Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 09:00

 

Miroir Social : le 21 mai 2013

 

Par contre chez les salariés de l’UMP, la CGT semble avoir du mal à s’implanter !

 

À quoi ressemble la représentation syndicale chez les permanents des partis politiques ? La base de données « MARS » ouverte par le Ministère du Travail permet d’y répondre.

 

Du côté de la Place du Colonel Fabien, c’est  toujours sans partage que continue de « régner » la CGT au Parti Communiste, qui n’affiche plus que 39 salariés dont 32 votants (82 % de taux de participation).

 

Au PS, qui déclare 119 salariés, 107 ont voté lors des élections professionnelles (89 % de taux de participation) alors que 57 % des voix se sont portées sur la liste de la CGT, contre 26 % sur celle du syndicat maison alias le SPPS (Syndicat du personnel du Parti socialiste) et 13 % sur celle de la CFDT qui n'obtient aucun siège.

 

Par contre, côté UMP, c’est le syndicat maison baptisé « Unis et mobilités » qui a le monopole de la représentation des 114 salariés déclarés, dont 70 % ont voté (FO a bien tenté de présenter une liste, mais sans succès). Remarquons que la CGT n’a donc pas encore réussi à s’implanter chez les militants du parti dirigé par Jean François Copé. Une prochaine fois peut être.

 

Que ce soit au PS et à l’UMP, c’est la délégation unique du personnel qui a été choisie pour organiser la représentation.

 

Lire l’article de « Miroir Social »

 

 

                                        Comme Fillon, la CGT n'a pas réussi à s'implanter à l'UMP

                  20071121Thibaultelysee

                                                       " Ah, ça Bernard, on t'avait pourtant prévenu ! "

 

 

 

Lire aussi

Les prochaines élections professionnelles dans la fonction publique auront lieu en 2014

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 16:36

 

ActuaLitté : Le 17 mai 213

 

Chez Virgin, pendant les soldes, le primate n'est jamais loin...

 

C'est probablement l'article à découvrir, tout en consternation. Texte violent, témoignages apocalyptiques : ce 13 mai, au Virgin Mégastore des Champs-Élysées était proposée une campagne de solde, avec des 50 % sur quasi tout le magasin. Et à l'ouverture, à 10h, des clients fous se sont emparés de la boutique, atteste Rue89.

 

Originellement publié sur le site Les rétrogaleries de Mister Gutsy, l'article fait état d'un comportement désastreux, d'attitudes scandaleuses... En vidéo, c'est encore plus frappant : Rien ne sera épargné aux employés, y compris des réactions les plus primitives.

 

Même aux livres, rare rayon sur lequel les soldes n'ont pas lieu (Loi oblige), les gens remplissent des paniers en prenant - là encore - tout ce qui leur passe sous la main. Lorsque les employés leur précisent que les livres ne bénéficient pas de réductions : "Non mais vous auriez pas pu le dire? " - et reposent tout tel quel, n'importe où, avant de partir bon train vers des rayons plus juteux.

 

En parallèle, ce 16 mai, trois jours après la calamité, la CGT Virgin fait état d'une réunion qui s'est déroulée au ministère du Travail, avec des représentants du ministère, Maître Philippot, administrateur de Virgin, Maitre Levy, mandataire financière, la direction de Virgin et les représentants syndicaux. Mais les actionnaires, Butler et Lagardère, étaient pour leur part absents. 

 

               15virg600.jpg

                                 Les actionnaires, Butler et Lagardère, étaient pour leur part absents.

 

 

Toutefois, l'actionnaire majoritaire, Butler, indique qu'il versera 1 million € dans le cadre du Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE), dont une partie servira à verser une indemnité supra-légale. Lagardère, pour sa part, se serait engagé à faire des offres de reclassement, en regard du profil des employés, mais refuserait de participer au financement du PSE.

 

La CGT note : " Par ailleurs, le ministère du Travail propose que le Contrat de Sécurisation Professionel (CSP) soit piloté par les services du Pôle Emploi et non par un cabinet de reclassement (économie au bas mot de 1, 3 millions d'euros au moins) et finance sur ces fonds propres une cellule d'appui, qui se met en mouvement avant même l'entrée des salariés en CSP, qui pourra fournir toutes les informations nécessaires, mais qui intégrera aussi une composante d'aide « psychologique ». 

 

  

                                              Le premier logo de Virgin par Roger Dean

                   virgin.jpg  

                                              "  A Virgin, les soldes et le reste, c'est vraiment l'apocalypse ! "

         

 

Aujourd'hui, le budget du PSE – qui était de 2 millions d'euros il y a quelques semaines ! - est d'environ 5 millions d'euros : les deux millions initiaux + le million de Butler + 500 000 euros d'ores et déjà provisionnés pour la portabilité de la mutuelle pendant neuf mois + 1, 5 million d'euros.

 

Ce 17 mai doit avoir lieu un Comité d'Entreprise, avant une manifestation le 23 mai. Il reste en effet deux points à régler : les offres fermes de reprise doivent intervenir avant aujourd'hui, à midi.

 

« Pour la trésorerie, Syndex réalise un audit avec les éléments qu'est en train de lui livrer la direction financière de Virgin. Christine Mondollot estime qu'à fin juin il y aura 3 millions d'euros en caisse. Elle s'est refusé à destiner l'ensemble de la somme au financement du PSE, renvoyant à l'appréciation de la mandataire financière. Cette dernière semble encore une fois prioriser le remboursement de l'avance de salaires faite par l'AGS », ajoute la CGT.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »

 


                                     A l'ouverture de Virgin, des clients fous se sont emparés de la boutique

              virgin-records_1556606i.jpg

                                                                             " Dois-je intervenir ? "

 

 

Lire aussi

ActuaLitté : Chez Virgin, la grève a été très suivie !

La CGT en tête chez les personnels du Parti Socialiste et du Parti Communiste !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 16:46

 

Le Parisien : Le 2 mai 2013

 

Voilà de quoi contrarier Anne Hidalgo, ex-inspectrice du travail et future candidate à l’Hôtel de Ville.

 

C’est une nouvelle dont la mairie de Paris se serait bien passée !

 

Comme nous le signalions dans notre édition d’hier, le Comité opérationnel antifraude de Paris a découvert lors d’une opération de contrôle, 27 ouvriers non déclarés sur un chantier du XIIIe arrondissement.

 

Un chantier un peu particulier puisque ce programme comprend des commerces, des logements mais aussi des bureaux… qui seront occupés par la mairie de Paris elle-même ! C’est à cette adresse que doit emménager la Direction de l’urbanisme.

 

Des ouvriers non déclarés, sur un chantier de la mairie de Paris, voilà de quoi contrarier Anne Hidalgo, adjointe chargée de l’urbanisme et ex-inspectrice du travail.

 

« C’est Nexity qui est chargé de la maîtrise d’ouvrage, à ce stade, la mairie n’est pas propriétaire », s’empresse-t-on de préciser à la ville. « Nexity nous a expliqué que c’était un de ses sous-traitants qui a employé ces 27 ouvriers. Nous leur avons rappelé que nous souhaitions des contrôles stricts », ajoute-t-on à l’Hôtel de ville.

 

Les ouvriers en plus ne travaillaient pas dans le futur espace de la direction de l’urbanisme mais sur la façade des futurs logements privés… Ouf, l’honneur de la mairie est sauf !

 

Lire l'article du " Parisien"


 

                                                     Droit du travail: Anne Hidalgo maitrise ses nerfs

                                  void-0-.jpeg

                                                                    " Ouf, mon honneur est sauf ! "

 

 

 

 

Lire aussi

Le jour où la Mairie de Paris voulut muter de force ses agents de nettoyage

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 09:38

 

ActuaLitté : Le 16 avril 2013


Heu, pas mal d’efforts, même...


Alors qu'à l'horizon 2015, l'ensemble des lieux publics de France doit logiquement avoir mis en place des équipements permettant l'accès aux personnes handicapées, la CGT vient de faire le tour de Paris pour vérifier que tous les lieux étaient prêts. Les conclusions ne sont pas mirifiques. 


Pour ce qui est des bibliothèques parisiennes, le syndicat n'y va pas de main morte : 

 

"L'accueil de personnes handicapées, que ce soit en tant qu'usager ou que collègue, ce n'est pas que des collections, des services ou des aménagements ergonomiques. C’est aussi communiquer, vivre ensemble et ... être capable de gérer les évacuations en cas d'incendie ou autres.


Or toutes les bibliothèques ne répondent pas aux normes de sécurité incendie (les Procès Verbaux de la Préfecture de Police en témoignent), toutes ne sont pas, par exemple équipées d'alarme lumineuse pour les déficients auditifs (même à Chaptal ou Malraux -dans le bureau- et à la Bibliothèque Historique-dans les toilettes, bien que leurs équipes comptent des collègues sourds !)


Il n'y a pas de consigne claire et officielle dans les différents établissements concernant les personnes à mobilité réduite. Des informations contradictoires circulent dans un même établissement. Y remédier ne dépend d'aucun budget, mais du respect de chacun et du sens de la responsabilité que nous avons les uns envers les autres.


En conclusion, vous pouvez vous appuyer sur les membres des CHS et des CTP pour intervenir afin de régler ce genre de problème. Et, ce n'est pas parce que vous ne travaillez pas dans un pôle que vous ne pouvez pas suivre une formation liée à un (ou des) handicap/s ou que vous ne pouvez pas organiser une animation de sensibilisation ou ciblant ce type de public ou acquérir des documents les concernant."

 

Sinon, avec la loi qui arrive, l'année 2015 pourrait vite se transformer en course à handicap pour la Mairie de Paris.


Lire l’article de « ActuaLitté » 

 

                          

                                         1006848 fr hasta la vista 1316520298431

                                                                   " Mais si, ils ont fait des efforts j'te dis "

                                  

 

 

Lire aussi

Le Directeur des Affaires Culturelles de la Ville de Paris quitte ses fonctions !

Bibliothèques parisiennes: Bruno Julliard marque la rupture avec Christophe Girard

Inspection des bibliothèques municipales parisiennes : Yves Alix ne sera pas « juge et partie »

Emploi précaire : La Mairie de Paris victime d’hypoacousie, d’aphasie, de cécité et de dyscalculie !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 11:25

 

AFP : Le 29 avril 2013

Une première depuis cinq ans !

Divisés sur l'accord emploi, les syndicats fêteront cette année le 1er mai dans la désunion: la CGT, opposée au texte appelle avec ses alliés à des manifestations, la CFDT organise avec deux autres centrales réformistes un rassemblement inédit à Reims, et FO fera cavalier seul au Mur des fédérés.

Le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi, qui sera définitivement adopté au Parlement le 14 mai, a eu raison de l'unité de la CGT et de la CFDT, qui durant cinq ans, sous l'ère Sarkozy, ont défilé ensemble à la Fête du Travail.

Sur fond d'explosion du chômage, les syndicats sont toutefois unanimes pour rejeter la politique d'austérité en France comme en Europe, sujet de vives polémiques politiques. "A faire de l'austérité, on va tous mourir avec des déficits zéro", lançait lundi Jean-Claude Mailly, leader de FO.

Mercredi, la CGT, la FSU et Solidaires appellent à 279 défilés et rassemblements à travers le pays, pour une mobilisation placée sous le signe du refus de l'austérité et de l'accord emploi. Le cortège parisien partira à 15 heures de la Bastille vers la place de la Nation.

Ce 1er mai contrastera avec celui de 2012 où, à cinq jours du deuxième tour de la présidentielle, des centaines de milliers de salariés (entre 300.000 et 750.000) étaient descendus dans la rue pour dire non à Nicolas Sarkozy.

Le numéro un de la CGT, Thierry Lepaon, avait lancé un appel à la CFDT pour des cortèges unitaires, "malgré les désaccords", mais il n'a "pas été entendu". Et "c'est un vrai drame pour les salariés" car "l'unité syndicale est déterminante, nous sommes en échec et je le regrette", a-t-il dit.

 

                                                                    Thibault-Chérèque, c'est fini !

                                   premier mai,0

 

                                                                      " Ah, c'était le bon temps !"

 

 

 

 

Lire aussi

AFP: Les syndicats appellent à la mobilisation pour le 1er mai

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 16:10

 

Le Figaro : Le 24 avril 2013

Une note interne recommande aux employés municipaux d'aller faire un tour à la machine à café, le temps de l'allumage des ordinateurs.

Y a-t-il un ingénieur en informatique à la Mairie de Paris? La question mérite d'être posée, après l'édifiante réunion consacrée le 2 avril à la modernisation des systèmes d'information au sein de l'administration parisienne.

Lors de cette rencontre, certains participants auraient rapporté que l'allumage de leur ordinateur prenait entre 10 et… 25 minutes! Toujours dans ce cadre, une note interne aurait été mentionnée, recommandant, en guise de solution à ce problème, « d'aller faire un tour du côté de la machine à café pendant le temps d'allumage ». Ubuesque…

 

                                     mattel-aquarius-pub       

                          

« Même la directrice des systèmes et technologies de l'information, présente ce jour-là, a confirmé benoîtement cette situation», rapporte l'élu UMP David Alphand, qui a déposé mardi avec Laurence Dreyfuss (UMP) un vœu au Conseil de Paris demandant à l'exécutif « d'allumer rapidement son ordinateur pour mettre un terme à cette inadmissible déperdition d'énergie, de temps et d'argent ».

Car l'élu s'est livré à un petit calcul. Sachant que la municipalité dispose de 30.000 postes informatiques et dans l'hypothèse d'un temps moyen d'attente de 10 minutes, cela revient à perdre 60 millions de minutes par an.

« L'équivalent du temps de travail d'environ 700 fonctionnaires, a fustigé l'élu. Quand on sait que l'exécutif a investi en six ans 220 millions d'euros dans l'informatique, on atteint des sommets vertigineux dans les dysfonctionnements de l'administration parisienne.»

 

                                   Faire un tour à machine à café pendant le temps d'allumage ?

                           Calva4

                                                               A Paris, c'est aussi café-calva !

 

Maïté Errecart, l'adjointe au maire en charge du personnel, a balayé la demande des deux élus UMP en refusant de répondre, se bornant à indiquer qu'une troisième réunion devait se tenir prochainement.

Dans l'hémicycle municipal, pourtant, l'élu Pierre Schapira (PS) qui présidait la séance, s'est exclamé: « C'est moins de 25 minutes, mais c'est vrai que c'est long quand même ». Dans les couloirs de l'Hôtel de ville, agents et élus confirment aussi.

Et dire que la Ville projette de devenir une «capitale numérique» de renommée mondiale…

Lire l’article du « Figaro »

 

                                                         Paris deviendra-t-elle un jour Ville numérique ?

                       Le magicien des PC

                                                                       "  Je veux bien venir vous aider ! "

 

 

 

 

Lire aussi

Métro : La Mairie de Paris victime d’une attaque informatique !  

Livre Hebdo : Bugs informatiques dans les bibliothèques parisiennes !

ActuaLitté: Catalogue des bibliothèques parisiennes, les réseaux de la colère

ActuaLitté: Pannes du réseau informatique des bibliothèques de la Ville de Paris, infor ou intox ?

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 09:09

 

ActuaLitté : Le 9 avril 2013

 

Un avis qui, ça tombe bien, est également partagé par Bruno Julliard, l’adjoint chargé de la Culture

 

En l'absence de commentaire de la ville de Paris, la CGT des Affaires culturelles s'était vivement inquiétée du changement de statut. L'annonce avait été faite d'un audit des bibliothèques municipales parisiennes par un inspecteur d'État missionné conjointement par les ministères de la Culture et de l'Enseignement supérieur. Jusque là, seules les bibliothèques publiques (BPI, BnF) ou universitaires parisiennes étaient rattachées à l'Inspection générale des bibliothèques (IGB). (Lire ici)

 

Pour que la délégation de contrôle se fasse, le syndicat invoquait la mise au placard de l'actuelle inspectrice auprès des établissements municipaux, peu appréciée des partenaires sociaux. Et la très probable titularisation d'Yves Alix comme inspecteur général auprès de l'IGB.

 

Un jeu de chaises musicales qui s'est vérifié mercredi 2 avril, quinze jours après les rumeurs de changements de la nature des inspections. Mais pas sans devoir rappeler quelques faits. Agent détaché de la ville de Paris auprès de l'État, Yves Alix était soupçonné par la confédération syndicale de conflits d'intérêts en retournant à des activités d'évaluations sur la ville.

 

« Ce ne sera pas moi, je serai juge et partie », explique M. Alix. Contacté par ActuaLitté, l'ancien conservateur général des bibliothèques de la ville de Paris tient à préciser quelques faits. A commencer par les risques envers l'indépendance des bibliothèques municipales, évaluées jusqu'ici par les services de la capitale.

 

                                   l-inspecteur-connait-la-musique-affiche_370917_41216.jpg

 

Il explique : « si on regarde les textes, rien n'empêche l'inspection des bibliothèques en question par l'État. Nous avons les compétences pour le faire. » Une situation jamais mise en œuvre pour plusieurs raisons comme le statut spécifique de Paris à travers l'histoire : la confiscation et l'entretien de certaines collections par les communes lors de la Révolution, et les enjeux plus récents de la décentralisation.

 

Le fonctionnaire missionné par l'État rappelle que la décision a été prise par la Direction des Affaires culturelles (DAC) de supprimer sa propre inspection, comme d'autres villes ont pu le faire auparavant, préférant s'appuyer sur les inspecteurs ministériels. Aujourd'hui, Yves Alix a été affecté « comme référent », précise-t-il, aux régions Auvergne, Pays-de-Loire et les départements ultramarins de Mayotte et de la Réunion. 

 

De son côté, la CGT Culture s'est fendu d'un nouveau billet qui réitère ses critiques envers la nomination d'Yves Alix et indique avoir sollicité l'adjoint au maire chargé de la Culture Bruno Juillard. Cela suite à un Comité technique de la DAC jugé « mouvementé ».

 

M. Julliard a précisé, qu'importe les scrupules déontologiques de M. Alix : « au cas où la Mairie de Paris solliciterait les services de l'Inspection de l'Etat (notons le conditionnel) je vous annonce qu'il ne sera pas fait appel à Yves Alix ni maintenant, ni plus tard. J'ai bien entendu qu'il ne vous avait pas forcément laissé de bons souvenirs lors de son passage dans le réseau parisien, donc nous demanderons à l'Inspection de l'Etat de ne pas nous le proposer ».

 

Lire l’article de « ActuaLitté »



                                

 

                                       Des inspecteurs affectés à Mayotte et à la Réunion !  

          bronzes-1978-24-g

                                                                  " Alors comme ça tu voulais nous quitter ? "

 

 

 

Lire aussi

Paris : Inspection d'Etat pour les bibliothèques municipales

L'avenir incertain des bibliothèques parisiennes

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 11:54

 

ActuaLitté : Le 10 avril 2013

 

Une mesure prise pour éviter le mécontentement

 

Ce week-end, l'intégralité des systèmes informatiques des services municipaux parisiens sera suspendue.

 

À l'origine, cette interruption était prévue de samedi 13 h au lundi matin suivant, sans fermeture des établissements culturels. Néanmoins, la perturbation engendrée par l'absence de système de prêt empêchait le fonctionnement des soixante-cinq bibliothèques basées sur une gestion des fonds et des inscriptions informatique.

 

Prêt et retour impossibles, inscriptions, consultations de catalogue reportées au début de semaine suivant, la situation jugée « inédite » par la CGT des affaires culturelles aura poussé les responsables à fermer les établissements. D'autant plus que le samedi est réputé pour être la journée avec le plus fort taux de fréquentation.

 

C'est donc pour éviter un mécontentement massif des adhérents que la solution la plus radicale a été prise.

 

On précisera également que les bibliothèques Marguerite Yourcenar, François Truffaut et Marguerite Duras, d'ordinaire ouvertes le dimanche ne le seront pas, tout aussi exceptionnellement. Pour l'heure, la communication ne semble être passée qu'auprès des inscrits via un mail général et les blogs de syndicats de services culturels. On peut craindre que les personnes souhaitant s'inscrire pour la première fois ou se réinscrire trouveront porte close.

 

               19300 43924

 

Cependant, on peut lire sur ces mêmes sites un communiqué de la Direction des affaires culturelles qui apporte quelques nuances :

 

« Seules les manifestations culturelles prévues dans les bibliothèques seront maintenues ce samedi 13 avril. Les bibliothèques habituellement ouvertes le dimanche seront fermées exceptionnellement le dimanche 14 avril toute la journée. »

 

Sur internet, seule une mention à la page travaux des bibliothèques rappelle la fermeture provisoire de la bibliothèque Truffaut en plus du communiqué cité. Sur le site Paris.fr une recherche interne ou une lecture attentive du bloc au dessus des différents sujets permettra de renseigner les visiteurs.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »


 

 

                                   Les bibliothèques parisiennes seront fermées le 13 avril

 

                            loin-de-la-foule-dechainee_5077cd052aacc.jpg

 

                                                   " Une mesure prise pour éviter le mécontentement ! "

 

 

 

Lire aussi

Les bibliothèques parisiennes ne prêteront pas de livres le samedi 13 avril

Bibliothèques parisiennes: Bruno Julliard marque la rupture avec Christophe Girard

Le jour où la Mairie de Paris voulut muter de force les agents de nettoyage

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 08:24

 

ActuaLitté : Le 4 avril 2013

 

RFID ou RFIDiotie dans les bibliothèques parisiennes?

 

Mais qui a, à ce point, besoin de stocker chez lui, les DVD des bibliothèques de Paris : une véritable épidémie de vols, constatés par les bibliothécaires, frappe actuellement.

 

Dans les établissements Clignancourt (XVIIIe), François Villon (Xe), Flandre (XIXe) ou encore Chaptal (IXe), le constat est le même.

 

Pourtant, la présence de puces RFID était censée éviter, avait-on garanti, ce type de délit.

 

La Mairie de Paris serait face à un paradoxe : ayant apporté son plein soutien à cette technologie, elle serait contrainte d'en constater les limites - et les failles dans la sécurité. (via CGT Culture)

 

Lire l’article de « ActuaLitté »


 

                             9197f705892acd30985ec0be1a5703c1.jpeg

 

 

Lire aussi

Vols de DVD en série dans les bibliothèques parisiennes

Livre Hebdo : On vole des DVD dans les bibliothèques parisiennes

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 08:53

 

ActuaLitté : Le 21 mars 2013

 

La CGT voit rouge pour l’Inspecteur

 

Coup de Trafalgar à la Direction des Affaires Culturelles de Paris (DAC).

 

Jusqu'alors l'inspection des bibliothèques publiques était dévolue au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Aujourd'hui, les bibliothèques municipales de la capitale pourraient elles aussi tomber dans le giron de l'inspection de l'État. Un fait nouveau qui étonne l'organe parisien de la CGT Culture DAC. (Lire ici)

 

« Jusqu'à présent, Paris était soucieux de garder une certaine indépendance », explique Bertrand Pieri, délégué syndical. De nouvelles inspections dont le syndicat ne ressent pas les besoins puisque la DAC dispose des outils statistiques adéquats et de l'expertise des cadres. Bien au contraire, la confédération profite de l'occasion pour fustiger une nouvelle fois « l'administration pléthorique » qui pourrait faire l'affaire.

 

En conséquence, ce changement fait déjà des victimes. Mais paradoxalement, ce ne sont pas les premiers assis sur un siège éjectable que la CGT pleure. Marielle de Miribel, ancienne inspectrice générale des bibliothèques recevrait pour peu des élans de compassion. Ce serait oublier les vives critiques de la CGT sur « sa très mauvaise réputation »

  

La lecture de ses billets mensuels aux bibliothécaires avait fait dire au syndicat que de Miribel recouraient à des « méthodes de charlatans ». Comprendre de l'analyse communicationnelle qui fait l'objet de railleries sur le net. Mais l'inquiétude prend le pas sur l'humour plutôt sec. Derrière le remerciement de l'inspectrice « coach », c'est le remplacement qui ferait l'objet des déconvenues plus sévères encore.


                                                                 

                                              Sans titre-1

                                                       " l'administration pléthorique pourrait faire l'affaire "


 

Si le communiqué n'indique pas nommément l'inspectrice, d'autres ne reçoivent pas cet égard, ou plutôt cette indifférence.

 

Yves Alix, pourtant conservateur général des bibliothèques de la ville de Paris reçoit une salve plus copieuse en qualité de probable futur inspecteur d'État. Ex-directeur des services techniques du réseau des bibliothèques, ancien adjoint du chef du bureau, Alix fait l'objet de vives attaques : Un investissement médiocre dans le projet de la bibliothèque Truffaut, un « départ qui coïncide avec des passages en conseil de discipline » de membres de son service », estime la CGT.

 

En cause, les nombreux remaniements à la Direction des affaires culturelles. Un nouveau chef de bureau, un nouveau chef adjoint et un nouveau chef de cabinet que la CGT pointe du doigt. Et qui, si elle a pris « la CGT comme caution » pour remercier l'ancienne inspectrice, pourrait bien passer outre son avis concernant Alix.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »

 


                                          Comme le commissaire, la CGT voit rouge pour l'inspecteur

                            35

                                                    " Envoyez une salve ! "

 

 

Lire aussi

La bibliothèque de la Cité des Sciences bientôt transformée en centre d’apprentissage pour les 14-25 ans

Bibliothèques des Sciences et de l’Industrie : Les personnels inquiets du plan de transformation en "learning center"

L’ouverture de la médiathèque Vaclav Havel (XVIIIe) repoussée sine die ?

Les bibliothèques parisiennes ne prêteront pas de livres le samedi 13 avril

 

                                   

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages