas nier des problèmes, mais souhaite les qualifier et bien les interpréter. Tout d’abord, Infor est attributaire du marché SIGB, pas du portail.

 

Un bref historique : « v-smart » est en production à la Ville de Paris depuis janvier 2009. Les débuts furent parfois difficiles, mais pas au-delà de la normale dans un tel contexte (Le logiciel était neuf et Paris est le plus gros réseau de lecture publique en Europe). Après quelques adaptations de « v-smart », et la mise en conformité avec les pré-requis des débits réseau par la Ville de Paris, tout est rentré dans l’ordre, comme en témoignent d’ailleurs deux bibliothécaires de Paris dans le numéro 227 d’Archimag (Sept.2009).

 

Depuis, les choses s’étaient aplanies, avec plusieurs records de prêts mensuels (1.5 millions). Le respect du cahier des charges a été acté après des tests poussés, par la DSTI (Service informatique de la Mairie de Paris), la DAC (Direction des Affaires Culturelles) et son AMOA (Assistance à Maitrise d’Ouvrage). Entre temps, « v-smart » a d’ailleurs été choisi par les bibliothèques d’Amsterdam, Bruxelles, Montpellier, Strasbourg, Nancy… et donne satisfaction.

 

Enfin, comme l’écrivait l’équipe de Social Nec Mergitur, il est exact que depuis quelques semaines, des problèmes sont apparus. « Infor » tient à préciser que ces problèmes ne sont pas liés à des bugs logiciels, mais à une infrastructure qui a atteint ses limites (sans trop entrer dans les détails : taille des disques, nombre de licences atteint, ouverture de nouvelles bibliothèques, mise en place de nouveaux automates… sans ajustement des matériels, …). « Infor », en collaboration avec les services informatiques de la Mairie de Paris,, a travaillé sur la refonte des infrastructures, l’extension du nombre de licences pour répondre à la demande croissante.

 

Ces opérations devraient à court terme redonner satisfaction aux bibliothécaires et usagers des bibliothèques de la Ville. »

 

Merci à la société Infor de nous avoir apporté ces précisions. Désormais la balle est dans le camp de la Ville de Paris, et comme le disait Michel Polac à chaque droit de réponse demandé dans sa célèbre émission éponyme, « dont acte ».

 

                                             

Problèmes informatiques dans les bibliothèques parisiennes: Le droit de réponse de la société Infor

                                                                    " Dont acte"

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 10:06

 

La société "Infor" est (fortement) mécontente de notre article sur les pannes informatiques dans les bibliothèques parisiennes !

 

A la suite d'un article paru le 20 février sur ce blog et concernant les dysfonctionnements récurrents du logiciel de bibliothèque V.Smart installé dans les bibliothèques parisiennes, la société "Infor", qui était citée parmi les responsables de ces problèmes, nous a écrit pour nous signaler son mécontentement (le nom et l'adresse mail du responsable d'Infor ont été volontairement  dissimulés par nos soins). Voici le contenu de son courriel :

 

                                                                 

                                                                    "Infor", c'est plus fort que toi !

                                                 infor 4

                                                                         " Et bien plus fort que moi ! "

 



De: noreply@over-blog.com
Objet: report d'abus sur le blog : Social Nec Mergitur
À: socialnecmergitur@yahoo.fr
Date: Mardi 13 mars 2012, 8h19

13/03/2012 08:19:12
> report d'abus sur le blog : Social Nec Mergitur

Bonjour,
Un visiteur de votre blog Social Nec Mergitur vient de reporter un contenu abusif sur les pages dont vous avez la responsabilité.
Voici son message et ses coordonnées.

  • nom et prénom :***
  • email : ***@infor.com
  • description : http://parisculturesociale.over-blog.com/article-les-bibliotheques-de-la-ville-de-paris-tournent-au-ralenti-99523862.html Cet article porte un grave préjudice à notre société et ceux qui y travaillent en accumulant les amalgames qui n'ont pas de sens et sont mensongers. Nous demandons un droit de réponse et le retrait immédiat de cet article. J'aimerais être contacté par le responsable de ce blog.
  • raisons : Amalgames mensongers, diffamation, utilisation frauduleuse de la marque et du logo. Nous avons la preuve que cet article mensonger a été lu et eu des répercussions directes à Bruxelles, répercussions que nous sommes en mesure de chiffrer.J'aimerais être contacté par le responsable de ce blog.

Si cette plainte est fondée, merci de bien vouloir faire le nécessaire pour retirer les textes, images et fichiers incriminés.
Cordialement,
- L'équipe d'OverBlog -

© 2012 over-blog.com - Tous droits réservés

 

Pourtant, en relisant notre article, on se demande bien ce qui peut heurter Infor ! La société n'est pas mise en cause directement, et outre l'usage "abusif" du logo que nous avons retiré, il faut bien reconnaître que Vsmart est loin d'être au point... et tout le monde le sait ! La fiabilité de la base de données est parfois aléatoire (notamment en cas de crash du serveur, mais pas seulement, des documents peuvent se retrouver à la fois sur la carte d'un usager et en rayon à la bibliothèque, certaines requêtes donnent des résultats absurdes...), les améliorations restent parfois lettre morte, la mise en place du module d'acquisition est très retardée. Bref, les bibliothécaires en souffrent et le public en pâtit au quotidien : comment le nier ?

Le fait est que dans notre article nous pointions surtout la position de l'administration qui devrait être en mesure de forcer le prestataire à réaliser ses demandes.

Quant au passage un peu narquois sur l'affichage des accents sur leur site, c'est de la blague, car ils y sont toujours !

 

Alors que faire ? Maintenant que nous avons retiré le logo de notre site, nous proposons à Infor de s'exprimer dans les commentaires, comme il est d'usage dans la blogosphère : lâchez vos com's !!!

 

Après notre article, la société "Infor" nous a finalement envoyé ses explications. Lire ici

 

 

                                                                L'émission "Droit de réponse" (TFI 1981-1987)

                                             infor 5      

                                                                      "Allez Infor, lâchez vos commentaires"          

 

 

 

 

Lire aussi 

Les bibliothèques de la Ville de Paris tournent au ralenti !   

Problèmes informatiques dans les bibliothèques parisiennes: Le droit de réponse de la société "Infor"                        

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 16:46

 

ActuaLitté: le 8 mars 2012

 

Précaires de la Mairie de Paris : 1968-2012, même combat  !

 

Inspirés par le mouvement Génération Précaire, les syndiqués CGT de la Direction des Affaires Culturelles de la ville de Paris lancent un appel pour une manifestation contre la précarisation des non-titulaires, qui vont de CDD en périodes de chômage à durée variable. 

 

La référence est écrasante, mais elle est limpide : les participants à la manifestation du 22 mars prochain espèrent rappeler le bon souvenir de mai 68 en matière de mobilisation générale. Tous seront au rendez-vous devant l'Hôtel de Ville de Paris, à 11 heures 30, pour protester contre une politique de réduction des coûts devenue l'apanage de Bertrand Delanoë.

 

 Les non-titulaires sont de plus en plus nombreux dans les couloirs de la Mairie de Paris (ils seraient actuellement près de 20 000, dont une « très large majorité de femmes» note la CGT), ce qui provoque l'inquiétude du syndicat face à une précarisation galopante. Le secteur culturel (musées, conservatoires, bibliothèques….) n’est pas épargné, loin de là,  par le phénomène.

 

Entre les CDD non renouvelés et les CDI « sans certitude sur leur déroulement de carrière, leur salaire et leurs droits sociaux », les non-titulaires essuient les plâtres d'une administration au budget sur la corde raide.

 

« Malgré la mise en place au niveau national, d'une loi sur la déprécarisation, la Mairie de Paris va en exclure près de... 18 000, soit la quasi-totalité d'entre eux ! » explique la CGT sur son blog, qui appelle à une mobilisation « pour réclamer le maintien en emploi, la requalification des collègues, la conquête de droits nouveaux en salaire, santé... »

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

                                                     mai 68

 

 

 

Lire aussi

Paris: Delanoë face à une véritable "Génération Précaire"


 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 08:47

 

ActuaLitté : 2 mars 2012

 

D'après un vœu déposé par les Verts au Conseil de Paris

 

Bonne nouvelle : malgré la fin de la trêve hivernale, la Mairie de Paris devrait si tout va bien mettre en place un réseau de réserves thématiques pour les livres les moins plébiscités par les usagers des bibliothèques parisiennes. Les ouvrages jeunesse, grands oubliés de la conservation, sont particulièrement concernés par l'initiative.

 

Le Conseil de Paris a partiellement adopté lors de la session des 6 et 7 février dernier un voeu des élus d'Europe Écologie Les Verts (EELV) qui proposaient la création de « dépôts délocalisés thématiques » pour accueillir les ouvrages en mal d'emprunteurs dans les bibliothèques de la capitale.

 

C'est une véritable seconde vie qui attend les ouvrages stockés, puisque ces dépôts permettront de leur éviter une agonie peu glorieuse : la mise au « pilon », ou, d'après une litote administrative, « l'écrêtement », c'est-à-dire la destruction pure et simple des documents. Une pratique courante dans le milieu de l'édition, et adoptée à l'occasion par la BnF pour dégager ses rayons.

 La Réserve Centrale, dont le rôle est d'accueillir les ouvrages les moins empruntés (mais souvent épuisés en librairie), arrive en effet à saturation et « n'est pas extensible » comme le notent les élus EELV dans leur voeu. 

 

Ce dernier comportait deux alinéas, le premier réclamant que la Réserve Centrale « soit ouverte aux livres issus des collections jeunesse lorsque les conservateurs de ces sections estiment que l'intérêt et l'état de l'exemplaire le permettent », le second appelant donc à la création de réserves thématiques. Seul le second alinéa a été adopté, précise-t-on sur le site des élus Verts.

 

Les dépôts délocalisés abriteront des bandes dessinées, des polars et des ouvrages de science-fiction. Le pôle BD sera vraisemblablement localisé à la médiathèque Marguerite Yourcenar (15e), tandis qu'un fond jeunesse pourrait être constitué au sein de la future bibliothèque Saint-Lazare (10e). 

 

Les élus EELV ont particulièrement insisté sur « l'intérêt patrimonial et sentimental de conserver des exemplaires de livres lus par des enfants devenus parents et qui voudraient faire connaître à leurs enfants des lectures qui les ont émus ou charmés au même âge ». Une affection pour la littérature jeunesse partagée par les lecteurs parisiens, puisqu'ils auraient effectué un peu plus de 4 millions d'emprunts, d'après les chiffres d'EELV.

 

Lire l'article de "ActuaLitté"

 

 

                                             Bib Parmentier BD Perio 02 

 

 

Lire aussi:

Vers des réserves thématiques pour les bibliothèques parisiennes

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 08:56

 

Management : Pour le syndicat UNSA, la Mairie de Paris entre désormais dans "le meilleur des mondes".

 

La Ville de Paris fait fort, très fort même. Après avoir lancé une « plateforme identitaire » (sic) censée promouvoir une « démarche Valeur » (re-sic) qui allait permettre à tous les cadres parisiens d’actionner des leviers (lesquels leviers à force d’être brandis,  les faisaient ressembler à des Shadocks, selon le syndicat UNSA), la municipalité parisienne récidive, et pas qu’un peu, en créant dans la foulée le poste de …"chef de grands chefs de service technique" (véridique). Après les Shadocks, la Mairie de Paris s'attache ainsi les services d'un.. Gibi. Elle décroche également, et haut la main, le concours Lépine de la créativité administrative.    

 

                                                                                          Un Gibi                 

                                                            gibis

                                                             Le chef de grands chefs de service technique 

 

 

La Mairie de Paris  a ainsi envoyé une nouvelle directive visant cette fois-ci l’organisation « de la communication managériale ». "En deux pages où s'étale un pseudo-rationalisme aussi exacerbé qu’amusant, on apprend que certains cadres vont se voir dotés d’un code, afin, entre autres, « d’apporter des éléments de doctrine » aux personnels municipaux. Après Trissotin, Le Meilleur des Mondes ?" s'interroge, perplexe, le syndicat UNSA des attachés de l’administration parisienne sur son site.

 

Dans cette note - la Secrétaire Générale « diffuse une information transverse » : Les cadres dirigeants des directions remettent « en perspective les grands projets de changement », ils sont chargés « d’un double travail de traduction et d’organisation de la communication managériale » (le travail de traduction concerne sans doute les écrits des cabinets d’audit), les encadrants « intermédiaires et de proximité » « contribuent à la mise en œuvre du dispositif de communication managériale arrêté au niveau de leur direction ». Bref, pour l’UNSA une conception « archaïque » et « étonnante à l’heure d’internet ». Bon, pour la municipalité parisienne qui se voulait "Ville numérique", c’est plus du tout fluctuat!   

 

 

                                                          "Citius,Altius,Fortius"                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     L'administration

                                        shadok 1[1]

                                     L'administration à la recherche des "élements de doctrine"


                                                                                                                                                                                                                                                  

Là où la Ville de Paris se surpasse (elle a certes raté les Jeux Olympiques de peu, mais elle applique à merveille la devise, plus haut, plus loin, plus fort ) c’est en décidant de rattacher chaque encadrant à un code. « L’encadrement dirigeant correspond au “code 1”.L’encadrement intermédiaire se décline en 2 “codes”. L’encadrement de proximité se décline en 4 “codes”. Les cadres A non encadrants constituent le dernier “code” possible » est il écrit dans la note de l’administration devenue soudainement très mergitur. Pour le syndicat UNSA « Voilà donc les Number One et autres correspondants codeurs de cadres de la communication managériale, personnages que n’aurait sans doute pas renié Aldous Huxley auteur de " Le Meilleur des Mondes ».

 

En fait, l'UNSA fait erreur. La Ville de Paris doit tout, en fait, à Pierre Dac, l'inventeur du célèbre Schmilblick, celui qui « ne sert absolument à rien et peut donc servir à tout. Il est donc rigoureusement intégral ! ». Gageons que le regretté Pierre Dac n’aurait pas renié non plus  la création de « chefs des grands chefs des service technique ». Avec le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, il s'est certainement trouvé un héritier. Et là, c'est toujours carrément mergitur !

 

Publié également dans "Miroir Social"

 

Pour lire la note de la Mairie de Paris 

Pour lire l'intégrale du texte de l'UNSA

 

 

                                                     shadok 2[1]

                                                                      "Stop ! J'ai enfin trouvé un héritier"

 

 

Paris : Bertrand Delanoë recrute des «Shadoks» pour promouvoir ses « valeurs » !  

Bertrand Delanoë se coupe le sifflet !

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Actualité sociale
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 08:37

 

Le Conseil de Paris vote la création d’un fonds jeunesse (mais aussi la mise en place de réserves décentralisées pour la BD, le polar ou la SF).

 

Paris est une des villes qui compte le plus de bibliothèques (plus de 60) et cette particularité a amené la création au début des années 90 d’une « réserve centrale » pour recevoir les documents les moins demandés (mais d'intérêt certain car souvent épuisés) pour que ceux-ci continuent à pouvoir être empruntés par les Parisiens. Néanmoins aujourd’hui cette réserve  arrive à saturation et ne peut guère accueillir de nouveaux documents.

 

Lors du dernier Conseil de Paris, les élus ont donc adopté, à l’initiative des écologistes, un vœu pour que la Ville de Paris porte une attention toute particulière aux ouvrages pour la jeunesse quelque peu oubliés jusque là. Ils demandent également que soit étudiée la création de réserves thématiques décentralisées consacrées à la BD, au polar ou à la science fiction. Ce vote reprend d'ailleurs des propositions lancées par la CGT voilà  plusieurs mois. (Voir le détail ici )

 

Les élus écologistes estiment en effet que « l’intérêt patrimonial et sentimental de conserver des exemplaires de livres lus par des enfants devenus parents et qui voudraient faire connaître à leurs enfants des lectures qui les ont émus ou charmés au même âge » est sans pareil. « Il s’agit de ne pas priver les parisiens de leur mémoire » ajoutent-ils dans le même élan.

 

                                                    reserve 1

                                                Si on prive les parisisens de leur mémoire, c'est les boules !

 

Dans le même esprit les Verts parisiens considèrent « que l’espace dévolu à la réserve centrale n’est pas extensible et qu’il doit être envisagé la création de réserves délocalisées » consacrées à la Bande Dessinée, le Polar ( La BiLiPo qui est spécialisée sur le sujet ne prête pas de livres) ou la science fiction. Un pôle BD est en voie de constitution à la Médiathèque Marguerite Yourcenar, la future médiathèque St Lazare pourrait accueillir les collections "jeunesse" mais pour l'instant sans prêt interbibliothèque. A suivre, donc.

 

Enfin, les amis de monsieur Cohn Bendit ne manquent pas de souligner « que ce type de fonds se constitue naturellement par désherbage des bibliothèques et sans aucun investissement puisqu’il s’agit d’ouvrages déjà acquis et qui sinon finiront au chauffage urbain ». Economique et écologique, les Verts font d’une pierre deux coups !

 

Cette résolution, qui n’a certes pas de caractère contraignant, a été adoptée par la majorité du Conseil de Paris. Cet acte politique devrait donc être suivi d’effet puisque la Mairie de Paris ne cesse d’afficher son intérêt pour les livres et la lecture publique. 

 

Les bibliothèques parisiennes peuvent toutefois se réjouir de cet appui et de l’intérêt qu’on leur porte. Ce n’est pas si fréquent par les temps qui courent, elles qui ont subit des coupes budgétaires ou été victimes du mauvais fonctionnement de leur système informatique.

 

Mais avec le redoux qui arrive, elles n’ont au moins plus à se soucier de problèmes de chauffage. C’est déjà ça !

 

Pour voir le voeu dans son intégralité 

                                                          

reserve 2 

 Bibliothèques: L'appui sans faille des écologistes

 

 

 

Lire aussi:

ActuaLitté: Paris caviarde le site internet de ses bibliothèques

Avenir des bibliothèques : Le débat fait irruption à la Mairie du 10ème arrondissement

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

Pages