Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 13:21

 

TVFil78 : le 19 octobre 2015

 

Près de 100% des agents ont manifesté ce week-end selon les syndicats

 

Samedi, le personnel des huit médiathèques de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines était en grève. Distribution de tracts, informations aux usagers… Près de 100% des agents ont manifesté ce week-end selon les syndicats.

 

Devant la médiathèque de Magny-les-Hameaux, ils étaient une trentaine à se mobiliser. En ligne de mire : les réductions d’effectif du réseau des médiathèques.  « On est moins pour les ouvertures, pour le service public, pour les médiations. C’est difficile de faire toujours autant d’animations, autant de services, avec beaucoup moins de personnel » affirme Denise Sejournet, agent CASY réseau des médiathèques.

 

Le personnel demande aussi le remplacement des 14 postes vacants, manquant aux agents du réseau. Pour continuer leur mobilisation, les agents ont mis en ligne une pétition. Elle a déjà recueilli une centaine de signatures depuis ce week-end.

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 16:53

 

Le Parisien Yvelines: le 18 octobre 2015

 

L'intersyndicale CGT-CFDT demande le remplacement des agents qui manquent toujours à l’effectif en charge du réseau de Saint-Quentin-en- Yvelines.

 

Une quinzaine de bibliothécaires s'est rassemblée ce samedi toute la journée devant le centre commercial Sqy Ouest. Les grévistes portant des panneaux blancs et armés de papiers et de stylos ont fait signer une pétition afin d’obtenir le soutien du public.

 

L’accueil dans les huit médiathèques de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines était hier fortement perturbé. L’intersyndicale CGT-CFDT demande le remplacement de 14 personnes qui manquent toujours à l’effectif des 138 agents, en charge de ce réseau. « Nous avons rencontré notre direction vendredi, précise une syndicaliste. Ils nous ont écoutés mais certainement pas entendus ».

 

Dans les rangs des agents en grève, la saturation est palpable. « Nous passons beaucoup de temps à mettre en place des animations pour les enfants, les personnes âgées. Mais aussi à gérer les réservations et les retours de prêts. Ce manque de personnel pèse sur notre charge de travail. Les grévistes demandent l’ouverture de nouvelles négociations avec la direction.

 

Lire l'article du Parisien-Yvelines

 

 

Montigny-Le-Bretonneux : les bibliothécaires au bord de la crise de nerfs
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 16:47

 

Pour les syndicats, le maire de Lyon, Gérard Collomb,  joue à guignol en matière de dialogue social

 

Le mouvement de grève avait été lancé à l'appel des syndicats Sud et CGT. Il a visiblement été très suivi puisque plusieurs bibliothèque municipales de la ville de Lyon ont été fermées au public le jeudi 1er octobre. Parmi les établissements touchés, citons, entre autres, les bibliothèques de la Part Dieu, du Point du Jour, de Saint-Jean Enfants ou encore de celle de Saint-Rambert;

 

En cause : l'annonce par la Ville de Lyon de plusieurs suppressions de postes, « sans aucune concertation ni négociation », regrette Thomas Renoud-Grappin, représentant syndical Sud. « Lors d'une réunion avec la Ville hier, poursuit-il, nous avons d'abord eu confirmation que, dans le cadre du plan d'économies municipal, les bibliothèques seraient mises à contribution à hauteur de 400 000 euros sur le mandat. Cela représente 10 postes » a déclaré le syndicaliste au site Lyon Capitale.

 

On connaît déjà les noms des premières bibliothèques qui seront directement touchées par ces baisses des effectifs : celles de la Croix-Rousse, Vaise et Bachut. « Les agents sont dépités et en colère, reprend Thomas Renoud-Grappin. On leur a vendu l'automatisation des prêts et retours comme une amélioration du service aux usagers, en leur donnant plus de temps pour l'accueil et les opérations de médiation. Ils y croyaient et la présentaient comme telle aux lecteurs ! En leur retirant ces postes maintenant, ils ne savent plus quoi penser ». Bref, en matière de dialogue social, le maire de Lyon, Gérard Collomb joue à guignol. Un hommage sans doute à cette figure de la capitale des Gaules.

 

De leur côté les syndicats ont annoncé de prochaines réunions avec les personnels pour décider de nouvelles actions. Le mois d'octobre risque d'être agité entre Rhône et Saône.

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

                   Social : Dans les bibliothèques lyonnaises Gérard Collomb joue à Guignol

Les bibliothèques de Lyon se sont fortement mobilisées contre les suppressions de poste
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 14:47

 

La municipalité lyonnaise avait pourtant tout fait pour rester discrète

 

Voilà une nouvelle qui tombe bien mal pour François Hollande lequel vient à peine d’annoncer la mise en place d'une aide de l’État pour toutes les communes qui accepteraient d'ouvrir leurs bibliothèques le dimanche. Mais seulement le dimanche, non mais ! Car visiblement les promesses du Gouvernement ne concerneraient pas les bibliothèques municipales qui ont déjà du mal à ouvrir normalement en semaine (pour en avoir la liste cliquez là).

 

C’est notamment le cas à Lyon et la situation risque de ne pas s’arranger puisque les bibliothécaires ont découvert que la municipalité avait l’intention de supprimer, de nouveaux, des postes budgétaires. En douce, bien sûr. Une information qui est malgré tout arrivée à l’oreille des syndicats Sud et CGT de la capitale des Gaules. « Nous avons appris par des bruits de couloir que des postes allaient être supprimés dans plusieurs bibliothèques, sans qu'il y ait eu d'information officielle ni de concertation », a ainsi déclaré Thomas Renoud-Grappin, agent des bibliothèques et représentant du syndicat Sud au site d’information locale, Lyon Capitale.

 

Bien sûr, les syndicats ne sont pas vraiment surpris par ce projet car entre Rhône et Soane, comme ailleurs, la baisse drastique des dotations de l’État n’a pas fini de faire des ravages dans le fonctionnement des services publics. « Nous savons que les bibliothèques doivent faire des économies, comme les autres services municipaux » affirme d’ailleurs pas dupe Thomas Renoud-Grappin. Oui, mais voilà que les suppressions de poste pourraient être bien plus importantes que celles annoncées par la mise en place des automates des prêts et retours à la bibliothèque de la Part-Dieu. « Actuellement, il semble que les suppressions pourraient concerner d'autres postes » craignent les bibliothécaires.

 

Une mesure qui aurait alors pour conséquence de diminuer les horaires d’ouvertures de la quinzaine d’autres bibliothèques lyonnaises.On serait alors bien loin des fanfaronnades du président. De quoi surtout apporter de l'eau au moulin aux signataires du texte d'ouvrons mieux les bibliothèques (lire ici).

 

Publié également sur Miroir Social

 

                                 Gérard Collomb, le maire de Lyon et le Président

Lyon : les bibliothécaires craignent de nouvelles suppressions de poste

                     -   Putain Gerard, t'es en train de ruiner mes annonces de fanfarons

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 07:12

 

Le Républicain Lorrain : le 9 septembre 2015

 

Les agents ont répondu non à 82% à l'occasion d'un référendum organisé sur l'ouverture du dimanche. « Le non est majoritaire, donc les négociations vont se passer différemment avec la Ville », estime Valérie Perioli de la CGT

 

Plus de 82 % des agents des Bibliothèques-médiathèques de Metz (91 sur 113), venus voter hier sur l’un des trois sites (Verlaine au Pontiffroy, Le Sablon et Jean-Macé à Borny), ont répondu non à l’ouverture dominicale de la médiathèque Verlaine à l'occasion d'un référendum organisé pour l'occasion (lire ici). Parmi eux, 65 % ont toutefois coché en deuxième choix l’option « ouverture sur la base du volontariat avec embauche de vacataires et paiement en heures supplémentaires pour les catégories C et B, récupération et prime pour la catégorie A ». « Le non est majoritaire, donc les négociations vont se passer différemment avec la Ville », estime Valérie Perioli de la CGT tout en faisant remarquer que « les agents font la démonstration qu’ils ont une démarche de service public ».

 

« Pour moi, ce vote n’est pas une surprise », poursuit son homologue de la CFDT, Bruno Meyer. « L’option choisie par les agents nous conforte puisque c’était notre choix. On voit bien qu’il ne faut pas banaliser le dimanche et, surtout, qu’il faut le sortir des 36 heures ». « Nous avons déjà des difficultés de plannings », rappelle Jocelyne Barthel de la FA-FPT, évoquant « dix-neuf agents non remplacés ». Sans grande surprise non plus, la question ajoutée en bas du bulletin de vote demandant aux agents s’ils sont « favorables à l’organisation d’animations le dimanche sans moyens supplémentaires », a, elle aussi, vu le non l’emporter très largement. « On envisage des animations avec zéro euro de budget, mais si on fait intervenir une personne extérieure, il faudra la payer plus que si elle travaillait un jour normal », estime Jocelyne Barthel.

 

Prenant acte de ce scrutin, Christophe Lafoux confiait, hier, « réserver ses commentaires pour la réunion du 15 septembre prévue avec les syndicats avant la tenue du scrutin ». Le directeur général des services de la Ville rappelait cependant l’existence d’une « décision de principe prise par le maire de Metz » et d’une « volonté de sa part de renforcer le service public. » « Il va falloir concilier tout cela, renforcer le service public, adapter les modes de fonctionnement et tenir compte des contraintes que cela impose aux agents ».

 

Si l’option choisie par la majorité des agents entrait en vigueur – les autres propositions consistaient à choisir le volontariat sans recourir à des vacataires ou à intégrer le dimanche dans les 36 heures de travail hebdomadaire –, il faudrait douze personnes présentes le dimanche à la médiathèque Verlaine, dont six agents et six vacataires pour un coût d’environ 50 000 €. « Nous n’avons pas encore définitivement arrêté les modalités », prévient Christophe Lafoux qui envisage une ouverture « fin octobre-début novembre, une fois le comité technique passé et renforcer le service public en tenant compte des contraintes que cela impose aux agents ».

 

Lire l'article du Républicain Lorrain

 

 

                                   Aurélie Filippetti et Dominique Gros, le maire de Metz

Metz : Pour les bibliothécaires, le dimanche travaillé, c’est non

                         - 82% de non à ton sous amendement je reconnais que c'est rude !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur Actualité sociale
commenter cet article
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 10:23

 

De leur côté, les organisations syndicales ont d’emblée « fait savoir unanimement le refus de travailler le dimanche, et encore moins sans compensation salariale ».

 

C'était une idée lancée par Aurélie Filippeti. L'ancienne ministre redevenue députée avait proposé un sous-amendement pour ouvrir les bibliothèques le dimanche en même temps que les commerces dans le cadre des discussions de la Loi Macron (lire ici). Sous-amendement adopté par l'Assemblée Nationale avec le soutien du Gouvernement.

 

Une initiative reprise au bond par Dominique Gros, le maire de Metz. Une ville qui compte parmi ses élus…. rien moins qu’Aurélie Filippetti. Dans la ligne de mire de Dominique Gros l’ouverture le dimanche de la bibliothèque Verlaine, dans le quartier du Pontiffroy. Problème : l'édile ne sait pas trop comment s'y prendre, hésitant entre volontariat ou intégration dans le cycle de travail. Quand à la rémunération, là aussi, ça flotte dans la Moselle car la mairie de Metz propose soit des heures supplémentaires, soit une prime (non encore définie) voire une simple récupération pour les cadres. Enfin, pour faire tourner la boutique, la municipalité oscille entre embauche de vacataires et pas de vacataires du tout. Bref, tout ça sent un peu l'amateurisme.

 

Ces curieuses propositions révélées par Le Républicain Lorrain seront soumises par les syndicats au vote des personnels concernés par ce projet, à savoir les agents de toutes les bibliothèques du secteur, les agents d’entretien ainsi que les informaticiens. Ils devront choisir l'une de ces quatre propositions : La première consistant à ouvrir « sur la base du volontariat avec embauche de vacataires et paiement en heures supplémentaires pour les agents et récupération pour les cadres » alors que la seconde option évacue elle l'embauche de vacataire. La troisième propose l’intégration du dimanche dans les 36 heures hebdomadaires avec embauche de vacataires et primes. Enfin la dernière repose, elle aussi, sur l'intégration du dimanche dans les 36 heures hebdomadaires  mais, là encore sans embauche de vacataires (lire ici).

 

Comme on le voit, la Ville de Metz ne sait pas trop sur quel pied danser, ses propositions se faisant sans embauche supplémentaire et à moyen constant. Par exemple, le volontariat est un principe absurde pour faire fonctionner un équipement public. Et qui suppose que les jours où l'on manque de volontaires, le service cesse d’exister ? Quand à intégrer l’ouverture du dimanche dans le cycle de travail hebdomadaire, cela impliquerait de fermer un autre jour ou réduire l'activité en semaine. A moins de casser le code du travail en supprimant les deux jours de repos hebdmadaire. On se demande bien ce qu'en penserait la frondeuse Aurélie Filippetti.

 

En fait, il existe une cinquième proposition qui sera soumise aux bibliothécaires messins qui pourrait mettre tout le monde d'accord : c'est le « non à l’ouverture du dimanche ». Une position soutenue par les organisations syndicales CGT, CFDT et FADPT, lesquelles ont d’emblée « fait savoir unanimement le refus de travailler le dimanche, et encore moins sans compensation salariale ». Résultat du vote dans la semaine (le résultat est ici).

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

                                  Aurélie Filippetti et Dominique Gros, le maire de Metz

Pour ouvrir ses bibliothèques le dimanche, la Ville de Metz fait preuve d’amateurisme

                            - Dominique, mon sous-amendement est en train de tourner au fiasco

                   - Pleure pas Aurélie, c'est pas la première fois qu'on fait preuve d'amateurisme

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur Actualité sociale
commenter cet article
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 08:12

 

L'ancienne capitale européenne de la culture est obligée de fermer toutes ses bibliothèques le samedi. La deuxième ville de France n'ayant, semble-t-il, plus les moyens d’ouvrir plus de quatre jours par semaine.

 

Les affiches placardées sur la porte d'entrée de l'Alcazar, la plus grande bibliothèque publique de Marseille ont fait le tour du Vieux Port « Nous vous prions de rester tranquillement devant votre téléviseur », « Nous vous informons que les terrasses du Port sont ouvertes 7 jours sur 7 » ou encore « Nous vous remercions de ne pas trop profiter du service public marseillais », pouvait-on lire dès début août sur la porte de l'établissement. Mieux, « pour la presse, allez au PMU du coin » était-il conseillé aux marseillais en quête de lecture. Des messages ponctués d'un « Merci de votre compréhension » et (faussement) signés « La Municipalité ».

 

Une situation soulevée par le site Achilmag qui dévoile que cet été l'ancienne capitale européenne de la culture est obligée de fermer toutes ses bibliothèques le samedi. La deuxième ville de France n'ayant semble-t-il plus les moyens d’ouvrir plus de quatre jours par semaine. Un vrai pastis. Pourtant, la cité phocéenne ne compte qu'un faible réseau de 8 bibliothèques (contre 15 à Lyon, 14 à Montpellier, 10 à Bordeaux...et 60 à Paris !)

 

 

                  L'affiche posée sur la devanture de la bibliothèque de l'Alcazar

A Marseille, les bibliothèques sont en plein pastis

   Pour la presse, allez au PMU du coin. Merci de votre compréhension

 

 

La municipalité phocéenne tente de se défausser en affirmant au quotidien La Provence « qu' en cette période, on a beaucoup moins de monde; les gens sont plus attirés vers les plages [...] Dans les autres grandes villes, ça se passe exactement de la même manière ». Ce qui est faux, affirme le site Archimag « puisque à Lyon et Paris, les grands établissement restent ouverts 5 jours sur 7 ». Précisons toutefois à Archimag que pour la capitale, bien qu'elles soient ouvertes effectivement sur cinq jours, les bibliothèques parisiennes réduisent, elles aussi, drastiquement leurs horaires d'ouverture, faute de moyens. Certaines sont même fermées tout les matins, y compris le samedi. Pas très fluctuat.

 

En tout cas, pour les syndicats de la capitale des Bouche-du-Rhône, les arguments de la municipalité marseillaise ne valent pas une bouillabaisse et dans une déclaration également à La Provence, vont droit au but : « les usagers sont là, mais la vérité, c'est que la ville se refuse à prendre le nombre de vacataires ou de saisonniers suffisants pour faire tourner les services alors que, dans le même temps, on oblige les permanents à prendre leurs quatre semaines au cœur de l'été. Avant de vouloir ouvrir plus, on demande déjà que l'on ouvre mieux. Mais avec 50 départs à la retraite non remplacés, c'est impossible » affirme ainsi Raymond Romano pour le syndicat CGT.

 

Pendant ce temps là, Fleur Pellerin, la ministre de la culture a dans un éclair de démagogie missioné la sénatrice d'Ile et Vilaine, Sylvie Robert pour étudier.... les extensions d'horaires des bibliothèques ! Entendez par là surtout les ouvrir le dimanche et le soir. On ignore si elle aura inclus la situation de Marseille (mais aussi de Nantes, du Havre, de Brest, de Levallois ou de Paris, liste non exhaustive) dans le rapport sénatorial qu'elle doit remettre prochainement à la ministre..

 

En tout cas comme le dit si bien le bibliothécaire marseillais «  Avant de vouloir ouvrir plus, on demande déjà que l'on ouvre mieux ». Justement il existe une pétition et elle là. A signez massivement. Oh peuchère !

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

 Avec le maire de Marseille les bibliothèques phocéenes sont en plein pastis

A Marseille, les bibliothèques sont en plein pastis

 - Alors collègues, je vois que vous avez lu les affiches posées sur la porte de l'Alcazar !

 

 

 

 

Lire aussi

Bibliothèques : Ouvrir plus ou ouvrir mieux ?

Et notre rubrique BM nec mergitur

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur Culture nec mergitur
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 14:57

 

Rue 89 : le 30 juin 2015

 

« Au doigt mouillé, je pense pourtant que le coût de fonctionnement de la bibliothèque est équivalent au salaire de Teddy Riner », s’indigne Arnaud de Courson, conseiller municipal d’opposition (DVD) et conseiller départemental.

 

Ce mardi 30 juin, à 19 heures, l’une des trois médiathèques de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), située 57 rue Gabriel-Péri, sera définitivement fermée. Raison invoquée par la municipalité, dans les colonnes du Parisien : le coût d’aménagement et de mise aux normes, trop élevé. L’heure est aux économies.

 

Hasard malheureux : l’annonce de la fermeture coïncide avec la publication mi-juin d’un rapport de la chambre régionale des comptes qui épingle la gestion du Levallois Sporting Club, un grand club omnisports essentiellement financé par la ville. Les magistrats s’interrogent notamment sur le très généreux salaire accordé au judoka Teddy Riner pour la promotion du club : en 2013, celui-ci a touché la bagatelle de 429 293 euros brut. « Au doigt mouillé, je pense que le coût de fonctionnement de la bibliothèque est équivalent au salaire de Teddy Riner », jauge Arnaud de Courson, conseiller municipal d’opposition (DVD) et conseiller départemental.

 

L’annonce de la fermeture de la médiathèque Gabriel-Péri s’est faite dans la plus extrême discrétion : cinq mots sur le papier glacé de la gazette municipale, Info Levallois, au milieu d’une double page consacrée aux dates de fermeture et aux horaires d’été de plusieurs services municipaux. Sous le nom et l’adresse de la médiathèque Gabriel-Péri, une ligne en gras : « Fermeture définitive le 30 juin ».

 

Une petite explication a bien été publiée le 10 juin sur la page Facebook des médiathèques de Levallois. Mais sur la façade vitrée du bâtiment, fermé le lundi, pas une pancarte ne donne l’information. Si bien que des usagers de passage font les yeux ronds quand on leur apprend la nouvelle. « Donc elle va fermer ? ». Alain, qui utilise régulièrement le point internet, pose une seconde fois la question. Danièle lui montre avec le pouce et l’index la place consacrée à l’annonce dans le bulletin municipal. Pour en connaître les raisons, la Levalloisienne est elle-même allée à la pêche aux infos, auprès des bibliothécaires : « [La municipalité] ne s’en vante pas. Mercredi matin, les gens vont à mon avis tomber des nues ».

 

 

                                                                Balkany ferme une bibliothèque pour manque d'argent

A Levallois, Balkany ferme (en douce) une médiathèque pour pouvoir faire des économies

                                                                                                   -  Ben faut dire que j'ai des frais !

 

 

Alain, qui a toujours connu cette bibliothèque, la plus ancienne de Levallois, se désole de la disparition d’un point culturel au centre-ville. « A chaque fois que je viens, il y a toujours du monde ». Ce mardi, 1 930 internautes ont soutenu la pétition en ligne; 1 800 habitants ont signé celle en papier, qui a circulé dans les rues de Levallois. Après la fermeture, les titulaires qui y travaillaient seront transférés dans les deux autres établissements mais trois contractuels ne seront pas renouvelés.

 

Deux samedis de suite, le 20 et le 27 juin, des employés des médiathèques ont fait grève en signe de protestation contre la décision de fermeture. « Péri n’est pas périmé », pouvait-on lire sur la façade, d’après Le Parisien. Des habitants et quelques élus se sont joints aux grévistes. « Deux jours de grève à la bibliothèque, c’est inédit : jamais ce n’était arrivé à Levallois », souligne Frédéric Léger, un habitant à l’origine de la pétition, bibliothécaire de métier.  Sur deux étages, la médiathèque Gabriel-Péri, rénovée en 1991, propose un espace de lecture, de travail, une collection de CD, d’ouvrages audio ou encore des livres en gros caractères.

 

Combien aurait coûté la rénovation et remise aux normes de Gabriel-Péri ? Aucun chiffre n’a été communiqué aux élus de l’opposition interrogés par Rue89. A la fin du dernier conseil municipal (animé) de Levallois, lundi 22 juin, Arnaud de Courson a bien tenté d’en savoir plus en posant une question au maire. Une élue EELV a également soulevé le sujet. Alors que Patrick Balkany (Républicains) abordait la fermeture de la médiathèque, l’édile a fini par lever la séance et quitter théâtralement le conseil (la scène a été capturée par les caméras du « Petit journal » (à partir de 14’).

 

 

                                                                      Balkany quitte thétralement son conseil municipal

A Levallois, Balkany ferme (en douce) une médiathèque pour pouvoir faire des économies

                                                                               - Heu, j'ai rendez vous chez mon ORL

 

Pour l’adjoint à la Culture Stéphane Decreps, les dommages liés aux dégâts des eaux et la construction d’un ascenseur pour la mise en conformité avec la loi handicap aurait coûté à la ville « 3 ou 4 millions d’euros » : « On aurait été obligés de tout casser ». Une simple estimation, en fait : les élus n’ont pas pris la peine de chiffrer précisément de montant. Ce qui fait penser à certains qu’il y a embrouille et que le projet n’a pas été véritablement considéré. Au téléphone, Stéphane Decreps explique que les collections de la médiathèque Gabriel-Péri seront réparties sur les deux autres établissements. Et que la mairie s’est engagée à étendre leurs heures d’ouvertures, une demande de la population :  « On s’oriente vers la journée continue et on souhaite expérimenter une nocturne. Si ça marche, on pérennisera ».

 

Frédéric Léger soupçonne l’adjoint de vouloir dématérialiser, tendre vers le tout-numérique. Sur le site des médiathèques de la ville, il y a un service de vidéos à la demande, les abonnés peuvent aussi télécharger des romans : Levallois participe au programme national de PNB (prêt numérique en bibliothèque). « Absurde », répond Stéphane Decreps à la critique : « On développe l’offre sans pour autant sacrifier nos équipements culturels ».

 

La fermeture de Gabriel-Péri diminuera pourtant les espaces de lecture proposés aux habitants. La surface ne correspondra d’ailleurs pas aux recommandations du ministère de la Culture en la matière : une commune de 65 000 habitants devrait être dotée de 4 500 m2 de bibliothèques, contre 3 000 m2 au 1er juillet 2015 à Levallois.

 

 « On préfère ne pas garder un équipement utilisé par tous et verser un salaire à Teddy Riner, qui fait parfois de la pub pour Levallois », expose Frédéric Léger, dépité. « Nul n’est contre Teddy Riner, qui est un grand champion. Le problème, c’est qu’on nous dit en même temps qu’on n’a pas d’argent pour des choses essentielles. A mon sens, sauvegarder une bibliothèque est prioritaire ». Pour l’adjoint à la Culture, la polémique sur le salaire de Teddy Riner ou la fermeture de la médiathèque relève d’une seule et même chose : « Du Balkany-bashing ». Bon visiblement à Levallois, y en a qu'on pas peur du ridicule !

 

Lire l’article de Rue 89

 

 

 

                                                                                                Du Balkany Bashing à Levallois ?

A Levallois, Balkany ferme (en douce) une médiathèque pour pouvoir faire des économies

                                                                   -  Franchement,  là il pousse un peu le petit Stéphane

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse BM nec mergitur
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 11:13

 

Les bibliothécaires pointent un « management délétère et toxique » au sein du réseau

 

Après Brest, Nantes, Rennes ou encore Saint Joachim près de Saint Nazaire, c’est au tour de Saint Herblin (Loire Atlantique) de connaitre, sur le front social, les turbulences qui frappent régulièrement le grand ouest. Cette fois ce sont les organisations CFDT et Sud qui dénoncent un mal-être des agents au sein de la médiathèque Hermeland. Un préavis de grève vient d'être déposé pour le 1er juillet.

 

L'intersyndicale pointe ainsi un « management délétère et toxique » au sein du réseau La Bibliothèque, qui comprend les médiathèques Hermeland, de Bellevue et de l'Angevinière, la bibliothèque du Bourg et trois ludothèques.

 

Sur la cinquantaine d'agents, six se trouvent être en arrêt maladie du fait de « difficultés liées à l'encadrement et les risques psychosociaux qui en découlent » affirment les syndicats au quotidien régional Ouest France. Pour Yoann Breheret (CFDT), les « injonctions contradictoires », « consignes pas claires », « remarques blessantes » et autre « manque de valorisation du travail » sont la cause de ces arrêt de travail. « Une vingtaine d'agents nous ont sollicités », affirme de sob côté David Jannin du syndicat Sud.

 

Les deux organisations reprochent surtout à leur employeur de ne pas prendre la mesure du malaise et  exigent de la municipalité herblinoise une « reconnaissance des risques psychosociaux » auxquels sont confrontés les agents, faute de quoi ils menacent d'arrêter le travail. Ils ont indiqué avoir déposé en mairie un préavis de grève pour le mercredi 1er juillet.« Nous ne prenons rien à la légère », affirme au contraire, toujours dans Ouest France, Jean-François Tallio, l'adoint au personnel. 

 

Pour l'élu herblinois, « la question n'est pas seulement celle des risques psychosociaux mais avant tout du processus organisationnel » qui pourrait en être la cause. « Nous avons engagé un travail minutieux à ce sujet », se justifie même Jean-François Tallio visiblement sans convaincre les partenaires sociaux. Les syndicats exigent en effet une « reconnaissance » des risques comme préalable à la levée du préavis. Les négociations s'annoncent donc aussi caniculaires que la météo.

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

    Bertrand Affilé, maire (PS) de Saint Heblain se prend une grève avant les vacances

Bibliothèques de Saint-Herblain : Les syndicats ont déposé un préavis de grève avant les vacances

         - Grr; me voilà moi aussi coincé dans le grand ouest pour affronter une turbulence sociale !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 10:40

 

Bah, juste une erreur de calcul de un à sept. Apparemment Franck Montaugé ne maîtrise pas encore les subtilités du boulier chinois

 

Depuis le 30 mai, le personnel de la bibliothèque du Grand Auch dans le département du Gers est en grève. Un mouvement qui est appelé à durer car un préavis court … jusqu'au à la fin de l'année ! En cause, la suppression de deux postes, dont un qui sera redéployé vers le service de communication. Un service qui, on le sait, est bien plus utile aux usagers qu'une bibliothèque.

 

A peine revenu d'un voyage d'étude en Chine, Franck Montaugé, le président (PS) de l'agglomération du grand Auch a rencontré les syndicalistes. « Le travail et la qualité du service du personnel de la bibliothèque ne sont pas en cause, assure l'élu au quotidien régional La Dépêche du Midi.Mais c'était la décision à prendre ».

 

Mettant en avant son « devoir de responsable d'adapter en permanence les services à la demande du public », le président du Grand Auch minimise les conséquences pour la bibliothèque. « Cela représente 1,6 % des effectifs de la bibliothèque qui compte 21 salariés et 18,5 équivalents temps plein. Problème Franck Montaugé semble confondre les chiffres ou bien ne maîtrise pas encore les subtilités du boulier chinois. Car deux postes en moins sur 18 temps plein, ça fait en réalité une baisse de 10% des effectifs et 1,6%. Bon après tout, c'est juste une erreur de calcul de un à sept.

 

« Avec un chiffre si faible, j'ai du mal à penser que cela aura un impact tel qu'il entraîne la fermeture de salles ou une baisse de la qualité» croyait savoir l'élu. Avec une saignée de 10% des effectifs, il va peut être devoir revoir ses prévisions. En tout cas le maire de Auch semble avoir attrapé les habitudes autoritaires en vigueur dans l'empire du milieu puisque la rencontre avec les syndicats n'avait d'ailleurs rien d'une négociation. « La décision est prise, bien avant que je me rende en Chine. Il n'y aura pas de négociations là-dessus ». Du pur Ma Auch Tsé Toung !

 

Et Franck Montaugé de trouver une parade pour échapper à la colère des bibliothécaires « Je souhaite à titre personnel qu'on se pose la question de l'accès à la lecture et à l'écriture des élèves, en premier lieu les écoliers, mais les plus grands aussi.Cela va entraîner des déplacements pour aller voir les expériences menées dans des villes comparables, pour établir des comparatifs…. » Hmm, ça sent encore le voyage en Chine tout ça.

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

                        Le président du Grand Auch retourne en Chine pour visiter des bibliothèques

Suppression de poste à la bibliothèque de Auch : Le maire (PS), Franck Montaugé ne sait visiblement pas compter !

                                                 - Je comprends pas camarades, on a pas les même chiffres

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur Actualité sociale
commenter cet article

Pages