Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 11:02

 

Le règlement n’était pas à l’amiable !


Cela devait être un modèle de dialogue social. Il y a en tout cas du retard à l’allumage à en croire les représentants des personnels de « Paris-Musées », l’établissement public qui regroupe depuis le début de l’année l’ensemble des musées municipaux parisiens.


Alors que les représentants du personnel venaient d’être fraichement élus suivant un scrutin inédit pour la collectivité parisienne, la direction de l’établissement public décidait de convoquer seulement quelques jours après (onze jours pour être précis) un Comité Technique (CT) où siègent six élus côté syndical et trois cadres supérieur côté administration, plus une élue parisienne.

Une hâte qui a conduit la majorité des représentants du personnel – CFDT, CFTC, CGT, FO et Unsa - à boycotter cette instance, a-t-on appris de source syndicale. Une des raisons portait notamment sur l’absence de concertation sur le règlement intérieur à même de poser les bases de relations équilibrées entre partenaires sociaux.

« L’administration souhaitait clairement décider seule d’un règlement intérieur rédigé sans concertation avec les membres  élus de l’instance. » ont affirmé en chœur les cinq organisations syndicales

« Inutile de préciser que l’absence d’un règlement intérieur concerté est, pour vos représentants, la porte ouverte à toutes les dérives administratives et reflète clairement une absence de dialogue social »  a d’ailleurs précisé la CGT des Affaires Culturelles sur son site.

 

                                           Dialogue social: Pour les syndicats, rien ne va plus !

                                      rien ne va plus belgian

                                 " Nous ne laisserons pas l'administration nous jouer la sérénade ! "

 

En tout cas, cet épisode a mis à jour les premières difficultés que vont connaître les représentant des personnels des musées parisiens, car de son côté le syndicat Supap-FSU a rompu, seul, l’unité syndicale en voulant siéger coûte que coûte lors ce premier Comité Technique

Une attitude qui n’a pas fait, loin de là, l’unanimité. « Il nous semble incompréhensible que la représentante du Supap ait siégé seule avec l’Administration » a d’ailleurs déclaré le Syndicat Force Ouvrière dans un communiqué.

Une posture qui n’a pas été, non plus, du goût de la CGT qui précise que le Supap a  « pourtant été sollicité pour participer à ce boycott » mais « que ce syndicat a préféré jouer sa propre carte en lisant une déclaration clairement hostile aux choix des autres représentants. » 

En tout cas, faute du quorum nécessaire, le Comité Technique de Paris-Musées a été reporté à la rentrée. Avec un cadre « fixé par consensus » réclament les syndicats. Le règlement intérieur devra donc être rédigé à l’amiable.

Publié également sur "Miroir Social"


                                  Paris-Musées: Entre le Supap et les autres syndicats, rien ne vas plus !

                                  Closer-William---Kate-rien-ne-va-plus

                                                   " Gosh, la Reine-Mère a encore joué sa carte ! "

 

Lire aussi

Elections professionnelles : Les musées parisiens ont désigné leurs représentants

La CGT et la CFDT enterrent la hache de guerre !

La Ville de Paris demande à « Paris-Musées » de régler les retards de salaires

Le loyer du musée du Grand Palais jamais encaissé par la Mairie de Paris !

AFP : Un agent blessé par la chute d'une porte au Musée d'art moderne à Paris

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 09:31

 

Anne Le Strat, la présidente du Comité Hygiène et Sécurité des égouts parisiens, atteinte du syndrome de Michel Audiard.

Décidément la polémique sur la fin de l’obligation de vaccination des égoutiers contre leptospirose, appelée aussi « Maladie du rat » n’en finit pas de rebondir.

Après une menace de grève des égoutiers parisiens, l’affaire était même remontée jusqu’à l’Elysée, le sujet de leptospirose se retrouvait à l’ordre du jour du Comité Hygiène et Sécurité (CHS) de la direction en charge des égouts municipaux parisiens présidé par Anne Le Strat, adjointe au maire, chargée entre autres de l’assainissement. Un CHS qui s’est plutôt mal passé si l’on en croit la CGT des égoutiers.

« Lors d’échanges avec votre représentante, alors que nous argumentions sur l’absolue nécessité de vacciner les égoutiers, car dans le cas contraire leur vie en dépendrait, nous nous sommes vus insultés, il n’y a pas d’autre mot, par Mme Anne Le Strat » écrit la CGT dans une lettre ouverte à Bertrand Delanoë, le Maire de Paris.

Il faut dire qu’à l’occasion de cette réunion, l’adjointe au Maire, droite dans ses bottes d’égoutier, s’est fendue d’une saillie digne de Michel Audiard lorsque les représentants du personnel lui demandèrent de maintenir la vaccination obligatoire avant de descendre dans les entrailles de la Capitale.

« Vous prenez vraiment les gens pour des cons » rétorqua en effet la présidente à une assistance médusée. Sentant venir la boulette, Anne Le Strat demanda que son cri du cœur ne soit pas inscrit au PV officiel de la séance. Il est vrai que si l’on en croit le syndicat « certains représentants de l’administration se sont même sentis mal à l’aise vue l’expression de leur visage une fois cette phrase prononcée.»

 

                                                         Anne Le Strat sort les griffes en plein CHS      

                   2495167-3509979

                                                              " Non mais, vous me prenez pour qui ? " 

 

De son côté, la CGT, a qui on ne fait pas pendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, exigea que « cette remarque insultante et diffamante soit inscrite au PV du C.H.S. » ce qui fut fait semble-t-il.

Cet épisode n’est, semble-t-il, pas une première, car selon les syndicats Mme Le Strat serait souvent « péremptoire, cassante et autoritaireJusqu’à présent nous nous étions cantonnés à passer outre les attitudes monarchiques et absolues de Mme Le Strat. Mais cette fois nous ne pouvons accepter cette provocation injurieuse à notre égard. »

Outre le langage fleuri que semble apprécier l’élue, c’est sur le fond que la CGT voulait surtout interpeller le maire de Paris : « Mme Le Strat ne doit pas vraiment maitriser ce dossier qui aura pour conséquence de faire réapparaitre la leptospirose au sein du corps des égoutiers

Quand au reste, la CGT demande à Bertrand Delanoë de bien vouloir rappeler à son adjointe « que les règles les plus élémentaires de politesse et de correction doivent s’appliquer aux représentants du personnel que nous sommes. » 

Pour faire avancer la cause de la politesse auprès de son adjointe, le Maire de Paris devra donc être obligé de faire appel comme expert qualifié au prochain CHS de le Direction de l’Assainissement à Nadine de Rothschild, pas moins.

 

Publié également sur " Miroir Social "




                                             Anne Le Strat, héritière de Michel Audiard ?

                          51OVgkCmgPL.jpg

       -  Mmm, les règles élémentaires de politesse ne doivent-elle pas s’appliquer ?     

                                        -  Ah si, et de correction aussi !            

 

 

Lire aussi

Santé: Les égoutiers de Paris à la merci de la leptospirose

Paris : Les égoutiers ne seront plus obligés de se faire vacciner.

La Mairie de Paris veut supprimer la vaccination obligatoire pour les égoutiers !

Santé au travail : Une drôle de mélodie en sous-sol à la Ville de Paris !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 08:42

 

Enfin, si le logiciel municipal de gestion de paye le permet !


"Cette mesure est injuste, inutile et inefficace. Elle est humiliante pour les agents. Le gouvernement proposera de l'abroger par la prochaine loi de Finances" avait déclaré en début d’année la ministre de la fonction publique, Marylise Lebranchu pour justifier la fin de la journée de carence pour les fonctionnaires en cas d'arrêt maladie. Cette mesure qui ne se traduira toutefois qu’en 2014 était surtout venue compenser le fait qu’il n’y aurait pas en 2013 d’augmentation du point d’indice, gelé, de façon inédite, depuis 2010


C’est donc avec une certaine surprise que les syndicats de la Ville de Paris ont appris que l’équipe dirigée par Bertrand Delanoë allait, pour une fois, devancer le Gouvernement en ayant fait voter en avril par le Conseil de Paris la suppression du jour de carence pour les personnels municipaux.


Toutefois en regardant les considérants de ce vote on y trouve des argumentaires plutôt croquignolets. Ainsi, la municipalité s’appuie pour justifier la suppression de ce jour de carence sur le fait qu’elle l’a mis en place…après le gouvernement. Véridique ! Il est en effet écrit texto dans la délibération municipale « qu’elle n’a mise en place cette mesure applicable au 1er janvier 2012, qu’en septembre 2012 ».  Une tentative de justification assez fluctuat, non ?

 

Mieux, elle rajoute comme autre argumentaire pour justifier la suppression du jour de carence « l’attention que la collectivité porte aux conditions d’emploi de ses agents » ce qui ne l’a pas empêché de leur retirer un jour de paye dès le premier jour d’arrêt maladie.

 

Mais alors pourquoi faut-il attendre septembre pour mettre en place ce vote des élus parisiens qui date du mois d’avril ? Alors là, la Mairie sort sa botte de Nevers en justifiant « les délais incompressibles pour remodifier le système d’information de paye ». Cinq mois pour modifier un logiciel de paye ?  Du pur mergitur  ! A croire que les informaticiens de la Ville de Paris sont tous tombés malades !  Espérons pour eux qu'on ne leur retira pas le jour de carence. En tout cas, c'est toujours ça de gagné pour la Municipalité.


Ce qui est certain, c’est que dans cette affaire la Mairie de Paris n’a jamais été très claire, c'est le moins qu'on puisse dire. Si elle a appliqué avec retard la suppression de la journée de carence c’était pour ne pas avoir à appliquer une mesure.... du Gouvernement Sarkosy, mesure  qu’elle s’est pourtant empressée de mettre en œuvre une fois le nouveau gouvernement élu. Comprenne qui pourra.


Il aura donc fallu l’initiative d’une ministre pour que l’équipe de Bertrand Delanoë puisse retrouver «  toute l’attention que la collectivité porte aux conditions d’emploi de ses agents ». Bref niveau politique sociale, à Paris c’est toujours la carence.

 

Publié également sur " Miroir Social "


 

                                 Social:  La Mairie de Paris se cache toujours derrière le Gouvernement

                  6093146061_34f67db053_z.jpg

                                             " Quand même Anne,  le coup du logiciel, chapeau ! "

 

 

Lire aussi

Arrêt maladie : Vers l’abrogation du jour de carence pour les fonctionnaires

Jour de carence: Il fallait bien que le gouvernement lâche quelque chose !

Assurance Maladie: Des cartes Vitales....Dévitalisées !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 16:19

 

Les héritiers de François Mitterrand sont décidément sans pitié pour l’oeuvre laissé par Tonton


Après les orages de ces derniers jours, de fortes turbulences sociales ont secoué ce vendredi la Bibliothèque Nationale de France- François Mitterrand (BnF) dans le XIIIe arrondissement de Paris. A tel point que la communication de document en rez-de-jardin à été annulée faute de personnels suffisant.


C’est la conséquence de la grève lancée par l’intersyndicale - CGT, FSU et Sud - afin de dénoncer la réduction des budgets et des effectifs, ainsi « que les graves conséquences que cela entrainerait selon eux sur le fonctionnement de la bibliothèque ». Elle en appelle d’ailleurs aux usagers en lançant une pétition « pour refuser  cette politique désastreuse soumise au seul argument budgétaire »


Il faut dire qu’il y a de quoi s’alarmer, car les syndicats pointent « une diminution historique du budget de la culture » qui se traduit par une baisse de subvention de plus de cinq millions d’euros pour l’année 2013, plus un surgel de crédits. « Un niveau à la baisse jamais atteint » remarquent les personnels.


D’autant qu’à cela, il faut ajouter les onze millions d’économies qui doivent être trouvé pour les trois prochaines années, ordre du ministère de tutelle dirigé par Aurélie Filippetti. Conséquence, « les suppressions de postes se poursuivent, remplacé partiellement par des contrats précaires de courte durée » dénonce l’intersyndicale !


Pour pallier à cette rigueur budgétaire la direction de la BnF est priée de se montrer inventive. Ses premières trouvailles ont été de réduire les horaires d’accès de certaines salles, voire mieux, de supprimer le vestiaire du hall Ouest, pour le remplacer par des consignes automatiques. Comme dans un paquebot ivre ?

 


                                                         La BnF-François Mitterrand, un paquebot ivre

                                 titanic-white-star-line-poster-gary-perron.jpg

                                              Il y a même des consignes automatiques !

 

 

Toutefois cela ne semble pas suffire à rassurer Bercy, car le président de la BnF, Bruno Racine, doit trouver pour son troisième mandat d’autres sources de revenus. La direction a commencé son office en cédant des espaces supplémentaires à la société MK2. « Une redevance ridiculement faible eu égard au sacrifice consenti » précisent néanmoins les syndicats.


Mieux la BnF en est arrivé à supprimer habilement l’accès aux œuvres tombées dans le domaine public mais dont l’accès dans sa forme numérisé…. sera de nouveaux payant ! Ingénieux, n'est ce pas ? En tout cas une astuce « qui permettra à ces sociétés privées de dégager des bénéfices avec la commercialisation de collections publiques. » d’après les personnels.


Enfin comme si cela ne suffisait pas, l’institution en est réduite à vendre les bijoux de famille avec la cession de l’immeuble Louvois, site du département musique, faute de budgets suffisants pour sa réhabilitation. Vu que celui-ci est situé au cœur de Paris, dans le IIe arrondissement, une bonne opération immobilière est sans doute à prévoir dans la colonne des recettes.


Alors la BnF symbole d’un état en crise, où parmi d’autre, les mesures d’austérité touchent durement le secteur culturel ? Les héritiers de François Mitterrand sont décidément sans pitié pour l’oeuvre laissé par Tonton.

 

Publié également sur "Miroir Social "

 

 

                                                  Culture: Les héritiers de François Mitterrand lui tourne le dos

               602149_10200653829740514_1893132129_n.jpg

                                                               " A mon avis, ils vont droit dans le mur ! "

 

 

Lire aussi

BnF : 2013 sera « l’année du commencement de la fin » !

BNF : Une commission d’enquête contestée par les syndicats !

BNF : des relations conflictuelles entre le personnel et la direction.

Licenciement abusif : La BnF désavouée par le Tribunal Administratif !

François Hollande rend visite à une BnF en plein chantier !

Livre Hebdo : La BnF perturbée par un mouvement social

 

                                         

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 09:23

 

Force ouvrière arrive en tête, suivi de l’Unsa et de la CGT. Le syndicat des cadres est éliminé !

 

C’était une première à la Ville de Paris. Les agents des musées municipaux transférés depuis le début d’année dans le cadre d’un établissement public, « Paris-Musées » étaient appelés aux urnes pour désigner leurs représentants au Comité technique (l’équivalent du comité d’entreprise) et au Conseil d’ Administration selon des règles électorales qui seront étendues au reste de la collectivité parisienne fin 2014.

 

Les élections s’organisaient autour d’un scrutin par liste à la proportionnelle à un tour pour élire les six membres du Comité Technique. En parallèle, une seconde élection avait lieu pour désigner les trois membres représentant les personnels au Conseil d’Administration, au scrutin majoritaire uninominal cette fois, un par collège catégoriel (A, B et C). Une instance présidée par Anne Hidalgo, la première adjointe de Bertrand Delanoë.

 

Sept syndicats étaient en compétition pour six sièges à pourvoir: la CFDT, la CFTC, la CGT, FO, Le Supap, L’Unsa et l’UCP. De fait, un syndicat devait disparaître à l’issu des votes. Restait à savoir lequel.

 

Première constat: Un taux de participation de près de 70%. Un score nettement supérieur à la moyenne des élections professionnelles, y compris à la Ville de Paris.

 

Deuxième constat: Aucun syndicat ne dominant vraiment les autres, les six sièges du Comité Technique sont attribués à six syndicats différents (FO, Unsa, CGT, Supap, CFDT et CFTC). Au Conseil d’administration, FO, la CFDT et la CFTC décroche chacun un siège (voir les réultats complets).

 

Néanmoins, c’est Force ouvrière qui arrive en tête avec 23% des suffrages. Il décroche également, on l'a vu, le siège du Conseil d’Administration dévolu aux catégories C. L’Unsa (16%) et la CGT (15%) complètent le podium.

 

Ce trio de tête est une surprise car jusqu’alors les principaux syndicats à la Direction des Affaires Culturelles (direction qui abritait auparavant les musées parisiens) étaient le Supap et la CFDT qui se trouvent désormais relégués en milieu de peloton.


 

                                             Paris-Musées: La compétition a reservé des surprises !

                 D2-Emil-Z_topek_255739a.jpg

                                     FO suivi de près par l'Unsa et la CGT. Le Supap chute !


 

La CFDT se classe en effet cinquième avec 13% des voix mais peut tout de même afficher sa satisfaction en décrochant un siège au Conseil d’Administration pour le compte des catégories A.

 

Pour le Supap en revanche, c’est plutôt un échec. Lui qui avait pour ambition de finir en tête, ne décroche que la quatrième place (13% également), mais surtout ne sera pas présent au Conseil d’Administration, autre objectif affiché. Mergitur

 

La CFTC, comme au niveau national, échappe au couperet en finissant sixième. Avec 12 %, elle décroche le dernier siège à pourvoir, évitant ainsi la relégation de justesse. Mieux, elle réussit l’exploit de décrocher le siège pour le collège de la catégorie B, au Conseil d'Aministration. C'est finalement un succès des plus fluctuat si on y regarde de plus près.

 

L’UCP, bonne dernière avec 7% des voix, est elle éliminée. L’Union des Cadres Parisiens ne pourra donc pas être déclaré représentative auprès des personnels de « Paris-Musées ».

 

Dernière particularité de ce scrutin : Les heureux élus ne bénéficierons que d’un mandat de ….Dix huit mois: En effet, fin 2014, rebelote, car toutes les fonctions publiques sont appelées aux urnes et les musées parisiens seront encore de la partie.  Retrouvera-t-on les mêmes organisations sur la ligne de départ ?

 

Lire aussi sur " Miroir Social "



                                         Paris-Musées: En 2014 les syndicats reprendront de nouveaux le départ

                   jo_1896.jpg

                                                     " Hep, attention, pas de faux départ, hein ? "

 

 

 

Lire aussi

Voici la « nouvelle liste » des syndicats représentatifs

La CGT et la CFDT enterrent la hache de guerre !

Le Parisien : Risque de grève dans les musées de la Ville de Paris

Anne hidalgo nommée présidente des musées parisiens !


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 17:05

 

Le Monde-Question(s) Sociale(s) : le 1er juin 2013  

Meet the new boss, same as old boss*, car c’est la même liste que l’arrêté de 1966  

Le Journal officiel du samedi 1er juin a publié un arrêté du ministre du travail, Michel Sapin, daté du 30 mai, fixant la liste des organisations syndicales reconnues représentatives au niveau national interprofessionnel.

Depuis la réforme de la loi du 20 août 2008 sur la représentativité syndicale, ceux-ci devaient satisfaire à sept critères pour être reconnus représentatifs, le plus déterminant étant celui de l'audience résultant des élections professionnelles. Pour être représentatif au niveau national interprofessionnel et avoir la capacité de signer des accords collectifs, un syndicat devait recueillir au moins 8% des suffrages exprimés.

La liste validée le 30 mai tient donc compte de la mesure de représentativité établie par le Haut Conseil du dialogue social le 29 mars et sur la vérification des autres critères de représentativité (indépendance, transparence financière, implantation territoriale, etc.). Les cinq organisations représentatives sont la CGT, la CFDT, Force ouvrière, la CFE-CGC et la CFTC qui, contrairement à la plupart des pronostics, avait réussi à sauver sa place.

 

                                                             Syndicats: C'est la même liste qu'en 1966

                     article SGE ELI74 110307192613 photo01 photo default-512x36

                                                                        " Ben, ça ne nous rajeunis pas ! "

 

Cet arrêté se substitue à celui du 31 mars 1966, signé par le ministre des affaires sociales de l'époque, Jean-Marcel Jeanneney,  qui avait arrêté la même liste, tout en précisant, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, que la CGC n'était représentative qu'"en ce qui concerne la catégorie professionnelle des cadres". Un arrêté qui est resté gravé dans le marbre pendant quarante-sept ans sans que les syndicats n'aient à faire la preuve de leur représentativité... La liste du 30 mai définit la représentativité pour un cycle de quatre ans, jusqu'en 2017.

L'arrêté de Michel sapin, précise dans son article 2 le "poids des organisations syndicales représentatives" pour la négociation des accords collectifs, sachant que désormais pour qu'un accord soit validé il doit avoir les signatures de syndicats ayant recueilli au moins 30 % des voix, les non signataires ne pouvant faire jouer leur droit d'opposition qu'en réunissant au moins 50 % des voix. Le poids de la CGT est de 30,63 %, suivie de près par la  CFDT (29,71 %) puis par FO (18,28 %), la CFE-CGC (10,76 %) et la CFTC (10,62 %).

A noter que, par rapport aux chiffres du 29 mars, la CGT et FO ont gagné quelques décimales alors que les autres en ont perdues... Mais le bloc réformiste conserve, avec 51,09 %, une majorité qui lui donne les coudées franches. A condition de s'entendre.

* Célèbre formule tirée d’une chanson des Who, Won’t get fooled again, qui veut dire en gros « c’est pareil qu’avant ».

Lire l'article de " Question(s) Sociales(s) "   

 

   lepaon-berger-moschetti  

                                                             - " Meet the new boss ? " 

                                                                            - " Heu, same as a old boss ! "

 

 

Lire aussi

La CGT et la CFDT enterrent la hache de guerre !

La CGT en tête chez les personnels du Parti Socialiste et du Parti Communiste !

Les prochaines élections professionnelles dans la fonction publique auront lieu en 2014

Elections professionelles : Les musées parisiens ont désigné leurs représentants

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 09:59

 

Ils seront devant l'Hôtel de Ville le jeudi 6 juin pour échapper à cette surveillance

 

C'est une mise sous surveillance que dénoncent les travailleurs sociaux parisiens.

Depuis quelques mois, un nouveau logiciel,  appelé « Isis », a été mis en place par la Ville de Paris concernant la gestion des usagers des services sociaux bénéficiaires du RSA, de contrats d’insertion ou plus simplement de demandes d’aide au logement.

Mais de nouveaux paramètres ont semble-t-il été ajoutés, car alertés ces dernières semaines par le recensement au sein de ce logiciel de nombreuses données à caractère privé (notamment à caractère médical), les travailleurs sociaux parisiens « dénoncent un nouveau fichage des usagers et craignent la mise à mal du lien de confiance inhérent à la relation d’aide » a-t-on apprit par un communiqué.

Les travailleurs sociaux rappellent « qu’ils ont pour mission d’accueillir, d’orienter et d’accompagner un public fragilisé dans un cadre de confidentialité ». Un cadre difficile à tenir selon eux, car le fichier Isis, centralisé, peut être consulté par près de 1700 utilisateurs répartis sur soixante sites.

Soutenus par plusieurs organisations syndicales (CFDT, CGT, Unsa et Force Ouvrière) ils ont décidé de faire grève le jeudi 6 juin 2013 pour dénoncer ce qui est selon eux des atteintes à la vie privée des parisiens. Ils se réuniront devant l’Hôtel de Ville à partir de midi trente.

Publié également sur " Miroir Social " 

 

                                        sous-surveillance-affiche-poster.jpg

 

 

 

Lire aussi

Paris : Les bibliothèques bientôt mises sous surveillance !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 08:52

 

Un polyhandicap sévère diagnostiqué par les professeurs des Cours Municipaux pour Adultes.

 

C'est une institution qui remonte au Second Empire ! A Paris, la Mairie propose aux parisiens de plus de 18 ans des cours municipaux pour adultes. Désormais ce sont des centaines de formations qui sont assurées, généralement le soir, par des professeurs municipaux. Pourtant, ces derniers, voulant sans doute rompre avec la tradition, ne cessent de dénoncer la précarité de leur situation. Pour ces enseignants, les relations sociales à la Ville de Paris, sont décrites comme atteintes d'un polyhandicap des plus fluctuat et dont les symptômes ne sont pas très mergitur.

 

Hypoacousie et aphasie. A la Direction des affaires scolaires de la Ville de Paris (DASCO) sévit un mal qui affecte spécialement les responsables des ressources humaines : une surdité sévère, assortie d'un mutisme profond. Telle est sans doute l'explication du grand silence qui succède à toutes les demandes de requalification en contrat à durée indéterminée d'une quinzaine de professeurs des Cours Municipaux d'Adultes (CMA), faux vacataires depuis des lustres.

 

Ces demandes, qu'elles émanent de relais syndicalistes ou des salariés eux-mêmes, tombent dans les oubliettes de la rue de l'Arsenal (Dasco) et de la rue Lobau (DRH) où les écrits en recommandé subissent le même anéantissement que les courriers simples, les incantations, les formules vaudou, les mèls. Ils n'en parlaient jamais, mais tous étaient frappés : la directrice des Affaires scolaires, la chef du Bureau des CMA, le chef des RH de la Dasco, le DRH, la première adjointe au Maire... La pandémie n'en épargne aucun, et chaque requête suscite un nouveau cas.

 

 

                                                     Une pandémie de surdité touche la Mairie de Paris

 

                                            sourd

 

Sur les 852 professeurs assurant les cours municipaux, 500 ne seraient pas titulaires d'un emploi public (et seraient, partant, susceptibles d'être contractualisés à la Ville). Ces chiffres, communiqués par l'administration il y a bien longtemps, sont certainement en deçà de la réalité, ne serait-ce que parce qu'en 1990, 20 000 auditeurs étaient inscrits. Mais cet effectif a depuis beaucoup augmenté.

 

C'est Bertrand Delanoë lui-même, préfacier de la brochure des cours distibuée au public, qui nous l'apprend : « En formant le vœu que les 30 000 auditrices et auditeurs des Cours Municipaux d'Adultes puissent réussir leur formation, je remercie tous les personnels pédagogiques.... ».  A moins que la Mairie ait truqué les chiffres, ces 10 000 auditeurs en plus traduisent donc une augmentation de la fréquentation de …50 %.

 

Mais aux remerciement du successeur d'Etienne Marcel, les personnels préféreraient probablement un contrat en bonne et due forme. Une demande guère extravagante d'ailleurs, car à voir les chiffres municipaux le travail n’a pas l’air de manquer

 

                   article_delanoe.jpg                

                                                                 Delanoë remercie les personnels des CMA

 

  

Cécité.  Il est vrai que sur son site, la municipalité annonce la couleur. Dans sa rubrique Travailler à la Ville, en bout de bout de liste des métiers de l'enseignement et de la culture, on lit à propos des Cours Municipaux: « Les enseignants sont des vacataires ». Ici l'on peut diagnostiquer un problème de vue, qui viendrait alourdir un polyhandicap pourtant déjà sévère pour la municipalité.

 

En effet, le rédacteur du site n'a pas lu une autre rubrique (certes, fourre-tout) du même site : Contrats, vacataires, saisonniers..., dans laquelle sont définis les emplois que la Ville pourvoit par vacation : des missions ponctuelles, limitées dans le temps. Sachant que certains professeurs dispensent leurs cours depuis plus de vingt ans, sachant d'autre part que les premiers cours municipaux sont nés en 1820 et ont pris leur essor sous le Second Empire, la « limitation dans le temps » de la mission éducative fait long feu. Mais à Paris, peut être que le temps est une notion fluctuante (nec mergitur) ?

 

Ce douloureux problème de vue touche également les employés du service délivrant les fiches de paie, qui se trouvent ainsi dans l'incapacité de remplir les rubriques obligatoires du précieux document : en effet, on a beau scruter le document à la loupe, nulle trace du nombre d'heures effectuées, information disparue depuis l'automne 2008. L'on ignore s'il s'agit des mêmes employés, affaiblis par la maladie qui, comme Bartleby, préfèrent ne pas délivrer l'attestation destinée aux Assedic.

 

 

                                                       La Mairie de Paris est pourtant équipée contre la cécité

                                         img 2686

                                                                                 " Appelez nous Bartleby ! "

 

 

Dyscalculie.  Pour aggraver le tout, un dernier symptôme se développe de manière inquiétante: la dyscalculie. En effet, même dotée de calculettes, d'ordinateurs alimentés à l'électricité, d'employés titulaires du certificat d'étude, voire de brillants lauréats des concours de la Fonction Publique, bref, de moyens matériels et humains, la dyscalculie  touche le Bureau des CMA depuis 2007, et galope.

 

Chaque année, la Dasco, dont l'action se fonde nettement sur un principe de précarité durable, recrute de nouveaux professeurs vacataires, retirant aussi bien des heures de cours aux enseignants présents à qui elle refuse un contrat, pour qu'ils ne dépassent pas 380 heures annuelles de cours, nombre-barrage tiré au sort une nuit de pleine lune, dans le but de ne pas contractualiser plus d'une trentaine de professeurs.

 

En 2007 en effet, la Dasco et le Bureau des CMA, effrayés (semble-t-il) par une directive européenne de 2005 qui grondait très fort les employeurs de précaires, a décidé de créer un contrat de travail pour une poignée d'enseignants, sans élaborer, comme cela existe pour les PVP (professeurs qui dispensent aux élèves parisiens les cours d'arts plastiques et de musique) de règlement d'emploi, choisissant une base horaire hebdomadaire de 35 heures au lieu de 18 à 20 comme c'est le cas pour un enseignant du secteur public.

 

 

                                                   Paris est pourtant doté de calculettes dernier cri

                                      dyscalculie

                                                                   " La dyscalculie est même fournie ! "

 

Dernièrement, on s'est aperçu que la dyscalculie perturbait gravement le compte des heures de cours dispensées par les vacataires : la Dasco se livre à des déclarations fantaisistes. Des professeurs découvrent ainsi qu'ils auraient fait 500 heures au lieu de 60, mais payées 10 euros l'heure au lieu de 33. Fort heureusement, il semble que la sécurité sociale se penche sur ce trouble, suite à une déclaration d'heures « originale » pour arrêt maladie.

 

Il n'y a plus qu'à espérer que l'organisme de santé publique envoie non seulement un enquêteur mais aussi une équipe médicale complète. Une situation qui pour la Mairie de Paris serait alors des plus mergitur.

 

Publié également sur " Miroir Social "

 

Pour en savoir plus sur les revendications des professeurs des CMA, cliquez là.

 

 

                                                     Dialogue social: La Mairie atteinte de polyhandicap

                               184475-france-socialists

                                                   " Pfff, moi tout ces symptômes, ça me donne mal à la tête ! "

 

 

                     

 

Lire aussi

Quand Kafka devient le nouveau DRH de la Mairie de Paris et de Pôle Emploi !

Des ouvriers non déclarés sur des chantiers de la Mairie de Paris !

Le jour où la Mairie de Paris voulut muter de force ses agents de nettoyage

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 10:11

 

Du brutal en vingt quatre heures chrono !


« Des manières brutales ». C’est ainsi que les syndicats ont qualifié les méthodes de la Ville de Paris qui voulait muter « d’office et sous 24 heures » les agents du Centre administratif de Morland (IVe) vers les mairies d’arrondissement pour palier le manque de personnels.


Dans un communiqué signé par cinq organisations (CGT, CFTC, FO, FSU et Unsa) et envoyé aux personnels, les syndicats dénonçaient, outre l’absence de concertation, les graves répercussions sur le temps de transport et la vie familiale de cette décision.


Les agents de nettoyage, essentiellement des femmes, auraient dû commencer leur service à 6h00 au lieu de 6h45. Probablement un hommage municipal à la France qui se lève tôt.


Pour le temps de transport, au vu de l’horaire matinal et de la situation géographique des différentes mairies, il aurait fallu probablement rajouter plus d’une demi-heure supplémentaire. Comme selon les chiffres officiels de la Ville de Paris, les agents municipaux sont logés majoritairement en banlieue, il y aurait eu de forte chance pour que les employé concernés par ses mutations soit obligés de partir de chez eux dès potron-minet.


 

                                                        La Mairie de Paris on mute trois fois plus vite ?

                              $(KGrHqYOKioE32f0YpY0BOE4w!QGv!~~ 12

                                                                   " Ah, non, ici c'est 24 heures chrono ! "



Devant le tollé (une pétition de soutien aux agents de nettoyage a même été signée massivement par le personnels administratif selon les syndicats), la Mairie de Paris a été contrainte d’enclencher la marche arrière pour éviter une situation des plus mergitur.


Les syndicats reçus par l’administration n’ont pas manqué de s’éléver contre « les menaces dont avait fait l’objet la superviseuse des agents de nettoyage de Morland accusée d’avoir parlé aux syndicats ». Quelqu’un qui avait sans doute oublié d’apprendre les nouvelles valeurs de la Mairie de Paris pourtant faites de « solidarité », « d’ouverture » ou « d’audace » (lire ici).  


La Ville de Paris, par la voix de sa Directrice des Services Généraux a d’ailleurs reconnu que les méthodes de ses services « étaient perfectibles » en s’engageant personnellement « pour qu’à l’avenir les mutations soient désormais concertées et non subies dans le respect des agents ». « Plus jamais ça » a-t-elle d’ailleurs conclu dans un cri du cœur.

 

Une conclusion des plus fluctuat.

 

Publié également sur "Miroir Social"

 

     

                                       Des mutations en 24 heures chrono à la Mairie de Paris ?

                      cbef927a-9ca6-11de-902e-76969467021d

                                                                 " Humm, Y a pas à dire, c'est du brutal ! "

 

 

Lire aussi

Arrêt Sur Image : Comme un suicide à la Poste

Le handicap en bibliothèques : des efforts à fournir à Paris

                                     

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 08:45

 

En fait ce sera plutôt en 2015 !

Celà sera une première. Bientôt toute la fonction publique (Etat, Hospitalière et Territoriale) va désigner en même temps ses représentants, conséquence de la loi du 10 juillet 2012, relative au dialogue social harmonisant à quatre ans la durée des mandats des instances des personnels.

Après une première étape en octobre 2011 qui a vu des élections dans la fonction publique de l’Etat et de l’Hospitalière, le prochain scrutin prévu pour 2014 y inclura, cette fois, la fonction publique territoriale (Communes, Régions, Départements…).

A la Mairie de Paris, en tout cas il était temps, car il y a bien longtemps que les agents n'ont pas vus une urne pour désigner leurs représentants, les dernières élections professionnelles s'étant tenues... en décembre 2008 ! (Lire ici)

Alors 2014 ? Pas si vite. Selon le courrier que la ministre de la fonction publique, Maryse Lebranchu, a envoyé aux organisations syndicales le scrutin ne sera pas organisé avant.... le milieu du mois de décembre 2014.

« Les échanges avec les différents partenaires ont permis de constater un consensus pour la période de la première quinzaine de décembre » écrit la ministre.

Autant dire qu’avec des élections programmées juste avant les fêtes de noël, le nouveau paysage syndical dans la fonction publique ne sera pas visible avant 2015.

« Des élections d’une ampleur inédite et déterminante pour la représentativité syndicale » conclut pourtant Mme Lebranchu dans sa lettre.

Publié également sur " Miroir Social "

  

                                       Maryse Lebranchu met en place le calendrier électoral             marylise-lebranchu-avant-son-intervention-au-palais-de-la-m.JPG

                                                                                " Hé, mollo les gars ! "

 

 

Lire aussi

Arrêt maladie : Vers l’abrogation du jour de carence pour les fonctionnaires

Social : Elections des représentants des personnels.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article

Pages