Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 09:39

 

La RFID à Paris, une mauvaise idée ? Retour d'expérience à la médiathèque Marguerite Yourcenar (XVè)

 

En 2008, un système qui utilise des puces émettant des radiofréquences, la RFID, était installé dans trois bibliothèques parisiennes. Un article : « La RFID, une mauvaise idée pour Paris » avait alors mis en garde contre l’installation aveugle de cette technologie, aussi bien en terme de fonctionnalités, d’efficacité budgétaire, des éventuels effets sur la santé ou de son impact en matière d’environnement. Trois ans après, où en est on ? Voici un premier bilan                                               

La RFID s’est imposée cette dernière décennie dans les bibliothèques du monde entier. A de rares exceptions près, toutes les nouvelles constructions de médiathèques se font avec cette technologie, en France (Rennes, Paris, Calais, Lyon, Bordeaux, Strasbourg…) mais aussi à l’étranger (parmi les exemples les plus marquants : Singapour, Lund, Cologne…  

Ce nouveau système d’identification est présenté comme très différent du système à code-barres qui prévaut dans les bibliothèques. Il permet notamment l’automatisation du prêt et du retour, le tri sur des tapis de rangement, des inventaires à la volée, la possibilité de stocker d’autres données dans la puce. 

 

 

                                   DSCF9579

 

 

C’est dans ce contexte technologique enthousiasmant que la Ville de Paris décide de se lancer dans l’aventure avec un trio de bibliothèques en construction. Il s’agit de la bibliothèque spécialisée en cinéma François Truffaut (1er arrondissement), la bibliothèque Chaptal (9ème) et la médiathèque Marguerite Yourcenar (15ème) tête de proue des 60 bibliothèques du réseau qui toutes trois ouvriront leurs portes en 2008.

 

Depuis trois ans, d’autres bibliothèques ont ouvert ou réouvert avec ce nouvel équipement (Rostand, Clignancourt, Melville, Louise Michel et Marguerite Duras en 2010 qui devient à son tour le plus grand établissement de Paris).

Au bout de 3 ans et demi, le temps est venu d’un premier bilan, à l’heure où Paris a décidé de stopper le rééquipement des bibliothèques. Quelles promesses la RFID a-t-elle tenues ? Quels usages en font les lecteurs, les agents ? Quelles perspectives peut-on envisager par la suite ?  

Malgré un contexte propre aux bibliothèques parisiennes (SIGB en fin de vie, grandeur du réseau, manque de concertation en amont et en aval sur le choix de cette technologie), il est possible de dégager quelques grandes lignes générales sur l’usage et le développement de la RFID en bibliothèque.

 

Tour d’abord, la RFID n’a pas répondu aux attentes des professionnels. Les promesses non tenues sont les suivantes :

- L’étiquette RFID couple le code-barres à l’antivol. Malheureusement, nous avons des puces blanches, sans inscription. Nous devons donc quand même coller un code-barres.

Les étiquettes sont plus volumineuses que les antivols magnétiques. Ce sont surtout les documents jeunesse qui en pâtissent.

- Le contrôle de la complétude (vérification qu’un document multiple est bien complet : 1 disque + 1 livret ; un double DVD …) ne fonctionne pas ou si mal qu’il vaut mieux s’en passer pour éviter les erreurs de transaction.

- L’intégration au SIGB est nulle : la RFID n’étant pas du tout supportée par Vsmart, nous sommes obligés d’utiliser d’autres logiciels, de piètre qualité, qui sont totalement déconnectés du SIGB. Ce bricolage est source d’erreurs et empêche toute évolution vers une utilisation avancée de la RFID.

- L’inventaire à la volée, sans toucher les documents, est inefficace. Il n’est d’ailleurs plus question d’en faire.

- Les étagères intelligentes, capables de détecter les livres (mais pas de les ranger !) présents, ne sont même plus évoquées, tant leur prix est élevé et leur intérêt faible.

 

 

                                       rfid-tag

 

 

D’autre part, l’automatisation des transactions, si souvent avancée comme argument massue pour imposer la RFID, n’est pas une raison suffisante, notamment parce que la réalité du système impose des contraintes supplémentaires auxquelles la RFID ne répond pas.  

- Le passage au prêt automatisé exige une simplification de l’équipement pour fluidifier les transactions surtout lorsqu’elles sont, comme à Yourcenar, très importantes (plus de 850 000 prêts / retours prévus pour 2011). En effet, le multi équipement (plusieurs puces par document) est difficilement reconnu par les automates.

Enfin, il est nécessaire de prévoir un ou plusieurs agents chargés de montrer le fonctionnement des machines, de gérer les conflits, les problèmes (amendes, documents non empruntables etc.).

Il existe par ailleurs des automates de prêt qui utilisent la reconnaissance optique et la démagnétisation. 

 

En outre, il n’est pas évident que la RFID soit un modèle de vertu économique en cette période de crise  car sa mise en place implique de nombreux investissements :  

- Le coût financier de l’équipement d’abord, est colossal : il ne suffit plus d’acheter des consommables, un portique et un magnétiseur, il faut également installer un logiciel, acheter des platines et souscrire à un contrat de maintenance pour le tout…

- Ensuite, si l’on prend la chaîne du livre depuis son acquisition jusqu’au désherbage on se rend compte que la RFID ne fait qu’ajouter une ou plusieurs opérations là où elle nous est présentée comme la possibilité de dégager du temps pour renseigner les lecteurs.

- Contrairement aux code-barre qui sont quasiment inusables, les puces sont très fragiles : au moindre pli, le signal est rompu. Les puces pour CD et DVD ont durée de vie très faible, de l’ordre de 3 à 5 ans maximum.

- Enfin, le recyclage de ces éléments métallique et toxique (présence d’un circuit intégré) n’a jamais été pensé mais il est évident qu’une puce est beaucoup plus nocive qu’un simple autocollant imprimé.

 

La RFID a suscité de grands espoirs parmi les membres de la profession. Les tutelles, séduites par le discours rassurant et résolument moderne des vendeurs de puces, ont succombé à ces charmes, pensant ainsi être à la pointe de la bibliothéconomie. Dans la réalité, il est à regretter principalement deux choses :  

- Que la RFID ait essentiellement été un argument pour réduire le nombre d’agents titulaires dans les bibliothèques en introduisant l’automatisation des prêts ; et en oubliant totalement l’aspect relationnel de notre métier

- Que l’investissement dans cette technologie inaboutie ait réduit l’intérêt des professionnels pour ce qui aurait dû véritablement être au cœur de nos préoccupations : l’amélioration du SIGB et des portail documentaires.

 

 

 

                                     DSCF9553

                                                          Un automate de prêt

 

 

 

Sur le même sujet:

La RFID dans les bibliothèques : Une technologie qui pose des questions d'ordre sanitaire, éthique et écologique.

La RFID, une mauvaise idée à la Ville de Paris

Lire également: Un article sur la RFID par le site "ActuaLitté"

 

Dernière minute: Ironie du sort, l'inventeur de la RFID vient de décéder. Lire sur

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Nicolas SAUTEL-CAILLE - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 01:07

La RFID, une mauvaise idée pour Paris 

La Ville de Paris a décidé d’équiper, sans réflexion aucune, l’ensemble de ses bibliothèques du système RFID. Cette technologie, semblable à celle du « pass-navigo» à la RATP, utilise le principe d’une puce qui émet des radiofréquences, sensée remplacer l’usage du code-barres.

 

RFID, la nouvelle pensée unique ? Bien que l’élite de la bibliothéconomie fasse preuve d’un enthousiasme sans borne pour l’introduction de la RFID dans les bibliothèques (couverture de « Livre Hebdo », articles dans la revue professionnelle « BBF », biblio-blogueurs, chargés de mission de toutes sortes), et qu’elle pense urgent de faire entrer notre vieux pays dans la modernité supposée, force est de constater qu’à Paris, cette technologie ne fonctionne pas.


L’expérience des premiers établissements équipés nous prouve que la RFID se révèle inefficace, coûteuse, déshumanisante, dangereuse pour l’environnement, inutile et peut être dangereuse pour la santé. Voici pourquoi.

 

                                                    invasion-de-puces-rfid-dans-les-creches 28398 w250

 

Un système compatible avec tous les supports? La Mairie de Paris s’est déjà équipée de différentes formes de puces. Les platines qui lisent ces puces ont, quand à elles, été acquises par un marché divisé entre deux fournisseurs ….  Concurrents ! Les systèmes sont compatibles, nous assure-t-on, par contre ils n’ont pas les mêmes normes d’antivol ! Il suffirait, parait- il d’activer seulement un nouveau protocole. Néanmoins les rares établissements déjà équipés ne sont pas tous compatibles entre eux !

   

CD, DVD, textes lus … c’est la panique la plus totale, car chaque élément d’un document est équipé d’une puce (ainsi un coffret de 4 CD est équipé de six puces : quatre pour les CD, une pour le livret et une pour le boîtier du coffret !). Il est pratiquement impossible de contrôler un double CD ou DVD, car les puces s’ « auto parasitent ». Ce problème surgit également lors de l’équipement de document avec une couverture ou une encre métallique (notamment la collection SF de Robert Laffont). Les puces sont tous simplement illisibles. Les experts en RFID sont  perplexes : il n’y a aucunes solutions pour résoudre ce « soucis » à ce jour.

 

Par ailleurs, les puces ont une épaisseur qui n’est pas égale sur toute leur surface. Ainsi de nombreux usagers reviennent en se plaignant de ne pouvoir lire leurs DVD empruntés. Il est notable que ces difficultés interviennent sur tous types d’appareils : lecteur DVD de salon, ordinateur fixe ou portable, console de jeux.

   

Bientôt tous des machines ? L’objectif de la Ville de Paris est d’installer des automates de prêt dans ses bibliothèques. Actuellement, le temps passé par les bibliothécaires à la banque de prêt leur permet de voir concrètement ce qui sort et de se rendre compte du type de lecteur qui emprunte. Les automates suppriment l’opportunité de voir les documents vivre leur vie au prêt comme au retour.

 

Avec la RFID, cet objectif est déjà atteint. Plus besoins d’automates, il est déjà là : l’agent qui prend les documents des mains du lecteur (invisible) ne les regarde même plus, il a les yeux rivés sur l’écran et place les documents sur la platine sans se soucier de ce qui est emprunté. La transaction va-t-elle fonctionner ? Avec le code-barres, au moins, l’agent a le temps, s’il le souhaite, de jeter un oeil sur le titre du document, puisque celui-ci est sur la même surface que le fameux code-barres

 

                                               robot.jpg

 

Un système pratique, efficace, et rapide ? Le système RFID est censé remplacer l’usage du code-barres. A Paris, ce n’est pourtant pas le cas. On est dans l’abondance : c’est RFID et code-barres !

 

Le circuit du document, de la réception à la mise en rayon, est identique que ce soit avec la RFID ou le code-barres, soit sept étapes. Le gain de temps est inexistant. C‘est même le contraire, car en plus de la saisie, il faut encoder tous les documents afin d’inscrire le code-barres dans la puce (tous le monde suit ?). Sans parler des tentatives des bibliothécaires pour cacher ce gros carré blanc qu’il est si tentant d’arracher. Quant à la banque de prêt et de retour, les platines de reconnaissance interfèrent parfois entre elles. Des documents passent ainsi d’une carte de lecteur à une autre sans que personne ne s’en rende compte.


Pour les inventaires, le matériel employé est le même que celui qui sert à convertir les puces d’un format antivol à un autre (le passage d’une sonde qui émet des radio fréquences vers l’ensemble des puces supposées se trouver dans une zone). Ce système n’est pas satisfaisant car de nombreuses erreurs sont possibles. Certes, le temps nécessaire est sans doute raccourci grâce à la RFID, mais le temps de correction est plus long, car il faut parcourir les rayons, listing en main à la recherche des « oubliés » de la technologie. De plus, les inventaires n’ayant lieu que tous les 5 ans, au mieux et ne durant que quelques jours, cet argumentaire se trouve invalidé en ce qui concerne la RFID.

   

Vers de nouveaux services ou vers la fin du livre ?  La RFID est supposée nous permettre d’introduire des nouveaux services pour les lecteurs, mais quels sont ils exactement ?

 

Le retour en tout lieu : Plutôt que d’obliger le lecteur à ramener l’ouvrage emprunté dans l’établissement où il l’a choisi, il peut le déposer dans n’importe quelle bibliothèque du réseau. La Ville de Lyon opère de la sorte depuis longtemps. Seulement ce service ne nécessite en aucun cas la RFID. Le code-barres le permet et actuellement le logiciel de gestion des bibliothèques parisiennes « GEAC » est paramétré pour. Les documents rendus dans d’autres établissement sont indiqués « en transit » dans le système.

 

La relocalisation automatique des documents : les documents rendus passeraient dans le catalogue de la bibliothèque et lui appartiendraient pour un temps. Ce service ne  requiert pas non plus l’usage de la RFID. Il dépend uniquement du système informatique (dit SIGB) qui détermine les règles de localisation.

 

A moins que ce système de prêt inter bibliothèque soit une façon, à terme, pour nos concepteurs de réduire la masse globale des documents et par là même, la place du livre ?

Cette évolution serait possible en supprimant l’autonomie des établissements dans la constitution et la gestion de leurs fonds. Toutes les bibliothèques partageraient le même catalogue. Avantages : On a du prêt inter bibliothèque sans ramener les documents à leur destination d’origine. On ne garde dans ce nouveau catalogue que ce qui sort globalement plus (pourquoi avoir une centaine de fois le même document, si n’y en a que vingt qui sortent en permanence ?) et on économise sur la masse globale des livres.

Inconvénients : Il n’y aurait plus la possibilité de développer une lecture de proximité et une grande partie du public s’en trouverait exclue ; la diversité des collections, quant à elle, se trouverait menacée.

 

Les automates de prêt : c’est l’argument massue développé par la Ville de Paris pour installer la RFID. Or, encore une fois, des automates de prêt existent déjà avec le système du code-barres et ce, depuis un petit moment. La RFID n’apporte absolument rien de plus.

 

Une meilleure interactivité : Il serait possible, pour les lecteurs, d’obtenir des informations supplémentaires sur un document en le plaçant sur une machine équipée d’un lecteur RFID, grâce aux informations stockées dans la puce ! Non seulement c’est une mauvaise idée de stocker des données dans un support périssable (pilon, vol, dégradations de toutes sortes) mais c’est une erreur de penser que ce type de service se fait sans l’appui d’une base de données efficace.

 

La RFID contre le développement durable ? La gestion des déchets est aujourd’hui au cœur des questions environnementales et c’est une bonne chose que les bibliothèques intègrent cette problématique dans le traitement des documents. Malheureusement, les puces RFID ne sont pas un modèle en la matière. En plus des colles et des parties métalliques dont elles sont composées, certaines puces dites « actives » comportent une petite pile électrique dans leur circuit intégré.

 

Ce détail n’est pas anodin, il signifie que ces puces ont une durée de vie limitée (environ 5 ans). Il faut donc une identification de type code-barres pour assurer la pérennité du document dans les collections.

Dans ces conditions, il est hors de question de jeter ces puces sans prendre des précautions. Il est peut être temps de poser la question aux industriels : Sont-ils prêts à retraiter nos documents « pucés » ainsi que la loi l’oblige pour les fabricants de piles et de batteries électriques. Quelle est la position de la Ville de Paris sur ce sujet. ? Elle, dont le maire a mis les questions environnementales au cœur de son programme de mandature ?

 

                                                    rfid-tag.jpg

 

Combien ça coûte ?   Etant donné que les bibliothèques parisiennes collent des code-barres sur leurs documents, puisque le système informatique ne permet pas d’encoder directement les puces avec un numéro d’exemplaire, le surcoût de l’équipement RFID n’est pas négligeable. Un moyen terme serait d’acheter des puces avec un code-barres imprimé dessus, diront certain. Non seulement ce n’est pas prévu dans le marché actuel, mais ce serait incompatible avec les documents composites (2 CD, 3 DVD, livres avec cartes ou plans, etc..). Garder uniquement le code-barres permet des économies non négligeables en ces temps où les services publics voient leurs ressources diminuer.

 

Ondes électromagnétiques et santé publique : la RFID soulève le même problème que la Wi-fi . Le système RFID émet des ondes électromagnétiques en permanence. Les puces, comme les platines de lecture, émettent des champs électromagnétiques pour récupérer les données qui se transmettent par radiofréquences. Déjà un nombre important d’agents de la médiathèque Marguerite Yourcenar (Paris 15ème) se plaint de troubles divers (maux de tête, douleurs derrière la nuque, acouphènes, etc..) depuis l’installation de nouvelles platines de lecture. Est-ce à dire que les personnes atteintes d’hyper électrosensibilité seront désormais exclues de ce type d’établissement ? Aujourd’hui, les personnels de la médiathèque Yourcenar demandent le retrait de la RFID (cela n’aurait aucun impact sur le fonctionnement de cet établissement).

 

Cette problématique sera abordée lors du prochain Comité d’Hygiène et de Sécurité de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

C’est dans cette instance que s’était tenu le débat sur les effets du Wifi sur la santé, et qu’avait été voté le maintien du débranchement des bornes Wifi (dites Hotspots) dans certaines bibliothèques parisiennes. Ce phénomène ne se limite pas qu’à Paris puisque des cas similaires sont répertoriés ailleurs en France et dans le monde.

Il est à craindre que le développement de la RFID rajoute à la pollution électromagnétique déjà importante, et dont on ne connais pas encore l’impact en terme de santé publique pour les années à venir. A l’heure où ce phénomène fait débat dans la société, il est nécessaire de s’interroger également sur les effets de cette technologie.

 

En définitive, ce qui compte réellement dans le développement des services publics liés aux documents, c’est de constituer une base de données efficace, fiable, évolutive et ergonomique. C’est pourquoi il est essentiel de bien mesurer l’importance du système de gestion informatique, qui va de plus en plus être au cœur du fonctionnement des bibliothèques parisiennes.

 

Dans ces conditions, il semble urgent d’ouvrir un débat qui n’a jamais eu lieu dans les bibliothèques, sur le bien-fondé de l’utilisation en bibliothèque de  la RFID.

 

                                                      rfid-large.jpg

 

 

Lire aussi

La RFID dans les bibliothèques : Une technologie qui pose des questions d'ordre sanitaire, éthique et écologique.  

La RFID dans les bibliothèques à Paris : Quel bilan pour quelles idées ?

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article

Pages