Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 09:40

 

Maladie du rat : La polémique sur la vaccination des égoutiers parisiens remonte… jusqu’à l’Elysée !

Ce n’était sûrement pas prévu au programme mais la proposition de la Mairie de Paris de supprimer la vaccination obligatoire des égoutiers municipaux contre la leptospirose, également appelée maladie du rat, pourrait avoir pour conséquence de rendre obligatoire la dite vaccination… à tous les égoutiers de France et de Navarre.

Retour sur une drôle de mélodie en sous-sol qui s’est jouée entre les égoutiers parisiens, la Mairie de Paris et même jusqu'à l’Elysée !   

 

                                                  Michel Yahiel, le conseiller social de la Présidence

                                               photoMichel YAHIEL2             

                                            " Eh oui, le suis le Raymond Soubie de François Hollande ! "

 

Tout est partie d’une vieille plainte de l’association anti-vaccination, ALIS, auprès du tribunal administratif de Paris. L’association demandait l’annulation de l'arrêté du 24 août 1976 rendant obligatoire pour les égoutiers la vaccination anti-leptospirose. La leptospirose est une maladie transmise par l'urine des rongeurs, qui attaque le système nerveux et musculaire de l’humain. 

En décembre 2012, le juge donne raison à l’association et là, surprise ! La Ville de Paris, qui conteste systématiquement les décisions du Tribunal Administratif qui ne sont pas en sa faveur, ne fait pas appel. D’aucun diront que pour la santé au travail la municipalité parisienne n’est pas des plus fluctuat.

C’est alors que la Mairie, d’une discrétion absolue jusque là, dégaine fin avril sa proposition de suppression de l’arrêté municipal à l’occasion du Conseil Supérieur des Administration Parisienne (CSAP) obligatoirement saisi pour toute modification statutaire.

Pour Claude Danglot, médecin biologiste et syndicaliste CGT, cette décision est «dramatique». Dans une interview au Parisien il déclare : « Depuis que la vaccination est obligatoire, on n'a jamais eu de cas de leptospirose chez les égoutiers parisiens, contrairement à d'autres égoutiers en France, qui n'étaient pas vaccinés. En tant qu'expert, je le répète, ce n'est pas une bonne idée sur le plan sanitaire. »

 

Pas une bonne idée peut être, mais la Mairie de Paris reste droite dans ses bottes d’égoutier et s’obstine à maintenir son projet.

Il aura fallu une menace de grève pour qu’on apprenne que la direction en charge des égouts n’était pas avertie des velléités municipales et qu’elle refuse pour sa part que les personnels non vaccinés descendent dans le réseau. Vu la tournure des choses, l'élue chargée de l’assainissement, Anne Le Strat, a demandé à son tour le retrait de cette mesure. Niveau communication, les canalisations étaient visiblement bouchées à la Mairie de Paris.

 

                                                    La communication est bouchée à l'Hôtel de Ville

                                       ufunk-selection-du-week-end-6-23

                                                                   " Bougez pas, j'ai la solution ! "

 

Le coup de grâce est finalement venu de l’Elysée, puisque l’affaire est remontée jusqu’au conseiller social de la Présidence, Michel Yahiel. Il est vrai que ce dernier est un fin connaisseur des arcanes parisiens car il n’est autre que l’ancien DRH de la Mairie de Paris en poste sous la première mandature de Bertrand Delanoë. Résultat: les ministères concernés (Travail, Santé notamment) ont été saisis. Cela pourrait aboutir à une loi rendant obligatoire la vaccination contre la leptospirose à l’ensemble des égoutiers travaillant sur le territoire.

En attendant, la mesure est retirée in extremis évitant ainsi une grève qui n’aurait pas été du meilleur effet pour l'équipe de Bertrand Delanoë. 

Il faut dire que cette affaire risquait pour la Mairie de finir en débordement qu’aucune station d’épuration n’aurait été en mesure de traiter car le syndicat CGT des égouts parisiens commençait à engranger les soutiens politiques. Le  Groupe Communiste au Conseil de Paris tout d’abord, puis le Groupe UMP qui a accordé un rendez vous aux égoutiers pour aborder la question. La Ville de Paris se retrouvait soudainement attaquée de tout côté avant même d'avoir été vacciné !

Un Comité Hygiène et Sécurité extraordinaire devrait se tenir début juin et l’administration parisienne qui essayait jusque là de jouer sa propre mélodie en sous–sol devra probablement revoir sa partition. Et là c’est des plus mergitur !

Publié également sur " Miroir Social "

 

                              poster 0

                                   " Mmm, pour la Mairie, les égouts c'est vraiment pas le paradis !

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris veut supprimer la vaccination obligatoire pour les égoutiers !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:29

 

L’Humanité : Le 24 avril 2013

A la suite de la plainte d'une association anti-vaccins, les égoutiers pourraient contracter la « maladie du rat ».

« Une mise à mort. » C'est en ces termes que le syndicat CGT des égoutiers de Paris qualifie la décision du tribunal administratif annulant l'arrêté du 24 août 1976 exigeant la vaccination anti-leptospirose. « Une fois de plus, on émiette le statut des agents, on les rend plus vulnérables, alors que les égoutiers ont déjà une espérance de vie réduite.

Supprimer la vaccination obligatoire équivaut à l'écourter davantage ». s'emporte Frédéric Aubrisse, membre du bureau de la CGT égouts de Paris et élu au CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail), tout en dénonçant le lobbying d'Alis.

A l'origine de la plainte en justice, l'Association Liberté Information Santé milite contre les obligations vaccinales. Sollicitée par l'Humanité, elle n'a pas répondu.

 

                             les rats de manhattan,0

                                       

Pour Claude Danglot. médecin biologiste et syndicaliste CGT, cette décision est « dramatique » : « Depuis que la vaccination est obligatoire, on n'a jamais eu de cas de leptospirose chez les égoutiers parisiens, contrairement à d'autres égoutiers en France, qui n'étaient pas vaccinés. En tant qu'expert, je le répète, ce n'est pas une bonne idée sur le plan sanitaire. »

Appelée « maladie du rat », la leptospirose est une maladie transmise par l'urine des rongeurs, qui attaque le système nerveux et musculaire. « Pourquoi supprimer une vaccination recommandée par toutes les autorités alors que les égoutiers parisiens risquent la contamination continuellement ? » s'interroge Frédéric Aubrisse.

« Nous prendrons toutes les décisions pour que ce jugement n'ait aucune incidence pratique, se défend la Ville de Paris. Nous continuerons à recommander vivement la vaccination. Nous continuerons également à prendre en charge financièrement cette vaccination. » « Nous sommes exactement sur la même ligne » que la CGT, qui « se mobilise auprès de ses adhérents pour les alerter sur la nécessité de continuer à se faire vacciner ». 

 

                              large

                                                  La Ville de Paris serait sur la même ligne que la CGT

 

Inciter les agents à se vacciner, c'est bien, mais la CGT espère obtenir davantage. Hier, lors d'une réunion avec la direction des égouts de Paris, le syndicat a obtenu que celle-ci saisisse les ministères de la Santé et du Travail pour que le vaccin anti-leptospirose devienne obligatoire pour tous les égoutiers. « Le syndicat va faire la même démarche », indique Frédéric Aubrisse.

Le syndicat a également obtenu la réunion, début juin, d'un CHSCT spécifique sur cette question. Et espère le report à fin juin du prochain Conseil supérieur des administrations parisiennes (Csap), initialement prévu le 26 avril, qui doit modifier les textes sur la vaccination obligatoire.

« S'il y a report de cette réunion, on lève le mouvement de grève prévu vendredi. Mais tout dépend de l'exécutif », prévient le syndicaliste.

Alexandra Chaignon

 

Lire l'article de " L'Humanité "

   

 

 

                             15262             

                                                          "Hummm, tout dépend de l'exécutif ! "

 

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris veut supprimer la vaccination obligatoire pour les égoutiers !

Les égoutiers parisiens réclament que le vaccin contre la maladie du rat reste obligatoire

Paris : Les égoutiers ne seront plus obligés de se faire vacciner.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:18

 

Le Parisien : Le 24 avril 2013

« En supprimant ce vaccin, la mairie met en danger les quelque 450 personnes qui descendent dans les égouts » estime la CGT

A l'appel de la CGT, les égoutiers parisiens pourraient faire grève vendredi pour obtenir le rétablissement du vaccin obligatoire contre la leptospirose, une maladie grave transmise par le rat.

« En supprimant ce vaccin, la mairie met en danger les quelque 450 personnes qui descendent dans les égouts », estime Frédéric Aubisse, de la CGT.

« Nous ne faisons qu'appliquer un jugement rendu en décembre dernier par le tribunal administratif », explique l'Hôtel de Ville. En cause, le recours que vient de gagner l'Asil. « Cette association qui milite pour «l'abrogation de tous les textes législatifs et réglementaires rendant obligatoires certains vaccins », a obtenu l'annulation de la délibération qui, depuis 1979, obligent les égoutiers parisiens à être immunisés contre la maladie du rat.

« Dans l'univers assez démoralisant de cette profession, c'était un des  rares points positifs », estime Claude Danglot, ancien médecin du travail qui a dirigé pendant près de trente ans le laboratoire d'analyses d''Eau de Paris. Et de rappeler que, d'après une étude réalisée de 2004 à 2009 par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), « l'espérance de vie d'un égoutier est déjà inférieure de sept ans» à celle d'un ouvrier.

« L'expérience montre que lorsqu'on ne pousse pas les gens à se vacciner, ils ne le font pas », soutient-il. « Contrairement à d'autres villes en France, il n'y a jamais eu de cas mortel de leptospirose à Paris et ce n'est pas un hasard », argumente de son côté Frédéric Aubisse.

Pour la mairie, la seule solution va consister à encourager ses agents à se faire immuniser. « Nous continuerons bien évidemment à prendre en charge le coût de la vaccination », précise-t-elle.

Lire l’article du « Parisien »

 

                           La Mairie de Paris n'avait pas prévue la réaction des égoutiers

                            poster

                                                            " Ah, mais c'est qu'ils mordraient ! "

 

 

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris veut supprimer la vaccination obligatoire pour les égoutiers !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 13:18

 

France Bleu : Le 24 avril 2013


Ils seront en grève cette semaine car pour le syndicat CGT ce vaccin sauve la vie de nombreux égoutiers.


Les égoutiers parisiens réclament que le vaccin contre la maladie du rat reste obligatoire.


Ils seront en grève cette semaine car pour le syndicat CGT ce vaccin sauve la vie de nombreux égoutiers. Ne plus le rendre obligatoire conduirait certains salariés à ne pas se faire vacciner. Or pour les égoutiers, le risque d’attraper la maladie du rat est important.


C’est l’ELIS qui a fait appel à la justice pour que ce vaccin ne soit plus obligatoire. L’association qui milite contre les vaccins obligatoires a obtenu gain de cause. Une décision que la Mairie de Paris voulait appliquer rrapidement en modifiant ses textes réglementaires.


Mais pour le syndicat CGT des égoutiers, cette décision de justice est une catastrophe. La maladie du rat, la leptospirose, touche chaque année 300 à 400 personnes en France et pas seulement des égoutiers mais aussi tous ceux qui côtoient des lieux infestés par les rats.


La mairie de Paris a décidé (sous la pression NdR) de sursoir à la décision du jugement. Elle va écrire au ministère de la Santé pour que ce vaccin soit à nouveau obligatoire.


Pour écouter le reportage de France Bleu, cliquez là

 

 

                                   Ben (1972)

 

 

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris veut supprimer la vaccination obligatoire pour les égoutiers !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 08:29

 

Les rats vont pouvoir s’en donner à cœur joie


La Mairie de Paris veut supprimer l’obligation de vaccination des égoutiers contre la leptospirose.


Pourtant comme le rappelle le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé sur son site internet, la leptospirose, appelée également « maladie du rat », est une maladie contagieuse et reconnue comme maladie professionnelle qui s’attrape au contact de l’animal. A signaler qu’il n’est pas nécessaire d’être mordu pour la contracter.

 

« Les égoutiers ont une espérance de vie réduite. Supprimer la vaccination obligatoire équivaut à l’écourter davantage. » lance la CGT dans un communiqué.


Alors,pourquoi supprimer une vaccination recommandée par toutes les autorités alors que les égoutiers parisiens risquent la contamination continuellement ?


En fait, l’origine en est une plainte de l’association ALIS. Cette association qui milite contre les obligations vaccinales, avait saisi en 2005 le Tribunal Administratif et vient d’obtenir l’annulation de l’arrêté du 24 août 1976 exigeant la vaccination anti leptospire.


Pour appliquer cette curieuse décision du Tribunal Administratif, la Ville de Paris qui généralement a du mal à appliquer les jugements favorables aux salariés va donc proposer de modifier ses textes sur la vaccination obligatoire lors du prochain Conseil Supérieur des Administration Parisiennes (CSAP) prévu pour le 26 avril.


L'employeur a pourtant pour obligation de prévenir les risques professionnels, d’évaluer ceux qui ne peuvent être évités et les combattre à la source selon le Code du Travail. Comment la Mairie va-t-elle faire désormais ?


La suppression de l’obligation de vaccination contre la leptospirose serait  « Une condamnation à mort à brève échéance » selon le syndicat CGT des égouts parisiens qui a déposé un préavis de grève pour l’occasion.


Si la Mairie de Paris maintient sa décision, c’est les rats qui vont être contents !

 

Publié également sur "Miroir social" 


 

                                 rataff

 

 

Lire aussi

Amiante : Les travaux restent interdits dans les égouts parisiens.

A Paris, les égouts c’est vraiment pas le paradis !

Métro : Série noire dans les catacombes parisiennes

Santé au travail : Une drôle de mélodie en sous-sol à la Ville de Paris !

 

                           

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 09:41

 

Miroir Social : Le 15 avril 2013

 

Au sein du travail, ce nouveau risque émergent doit être évalué

 

Par Patricia Mouysset, Cabinet Technologia

 

Une étude menée par l’équipe mixte Péritox « périnatalité et risques toxiques » de l’INERIS et de l’université de Picardie Jules Verne, avait pour but de rechercher des effets biologiques des radiofréquences sur les fonctions de l’équilibre énergétique (régulation thermique, sommeil, alimentation).

 

Cette étude a été réalisée sur de jeunes rats soumis à des champs électromagnétiques de type antenne-relais. Les premiers résultats obtenus montrent des modifications dans la perception de la température, dans la prise alimentaire mais aussi un effet de fractionnement du sommeil paradoxal

 

Effets « thermiques »  Les chercheurs s’accordent sur les effets thermiques produits par les radiofréquences sur les organismes exposés. En effet, ces derniers peuvent provoquer des effets d’échauffement des tissus soumis à ce type d’ondes jusqu’à des nécroses. Le 31 mai 2011, le CIRC de l’OMS a classé les radiofréquences comme peut-être cancérogènes pour l’homme (groupe 2B) sur la base d’un risque accru de gliome (sorte de cancer du cerveau) chez les grands utilisateurs de téléphone portable (plus de 30min/jr pendant dix ans).

 

                      sfc Pendulum Watercolour1-494x494

 

L’hypersensibilité électromagnétique (HSEM)   Au-delà de ces effets « thermiques » peu de publications permettent d’expliquer les symptômes que présentent les personnes dites « électro-sensibles ». C’est pourquoi l’hypersensibilité électromagnétique (HSEM) ou encore SICEM (syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques) a été un champ de recherche prioritaire identifié par le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) et par la table-ronde « radiofréquences, santé, environnement » en 2009, pour comprendre les mécanismes mis en jeu chez ces gens.

 

Les manifestations relevées par les différentes équipes Hillert, Röösli et Schuz chez ces gens souffrant de HSEM sont essentiellement : les troubles du sommeil, la fatigue, difficultés de concentration, de lassitude, maux de tête et vertiges entre autres. Les symptômes décrits sont reconnus comme réels, par l'OMS notamment, sans toutefois qu'un lien de causalité avec l'exposition aux champs et ondes électromagnétiques ne soit établi.

 

Pour les personnes électro-sensibles, les symptômes passagers peuvent évoluer vers la chronicité et présenter des conséquences diverses. La recherche de l’évitement peut conduire dans certains cas à un isolement de la société avec tous les conséquences que cela peut présenter.

 

                       Storm-Thorgerson-Ethnix-008

 

La perturbation du sommeil peut avoir de grandes conséquences sur l’équilibre d’un organisme et sur sa santé (voir article écrit sur le travail posté). Aussi, l’équipe Péritox a voulu mener une part de ces recherches sur des organismes en plein développement comme les jeunes, les enfants, et sur les conséquences sur l’équilibre énergétique dont font partie le sommeil, la régulation thermique du corps et l’alimentation.

 

Le niveau d’exposition simulé correspond à celui rencontré à proximité des antennes-relais. Ce sont les premiers travaux INERIS-UPJV montrant un effet biologique « athermique » des radiofréquences, bien distinct de l’effet thermique, et s’observant en continu, à des niveaux similaires à des conditions réelles.

 

Les premières conclusions montrent des effets biologiques à long terme des radiofréquences simultanés sur la régulation thermique, le comportement alimentaire et le sommeil. Ces effets apparaissent notamment quand la température ambiante augmente.

 

Ils induisent chez les animaux exposés un phénomène d’économie d’énergie, comme s’ils ressentaient le froid provoquant des besoins énergétiques accrus. En effet, un organisme exposé au froid en temps normal entraîne des vasoconstrictions réflexes (NDLR : diminution du calibre des vaisseaux sanguins) et pour lutter contre le froid (demande énergétique supplémentaire), il va consommer plus pour emmagasiner de l’énergie sous forme de graisses.


 

                       STORM-THORGERSON2244

 

Effectivement, il a été observé chez les jeunes rats exposés par rapport aux rats témoins non exposés, une prise alimentaire plus importante. La question se pose à terme sur l’apparition d’une suralimentation et peut-être de phénomène de surpoids et d’obésité. Cela reste à démontrer.

 

Si les champs électromagnétiques semblent induire « une sensation de froid » chez l’animal, il n’est pas encore possible de dire si cet effet est transposable à l’homme.

 

Fractionnement du sommeil paradoxal  L’étude a aussi permis de confirmer un autre effet des radiofréquences : le fractionnement du sommeil paradoxal. Le sommeil est très lié à la température centrale du corps. Le meilleur moment se situe lorsque la température commence à baisser, c'est-à-dire en fin de soirée. Des différences existent de quelques heures entre les gens du soir qui ont une courbe de température plus élevée plus longtemps, et les gens du matin dont la température commence sa descente plus tôt.

 

Aussi, si les jeunes rats maintiennent leur température assez élevée voire plus, dû à cette sensation de froid réclamant un apport supplémentaire énergétique, cela pourrait être l'une des hypothèses des perturbations du sommeil.

 

Les chercheurs n’ont noté aucune modification des paramètres de qualité du sommeil (réduction du temps de sommeil, réveils répétés, difficultés à se rendormir…)  engendrée par cette fragmentation du sommeil paradoxal. L'effet sur la phase paradoxale est encore mal connu mais, en l’état des connaissances scientifiques actuelles, il peut être à l’origine de difficultés de mémorisation et de troubles de l’humeur, troubles entre autres présentés par les personnes atteintes de HSEM.

 

            storm thorgerson b12

 

Cette étude est l’une des premières permettant la compréhension des mécanismes induits par les ondes électromagnétiques de type radiofréquence sur l’organisme vivant, ouvrant la reconnaissance de cette pathologie HSEM. En effet, l'ARTAC (sous l’égide du Professeur Belpomme) a en effet trouvé des anomalies dans des analyses sanguines et les scanners cérébraux effectuées sur les personnes intolérantes aux ondes.

 

Au sein du travail, ce nouveau risque émergent doit être évalué et, suivant les niveaux mesurés, les résultats devront être mis en regard avec les valeurs guide des décrets 2002-775 du 3 mai 2002 (public) et 2004/40/CE du 29 avril 2004 (domaine professionnel). En fonction des résultats de l’évaluation, des mesures de prévention adaptées aux situations professionnelles rencontrées devront par conséquent être déployées.

 

Lire l’article de « Miroir Social »


 

                     Black-Sabbath---Technical-Ecstasy-72dpi

 

 

Lire aussi

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !

La Mairie de Paris veut proposer la suppression de la vaccination pour les égoutiers !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 16:19
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 09:04

 

Pour l’éthique ce n’est ni le ticket chic ni le ticket choc !

 

C’était un superbe coup médiatique mais finalement peut être pas très éthique au niveau syndical.

 

Le 13 mars dernier, le syndicat CFDT a distribué des milliers de tracts aux usagers du métro parisien afin de les alerter sur la pollution aux particules fines. Une opération guère au goût du syndicat Sud-RATP qui a dénoncé dans un communiqué la récupération de leur travail syndical.

 

« Alors que le 13 mars 2013, le journal « Le Parisien » » traite d’un article intitulé « Alerte aux particules fines dans le métro » au nom d’une prétendue action initiée par la CFDT, SUD RATP s’interroge sur la diffusion d’une information orchestrée par une organisation syndicale qui a perdu toute représentativité dans les sous sols du Métro Parisien. » a réagi le syndicat Sud dès le lendemain dans un communiqué envoyé à la presse intitulé pollution ou récupération dans les tunnels de la RATP ?


                      114258620

                              Pour l’éthique syndicale c’est ni le ticket chic ni le ticket choc !


 

On peut comprendre la colère du syndicat qui semble avoir été à l’origine de cette affaire de pollution aux particules fines dans les couloirs du métro en ayant lancé un droit d’alerte sur le sujet…un mois avant !

 

Mieux, le syndicat avait même demandé et obtenu dans la foulée la tenue d’un CHSCT extraordinaire sur cette question et sollicité l’aide comme experts des associations Respire et France Nature Environnement. Cette réunion avait mis en lumière les niveaux très élevés de particules fines ainsi que l'on noté les participants.

 

« L’association Respire a été sollicitée par les représentants du personnel de la RATP (section métro) pour prendre part à une réunion extraordinaire du CHSCT. Cette réunion extraordinaire a été demandée par les élus du syndicat SUD-RATP. Il a été constaté qu’en certains points du métro les concentrations en particules fines sont 7,5 fois plus élevées qu’à l’extérieur » peut-on d’ailleurs lire sur le site de l’association Respire (lire ici).


Alors comment la CFDT absente de ce CHSCT a-t-elle pu monter une opération sur la pollution aux particules fines dans le métro quelques semaines plus tard ? Et sans y associer le syndicat Sud ? Décryptage

 

C’est là qu’entre en scène l’association France Nature Environnement dont le rôle est des plus troubles. Cette dernière présente lors les débats aurait-elle alerté la centrale de François Chérèque et décidé de monter une opération exclusive avec elle ?

 

C’est ce que soupçonne clairement Sud-RATP : « notre syndicat n’a pas vocation à mener des enquêtes sur les appartenances syndicales ou politiques des experts conviés aux séances de travail, mais il apparaît clairement que France Nature Environnement a passé un partenariat avec la CFDT, et que le travail initié par SUD RATP a très bien été récupéré. »

 

Les soupçons de Sud ont de quoi être étayés, car en réalité, c’est plus que « clairement » qu’un partenariat s’est noué entre France Nature Environnement et la CFDT, c’est même officiel depuis la fin de l’année 2009 ainsi que l’on peut le lire sur le site de l’association.


 

                                      GYGyC

                                                                      La CFDT s'est fait pincer par Sud


 

Mais ce qui enrage le syndicat c’est qu’il avait, avec l’association Respire, contacté les médias dès 19 février sans résultat, d’où leur colère de voir le sujet récupéré  par d’autres à peine un mois plus tard.

 

En tout cas si niveau médiatique c’était plutôt choc pour la CFDT, niveau éthique c’était pas le ticket chic. De son côté l’association écologiste n’aura pas aidé à protéger l’environnement syndical à la RATP

 

« Conscients que les médias, tout comme notre organisation syndicale, puissent être facilement victimes de manipulations, nous restons à la disposition des journalistes pour intervenir, au nom de SUD RATP, au sujet des microparticules dans l’air du métro. » Concluent néanmoins le syndicat

 

Dans le tunnel du métro, au niveau syndical c’est désormais le choc des particules et celles-ci n’ont plus rien d’élémentaire !

 

Publié aussi sur " Miroir Social "

 


                                       Ethique: La CFDT et FNE risquent un contrôle des billets

                               1982-RATP-Carte-Orange.jpg

                                                      Au dela de cette limite votre ticket n'est plus valable

 

 

 

Lire aussi

Santé : Un syndicat alerte sur les particules fines dans le métro

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !

Livre Hebdo : On vole des DVD dans les bibliothèques parisiennes

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 17:50

 

La Croix : Le 14 mars 2013

 

La CFDT a distribué, mercredi 13 mars, 100 000 tracts aux usagers du métro parisien afin de les alerter sur la pollution aux particules fines.

 

Les particules fines peuvent provoquer des maladies cardio-vasculaires ou respiratoires en cas d’exposition trop importante.

 

D’où la mobilisation, mercredi 13 mars, de la CFDT-Transports Environnement. Le syndicat a fait effectuer des analyses qui ont confirmé la mauvaise qualité de l’air souterrain. Il a envoyé une lettre au gouvernement.

 

Des seuils largement dépassés  Dans le métro, le seuil de particules fines autorisé est dépassé quotidiennement. Alors que l’Union européenne recommande, dans un décret paru le 21 octobre 2010, une dose maximale de 50 microgrammes/m3 , celle relevée dans le métro oscille en moyenne entre 100 et 200 microgrammes/m3 . Les deux « pics » se situant entre 8 heures et 11 heures du matin, et entre 17 heures et 19 heures le soir, lorsque les rames de métro sont les plus nombreuses.

 

En moyenne, un usager passe deux heures par jour dans les souterrains du métro et un salarié y reste parfois plus de huit heures par jour. « Si on prend la norme de l’Union européenne, un usager n’aurait pas le droit d’utiliser les transports souterrains plus d’un mois et demi par an », souligne Fabian Tosolini, secrétaire fédéral de la CFDT-Transports Environnement.


 

                                       chirac-ratp-web.gif

                                                  Des seuils largement dépassés

 

 

Le freinage et la ventilation mis en cause  Comment expliquer la présence de tels taux de particules ? La première cause est le système de freinage des rames. Lorsqu’un wagon freine, il « meule » les rails de façon à ce qu’il n’y ait pas de crissement. Ce faisant, il soulève les particules fines qui sont dans les rails.

 

La seconde cause se trouve dans le système de ventilation et de climatisation des souterrains, trop souvent insuffisants, d’après la CFDT-Transports Environnement.

 

La France n’est pas le plus mauvais élève en matière de particules fines. Dans les souterrains de Rome (Italie), on relève quotidiennement des taux de 407 microgrammes/m3 et à Londres (Angleterre), ceux-ci dépassent régulièrement les 795 microgrammes/m3 .


 

                   mitterand.jpg

                                                             Le freinage et la ventilation mis en cause


 

Des conséquences pour la santé  L’impact sur la santé des particules fines en atmosphère confinée et souterraine n’a pas été précisément évalué. « Les médecins parlent notamment d’un risque de développer des maladies cardio-vasculaires et respiratoires si l’exposition est très importante.

 

Mais celui-ci varie en fonction l’état de santé initial du salarié ou de l’usager. Une personne ayant des problèmes respiratoires prend un risque utilisant le métro alors qu’une personne en bonne santé n’aura aucun problème », assure Fabian Tosolini, secrétaire fédéral de la CFDT-Transports Environnement.


 

                 giscard

                                                  Des conséquences pour la santé

 


La colère des syndicats  Mercredi 13 mars au matin, le syndicat a effectué une opération coup-de-poing dans deux grandes stations parisiennes en distribuant 100 000 tracts aux usagers. Sa principale revendication est l’harmonisation des seuils de particules fines autorisés pour les usagers et les salariés. « Alors que le seuil pour les usagers est de 50 microgrammes/m3, le code du travail le fixe à 5 000 microgrammes/m3 pour les salariés. Nous sommes des personnes comme les autres, nous voulons avoir le même seuil », poursuit Fabian Tosolini.

 

La CFDT-Transports Environnement se dit consciente des efforts fournis par les directions de la SNCF et de la RATP, mais estime ces actions insuffisantes. Le syndicat a donc envoyé en décembre 2012 une lettre au ministre des transports, restée jusqu’alors sans réponse.

 

Elle n’exclut pas d’autres actions, notamment pour alerter sur la situation des chauffeurs de bus et de tramways, également soumis aux particules fines émises par les gaz d’échappement. 

 

Lire l’article de « La Croix »



                                                            Le métro: son grand air, ses particules fines...

                     ticket-chic-ticket-choc.jpg

                                                  "  Pour faire du sport, y a pas mieux "

 

 

 

 

Lire aussi

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !

Particules fines : Le syndicat Sud-RATP dénonce la récupération de la CFDT

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 09:43

 

AFP : Le 7 février 2013

Un appel de syndicalistes pour réduire les ondes au travail

Des syndicalistes d'entreprises aussi variées que la RATP, la Ville de Paris, France Télécom ou le groupe L'Oréal ont lancé un appel pour réduire l'exposition aux ondes électromagnétiques sur le lieu de travail, a-t-on appris mercredi auprès de l'un des signataires.

Dans cet appel, la trentaine de délégués syndicaux demande notamment "aux employeurs d'adopter un principe de prévention pour prévenir les effets toxiques des CEM (champs électromagnétiques)" et à la médecine du travail "de prendre en compte ces nouvelles pathologies environnementales" liées aux ondes.

Les signataires disent constater "depuis plusieurs années que l'exposition croissante et permanente des travailleurs à des champs électromagnétiques à micro-ondes pulsées dans leur cadre professionnel et sur leur lieu de travail entraîne pour leur santé des conséquences de plus en plus significatives et parfois même dramatiques". Avec pour conséquence, ajoutent-ils, de dégrader leurs conditions de travail et d'entraîner des "pathologies chroniques" voire des "démissions contraintes ou des licenciements".

Les signataires, issus notamment de France Telecom Orange, de la RATP, de la Banque de France, de Géodis, de la Bibliothèque nationale de France, du groupe L'Oréal ou de la Ville de Paris, représentent cinq syndicats (CFDT, CFTC, CGT, SUD et FSU), a précisé à l'AFP Bertrand Pieri, délégué CGT à la mairie de Paris.

Les syndicalistes rappellent une décision de la Cour suprême italienne, datant du 12 octobre 2012, venant "confirmer le lien de causalité entre l'usage professionnel intensif du téléphone mobile et la tumeur cancéreuse cérébrale affectant un agent commercial".

Les signataires interpellent aussi les élus à qui ils demandent de suivre les recommandations internationales "en vue de limiter au maximum l'exposition des travailleurs aux effets sanitaires nocifs" des champs électromagnétiques.

L'électrosensibilité aux ondes est une pathologie qui pourrait concerner jusqu'à 3% de la population, indiquait la semaine dernière la députée EELV du Val-de-Marne Laurence Abeille, qui a défendu à l'Assemblée une proposition de loi pour réduire l'exposition aux ondes.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé en mai 2011 les ondes électromagnétiques, notamment émises par les mobiles, les antennes-relais ou les boîtiers Wi-Fi, comme potentiellement cancérigènes. Mais les opérateurs de téléphonie mobile s'appuient sur le dernier avis en date de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), remontant à 2009, pour écarter tout danger. L'Anses doit rendre un nouvel avis d'ici fin juin.

 

                    247115_le-logo-de-l-afp-au-siege-parisien-de-l-agence.jpg

 

Lire aussi

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !

Pouvoir d’achat : Les employés de la Mairie de Paris victimes d’erreurs à répétition !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article