Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 19:14

 

ActuaLitté : le 13 octobre 2015

 

A peine ouverte, la bibliothèque numérique de Paris bientôt fermée ?

 

Ce 13 octobre, la Ville de Paris vient de lancer sa bibliothèque numérique, basée sur l’offre de PNB (prêt numérique en bibliothèque). L’objet est simple : emprunter en ligne jusqu’à trois ouvrages chaque mois, pour charger son appareil de lecture favori. Le tout est lancé avec un catalogue de 1200 titres classiques et « des milliers de livres, des nouveautés, des essais, des romans, récemment parus », assure la Ville. Dans les faits...

 

Dans les faits, la réalité est légèrement différente : on parle en effet de 2250 ouvrages – soit 1000 titres contemporains, et le reste émanant du domaine public. Autrement dit, des livres que l’on peut trouver partout ailleurs, gratuitement et légalement, parce qu’entrés dans le domaine public. 

 

Le lancement, opéré sans trop de promotions, va pourtant se heurter à un petit souci. D’abord, la CGT culture, qui s’émeut de l’indigence tant du système que du modèle. Rappelons que si c’est avec PNB que la bibliothèque numérique est lancée, cela limite le nombre de prêts pour l’établissement à 30 emprunts, au terme desquels il faudra que la bibliothèque rachète les ouvrages.

 

Et le syndicat d’expliquer : « Car le livre numérique (ou ebook) coûte cher. Systématiquement plus cher qu’un livre traditionnel (en papier quoi) en ce qui concerne le tarif appliqué aux bibliothèques. Très cher même, car le modèle en vigueur est celui d’une cession de licences, à la fois limitées dans le temps (six ans, pour Paris) et plafonnées au nombre d’emprunt. Avec le PNB (prêt numérique en bibliothèque) c’est fromage et dessert. Des livres électroniques qui contrairement aux bons vieux livres en papier ne sont jamais vraiment acquis. Sauf à les racheter éternellement. Si la mairie de Paris veut mettre en place une bibliothèque numérique, pourquoi pas ! Mais il faut alors un autre rapport de force avec les éditeurs et un droit de prêt numérique similaire au droit de prêt papier sans contrainte de durée ni de nombre de prêts », commente la CGT Culture (lire ici). 

 

 

                                                   Prêt numérique: la ville de Paris laisse les clefs aux éditeurs

Le collectif SavoirCom1 conteste les conditions de la mise en place du prêt numérique en bibliothèque

.

appelons également aux possesseurs de Kindle qu’ils pourront attendre les prochaines Calendes grecques : aucun fichier n’est proposé en KINDLE, le format propriétaire de la firme américaine. Il en va de même pour les possesseurs d’iPad de première génération : aucun support de la machine d’Apple. En soi, ne pas cautionner les écosystèmes propriétaires n’est pas un mal – on pourrait même parler de geste citoyen, voire, osons les gros mots, politique. Dans les faits... c’est plus discutable. 

 

Mais le problème ne vient pas que de là : le collectif SavoirCom1 a décidé de mettre son bit de sel dans cette belle machinerie. « Comme les bibliothèques sont facturées au nombre d’emprunt de livres numériques et qu’elles ont des budgets limités, plus le public consulte les fichiers de PNB et moins la bibliothèque peut les proposer… », expliquent-ils. Et d’ajouter : « Autrement dit, plus on fait notre métier de médiateurs sur ces contenus et moins on a de livres numériques à recommander, n’est-ce pas une formidable manière de construire des politiques publiques culturelles ? »

 

Il est ainsi proposé à tout un chacun de se lancer dans le téléchargement des livres numériques disponibles.  « PNB en deux mots c’est une offre de livre numériques chronodégradables pour les bibliothèques, les usagers accèdent à des livres sous droits avec des DRM mission impossible : le livre s’autodétruit au bout d’une durée de prêt. Et c’est pire que ça, puisque les bibliothèques n’achètent jamais le fichier, mais uniquement un droit temporaire d’accès par titre qui expire au bout d’un certain temps. Question enclosures, on fait difficilement pire ! Allez n’hésitez pas à télécharger des livres et à le dire sur twitter la #chasseauxjetons est lancée ! » [NdR : Par jeton, on entend le nombre de prêts accordés par un éditeur à qui un établissement a acheté une licence d'utilisation.] Et de faire référence à une étude que ActuaLitté avait copubliée, en décembre 2014, avec le collectif, démontrant toute la fragilité de cette structure économique. Car, dans son ensemble, PNB, pour les bibliothèques, représente « un coût prohibitif », expliquait-on.

 

L’investissement en argent public, pour un pareil déploiement, ne saurait avoir été mal conçu. Sauf que l'on ignore quel est le budget consacré par la ville au fameux achat de jetons, qui équivalent à un prêt, personne ne sait quand la campagne de SavoirsCom1 s’achèvera. Ni même si elle n’est pas déjà finie. 

 

Lire l'article de « ActuaLitté »

 

 

 

            Avec des DRM, le livre s’autodétruit au bout d’une durée de prêt.

Le collectif SavoirCom1 conteste les conditions de la mise en place du prêt numérique en bibliothèque
Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 17:35

 

Livre Hebdo : le 13 octobre 2015

 

Un système de prêt qui ne fait toujours pas l’unanimité dans la profession

 

A partir du 13 octobre, les quelque 300 000 usagers inscrits dans les bibliothèques municipales parisiennes auront accès gratuitement à 2250 livres électroniques, dont 1000 sous droit et 1250 libres de droit. La Ville de Paris vient en effet de rejoindre le dispositif Prêt numérique en bibliothèque. Cette initiative s’inscrit dans la politique de développement de l’offre numérique entamée avec la mise en place du prêt de 1200 liseuses dans le réseau de lecture publique de la capitale à partir de 2014.

 

« L’émergence du livre numérique présente des perspectives de développement particulièrement intéressantes pour le réseau de bibliothèques de la Ville de Paris, confie à Livres Hebdo Bruno Julliard, adjoint au maire chargé de la culture. Notre ambition est de développer une offre de lecture publique en ligne, complémentaire de l'offre physique, afin de répondre à l’évolution des pratiques culturelles des Parisiens, et d'attirer de nouveaux publics ». Dès janvier prochain, la plateforme devrait s’enrichir de 4000 livres électroniques supplémentaires. Les usagers peuvent emprunter deux ebooks simultanément pendant 3 semaines.

 

L’investissement pour l’abonnement à PNB et l’achat de liseuses se chiffre à un million d’euros. Un montant que la section culture de la CGT à Paris considère comme trop élevé. « Le modèle en vigueur est celui d'une cession de licences, à la fois limitées dans le temps, six ans pour Paris, et plafonnées dans le nombre d’emprunts. Avec le PNB, la ville n’aura le droit de prêter un livre numérique que 30 fois maximum. Après, il disparaîtra des bases de données », déplore le syndicat dans un message posté sur son blog lundi 12 octobre.

 

Inspiré du modèle québécois qui permet de garder dans le numérique la même chaîne commerciale que pour le livre imprimé, PNB, déjà adopté par une quinzaine de réseaux de bibliothèques en France, ne fait toujours pas l’unanimité dans la profession mais constitue, à ce jour, l’offre de livres numériques pour les bibliothèques la plus importante en nombre de références.

 

Lire l'article de « Livre Hebdo »

 

 

                      PNB:  Après 30 emprunts il disparaîtra des bases de données 

Les usagers des bibliothèques municipales de la capitale ont désormais accès à 2250 livres électroniques sous droit ou du domaine public.
Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 13:34

 

Le Parisien : le 13 octobre 2015

 

Seul problème : Le modèle en vigueur est celui d'une cession de licences, limitée dans le temps et plafonnée au nombre d'emprunts.

 

Cela fera peut-être date dans la révolution numérique en cours. « Nous lançons mardi (NDLR : aujourd'hui) le service de prêt de livres numériques entièrement gratuit », nous annonce Bruno Julliard, premier adjoint (PS) chargé de la culture. Les 300 000 inscrits dans les 74 bibliothèques municipales recevront aujourd'hui un courriel les informant de la nouvelle. « C'est la première fois en France qu'un service de prêt d'ouvrages numériques est développé à cette échelle, sachant que 1 % seulement des bibliothèques publiques proposent le livre numérique », fait valoir Bruno Julliard.


Toute personne, inscrite dans une bibliothèque de la Ville est invitée à se connecter sur le site dédié*. Parmi 2 250 ebooks, chacun pourra emprunter, c'est-à-dire télécharger, « trois documents par mois dont deux simultanément », précise-t-on au cabinet de l'élu. Début 2016, cette bibliothèque numérique comptera 4 000 références supplémentaires, l'objectif étant d'arriver à 15 000 ebooks en 2018. Un budget de 1 M€ (ventilés de 2014 à 2018) est affecté au lancement du prêt numérique (lire ci-dessous). Ce service de prêt d'ebooks est mis en œuvre dans le cadre de la plateforme du Centre national du livre, qui permet aux municipalités d'acquérir la licence temporaire pour tel ou tel ouvrage auprès des éditeurs.

Seul problème, aux yeux de Bertrand Pieri, représentant CGT des bibliothèques de la Ville : « Le modèle en vigueur est celui d'une cession de licences, limitée dans le temps (six ans à Paris) et qui est plafonnée au nombre d'emprunts (30 à 40 prêts) ». Au-delà de 30 à 40 emprunteurs, le livre électronique doit donc être racheté à l'éditeur qui, de toute façon, réexpédie la facture à la municipalité tous les six ans. D'où la formule de la CGT : « Au bout de 30 ou 40 emprunts, votre document s'autodétruira ! » (
lire ici).

Tout en soulignant que « le taux de renouvellement des ouvrages papier est important », Bruno Julliard conclut : « Le livre numérique est une offre complémentaire dotée d'un budget spécifique. Il ne s'agit pas de diminuer la somme affectée à l'achat de livres classiques ».

 

Lire l’article du  Parisien

 

 

 

                   Prêt numérique : La mairie de Paris entravée par les éditeurs

Les bibliothèques parisiennes se mettent à l'heure du numérique
Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 08:09

 

Après la médiathèque Françoise Sagan, c’est au tour de la bibliothèque Chaptal de voir ses collections de DVD disparaître. Un épisode qui remet une nouvelle fois en cause la technologie RFID

 

« Nous constatons à nouveau depuis quelques semaines des vols de DVD à la bibliothèque Chaptal. En effet, plusieurs boitiers de DVD ont été retrouvés vide en rayon, comme cela avait été le cas il y a quelques années  ». C’est par cette affichette qu'ont été cueillis les usagers de cette bibliothèque située dans le quartier de la Nouvelle Athènes dans le IXeme arrondissement de Paris. Des actes de malveillance qui coûtent cher à l’établissement. D’autant plus que les achats des DVD par les bibliothèques municipales ne correspondent pas au prix public des titres acquis, mais sont bien plus onéreux en raison du droit de prêt.

 

Avant l’été une autre bibliothèque parisienne avait, elle aussi, été victime d'une succession de vols dans ses rayons. « Nous déplorons de nombreux vols de DVD depuis l'ouverture de l’établissement » alertait alors la médiathèque Françoise Sagan située elle dans le quartier de la gare de l'Est (Xe). Il est vrai que le phénomène avait de quoi surprendre plus d’un observateur car l’établissement avait été inauguré à peine un mois auparavant. Evidemment les documents subtilisés n'ont pas été remplacés faute de budget. « Nous ne serons pas en mesure de les racheter » précise d'ailleurs la direction de la bibliothèque. Laquelle concluait dans une supplique aux usagers « soyez vigilants, aidez-nous à protéger vos collections » (lire ici).

 

Toutefois ces séries de vols n'ont pas vraiment surpris les spécialistes car les objets volés étaient équipés de puces RFID. Et si les DVD n’ont pas sonné aux portiques antivol c'est que les malfaiteurs connaissaient bien les failles de sécurité de cette technologie. Des failles pourtant connues de la Ville de Paris car dans un passé récent de nombreuses bibliothèques dont entre autres Robert Sabatier (XVIIIe), François Villon (Xe) ou Levi-Strauss (XIXe) avaient subi la même mésaventure que Françoise Sagan et Chaptal (lire ici).

 

« Effectivement, il existe un certain nombre de techniques qui permettent de contourner les protections RFID, qui sont apposées sur les boîtiers, mais aussi sur les CD et DVD que ces derniers contiennent » confirmait ainsi au site ActuaLitté,  Alexandre Walker, le directeur général de Bibliotheca, le prestataire technique choisi pour certains établissements par la Ville de Paris. « Une des solutions serait d’adjoindre à la sécurité RFID des boîtiers sécurisés, qui pourraient être déverrouillés sur l’automate de prêt, une fois l’enregistrement effectué », expliquait alors Alexandre Walker « mais cela génère bien entendu des coûts supplémentaires pour l’établissement, il faudra donc calculer le ratio entre le préjudice subi et le coût de cette sécurité » (lire ici).

 

Il existe toutefois une solution qui ne coûte rien et, de plus, techniquement très facile à mettre en place : le prêt indirect. L’usager choisit les documents disponibles en rayon, des documents qui ne sont autres que des boitiers vides, et va ensuite demander le DVD (ou le CD) directement auprès du bibliothécaire. La solution semble avoir déjà les faveurs de la bibliothèque Chaptal qui envisage « de bloquer l’accès direct à (ses) collections » comme on peut le lire sur l'affichette.

 

Paris : encore une bibliothèque victime de vols en série !

.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 12:34

 

Pour privilégier un public, la Ville de Paris va-t-elle en exclure tous les autres ? 

 

Les bibliothèques, c’est un fait, subissent de plein fouet l’apparition des nouvelles technologies et la dématérialisation des supports. Pour certains professionnels, cette révolution numérique qui est loin d’être terminée, remet en cause, sinon leur existence même, du moins l’usage et la destination du lieu.

 

Comment les bibliothèques peuvent-elles répondre à ce défi si l’on a plus besoin de s’y rendre, et que l’on peut tout consulter à distance ? Doit-on segmenter ou privilégier des publics ? Présenter des collections plus ludiques ? Transformer la bibliothèque en « lieu de vie » ? C’est, semble t-il, les réponses que tente d’apporter la Mairie de Paris avec l’inauguration en 2016 de la future bibliothèque du Forum des Halles (Ier arrondissement) baptisée pour le moment « Canopée ».

 

Cet espace serait dédié à un seul type d’usager : « la génération Y » ou les « digital natives » selon le jargon consacré. Et les autres, ceux de la génération W, XXX ou β : où iront-ils ? Peut-on les exclure d’un projet aussi central ? Cette expérience, si elle est menée à terme, signe peut-être l’abandon du concept de « bibliothèque pour tous ».

 

 

 

                                                                                 Paris: le Forum des Halles en 2015

 Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

           - La future bibliothèque devrait se trouver quelque part par là !

 

 

 

1. Le lectorat rejoindra-t-il l’électorat ?   Selon la Mairie de Paris « la future  bibliothèque de la Canopée vise à répondre aux demandes et usages d’un public de jeunes adultes (« Génération Y » ou « Digital natives ») avec une activité d’animation importante (actions culturelles mais aussi ateliers divers liés au numérique), une salle modulable selon les besoins et une animation de communauté sur Internet ».  Mais qu’elle est donc cette génération Y ?

   

C’est une génération qui a grandi dans un monde où l'ordinateur personnel, le jeu vidéo et Internet sont devenus de plus en plus importants, accessibles partout et qui en maitrisent tous les usages. Toutefois cette particularité n’est pas suffisante en soit pour justifier qu’une bibliothèque lui soit exclusivement dédiée. D’autant que la notion de génération n’est consensuelle qu’en démographie et que le lien entre appartenance générationnelle et comportements est controversé au sein de la communauté des sciences sociales. En effet, il est excessif d’attribuer systématiquement un comportement et des habitudes socio-techniques à une tranche d’âge donnée, qui plus est la tranche des jeunes dont l’hétérogénéité est particulièrement forte tant sur le point social que culturel.

 

Si l’on considère que la « génération Y » est constituée de personnes nées approximativement entre 1980 et 2000, difficile de conclure à des attentes identiques de 14 ans à 34 ans !

 

En quoi une génération dont le seul point commun serait l’usage des nouvelles technologies constitue un seul et même bloc ? Et quand bien même, pourquoi réduire cette génération à son seul dénominateur commun ? Pourquoi tenter d’isoler un public par nature très mouvant et dont les centres d’intérêts sont également très variables ? A ces interrogations la Ville de Paris n’apporte pas de réponse.

 

A moins qu’un premier tri ne soit déjà fait pour se focaliser sur un public de « jeunes adultes » (20-35) ans selon les termes même de la municipalité ? Tous, bien sur, avec le même profil sociologique ?

 

Il est vrai que la situation géographique de la bibliothèque en plein centre de la capitale, dans un quartier où le prix de l’immobilier a explosé, permet à la Mairie de faire le pari de toucher une cible homogène. Ainsi, le (jeune) lectorat rejoindrait l’électorat. Mais quid des très nombreux franciliens qui passent chaque jour aux Halles ? Car pour eux, c’est de nouveau l’exclusion…

 

 

 Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

 

2. De la bibliothèque à la ludothèque ?   Pour ce nouveau lectorat, cette nouvelle bibliothèque doit inventer de nouvelles offres. « La bibliothèque, de manière générale, offrira des collections d’actualité, avec un fort taux de renouvellement et selon une présentation favorisant la découverte et la lecture confortable et détendue. Elle inclura aussi un grand nombre de revues et de postes Internet et multimédia. » Dixit la Mairie de Paris.

  

C’est donc décidé, la bibliothèque ne doit plus être l’occasion de découvrir ou d’acquérir une certaine culture, elle ne doit offrir dans le cas présent que des « collections d’actualité ». Hors du temps présent point de salut semble t-il. C’est la disparition de la « bibliothèque encyclopédique » qui se dessine. La BnF qui incarnait cet esprit au plus haut niveau, voit elle aussi disparaître des dizaines de milliers de livres de ses rayonnages (lire ici).

  

Or, si on parcourt le Manifeste de la Fédération Internationale des Bibliothécaires,l’IFLA on peut y lire : « La bibliothèque publique doit répondre aux besoins de tous les groupes d’âge.[…] Elle doit être à la fois reflet des tendances du moment et de l’évolution de la société, et mémoire de l’entreprise et de l’imagination humaines. » 

 

C’est également le sort qui a été réservé à la bibliothèque Goutte d’Or (XVIIIème). Elle a ainsi connu un réaménagement où l’on a pensé les flux du public pour favoriser la rotation des documents dont on estime qu’ils doivent sortir le plus rapidement et reléguer en fond de bâtiment les collections considérées comme les plus difficiles d’accès. Un peu comme dans hypermarché, avec ses têtes de gondole et ses promotions !

 

Le public n’adhère pas forcement à la vision de la bibliothèque du Futur que défend Paris si l’on en croit l’étude américaine « Perceptions of Libraries and Information Resources », portant sur les perceptions et les comportements du grand public vis-à-vis des bibliothèques et des sources d’information. La perception de la bibliothèque comme lieu de référence du savoir livresque est toujours aussi tenace : En 2005, la plupart des Américains (69 %) associe le terme "livre" à celui de "bibliothèque"; en 2010, ils sont 75 %. Ce grand public il est vrai ne correspond pas forcément à celui dont rêve la Mairie de Paris.

En plus d’être ludique la nouvelle bibliothèque doit d’être numérique puisque « Elle inclura aussi un grand nombre de postes Internet et multimédia. »  Mais est on sûr que l’installation massive de postes internet et multimédia, instruments bientôt obsolètes selon certains, est le seul horizon indépassable des bibliothèques ?  

La connexion massive à Internet à partir de postes informatiques de la bibliothèque ou de manière plus étonnante à partir de connexion Wifi n’est elle pas paradoxale ? Si c’est bien la dématérialisation de l’information qui remet en cause le lieu physique qu’est la bibliothèque, pourquoi s’y rendre pour consulter Internet alors que l’on peut le faire de n’importe où, et surtout de chez soi ?

C’est le paradoxe du connecté : un nomade tellement peu mobile qu’il doit venir à la bibliothèque qui n’est pourtant pas spécialement un lieu de passage (au contraire d’une gare ou d’un aéroport) pour se connecter, en réalité pour se fournir gratuitement en électricité, pour recharger son téléphone et faire marcher son ordinateur portable. Ce qui n’est en principe pas l’objectif d’un service public. D’autant que rien n’est fait par ailleurs à Paris pour réduire les inégalités liées à la « fracture numérique ». Dans la capitale, assurément, le social et le culturel ne font pas bon ménage  

 Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

 

3. La bibliothèque, un nouveau lieu de vie au service exclusif d’un certain public ?  La réalité c’est que la mairie de Paris veut élargir le champ des concepts de la bibliothèque du futur en y intégrant la notion de cohabitation des publics.

 

Celle du Forum des Halles « compte tenu de son environnement sera fondée sur la cohabitation des publics et des espaces, « espaces froids » pour les publics en quête de silence  et « espaces chauds » plus conviviaux. » insiste la municipalité parisienne.

 

Elle s’inscrit en ce sens dans un courant de pensée de plus en plus développé qui laisse à croire que les bibliothèques ne sont aujourd'hui fréquentées que par une majorité d'usagers ne s'intéressant non pas aux collections, mais cherchant un espace convivial - un lieu à vivre : c'est le concept de la bibliothèque « troisième lieu » . Ce concept n’est d’ailleurs guère éloigné de celui de « lieu de vie » développé par certaines enseignes commerciales. (Lire ici l'article publié par marketing.fr ) 

   

Pour les défenseurs du troisième lieu vouloir continuer à travailler sur le modèle traditionnel de la bibliothèque encyclopédique, sans s'apercevoir que les pratiques de la lecture ne sont plus les mêmes qu'il y a trente ans, c'est refuser les réalités et l'évolution du monde extérieur.

 

Pour être digne de ce « troisième lieu » les bibliothèques doivent donc s’adapter et privilégier des collections ludiques (guide de voyage notamment), avoir une cafétéria en son sein, des endroits pour consommer, téléphoner, d’où l’idée « d’espace chaud » qui avait suscité la réaction de la CGT des affaires culturelles. Lire ici son texte intitulé une bibliothèque qui souflera le chaud et le froid .

 

La Mairie de Paris pense également à développer la réservation et la livraison à domicile des livres par internet comme si une bibliothèque se réduisait à une simple filiale d’Amazon. Mais comment caser dans 1 000 m² une cafétéria, un cyber café, un salon de lecture, des tables de travail, des bornes de recharge pour PC et portable et… des livres ?

 

Du « service public » au « service aux publics » et maintenant au « service exclusif d’un certain public », est-ce l’évolution souhaitable de la lecture publique à Paris ? Pas sûr que les bibliothécaires et les usagers y gagnent. Surtout que dans le même temps on observe une baisse continue des budgets d’acquisition, et qu’on sent poindre la volonté de fermer une partie des « petites bibliothèques » de proximité.

 

 

 Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

                                                                                                                    Le « troisième lieu » !

 

 

4. La bibliothèque pour tous ou la bibliothèque pour chacun ?  Si le projet de cette nouvelle bibliothèque du Forum des Halles, qui cible très clairement une frange supposée (et idéalisée ?) de la population en en excluant de facto une large partie était vraiment mis en œuvre, ce serait sans aucun doute le premier pas de la remise en cause de la bibliothèque pour tous.

 

On ne peut pas réduire un public à une simple appartenance générationnelle ou communautaire, ou alors il faut également des bibliothèques pour séniors, pour jeunes bretons et vieux corses et inversement. On passerait alors de la bibliothèque pour tous à la bibliothèque pour chacun, selon un mot d’ordre en vogue dans les milieux culturels ? (Lire ici une mémoire sur ce sujet publié par l'ENSSIB)

 

Il semble plutôt que ce projet ne réponde qu’à une volonté d’affichage électoral pour faire oublier les difficultés que rencontrent les professionnels ainsi que les usagers des bibliothèques parisiennes. Car aujourd’hui, si Paris est bien la Capitale de la France, elle a perdu depuis longtemps son rôle moteur dans l’innovation bibliothéconomique et l’excellence culturelle. Les grandes métropoles telles que Bordeaux, Lille, Lyon ou Toulouse pourraient donner des leçons d’humilité aux responsables du projet de la Canopée…

 

Il est toujours possible que la création de cette future « bibliothèque métropolitaine » qui s’insère dans le projet pharaonique de rénovation du Forum des Halles » (autour d’un milliard d’euros) ne se réduise finalement qu’à un simple cyber-café, amélioré de « collections d’actualité » histoire de justifier ce gaspillage d’argent public. 

 

Rappelons que la Mairie de Paris s’était engagée lors de la création de la BPI (bibliothèque Publique d'Information) au centre Pompidou, à construire parallèlement une grande bibliothèque publique, sur le modèle des bibliothèques centrales métropolitaines, afin de fédérer réellement un réseau de bibliothèques de proximité. Cela aurait eu l’avantage de mieux servir le territoire et ses usagers, de répondre à une demande croissante d’un grand espace central et de développer par la suite des unités de quartier, plus ou moins spécialisées, sans renoncer ni à l’encyclopédisme des collections ni à la convivialité tout en répondant aux défis de l’ère numérique.

 

Maintenant, si la Canopée est le futur de la bibliothèque alors ce futur est bien peu ambitieux…

 

 

 

 Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?
Repost 0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 13:54

 

Contre la numérisation à marche forcée — à laquelle les pouvoirs publics se plient d'ailleurs sans rechigner —, Virgile Stark, auteur-bibliothécaire, publie un essai vivifiant.

 

C’est un petit livre qui devrait intéresser tous ceux « qui ne se résignent pas à l'engloutissement de la pensée par la technique » nous annonce l’hebdomadaire Marianne à propos du livre de Virgile Stark intitulé, prophétiquement, Crépuscule des bibliothèques. Cet auteur, bibliothécaire de son état, il a passé plus de dix ans à la Bibliothèque nationale de France, au cœur des grandes mutations du livre et du projet numérique nous décrit « l'autodafé symbolique » des lieux de culture et de réflexion voués à la lecture et à la concentration qui se déploie, selon lui, sans résistance.

 

Pour Virgil Stark, « le destin des bibliothèques et les progrès de la liberté ont longtemps été étroitement liés ». Une assertion que partage le critique littéraire de l’hebdomadaire, Alexis Lacroix, pour qui « l'humanisme, l'encyclopédisme et la diffusion de la connaissance et des Lumières auraient été impossibles sans l'existence de ces lieux séparés ». Selon Alexis Lacroix, l'auteur  publie un essai vivifiant sur ce processus qui emporte nos sociétés : la numérisation à marche forcée. Avec pour funeste conséquence  « cette injonction de remplacer partout les vieux grimoires par les liseuses et les e-books — un commandement auquel se soumettent sans discussion les pouvoirs publics ».

 

Tellement sans discussions d’ailleurs que certains s’étonnent que les mêmes pouvoirs publics en pleine austérité budgétaire acceptent le coût prohibitif du prêt des livres numériques dans les bibliothèques de lecture publique. Des e-book qu’il faut en plus racheter tout les trente emprunts (lire ici).  « Les gens sont assez choqués lorsqu'ils réalisent combien payent les bibliothèques pour des livres numériques qu’en en fin de compte nous ne possédons même pas » déclare dépitée une directrice de bibliothèque qui a expérimenté ce système. Avec une telle politique, c’est bien des bibliothèques qu’on est en train d’abattre.

 

 

Ces bibliothèques qu'on veut abattre
Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 13:33

 

ActuaLitté.com : le 24 juin 2015

 

 « Il existe des moyens de contournement des systèmes antivol RFID » confirme Alexandre Walker, le directeur général de Bibliotheca

 

Un problème récurrent en bibliothèque vient de refaire surface, puisqu’il touche la toute récente médiathèque Françoise Sagan dans le Xeme arrondissement de Paris. Depuis l’inauguration de cette dernière, le 16 mai dernier, les vols de DVD se sont multipliés. Des actes de malveillance qui coûtent cher, d’autant plus que l’achat des DVD par l’établissement ne correspond pas au prix public des titres acquis, mais sont bien plus onéreux en raison du droit de prêt. Une information révélée par le vigilant site Social Nec Mergitur lequel a signalé les problèmes rencontrés par l'établissement. 

 

« Ces boîtiers ont été retrouvés vides en rayons. Coût moyen : 45 euros pour un DVD simple et 100 euros pour un coffret », informe la bibliothèque auprès de ses usagers, pour tenter de responsabiliser et d’obtenir un peu d’aide du public. « Toutefois cette série de vols ne surprend pas les spécialistes, car les objets volés étaient en fait équipés de puces RFID. Et si les DVD n’ont pas sonné aux portiques antivol c’est que les malfaiteurs connaissaient bien les failles de sécurité de cette technologie », précise encore Social Nec Mergitur.

 

« Effectivement, il existe un certain nombre de techniques qui permettent de contourner les protections RFID, qui sont apposées sur les boîtiers, mais aussi sur les CD et DVD que ces derniers contiennent », nous confirme Alexandre Walker, le directeur général de Bibliotheca, le prestataire technique choisi pour certains établissements par la Ville de Paris, dont Françoise Sagan.

 

Outre cette explication, il est également possible que le portique de sécurité soit en panne, mais cela n’a pas grand-chose à voir avec l’automate de prêt en lui-même, précise encore Alexandre Walker. « Une des solutions serait d’adjoindre à la sécurité RFID des boîtiers sécurisés, qui pourraient être déverrouillés sur l’automate de prêt, une fois l’enregistrement effectué », explique Alexandre Walker : un système comparable est utilisé à la médiathèque de Puteaux. « Mais cela génère bien entendu des coûts supplémentaires pour l’établissement, il faudra donc calculer le ratio entre le préjudice subi et le coût de cette sécurité supplémentaire » (sinon il existe aussi le bon vieux prêt indirect NdR).

 

Lire l’article de ActuaLitté.com

 

 

                                                                       RFID en bibliothèque : une véritable arnaque

La RFID remise en cause après la série de vols dont a été victime la nouvelle médiathèque Françoise Sagan (Paris Xe) dès son inauguration

                                                                    - C'est même un de nos plus beaux coups !

Repost 0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 10:58

 

ActuaLitté : Le 5 mai 2015

 

L’ancien guitariste de Marquis de Sade démonte quelques idées reçues, et propose des pistes pour l'avenir.

 

Le Bureau des bibliothèques et de la lecture de la ville de Paris, afin de guider sa politique en matière de musique au sein de ses établissements de prêt, avait commandé l'année dernière une étude à Gilles Rettel. Ce dernier est formateur en bibliothèque, chargé d'enseignement en université, et professeur à l'École supérieure de réalisation audiovisuelle de Rennes. Il a aussi été dans sa jeunesse guitariste et compositeur pour les groupes Marquis de Sade et Marc Seberg... Son rapport démonte quelques idées reçues, et propose des pistes pour l'avenir.

 

La constitution d'un rapport sur l'avenir de la musique au sein des médiathèques de la capitale visait à « s'interroger sur les perspectives des bibliothèques de Paris, mais aussi celle de la médiathèque musicale de Paris », nous explique Gilles Rettel. L'accent est évidemment porté sur la médiation des bibliothécaires et discothécaires, et la valeur ajoutée qu'ils peuvent apporter quand l'accès aux œuvres est, dans certains cas, beaucoup plus simple qu'auparavant.

 

« Ce que nous sommes en train de vivre, actuellement, est clairement une révolution », souligne le spécialiste. « Et si nous ne changeons pas de cadre explicatif, nous allons reproduire des schémas qui ne fonctionnent plus : il ne s'agit pas de fournir un catalogue d'améliorations, mais d'avoir une vision globale ». 

 

Il est une donnée avec laquelle il faut d'ores et déjà travailler : « Augmenter l'accès aux œuvres en bibliothèque n'a plus trop de sens, car Internet dispose déjà d'une offre importante en la matière », souligne Gilles Rettel. Néanmoins, les ressources numériques ne sont pas à délaisser, par le biais de la médiation, de la formation des agents et de la réorganisation entre les services. 

 

 

La musique a toute sa place dans les bibliothèques, confirme Gilles Rettel dans un rapport commandé par la ville de Paris

 

« Ce qui serait le pire, c'est de penser qu'un service sous forme de borne va fonctionner. S'il n'est pas suivi d'un accompagnement, d'une appropriation des ressources, il restera peu attractif ». Le retard sur l'exploitation des ressources numériques se trouverait plus au niveau de la valorisation des fichiers déjà existants, et disponibles. Par exemple, des 78 tours numérisés au sein d'une bibliothèque seront peu mis en valeur auprès de l'usager : « Si personne ne sait que cette ressource existe, il est difficile pour l'usager de s'en emparer ».

 

L'éditorialisation et la mise en avant de ces différents contenus, disponibles mais confidentiels, doivent aussi passer par une présence plus importante : « Est-ce que chaque bibliothèque doit avoir son propre blog, ou faut-il construire une plateforme plus transversale ? Ces solutions n'ont pas été assez développées, ou l'ont été individuellement ».

 

Autre point souligné par ce rapport: le prix de l'abonnement dans les médiathèques parisiennes. Actuellement, celui-ci est de 30,50 € chaque année pour pouvoir emprunter les disques compacts. Demander aux usagers de payer un forfait semble constituer un frein à l'exploitation des fonds musicaux.  En effet, selon les statistiques du ministère de la Culture, en 2012, la moyenne des emprunts de CD tourne autour de 3,5 emprunts par an, par usagers. Autrement dit, « le fait de faire payer 30,5 € par an ramène le prix à 8,71 € par CD emprunté, d'après la moyenne. Autant l'acheter », assure Gilles Rettel. « Cette politique tarifaire profite surtout aux grands emprunteurs ».

 

Outre la médiation, qui constitue le principal levier d'action, Gilles Rettel évoque également « l'impact sensitif » de la musique : « Écouter de la musique en streaming au casque, dans Paris, peut provoquer une belle émotion artistique, mais le nombre de neurones mobilisés en entrée est beaucoup moins grand que lors d'un concert, par exemple », détaille-t-il. Se concentrer sur l'impact sensitif que la médiathèque peut proposer, notamment avec l'organisation de concerts, serait un autre moyen de mettre en avant une valeur ajoutée des établissements de prêt peut-on aussi lire dans ce rapport qui est consultable ici dans son intégralité.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

 

La musique a toute sa place dans les bibliothèques, confirme Gilles Rettel dans un rapport commandé par la ville de Paris
La musique a toute sa place dans les bibliothèques, confirme Gilles Rettel dans un rapport commandé par la ville de Paris
Repost 0
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 14:45

 

Ils invoquent une décision du Conseil d’État qui considère que les agents des établissements accueillant des usagers domiciliés en Zone Urbaine Sensibles (ZUS) peuvent prétendre à la même prime que leurs collègues des ZUS.

 

Plus de cent bibliothécaires parisiens ont déposé fin avril un dossier au Tribunal administratif afin d’obtenir une prime « NBI » (Nouvelle bonification indiciaire) a annoncé la CGT des affaires culturelles dans un communiqué (lire ici). 

 

Cette prime était, jusque dernièrement, destinée exclusivement aux agents dont l’établissement se situait en zone urbaine sensible (ZUS) mais une décision du Conseil d’État a ouvert une brèche juridique dans laquelle s’est engouffrée le syndicat.

 

En effet, la plus haute juridiction administrative de ce pays a considéré dans un jugement de 2013 que les agents des établissements accueillant des usagers domiciliés en ZUS, peuvent prétendre à la même prime que leurs collègues des ZUS. Une décision qui, à Paris, devait avoir des conséquences importantes car la capitale abrite une dizaine de ces zones urbaines. Certaines sont dans des quartiers périphériques (XVIIe, XVIIIe, XIX et XXe), mais une grande partie est située dans le Xème et le XIe arrondissement soit à un jet de pierre de la Bastille, voire carrément à proximité de la Place de la République. Bref au cœur de la ville.

 

 

 

L'emplacement des ZUS à Paris (en orange)

Paris : Des bibliothécaires saisissent le Tribunal Administratif pour obtenir la même prime que leurs collègues.
Paris : Des bibliothécaires saisissent le Tribunal Administratif pour obtenir la même prime que leurs collègues.

 

Actuellement, seuls les personnels de sept bibliothèques parisiennes* bénéficient de cette prime, d’un montant compris entre 45 et 90 euros en fonction de leur grade. Mais si la CGT arrive à faire appliquer la jurisprudence du Conseil d’État, les choses pourraient changer en profondeur tant la situation géographique des établissements municipaux parisiens est favorable aux plaignants.

 

Un des meilleurs exemples est que les agents de la bibliothèque Benjamin Rabier, au 141, avenue de Flandre (XIXe), perçoivent cette prime « NBI ZUS » alors que leurs collègues de Lévi-Strauss, au 35, avenue de Flandre (XIXe), à quelques pas de là, n’en bénéficient pas, remarque ainsi Le Parisien. Enfin pas encore ?

 

Mieux, la mairie de Paris a récemment rendu publique une cartographie des lecteurs inscrits dans les bibliothèques Marguerite Yourcenar (XVe) et Marguerite Duras (XXe). Ce document montre que ceux-ci proviennent de tous les quartiers de la capitale, et même de banlieue. « C’est probablement le cas pour quasiment toutes les bibliothèques, estime la CGT dans Livre Hebdo. « L’ensemble des personnels peut donc être potentiellement concerné » affirme même, confiant, le syndicat (lire ici).

 

La CGT a demandé à être reçue sur ce dossier par l’administration parisienne afin de parvenir à un accord. « Dans le cas contraire, nous demanderions le rappel des primes dues jusqu’à quatre ans en arrière » n’hésite pas à rappeler le syndicat. Montant de la douloureuse pour la Ville de Paris ? Pas loin de 500 000 euros selon les estimations. Ouille !

 

Publié également sur Miroir social

 

 

       Les plaignants demandent un rappel qui ira jusqu'à l'ancienne mandature

Paris : Des bibliothécaires saisissent le Tribunal Administratif pour obtenir la même prime que leurs collègues.
Paris : Des bibliothécaires saisissent le Tribunal Administratif pour obtenir la même prime que leurs collègues.

     -  Je te préviens Bertrand, si on perd je t'envoie la facture

* Les sept bibliothèques parisiennes qui sont géographiquement installées dans une ZUS sont : Chateau d'Eau, Lancry (Xe), Goutte d'Or, Porte Montmartre (XVIIIe),  Benjamin Rabier (XIXe), Couronnes et St Fargeau (XXe).

Repost 0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 12:19

 

« Le réseau des bibliothèques est mis à mal, certaines doivent même réduire leurs horaires d’ouverture. C’est quand même un comble de parler d’ouverture du dimanche dans ce contexte-là » ont taclé plusieurs conseillers de Paris.

 

Cela à beau être une des obsessions de la maire de Paris, Anne Hidalgo et de Bruno Julliard, son premier adjoint en charge de la culture, mais le projet d’ouvrir deux nouvelles bibliothèques municipales le dimanche dans la capitale est loin de faire l’unanimité, y compris au sein de leur propre majorité. Et les débats ont été vifs lors du dernier Conseil de Paris. Les élus du groupe Communistes-Front de Gauche ainsi que ceux du groupe écologiste ont été très critiques sur les propositions de l’exécutif surtout dans un contexte où la municipalité parisienne réduit, année après année, les moyens de ses bibliothèques.

 

« Le réseau des bibliothèques est mis à mal. Les plus petits établissements ont du mal à fonctionner correctement avec des moyens très contraints, certaines doivent même réduire leurs horaires d’ouverture. Les budgets d’animation des établissements et d’acquisition des documents sont en baisse. C’est quand même un comble de parler d’ouverture du dimanche dans ce contexte-là ! » n’ont pas hésité à déclarer les communistes par la voix d’Emmanuelle Becker, jeune élue du XIIIème arrondissement.

 

Une critique reprise par les écologistes parisiens. « Ouvrir nos bibliothèques le dimanche nécessite une réflexion d’ensemble, plus générale, sur les ambitions de notre Ville sur l'accès à la lecture. Il s'agit, en premier lieu, pour nos établissements de disposer d'effectifs suffisants. Nous devons pouvoir nous appuyer sur des bibliothécaires professionnels pour que la qualité d'accueil soit au rendez-vous » ont-ils finement observé avant de lancer un petit scud à l’endroit d’Anne Hidalgo et de son premier adjoint. « Quelle cohérence portons-nous quand nous baissons les dotations, quand nous diminuons les postes ? » ont-ils lancé en plein hémicycle. Une vraie volée de bois (vert).

 

 

Ouverture des bibliothèques le dimanche à Paris : Bruno Julliard renvoyé à ses chères études par sa propre majorité municipale

  - Gloups...

 

 

Des élus qui emboitent le pas aux syndicats lesquels avaient déjà dénoncé quelques jours avant, au Comité technique de la Direction des Affaires Culturelles, la politique de la mairie. « L'augmentation des horaires (et notamment le dimanche) peut difficilement se faire avec des moyens humains en baisse et le non remplacement de fonctionnaires comme l’applique avec zèle la municipalité parisienne depuis plusieurs années dans ses bibliothèques.. . Certaines, malgré la réduction de leurs horaires, faute de personnels suffisant, sont même considérées par l’administration …comme encore en sureffectif ! On marche vraiment sur la tête ». Résultat, une réunion houleuse où les syndicats, pour protester contre le passage en force de Bruno Julliard, ont alors renvoyé l’ancien leader étudiant à ses chères études.

 

Mais au-delà des moyens, c’est la pertinence même de l’ouverture du dimanche qui fait débat parmi les élus. « Demandons-nous d’abord à quel besoin répond l’ouverture des bibliothèques le dimanche ? D’une certaine manière, elle répond à la dérégulation des modes de vie : toujours plus de personnes travaillent le samedi et même le dimanche. Mais souhaitons nous vraiment accompagner ces évolutions ? Souhaitons-nous permettre aux employeurs de toujours plus déréguler le travail en adaptant le service public aux exigences du secteur privé ? Si l’on poursuit la logique de la loi Macron qui veut généraliser le travail du dimanche, pourquoi ne pas plutôt ouvrir le lundi, jour de repos en devenir pour beaucoup de salariés ! » une question on ne peut plus pertinente à laquelle s’est apparemment  bien gardé de répondre Bruno Julliard. A moins que le lundi ce soit seulement ravioli ?

 

Car la question des modes de vie et des horaires atypiques est un sujet qui concerne aussi, et depuis longtemps, les …bibliothécaires, comme le rappelle au passage les élus de la capitale. « Attention au passage en force auprès de ces professionnels. Leurs horaires sont déjà atypiques, avec des week-ends les dimanches et lundis, des fins de journée à 19h. Pour beaucoup d'entre eux, d'entre elles, par exemple, ce ne sont pas des emplois du temps faciles à combiner avec une vie de famille » pointe avec justesse l’élue verte, Aurélie Solans (lire ici)

 

De plus, comme tout ceux qui veulent ouvrir les services publics le dimanche (sans y travailler soi même toutefois), la ville de Paris peine à justifier pourquoi elle veut ouvrir des bibliothèques ce jour là en dehors de quelques phrases creuses comme « l’adaptation aux rythmes de vie des parisiens » suivie, invariablement, « d’une demande croissante des usagers ». Antienne habituelle depuis plus de dix ans et que contestent formellement ceux qui ont eu accès aux chiffres de fréquentation des trois bibliothèques parisiennes déjà ouvertes ce jour là.

 

 

     Bibliothèques : Culture sur place ou à emporter ? (voir ici)

Ouverture des bibliothèques le dimanche à Paris : Bruno Julliard renvoyé à ses chères études par sa propre majorité municipale

  - Anne, je viens d'avoir une idée pour le prochain visuel des bibliothèques

 

 

« Il n’y a pas de "demande croissante" des usagers pour l’ouverture du dimanche » prévient la CGT Culture. « Bien sûr, il y a du monde le dimanche, mais ce sont souvent les mêmes usagers qui viennent déjà en semaine. Une observation faite par de nombreux bibliothécaires (lire ici). D'ailleurs, selon les chiffres même de la mairie de Paris, seul 5% des inscrits dans ces bibliothèques ouvertes le dimanche ne viennent que ce jour là. Loin d'une demande croissante » peut-on ainsi lire sur le site de ce syndicat.

 

Une analyse reprise également par la CFDT qui de son côté rappelle que « le bilan des ouvertures dominicales montre une fréquentation élevée de public non inscrit ». C'est-à-dire des étudiants « Un public qui n’emprunte pas. Cela n’est pas satisfaisant » conclut le syndicat désormais critique sur l’ouverture du septième jour (lire ici).

 

C’est un fait. C’est en effet la misère estudiantine en cours, notamment dans la capitale, qui explique la fréquentation des bibliothèques le dimanche  « La situation des jeunes et des étudiants qui n’ont pas d’espaces de travail adaptés à leur domicile est souvent mise en avant, cela est d’autant plus vrai à Paris. Dans ce cas-là, la réponse à ce besoin passe-t-elle nécessairement par l’ouverture des bibliothèques municipales le dimanche ? Nous n’en sommes pas persuadés » explique Emmanuelle Becker, elle-même ancienne étudiante (lire ici).

 

« Plusieurs bibliothèques nationales sont déjà ouvertes ce jour-là. Et s’il faut multiplier les ouvertures, pourquoi ne pas ouvrir les bibliothèques universitaires le dimanche ? Elles sont bien plus adaptées pour répondre à ce besoin. Mais surtout, est ce que nous allons ouvrir nos bibliothèques le dimanche pour les étudiants ou grâce aux étudiants embauchés comme vacataires ? Posons-nous la question du salariat étudiant et de son impact dévastateur sur la réussite des études comme le font les grands syndicats étudiants comme l’UNEF ». Et bim, dans les dents de Bruno Julliard justement ancien secrétaire de l’UNEF. Voilà l’ancien leader étudiant de nouveau, renvoyé à ses chères études. Par les élus de sa propre majorité cette fois.

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

Ouverture des bibliothèques le dimanche : Julliard renvoyé à ses chères études

Ouverture des bibliothèques le dimanche à Paris : Bruno Julliard renvoyé à ses chères études par sa propre majorité municipale
Ouverture des bibliothèques le dimanche à Paris : Bruno Julliard renvoyé à ses chères études par sa propre majorité municipale

         - Mince, il va faloir que je reprenne un prêt étudiant

Repost 0

Pages