Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 11:54

 

ActuaLitté : Le 10 avril 2013

 

Une mesure prise pour éviter le mécontentement

 

Ce week-end, l'intégralité des systèmes informatiques des services municipaux parisiens sera suspendue.

 

À l'origine, cette interruption était prévue de samedi 13 h au lundi matin suivant, sans fermeture des établissements culturels. Néanmoins, la perturbation engendrée par l'absence de système de prêt empêchait le fonctionnement des soixante-cinq bibliothèques basées sur une gestion des fonds et des inscriptions informatique.

 

Prêt et retour impossibles, inscriptions, consultations de catalogue reportées au début de semaine suivant, la situation jugée « inédite » par la CGT des affaires culturelles aura poussé les responsables à fermer les établissements. D'autant plus que le samedi est réputé pour être la journée avec le plus fort taux de fréquentation.

 

C'est donc pour éviter un mécontentement massif des adhérents que la solution la plus radicale a été prise.

 

On précisera également que les bibliothèques Marguerite Yourcenar, François Truffaut et Marguerite Duras, d'ordinaire ouvertes le dimanche ne le seront pas, tout aussi exceptionnellement. Pour l'heure, la communication ne semble être passée qu'auprès des inscrits via un mail général et les blogs de syndicats de services culturels. On peut craindre que les personnes souhaitant s'inscrire pour la première fois ou se réinscrire trouveront porte close.

 

               19300 43924

 

Cependant, on peut lire sur ces mêmes sites un communiqué de la Direction des affaires culturelles qui apporte quelques nuances :

 

« Seules les manifestations culturelles prévues dans les bibliothèques seront maintenues ce samedi 13 avril. Les bibliothèques habituellement ouvertes le dimanche seront fermées exceptionnellement le dimanche 14 avril toute la journée. »

 

Sur internet, seule une mention à la page travaux des bibliothèques rappelle la fermeture provisoire de la bibliothèque Truffaut en plus du communiqué cité. Sur le site Paris.fr une recherche interne ou une lecture attentive du bloc au dessus des différents sujets permettra de renseigner les visiteurs.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »


 

 

                                   Les bibliothèques parisiennes seront fermées le 13 avril

 

                            loin-de-la-foule-dechainee_5077cd052aacc.jpg

 

                                                   " Une mesure prise pour éviter le mécontentement ! "

 

 

 

Lire aussi

Les bibliothèques parisiennes ne prêteront pas de livres le samedi 13 avril

Bibliothèques parisiennes: Bruno Julliard marque la rupture avec Christophe Girard

Le jour où la Mairie de Paris voulut muter de force les agents de nettoyage

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 08:24

 

ActuaLitté : Le 4 avril 2013

 

RFID ou RFIDiotie dans les bibliothèques parisiennes?

 

Mais qui a, à ce point, besoin de stocker chez lui, les DVD des bibliothèques de Paris : une véritable épidémie de vols, constatés par les bibliothécaires, frappe actuellement.

 

Dans les établissements Clignancourt (XVIIIe), François Villon (Xe), Flandre (XIXe) ou encore Chaptal (IXe), le constat est le même.

 

Pourtant, la présence de puces RFID était censée éviter, avait-on garanti, ce type de délit.

 

La Mairie de Paris serait face à un paradoxe : ayant apporté son plein soutien à cette technologie, elle serait contrainte d'en constater les limites - et les failles dans la sécurité. (via CGT Culture)

 

Lire l’article de « ActuaLitté »


 

                             9197f705892acd30985ec0be1a5703c1.jpeg

 

 

Lire aussi

Vols de DVD en série dans les bibliothèques parisiennes

Livre Hebdo : On vole des DVD dans les bibliothèques parisiennes

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 08:53

 

ActuaLitté : Le 21 mars 2013

 

La CGT voit rouge pour l’Inspecteur

 

Coup de Trafalgar à la Direction des Affaires Culturelles de Paris (DAC).

 

Jusqu'alors l'inspection des bibliothèques publiques était dévolue au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Aujourd'hui, les bibliothèques municipales de la capitale pourraient elles aussi tomber dans le giron de l'inspection de l'État. Un fait nouveau qui étonne l'organe parisien de la CGT Culture DAC. (Lire ici)

 

« Jusqu'à présent, Paris était soucieux de garder une certaine indépendance », explique Bertrand Pieri, délégué syndical. De nouvelles inspections dont le syndicat ne ressent pas les besoins puisque la DAC dispose des outils statistiques adéquats et de l'expertise des cadres. Bien au contraire, la confédération profite de l'occasion pour fustiger une nouvelle fois « l'administration pléthorique » qui pourrait faire l'affaire.

 

En conséquence, ce changement fait déjà des victimes. Mais paradoxalement, ce ne sont pas les premiers assis sur un siège éjectable que la CGT pleure. Marielle de Miribel, ancienne inspectrice générale des bibliothèques recevrait pour peu des élans de compassion. Ce serait oublier les vives critiques de la CGT sur « sa très mauvaise réputation »

  

La lecture de ses billets mensuels aux bibliothécaires avait fait dire au syndicat que de Miribel recouraient à des « méthodes de charlatans ». Comprendre de l'analyse communicationnelle qui fait l'objet de railleries sur le net. Mais l'inquiétude prend le pas sur l'humour plutôt sec. Derrière le remerciement de l'inspectrice « coach », c'est le remplacement qui ferait l'objet des déconvenues plus sévères encore.


                                                                 

                                              Sans titre-1

                                                       " l'administration pléthorique pourrait faire l'affaire "


 

Si le communiqué n'indique pas nommément l'inspectrice, d'autres ne reçoivent pas cet égard, ou plutôt cette indifférence.

 

Yves Alix, pourtant conservateur général des bibliothèques de la ville de Paris reçoit une salve plus copieuse en qualité de probable futur inspecteur d'État. Ex-directeur des services techniques du réseau des bibliothèques, ancien adjoint du chef du bureau, Alix fait l'objet de vives attaques : Un investissement médiocre dans le projet de la bibliothèque Truffaut, un « départ qui coïncide avec des passages en conseil de discipline » de membres de son service », estime la CGT.

 

En cause, les nombreux remaniements à la Direction des affaires culturelles. Un nouveau chef de bureau, un nouveau chef adjoint et un nouveau chef de cabinet que la CGT pointe du doigt. Et qui, si elle a pris « la CGT comme caution » pour remercier l'ancienne inspectrice, pourrait bien passer outre son avis concernant Alix.

 

Lire l’article de « ActuaLitté »

 


                                          Comme le commissaire, la CGT voit rouge pour l'inspecteur

                            35

                                                    " Envoyez une salve ! "

 

 

Lire aussi

La bibliothèque de la Cité des Sciences bientôt transformée en centre d’apprentissage pour les 14-25 ans

Bibliothèques des Sciences et de l’Industrie : Les personnels inquiets du plan de transformation en "learning center"

L’ouverture de la médiathèque Vaclav Havel (XVIIIe) repoussée sine die ?

Les bibliothèques parisiennes ne prêteront pas de livres le samedi 13 avril

 

                                   

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 08:09

 

 

Livre Hebdo : Le 18 mars 2013

 

Une délégation a remis à François Hollande une lettre demandant que la mission de service public de leur établissement soit réaffirmée.

 

L'annonce en février par la direction d'Universcience, l'établissement public qui regroupe depuis 2010 la Cité des sciences et de l'industrie et le Palais de la Découverte, du projet de transformation de la bibliothèque des sciences et de l'industrie (BSI) en learning center suscite de fortes réactions parmi les personnels.

 

Le 7 mars, une délégation a pu remettre au président de la République François Hollande, en visite sur le site de La Villette à Paris où se trouve la Cité des sciences et de l'industrie, une lettre lui demandant de « réaffirmer la mission de service public et de lecture publique de la bibliothèque des sciences et de l'industrie,... et d'intervenir auprès de la direction d'Universcience pour que le projet à venir respecte ces fondamentaux ».

 

Le projet de transformer l'actuelle bibliothèque en learning center est directement issu du rapport de juillet 2012 mené par l'inspection générale des bibliothèques. Celui-ci dresse un tableau sévère de la situation, soulignant la diminution de la fréquentation et des prêts, l'inadéquation des collections au public réel de la bibliothèque, la baisse globale des compétences du personnel, et l'absolue nécessité d'une refondation totale de l'établissement. Le scénario préconisé est la création d'un learning center autour duquel seraient redéployées les activités de la bibliothèque.

 

Un changement radical qui hérisse une partie des salariés, même si ces derniers affirment appeler de leurs vœux « une réelle transformation de la BSI qui leur [nous] permettent de répondre au mieux à la mission qui leur [nous] a été confiée », comme ils le soulignent dans une lettre envoyée le 19 février à la Ministre de la culture, Aurélie Filippetti. Ils y déplorent que le projet conduise à « l'abandon de la plus grande partie des missions de la bibliothèque des sciences et de l'industrie ».

 

Très mobilisés, les représentants du personnel et des syndicats ont également lancé une pétition en ligne, signée actuellement par plus de 1300 personnes.

 

Lire l’article de « Livre Hebdo »


 

 

                                     18300-2f2198-480-697

 

 

Lire aussi

La bibliothèque de la Cité des Sciences bientôt transformée en centre d’apprentissage pour les 14-25 ans

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 08:32

 

Le Parisien : Le 28 mars 2013


Une série de vols qui met en lumière les limites des étiquettes à puces RFID 

 

«Le limier », « la Cité de la peur », « la Mémoire dans la peau », « Men in black 3... » Voilà quelques-uns des nombreux DVD que les usagers de la bibliothèque Clignancourt (XVIIIe) ne trouveront plus dans les bacs.

 

Rien à voir avec une remise à jour des collections. Si ces films ne peuvent plus être empruntés, c'est tout simplement parce qu'ils ont été ... volés.

 

Une affichette apposée à l'entrée de l'étage multimédia de la bibliothèque dresse la liste des DVD dérobés. Elle comporte une bonne centaine de titres.

 

« La bibliothèque Clignancourt est la plus touchée par ce phénomène. Mais c'est loin d'être un cas isolé. Les vols dans les rayons multimédias se sont récemment multipliés dans de nombreuses autres bibliothèques », assurent les représentants CGT des agents du service municipal de la culture.

 

« Sept bibliothèques (NDLR : sur les 57 que compte la capitale) ont effectivement été victimes ces dernières semaines de vols de DVD », confirme-t-on à la mairie de Paris, tout en relativisant l'ampleur du phénomène. Le nombre de DVD disparus depuis deux mois n'excéderait pas quelques centaines de titres pour un stock municipal de ... 140000 références. (NDR: Ce phénomène de vol est toutefois sans précédent dans les bibliothèques parisiennes)

 

Cette série de vols reste cependant préoccupante. Elle met en effet en lumière les limites du plan de puçage des 3,5 millions de livres, CD et DVD des bibliothèques.

 

A terme, ces ouvrages seront tous équipés de puces RFID; des étiquettes électroniques à radiofréquence qui permettent notamment de déclencher une alarme si l'ouvrage sort sans qu'un bibliothécaire ait désactivé la puce. (NdR: Précisons néanmoins que les autres bibliothèque du réseau sont équipées d'un système antivol par bande magnétique et ne sont pas touchées par cette série de vols) 

 

Lancé en 2008, le déploiement de la technologie RFID dans les bibliothèques doit théoriquement s'achever cette année. « A ce jour, on estime que seulement 20% des ouvrages sont équipés de ce système antivol RFID », assure Bertrand Pieri, délégué CGT à la direction des affaires culturelles de la ville. (NDR: Pas sûr, cependant, vu le coût, que ce déploiement aille un jour à son terme)

 

Mais la surveillance accrue récemment demandée aux agents des bibliothèques concernées a déjà permis de faire baisser le nombre de vols.

 

Lire l’article du « Parisien »  

 

 

                                       14565 

                        La surveillance accrue a permis de faire baisser le nombre de vols !

 

Lire aussi

Livre Hebdo : On vole des DVD dans les bibliothèques parisiennes  

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:48

 

ActuaLitté : Le 28 mars 2013

 

Le chantier du cinéma Mk2 serait en cause.

Le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France (BNF) a connu des problèmes liés à des fuites d'eau durant la journée du mercredi 27 mars 2013. Selon plusieurs sources en interne, ces soucis techniques seraient liés au chantier du cinéma Mk2.

De nombreuses installations électriques et donc les équipements informatiques de la tour T2 ont dû être mis hors tension par mesure de sécurité. Cette situation a contraint les employés de la structure à suspendre différents services destinés au public.

Voilà donc du travail pour Bruno Racine, qui vient d'être reconduit à la tête de l'établissement.

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

 

                                                      La BnF coule:  La ministre ouvre le parapluie

                1754834 3 1bd9 la-ministre-de-la-culture-aurelie-filippetti

                                              "  Tient, ils ont reprogrammé  " Titanic "  au cinéma ! "

 

 

Lire aussi

La bibliothèque de la Cité des Sciences bientôt transformée en centre d’apprentissage pour les 14-25 ans

ActuaLitté: La BnF va boycotter la marque de thé Lipton !

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:01

 

Livre Hebdo : Le 21 mars 2013

 

La CGT alerte la ville de Paris sur les vols de DVD dans les bibliothèques de la capitale et met en cause le système de puces RFID.

 

Clignancourt (XVIIIe), Chaptal (IXe, Villon (Xe)... les bibliothèques de la ville de Paris constatent depuis plusieurs semaines une recrudescence de vols de DVD.

 

«Les bibliothécaires ont régulièrement la surprise de retrouver des centaines de boîtiers vides dans leurs rayonnages», dit un communiqué de la CGT-Culture-DAC-Ville de Paris. (Lire ici)

 

Le syndicat met en cause le système de puces RFID dont sont équipés les DVD et qui permettrait aux voleurs de passer le portique antivol avec les DVD sans que celui-ci ne se déclenche.

 

20% environ des bibliothèques de la ville sont équipées aujourd’hui avec cette technologie qui coexiste, parfois dans la même bibliothèque, avec le système antivols classique basé sur les code-barres.

 

«Ce fait divers, commente un syndicaliste, est aussi pour nous l’occasion d’alerter une nouvelle fois l’administration sur cette nouvelle technologie qui n’a pas que des vertus. Nous demandons depuis longtemps une évaluation de la RFID.»

 

Lire l’article de « Livre Hebdo »


 

                  dm2

 

 

Lire aussi

Vols de DVD en série dans les bibliothèques parisiennes

La RFID dans les bibliothèques à Paris : Quel bilan pour quelles idées ?

La RFID dans les bibliothèques : Une technologie qui pose des questions d'ordre sanitaire, éthique et écologique.

La bibliothèque de la Cité des Sciences bientôt transformée en centre d’apprentissage pour les 14-25 ans

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 12:00

 

Les sans-abri de la bibliothèque de Pompidou au cœur d’une enquête


Le Parisien : Le 2 mars 2013

 

Nabil vient quasiment tous les jours à la bibliothèque du Centre Pompidou (BPI). Il n’est pourtant ni chercheur ni étudiant : il est SDF. Ses nuits, il les passe dans les bus de la RATP et, la journée, il se réfugie ici. « J’aime lire, ça m’occupe un peu l’esprit », confie cet ancien commercial de 34 ans, qui a sombré après avoir perdu sa fille et sa femme dans un accident.

 

Depuis le début de la vague de froid, les SDF sont particulièrement nombreux dans cette bibliothèque libre d’accès, ouverte jusque tard dans la soirée. « De temps en temps, il y a de nouvelles têtes, mais c’est très rare. A 99%, ce sont toujours les mêmes », observe un agent de sécurité, posté en face du coin télé, où une partie de ces précaires passent leurs après-midi, casques sur la tête, à regarder les chaînes du monde entier.

 

Le phénomène n’est pas nouveau, mais il a pris une telle ampleur que l’établissement a commandé une étude à deux sociologues, Camila Giorgetti et Serge Paugam. Leur enquête sera publiée le 27 mars*.

 

Dans ces allées fréquentées quotidiennement par plus de 5000 personnes, dont 65% d’étudiants, on distingue assez facilement les SDF à leurs vêtements élimés et aux cabas qu’ils traînent derrière eux.

 

« Il y a aussi beaucoup de personnes fragiles qui font tout pour passer pour des usagers comme les autres », souligne Serge Paugam. Les plus en difficulté s’endorment parfois un livre ou un journal à la main, voire s’allongent à même la moquette, aux confins des rayons, épuisés par une nuit peu réparatrice dans la rue ou un foyer.

 

                                                   aqualung-front1

 

Une cohabitation compliquée.  La cohabitation avec le public « traditionnel » n’est pas toujours simple. Au deuxième, dans l’espace où l’on peut voir des films ou écouter de la musique, isolés dans de petits box, le personnel essaie de ne pas « placer les gens les uns à côté des autres afin d’éviter les frictions », confie une vacataire. « J’ai un peu honte de le dire mais, la semaine dernière j’ai reconnu un clochard du quartier qui utilisait un casque audio et je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux problèmes d’hygiène que cela pose », lâche une habituée.

 

« Tant qu’ils ne font pas de bruit, moi, ça ne me dérange pas », balaie Arthur, 20 ans, en licence d’histoire. « Il y a parfois des problèmes d’ébriété qui nous obligent à raccompagner certains vers la sortie, mais c’est très rare. Ces personnes sont globalement respectueuses du règlement intérieur, souvent bien plus que les étudiants », assure le même agent de sécurité.

 

A ces SDF s’est aussi ajoutée une population tout aussi précaire de réfugiés, principalement afghans, qui viennent en groupe. Au point qu’un accueil spécifique, confié à France Terre d’asile, a fini par ouvrir au rez-de-chaussée. « Vous voyez tous ces gens qui attendent pour utiliser Internet, eh bien, ils sont iraniens », indique Saleh, un employé de l’association. Tous ne sont pas là pour tuer le temps au chaud. Loin de là. « J’apprends le français pour ensuite trouver un travail », explique un Afghan de 25 ans, qui vient d’obtenir le statut de réfugié.

 

* « Des pauvres à la bibliothèque. Enquête au Centre Pompidou », de Serge Paugam et Camila Giorgetti, PUF. 208 p., 22 €.

 

Lire l’article du « Parisien »

 

 

                                                     aqualung22.jpg

 

 

 

Lire aussi

Extinction des feux dans les bibliothèques parisiennes

ActuaLitté : Bibliothèque du Forum des Halles : un espace pensé pour qui ?

Le Parisien : A Paris, l’avenir des bibliothèques de quartier en question !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 15:46

 

Le Parisien : Le 8 mars 2013

 

La CGT demande « un petit geste de compensation » sous la forme d’intérêts !

 

La menace de grève dans les quatorze musées municipaux s’éloigne depuis que Bruno Julliard, adjoint à la culture, a annoncé à la CGT qu’il avait demandé à l’Etablissement public, « Paris Musées » de régler à la fin mars les primes du dimanche et les heures supplémentaires non payées depuis trois mois.

 

Cinq cent salariés sont concernés pour une somme moyenne de deux cent euros.

 

Dans l’attente du paiement, la CGT des Affaires Culturelles demande à la Ville « un petit geste de compensation qui pourrait prendre la forme du versement des intérêts sur trois mois calculés sur la base du taux du livret A »

 

A suivre….

 

Lire l’article du « Parisien »




 

                                                   Le trésorier de "Paris-Musées" fait marcher la calculette

                             Caisse d Epargne Banques P1250852 300x300

                                 " Bon alors, deux cents euros sur trois mois à 2,25% ça fait.... "

 

 

 

 

Lire aussi

Le Parisien : Risque de grève dans les musées de la Ville de Paris

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 16:15

 

Le Parisien : Le 7 mars 2012

 

Après avoir défilé contre la réforme du marché du travail, FO a annoncé hier qu’il signait l’accord de compétitivité chez Renault. Une étrange volte-face.

 

Rififi chez FO. Mardi, Jean-Claude Mailly et des milliers de militants défilaient au côté de la CGT contre le projet de loi « scélérat » sur la sécurisation de l’emploi. Hier, coup de théâtre et virage à 180 degrés… le syndicat FO de Renault a annoncé qu’il paraphera l’accord compétitivité chez le constructeur.

 

« A FO, on est des habitués des grands écarts, mais là, les salariés ne vont plus rien y comprendre! » grommelle l’un des responsables de FO-Renault, hostile à cette signature.

 

Un étrange court-circuitage sur lequel Jean-Claude Mailly a dû s’expliquer. Ce type d’accord au sein d’une entreprise, a-t-il fait valoir, « existe depuis tout le temps ». Il a souligné que, dans le cadre de l’accord chez Renault, « des garanties » ont été obtenues, notamment : il n’y a « pas de baisse de salaires », seulement un gel « sur un an ».

 

« Ça n’a rien à voir avec l’accord du 11 janvier 2013, s’est-il évertué à répéter sans parvenir à cacher son embarras. Tant que le projet de loi n’est pas adopté, « je n’ai jamais dit qu’on ne signerait pas ce type d’accord ! » s’est-il défendu.

 


 

                   tumblr mdo76zWYEz1r6nltco1 1280

                                             Je n’ai jamais dit qu’on ne signerait pas ce type d’accord !"


 


« Ça a été houleux dans les usines », lâche l’un des responsables de FO-Renault, persuadé que la Fédération de la métallurgie (opposée à la ligne Mailly) a eu le dernier mot. « Montebourg a aussi pesé lourd », sous-entend-il.

 

Dans les 15 sites du groupe, FO a consulté ses adhérents : 58% ont voté pour, 29% contre et 13% se sont abstenus. « Il vaut mieux prendre le risque d’un avenir que de ne pas avoir d’avenir du tout », a expliqué Laurent Smolnik, délégué central FO. Même si ce plan prévoit une saignée dans les effectifs, le texte permet « d’avoir une vision de l’activité sur nos sites jusqu’à 2016, voire 2020 pour Douai », a-t-il estimé.

 

Quelques jours avant, la CFE-CGC avait déjà donné son feu vert. La CFDT et la CGT ne se sont pas encore prononcées.

 

Mais Renault peut maintenant se passer d’eux. FO et la CGC représentant 30% des voix requises, l’accord est sûr d’être validé. Signature prévue autour du 12 mars.

 

Lire l’article du « Parisien »


 

                                                          Flexisécurité: Force Ouvrière fait le grand écart

                 470355e597cf5.jpg

                                       " C'est beaucoup de boulot, mais on y est arrivé ! "

 

 

 


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages