Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 14:59

 

Livre Hebdo : Le 5 avril 2012

 

Oui mais là, c’est un gros bug !

 

Des pannes régulières du réseau informatique dans les bibliothèques parisiennes mécontentent personnels et syndicats.

 

Les bibliothèques de Paris, qu’elles soient généralistes ou spécialisées, sont sujettes de façon récurrente à des problèmes informatiques qui affectent notamment le catalogage et le système de prêt de documents au public.

Ces dernières semaines, les bugs se sont multipliés, provoquant le mécontentement parmi les bibliothécaires, ralentis dans leur travail et se retrouvant parfois dans l’impossibilité de satisfaire les lecteurs.

 

Dans un communiqué, les syndicats dénoncent ces dysfonctionnements qui affectent  le système de prêt de documents, mais aussi les accès au service multimédia, ainsi que la consultation du catalogue. «Nous ne comptons plus le nombre de lecteurs qui ne peuvent accéder à leur compte», indique le communiqué.

La CGT demande à la Mairie de Paris de respecter «le seul cahier des charges qui vaille, c’est à dire le sien, à savoir : des connexions informatiques performantes et régulières, des ordinateurs en nombre suffisant pour les agents et des services en ligne qui tiennent leurs promesses». (lire ici)

A la direction des bibliothèques, on explique que l’on s’attache actuellement à faire évoluer le système et que l’installation du réseau en fibre optique, permettant un débit plus important, est en cours.

 

Lire l’article de « Livre Hebdo »

 

 

                                                

                                bill-cosby-ti99fan

                             En cas de bug, venez emprunter ce livre à la bibliothèque !

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 08:56

 

ActuaLitté : le 3 avril 2012

 

Bibliothèques : De catalogue à catastrophe, il n'y a qu'un pas pour la Mairie de Paris

 

Nous vous l'annoncions vendredi dernier : le ras-le-bol des bibliothécaires parisiens ne se limite plus aux établissements publics de prêt, et s'est étendu aux bibliothèques spécialisées, elles aussi victimes de pannes à répétition. C'est ce que nous annonce la CGT des affaires culturelles sur son blog. Alors que le catalogage est interrompu pour permettre à la société Infor d'intervenir sur son logiciel V-Smart, le personnel dénonce une absence de moyens, et surtout, une certaine opacité quant aux raisons de cette panne générale...

 

Bibliothèques publiques et spécialisées sont réunies par un même souci technique, et de taille : les logiciels utilisés pour le référencement et la gestion des ouvrages, respectivement V-Smart (de la société Infor) et PortFolio (de la société BiblioMondo), sont sujets depuis quelques jours à des pannes de plus en plus fréquentes, et parfois généralisées.

 

La société Infor a répondu à la CFDT, qui la pressait de satisfaire son cahier des charges, que les problèmes du réseau des bibliothèques publiques ne pouvaient pas lui être imputés, et qu'il s'agissait plutôt d' « une infrastructure qui a atteint ses limites ». D'ailleurs, il semblerait qu'Infor travaille activement avec la Mairie pour remettre V-Smart sur les rails. Les bibliothécaires ont reçu la consigne d'arrêter le catalogage, pour permettre à Infor d'intervenir : « cela devrait de nouveau fonctionner correctement assez rapidement », précise le message interne, avec force formules de précaution.

 

Contacté par Actualitté, le directeur d'Infor Jean-François Piat confirme que les problèmes observés ne sont pas provoqués « par le logiciel V-Smart, mais par l'infrastructure de la ville ». Cette dernière n'aurait pas répondu à un certain nombre de « pré-requis » à l'utilisation du logiciel, ce qui aurait provoqué une sorte d'engorgement dans l'accès au catalogue. Infor a confirmé être « au taquet » avec la Mairie de Paris pour modifier l'architecture du réseau, et augmenter le nombre de licences, « afin de faire face au succès du site ».

 

Les soucis techniques du logiciel PortFolio, utilisé par les bibliothèques spécialisées, trouvent vraisemblablement leur origine dans ces mêmes défaillances de l'infrastructure, puisque Jean-Pierre Berthon, responsable du service interface documentaire à la Bibliothèque Publique d'Information, se dit « très satisfait du logiciel ». Même s'il précise que la version utilisée (PortFolio 6.3.5)  est probablement différente de celle des bibliothèques spécialisées, il note que « tout fonctionne bien, comme à Lille et à Nantes », dont les réseaux sont aussi clients de BiblioMonde et de son PortFolio. François Boulard, le directeur de la Médiathèque Lille Sud, nous confirme ses dires, en déplorant à peine « quelques lenteurs ».

 

Malheureusement, la Direction des Systèmes et Technologies de l'Information (DSTI) de la Ville de Paris n'a pas souhaité répondre à nos questions, mais il semblerait que ses responsabilités dans les pannes soient un peu plus importantes que prévu...

 

Pour lire l'article de "ActuaLitté"  

 

 

 

                                        dsti 2

                          Paris, les services informatiques se penchent (toujours) sur la question 

 

 

 

Lire aussi

Problèmes informatiques dans les bibliothèques parisiennes: Le droit de réponse de la société "Infor"

ActuaLitté: Pannes du réseau informatique des bibliothèques de la Ville de Paris, infor ou intox ?

Bibliothèques de la Ville de Paris: "Infor", c'est plus fort que toi !

Les bibliothèques de la Ville de Paris tournent au ralenti !

La RFID dans les bibliothèques à Paris : Quel bilan pour quelles idées ?

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 13:25

 

AFP : Le 3 avril 2012 

 

Non-remplacement fonctionnaires dans les collectivités: levée de boucliers à gauche 

                 

La proposition mardi de Nicolas Sarkozy d'étendre aux "grosses collectivités territoriales" le principe du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux a suscité aussitôt une levée de boucliers à gauche, François Hollande et son camp y voyant une manière d'attaquer les services publics.

 

 "Nous étendrons" la politique de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux "aux grosses collectivités territoriales, qui ont tout à fait la capacité de faire le même effort que l'État", a déclaré le président-candidat de l'UMP dans une interview au magazine "Acteurs publics".

 

Il a précisé qu'une modulation des dotations de l'Etat aux collectivités en fonction de leur attitude budgétaire était à l'heure actuelle une "possibilité". Nicolas Sarkozy n'a toutefois pas précisé quelles collectivités seraient concernées. Les collectivités qui emploient le plus de personnel sont les grandes villes, les régions et les départements.

 

Lors d'un meeting à Blois, le candidat socialiste à l'Elysée François Hollande a dénoncé le risque de "perte de solidarité" et d'"effacement des services publics". "Voilà que le candidat sortant voudrait que la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux qui a déjà fait tant de mal dans l'Etat puisse s'appliquer pour les collectivités locales! Et les collectivités locales récalcitrantes viendraient perdre leur dotation, celles qui sont versées par l'Etat!", a-t-il lancé.

 

"Je ne dis pas qu'il y a pas des efforts à faire, ni des économies à engager, sûrement, mais il y aussi des secteurs prioritaires de l'action publique", a ajouté le président du conseil général de Corrèze, citant l'éducation, la justice, la sécurité, la santé. "Cette nouvelle attaque contre les collectivités, c'est la mise à jour du programme caché de Nicolas Sarkozy pour la France: casse du service public, remise en cause du pacte républicain, réduction de l'investissement public", a jugé pour sa part le socialiste Claude Bartolone. "Le président des riches, des - sans-soucis -, parle à l'Elysée comme le maire de Neuilly qu'il fut", la ville la plus riche de France, a poursuivi le patron du département de Seine-Saint-Denis considéré comme l'un des plus pauvres de France.

 

L'Association des Régions de France (ARF), qui fédère des conseils régionaux majoritairement gérés par le PS, a reproché au chef de l'Etat de les prendre "pour cible". Alors que Nicolas Sarkozy reproche aux collectivités d'avoir créé 100.000 emplois depuis 2007 pendant "que l'Etat en supprimait 160.000", "les quatre cinquièmes de la hausse de nos effectifs depuis 2002 correspondent à des transferts" de compétences, a-t-elle notamment fait valoir. 

 

En revanche, l'UMP parisienne a applaudi des deux mains à la proposition de Nicolas Sarkozy. "Cette mesure serait particulièrement justifiée à Paris où la politique des ressources humaines menée par le maire PS de Paris Bertrand Delanoë depuis 2001 a conduit à embaucher 10.000 agents supplémentaires pour la modique somme de 800 millions d'euros à la charge du contribuable parisien!", ont jugé Jean-François Lamour et Philippe Goujon, ses deux chefs de file.

 

 

                                          afp 1

                                                           Une dépèche de l'AFP

                  

 

 

  

 Lire aussi

AFP: L'UMP veut réduire le nombre d'agents pour la Mairie de Paris après les déclarations de Nicolas Sarkosy

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 09:29

 

ActuaLitté : le 30 mars 2012

 

Bibliothèques parisiennes : Personne n’est coupable. Sauf…..

 

Alors que la Bibliothèque nationale de France se débat entre une accusation de licenciement abusif (voir notre actualitté) et l'installation de nouvelles salles Mk2 dans l'enceinte de l'établissement, les réseaux des bibliothèques publiques de la ville de Paris montrent quelques signes de fatigue. C'est en tout cas ce qu'ont révélé les employés des différents établissements, pointant les nombreux dysfonctionnements du logiciel V-Smart, fourni par la société Infor. Cette dernière s'est déchargée de toute responsabilité, ce qui laisse la Mairie de Paris dans une posture immanquablement fâcheuse...

 

Dès le début de l'année, les bibliothécaires ont exprimé leur mécontentement face aux dysfonctionnements à répétition du logiciel V-Smart, utilisé pour la gestion des prêts de documents. Le réseau n'a cessé d'être parasité, obligeant le personnel des établissements à suspendre « de plusieurs minutes à parfois plus d'une heure le prêt de documents au public ».

Le syndicat CFDT s'est alors fait la voix des employés excédés pour inviter la Ville de Paris à faire « respecter simplement le cahier des charges du prestataire de service », soit la société Infor Library and Information Solutions, une division du groupe Infor Global Solutions, Inc. Le siège de la société est basé à Bruxelles, tandis qu'un réseau d'agences assure sa présence internationale : France, Amérique du Nord, Canada, Pays-Bas...

 

Légèrement chahuté par un article du blog Social Nec Mergitur, Infor s'est défendu de toutes accusations de maintenance insuffisante : dénonçant « un grave préjudice à notre société et ceux qui y travaillent », ainsi que des « amalgames », mais aussi une « utilisation frauduleuse de la marque et du logo », un responsable de chez Infor a demandé la publication d'un droit de réponse sur le blog, accessible via cette adresse.

 

Dans sa réponse, la société Infor reconnaît bien quelques bugs, mais ceux-ci remonteraient à l'installation du logiciel, en janvier 2009 : le logiciel, « neuf », et le réseau de lecture de Paris, « le plus gros [...} en Europe » ne se seraient pas très bien entendus pendant les premiers mois de leur collaboration. Mais, depuis, « tout est rentré dans l'ordre » assure Infor, qui note que ses dires sont confirmés par une interview de deux bibliothécaires publiée dans un numéro d'Archimag, le magazine de la profession, du mois de... Septembre 2009.

 

Infor précise ensuite que le logiciel V-Smart a passé avec succès tous les tests de fiabilité, et qu'il a été adopté, depuis son installation à Paris, par d'autres bibliothèques prestigieuses : Bruxelles, Montpellier, Strasbourg, Nancy... La société reconnaît des perturbations récentes, mais précise que celles-ci sont liées à « une infrastructure qui a atteint ses limites » : Infor et la Mairie de Paris travailleraient à son extension.

 

Contactée par ActuaLitté, la Mairie de Paris n'a, pour l'heure, pas souhaité réagir aux dysfonctionnements du réseau informatique des bibliothèques. Du côté de la CGT des Affaires Culturelles, on craint de voir les améliorations promises rester « lettre morte ».


La CGT nous confirme que la Mairie de Paris n'a pas encore communiqué sur les manquements du réseau informatique. « Depuis l'installation en 2009, les dysfonctionnements sont réguliers : catalogues en ligne inaccessibles, connexion à distance défectueuse, ou réseau ... Le mardi 20 mars, il y a encore eu une panne générale » explique le syndicat. De plus, la responsabilité d'Infor pourrait être minimisée par d'autres dysfonctionnements « constatés dans les bibliothèques spécialisées, qui utilisent pourtant un logiciel différent ».

 

Pour lire l'article de "ActuaLitté" 

 

 

                                   dsti 3

                                   Paris: Les services informatiques se penchent sur la question

 

 

 

Lire aussi:

Bibliothèques de la Ville de Paris: "Infor", c'est plus fort que toi !

Problèmes informatiques dans les bibliothèques parisiennes: Le droit de réponse de la société "Infor"

Les bibliothèques de la Ville de Paris tournent au ralenti !


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 16:43

 

Les syndicats FSU, Sud et CGT de la Bibliothèque Nationale de France dénoncent « un climat délétère ».

 

La Bibliothèque Nationale de France- François Mitterrand (Paris 13ème) a décidé de licencier un agent contractuel  âgé de 57 ans contre l’avis des syndicats CGT, Sud et FSU, a t-on apprit sur les sites bibliothèques en lutte et CGT-BnF. Pour les syndicats le licenciement après 21 ans de service de ce collègue est « particulièrement abusif ».

 

« Notre collègue ne retrouvera certainement jamais de travail et il lui manque sept ans pour pouvoir toucher une retraite à taux plein » affirment les trois organisations syndicales.

 

Pour protester contre ce licenciement « intolérable et qui équivaut à une mort sociale pour leur collègue » deux organisations syndicales au moins, FSU et CGT  ont décidé elles de boycotter toutes les instances de la (plus) très grande bibliothèque. Ils espèrent par cette action « que le licenciement ne soit plus effectif et voir leur collègue réintégré ».

 

Les syndicats craignent que ce climat social délétère ne «constitue le début de rapports musclés entre la direction et les personnels de la BnF». 

 

On savait qu’à la BnF c’était tout bénef avec les dérives mercantiles constatées ces derniers temps, pour le social doit on plutôt parler de pertes et profits ? A moins que la direction de la BnF décide de régler la question en engageant des procédures de licenciements à l'encontre des personnels qui consultent des ebooks porno ?

 

Publié également sur "Miroir Social"

 

                          

                                     bnf 3

                                            A la BnF, le climat social s'assombrit

 

 

 

Lire aussi

La BnF, c'est tout bénéf !

Tout chez moi l'habite: A la BnF on fournit même des ebooks porno !

BnF: Le Conseil Scientifique lance un appel sur Médiapart !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 14:22

 

Social : Un syndicat annonce la gratuité des piscines parisiennes.

 

Ces derniers week-ends, l’événement a fait des heureux parmi les nageurs parisiens, car plusieurs piscines étaient ouvertes gratuitement au public d’après un communiqué du syndicat CFTC de la Mairie de Paris.  Bref, c’etait « Paris-Plages » avant l’heure.

 

Attention cependant, nul effet d'une bonté soudaine de la Ville de Paris, ni même d'un effet inattendu du passage à l’heure d’été mais tout simplement …..L’absence de caissiers qui n’étaient pas remplacés ces jours là faute d’effectifs suffisants selon la CFTC !  « Non seulement l’entrée était gratuite mais les cours d’aquagym étaient également offert » affirme le syndicat chrétien qui aurait pu rajouter qu'il il faisait aussi un temps magnifique. Au vu de la météo qui s'annonce radieuse le week-end prochain, les parisiens devraient donc continuer à booster la fréqentation des piscines municipales à peu de frais.

 

« Bel exemple de gestion comptable ! Il serait tout de même plus social et logique d’engager du personnel supplémentaire pour les remplacements et ainsi renflouer les caisses ! La Mairie de Paris ne perdrait pas d’argent et gagnerait même de quoi recruter ! » Conclut dans une logique comptable imparable la CFTC qui ne manque pas de souligner le mauvais état des piscines parisiennes qui iraient « à vau l’eau » selon elle. Donc si on comprend bien ce serait carrément fluctuat !

 

Un élu avait déclaré un jour dans un trait d’humour : « Autolib existe déjà, ça s’appelle des taxis ». Pour le  paraphraser on peut rajouter « Paris-Plage existe déjà, ça s’appelle des piscines » et là pour le Maire de Paris c’est complètement mergitur.

 

 

                                           La piscine Molitor  (Paris, 16ème arrondissement)

                                          molitor

                                              C'est poutant vrai qu'il n'y a plus de caissiers  !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 16:41

 

Métro : le 23 mars 2012

 

Les précaires de la Mairie de Paris descendent dans la rue

 

Environ 300 agents de la Mairie de Paris se sont réunis sur le parvis de l'Hôtel de Ville pour dénoncer la précarité de leurs statuts

 

"Nous on est les invisibles, on est seulement des petites mains". A 54 ans, ça fait 23 ans que Lorraine travaille dans les cantines des écoles de la Mairie de Paris. Elle est désormais en CDI, mais pas titularisée "Je gagne 1300€ nets par mois, alors qu'un titulaire gagne 200€ de plus". Alors hier, comme 300 autres agents de la mairie, tous secteurs confondus, se sont réunis sur le parvis de l'Hôtel de Ville, pour réclamer leur titularisation.

 

Cantines, administrations, animations, selon la CGT, ils sont 20 000 "précaires" à travailler pour la Mairie. Certains sont en CDD, d'autres travaillent à temps partiel, d'autres encore, en CDI, attendent leur titularisation depuis plusieurs années.

 

"Il faut distinguer les non-titulaires, qui représentent 9% de nos effectifs, et les vacataires qui sont des besoins ponctuels", explique Maïté Errecart, adjointe au Maire de Paris, chargée des ressources humaines. Une diversité de situations qui oblige à les résoudre au cas par cas. "Nous avons déjà titularisé 5 000 personnes en dix ans et nous allons continuer à faire passer le plus de CDD en CDI. Mais les situations sont très différentes. Le personnel des cantines, par exemple, dépend des mairies d'arrondissement et pas directement de l'Hôtel de Ville".

 

Une réponse qui ne convainc qu'à moitié Aminatou, 26 ans. Son troisième CDD au bureau du RSA du Xve arrondissement s'achève en mai prochain. Si elle veut intégrer l'administration, elle doit passer des concours. "Je trouve ça inadmissible que la seule réponse que l'on nous fasse est de passer un concours. Je suis compétente. J'ai même des lettres de recommandation de ma hiérarchie". De nouvelles mobilisations sont prévues le 5 et 6 avril prochains.

 

Lire l'article de "Métro"

 

                                vacataires

 

 

Lire aussi

Le Parisien: Les précaires manifestent à Paris. Maité Errecart reste "droite dans ses escarpins" !

Social : Les précaires de la Mairie de Paris se manifestent !

ActuaLitté: A Paris, la « génération de précaires » veut son mouvement du 22 mars

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 16:09

 

Le Parisien: le 22 mars 2012

 

Les précaires manifestent sous les fenêtres de Delanoë

 

Agents des cantines, des écoles, des conservatoires, des musées ... Selon la CGT, ils seraient 20 000 non-titulaires parisiens à travailler pour la mairie de Paris.

 

Alors qu'une loi visant à réduire la précarité dans la fonction publique vient d'être appliquée, la CGT appelle les précaires de la Ville à manifester ce matin à 11h30 sur la place de l'Hôtel de Ville pour demander leur titularisation.

 

« Il s'agit là de vacataires. Ce ne sont pas des postes compris dans la loi. Quelques-uns verront leur poste transformé en CDI, mais pas tous », avertit Maïté Errecart, adjointe aux ressources humaines.

 

L'élue doit prochainement présenter aux syndicats un plan de transformation de CDD en CDI.



                                                                                   Marie Thérese Errecart

                                          errecart 1

                                                    "Attention je vous avertis, pas tous ! "

 

 

 

ActuaLitté: A Paris, la « génération de précaires » veut son mouvement du 22 mars

Social : Les précaires de la Mairie de Paris se manifestent !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 09:20

 

D’abord dans les musées ce week end, puis le 22 mars à l’Hôtel de Ville .

 

Les précaires de la Mairie de Paris ne devraient pas êtres invisibles dans les jours qui viennent.


Dès ce week-end des actions sont prévues à l’appel du syndicat CFDT. D’abord au musée Victor Hugo (4è) et aux Catacombes (14è) ce samedi 17 mars. Le lendemain, dimanche 18, c’est le musée du Petit Palais (8è) qui devrait faire l’objet de toutes les attentions de la CFDT, d’après un communiqué rendu public hier auprès des personnels des Affaires Culturelles.

 

Le syndicat réclame la contractualisation vacataires des musées, un statut plus protégé, dans le futur Etablissement Public (EPA) qui doit absorber tous les musées parisiens le 1er janvier 2013. Le préavis de ce week-end serait « susceptible d’être reconduit » selon la CFDT.

 

                                             précaires 3

                                   Les Catacombes, le modèle de la politique sociale parisienne ?

 

La semaine prochaine, c’est les précaires de toute la Ville de Paris cette fois qui vont se manifester à l’appel de la CGT. Le premier syndicat parisien appelle les agents non titulaires à investir le parvis de l’Hôtel de Ville le 22 mars pour demander à Bertrand Delanoë d’appliquer la nouvelle loi sur la déprécarisation adoptée il y a quelques semaines. Dix huit milles d’entre eux en seraient exclus d’après la CGT.

 

Le 22 mars apparaît là comme un clin d’œil de l’histoire, puisque cette date est considérée par les historiens comme le début des événements de Mai 68 qui ont marqué la France il y a plus de quarante ans. Sachant qu’un des acteurs de cette époque, Alain Geismar, est désormais le président des œuvres sociales de la Mairie de Paris, il ne serait guère étonnant de le voir au milieu des manifestants et fêter comme il se doit cet anniversaire ?

 

Publié également dans "Miroir Social" 

  


                                        Alain Geismar (à droite) à jussieu en 1968 (pas loin de l'Hôtel de Ville)

                                        prédcaires 2

                                                      1968 -2012, même combat ?

 

 

Lire aussi:

ActuaLitté: A Paris, la « génération de précaires » veut son mouvement du 22 mars

Le Parisien : Alain Geismar reprend du service à l'Agospap

Musées de la Ville de Paris : Delanoë a tranché !


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 15:34

 

Elle confirme, malgré tout, « quelques problèmes » !

 

Notre blog avait pointé dans deux articles, « Les bibliothèques de la Ville de Paris tournent au ralenti » et « Infor, c’est plus fort que toi », les problèmes informatiques qui perturbaient le fonctionnement des bibliothèques parisiennes. La société Infor qui fournit le logiciel des bibliothèques parisiennes « v.smart » s’estimant mise en cause a souhaité exercer son droit de réponse. Le voici dans son intégralité.                                          

 

« En complément à l’article paru le 20 février où il était fait état de dysfonctionnements informatiques dans les bibliothèques de Paris, la société « Infor » a demandé un droit de réponse afin d’éclaircir certains points. « Infor » ne veut pas nier des problèmes, mais souhaite les qualifier et bien les interpréter. Tout d’abord, Infor est attributaire du marché SIGB, pas du portail.

 

Un bref historique : « v-smart » est en production à la Ville de Paris depuis janvier 2009. Les débuts furent parfois difficiles, mais pas au-delà de la normale dans un tel contexte (Le logiciel était neuf et Paris est le plus gros réseau de lecture publique en Europe). Après quelques adaptations de « v-smart », et la mise en conformité avec les pré-requis des débits réseau par la Ville de Paris, tout est rentré dans l’ordre, comme en témoignent d’ailleurs deux bibliothécaires de Paris dans le numéro 227 d’Archimag (Sept.2009).

 

Depuis, les choses s’étaient aplanies, avec plusieurs records de prêts mensuels (1.5 millions). Le respect du cahier des charges a été acté après des tests poussés, par la DSTI (Service informatique de la Mairie de Paris), la DAC (Direction des Affaires Culturelles) et son AMOA (Assistance à Maitrise d’Ouvrage). Entre temps, « v-smart » a d’ailleurs été choisi par les bibliothèques d’Amsterdam, Bruxelles, Montpellier, Strasbourg, Nancy… et donne satisfaction.

 

Enfin, comme l’écrivait l’équipe de Social Nec Mergitur, il est exact que depuis quelques semaines, des problèmes sont apparus. « Infor » tient à préciser que ces problèmes ne sont pas liés à des bugs logiciels, mais à une infrastructure qui a atteint ses limites (sans trop entrer dans les détails : taille des disques, nombre de licences atteint, ouverture de nouvelles bibliothèques, mise en place de nouveaux automates… sans ajustement des matériels, …). « Infor », en collaboration avec les services informatiques de la Mairie de Paris,, a travaillé sur la refonte des infrastructures, l’extension du nombre de licences pour répondre à la demande croissante.

 

Ces opérations devraient à court terme redonner satisfaction aux bibliothécaires et usagers des bibliothèques de la Ville. »

 

Merci à la société Infor de nous avoir apporté ces précisions. Désormais la balle est dans le camp de la Ville de Paris, et comme le disait Michel Polac à chaque droit de réponse demandé dans sa célèbre émission éponyme, « dont acte ».

 

                                             

Problèmes informatiques dans les bibliothèques parisiennes: Le droit de réponse de la société Infor

                                                                    " Dont acte"

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article