Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 08:59

 

ActuaLitté: 9 février 2012

 

Froid : Les bibliothèques de la Ville de Paris prennent des mesures drastiques

 

ll semble avéré que l'entretien et la mise en valeur des bibliothèques municipales de la ville de Paris est le cadet de ses soucis (notre actualitté). Mais en plus, le froid glacial des derniers jours, devenu trop difficile à supporter, a contraint les employés à prendre des mesures drastiques.

 

La petite bibliothèque St-Eloi, dans le 12e arrondissement, a du fermer ses portes aujourd'hui. Elle rejoint les bibliothèques Glacière (13e), Château d'Eau (10e)… D'autres établissements ont opté pour la fermeture de certaines salles seulement : c'est le cas de la médiathèque Marguerite Yourcenar, dans le 15e arrondissement.Cette dernière souffrait, dès son ouverture, de certaines avaries sur son système de chauffage. Au total, 7 établissements sont fermés aujourd'hui, sur un total de 69, jusqu'à ce que la température soit plus clémente.


Fallait-il un hiver particulièrement rude pour nous rappeler que les collectivités n'entendent pas soutenir financièrement ces établissements culturels privilégiant la proximité comme elles le faisaient jadis ? Les problèmes s'accumulent, aucune solution durable n'est proposée.

 

Comme le rappelle la CGT, les bibliothèques municipales de la Ville de Paris sont au cœur de la tourmente, avec des coupes drastiques dans le budget pour l'année 2012 (ex : Vaugirard : -25% ; Italie : -15% ; Picpus : -20% ; Europe : -35%...).


Les bibliothèques de quartier alimentent, comme leur nom l'indique, un réseau d'usagers réguliers, autant dire des partenaires essentiels des bibliothèques.

 

Rappelons que l'entretien des structures dédiées aux bibliothèques bénéficiera aux usagers, mais aussi aux documents, et visera une plus grande pérennité des collections.

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

                                                                             

                                                                     froid-2.jpg

                                            Livre non disponible dans les bibliothèques

                                             (Pour cause de restrictions budgétaires ?)

 

                                         

 

Lire aussi:

Le Parisien: Sept bibliothèques parisiennes victimes du grand froid

Les bibliothèques parisiennes victimes du refroidissement climatique


Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 11:59

 

Le Parisien : Le 9 février 2012

 

Des bibliothèques fermées à cause du froid

 

La Mairie de Paris ferait-elle des économies de chauffage? En tout cas, hier, sept bibliothèques (sur un total de 69) ont dû fermer leurs portes car la température intérieure, trop basse, était insupportable pour les usagers et pour le personnel qui y travaille.

 

Jusqu'à ce que la météo soit plus clémente, les sept établissements suivants restent donc portes closes: la bibliothèque policière (Ve), Saint-Eloi (XIIe), Brassens (XIVe), Rostand (XVIIe), Clignancourt et Maurice-Genevoix (XVIIIe) et Louise-Michel (XXe). Mais la liste pourrait s'allonger.

 

Lire l'article du "Parisien"

 

 

                                                      le parisien 13

 

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 11:27

 

ActuaLitté: le 9 février

 

Paris à l'heure anglaise ?

 

Le personnel de la Direction des Affaires Culturelles de Paris syndiqué à la CGT dénonce sur son blog les coupes drastiques dans le budget 2012. Mais, au moins, la Mairie de Paris ne fait pas de jaloux et tout le monde est logé à la même enseigne : coupures de budgets, en masse, à quelques rares exceptions près.  

 

C'est une sorte de record qui a été atteint dans les restrictions budgétaires des bibliothèques parisiennes : 21 établissements sont touchés, précise le blog CGT Culture, avec des coupes entre 10 et... oui, oui, 60%.

 

La bibliothèque Malraux dans le 6ème encaisse -40%, celle de l'Isle Saint-Louis -35% à égalité avec Europe, Vaugirard est amputée de 15%... Les coupes pleuvent et les établissements sont au tapis. « Pour la bibliothèque des personnels de Morland, bien entendu, le problème est réglé » ironise le communiqué de la CGT, référence à la fermeture de la bibliothèque effective en décembre dernier. 

 

C'est un vrai coup dur pour les bibliothèques, qui limitera sérieusement les offres aux usagers parisiens. Les établissements avaient déjà vu leurs commandes prévisionnelles passer à la trappe suite à une suppression pure et simple des budgets de décembre 2011. Contactée par téléphone pour obtenir des explications, la Mairie de Paris nous a demandé de lui faire parvenir un e-mail. Dociles, nous nous sommes exécutés... sans obtenir de réponses pour l'instant.

 

Devinette : de quel pays parle-t-on ? « Et d'ajouter : « Malheureusement, ce que nous avons vu ces derniers mois, ce sont des conseils de la ville qui réduisent les horaires d'ouverture, coupent les budgets pour acheter des livres, ce qui indiquent qu'ils souhaitent fermer les petites bibliothèques. » À ce rythme-là, la fermeture de 1000 établissements dans les trois prochaines années est assurée... » (voir notre actualitté)

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

 

 

                                                             argent 2

  

                                                    



                                                   

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 17:47

 

Le Parisien: 7 Février 2012

 

La ville condamnée, Hidalgo agacée

  

Anne Hidalgo, la première adjointe de Bertrand Delanoë, n'apprécie pas d'être mise en cause après la récente condamnation de l'Apur, l'agence d'urbanisme de la Ville qu'elle préside, pour « dépassement horaire au regard de la durée légale du travail »

 

A la suite d'une plainte de l'inspection du travail, l'Atelier parisien d'urbanisme a été condamné à 220 000 € d'amende (notre édition de vendredi). Jérôme Dubus, élu (Nouveau Centre) qui siège au conseil d'administration de l'Apur, s'était étonné la semaine dernière que le sujet ait été traité avec « autant de légèreté» par Anne Hidalgo. « C'est pourtant une ancienne inspectrice du travail », n'avait-il pas manqué de rappeler. L'UMP avait immédiatement embrayé en demandant la démission de la première adjointe de ses fonctions de présidente de l'Apur.

 

Hier, en marge du Conseil de Paris, l'élue du XVe a fustigé cette polémique entretenue par la droite. « Tout le monde sait bien qu'un président de conseil d'administration n'intervient pas sur les relations humaines de l'organisme. Nous sommes là pour fixer les orientations politiques. D'ailleurs, si M. Dubus assistait vraiment aux conseils d'administration, il saurait que le sujet n'a pas du tout été pris à la légère », s'agace Anne Hidalgo.

 

La direction de l'Apur n'a pas attendu la condamnation du tribunal de police pour prendre des dispositions. A la suite du rapport de l'inspection du travail « des discussions ont été engagées sans délai avec les représentants du personnel aboutissant le 22 décembre 2011 à la signature de trois accords collectifs: l'un prévoyant la création d'un compte épargne-temps, le deuxième sur le régime d'heures supplémentaires et leur récupération ou paiement, le troisième sur les forfaits jours. Par ailleurs les heures supplémentaires ont été payées en 2010 comme en 2011, et les dépassements horaires ont cessé dès 2011 », indique la direction de l'Apur. « Les syndicats ont salué ces procédures », martèle Anne Hidalgo.

 

Un nouveau jugement mercredi Procédures qui mettront peut-être fin au « climat social lourd » et à la « souffrance au sein de l'entreprise » dénoncés deux ans plus tôt lors d'un conseil d'administration par les représentants du personnel. « Il y avait un déficit de management. Les discussions que nous avons eues après l'enquête de l'inspection du travail ont permis de faire en sorte que la direction suive mieux la charge de travail du personnel », se félicite Damien Bertrand, délégué CGT à l'Apur. Mercredi, un nouveau jugement sur le non-paiement d'heures supplémentaires à l'Apur doit être prononcé.

 

Anne Hidalgo (bras croisés), ici à la droite de Francis RoI-Tanguy, l'ancien directeur de l'Apur condamné pour infraction à la législation du travail, a vivement répondu aux attaques de l'UMP en défendant la politique sociale de l'agence d'urbanisme qu'elle préside.

 

Marie-Anne Gairaud.

 

                                              hidalgo-copie-1

                                                     Anne Hidalgo est agacée !

 

 

Lire aussi

Le Parisien: Condamnation d'Anne Hidalgo pour infraction au droit du travail

Droit du travail : Anne Hidalgo condamnée à 40 mille euros d’amende !

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:27

 

Le Parisien : 3 février 2012

 

La Ville de Paris condamnée à 220 000 euros d’amende pour travail dissimulé

 

Voilà une condamnation qui fait désordre. Le tribunal de police vient de sanctionner la Ville et l’Apur (Atelier parisien d’urbanisme) pour infraction à la législation du travail. Montant de l’amende : 220000 €. L’ancien directeur de l’Apur, Francis Rol-Tanguy, a pour sa part été condamné à 42000 € d’amende.


Ces condamnations font suite à deux plaintes déposées au tribunal de police par l’inspection du travail. L’une pour « travail dissimulé », l’autre pour non-paiement des heures supplémentaires. Comme nous l’avions révélé en juillet, c’est le suicide d’une salariée qui a tout déclenché. Dans la lettre qu’elle avait laissée avant son geste, la personne mentionnait sa difficulté au travail.

Une dotation supplémentaire avait été votée en vue d’amendes

Après ce drame, le personnel de l’Apur avait évoqué un « climat socialement lourd », des « souffrances au sein de l’entreprise ». Lors de son enquête, l’inspection du travail avait pointé beaucoup d’heures supplémentaires non payées.

La ville redoutait d’être condamnée. Elle avait même fait voter par avance au mois de juillet une dotation supplémentaire de 300000 € afin que l’Apur puisse régler les futures amendes. « Au final, toute cette affaire traitée avec beaucoup de légèreté coûte de l’argent à la Ville de Paris », dénonce Jérôme Dubus, le conseiller de Paris (Nouveau Centre) membre du conseil d’administration de l’Apur. « Anne Hidalgo, qui préside l’Apur, n’a pas du tout pris la mesure du problème. Pour une ancienne inspectrice du travail, les bras m’en tombent! » insiste l’élu de droite.

A la suite de cette affaire, l’ancien directeur de l’Atelier parisien d’urbanisme, Francis Rol-Tanguy, a démissionné le 29 novembre. Il vient d’être remplacé par Dominique Alba, ex-chargée de mission auprès de Bertrand Delanoë, nommée ensuite directrice du pavillon de l’Arsenal.

 

Marie Anne Gairaud 

 

Lire l'article du "Parisien" 

                                                   le parisien 12

 

 

 

 

 

Lire aussi

Droit du travail : Anne Hidalgo condamnée à 40 mille euros d’amende !

L'inspection du travail porte plainte contre la Mairie de Paris

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:19

 

L'express: le 31 janvier

 

Le festival littéraire "Paris en toutes lettres" initié par le maire de Paris en 2009 ne se fera pas en 2012. Explications. 

 

Initié en 2009 par le maire de Paris Bertrand Delanoë et Christophe Girard, son adjoint chargé de la Culture, le festival Paris en toutes lettres célébre la littérature sous toutes ses formes. Or, cette année, pour causes de coupes dans le budget Culture, le festival s'interrompt. 

 

Interrogé par Livres Hebdo, Olivier Chaudenson, directeur artistique de la manifestation, donne ces précisions. "Après trois éditions du festival et un succès public indéniable, il y a le désir d'aller plus loin et de dépasser la simple approche événementielle". (...) "C'est pourquoi 2012 sera une année de transition : le festival est suspendu le temps de définir les conditions de mise en oeuvre d'un lieu dédié aux écrivains et à la littérature." Le projet serait donc d'édifier un endroit spécialement dédié à la littérature, aux écrivains et aux rencontres. "L'idée est en quelque sorte d'offrir et de décliner Paris en toutes lettres durant toute l'année à travers un équipement (ce qui n'exclut pas un temps festivalier)". 

 

Une "scène littéraire en quelques sorte", vouée à un large public. A suivre. 

 

Lire l'article de "L'express"


 

                                                    l'express-copie-1


 

Lire aussi

Culture: Bertrand Delanoë réagit à un article du "Monde" !

Le Parisien: Remède de cheval pour la culture à la Mairie de Paris

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 08:11

 

Le Parisien : le 27 janvier 2012

 

La Mairie de Paris ne s'était pas aperçue du vol du tableau

 

«C'est simple. On n'a pas fait l'inventaire des tableaux depuis 1948, lâche-t-on à la Mairie de Paris.

 

C'est un chantier titanesque. On n'a pas d'état des lieux. On ne sait pas ce qu'on a ! Mais on s'y attaque depuis dix ans ! ». Hier, un petit tableau disparu, signé Maurice Boitel (1919-2007), a refait surface. «Neige à Saint-Mandé », volé dans des conditions imprécises, a été restitué très officiellement mais discrètement au commissariat de la rue de la Faisanderie (XVIe) à ses propriétaires étourdis, la Ville de Paris.

 

Cette huile du peintre de l'école de Paris, représentant une vue bucolique et enneigée de la petite commune du Val-de-Marne, avait été achetée par la préfecture de la Seine en 1956.

 

                                            neige de saint mandé

 

Sauf que, dans les années 1980, au moment de son déménagement, entre les réserves municipales d'Auteuil et celles d'Ivry (Val-de-Marne), la toile se volatilise. Comment? Qui? Pourquoi personne ne s'en aperçoit au Fmac (Fonds municipal d'art contemporain)? Le mystère demeure ...

 

« On a découvert avec effroi que cette toile de mon père, qui avait été volée, était à vendre aux enchères sur eBay », déplore Dominique Boitel, le fils de l'artiste, présent hier au commissariat du XVIe.

 

Le numéro d'inventaire était encore au dos de la toile. Son association, les Amis de Maurice Boitel et de la jeune peinture de l'école de Paris, dont il est secrétaire, veille au grain. « Le plus fort dans l'histoire, c'est que le tableau était vendu avec au dos de la toile son numéro d'inventaire de la Ville de Paris. Nous avons contacté immédiatement la police. » Les enquêteurs sont remontés jusqu'au receleur-vendeur qui, par ailleurs, vend des tableaux et des objets d'art sur un site personnel. Les policiers ont pu le trouver à son domicile, dans le XVIe arrondissement. Interpellé, il a déclaré aux enquêteurs que cette toile lui avait été donnée par son grand-père, qui l'avait lui-même achetée dans un vide-greniers ...

 

Pourtant, le marchand précise sur son site Web : « La grande majorité des œuvres que nous vendons provient de collections particulières. Ainsi, nous pouvons garantir une parfaite traçabilité. » L'indélicat pourrait être poursuivi pour recel et a été sommé de rendre le tableau. Hier matin, des livreurs de la Ville de Paris sont venus en camionnette chercher le petit tableau au commissariat. « Neige à Saint-Mandé» n'a toujours pas de carte de route. « On ne sait pas où il ira, glisse-t-on à la Ville de Paris. A-t-il besoin d'être restauré ? »...

 

Dominique Boitel, le fils de l'artiste, était présent lors de la restitution du tableau. Avec son association, il a découvert que la toile était en vente sur eBay.

 

Céline Carez

 

                                                 le parisien

 

 

Voir aussi

Le Parisien: Tentative d'effraction au Petit Palais

France-Soir : Le retour de "l'araignée" au Musée d'Art Moderne

Vol du MAM: 100 millions jetés à la poubelle ?

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 08:35

 

L’express : le 18 janvier 2012

 

L’adjoint à la culture de Delanoë, Christophe Girard a voulu être ministre de la Culture de Sarkozy

 

On me reproche quelquefois, ces derniers temps, de critiquer sévèrement dans mon livre, mes articles ou ce blog, le « sarkozysme culturel » et d’en oublier les erreurs ou les faiblesses de la « gauche culturelle ».

 

Comme le lecteur avisé pourra le constater, j’ai pourtant critiqué dans « J’aime pas le sarkozysme culturel », toute une série d’ambitions à gauche, qui ont mené au « sarkozysme culturel ». Je reviendrai prochainement sur ce blog, en détail, sur certains cas d’école.

 

Mais prenons un petit exemple très symbolique, quoique la personne soit peu connue du grand public : celui de Christophe Girard, l’adjoint à la Culture du maire de Paris, Bertrand Delanoë.

 

Girard vient de publier un ouvrage riquiqui au titre un peu mégalomane : Le Petit livre rouge de la culture, dans lequel il annonce son programme s’il devient ministre de la Culture (un titre mégalo mais aussi indécent quand 65 millions de Chinois sont morts du fait des petites idées rouges de Mao Zedong : pourquoi pas le Petit Mein Kampf de la culture puisqu’on y est ?). [Disclaimer : je signale que ce livre paraît chez Flammarion, qui est aussi mon éditeur]

 

Dans ce non-livre de moins de 100 pages, relevons tout d’abord que des passages entiers sont empruntés à une note de la fondation Terra Nova datée de octobre 2010, et notamment à son groupe de travail « culture », coordonné par Olivier Poivre d’Arvor, et dont la note est rédigée par Gaspard Gantzer et Catherine Sueur. Étrangement, cette note n’a pas été publiée : elle a servi en interne à nourrir le projet de la gauche. Reste qu’il suffit de lire le livre et la note pour constater qu’au moins une vingtaine de pages sont parfaitement identiques. (La référence à Terra Nova est simplement mentionnée p. 27 en note de bas de page, bien que Girard n’ait pas participé aux travaux de la dite commission, et dont il oublie en outre de citer le responsable… Toutefois, Gaspard Gantzer travaillant alors pour Christophe Girard, l’adjoint au maire de Paris pourra toujours dire qu’il a « influencé » le travail de Gantzer…).

 

Visiblement donc, le plagiat fait école. Mais il y a plus grave. L’une des propositions phares de Girard est de créer un « grand ministère de la Culture, de la Communication et du Numérique ». C’est une bonne idée – sauf qu’elle vient de Sarkozy. Et Girard, justement, l’a déjà faite à Sarkozy.

 

                                                       girard

                                                                                         Péché d'orgueil ?

 

Comme on peut le lire dans mon livre, J’aime pas le sarkozysme culturel, où je le révèle : Christophe Girard a rêvé d’être le ministre de la Culture d’ouverture de Sarkozy (voir pp. 145 et 146).

 

On le sait peu mais au printemps 2009, au moment où Christine Albanel allait être virée, et Frédéric Mitterrand finalement être nommé ministre de la Culture, Christophe Girard a, lui aussi, voulu ardemment être ministre de Sarkozy. La rumeur avait déjà fuité, notamment dans Rue89. Girard avait fait sortir dans la presse (AFP et JDD) son nom afin d’être dans la liste finale. Il faisait campagne à l’Élysée, à Matignon et utilisait tous ses réseaux pour entrer rue de Valois. Il s’est même poussé du col auprès de Carla Bruni-Sarkozy qu’il connaissait via les milieux de la mode, de son passé chez YSL, et de la lutte contre le sida. C’est un fait : Girard a rêvé d’être ministre d’ouverture de Sarkozy.

 

Il est allé plus loin. Girard a pris contact avec Martin Hirsch, alors Haut Commissaire du gouvernement Sarkozy, avec rang de ministre, et l’a mis dans la confidence. Il lui a annoncé sa nomination imminente comme « ministre de la Culture, de la Communication et du Numérique » de Sarkozy et lui a demandé des conseils pour préparer son entrée au gouvernement.

 

En fait, tout cela n’était que du « wishful thinking ». Il était le seul à en rêver et à y croire. A l’Élysée, où on m’a confirmé de première source ses interventions intempestives, on affirme que lorsque ce nom a été évoqué devant le président Sarkozy, celui-ci « ne voyait pas très bien qui était ce Girard. » J’ai interrogé sur ce point plusieurs conseillers du président Sarkozy dont les témoignages sont concordants.

 

A la mairie de Paris, l’ambition de Girard est connue et c’est même un « running gag ». Plusieurs conseillers de Delanoë, nombre d’adjoints, m’en ont parlée. « Il a trahi Pierre Bergé pour LVMH, les Verts pour le PS, Delanoë pour Ségolène Royal puis DSK : vouloir être ministre de Sarkozy était dans l’ordre des choses », décrypte avec humour une des principales conseillères du maire de Paris.

 

Mais l’histoire continue. Aujourd’hui, Girard se pousse du col pour être « ministre de la Culture, de la Communication et du Numérique » de François Hollande. Un vrai petit livre rouge.

 

Frédéric Martel

 

Lire l’article de l’Express  

 

                                                                  l'express 1

 

 

 

Lire aussi:

Christophe Girard se positionne pour être Ministre de la Culture !

Ouverture du dimanche: Christophe Girard soutient la droite parisienne

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 08:47

 

ActuaLitté: 9 janvier 2012

 

Le compte à rebours est lancé pour les bibliothèques Château d’eau et Lancry dans le 10ème arrondissement

 

La CGT Affaires Culturelles a souhaité réagir au communiqué de presse de la Ville de Paris sur le futur incertain des bibliothèques Château d'Eau et Lancry dans le 10e arrondissement de Paris.


Le syndicat exprimait il y a quelques jours ses craintes concernant le transfert de fonds photo de la bibliothèque Château d'Eau vers la future médiathèque Saint-Lazare dans le 10e arrondissement. Autre crainte, la suppression de la section discothèque de la bibliothèque de Lancry, située dans le même arrondissement. 


Le syndicat invite à « lire entre les lignes » de ce communiqué. La réponse de la Mairie de Paris, ne fait que confirmer les inquiétudes exprimées par la CGT (voir notre actualitté) qui y voit « la suppression de ces deux établissements (..) d'ores et déjà programmée ». Le syndicat regrette « un véritable changement de politique culturelle qui semble se mettre en place à Paris en supprimant une à une toute les petites structures culturelles de proximité ». 


« Le projet de la médiathèque Saint-Lazare ne date pas d'aujourd'hui, or il n'y a eu aucun débat public, aucun groupe de travail comme l'affirme la Mairie de Paris ou alors des groupes de travail à sens unique ». La CGT dénonce une tentative qui consiste à « mettre les Parisiens devant un fait accompli ».


 Et d'ajouter : « Faire des économies cela se conçoit, mais à aucun moment la mairie de Paris n'a alerté qui que ce soit, ne faisant preuve d'aucune transparence alors qu'elle indique le contraire ». La CGT alertera prochainement les élus et les usagers du 10e arrondissement.


C'est que les temps sont durs pour tout le monde...

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

                                                mairie 10 2

                                  La Mairie du 10ème, siège de la bibliothèque de "Chateau d'eau"

 

 

Sur le même sujet:

Paris : Menaces sur les bibliothèques du 10ème arrondissement

ActuaLitté : Les bibliothèques de Paris mises à rude épreuve

 

                                                      

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 08:39

 

ActuaLitté : 5 janvier 2012

 

Inquiétudes sur le sort de la bibliothèque Château d’Eau à Paris


La CGT a exprimé ses inquiétudes dans un communiqué de presse, concernant le sort de la bibliothèque Château d'Eau dans le 10e arrondissement de Paris. En jeu, la construction d'une médiathèque dans le même arrondissement et le transfert de son fonds photo.


La CGT des affaires culturelles indique dans un communiqué de presse le transfert de « l'ensemble du fonds photo de la bibliothèque Château d'Eau vers la future médiathèque Saint-Lazare qui n'a pourtant rien demandé ». Ce fonds d'ouvrages dédiés à la photo est constitué d'environ 3.000 titres. La bibliothèque est réputée pour ses colloques et ses expositions autour de la photographie.


La CGT craint « un billard à multiples bandes. On construit une nouvelle médiathèque, on vide de sa substance une bibliothèque située dans le même arrondissement. Ainsi affaiblie, celle-ci est contrainte à fermer. On récupère des postes et on économise des budgets ».

Des sources ont indiqué au syndicat que l'idée et sa mise en place avaient été évoquées lors de réunions internes. Le personnel de la bibliothèque aurait même été contacté.


Pour le syndicat, la situation rappelle étrangement le scénario de la bibliothèque Vaugirard dans le 15e arrondissement. Il y a quatre ans, après la construction de la médiathèque Marguerite Yourcenar, l'adjoint à la Culture à la mairie de Paris, Christophe Girard avait annoncé par deux fois la fermeture de la bibliothèque Vaugirard.


La fermeture n'avait finalement pas eu lieu. Depuis cet épisode, « douze postes budgétaires ont été supprimés », indique Bertrand Pieri, membre de la CGT Affaires Culturelles.


Les inquiétudes se portent aussi sur la bibliothèque Lancry, dans le même arrondissement. Elle possède une section jeunesse et une discothèque. Des sources internes ont révélé que la suppression de la discothèque était envisagée. Si les craintes se confirment, ces changements pourraient porter un coup dur aux bibliothèques du 10e arrondissement. 


Contactée par ActuaLitté, la Mairie de Paris n'a pas encore souhaité réagir.

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

                   PARIS 10

                      1916: Récupération de vieux papiers à la Mairie du 10ème. Et en 2012 ?

 

 

Sur le même sujet

ActuaLitté: Une bien triste fin pour une bibliothèque parisienne

Les londoniens se mobilisent contre les fermetures de bibliothèques

ActuaLitté.com fait peau neuve

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages