Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 15:06

 

La Voix du Nord : Le 15 Octobre 2013

« Il semblerait qu’un pigeon mort ait bouché une canalisation d’évacuation » a déclaré la Mairie.

Lundi matin, les portes de la bibliothèque municipale, rue Benjamin-Morel, sont restées closes. Les averses qui ont frappé le Dunkerquois dans la journée de dimanche sont à l’origine de cette fermeture dont le terme n’a pas encore été fixé.

En arrivant sur les lieux, lundi matin, l’agent d’entretien a immédiatement constaté que le deuxième étage du bâtiment avait été victime des graves infiltrations d’eau. « Il semblerait qu’un pigeon mort ait bouché une canalisation d’évacuation et que l’eau a débordé à l’intérieur du bâtiment, constatait ce mardi Bruno Cooren, directeur de la Culture à la mairie de Dunkerque. Dès que l’alerte a été donnée, les personnels présents, relayés par des collègues en repos et certains, d’autres services, sont intervenus afin de mettre à l’abri les ouvrages se trouvant sur ce deuxième étage. »

Ceux-ci ont été descendus au rez-de-chaussée, en salle de lecture, sur les tables et sur le sol. « C’est la raison pour laquelle nous avons fermé l’accès au public, précise Amaël Dumoulin, directrice du réseau des bibliothèques. Pour l’heure (NDLR : ce mardi après-midi), nous ne pouvons pas encore estimer le nombre d’ouvrages touchés car, par mesure de précaution, nous avons descendu tous les livres du secteur victime de l’infiltration. Nous sommes en train d’inventorier tous les ouvrages. »

 

                                     Pigeons-From-Outer-Space-Poster-.jpg

                                                               From outer space to Dunkerque

 

Mais, assure, Bruno Cooren, il n’y a pas lieu de craindre un « drame culturel. Quelques ouvrages souffriront de ce dégât des eaux mais il n’y aura pas de perte essentielle. » Pour la simple et bonne raison que les documents les plus précieux de la bibliothèque sont abrités à l’intérieur d’un coffre-fort, dans un lieu sécurisé à l’abri du feu et de l’humidité.

Bien qu’elle renferme des documents rares et précieux, la bibliothèque dunkerquoise ne dispose pas d’un fonds à la mesure de son importance historique. En effet, nombre de pièces sont parties en fumée durant la première moitié du XXe siècle. La Seconde Guerre mondiale, malgré ce que l’on pourrait imaginer, n’est en rien responsable de ces pertes. « C’est un incendie, à la fin des années 20, qui a détruit en grande partie ce patrimoine. Et la bibliothèque actuelle, que l’on attribue souvent à tort à la période de la reconstruction, date en fait des années 30. »

Dans l’attente du passage des experts et de la mise en sécurité des ouvrages détériorés, la bibliothèque restera encore fermée durant quelques jours. « Donner une date serait un peu prématuré », assure Bruno Cooren.

Lire l’article de « La Voix du Nord »

 

                                                     Bibliothèque de Dunkerque: Mais que fait le plombier ?

                         ufo-force-it-dlp.jpg

                                                -   Hmmm, donner une date serait un peu prématuré

 

 

Lire aussi

La Bibliothèque Faidherbe (IXe) fermée pour cause de panne informatique.

Paris: Fermeture de la bibliothèque Italie (XIIIe)

La bibliothèque Glacière (XIIIe) envahit par les cafards !!

Grève dans les bibliothèques lyonnaises

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 13:38

 

Livre Hebdo : Le 16 septembre 2013

A l’appel de l’intersyndicale CGT-Sud, la revendication avait pour objet l’insuffisance de moyens humains et informatiques.

Une grève des 15 bibliothèques de Lyon a eu lieu le 14 septembre suite au vote de l’intersyndicale CGT-Sud, afin de demander une aide financière plus satisfaisante concernant le personnel « volant » et le matériel.

Après une première grève le 20 juin, la Ville de Lyon a proposé 60 000 euros pour le renouvellement de matériel informatique, la création de deux postes de « volants » et la titularisation de quatre postes de « volants ».

« Nous ne comprenons pas la même chose sur la mission de cette brigade volante, explique Malika Laval, déléguée syndicale CGT. Pour nous, ces postes de volants visent à effectuer des remplacements en cas d’absences courtes et imprévisibles, tandis que la direction de la Bibliothèque municipale de Lyon veut leur confier les remplacements dus aux absences longues et prévisibles, comme les congés maternité. Pour ces longues absences-là, nous ne pensons pas que les quatre postes volants puissent les couvrir, et nous préférerions que d’autres personnes soient recrutées en CDD.»

Les syndicats demandent un tableau des absences afin d’avoir plus de visibilité, mais la Ville ne le leur a pas encore fourni, selon Malika Laval.

Concernant le matériel informatique, « les 60000 euros ont été prévus notamment pour le renouvellement de matériel, comme des rétroprojecteurs par exemple, mais cela ne comprend pas les postes informatiques, c’est-à-dire notre outil de travail et celui des usagers », ajoute Malika Laval, qui pense que de nouvelles négociations avec la Ville auront lieu prochainement.

Lire l’article de « Livre Hebdo »

 

 

                             Pour ses bibliothèques, la Ville de Lyon ne propose q'une seule solution

                                           MovieCovers-207985-46009-BRIGADE-20VOLANTE.jpg

                                             " Et voici aussi votre nouveau modèle de rétro-projecteur ! "

 

 

Lire aussi

Vagues de protestation dans les bibliothèques municipales

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 10:14

 

Un rassemblement est prévu devant la bibliothèque de la Part-Dieu à 10h

Ceux qui auraient voulu emprunter des livres ce week-end devront certainement faire demi-tour les mains vides. En effet, un préavis de grève a été déposé ce samedi à l'initiative de l'intersyndicale CGT/Sud collectivités locales et CGT-UGICT.

Le mouvement proteste de nouveau contre le manque de moyens et demande également des embauches supplémentaires, avec notamment la mise en place d'une équipe de titulaires volants dans l'objectif de remplacer toutes les absences et à 100%.

Déjà en juin dernier, le personnel des bibliothèques de l'agglomération lyonnaise avait fait grève pour les mêmes revendications.

A noter également que samedi un rassemblement sera prévu à 10h devant la bibliothèque de la Part-Dieu où les salariés proposeront aux passants de signer une pétition en leur faveur.

Publié également sur " Miroir Social "

 

                                           Quand Gérard Collomb, Maire de Lyon s'intéressait au social

                        c3bfe8c46fb20589df0433fd6200292d h

                                                                 -  Bah, on ne peut pas être et avoir été !

 

 

Lire aussi

Vagues de protestation dans les bibliothèques municipales

Les bibliothèques de Lyon seront en grève le samedi 14 septembre

Grève dans les bibliothèques lyonnaises

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 13:23

 

France 3 Rhône-Alpes: Le 13 septembre 2013

La Mairie se dit prête à reprendre le dialogue avec les salariés.

Les 15 bibliothèques de la ville de Lyon sont concernées par un préavis de grève déposé par les syndicats Sud et CGT. Après un premier mouvement social le 20 juin, Ils réclament toujours des moyens supplémentaires.

Les fonctionnaires territoriaux exigent notamment l'arrêt des non-remplacements des départs, des créations de postes, et la mise en place d'une équipe de titulaires volants afin de remplacer systématiquement toutes les absences. 

Ils réclament également un parc informatique à la hauteur des besoins du public. Des usagers qui seront sollicités, demain à 10 heures devant la bibliothèque de la Part-Dieu, pour signer une pétition de soutien.

La direction des bibliothèque de Lyon se dit prête à reprendre le dialogue avec les salariés.

Lire l’article de « France 3 Rhône-Alpes »


                   Bibliothèques: Le Maire de Lyon se dit prêt a reprendre le dialogue

         photo-joel-philippon

                                    - Alors ici, vous avez les postes informatiques et là, les effectifs !

 

 

 

Lire aussi

Une nouvelle grève ce samedi dans les bibliothèques municipales de Lyon

Les bibliothèques de Lyon seront en grève le samedi 14 septembre

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

 


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 12:11

 

La Tribune de Lyon : le 12 septembre 2013

Les revendications portent sur le manque de personnel et la titularisation de postes précaires

Ce matin, l’intersyndicale CGT – Sud a voté la grève des bibliothèques à Lyon, pour la journée du samedi 14 septembre. Ses revendications portent sur le manque de personnel et la titularisation de postes précaires, ainsi que les moyens informatiques des 14 établissements lyonnais.

Le 29 août dernier, la Ville de Lyon a proposé aux syndicats une enveloppe de 60 000 euros pour le renouvellement de matériel informatique, ainsi que la création de deux postes de volants et la titularisation de quatre postes de volants. Une proposition jugée « insuffisante » par les syndicats, qui à ce jour, ne veulent pas négocier « à l’aveugle ».

« Jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons aucun chiffre précis du personnel manquant par établissement, et des absences pour longues maladies » précise Michel Fournet-Fayas, cadre à la CGT du Rhône. « Nous attendons les mêmes indicateurs que ceux mis en place pour quantifier le personnel de l’éducation » ajoute-t-il, en faisant référence au récent conflit des cantines.

L’autre inquiétude des syndicats concerne l’ouverture de deux nouvelles bibliothèques à Lyon, pour lesquelles aucun recrutement de personnel n’a pour l’instant été communiqué. Les syndicats redoutent que la Ville pioche du personnel dans les autres bibliothèques pour faire fonctionner les deux nouveaux établissements.

Concernant le matériel informatique, les syndicats sont en attente d’un audit précis, afin d’évaluer si l’enveloppe proposée par la Ville est en adéquation avec les besoins du terrain.

Lire l’article de « La Tribune de Lyon ».

 

          Lyon: Des bibliothécaires à la recherche de moyens informatique (et de personnel)

      3094206572 5d37536e66 z

                           - Pour les deux nouvelles médiathèques, je vois toujours rien !

 

Lire aussi

Une nouvelle grève ce samedi dans les bibliothèques municipales de Lyon

Vagues de protestation dans les bibliothèques municipales

Mobilisation des bibliothèques parisiennes le 10 septembre ?

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 09:17

 

Après Angers, Bordeaux, Lyon, Nantes et Rennes….la fronde pourrait bientôt atteindre la capitale !

Le début d'un phénomène de grande ampleur ? Depuis plusieurs mois de nombreuses bibliothèques de province se sont mises en grève. Après Rennes l’été dernier et Angers au cœur de l’hiver, ce fut au tour des bibliothécaires de Nantes puis de Bordeaux de répondre au mois d'avril à l'appel des organisations syndicales. Ils ont été suivis en juin par leurs collègues Lyonnais. Pour tous, un véritable ras-le-bol avec en point d’orgue le manque de moyen pour assurer leurs missions auprès du public dans de bonnes conditions.

Sous effectif, organisation du travail, action culturelle, politique documentaire… c’est par ces maux que les bibliothécaires décrivent leur quotidien sans être entendus par les élus et leur administration. Une crise existentielle partagée visiblement par toute la profession quelque soit la taille ou la couleur politique de leur commune d'exercice.

« Depuis longtemps, trop longtemps, le personnel des bibliothèques ressent un profond malaise et il nous semble indispensable de vous l’exprimer ». C'est ainsi que débutait la lettre ouverte, que la CGT avait envoyée aux élus et à la direction en décrivant par le menu le profond ressenti des bibliothécaires de la Ville de Rennes.

Un constat qui ne sera pas démenti par les bibliothécaires nantais, dont la grève a été très suivie en avril dernier : « C'est le mépris de nos compétences ! » déclare ainsi un agent de la médiathèque Luce-Courville à « Ouest-France » soutenu en cela par des usagers, comme cette mère de trois enfants affirmant dans le même journal que « l'identification d'un référent est une plus value. Si je viens là, c'est pour avoir des conseils pour mes enfants. »

 

 

                                     A Nantes, les bibliothécaires soufflent un vent de contestation

               jean-marc-ayrault-17-juillet-2013-a-matignon-1373289-616x38

                                                  "  Ah celui là, il vient de Rennes et il va jusqu'à Paris "

 

 

Moteur de ces mouvements sociaux à répétition: un sous-effectif qui semble de plus en plus récurent dans les bibliothèques de France et de Navarre. « On doit faire du neuf avec du vieux et réinventer des choses avec les mêmes moyens » remarque ainsi une bibliothécaire de Lyon-Part Dieu dans un reportage de France3 Rhône-Alpes couvrant la grève de juin dernier.  « Malgré l'ouverture d'un nouveau site, il n'y a pas de création de postes supplémentaires, dénonce de son côté Valérie Pacaud, secrétaire générale de la CGT de la Ville de Nantes au moment de la fronde du mois d'avril. On reste à effectif constant pour l'ensemble des bibliothèques. »

Idem du côté de Bordeaux où les personnels pointent au journal Sud-Ouest « le problème des bibliothèques de quartier, qui sont constamment en sous-effectif au point qu’il faut parfois les fermer soi-disant pour raisons techniques». C'est à croire qu'ils se sont tous concertés !

Des revendications auxquelles les Maires et leur administration refusent pourtant de répondre. Au point que cela vire parfois à l’absurde. Alors qu’ils dénonçaient eux aussi le manque de moyens pour assurer à bien leurs missions de service public, les bibliothécaires de la Ville d’Angers avaient demandé à être reçu par le maire (PS), Frédéric Beatse. Résultat des courses ? Ce dernier a tout simplement refusé toute rencontre ! Pas très fluctuat. Seule solution pour les syndicats pour obtenir un rendez vous: un préavis de grève ! Après un mouvement suivi à 80% le Maire, dans une position devenue des plus mergitur sera contraint de recevoir une délégation. « Les revendications sont en cours d'étude par la Ville », indiquait dans la presse locale Sylvain Porcher, militant syndical de Sud. On se faisait toutefois une autre idée de la douceur angevine. 

 

 

                        Le Maire d'Angers (à gauche) tourne le dos au dialogue avec les bibliothécaires

                P2070227D2090181G.jpg

                                                 " Tiens, je vais t'en donner moi de la douceur angevine ! "

 

 

Si ce malaise touche la province, il n’épargne malheureusement pas la capitale. Bien que les bibliothèques municipales parisiennes n’ont plus connu de mouvement social depuis un certain temps, la grogne couve tout de même chez les personnels. A tel point que ces derniers ont envahi en fin d'année derniere un séminaire des chefs d’établissement présidé par le Directeur des Affaires Culturelles de l’époque, François Brouat, à l'appel de la CGT et de la CFDT.

 

« Avec le manque de moyens, cela devient difficile d'assurer ne serait-ce qu'un service public minimum » s'alarme une bibliothécaire de Yourcenar (XVe) accompagnée de deux collègues. « Nous tournons en permanence sur 40 postes, alors que 45 étaient prévus à l'origine. ». Un constat peu amène que rapporte le site ActuaLitté présent lors de l'envahissement. Les réponses, du côté de la Mairie de Paris, sont lapidaires : face au personnel et aux chefs d'établissement, François Brouat signale que « le budget de la Ville est difficile à mettre en place », mais que les revendications de tous sont « connues ». Pas encore reconnues, cependant... comme le note perfidement le site d’actualité culturelle.

Pour faire face aux baisses continuelles d’effectif, la Mairie de Paris ne semble avoir trouvé comme parade que…les réductions d’horaire d’ouverture (lire ici), une solution qui était jusque là considérée comme tabou dans la capitale. Cette politique de flux tendu des personnels des bibliothèques parisiennes fait même parfois des victimes inattendues puisque la médiathèque Marguerite Duras (XXe), pourtant une des fiertés culturelles de la municipalité, n’a pu en février dernier ouvrir ses portes un dimanche….faute de personnel suffisant ! Voilà ce qui arrive quand on joue petit bras.

En fait, à Paris tout pourrait exploser après les municipales de mars 2014. De nouvelles baisses d’effectifs sont programmées pour la prochaine mandature, murmure-t-on dans les couloirs de l'Hôtel de Ville avec des fermetures probables de bibliothèque à la clef. Comme une sorte de mise en bouche, la bibliothèque jeunesse Saint Louis (IVe) a ainsi fermé sans préavis en début d’année.

La suite ? La bibliothèque Louvre (Ie) est déjà condamnée si l’on en croit une note interne diffusée accidentellement à l’ensemble des personnels du réseau et les menaces qui pèsent sur la bibliothèque Château d’Eau (Xe) n’ont toujours pas été levées. Surtout que la municipalité a programmé l'ouverture après 2014 de deux nouvelles médiathèques ( Canopée et Carré Saint Lazare  ) pour lesquelles il faudra bien trouver les effectifs quelque part. 

Une politique qui va vite devenir intenable pour les bibliothécaires parisiens. Anne Hidalgo, actuellement favorite pour prendre la succession de Bertrand Delanoë à la Mairie de Paris pourrait alors essuyer un mouvement social d’envergure. Des bobos en perspectives à Paris ?

Publié également sur " Miroir Social "

 

                   En 2014, les bibliothèques parisiennes vont en voir de toutes les couleurs

       julliard et hidalgo-copie-1

                                                                    Bon Bruno, tu m'enlèves tout ça   

 

 

Lire aussi

Les bibliothèques d’Angers en grève pour protester contre le manque de moyen 

La grève se poursuit dans les bibliothèques de Nantes 

Grève dans les bibliothèques municipales de Lyon le 20 juin 

Grève à la bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux 

Rennes : Toujours une majorité de bibliothèques touchée par la grève !  

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 16:13

 

 

France-3 Rhône-Alpes : Le 20 juin 2013

 

Les bibliothécaires réclament des moyens humains et un outil informatique performant

 

Ce jeudi matin, 20 juin, les lyonnais ont trouvé les portes de la grande bibliothèque Part-Dieu (Lyon 3e) closes.

 

L'accueil dans les quinze bibliothèques de la ville risque d'être perturbé aujourd'hui. En cause: une grève des personnels des bibliothèques de Lyon à l'appel des syndicats SUD et CGT.

 

Des personnels qui affirment ne plus avoir « les moyens d'assurer leurs missions auprès du public dans de bonnes conditions ». Les bibliothécaires réclament notamment des moyens humains (remplacement des départs en retraite et créations de postes supplémentaires), ainsi qu'un outil informatique performant. 

 

Autre motif de mécontentement, le conseil municipal a voté l’installation d’automates de prêt et de retour dans toutes les bibliothèques de Lyon, y compris celle de la Part-Dieu.

 

Voir ici le reportage de France 3 Rhône-Alpes


 

                                                                           Gérard Collomb, Maire de Lyon

              c3bfe8c46fb20589df0433fd6200292d_h.jpg                 

 

 

 

 

 

Lire aussi

Vers une automatisation des bibliothèques de Lyon

Grève à la bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux

L'avenir incertain des bibliothèques parisiennes

Rennes : La majorité des bibliothèques touchée par le mouvement de grève !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 13:18

 

Le Parisien : le 15 mai 2013

 

Seuls les « gratuits » sont les bienvenus pour la nouvelle directrice de la bibliothèque

 

L’immense Palais de la culture de Puteaux a-t-il décidé de ne plus voir les choses en grand ? Tous les abonnements de presse quotidienne ont été supprimés de la médiathèque: Le Monde, Libération, le Figaro, La Croix... Et presque une centaine de titres de la presse magazine et Le Canard Enchaîné sont à la même enseigne.


Ce mercredi après-midi, plusieurs présentoirs étaient vides. Dans la pile des numéros précédents, le dernier Marianne, hebdomadaire de gauche, remontait à janvier 2013 et le dernier Nouvel Obs au 13 mars. « Nous n’en avons plus...», indique timidement la bibliothécaire.

Le groupe EELV, qui a remarqué le premier la disparition de ces titres de presse, indique qu’il « s’indigne de cet acte et alerte les syndicats de la presse et des journalistes ». Et d’accuser la mairie de Puteaux de calcul politique à moins d’un an des municipales : « De qui ou de quoi a peur la majorité
? De voir quelques affaires concernant la mairie et la maire en place s’afficher sur les couvertures de ces magazines. »


La mairie s’en défend : « Nous avons annulé des abonnements dans un souci de rationaliser les dépenses. Tous ont été supprimés, de gauche comme de droite. Les journaux gratuits contiennent suffisamment d’informations et ils sont disponibles à la médiathèque. »


C’est une idée de la nouvelle directrice de la bibliothèque, indique-t-on. Une initiative qui passe mal dans cette ville réputée pour ses frasques. En décembre dernier, elle avait dépensé 784000 € pour une patinoire, 735000 € pour les illuminations de Noël et 130000 € pour des cartes de vœux

  

Lire l’article du « Parisien »

 

                                                                 La médiathèque de Puteaux

                    diaporama_mediatheque_02.jpg

                                      Maintenant que les présentoirs sont vides, la vue est bien meilleure !

 

 

 

Lire aussi, sur ce sujet, l’excellente enquête de « Marianne » 

 

Lire aussi notre rubrique Bibliothéconomiquement Vôtre  

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 15:49

 

Lyon Capitale : Le 14 mai 2013

 

Les bibliothèques de la Part-Dieu et des arrondissements vont toutes passer à l’automatisation d’ici à 2015.

 

L’avenir des bibliothèques de Lyon rime avec automatisation. Le conseil municipal du 13 mai a validé l’installation d’automates de prêt et de retour dans toutes les bibliothèques de Lyon, y compris celle de la Part-Dieu. Leur déploiement se fera en trois phases, de fin 2013 à fin 2015.

 

Au terme de ces deux années, l’ensemble du réseau sera équipé, le tout pour un coût de 3 825 000 euros. Une somme que la mairie espère voir financée en partie par l’État, dans le cadre de la dotation générale de décentralisation et grâce à l’obtention du label “bibliothèque numérique de référence”. La numérisation du fonds et les nouveaux services qui en découlent (Numelyo…) seront sans doute des atouts.

 

Pour légitimer l’automatisation, la mairie invoque l’amélioration de l’accessibilité et de l’accueil du public. Selon la bibliothèque municipale, les bornes permettraient aux agents de la bibliothèque “d’exercer des fonctions plus valorisantes”. Comprenez un accompagnement du public dans son choix, par exemple en mettant en avant les collections présentes dans les rayons.

 

Du côté des délégués syndicaux, si l’on ne s’oppose pas catégoriquement à l’automatisation, les conditions de ce changement posent question. Malika Laval, de la CGT, qui travaille à la bibliothèque du 3e, détaille : “Ce n’est pas une mauvaise chose, si ce n’est pas fait sous n’importe quelles conditions.” 

 

La première interrogation des bibliothécaires réside dans la pertinence d’appliquer cette méthode à toutes les bibliothèques, notamment aux petites structures d’arrondissement. “Dans ces bibliothèques, ce n’est pas très judicieux d’automatiser, car les prêts et retours sont des moments d’échange importants avec le public”, expose la syndicaliste.

 

L’accompagnement du lecteur doit à tout prix exister, pour Malika Laval : “Nous ne sommes pas de simples agents d’accueil, il y a tout un travail derrière ça.” C’est là que tout diverge entre salariés et direction. Quand la BM argue que les employés pourront mettre en avant les collections, la syndicaliste dit tout le contraire : “On aura certainement une relation plus superficielle avec le public, parce qu’on aura moins accès au contenu des collections. Or, il nous faut connaître ce contenu pour accompagner les usagers.”

 

Pour Gilles Eboli, le directeur de la BM, l’accueil du public n’est pas supprimé, bien au contraire : la nouvelle organisation “repositionne les bibliothécaires dans l’accompagnement des usagers”. Il ne partage pas les doutes de certains : “Si l’automatisation de 8 millions de transactions par an (4 millions de prêts et 4 millions de retours) ne permet pas de dégager du temps pour mieux faire son travail de suivi du public et des collections, je ne comprends pas.”

 

La prudence dans l’accueil de cette nouvelle par les bibliothécaires doit beaucoup à la communication de la direction sur le sujet, juge Malika Laval. “La direction communique, mais sans nous en dire vraiment plus”, déplore-t-elle. Gilles Eboli tempère en expliquant qu’il “faut attendre que le projet soit lancé officiellement pour connaître les précisions de sa mise en place”.

 

Une chose est sûre, selon lui, pas de suppressions de postes, malgré les automates : “On réoriente seulement les bibliothécaires sur leurs tâches”, assure-t-il. “Officiellement, on économise des postes qui sont réaffectés et non supprimés, répond Malika Laval. Mais on n’en sait, là encore, pas beaucoup plus.”

 

Lire l’article de « Lyon Capitale »


 

 

                                                        Le Maire de Lyon veut automatiser ses bibliothèques

                   photo-joel-philippon.jpg

                                 " Pour le prêt, vous faites comme ça, et pour le retour, comme ça !

 

 

Lire aussi

Grève à la bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 13:43

 

Sud Ouest : Le 25 avril 2013

… Quinze jours à peine après sa réouverture

Quinze jours à peine après sa réouverture pour cause de travaux, la bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux était fermée hier. En cause : un mouvement de grève des agents soutenu par la CGT.

« C’est bien le service aux usagers qui pose problème, avec un nouveau fonctionnement qui ne permet plus de mettre en valeur les spécificités des agents qui pouvaient être en contact avec le public en plus de leurs tâches habituelles », explique Héléna Laville, secrétaire générale de la CGT-municipaux.

En fait, il s’agit d’une bête histoire de logiciel gérant l’emploi du temps des 120 agents Mériadeck à laquelle est venue se rajouter, à une réouverture après travaux un peu précipitée, le départ, il y a quelques semaines, du directeur Serge Bouffange alors que son successeur ne sera nommé qu’à la rentrée. Sans compter que le chantier n’est pas terminé.

D’autres innovations viendront en septembre, notamment l’arrivée d’automates de prêt qui vont naturellement modifier la tâche des bibliothécaires.

« Tout le monde a beaucoup travaillé pour que la réouverture puisse se faire », reconnaît Dominique Ducassou, adjoint à la culture au Maire de Bordeaux. « Nous nous sommes mis d’accord pour revenir à l’organisation du travail antérieure, et à mieux accompagner la mutation des métiers. »

Héléna Laville se dit satisfaite de ce dialogue. « Mais reste le problème des bibliothèques de quartier, qui sont constamment en sous-effectif au point qu’il faut parfois les fermer soi-disant pour raisons techniques. On doit se revoir là-dessus. »

Lire l’article de « Sud Ouest »

 

                                L'organisation de la bliothèque donne mal à la tête au Maire de Bordeaux 

                  Alain-Juppe.jpg

                                                                                           Ouille !

 

 

Lire aussi

Rennes : le mouvement de grève en bibliothèques est suspendu

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article

Pages