Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 01:09

 

Le Wifi suscite l'inquiétude, comme les antennes-relais

 

 PARIS, 13 mai 2009 (AFP) –

 

Le Wifi (Internet sans fil), à l'instar des téléphones portables et des antennes relais, cristallise l'inquiétude d'une partie de la population, comme le montre le moratoire décidé cette semaine dans plusieurs bibliothèques universitaires parisiennes.

 

Selon le syndicat FSU des bibliothèques universitaires, quatre bibliothèques dépendant de Paris III Sorbonne -les bibliothèques Sainte-Geneviève, Sainte-Barbe, celle des Langues Orientales et le centre de documentation de la faculté de Censier- sont l'objet d'un moratoire sur ce mode de connexion sans fil à internet.

Dans ces établissements, plusieurs employés se sont plaints de troubles cognitifs (mémoire, langage...), nausées, vomissements ou vertiges, mettant en cause la technologie Wifi.

 

"Le problème sanitaire est du même type que celui posé par la téléphonie mobile", estime Etienne Cendrier, porte-parole de l'Association Robin des toits, qui participe à la "Table ronde radiofréquences, santé, environnement" mise en place le 23 avril sous l'égide du ministère de la Santé.

Mais ce Grenelle des ondes, qui doit rendre ses conclusions le 25 mai, "ne traite que des antennes-relais et de téléphonie mobile, et n'est pas censé s'occuper de Wifi", déplore-t-il.

 

La municipalité d'Hérouville-Saint-Clair (Calvados) a également décidé de couper le Wifi dans les écoles d'ici la fin de l'année.

"Nous appliquons le principe de précaution. Notre rôle est de protéger la santé des gens", a expliqué le maire Rodolphe Thomas.

 

A Paris, la mairie avait accepté en novembre 2007 de désactiver le Wifi dans quatre bibliothèques municipales à la demande des syndicats.

Mais depuis les bornes ont été rebranchées, les mesures du niveau de champ électromagnétique ayant fait apparaître, selon la mairie, des niveaux d'ondes électromagnétiques "de 80 à 400 fois inférieurs au niveau de référence le plus faible".

 

Devant la montée des oppositions, la Ville de Paris a cependant lancé en mars une conférence de citoyens sur les ondes et la santé, qui doit aboutir à des recommandations le 18 juin, selon la juriste Marie-Angèle Hermitte, membre du comité d'organisation.

18 citoyens représentatifs de la population parisienne ont accepté de se former pendant deux week-ends sur le sujet, avant un débat public autour du 13 juin. Ils entendront des experts et auront à leur disposition les contributions des associations et des opérateurs, a précisé Mme Hermitte.

Pour Martine Hours, médecin épidémiologiste à l'Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité, "c'est la source la plus proche qui nous expose le plus, donc le téléphone si on le porte à l'oreille" et éventuellement, le Wifi "si la base est très proche".

 

Mais d'une façon générale, "le Wifi expose relativement peu", et essentiellement "au moment où il y a beaucoup de transferts de données", explique-t-elle.

 

Dans les bibliothèques, on pourrait envisager, selon elle, de revoir le plan d'implantation du Wifi de façon à ce qu'aucun personnel ne soit exposé de façon anormale, plutôt que de se priver complètement de l'outil.

"On n'est pas complètement sûr qu'il y ait des effets réels", fait remarquer Martine Hours, suggérant que des campagnes de mesure soient effectuées.

  

 

                                                         wifi 7

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Archives
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 01:08

Paris sourd et aveugle au handicap ! 

 

La Ville de Paris, malgré ses positions affichées, semble avoir un problème avec ses personnels handicapés, mais également avec le public handicapé !

Quatre employés malentendants mettant en place un «pôle sourd » en direction de ce public dans les bibliothèques Malraux (6ème), Chaptal (9ème), St Eloi (12ème) et Fessart (19ème) vont voir leur activité s’interrompre au mois de septembre, du fait de l’absence de postes budgétaires.

Leur intégration avait été cependant promise par la Ville de Paris. Ce programme pourtant modeste (4 agents en contrat aidé) est vraisemblablement victime de restriction budgétaire.

Cette politique trouve également son illustration à la Piscine de la rue Alphonse Baudin (11ème) où un agent aveugle qui faisait office de caissier, voit son emploi supprimé après la mise en place de caisses automatiques. Aucun reclassement ne lui est pour le moment proposé

Cela signifie t-il l’abandon de la politique de la Ville de Paris, en place depuis deux ans, en direction de ce public handicapé ?

                                       corsi-michael-l-aveugle-le-sourd-et-le-muet

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Archives
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 17:19

 

Le Parisien : Le 18 mars 2009

 

Une  mobilisation qui enfle de jour en jour ! 

 

Vous deviez rapporter le troisième tome de « Millénium » et vous avez déjà quinze jours de retard ? Pas de panique ! A compter d'aujourd'hui, le personnel des bibliothèques municipales entame une grève des amendes. L'appel au boycott a été lancé hier matin par cinq syndicats (CFDT, CGT, FO, Unsa, Supap-FSU) à la suite d'une assemblée générale du personnel. Ce mouvement de grève inédit a pour but d'empêcher la fermeture de la bibliothèque Vaugirard (XVe ).


Depuis l'ouverture de la médiathèque Yourcenar, début 2008, la bibliothèque, installée au sein de la mairie du XV e, semble menacée. Le budget, voté par le Conseil de Paris en décembre, a un peu plus ravivé les craintes, puisque des postes budgétaires dédiés au personnel de cet établissement y ont été supprimés.

De jour en jour, la mobilisation enfle. « Nous avons déjà rassemblé mille signatures de soutien », précise Philippe Goujon, le maire (UMP) du XVe . Un groupe de soutien à la bibliothèque a été créé sur Facebook et rassemble 165 membres. Pour faire pression sur la mairie de Paris, les agents municipaux, eux, ont décidé de frapper là où ça fait mal : les finances de la mairie. « Si la grève des amendes dure, ce sera un véritable manque à gagner pour la Ville, puisque ces PV de retard représentent des centaines de milliers d'euros », affirme Bertrand Pieri, du syndicat Supap-FSU.


Christophe Girard, adjoint (PS) de Bertrand Delanoë en charge de la culture, assure ne pas comprendre l'inquiétude. « La suppression des postes a été votée en décembre mais, depuis, tout est gelé, affirme-t-il. Nous ne fermerons pas Vaugirard. Elle sera peut-être, un jour, transformée en annexe de la médiathèque Yourcenar. » Et l'élu d'assurer " qu'aucun poste ne sera perdu pour l'ensemble des 68 bibliothèques municipales ».


Ces annonces suffiront-elles à rassurer les cinq syndicats ? Une réunion est prévue avec la direction des affaires culturelles vendredi. Le dossier « Vaugirard » y sera vraisemblablement évoqué. Les syndicats comptent également profiter de l'occasion pour faire part de leurs griefs sur les ratés informatiques du nouveau logiciel de prêt.

Lire l’article du « Parisien »

 

                                              Pour Christophe Girard, "tout est réglé "

                                      48418228.jpg

                                       " Ben quoi, vous croyez pas au Pere Noël ? "

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Archives
commenter cet article
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 16:46

 

Le Parisien : 6 janvier 2009

 

Wi-fi dans les bibliothèques : Le bras de fer continue

 

Le bras de fer entre le syndicat Supap-FSU et la direction des affaires culturelles se poursuit sur le wi-fi. Alors que deux bibliothécaires de la ville ont demandé à exercer leur « droit de retrait » suite à des malaises qu'elles imputent aux ondes du wi-fi, le syndicat souhaitait évoquer le sujet au prochain comité d'hygiène et de sécurité de la direction des affaires culturelles dans une semaine. Il avait invité à cette occasion le professeur Belpomme, cancérologue renommé.

 

Hier cependant, la directrice leur a fait savoir que le sujet avait été retiré de l'ordre du jour.

 

« La direction prétend que le wi-fi ne relève pas de ses compétences », s'étonne Agnès Dutrévis du Supap-FSU. A la suite de l'inquiétude du personnel des bibliothèques, le wifi avait été arrêté dans plusieurs établissements. Après des mesures sur la puissance des ondes, les résultats en deçà des normes de sécurité, avaient convaincu la ville de rebrancher les bornes cet automne.

 

Voir aussi sur: link

 

                

                                         professeur-belpomme.jpg                                               

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Archives
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 01:06

 

Article du  mardi 9 décembre 2008 

 

La bibliothèque de la Goutte d'Or transférée à la Glacière !

 

La bibliothèque de la Goutte d’Or (18ème arrondissement) est victime du froid qui s’est abattu sur Paris ces derniers jours. La porte d’entrée, automatique ne fonctionne plus, depuis déjà plusieurs jours. La température de l’établissement est descendue bien bas au rez-de-chaussée, obligeant les usagers et le personnel à bien se couvrir pour se protéger du froid. La bibliothèque Goutte d’Or a de fait été transférée dans le célèbre quartier parisien de La Glacière (13ème).

 

Dans ce même arrondissement la bibliothèque de la Place d’Italie a également été victime du même phénomène, et le public a été accueilli, pendant  plusieurs semaines par des bibliothécaires vêtus en permanence de bonnets, écharpes et parkas ( !) devenant une sorte de prolongement du marché de noël installé à quelques mètre de là. Depuis, des radiateurs électriques ont été installés en urgence.

 

Pour illustrer cette série noire, la nouvelle médiathèque Marguerite Yourcenar (15ème) est quant à elle victime de pannes électriques et informatiques à répétition, ce qui l’a contraint à fermer ses portes à plusieurs reprises.

 

La bibliothèque François Villon (10ème), elle,  a un nouvel ascenseur, malheureusement défectueux, ce qui perturbe son fonctionnement, et la bibliothèque Goutte d’Or (encore elle !) voit des pans de laine de verre pendre du plafond depuis plus d’un an.

 

La Ville de Paris  néglige la maintenance de ces  établissements et se préoccupe fort peu des conditions de travail de ses personnels et de l’accueil du public.

 

C’est dans ce contexte que Christophe Girard (Adjoint Chargé de la Culture) a décidé de rayer (d’un trait de plume?) la bibliothèque Vaugirard (15ème) de la carte en proposant de récupérer tous les postes affectés à cet établissement pour les redéployer.

 

La lecture publique à Paris est bien mise à mal, de nombreux postes budgétaires vont être  supprimés dans les bibliothèques si les élus  entérinent ces propositions.

 

Une culture « bling-bling » est en train de  prendre le pas sur une culture de proximité au cours de cette nouvelle mandature parisienne.

 

 

                                                  la-station-la-glaciere 59360 w460

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Archives
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 13:26

 

Collectivités locales : Sud dénonce l'attitude de certaines mairies à son égard

 PARIS, 6 octobre  2008 (AFP) –

Le syndicat Sud a dénoncé lundi dans un communiqué le refus de quelques mairies, dont celles de Paris, Lyon et Lille, d'accepter ses listes aux élections des représentants des personnels des collectivités locales, prévues le 6 novembre.

 

Les 1,61 millions d'agents des collectivités locales sont invités à élire leur représentants dans les instances de dialogue social des fonctionnaires. Le deuxième tour est prévu le 11 décembre.
"La quasi totalité des employeurs ont accepté les listes Sud", à l'exception de "quelques irréductibles", a dénoncé dans un communiqué Sud, qui n'est actuellement pas reconnu comme représentatif. Le syndicat a déposé des recours contre "ces rejets injustifiables".


Il s'agit des mairies de Lille (PS), Paris (PS), Lyon (PS),  Nantes (PS), Avignon (UMP), Angers (PS), Lanester (PS) et Calais (UMP), des Conseils généraux des Hauts-de-Seine (UMP), de l'Ain (PS), de Seine-et-Marne (PS) et du Val d'Oise (PS), de la Communauté urbaine de Strasbourg (PS), et des Centres de gestion du Pas-de-Calais (PS) et de Seine-et-Marne (UMP).


Actuellement, certains syndicats de fonctionnaires bénéficient d'une "présomption de représentativité", lorsqu'ils disposent d'un siège dans les trois Conseils supérieurs de la fonction publique (instances consultatives) ou qu'ils ont recueilli au moins 10% des suffrages dans l'ensemble des trois fonctions publiques (Etat, territoriale, hospitalière) dont au moins 2% dans chacune d'elles.


D'autres critères, comme l'ancienneté, l'expérience, l'indépendance, etc, permettent à certaines organisations de se présenter.


Ces règles vont changer avec l'accord sur le dialogue social dans la Fonction publique, signé en mai par six syndicats, prévoyant que les élections soient ouvertes aux syndicats "légalement constitués depuis au moins deux ans et remplissant les conditions d'indépendance et de respect des valeurs républicaines".

Mais cet accord ne peut pas encore s'appliquer car il n'a pas encore fait l'objet d'un projet de loi. Le premier squelette pourrait être présenté courant novembre, pour une loi l'année prochaine.


Le ministère de la Fonction publique a cependant précisé à l'AFP qu'il  souhaitait que "l'esprit des accords de Bercy s'appliquent", afin que toutes les organisations syndicales "puissent avoir la possibilité de présenter des listes".



                                             Solidaires_jpeg.jpg

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Archives
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 10:46

 

Generation.NT.com : Le 19 septembre 2008

La Ville de Paris dit déplorer l'attitude des syndicats qui ont refusé d'assister au Comité d'Hygiène et de Sécurité.

L'affaire est loin d'être entendue pour le retour du WiFi dans les bibliothèques parisiennes, la Ville de Paris étant confrontée à l'obstination des syndicats.

Par voie de communiqué, la mairie de la capitale française dit déplorer l'attitude des syndicats : " La CGT, la CFTC, FO, le SUPAP-FSU, l'UCP et l'UNSA ont refusé de siéger au Comité d'Hygiène et de Sécurité de la Direction des affaires Culturelles de la Ville de Paris, qui devait se tenir ce matin (ndlr : jeudi) ".

Au cours de cette réunion, la Ville de Paris avait prévu d'informer le personnel au sujet des dernières mesures effectuées sur les installations WiFi de 4 bibliothèques. Rappelons que selon ces mesures, les niveaux enregistrés pour le champ électromagnétique sont 80 à 400 fois inférieurs au seuil réglementaire. Réglementaire par rapport à quoi ? Tout l'objet d'une polémique soulevée par les associations Priartém et Agir pour l'Environnement dénonçant un protocole de mesures  défini pour les fréquences du GSM et non adapté à celles du WiFi.

La Mairie de Paris appelle les syndicats à revenir siéger dans le cadre du C.H.S, et organisera une conférence dite citoyenne sur le thème des ondes électromagnétiques dont les résultats sont attendus au plus tard au printemps 2009.

Lire l’article de « Génération.NT.com »

 

              Capture-decran-2013-04-24-a-12.jpg

                                           - " Euh, ça marche pas votre machin ? "

                             - " Non monsieur le Maire, on attend de passer en filaire ! "

 

 

Lire aussi

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Archives
commenter cet article
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 13:15

 

 Le Parisien : Lundi 8 Septembre 2008

 Dimanche fermé à la médiathèque

Il a fallu beaucoup de diplomatie hier matin aux syndicats et aux employés de la médiathèque Marguerite-Yourcenar, pour expliquer aux nombreux habitués de cet équipement municipal ultramoderne du XV e arrondissement pourquoi ils ont empêché l'ouverture ce dimanche.

Vitrine des bibliothèques de la Ville de Paris, Yourcenar est la seule à ouvrir le dimanche. Une révolution qui a déjà fidélisé des centaines de personnes, trop contentes de venir un dimanche matin flâner dans les rayons jeunesse avec leurs enfants, ou les étudiants en quête d'un havre de tranquillité pour travailler.

 

Mais pour les syndicats, le compte n'y est pas : « Il n'y a pas assez d'effectifs pour assurer correctement la rotation des dimanches, accuse Bertrand Pieri, du Supap-FSU. Pour travailler dans de bonnes conditions, il faudrait recruter au moins 10 postes supplémentaires. » La mairie de Paris propose pour l'instant un renfort de deux étudiants le week-end, ce qui ne satisfait pas du tout les syndicats.

 

« Nous rencontrons la direction de affaires culturelles demain et l'adjoint de Delanoë chargé de la culture, Christophe Girard, mercredi, poursuit le Supap-FSU. En attendant, le préavis de grève pour dimanche prochain est déjà déposé. »

Sébastien Rannoux

 

                                      PHOTOS-BATIMENTS 0706

 

 

 

Le Parisien : Mercredi 10 Septembre 2008

Marguerite-Yourcenar à nouveau en grève

Les discussions n'ont pas abouti. Alors que la médiathèque Marguerite-Yourcenar (XV e ) - la seule dans la capitale à ouvrir ses portes le dimanche - était déjà en grève dimanche , les habitués vont à nouveau trouver portes closes en cette fin de semaine.

Reçus hier par la direction des affaires culturelles de la Ville l'intersyndicale (dont le Supap-FSU. la CGT, la CFDT, FO ...) a estimé « qu'aucune proposition signifiante avait été émise ». « Nous demandons entre autres, l'embauche de 10 personnes supplémentaires pour assurer le fonctionnement de la médiathèque sept jours sur sept », explique Bertrand Pieri du syndicat Supap-FSU. La Ville ne nous propose que deux embauches ... d'étudiants intérimaires. Elle veut donc ouvrir des équipements le dimanche mais ne s'en donne pas les moyens."  

 

Selon les salariés, la bonne fréquentation de cette bibliothèque le dimanche provoque « des queues interminables aux banques de prêt, la multiplication des erreurs dans l'enregistrement des transactions, une Impression de cohue et beaucoup de stress ».

V.L


 

                               PHOTOS-BATIMENTS 0709



 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Archives
commenter cet article
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 12:18

 

Le Parisien : 1er Août 2008

La mystérieuse odeur du musée Victor-Hugo 

A peine le pied posé sur la première marche de l'escalier, Catherine* grimace. « Vous sentez cette odeur insupportable ? accuse cette vacataire employée au musée Victor-Hugo, place des Vosges (IV e ). Cela ressemble à de l'ammoniac, ça pique le nez et ça fait pleurer les yeux. A tel point que les collègues se plaignent régulièrement de maux de tête… » Catherine n'est pas la seule à incriminer les mystérieux effluves qui envahissent depuis deux mois le premier étage de ce musée municipal consacré au célèbre écrivain du XIX e siècle.

 

Sur le livre d'or, les commentaires de mécontentement se succèdent : « Une odeur dégoûtante subsiste au premier étage », observe ainsi un touriste originaire du Québec. « La visite est agréable, mais quelle est cette odeur au premier ? » s'interroge un autre visiteur. « Ça pique le nez et ça fait pleurer les yeux » De quoi alerter les syndicats municipaux. « On nous a signalé d'inquiétants malaises, déplore Bertrand Pieri, délégué Supap-FSU, syndicat qui regroupe les fonctionnaires municipaux du domaine culturel.

 

Ces odeurs pourraient provenir de la nouvelle peinture du musée, rénové au mois de février. Mais impossible d'obtenir des informations sur les produits utilisés. » Consciente du problème, la direction de l'établissement a donc sollicité le laboratoire de la Ville de Paris pour une série de prélèvements, avant de fermer le premier étage du musée pendant plusieurs jours. « Mais les résultats étaient négatifs, se défend Thierry Renaudin, le secrétaire général du musée. Nous avons donc rouvert.

 

Et aujourd'hui, le problème a presque disparu. » Pas de quoi, pour autant, rassurer les salariés, qui mettent en cause les méthodes du laboratoire. « Les agents se sont contentés de prélever des échantillons de l'air et pas des échantillons de peinture ! raille Christophe*, en renseignant un visiteur sur le problème. C'est normal qu'ils n'aient rien trouvé… Et nous, on est toujours là avec cette affreuse odeur. »

 

Pour protéger les salariés, le syndicat Supap-FSU demande aujourd'hui la « fermeture temporaire du musée jusqu'à l'identification de la mystérieuse odeur ». Ce qui devrait être effectivement le cas d'ici à la fin du mois d'août, mais pour d'autres raisons. Afin de préparer une rétrospective sur « les Misérables », le musée devrait comme c'est le cas pour chaque nouvelle exposition d'importance fermer ses portes… et refaire toutes les peintures de l'étage. « Notre salut… peut-être », espère Catherine.

 

* Les prénoms des salariés ont été modifiés.

 

Finalement, après des semaines d'enquête, la Ville de Paris refera les peintures.

Depuis les odeurs ont disparues, mais pas la présence bienveillante de Victor Hugo 

 

                                                         220px-Victor_Hugo.jpg

                                                        " Mummm, ça sent vraiment pas la rose ! "

 

 

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Archives
commenter cet article
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 15:50

 

Le Parisien : 7 juillet 2008

Réparer la bourde sur les bibliothèques !

Les crédits d'acquisition de nouveaux livres dans les bibliothèques municipales auraient-ils fondu comme neige au soleil ? D'après plusieurs élus de droite du Conseil de Paris, l'Hôtel de Ville va tenter de réparer une « bourde » votée en décembre dernier lors du premier budget 2008. En raison de ce qui semble être une « erreur », les crédits alloués aux bibliothèques auraient baissé de 50 % par rapport à 2007.

« Nous avons envoyé une lettre de protestation à Christophe Girard et nous sommes intervenus auprès de différents élus verts et UMP », explique Bertrand Piéri, délégué Supap-FSU, le second syndicat de personnel des bibliothèques parisiennes.

Les élus du conseil d'arrondissement du XV e ont ainsi déjà voté un voeu la semaine dernière à l'initiative du maire Philippe Goujon (UMP) pour que le maire « s'engage à rétablir la totalité des budgets d'acquisition 2008 afin d'offrir la qualité de lecture publique » « Cette erreur n'était-elle pas une bonne opportunité pour réduire les crédits des livres papier et développer les projets de bibliothèque numérique », se demande-t-on chez Supap-FSU.

Cet après-midi, une « rallonge » de 3,4 millions d'euros devrait être votée par les élus pour compenser la baisse du budget, sans doute involontaire. Au cabinet de Christophe Girard, adjoint de Bertrand Delanoë chargé de la culture, l'information n'a pas été commentée. « Nous en parlerons au Conseil de Paris ce lundi », a simplement indiqué un des membres de cabinet.

 

                                                          11289498-oups-faute-ou-erreur-faites-une-grosse-erreur-ou-d.jpg

 

 

 

 
Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Archives
commenter cet article

Pages