Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 08:47

 

ActuaLitté : 2 mars 2012

 

D'après un vœu déposé par les Verts au Conseil de Paris

 

Bonne nouvelle : malgré la fin de la trêve hivernale, la Mairie de Paris devrait si tout va bien mettre en place un réseau de réserves thématiques pour les livres les moins plébiscités par les usagers des bibliothèques parisiennes. Les ouvrages jeunesse, grands oubliés de la conservation, sont particulièrement concernés par l'initiative.

 

Le Conseil de Paris a partiellement adopté lors de la session des 6 et 7 février dernier un voeu des élus d'Europe Écologie Les Verts (EELV) qui proposaient la création de « dépôts délocalisés thématiques » pour accueillir les ouvrages en mal d'emprunteurs dans les bibliothèques de la capitale.

 

C'est une véritable seconde vie qui attend les ouvrages stockés, puisque ces dépôts permettront de leur éviter une agonie peu glorieuse : la mise au « pilon », ou, d'après une litote administrative, « l'écrêtement », c'est-à-dire la destruction pure et simple des documents. Une pratique courante dans le milieu de l'édition, et adoptée à l'occasion par la BnF pour dégager ses rayons.

 La Réserve Centrale, dont le rôle est d'accueillir les ouvrages les moins empruntés (mais souvent épuisés en librairie), arrive en effet à saturation et « n'est pas extensible » comme le notent les élus EELV dans leur voeu. 

 

Ce dernier comportait deux alinéas, le premier réclamant que la Réserve Centrale « soit ouverte aux livres issus des collections jeunesse lorsque les conservateurs de ces sections estiment que l'intérêt et l'état de l'exemplaire le permettent », le second appelant donc à la création de réserves thématiques. Seul le second alinéa a été adopté, précise-t-on sur le site des élus Verts.

 

Les dépôts délocalisés abriteront des bandes dessinées, des polars et des ouvrages de science-fiction. Le pôle BD sera vraisemblablement localisé à la médiathèque Marguerite Yourcenar (15e), tandis qu'un fond jeunesse pourrait être constitué au sein de la future bibliothèque Saint-Lazare (10e). 

 

Les élus EELV ont particulièrement insisté sur « l'intérêt patrimonial et sentimental de conserver des exemplaires de livres lus par des enfants devenus parents et qui voudraient faire connaître à leurs enfants des lectures qui les ont émus ou charmés au même âge ». Une affection pour la littérature jeunesse partagée par les lecteurs parisiens, puisqu'ils auraient effectué un peu plus de 4 millions d'emprunts, d'après les chiffres d'EELV.

 

Lire l'article de "ActuaLitté"

 

 

                                             Bib Parmentier BD Perio 02 

 

 

Lire aussi:

Vers des réserves thématiques pour les bibliothèques parisiennes

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 08:48

 

ActuaLitté : 23 février 2012

 

BibliothèquesdePari plutôt qu'Hadopi !

  

La Mairie de Paris a beau soigner sa com', ces satanés syndicalistes semblent vraiment l'avoir mauvaise : sur le blog CGT Culture, ils démontent point par point l'argumentaire de l'administration, et proposent d'instaurer la gratuité du prêt des Compact Disques. 

 

Dans un article (sous abonnement) publié par Livres Hebdo, la Mairie de Paris a un peu baissé sa garde : elle a fait l'effort surhumain de reconnaître « une diminution globale des budgets d'acquisition » des bibliothèques de la capitale... de « - 1,75 % seulement ».  L'explication aux coupes drastiques relevées par les syndicalistes de la Direction des Affaires Culturelles (voir notre actualitté) s'expliqueraient par les travaux « de construction ou d'aménagement » de trois établissements (Hôpital St Lazare, Porte Montmartre et Zac Pajol) qui « mangent une partie de ce budget (680 000 euros). » 

 

Faux ! clame la CGT, qui précise que la subsistance de ces trois établissements très gourmands est en fait prélevée directement sur les budgets de fonctionnement des autres bibliothèques, et non sur les budgets d'investissement. À la mairie, on précise que « les 680k€ en fonctionnement » sont alloués « pour les acquisitions dans le cadre de leur préfiguration », et sont donc bien distincts d'un budget d'investissement, de plusieurs millions € comme le souligne l'administration. Du côté du syndicat, « on admire l'artifice comptable » d'une communication très virtuose...

 

Toutefois, un paragraphe plutôt savoureux cité sur le blog de la CGT laisse dubitatif quant à la stratégie de com' en vigueur à la Mairie de Paris, tant cela ressemble à un balle allègrement tirée dans son propre pied : « il a été décidé [...] que les budgets ne seraient pas reconduits tels quels comme c'était le cas auparavant, mais selon les scores des bibliothèques (nombre de prêts, rotation des documents, etc), ce qui explique les disparités selon les établissements. ».

 

La compétition est lancée : les budgets iront aux plus rapides et aux plus efficaces. La rentabilité prend le pas sur l'utilité sociale et culturelle, mais toujours dans un souci d'exactitude qui pourrait faire honneur à la Mairie : « nous avons mieux pris en compte l'évolution des activités des bibliothèques au sein du réseau [...] plutôt que de se contenter de reporter les budgets sans analyse préalable, ceci a été mené avec les responsables des établissements » nous assure-t-on au sein de la municipalité.

 

Troisième argument pour la défense de la Direction des Affaires Culturelles, et non des moindres : la désaffection pour le CD qui touche aussi les bibliothèques, chiffres à l'appui (« 8 000 emprunteurs aujourd'hui, contre 28 000 en 2005 »), justifierait la réduction des budgets d'acquisition. Mais, une fois encore, la CGT repasse derrière et ajuste quelque peu les chiffres à la réalité : « les fameux 8 000 emprunteurs [...] sont seulement ceux qui ont pris un abonnement exclusif aux seuls CD », l'abonnement à l'emprunt de DVD permettant l'accès aux CD, il y a encore un public susceptible d'emprunter des Compact Disques.

 

Et, pour inciter les visiteurs à l'emprunt, la CGT avance la gratuité de l'accès aux CD : on ne peut que souscrire à la proposition, d'autant plus que cette mesure serait sans doute plus efficace qu'Hadopi pour lutter contre le piratage des oeuvres musicales. « La gratuité ne changerait probablement pas cette baisse de l'usage des CD que chacun constate » prédit malgré tout l'administration de la capitale, tout en promettant une réflexion sur « des évolutions tarifaires ». Il est toutefois « encore trop tôt » pour des informations plus précises.

 

Lire l'article de "ActuaLitté" 

 

 

                                                      virtuose 1

                                                     Mairie de Paris: De vrais virtuoses de la communication !

 

 

Lire aussi:

Les bibliothèques de la Ville de Paris tournent au ralenti !

Livre Hebdo: Budgets 2012 en berne pour les bibliothèques de la Ville de Paris

ActuaLitté: Paris caviarde le site internet de ses bibliothèques

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 13:11

 

Le Monde : le 11 février 2012

 

Social : La présidente du Centre des Monuments Nationaux, Isabelle Lemesle, et ses méthodes sont contestées. Frédéric Mitterrand l’a pourtant félicitée !

 

C'est un rapport accablant, "une bombe", qui illustre "le malaise d'une mauvaise administration", dit-on dans les rangs de la haute administration française. Ce rapport de l'inspection générale des affaires culturelles (IGAC) ferait état d'une situation "désolante", "invraisemblable", de souffrance des personnels au sein même du Centre des monuments nationaux (CMN). Cet établissement public de 1 400 personnes est en charge des cent plus prestigieux de nos monuments historiques, de l'Arc de triomphe au Mont-Saint-Michel, de l'abbaye de Cluny à la forteresse de Carcassonne, lesquels accueillent près de 9 millions de visiteurs par an.

 

Le rapport de l'IGAC a été remis à Frédéric Mitterrand, qui l'avait commandé, au lendemain de la reconduite, en mai 2011, dans ses fonctions d'Isabelle Lemesle, présidente du CMN. Le ministre de la culture a décidé de ne pas le rendre public. Et il ne serait pas archivé.

 

Revenons sur la chronologie des faits, tels qu'ils ont été présentés dans un document remis, le 7 octobre 2011, aux représentants du personnel du CMN, par Guillaume Boudy, secrétaire général du ministère de la culture et président du comité hygiène et sécurité du ministère (CHSM) : "Le 26 mai 2011, les représentants du personnel votent une motion demandant qu'une mission de l'IGAC soit conduite sur la souffrance au travail au CMN." Le 20 septembre 2011, le rapport de l'IGAC, réalisé à la demande de Frédéric Mitterrand par Anne Chiffert et Bernard Notari, est remis au ministre.

 

Le 5 octobre 2011, quelque 200 agents du CMN - selon l'intersyndicale (CGT, CFDT, FO) - manifestent sous les fenêtres du ministre aux cris de "Lemesle, démission !". Elodie Perthuisot, directrice adjointe du cabinet de Frédéric Mitterrand, reçoit les organisations syndicales pour leur dire que ce rapport confidentiel, fermé sous leurs yeux - 150 pages selon l'estimation de l'intersyndicale -, ne leur serait pas communiqué.

 

Lire l’article du « Monde » en cliquant là 

 

Lire également la déclaration de l’intersyndicale du Centre des Monuments Nationaux SNMH-CGT CFDT-CMN en réaction à l’article du « Monde ».

 

                                      le monde 1[1]

 

Lire aussi: Libération : Fissures à la tête des monuments nationaux !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 08:13

 

Livre Hebdo : le 8 février 2012

 

La CGT s’émeut des restrictions budgétaires qu’elle estime atteindre parfois 60%.

 

« De nombreuses bibliothèques parisiennes sont frappées cette année de plein fouet par une importante restriction budgétaire, avec des baisses allant parfois jusqu’à ….moins 60% ! », s’alarme la CGT Culture de Paris dans un communiqué qui cite notamment les bibliothèques Rostand, dans le 17ème (- 30%), Place des fêtes, dans le 19ème (-25%), et Isle St Louis, dans le 4ème (- 35% ).

 

Au bureau des bibliothèques de Paris, on reconnaît une diminution globale des budgets d’acquisition de -1,75% seulement. Cependant trois établissements en cours de construction ou d’aménagement – Hôpital St Lazare, Porte Montmartre et Zac Pajol, dans le 18e – mangent une partie de ce budget (680 000 euros).

 

Par ailleurs, il a été décidé, dit-on encore au bureau des bibliothèques, que les budgets ne seraient pas reconduits tels quels comme c’était le cas auparavant, mais selon les scores des bibliothèques (nombre de prêts, rotation des documents, etc), ce qui explique les disparités selon les établissements.

 

Alors que les syndicats s’alarment des baisses de budget spécialement fortes pour les acquisitions de CD aux bibliothèques Vandamme dans le 14ème (- 25%), Malraux dans le 6ème (- 40%) et  Amélie dans le 7ème (- 60%), la direction explique qu’on assiste à une chute très forte du nombre d’emprunteurs de CD (8 000 emprunteurs aujourd’hui, contre 28 000 en 2005), alors que les emprunteurs de DVD, pour lesquels les budgets d’acquisition sont en augmentation, sont plus nombreux.

 

La CGT culture maintient cependant que « cette nouvelle répartition budgétaire, issue de savants calculs de l’administration, aura pour conséquence une chute historique des nouvelles acquisitions pour plus d’une vingtaine de bibliothèques parisiennes » et estime que les petites bibliothèques comme celle du Château d’Eau, dans le 10ème arrondissement, sont particulièrement menacées.

 

Laurence Santotonios

 

                                       les halles 1

                                        Un trou dans le budget des bibliothèques parisiennes

 

Lire aussi:

ActuaLitté: 300 mille euros en moins pour les bibliothèques de Paris

ActuaLitté: Paris caviarde le site internet de ses bibliothèques

Paris : Menaces sur les bibliothèques du 10ème arrondissement

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 08:26

 

ActuaLitté: 9 février 2012

 

La Mairie de Paris sert du caviar aux bibliothécaires: Mais de quoi se plaint-on ?

 

« Maire, pourquoi m'as-tu abandonné ? » Si l'année à venir risque fort de ressembler à un calvaire pour les bibliothèques parisiennes, la Mairie de Paris vient en tout cas de donner raison à ses détracteurs du blog CGT Culture en caviardant une phrase de son site officiel. Et pas n'importe laquelle.

 

Ça ne représente pourtant pas grand-chose : les administrateurs du site de la Mairie de Paris ont modifié une phrase, une seule petite phrase sur la page de présentation des bibliothèques. 

 

Mais le détail n'a pas échappé aux militants CGT du personnel de la Direction des Affaires culturelles, pas des « canards sauvages » comme ils l'affirment de nouveau, bien déterminés à pourrir la nouvelle politique culturelle de la Mairie de Paris. Laquelle cumule hypocrisie et franches coupes dans les financements : « C'est une sorte de record qui a été atteint dans les restrictions budgétaires des bibliothèques parisiennes : 21 établissements sont touchés [...], avec des coupes entre 10 et... oui, oui, 60%. » (voir notre actualitté)

 

Il y a peu, un visiteur pouvait s'instruire sur le réseau des bibliothèques parisiennes à l'aide du site de la Mairie de Paris et s'émerveiller sur les réjouissances à venir: « Onze petits établissements (de 100 à 380 m²), installés dans les mairies ou les écoles, témoins de l'ancien réseau, privilégient le service pour les adultes, avec des collections d'imprimés seulement. La plupart ont vocation à être remplacés par des équipements modernes, ou à être agrandis. »

 

Mais maintenant, la fête est finie et la culture doit être rentable: c'est bien entendu la dernière phrase qui a gentiment plié bagages. Une correction qui définit parfaitement l'horizon proposé aux établissements de quartier, pris à la gorge par la suppression des crédits: la bibliothèque Amélie, dans le 7ème, perd ainsi 60% de son budget. Les impôts locaux y sont pourtant élevés...

 

Une suggestion pour les caviardeurs de la Mairie: il y a encore un paragraphe génant, le cinquième de la section « Historique », qui rappelle: « Elles [les bibliothèques] ont ensuite connu un développement en dents de scie dont les périodes de stagnation, voire de régression, s'expliquent principalement par les vicissitudes budgétaires. »

 

Certains pourraient être tenté de s'abandonner aux comparaisons...

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

                                                      caviar.jpg

                                      On a eu le caviar, on attend maintenant le champagne !

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 11:04

 

Le Parisien : 10 février 2012

 

Paris : Les bibliothèques grelottent

 

Même la Ville de Paris a du mal à chauffer ses murs avec les températures particulièrement basses qui font rage depuis plus d'une semaine. Mercredi, sept bibliothèques ont dû baisser le rideau. Hier, trois restaient encore portes closes Bilipo (Ve), Maurice-Genevoix (XVIIIe) et Clignancourt (XVIIIe).  (Ndr: auxquelles il faut rajouter Brochand,17è) .

 

« Les systèmes de chauffage sont réglés techniquement pour faire des économies d'énergie, ils sont configurés pour chauffer à 19 degrés, or les températures actuelles extrêmement froides demandent à ce que l'on réajuste les systèmes, notamment pour les bibliothèques dotées de baies vitrées », explique-t-on à la mairie de Paris.

 

Les mécanismes de portes automatiques rendent encore plus difficile le maintien d'une chaleur constante à l'intérieur des immeubles. Les établissements flambant neufs ne sont pas épargnés. A Louise-Michel (XXe), inaugurée l'an dernier, la soufflerie a... lâché. « Elle ne marchait plus. Avec 12 degrés dans les salles, nous avons préféré fermer mercredi », explique la directrice, qui a quand même réussi à faire rouvrir l’établissement hier. (Ndr: Pour connaitre les mesures préconisées par la Mairie de Paris en cas de froid, cliquez là)

 

Marie-Anne Gairaud.

 

                                                        froid-5.jpg

 

 

Lire aussi:

ActuaLitté: Le froid à Paris contraint des bibliothèques à fermer leurs portes

Le Parisien: Sept bibliothèques parisiennes victimes du grand froid

Les bibliothèques parisiennes victimes du refroidissement climatique

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 08:59

 

ActuaLitté: 9 février 2012

 

Froid : Les bibliothèques de la Ville de Paris prennent des mesures drastiques

 

ll semble avéré que l'entretien et la mise en valeur des bibliothèques municipales de la ville de Paris est le cadet de ses soucis (notre actualitté). Mais en plus, le froid glacial des derniers jours, devenu trop difficile à supporter, a contraint les employés à prendre des mesures drastiques.

 

La petite bibliothèque St-Eloi, dans le 12e arrondissement, a du fermer ses portes aujourd'hui. Elle rejoint les bibliothèques Glacière (13e), Château d'Eau (10e)… D'autres établissements ont opté pour la fermeture de certaines salles seulement : c'est le cas de la médiathèque Marguerite Yourcenar, dans le 15e arrondissement.Cette dernière souffrait, dès son ouverture, de certaines avaries sur son système de chauffage. Au total, 7 établissements sont fermés aujourd'hui, sur un total de 69, jusqu'à ce que la température soit plus clémente.


Fallait-il un hiver particulièrement rude pour nous rappeler que les collectivités n'entendent pas soutenir financièrement ces établissements culturels privilégiant la proximité comme elles le faisaient jadis ? Les problèmes s'accumulent, aucune solution durable n'est proposée.

 

Comme le rappelle la CGT, les bibliothèques municipales de la Ville de Paris sont au cœur de la tourmente, avec des coupes drastiques dans le budget pour l'année 2012 (ex : Vaugirard : -25% ; Italie : -15% ; Picpus : -20% ; Europe : -35%...).


Les bibliothèques de quartier alimentent, comme leur nom l'indique, un réseau d'usagers réguliers, autant dire des partenaires essentiels des bibliothèques.

 

Rappelons que l'entretien des structures dédiées aux bibliothèques bénéficiera aux usagers, mais aussi aux documents, et visera une plus grande pérennité des collections.

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

                                                                             

                                                                     froid-2.jpg

                                            Livre non disponible dans les bibliothèques

                                             (Pour cause de restrictions budgétaires ?)

 

                                         

 

Lire aussi:

Le Parisien: Sept bibliothèques parisiennes victimes du grand froid

Les bibliothèques parisiennes victimes du refroidissement climatique


Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 11:59

 

Le Parisien : Le 9 février 2012

 

Des bibliothèques fermées à cause du froid

 

La Mairie de Paris ferait-elle des économies de chauffage? En tout cas, hier, sept bibliothèques (sur un total de 69) ont dû fermer leurs portes car la température intérieure, trop basse, était insupportable pour les usagers et pour le personnel qui y travaille.

 

Jusqu'à ce que la météo soit plus clémente, les sept établissements suivants restent donc portes closes: la bibliothèque policière (Ve), Saint-Eloi (XIIe), Brassens (XIVe), Rostand (XVIIe), Clignancourt et Maurice-Genevoix (XVIIIe) et Louise-Michel (XXe). Mais la liste pourrait s'allonger.

 

Lire l'article du "Parisien"

 

 

                                                      le parisien 13

 

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 11:27

 

ActuaLitté: le 9 février

 

Paris à l'heure anglaise ?

 

Le personnel de la Direction des Affaires Culturelles de Paris syndiqué à la CGT dénonce sur son blog les coupes drastiques dans le budget 2012. Mais, au moins, la Mairie de Paris ne fait pas de jaloux et tout le monde est logé à la même enseigne : coupures de budgets, en masse, à quelques rares exceptions près.  

 

C'est une sorte de record qui a été atteint dans les restrictions budgétaires des bibliothèques parisiennes : 21 établissements sont touchés, précise le blog CGT Culture, avec des coupes entre 10 et... oui, oui, 60%.

 

La bibliothèque Malraux dans le 6ème encaisse -40%, celle de l'Isle Saint-Louis -35% à égalité avec Europe, Vaugirard est amputée de 15%... Les coupes pleuvent et les établissements sont au tapis. « Pour la bibliothèque des personnels de Morland, bien entendu, le problème est réglé » ironise le communiqué de la CGT, référence à la fermeture de la bibliothèque effective en décembre dernier. 

 

C'est un vrai coup dur pour les bibliothèques, qui limitera sérieusement les offres aux usagers parisiens. Les établissements avaient déjà vu leurs commandes prévisionnelles passer à la trappe suite à une suppression pure et simple des budgets de décembre 2011. Contactée par téléphone pour obtenir des explications, la Mairie de Paris nous a demandé de lui faire parvenir un e-mail. Dociles, nous nous sommes exécutés... sans obtenir de réponses pour l'instant.

 

Devinette : de quel pays parle-t-on ? « Et d'ajouter : « Malheureusement, ce que nous avons vu ces derniers mois, ce sont des conseils de la ville qui réduisent les horaires d'ouverture, coupent les budgets pour acheter des livres, ce qui indiquent qu'ils souhaitent fermer les petites bibliothèques. » À ce rythme-là, la fermeture de 1000 établissements dans les trois prochaines années est assurée... » (voir notre actualitté)

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

 

 

                                                             argent 2

  

                                                    



                                                   

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 17:47

 

Le Parisien: 7 Février 2012

 

La ville condamnée, Hidalgo agacée

  

Anne Hidalgo, la première adjointe de Bertrand Delanoë, n'apprécie pas d'être mise en cause après la récente condamnation de l'Apur, l'agence d'urbanisme de la Ville qu'elle préside, pour « dépassement horaire au regard de la durée légale du travail »

 

A la suite d'une plainte de l'inspection du travail, l'Atelier parisien d'urbanisme a été condamné à 220 000 € d'amende (notre édition de vendredi). Jérôme Dubus, élu (Nouveau Centre) qui siège au conseil d'administration de l'Apur, s'était étonné la semaine dernière que le sujet ait été traité avec « autant de légèreté» par Anne Hidalgo. « C'est pourtant une ancienne inspectrice du travail », n'avait-il pas manqué de rappeler. L'UMP avait immédiatement embrayé en demandant la démission de la première adjointe de ses fonctions de présidente de l'Apur.

 

Hier, en marge du Conseil de Paris, l'élue du XVe a fustigé cette polémique entretenue par la droite. « Tout le monde sait bien qu'un président de conseil d'administration n'intervient pas sur les relations humaines de l'organisme. Nous sommes là pour fixer les orientations politiques. D'ailleurs, si M. Dubus assistait vraiment aux conseils d'administration, il saurait que le sujet n'a pas du tout été pris à la légère », s'agace Anne Hidalgo.

 

La direction de l'Apur n'a pas attendu la condamnation du tribunal de police pour prendre des dispositions. A la suite du rapport de l'inspection du travail « des discussions ont été engagées sans délai avec les représentants du personnel aboutissant le 22 décembre 2011 à la signature de trois accords collectifs: l'un prévoyant la création d'un compte épargne-temps, le deuxième sur le régime d'heures supplémentaires et leur récupération ou paiement, le troisième sur les forfaits jours. Par ailleurs les heures supplémentaires ont été payées en 2010 comme en 2011, et les dépassements horaires ont cessé dès 2011 », indique la direction de l'Apur. « Les syndicats ont salué ces procédures », martèle Anne Hidalgo.

 

Un nouveau jugement mercredi Procédures qui mettront peut-être fin au « climat social lourd » et à la « souffrance au sein de l'entreprise » dénoncés deux ans plus tôt lors d'un conseil d'administration par les représentants du personnel. « Il y avait un déficit de management. Les discussions que nous avons eues après l'enquête de l'inspection du travail ont permis de faire en sorte que la direction suive mieux la charge de travail du personnel », se félicite Damien Bertrand, délégué CGT à l'Apur. Mercredi, un nouveau jugement sur le non-paiement d'heures supplémentaires à l'Apur doit être prononcé.

 

Anne Hidalgo (bras croisés), ici à la droite de Francis RoI-Tanguy, l'ancien directeur de l'Apur condamné pour infraction à la législation du travail, a vivement répondu aux attaques de l'UMP en défendant la politique sociale de l'agence d'urbanisme qu'elle préside.

 

Marie-Anne Gairaud.

 

                                              hidalgo-copie-1

                                                     Anne Hidalgo est agacée !

 

 

Lire aussi

Le Parisien: Condamnation d'Anne Hidalgo pour infraction au droit du travail

Droit du travail : Anne Hidalgo condamnée à 40 mille euros d’amende !

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages