Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 16:07

 

Xavier Galaup a-t-il dérapé à force de vouloir trop courir derrière le nouveau Gouvernement ?

 

Oubliez le ronron habituel et l'entre-soi : ce congrès a dépoussiéré les bibliothèques, mais pas comme l'ABF l'aurait souhaité ! Il faut dire que pour son 63ème congrès, l’ABF (association des bibliothécaires de France) avait choisi une thématique forte, en résonance avec l’actualité électorale : bibliothèques et inégalités territoriales. Sachant l’importance des débats autour des équipements de proximité et l’attachement des bibliothécaires au service public, les débats étaient attendus et promettaient d’être intéressants. Et en effet, depuis l’introduction du géographe Philippe Estèbe, en passant par des conférences sur « une bibliothèque à quinze minutes » ou encore « Les bibliothécaires sont-ils vecteurs d’inégalité ? »  les interventions des professionnels et de la salle ont permis de brasser des pistes et des arguments pour améliorer l’offre de service en tendant vers une politique des publics qui soit plus proche et plus sociale. En revanche, si on pouvait espérer de la nouvelle commission « advocacy » destinée à promouvoir les bibliothèques dans les hautes sphères de l’Etat qu’elle milite en faveur d’un renforcement du rôle territorial des établissements, les déclarations et agissement de son Président, Xavier Galaup, font douter de la sincérité de la démarche…

 

Tout d’abord, le discours inaugural, pesant et laborieusement didactique, a été l’occasion d’entendre à nouveau tout le bien que pense l’ABF d'Emmanuel Macron, notre nouveau président (souvenez-vous, l’ABF avait déjà félicité chaudement le nouveau premier ministre) : « Je pense bien sûr à l’élection présidentielle qui fut pleine de suspense à l’image d’un thriller qui se termine bien avec l’élection d’un candidat démocrate et favorable à la Culture et en particulier aux bibliothèques. » a ainsi lâché un Xavier Gallup en pâmoison. Comment ne pas être troublé par cette énième flagornerie alors que le gouvernement annonce un plan social dans la Fonction Publique ? A côté, le discours de la Ministre de la Culture, Mme Nyssen, a paru bien peu politique, offrant une vision un peu abstraite des bibliothèques, centrée sur le livre et s’égarant dans une dimension divine qui a pu paraître un peu incongrue à l’assistance.

 

Le congrès ayant également programmé un « sujet qui fâche » sur le thème des fermetures de bibliothèque avec l’intervention d’Eric Piolle, maire de Grenoble, il était logique que les collègues grenobloises, ainsi que leurs soutiens, viennent apporter une certaine contradiction dans ce débat en obtenant une prise de parole officielle pour exposer leur conception du métier en lien, justement, avec les territoires. Les pourparlers en amont du congrès n’ayant rien donné, les collègues ont alors dû se payer le voyage pour assister à la rencontre et y intervenir, comme n’importe qui.

 

C’est alors que Xavier Galaup a déraillé, s’accrochant au micro comme un forcené, empêchant une bibliothécaire grenobloise de témoigner comme d’autres l’avait fait (et le feront) dans la salle. La scène, violente, ridicule, a paralysé l’assistance : le président de l’ABF donnait des petits coups de boule pour récupérer son micro… L’intervention de la salle et du maire de Grenoble (qui a connu des moments plus difficiles) a enfin permis d’entendre les explications et revendications des bibliothécaires de la capitale de l'Isère qui, malgré l’émotion, la pression et l’humiliation, ont pu honnêtement défendre l’intérêt de leur réseau… et de toute la profession !

 

C’est là une des mauvaises surprises du congrès : derrière une façade politique plutôt progressiste, avec des sujets offensifs, l’ABF s’est montrée trop conciliante avec un gouvernement qui ne le sera pas et fera passer sa vision néolibérale dans tous les domaines, bibliothèques comprises.

 

 

                                           Xavier Galaup derrière En Marche

Quand le président de l'ABF confond En Marche et au galop

       - Xavier, toi qu'es un bon ami, j'espère que tu vas pas tenter de m'arracher mon gobelet

- T'inquiètes mon Doudou, moi je tente juste d'arracher le micro de ceux qui osent défendre les bibliothèques

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article

commentaires

Social Nec Mergitur 22/06/2017 18:53

Ah bon pourquoi minable ? Il reflète pourtant la réalité.
Votre commentaire est donc un peu court ma chère Alice

Alice 22/06/2017 09:11

Minable.

Alice 22/06/2017 09:12

Enfin je précise : votre article est minable.